Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Le Pisco, alcool national péruvien, fait ses débuts en Israël

Le Pisco bientôt en Israël

Selon les responsables du commerce extérieur du pays sud-américain, le Pisco, boisson phare péruvienne, va être vendu pour la première fois en Israël.

Il sera tout d’abord disponible dans les bars et restaurants de Tel Aviv uniquement.

"Le Pisco sera en concurrence avec des boissons déjà positionnées sur le marché israélien. Nous sommes convaincus que les Israéliens se familiariseront avec notre distillat, qui fera bientôt partie de leurs préférences », a déclaré la Ministre du commerce extérieur et du tourisme péruvien Magali Silva au journal El Comercio.

Cette décision est le résultat des efforts intenses fournis par le bureau commercial du Pérou à Tel Aviv depuis 2014, qui fait partie d'une campagne internationale nommée "Pérou, dédié au monde", a ajouté Silva.

La boisson sera disponible en Israël sous la marque Barsol et sera importée par une importante société de spiritueux. Le nom de "Pisco" est protégé par l'Office des brevets d'Israël pour représenter les produits distillés exclusivement le long de la côte péruvienne entre Ica et Tacna, selon le journal La Republica.

Le cocktail Pisco sour

Le cocktail Pisco sour

Pendant des années, le Pérou et le Chili se sont disputé la paternité du Pisco, une eau de vie de vin obtenue par distillation du fruit de la vigne, comme le brandy et le cognac, mais sans prolongation du vieillissement en fûts de bois.

Généralement considéré comme une catégorie de cognac, il titre entre 30° et 45° d'alcool.

Le Pisco est surtout connu pour son utilisation dans l'élaboration du cocktail le Pisco sour. Le nom de cette boisson provient à la fois du Pisco, l'alcool utilisé et de « sour », mot anglais en référence à l'amertume du jus de citron et des composants édulcorants du cocktail.

Recette du Pisco sour :

Trois onces de Pisco

Une once de jus de citron (vert pour le Pérou, jaune pour le Chili)

Une once de sirop

Un blanc d’œuf

Six cubes de glace

Une ou deux gouttes d’Angostura amer (assaisonnement de couleur brune de 44 ° élaboré à base de rhum, de gentiane, d'écorces d'orange, de substances amères et d'aromates. Il s'agit d'un concentré d'essences utilisé pour les cocktails, fabriqué à Trinidad).

Le mélange doit être agité dans un shaker jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.

D'autres variantes du cocktail incorporent dans la recette originale des fruits comme l'ananas ou des plantes telles que la feuille de coca.

Source : jta.org et wikipédia

Israël : Cinq ans de prison pour un homme qui refuse le divorce à sa femme

Israël : Cinq ans de prison pour un homme qui refuse le divorce à sa femme

La Cour Suprême Rabbinique a condamné à cinq années d’emprisonnement un homme qui refuse de donner le Gett (document de divorce selon la loi juive) à sa femme. Le prévenu a dix jours pour reconsidérer son refus.

Les juges rabbiniques Rav Elyahou Heishrik, Rav Aaron Katz et Rav Michael Amos ont appuyé la demande de l'épouse de forcer la main à son mari par une peine d’emprisonnement.

Il y a un an, la Cour a décidé que le mari se devait d'accorder le divorce. Ce dernier a été convoqué pour accélérer le processus, mais il a refusé de donner le Gett à sa femme.

Il y a quatre mois, la Cour a rendu des décisions impliquant des mesures punitives, y compris la révocation du passeport du mari et le gel de ses avoirs. Cela ne fut pas suffisant pour vaincre son opiniâtreté, comme il l’a lui-même énoncé: «Je ne pourrai jamais lui donner le Gett. Même si elle me donne tout l'argent ainsi que l'appartement,  elle n’obtiendra jamais le divorce ».

5 ans de prison

5 ans de prison

Dans la nouvelle décision, les juges rabbiniques ont condamné le mari à 5 ans d’emprisonnement.  

Après avoir rendu leur verdict, les juges a envoyé un message à tous les "récalcitrants" : "L’envoi d'une personne en prison n’est pas facile et est considéré comme une action dure. Nous ne prenons pas cette décision à la légère, c’est avec le cœur lourd que nous le faisons. Emprisonner un homme ne signifie pas seulement lui ôter sa liberté physique, mais aussi sa liberté mentale et spirituelle. La Cour a pris cela très au sérieux ".

« Cependant, le mari n’a pas laissé le choix à la Cour car, face à sa douleur d’être emprisonné, il y a la tradition des Sages d’Israël qui oblige la Cour à tout faire pour sauver l’épouse de cette situation intenable. Il ne fait aucun doute que cette femme est d’ores et déjà considérée comme prisonnière. La sortir de cette situation tombe certainement sous le commandement de «rédemption des captifs», et l'obligation de respecter ce commandement retombe sur les épaules de la Cour. La même Torah qui oblige à donner un Gett et interdit la coercition sans fondement du mari nous commande de prendre des mesures dans les cas où la femme se retrouverait dans une telle situation, le plus tôt possible, même au prix de la contrainte du mari », ont ajouté les juges.

Voici le résumé de la décision :

  1. Par l'autorité conférée à la Cour par la loi juive et israélienne, la Cour ordonne par la présente l'incarcération du mari pendant 5 ans, tant qu'il ne donne pas le Gett à sa femme.
  1. La décision sera suspendue pendant 10 jours afin de donner une dernière chance au mari d’accorder le Gett à sa femme sans condition préalable. Dans le cas où il continuerait de refuser, la décision d'incarcération prendra effet automatiquement sans nouvelle audience ou décision.

3. "La Cour invite le mari à mettre fin à cette affaire au cours des 10 jours alloués à cet effet, et donc d'aller dans le chemin de la Torah».

Source : Arutz 7

Tsahal : Les soldats bénéficieront bientôt de repas plus sains

Fini la malbouffe chez Tsahal

La plupart des plus grandes bases militaires du pays vont désormais employer des sociétés de restauration externe. Objectif : des menus plus sains.

L'armée israélienne et le Ministère de la Défense vont sous peu publier un appel d’offre, à hauteur de centaines de millions de shekel, pour transférer la responsabilité des cuisines de Tsahal dans les 40 plus grandes bases militaires du pays à des sociétés de restauration externe.

Selon le rapport, les offres seront publiées dans un mois et demi, sous le nom de code "Tsamid", et comprendront une spécification détaillée des types de menus alimentaires qui seront servis aux soldats.

La liste de menus accompagnant l'appel d'offres montre que Tsahal travaille à mettre en œuvre les recommandations du Ministère de la Santé. Exit les saucisses, jugées dangereuses pour la santé par l'Organisation mondiale de la Santé qui a émis un avertissement. Autres victimes de l'offre, les borekas, qui eux aussi seront bannis des réfectoires militaires.

Moins de friture

Moins de friture

L’utilisation de viandes industrielles transformées et congelées, telles que des hamburgers, des kebabs et des nuggets sera grandement réduite, et d'autre part, l'utilisation la viande crue comme le poulet, la dinde et les poissons non traités sera encouragée. L'offre comprend également une exigence pour les méthodes de cuisson plus saines: moins de friture et davantage de cuisson au four.

Dans le cadre de l’appel d’offres, les soldats passeront à la consommation de pain et de couscous complets. De plus, dans les grandes cuisines seront servis des plats adaptés aux végétariens, aux végétaliens, aux personnes atteints de maladie cœliaque et aux personnes allergiques à certains produits alimentaires.

Une source impliquée dans la question a expliqué que la décision de transférer une partie substantielle des cuisines de Tsahal à une société externe repose non seulement sur l'efficacité, mais aussi sur la reconnaissance que des professionnels de la restauration permettront de fournir des plats plus variés et plus savoureux aux soldats.

Le chef du système alimentaire de l’unité « Manher » Gil Sander, a déclaré :« Nous voyons en cette décision de nombreux avantages économiques mais nous nous concentrons principalement sur la qualité de la nourriture qui sera soumise aux soldats. Par conséquent, en ce qui concerne les offres, les éléments clés seront la qualité de la nourriture, sa diversité, et bien sûr sa fraîcheur".

Source : Arutz 7

Israël : Les jeunes achètent de plus en plus de plantes aux effets psychoactifs.

datura-stramonium

Les pépinières du pays signalent une augmentation de l'achat par des adolescents de plantes ayant des effets psychoactifs.

Les adolescents se rendent dans les pépinières et demandent « candidement » à acheter des plantes. En pratique, il se trouve qu'ils ne sont intéressés que par les plantes qui ont des graines ou des feuilles avec des effets psychoactifs. La Léonure ou Oreille de lion africain et la Datura ne sont pas inclus dans la liste des psychotropes et ne sont donc pas interdits par la loi à la vente ou à la consommation.

Avec les feuilles d’Oreille de lion et celles de Datura, on peut faire des infusions. Les fleurs de la première peuvent être séchées et fumées et les graines de la seconde, mâchées.

Les infusions plongent le consommateur dans un état de stupeur mais une utilisation excessive présente un danger d’empoisonnement. La Datura peut altérer la fonction cardiaque. Les hôpitaux connaissent le risque et il existe un anticorps qui tente de neutraliser l'impact de la plante.

Oreille de lion

Oreille de lion

Etty Faul, pépiniériste, reconnait avoir la visite de jeunes qui se montrent très intéressés. Ils demandent en général une plante qui est déjà en fleurs pour ne pas avoir à attendre. « Nous faisons des efforts pour filtrer les demandes mais certains sont têtus et ne veulent pas accepter un non pour réponse. Ils appellent plusieurs fois sous diverses identités et inventent des excuses comme un travail de recherche à effectuer… pendant les grandes vacances", a déclaré Faul.

Selon elle, il ne faut pas prendre cela à la légère, les parents doivent rester vigilants. Une surdose, même de ces plantes innocentes, peut être dangereuse. "Nous sélectionnons les acheteurs jeunes qui veulent précisément ces plantes à des fins de recherche. Bien sûr, nous ne les leur vendons pas. Mais il n’est pas toujours possible de savoir, surtout si ils viennent avec un adulte», a ajouté Faul.

Les indiens avaient l’habitude de fumer de la Datura lors de leurs cérémonies. Interdite aux Etats-Unis, elle est autorisée en Israël et tout le monde peut en consommer, sans restriction pour les mineurs. L’approvisionnement en oreille de lion est beaucoup plus simple. Dans de nombreux parcs, elle est plantée en massifs ornementaux, et donc disponible gratuitement

Source: nrg.co.il

Une électrode nanotech autocollante qui mesure vos émotions et l’activité de vos muscles

électrode nanotech autocollante

Un nouveau "tatouage électronique" temporaire développé par l'Université de Tel Aviv pouvant mesurer l'activité des cellules souches musculaires et nerveuses est en passe de révolutionner la médecine, la rééducation et même les entreprises et la recherche en marketing.

Le tatouage se compose d'une électrode de carbone, d’une surface adhésive qui se fixe à la peau, et d’un revêtement de polymère conducteur qui améliore la performance de l'électrode. Il enregistre un signal fort et stable pendant des heures sans irriter la peau.

L'électrode, développée par le Prof. Yael Hanein, chef du Centre de TAU pour la nanoscience et la nanotechnologie, peut améliorer la restauration thérapeutique des nerfs et des tissus endommagés, et peut même conduire à de nouvelles perspectives dans notre vie émotionnelle.

La recherche du Prof. Hanein a été publiée le mois dernier dans les rapports scientifiques et présentée à un programme de nano médecine international qui s’est tenu à TAU.

L’une des applications importantes de la nouvelle électrode est la cartographie de l'émotion en surveillant les expressions du visage grâce à des signaux électriques reçus de la part des muscles du visage. «La capacité d'identifier et de cartographier les émotions des gens a de nombreuses utilisations potentielles», a déclaré le Prof. Hanein. "Les annonceurs, les sondeurs, les professionnels des médias et d'autres veulent tous tester les réactions des gens dans diverses situations. Aujourd'hui, sans outils scientifiques précis disponibles, ils comptent surtout sur des questionnaires inévitablement subjectifs. Notre électrode de peau fournit une solution plus directe et pratique ».

Le tatouage électronique développé à l'université de Tel Aviv

Le tatouage électronique développé à l'université de Tel Aviv

Le dispositif a été développé comme une alternative à l'électromyographie, un test qui évalue la santé des muscles et des cellules nerveuses. C’est une procédure médicale désagréable qui exige des patients de rester allongés dans le laboratoire pendant des heures. Souvent, une aiguille est insérée dans le tissu musculaire pour enregistrer son activité électrique ou bien les patients sont enduits avec un gel collant et froid et reliés à des électrodes de surface peu maniables.

«Notre tatouage permet aux patients de poursuivre leurs activités quotidiennes tandis que l'électrode surveille leur activité musculaire et nerveuse», a déclaré le Prof. Hanein. "L'idée est la suivante: le coller et l’oublier."

Selon le professeur Hanein, la nouvelle électrode de peau a d'autres applications thérapeutiques importantes. Le tatouage sera utilisé pour surveiller l'activité musculaire des patients atteints de maladies neurodégénératives dans le cadre d’une étude du Tel Aviv Medical Center.

"Mais ce n'est pas tout", a déclaré le Prof. Hanein. "Les données physiologiques mesurées peuvent être utilisées à l'avenir pour indiquer la vigilance des conducteurs sur la route, pour les patients en réadaptation après un AVC ou une lésion cérébrale et pour les personnes amputées qui pourront l’utiliser pour actionner leur membre artificiel à l'aide les muscles restants ".

L'électrode est le produit d'un projet du Conseil européen de la recherche (ERC) et a reçu le soutien du Consortium BSMT du Ministère israélien de l'Economie.

Source : aftau.org

Les scientifiques israéliens coupent une nouvelle fois l’herbe sous le pied des hackers

hacker-attack-825x497

Si vous craignez que votre ordinateur soit piraté, le déconnecter d’Internet sera en tout premier lieu la meilleure chose à faire. Cependant, cette mesure de sécurité ne suffit pas nécessairement à empêcher le vol des données de votre PC.

Les scientifiques israéliens ont récemment découvert une nouvelle façon d’extraire des données d’un ordinateur "air gapped" (physiquement isolé et incapable de se connecter sans fil ou physiquement avec d'autres ordinateurs ou périphériques réseau : NDT) grâce à une attaque de malware qui vole les informations à partir du bruit vrombissant du ventilateur interne de votre PC.

Dans un article publié par l'Université Ben Gourion, le chercheur Mordechai Guri, responsable du Centre de recherche sur la cybersécurité de Ben-Gurion (CSRC), ainsi que son équipe, Yosef Solewicz, Andrey Daidakulov, et le Prof. Yuval Elovici, a présenté la façon dont ils ont pu hacker avec succès les données d'accès à partir d'un ordinateur "air gapped", sans connexion Internet et hors réseau avec des ordinateurs possédant une connexion Internet et étant utilisés pour les tâches les plus secrètes.

Fansmitter

Fansmitter

Les ordinateurs ont deux ventilateurs ou plus qui tournent à une fréquence audible. L'équipe de Guri a utilisé les sons audibles des ventilateurs de refroidissement de l'ordinateur pour voler ses données. En introduisant des logiciels malveillants dans l'ordinateur "air gapped", l'équipe a été en mesure de prendre le contrôle des ventilateurs, de les faire tourner à des fréquences variables et de transmettre des données à un appareil à proximité. Le "Fansmitter", comme l’équipe le surnomme, fonctionne même sur les ordinateurs qui ont désactivé leurs haut-parleurs ou ne possèdent pas de haut-parleurs attachés.

Bien que cette méthode ne puisse être utilisée que pour voler de petites quantités de données, l'équipe a quand même réussi à en dérober suffisamment pour obtenir les noms d'utilisateur, les mots de passe et les clés de chiffrement. Jusqu'à présent, l'équipe a été en mesure d’opérer à un débit de 15 à 20 bits par minute mais elle travaille à des solutions pour augmenter cette vitesse.

Source : Nocamels.com

69% des rumeurs de WhatsApp se sont révélées vraies

69% des rumeurs de WhatsApp se sont révélées vraies

Deux ans après l'opération "Shouvou Banim" mise en place pour localiser les corps des trois garçons qui avaient été enlevés, une étude traitant de la propagation des rumeurs sur WhatsApp Israël à ce moment-là a été publiée.

L'étude a été réalisée en temps réel afin d'essayer d'identifier les rumeurs sur WhatsApp Israël, mais surtout pour tenter de localiser leur source, leur cheminement et les personnes qui les diffusent.

Les chercheurs ont cartographié 13 rumeurs différentes partagées à travers l'application tout au long de l'opération, et ont constaté que 69% d’entre elles étaient vraies. Les journalistes, le personnel militaire et les forces d'urgence ont participé à leur diffusion lors de l'opération.

L'étude a été menée par Tomer Simon, un doctorant du Département de médecine d'urgence à la faculté des sciences de la santé à l'Université Ben Gourion, et publié dans la prestigieuse revue "Computers in Human Behavior", sous la direction du Prof. Avishay Goldberg et du Dr Bruriah Adini.

WhatsApp serait plus fiable que Facebook

WhatsApp serait plus fiable que Facebook

«Les gens qui vivent des situations d'urgence tentent d'apaiser la tension en cherchant des informations sur l'incident. Après l’enlèvement, au fur et à mesure, un ordre de non- diffusion a été décrété. C’est la raison pour laquelle le public a utilisé les rumeurs pour compléter les lacunes de l'information » a expliqué Simon.

Les résultats montrent que 69% des rumeurs étaient vraies. D'autres études dans le monde entier montrent des pourcentages significativement faibles de rumeurs justes et des différences concernant les intermédiaires qui les distribuent.

Ainsi, Simon montre à travers ses recherches que le public israélien a fait le choix d’utiliser WhatsApp pour diffuser les rumeurs plutôt que Facebook car il apparaît comme plus privé et plus fiable.

La recherche montre que plus de 40% des utilisateurs de WhatsApp Israël ont été exposés à au moins une rumeur lors de l'opération "Shouvou Banim".

"Les rumeurs sont définies comme des fragments d'information dont le contenu ne peut être validé en temps réel, surtout quand il y a un ordre de non-diffusion, mais si elles sont perçues comme « sensées » et correspondent à la réalité de ceux qui les lisent, nombreux sont ceux qui les accepteront comme vraies et les partageront. Au cours de l'opération, certaines des rumeurs sont arrivées aux oreilles des officiers et soldats chargés de localiser les garçons et ont ébranlé leur confiance quant à la nécessité de leurs opérations », a ajouté Simon.

Source : Arutz 7

La startup israélienne qui produit du poulet en laboratoire… sans tuer de poulet

Super Meat lance une campagne de recrutement de masse et promet de produire de la viande de poulet sans tuer de poulet. Une telle décision aura des effets généraux sur l'équilibre écologique de la planète, la situation de la faim dans le monde, les prix du poulet et même la souffrance animale.

 

Le désir de produire de la viande sans nuire aux animaux est né il y a trois ans lorsque des boulettes de viande ont été clonées en laboratoire. Les médias du monde ont  largement couvert ce projet prometteur et depuis, ce domaine est en constante évolution.

Maintenant, nous sommes fiers d'annoncer qu’une entreprise israélienne innovante a également tenté de produire de la viande en laboratoire, cette fois ci il est question de poulet.

Cette start-up de biotechnologie nommée Super Meat est basée sur la recherche du Pr Yaakov Nahmias de l'Université hébraïque. Elle vise à élever de la viande de poulet domestique en évitant désormais de tuer des volatiles.

Comment ça marche ?

Les cellules sont prélevées par biopsie sur des poulets vivants puis transférés dans un incubateur où elles vont se reproduire dans des conditions qui imitent celles de l'environnement naturel.

Bientôt, du poulet in vitro

Bientôt, du poulet in vitro

Les cellules seront ensuite déplacées dans des capsules où les tissus se développeront jusqu’à donner de la vraie viande. Ces mêmes capsules seront proposées aux restaurants, aux supermarchés ou même aux consommateurs individuels. Les tissus seront transférés dans un dispositif spécial, qui est en fait un type de "four" pour les cuisiner.

Pour démarrer le projet, Super Meat a lancé ces jours-ci une campagne de crowdfunding visant à récolter, 100 000 dollars (à l’heure actuelle, ils en ont récolté plus de 30 000). Cependant, pour faire l’acquisition de ce prototype de "four", la société a besoin de 2,5 millions de dollars. Si tout va bien, le prototype de l'appareil devrait être prêt d'ici Janvier 2018.

Aujourd'hui, l'entreprise se compose de seulement huit employés, certains végétaliens. Au-delà de l'importance de prévenir la souffrance et l’abattage des animaux, il y a plusieurs avantages importants à cette viande in vitro, en particulier d’un point de vue écologique: la fabrication en laboratoire est bien moins nuisible à la terre que l’élevage des animaux eux-mêmes qui consomment des ressources telles que des espaces de vie, de l'eau et de la nourriture.

En outre, le fait qu'une augmentation de la production de viande ne nécessite pas beaucoup de ressources peut aider à résoudre le problème de la faim dans le monde, et à changer la situation actuelle d'une population croissante qui utilise des ressources qui diminuent. Du point de vue de la santé, les conditions de laboratoire stériles peuvent remplacer l'utilisation d'antibiotiques et de diverses substances donnés aux poulets de basse-cour.

Source : mako.co.il

Les huit raisons pour lesquelles nous aimons Israël en été

Voici huit raisons pour lesquelles nous aimons Israël en été

Il y fait peut être chaud et humide mais personne ne peut nier que les mois de Juillet et d’Août en Israël possèdent un charme unique.

Après tout, il ne fait pas plus chaud en Israël qu’aux Etats-Unis et il ne tombe quasiment aucune goutte de pluie depuis Avril jusqu’en Octobre.

Nous avons sélectionné pour vous huit raisons d’aimer Israël en été.

La pastèque

Rouge et juteuse, la pastèque (en hébreu Avatiah) cultivée en Israël et disponible uniquement durant les mois d’été représente le rafraichissement de l’été par excellence. Mangez-la en tranches, incorporez la à vos smoothies ou encore associez la à du fromage bulgare pour faire exploser ses saveurs.

Humide et sauvage

Il est important de rester hydraté pendant les mois chauds, mais vous n’êtes pas obligés de vous limiter à l'eau potable. Mettez votre maillot de bain et allez vous rafraîchir sur les plages israéliennes, dans les piscines, les sources naturelles, les randonnées dans l'eau, les parcs aquatiques ou encore dans une fontaine de la ville. Grace au soleil brûlant, vous sécherez en un tournemain. Si vous préférez nager la nuit, l'eau de mer est chaude comme un bain dans cette période de l'année. En Août, la température moyenne de l'eau de mer de la Méditerranée est d'environ 29°C.

Nahal Kibutsim à Beth Shean

Nahal Kibutsim à Beth Shean

Des festivals pour tous

L'été est la saison des festivals en Israël. Consultez les guides pour dénicher votre festival de cet été.

Il y aura également de nombreux concerts en plein air cet été en Israël : Pharrell Williams, Dire Straits, Joss Stone, Natalie Imbruglia, The Searchers et Morrissey sont parmi les étoiles attendues.

Jerusalem de nuit

Parmi ses autres qualités uniques, la capitale d'Israël est célèbre pour ses nuits délicieusement fraîches, même pendant l'été. Emportez un pull léger pour une promenade nocturne dans la vieille ville, au marché de Machane Yehuda, à Emek Refaim, au centre commercial Mamilla Alrov, à l’ancienne gare ou pour les promenades Sherover et Haas.

Le prodigieux spectacle son et lumière « 45 minutes » sur les murs de la Citadelle du musée de la Tour de David a lieu deux fois par nuit (sauf le vendredi).

Le paradis des enfants

Israël est bien connu comme l'un des endroits les plus adaptés aux enfants sur terre. Pendant les vacances d'été, des activités spéciales pour les jeunes sont disponibles tous les jours dans les musées, les parcs et les centres commerciaux à travers le pays. On retrouve des enfants sur les sentiers de randonnée, les plages et dans les parcs et pas seulement pendant la journée. La nuit, vous trouverez les rues, les restaurants et les cafés pleins d’enfants qui apprécient l'air frais de la nuit.

Kids

Kids

Bars et restaurants sur le toit

Détendez-vous avec un cocktail en profitant de la fraicheur nocturne au-dessus de la ville. A Tel Aviv, quelques-uns des points chauds sur le toit sont l'hôtel Brown boutique, 2C sur les tours Azrieli et B sur le toit à l'Hôtel Indigo. A Jérusalem, essayez le toit de l'Hôtel Mamilla ou le Rooftop Cheese & Wine à la maison d'hôtes Notre Dame.

Les glaces !

Les crèmes glacées vont de pair avec les journées chaudes. L’israélien moyen mange environ 10 litres de crème glacée chaque année, la plus grande partie au cours de l'été. Essayez les saveurs inspirées Mideast telles que houmous, halva, 10 épices, figue et grenade, ainsi que les sorbets de fruits frais.

Les sauveteurs israéliens

Les sauveteurs d'Israël sont uniques en leur genre. Perchés dans leurs tours pendant la saison estivale en petit short rouge et arborant un bronzage foncé, ils sont forts, abrasifs et parfois grossier.

Ils ponctuent la tranquillité des baigneurs de chapelets d’ordres précis et déclenchent l’hilarité du public lorsqu’ils ne sont pas immédiatement obéis. Donc, si vous vous baignez dans une zone non autorisée, que vous entendez une voix forte dans le haut-parleur et que toute la plage vous regarde, un conseil : sortez de l'eau !

Source : Israel21c

Un Juif britannique récompensé par David Cameron pour son action humanitaire

"Save a Child Heart"

Le Premier Ministre britannique a décerné un prix spécial à Walter Fellman, chef de l'organisation juive londonienne qui emmène des enfants malades se faire opérer en Israël.

L’agence de presse juive anglaise Jewish News a rapporté que Fellman a gagné cette reconnaissance grâce à l'organisation qu'il a fondée en 1999 - la branche britannique de l'organisation "Save a Child Heart" ( "Sauvez le coeur d'un enfant»).

Les activités de l'organisation se trouvant sous la direction de Felman sont destinées à sauver des enfants, en particulier dans les pays pauvres. Les enfants, parrainés par Fellman et son équipe, s’envolent pour le Wolfson Medical Center en Israël pour bénéficier de chirurgies capables de sauver leur vie. Fellman lui-même aurait amassé plus d'un million de livres sterling au bénéfice d'activités de bienfaisance.

Des chirurgiens opérants à l'hopital Wolfson

Des chirurgiens opérants à l'hôpital Wolfson

Ce n’est pas la première fois que Fellman se distingue. Avant de gagner la reconnaissance du Premier Ministre britannique, Fellman a également remporté le prix le plus prestigieux de l’association "Rotary" dont il est membre. L'association a choisi de marquer le succès de Fellman et de son organisation pour sauver 4000 enfants.

« Le travail de Walter a sauvé des vies » a déclaré Cameron, « Grâce à ses actions, des enfants ont été traités au niveau international, chose qui aurait été impossible pour eux sans cette aide - et les médecins dans leur pays d'origine y trouvent la possibilité de parfaire leur technique et d'améliorer leurs capacités."

Le site Jewish News a transmis que Fellman avait encore des difficultés à s’habituer à son nouveau statut de « bénéficiaire de prix et de distinctions honorifiques » et souligne que « cette reconnaissance est très importante pour l'organisation « Save a Child's Heart ».

«Je remercie le Premier Ministre de cette occasion qui me permets de mieux faire connaître le travail que nous réalisons», a conclu Fellman.

Source : Arutz 7