Judith Douillet

Niçoise d'origine, Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 14 ans. Elle est traductrice et rédactrice pour divers organismes en Israël. Sa passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

La théorie du genre enseignée dans les maternelles de Tel Aviv

La théorie du genre enseignée dans les maternelles de Tel Aviv

La ville de Tel Aviv conseille à ses écoles maternelles de mettre à jour leurs services de « Kabalat Chabat » (cérémonial d’accueil du Chabat du vendredi matin) afin de refléter la variété des familles vivant dans la métropole, qu'elles soient gay, monoparentales, etc. 

La ville de Tel-Aviv a recommandé de mettre à jour le service d'accueil du Shabbat qui se tient dans les maternelles municipales le vendredi afin d'afficher les différents modèles familiaux.

Cette recommandation a été initiée pour mieux refléter la ville qui comprend des milliers de familles LGBT. À cette fin, Tel Aviv a assigné deux psychologues pour guider les enseignants et les parents dans l'enseignement et la discussion sur la famille moderne dans toutes ses incarnations.

Beaucoup d'écoles préscolaires ont déjà adopté la recommandation et accueillent des services d'accueil du Shabbat avec des bénévoles en rotation, quelle que soit leur identité de genre.

Dans le cadre des changements d'ores et déjà mis en œuvre dans les écoles préscolaires à Tel Aviv dans le but de refléter les différents types de familles confiant leurs enfants à la ville, la fiche de contact distribuée aux parents demande le nom du parent plutôt que celui de la mère ou du père. De plus, les murs des préscolaires montrent des dessins et des photos de familles reflétant plus fidèlement le large éventail de minorités sexuelles de la ville. Les bibliothèques préscolaires incluent également des livres pour enfants tout aussi inclusifs.

La théorie du genre enseignée dès le plus jeune âge

La théorie du genre enseignée dès le plus jeune âge

Gali Shine-Tal et Itai Himmelfarb, psychologues du service de consultation publique de Tel Aviv, ont expliqué que les messages transmis aux enfants d'âge préscolaire sont importants pour le développement de la sensibilité des familles LGBT, en veillant à ce que les enfants de ces familles ne se sentent pas coupables ou anormaux. Himmelfarb a expliqué: «Il est important pour nous que le climat social dans le préscolaire soit positif et encourageant pour les familles. Notre objectif est de produire une pensée qui tient compte des familles LGBT ».

Shine-Tal a ajouté que certaines des écoles maternelles de la ville répondaient avec enthousiasme à la recommandation mais que quelques professeurs exhibaient des points de vue moins tolérants. "Nous essayons de rendre les positions plus flexibles car c’est important pour le développement des enfants", a-t-elle expliqué. "Nous leur disons qu'ils doivent faire la distinction entre les opinions personnelles et les opinions éducatives."

Selon les deux psychologues, dans une ville comme Tel-Aviv - où vivent des milliers de familles avec des parents LGBT - «il est important de renforcer l'empathie des enfants  pour les sentiments de chacun, et d'autre part, de renforcer le sentiment que leur famille est utile, bonne, complète, propre et aimante ».

Tous deux ont souligné que Tel-Aviv comprenait de nombreux modes familiaux diversifiés, qu'ils soient hétéronormatifs, LGBT, divorcés, remariés, parents isolés, etc.

Asaf Zamir, maire adjoint de Tel-Aviv, a déclaré: «Heureusement, une partie de la croissance importante du nombre d'enfants dans la ville ces dernières années provient des nombreuses familles LGBT qui choisissent d'y élever leurs enfants. Puisque le système éducatif municipal traite de la diversité des communautés vivant dans la ville et de la diversité qui la caractérise sous de nombreux angles, notre aspiration est d'avoir un système qui desservira différents groupes de la population et qui enseignera aux garçons et aux filles à coexister avec l'un l'autre."

Source : Ynet

Le groupe de rock américain Grandaddy fait ses débuts en Israël

Le groupe de rock américain Grandaddy fait ses débuts en Israël

A l'origine un spectacle était prévu le 21, mais, après l’annonce faite la semaine dernière, les places se sont vendues si rapidement que le promoteur Naranjeh a ajouté un autre concert pour le groupe apparemment plus populaire que prévu.

Les rockeurs américains acclamés Grandaddy feront leurs débuts en Israël les 20 et 21 mars au Barby Club de Tel Aviv.

A l'origine un spectacle était prévu le 21, mais, après l’annonce faite la semaine dernière, les places se sont vendues si rapidement que le promoteur Naranjeh a ajouté un autre concert de ce groupe américain apparemment plus populaire que prévu.

Grandaddy en Israël en mars

Grandaddy en Israël en mars

Formé en 1992 avec la force créatrice Jason Lytle, chanteur, guitariste et claviériste, à la barre, le groupe basé en Californie a passé des années à créer un culte avant de sortir quatre albums qui ont été bien accueillis. Combinant guitares de rêve, synthétiseurs analogiques et claviers dans ce que The New York Times a appelé «des hymnes majestueux orchestrés dans un cérémonial psychédélique tardif», Grandaddy a aidé à combler le fossé entre les rockeurs modernes comme The Flaming Lips et Weezer et la pop classique des années 70.

Le style musical du groupe est un mélange de rock indépendant et de clavier inspiré de Philip Glass. Le style du groupe est rapproché de l'espace rock et les paroles sont généralement centrées autour de l'isolement dans un monde high-tech bien qu'ayant un côté d'Amérique rurale.

Le groupe a rompu en 2005, après la publication de l'album Just Like the Fambly Cat, mais s'est reformé en 2012 avec une équipe intacte (Jason Lytle, Kevin Garcia, Jim Fairchild, Tim Dryden et Aaron Burtch) et une énergie renouvelée. Leur cinquième album studio, Last Place, est sorti pour coïncider avec leur tournée européenne, qui les verra également arriver à Tel Aviv.

Source : Jpost - wikipedia

Conférence de paix à Paris: un événement sans valeur

Selon des officiels israéliens, la conférence de Paris n’a aucune valeur

Des sources politiques israéliennes affirment que la conférence de Paris n'a pas de sens, qu’elle repoussera la paix et encouragera l'Autorité Palestinienne à refuser les négociations directes.

La radio Kol Israël a cité des sources politiques israéliennes critiquant la "conférence de paix" prévue aujourd'hui dimanche à Paris.

Selon les sources, la conférence est une «conférence vide et un événement sans valeur» qui ne fera que repousser la paix que et encouragera l'Autorité palestinienne à continuer à éviter les négociations directes avec Israël.

John Kerry, lors d’une rencontre autour du conflit israélo-palestinien, à Paris, le 3 juin 2016. / SAUL LOEB/AFP

John Kerry, lors d’une rencontre autour du conflit israélo-palestinien, à Paris, le 3 juin 2016. / SAUL LOEB/AFP

Jérusalem a également déclaré que si les pays qui se rassemblent le dimanche sont vraiment intéressés à faire progresser la paix, ils pousseront le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas à siéger à la même table que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu pour des négociations directes.

En outre, les sources ont souligné que l'Autorité Palestinienne blâmait les communautés juives en Judée et en Samarie et les rendait responsables de l’échec des négociations jusqu'à présent, afin de continuer à éviter les négociations directes avec Israël.

La ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, a déclaré samedi soir que si les pays participants voulaient vraiment faire avancer la paix, ils insisteraient pour qu’Abbas cesse immédiatement d'inciter au terrorisme et de le soutenir.

Rappelons que jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié la conférence internationale prévue à Paris pour tenter de relancer l'effort de paix moribond entre Israéliens et Palestiniens "d'imposture palestinienne sous les auspices de la France".

Les 72 pays participant à la conférence de paix de Paris devraient tenter de pousser Israël à accepter une solution à deux États.

Source : Arutz 7

La première juge hassidique américaine, une femme qui vaut le détour

La première juge hassidique américaine, une femme qui vaut le détour

Vous ne savez pas qui est Rachel Freier ? Et bien vous devriez. Elle est la première femme hassidique élue à la fonction publique aux États-Unis. N'est-ce pas fou? Cette semaine, elle a finalement pris place sur le banc en tant que juge de la cour civile. Le magazine Gothamist l'a récemment interrogée sur son périple inhabituel pour devenir juge - et sur le rôle des femmes dans la vie juive.

En plus d'être avocate et juge, elle est également maman de six enfants et même bubbe (grand-mère en yiddish N.D.T) depuis peu. Mais vous savez, fondamentalement, rien ne peut l'arrêter. Voici mes moments préférés de l'interview:

1- Elle n’a pas commencé avant l’âge de 30 ans, prouvant qu'il n'est jamais trop tard pour réaliser votre rêve. Elle raconte :

«Je me suis mariée à l'âge de 19 ans et j'ai commencé à élever une famille. Les études supérieures n'étaient donc pas vraiment une option. Ce n'est qu'à l'âge de 30 ans que j'ai décidé d'entamer mes études. À ce moment-là, mon mari venait de terminer le Collège Touro, qui s'était ouvert à la communauté orthodoxe. Il offre des classes séparées pour les hommes et les femmes.

Quand mon mari a été diplômé, je me suis dit: «Maintenant, c'est mon tour». Mon mari m'a soutenu, ma famille m'a soutenu. Et je me suis inscrite à Touro, dans leur division féminine. À ce moment-là, j'avais 30 ans et j'avais trois enfants. Mes trois fils étaient âgés de huit, six et quatre ans ».

2- Freier ne pensait pas que devenir la première femme hassidique juge ferait sensation. Clairement, elle avait tort:

"C'est intéressant parce que je n'ai pas réalisé quelle sensation cela créerait. Je suis simplement une pionnière. Parce que j'ai montré aux femmes de ma communauté et à toutes les femmes qu’elles n'ont pas à renoncer à leur rôle de mère, à leur rôle d'épouse - et je suis aussi grand-mère - pour réussir dans le monde professionnel.

Je voulais paver ce sentier et montrer aux femmes comment je l'ai fait. Ma façon de faire était très lente. J'ai pris des cours lentement, pas de programmes accélérés car je pensais que si je faisais quelque chose trop vite, cela compromettrait ma famille. Je ne voulais pas de cela ».

Rachel Freier le jour de son investiture

Rachel Freier le jour de son investiture

3- Elle ne pense pas que le judaïsme, ou la culture juive, opprime les femmes. C'est pourquoi:

«La religion juive vénère les femmes. La plus grande preuve de cela est que les femmes sont les porteuses de la religion. C’est la mère qui détermine si quelqu'un est juif.

Votre père peut être le plus grand rabbin du siècle, mais si votre mère n'est pas juive, alors selon la loi, vous n'êtes pas un Juif. La religion juive met donc les femmes sur un piédestal élevé.

Je ne vois pas que la religion juive opprime les femmes. Je pense que je suis en mesure de prouver ce point. Peut-être qu’aux temps modernes, nous ne le réalisons pas, mais si une femme veut faire quelque chose et qu’elle en est capable, c'est possible sans compromettre aucun aspect de la halakha (loi) juive.

4- Elle ne se considère pas comme féministe. Elle explique :

«D'un côté, quand il s'agit de la position des femmes, des opportunités des femmes, de l'autonomisation des femmes, je suis là ... La Torah nous donne aussi notre rôle de femme. Selon la Torah, je suis la mère de ma maison - une position très importante.

Vous entrez dans n'importe quelle maison, c'est un reflet de la mère. Et je porte cette tradition avec fierté. Ce que j'ai constaté, c'est que le féminisme, dans sa quête de l'égalité, brouille le rôle entre les hommes et les femmes. J'apprécie mon rôle de femme. Je ne cherche pas à assumer le rôle de mon mari.

Je ne pense pas que les femmes devraient perdre leur identité en tant que femmes. Nous avons une place très spéciale dans le monde de Dieu en tant que telles. Et je considère cette position. Je ne suis pas prête à renoncer à quoi que ce soit.

Je m'exprime clairement parce que ce n'est pas une chose à laquelle on peut répondre en une seule phrase. Oui, j'ai bénéficié de toutes ces personnes qui ont défendu les droits civiques, j'ai bénéficié du mouvement féministe. Et ce n'est pas parce que j'en ai profité que j'adopte nécessairement toutes leurs théories.

Je fais partie de la communauté hassidique et je suis religieuse et je ne pense pas qu'il y ait une contradiction à la vie que je vis".

Source : jta.com

Enfin des produits laitiers israéliens sur les tables russes

Des produits laitiers israéliens sur les tables russes

Dans le cadre du réchauffement des liens avec l'État juif, la Russie approuve l'importation des produits laitiers israéliens

Le site d'information nrg  a rapporté mercredi qu’après un processus d'examen de trois ans, la Russie avait approuvé l'importation de produits laitiers israéliens.

Les principaux consommateurs de ces produits, selon le rapport, devraient être des Juifs russes qui observent les lois de cacherout.

Les compagnies laitières israéliennes, selon le rapport, exportent actuellement des marchandises vers environ trois douzaines de pays d'Asie, d'Europe et d'Amérique du Nord.

Les données du ministère israélien de l'Agriculture montrent que 3 180 tonnes de produits laitiers sont expédiées depuis l'État juif vers l'Asie chaque année. L'Europe en reçoit 2 292 tonnes et 1 456 tonnes sont envoyées aux États-Unis et au Canada.

Des produits laitiers israéliens sur les tables russes

Des produits laitiers israéliens sur les tables russes

Le Dr. Shlomo Grazi - le médecin vétérinaire en chef du ministère pour l'importation et l'exportation - a déclaré que les exportations vers la Russie profiteraient à l'économie israélienne et renforceraient la réputation du pays dans le monde laitier.

Le ministre de l'Agriculture, Uri Ariel, a souligné ces nouvelles comme un signe supplémentaire du réchauffement des liens entre Israël et la Russie.

De plus, a-t-il déclaré, "nous continuerons à développer les exportations agricoles israéliennes vers d'autres pays".

Depuis l'automne 2015, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré le président russe Vladimir Poutine à quatre reprises et tous deux se ont également entretenus par téléphone à de nombreuses reprises. La question clé placée tout en haut de l'ordre du jour au cours de leurs conversations a été d'empêcher les frictions inutiles entre l'armée israélienne et le détachement militaire russe qui opère dans le nord-est israélien voisin de la Syrie.

Source : algemeiner.com

Israël: quel temps d'hospitalisation optimal pour une accouchée?

Israël: quel temps d'hospitalisation optimal pour une accouchée?

Débat: Faut-il rallonger le temps d’hospitalisation des accouchées ? Combien de temps une femme devrait-elle rester sous la surveillance de l'hôpital après son accouchement? Un médecin-chef australien n’est pas sûr que 48 heures suffisent. Qu'en pensez-vous?

Chaque semaine, des milliers de femmes estiment que l'hôpital les pousse à quitter rapidement leur chambre après la naissance, bien avant qu'elles ne soient prêtes", a déclaré la semaine dernière le président de l'Association médicale australienne, le Dr Michael Gannon, suscitant un débat houleux.

Noga, 36 ans, témoigne : « J’aurai bien aimé rester à l’hôpital quelques jours de plus après la naissance de mon second fils. Je me sentais en sécurité, et je craignais la transition. La vie y était facile et confortable par rapport à ce qui m’attendait à la maison, et c’était très agréable de pouvoir compter sur l'équipe médicale pour demander de l'aide ou des conseils avec le bébé quand j’en avais besoin.

Lilah, 37 ans, ne partage pas son point de vue. Elle a quitté l'hôpital 15 heures après la naissance, après avoir demandé la permission de rentrer chez elle.  « Mon bébé dormait et j’essayais de faire de même sans succès. Nous étions 8 accouchées et la famille de l’une d’entre elle était particulièrement bruyante. Je n’ai pas pu changer de chambre. J’ai été réveillée plusieurs fois. Le matin, ma première initiative a été de demander à rentrer chez moi ».

La situation est différente pour une primipare et une multipare

La situation est différente pour une primipare et une multipare

"Beaucoup de femmes aimeraient être libérées le plus tôt possible, mais il y en a d'autres qui ont besoin de temps pour s’habituer à l'allaitement maternel, et pour poser des questions», dit Gannon. "J’ai beaucoup d'empathie et de compassion pour les difficultés qui peuvent survenir lors du retour de la mère à la maison ".

Les israéliennes sont libérées après 48 heures après un accouchement sans complications, et celles donnent naissance par césarienne restent cinq jours. Celles qui souhaitent être libérées plus tôt peuvent le faire en signant une décharge.

La réalité australienne est beaucoup plus dure avec les accouchées: une jeune mère est libérée 6 heures après un accouchement normal et 72 heures (!) après une césarienne.

Gannon commente : « Nous savons que la surveillance et l’accompagnement d’une femme pendant sa grossesse est un investissement sûr pour la santé du bébé qui aura une incidence sur le reste de sa vie. C’est la même chose concernant les premiers jours ou semaines suivant la naissance. Je pense qu’un pays comme le nôtre pourrait être beaucoup plus compatissant et humain ".

La position de M. Gannon connait également des oppositions. Hannah Dahlan, professeur d'obstétrique à l’université de Sydney, croit réellement que les soins apportés à la mère après la naissance devraient être donnés par le service communautaire MCHC, l'équivalent de la Tipat Halav israélienne, et pas par les hôpitaux. « Le meilleur endroit pour les mamans et les bébés est la maison, il y a moins de désordre et beaucoup moins de bruit ».

"Médicalement parlant, il y a un intérêt à garder un œil sur les femmes dans les 48 premières heures après la naissance», dit le Dr Gil Pomb, de l’hôpital Maayane Hayeshua, ancien directeur du service de maternité de l'hôpital Laniado. « Il y a des risques d’hémorragie du post-partum, d’infections etc. L’attention est également mise sur les baisses de l’humeur et autres signes pouvant annoncer la dépression post-partum ".

Selon lui, il y a également une différence entre les primipares et les mamans qui ont déjà des enfants qui les attendent à la maison. « Les jeunes femmes demandent souvent à être libérées tôt alors que les autres souhaitent récupérer tranquillement car leur retour à la maison ne sera pas de tout repos ».

Source : mako.co.il

Israël: un gène associé à une insuffisance ovarienne provoquerait l'infertilité

Israël: un gène associé à une insuffisance ovarienne provoquerait l'infertilité

Les médecins seront-ils à l’avenir en mesure de préserver les femmes de traitements futiles pour lutter contre l’infertilité ?

Des chercheurs de l’hôpital Beilinson en Israël ont identifié un nouveau gène associé à une insuffisance ovarienne qui serait une cause d'infertilité chez les femmes, et qui indiquerait une nécessité de don d'ovules pour pouvoir tomber enceinte.

L’insuffisance ovarienne primaire se traduit par l'absence de la puberté et de menstruations chez les jeunes femmes. 1% des femmes dans le monde souffrent d'un phénomène affectant la fertilité. Il existe des femmes chez qui la maladie est génétique, ce qui signifie qu'elles peuvent subir des traitements inutiles contre l’infertilité pendant des années sans savoir que le seul traitement efficace pour elles est le don d'ovules.

Un nouveau pas dans la lutte contre l'infertilité

Un nouveau pas dans la lutte contre l'infertilité

Les chercheurs ont décidé d'enquêter sur la question lors de la prise en charge de deux sœurs souffrant de ce phénomène. Toutes deux ont eu une puberté tardive, elles sont dotées de petits ovaires et n’ont pas de règles. L'une d'entre elles a fait part de sa difficulté à tomber enceinte. En raison du lien familial, les chercheurs ont émis l'hypothèse que la source de l'insuffisance ovarienne était génétique, et les deux sœurs ont été orientées vers un test de séquençage génétique.

L'étude soulève un nouveau facteur, qui n’est pas lié à l’insuffisance ovarienne originelle: une mutation unique d’un gène appelé SPIDR, agissant pour corriger des erreurs dans la séquence d'ADN. Les ovules sont considérées comme sensibles à ce type de correction, et les chercheurs ont été en mesure de prouver le lien entre cette découverte et l'insuffisance ovarienne.

Le Professeur Lina Basel Salmon, directrice de l'Institut de génétique à l'hôpital Beilinson, a expliqué : "dans le cas de découverte de la mutation, au lieu de mettre en place un traitement pour la fertilité, les médecins peuvent se concentrer sur la recherche d'autres solutions disponibles aujourd'hui, comme le don d'ovules. En outre, il est possible de faire des tests génétiques familiaux pour détecter la mutation et commencer un traitement hormonal précoce ».

Elle a ajouté que "dans la plupart des maladies génétiques, les dommages ont déjà été fait. Dans ce cas, les ovules qui ont commencé à se développer dans le stade embryonnaire sont endommagés et c’est difficile à réparer."

L'étude a été publiée dans la revue ""Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism".

Source : Israel HaYom

Israël: un piratage informatique raté et un hacker bredouille

Israël: un piratage informatique complètement raté

Un hacker a pénétré le système informatique du conseil régional de Lev Hasharon et a exigé une rançon de 300 000 dollars.

Un pirate informatique a attaqué mercredi les systèmes informatiques du conseil régional de Lev Hasharon, encrypté tous les serveurs d'information et a exigé une rançon de 5000 livres sterling pour chaque serveur. Après ajustement de tous les serveurs, la rançon se montait à 300 000 dollars.

Le hacker a réussi à pénétrer dans tout le système de défense et à supprimer toutes les sauvegardes. Le Conseil a déposé une plainte auprès de la police et a essayé de résoudre la crise sans avoir à payer la rançon.

Le logo du conseil régional de Lev Hasharon

Le logo du conseil régional de Lev Hasharon

Le CIO du Conseil, Moshiko Marziab, a tenté de restaurer les données dimensionnelles externes, ce qu’il a finalement réussi à faire.

Selon le chef du conseil régional de Lev Hasharon, Amir Ritov : «Ce fut une journée éprouvante pour les nerfs au cours de laquelle tous nos systèmes ont été paralysés, malgré toutes les moyens de protections mis en place. Heureusement, le CIO a  réussi à résoudre le problème rapidement et sans conditions de soumission. Nous n’avons pas le droit, d'aucune sorte, de céder au chantage, pas même quand il est question d’une xxtorsion, menaçant les systèmes qui nous sont nécessaires pour nous. "

Source : IsraelHaYom

Les frères Coen vont lancer leur toute première série télé

Les frères Coen vont lancer leur toute première série télé

Joel et Ethan Coen, réalisateurs primés par les Oscars, sont à l’origine de nombre de films souvent fantastiques comme Burn After Reading, Inside Llewin Davis,  The Big Lebowski, Fargo, True Grit ou encore Avé César. Aujourd'hui, ils font le grand saut et pour la première fois de leur carrière, débarquent à la télévision avec un Western.

Selon un rapport de Variety ce mardi, les frères Coen vont écrire et diriger "The Ballad of Buster Scruggs" pour Annapurna Television.

Les détails de l’intrigue n'ont pas été publiés, mais la série se déroulera dans le Far-Ouest et comprendra six scénarios distincts. Le spectacle pourrait aboutir à une sortie en salles, selon Variety.

"No Country for Old Men" des frères Coen

"No Country for Old Men" des frères Coen

Les deux frères sont les derniers metteurs en scène s’essayant à une série pour la télévision ces dernières années. L'auteur juif Woody Allen, qui a sorti sa première série télévisée sur Amazon Studios, a reçu un accueil assez tiède à l'automne dernier.

Le dernier projet des frères Coen fut la comédie "Avé, César!", sortie en 2016.  Cependant, c'est avec le genre Western qu'ils ont connu leur succès le plus critique et lucratif. Leurs films, "True Grit" et "No Country For Old Men", ont ratissé des centaines de millions de dollars et plusieurs nominations aux Oscars, comme lauréat du meilleur film.

Source : Arutz 7

Israël: les téléphones des soldats de Tsahal piratés par le Hamas

Israël: les téléphones des soldats de Tsahal piratés par le Hamas

L'armée israélienne a mis à jour un réseau du Hamas qui a affiché des photos séduisantes sur les réseaux sociaux pour attirer les soldats de Tsahal en ligne et voler des informations.

À la suite de rapports effectués sur plusieurs soldats en raison d'activités suspectes en ligne, une opération conjointe de Tsahal et du Shin Bet (Agence de sécurité israélienne) a été menée afin d'identifier des comptes gérés par les agents du Hamas.

Durant plusieurs mois, le «réseau de l'Opération Hunter» a identifié des dizaines de comptes sur des réseaux sociaux, tels que Facebook, qui fonctionnaient avec des identités fausses ou volées dans l'intention d'extraire des informations classifiées à des soldats réguliers et des réservistes.

Selon les hauts fonctionnaires du renseignement militaire, ces comptes ennemis abordaient les soldats des FDI en ligne, parfois de façon romantique,  leur demandant de télécharger des applications les infectant avec des virus cheval de Troie.

Les applications utilisées par le Hamas comprenaient Wowo Messenger, SR Chat et YeeCall Pro.

Une fois le virus installé dans le téléphone, les agents du Hamas pouvaient accéder à toutes les photos, à la localisation du soldat, aux messages texte et aux contacts. Ils auraient également eu accès à la caméra et au microphone du téléphone, leur permettant de prendre des photos et d'enregistrer des conversations sans que le soldat le sache. Ils avaient également la capacité de télécharger des applications cachées, de sorte que si l'application comportant le virus était supprimée, le téléphone resterait compromis.

Des soupçons ont été soulevés après que les séducteurs virtuels ont rompu le contact avec leurs correspondants soldats, ce qui a tiré la sonnette d’alarme chez leurs commandants.

Des photos séduisantes pour attirer les soldats dans le piège

Des photos séduisantes pour attirer les soldats dans le piège

« Là où était le téléphone, l'ennemi s’y trouvait aussi", a déclaré un haut responsable de l'armée israélienne, ajoutant que, même si les soldats masculins étaient la cible principale, certaines soldates étaient également visées. Dans l'ensemble, quelques «dizaines» de soldats, y compris un commandant, ont été compromis, mais la menace posée par l'intrigue a été considérée comme minime et l'intrigue déjouée.

"Il y a bien sûr un risque que cela nuise à la sécurité nationale, mais le préjudice porté est mineur", a-t-il ajouté, ajoutant que "toutes les personne qui avaient été piratées ne le sont plus".

Selon l'officier supérieur, aucun des soldats touchés par le virus n'a été arrêté parce qu'ils «sont tombés dans un piège». Tous les téléphones compromis ont été re-formatés afin d'empêcher tout nouveau piratage.

L’opération Hunter a ensuite été lancée pour sensibiliser le public au risque des réseaux sociaux et pour adopter des directives plus strictes afin de contrecarrer tous les nouveaux plans du Hamas pour pirater Tsahal.

Parmi les mesures prises par les militaires, l'élargissement des restrictions de l'utilisation des médias sociaux par les soldats.

Par exemple, il sera interdit aux soldats ayant le grade de major et de supérieur de télécharger des images les montrant en uniforme ou de publier qu'ils servent dans l'armée israélienne.

Actuellement, cette restriction s'applique uniquement au grade de lieutenant-colonel ou au-dessus.

L'IDF formera également les soldats pour apprécier la menace posée par les messages ou les images téléchargées sur les réseaux sociaux et créera un organisme qui fonctionnera 24/7 pour enquêter sur tous les rapports d'activité suspecte en ligne.

Selon Tsahal, il existe plus de 3 000 groupes Facebook liés aux FDI, dont des dizaines de groupes fermés (où les soldats parlaient parfois ouvertement de questions opérationnelles), infiltrés par le Hamas après avoir acquis la confiance des administrateurs. Ils ont depuis été alertés de la menace et avertis d'ajouter seulement des personnes connues de leurs groupes.

L’intelligence militaire a également publié de nouvelles lignes directrices plus prudentes pour l'utilisation des réseaux sociaux par les soldats: la confirmation des demandes d'amitié de personnes que l'on connaît personnellement, ne pas télécharger des informations classifiées et télécharger des applications uniquement à partir de l'App Store originale.

Les FDI exhortent tous les soldats, y compris les réservistes, à respecter les nouvelles lignes directrices et à signaler à leurs commandants s'ils estiment que leur téléphone a été compromis.

Source : Jpost