Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Trump prévoit d'accroître l'aide à l'Autorité Palestinienne

L'administration Trump prévoir d'accroître l'aide à l'Autorité Palestinienne

Selon une déclaration d’Haaretz lundi, citant les documents internes du Département d'Etat publiés par Foreign Policy Magazine, l'administration de Trump prépare des réductions majeures de l'aide étrangère américaine dans le monde entier, mais prévoit d'augmenter l'aide à l'Autorité palestinienne.

Les documents sont un plan budgétaire interne qui semble aligné sur l'objectif déclaré de l'administration de réduire plus d'un tiers du budget total de l'État et de l'USAID (United States Agency for International Development).

Les documents montrent des coupes majeures dans l'aide étrangère à de nombreux pays sur tous les continents, mais une légère hausse de 4,6% pour les territoires gérés par Autorité Palestinienne en Judée-Samarie et à Gaza, qui s'élèverait à 215 millions de dollars pour l'exercice financier de 2018 .

Les autres pays du Moyen-Orient susceptibles de voir un accroissement de l'aide, selon les documents, sont la Syrie, l'Irak et la Libye, avec des centaines de millions de dollars investis. Tous les autres pays du Moyen-Orient qui apparaissent dans le document, cependant, subiront de fortes coupes.

Barack Obama a libéré silencieusement 221 millions de dollars à l'attention de l’AP

Barack Obama a libéré silencieusement 221 millions de dollars à l'attention de l’AP

L'aide à l’AP a été coupée et restaurée par Washington plusieurs fois au cours des dernières années. Plus récemment, dans les dernières heures de son administration, l'ancien président Barack Obama a défié l'opposition républicaine et a libéré silencieusement 221 millions de dollars à l'attention de l’AP.

À la suite de cette révélation, le Département d'Etat a déclaré qu'il examinait le paiement et la possibilité d’apporter des ajustements pour s'assurer qu'il respecte les priorités de l'administration Trump.

En mars, le Département d'Etat a confirmé que l'argent d'Obama avait atteint sa destination, le porte-parole du Département d'Etat, Mark Toner, indiquant que l'argent était principalement destiné à des fins humanitaires.

La question de l'aide des États-Unis à l'AP fait les manchettes lorsque cette dernière a demandé unilatéralement de rejoindre la Cour pénale internationale (CPI). L'administration Obama a indiqué la révision de sa contribution annuelle de 440 millions de dollars à l'AP en raison de la décision.

Le sénateur républicain Rand Paul a ensuite présenté un projet de loi qui empêcherait immédiatement l'aide à l'Autorité palestinienne jusqu'à ce qu'elle arrête ses efforts pour rejoindre la CPI.

En avril 2012, Obama a contourné un bloc du congrès et a signé une renonciation déclarant que l'aide à l'Autorité palestinienne est «importante pour les intérêts de sécurité des États-Unis ».

Source : Arutz 7

Israël: d'anciens escrocs des options binaires au services de leurs victimes

Israël: des nouveaux immigrants au service des victimes des options binaires

Ils faisaient partie du problème, ils deviennent une solution.

Ils ont escroqués aux USA , en Israël, leur reconversion surprenante va permettre de réduire les prochaines victimes de cette activité frauduleuse.

Une startup basée à Tel-Aviv gérée par de jeunes immigrants américains juifs en Israël, ou olim, a pris l’initiative d'exploiter l'activité largement frauduleuse des options binaires centrée dans ce pays qui, selon les estimations, aurait généré jusqu'à 10 milliards de dollars par an pour aider les victimes.

Formée en partie par des anciens employés des options binaires, la startup nommée Wealth Recovery International a utilisé son savoir-faire à son avantage.

"Parce que j'ai travaillé dans les options binaires, je comprends comment ces entreprises fonctionnent", a déclaré Mike Smith, 33 ans, dans un entretien au bureau de l'entreprise. "Je me sens responsable, je veux aller de l'avant et aider les gens".

En l'absence d’actions sérieuses contre la fraude des options binaires par les autorités israéliennes, Wealth Recovery a aidé une douzaine de douzaines de victimes présumées de l'industrie à récupérer un total de plus de 4 millions de dollars. La société a connu une croissance rapide depuis sa création début 2016, dans certains cas en aidant les victimes de ses propres employés.

L'industrie des options binaires a émergé en Israël au cours de la dernière décennie. Selon une étude, plus de 100 entreprises israéliennes ont escroqué des centaines de milliers de personnes dans le monde de milliards de dollars et ont été accusées d'au moins un cas de suicide.

Les sites Web d'options binaires ont permis aux clients de placer des paris à court terme sur l'augmentation ou la baisse du prix d’une valeur. Dans la plupart des cas, cependant, les entreprises derrière les sites Web ont été soupçonnées de manipuler le jeu pour prendre tout ou presque tout l'argent de leurs clients. Ils ont utilisé des tactiques de vente agressives pour maximiser les dépôts et différentes stratagèmes pour éviter les retraits. Leurs identités ont été obscurcies par des structures d'entreprise complexes qui couvrent de multiples juridictions internationales, y compris les paradis fiscaux.

Austin Smith

Austin Smith

Des milliers d'olim des États-Unis et du monde entier ont contribué à aider les entreprises d’options binaires à cibler les étrangers dans leurs langues maternelles.

Les anciens employés de plusieurs entreprises ont déclaré que plus de la moitié de leurs collègues étaient Olim, et la plupart d'entre eux étaient des Américains. L'argent a été un atout majeur, le nouvel immigrant gagnant souvent plusieurs fois ce qu'il aurait pu espérer à Tel Aviv, l'une des villes les plus chères du monde.

Les anciens employés des options binaires ont décrit la culture de l'industrie comme dépravée. Formés pour mentir et appliquer la pression maximale, les vendeurs ont souvent travaillé tard dans la nuit pour toucher des clients dans des fuseaux horaires étrangers. Les gestionnaires les ont encouragés à ne pas avoir pitié, que l'objectif soit un retraité ou un patient atteint de cancer.

En février 2017, des semaines après que les responsables de l'application de la loi d'Amérique du Nord et d'Europe ont tenu une réunion d'urgence sur la fraude aux options binaires à La Haye, le FBI a déclaré qu'il étudiait l'industrie à travers le monde. Les États-Unis en 2013 avaient interdit la commercialisation d'options binaires à leurs citoyens, à l'exception d'une poignée d'échanges réglementés.

Au printemps dernier, Israël a permis aux entreprises d'options binaires d'opérer dans le pays pour autant qu'elles s'abstiennent de cibler leurs citoyens. En août, le chef de l'Agence juive, Natan Sharansky, a exhorté le gouvernement à fermer l'industrie "répugnante, immorale". Et en octobre, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé à une interdiction mondiale de ses pratiques «sans scrupules».

Wealth Recovery a fourni un emploi alternatif pour un nombre petit mais croissant d'olims américains, la plupart d'entre eux âgés d'entre 20 et 30 ans. Smith et ses deux copropriétaires ont fait l'aliyah des États-Unis, tout comme la plupart des gens qui travaillent pour eux. Près de la moitié du personnel, y compris Smith et un autre cofondateur, provenaient de sociétés d'options binaires. D'autres ont choisi de travailler chez Wealth Recovery plutôt que d'entrer dans l'industrie.

Les anciens employés des options binaires ont été essentiels au succès de Wealth Recovery. Leur maîtrise de l'anglais et leur familiarité avec les escroqueries les ont préparés à lancer les services de l'entreprise. Ils ont utilisé certaines des mêmes tactiques de marketing et de vente pour Wealth Recovery comme ils l'ont fait lors de leurs emplois antérieurs, y compris les pseudonymes.

"Je n'ai plus rien à cacher aux clients. Ici, je les aide", a déclaré Smith. "Je veux me distinguer de toute la fraude autour de moi.

Élevé dans le nord de l'État de New York par ce qu'il appelait «parents réformistes juifs aimants», Smith a longtemps été attiré par la fraude. Il a passé une bonne partie de ses 20 ans dans le sud de la Floride à exécuter des coups réussis, entre des périodes de désintoxication pour sa dépendance à l'héroïne. Il a fait l'aliyah en 2014 pour étudier à l'orthodoxe Aish Hatorah yeshiva à Jérusalem, en espérant que la religion l'aiderait à vivre une vie plus vertueuse.

Mais après quelques mois, Smith a déménagé à Tel Aviv et a trouvé un emploi en options binaires, grimpant progressivement les échelons de la société en apprenant comment elle fonctionnait réellement.

Le récit de Smith sur la façon dont il s'est retourné contre l'industrie est devenu une sorte de mythe fondateur de Wealth Recovery. Débordé de travail et sensiblement déprimé, Smith a entrepris un voyage à travers le pays. Sur le chemin du retour d'une visite à la tombe de son sage juif préféré, le rabbin Moshe Haim Luzzatto, il a pris un auto-stop orthodoxe haredi qui, arrivé à destination, l’a béni, prédisant qu'il ferait quelque chose de sans précédent pour le peuple juif.

Lorsque Smith est retourné à Tel Aviv ce soir-là, l'idée de Recovery Wealth lui est venue. Il s’est alors dit : « Que se passerait-il si je récupérais l’argent soutiré aux clients ? ». Quelques jours après son retour, il a quitté son poste et fondé Recovery Wealth dans le sous-sol de ses parents.

Grâce à sa connaissance intime de la fraude, Smith a prédit que les entreprises d’options binaires survivraient en se déplaçant dans différents pays et industries, comme ils ont déjà commencé à faire en prévision d'une répression en Israël.

Wealth Recovery a fait des plans pour les suivre. La semaine dernière, Smith s'est rendu à Chypre pour étudier la création d'un bureau, et il a établi des relations avec des avocats à travers le monde. Dans le même temps, Wealth Recovery a commencé à enquêter sur la fraude présumée dans l'industrie du diamant estimée à plusieurs milliards de dollars en Israël.

Source : Jta.org

Israël : la lettre d’Hitler de la députée Rachel Azaria

Israël : la lettre d’Hitler de la députée Rachel Azaria

La députée Rachel Azaria présente une lettre écrite par son arrière-grand-mère au président Hindenburg exprimant ses préoccupations concernant l'antisémitisme et la violence. Hitler y a ajouté une réponse manuscrite qualifiant ses propos de «mensonges ridicules».

La députée Rachel Azaria (Kulanu) a été surprise de découvrir récemment que son arrière-grand-mère, Frieda, était en possession d'une lettre manuscrite signée par Adolf Hitler. 

La lettre était à l'origine écrite à l'attention du président allemand, le Feldmarschall Paul von Hindenburg en 1933, l’année où Hitler est monté au pouvoir.

Frieda Friedman, incrédule, y exprimait ses inquiétudes au sujet de l'incitation à l'encontre des Juifs en Allemagne, en demandant: «Les provocations contre les Juifs, qui ne représentent qu'1% du peuple allemand, sont-elles un signe de courage ou de lâcheté ? »

Friedman a poursuivi en détaillant les sacrifices qu'elle et sa familles avait faits pour l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. "Je me suis fiancée en 1914 et mon fiancé a été tué sur le champ de bataille", a-t-elle déclaré. "Mes frères Max et Julius Cohen ont été tués en 1916 et en 1918. Mon seul frère qui a survécu, Willie, est revenu aveugle de la guerre ... tous trois ont reçu la Croix de fer pour avoir servi leur pays.

 la députée Rachel Azaria avec une copie de la lettre

la députée Rachel Azaria avec une copie de la lettre

"Mais aujourd’hui, les choses vont très loin. Dans les rues de notre pays, des tracts sont distribués, disant" les Juifs dehors! Et il existe des appels ouverts aux pogroms et aux actes de violence contre les juifs ".

Hindenburg a répondu à Friedman deux jours plus tard en disant qu'il était opposé à la violence et a même inclus une réponse manuscrite d'Hitler, qui affirmait: "Les prétentions de cette femme sont des mensonges ridicules. Il n'y a jamais eu d'appel aux pogroms".

La famille Friedman a finalement quitté l'Allemagne dans les mois précédant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

"Cette lettre m’a causé un véritable choc. Pendant des années, nous ne savions même pas qu'elle existait et elle est presque illisible", a déclaré MK Azaria.

"Je pense à Frieda, mon arrière-grand-mère, qui a écrit au président d'Allemagne, qui a espéré et attendu que quelqu'un l'aide. Après la mort de ses deux frères soldats dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale, elle n'imaginait pas que l'Allemagne l’abandonnerait de la sorte ", a-t-elle poursuivi.

"Sa lettre et la réaction choquante d'Hitler expliquent clairement ce que mes grands-parents m'ont enseigné depuis ma naissance. Le fait que nous ayons eu le privilège de vivre dans l'État d'Israël est un miracle inconcevable. Par conséquent, nous avons une énorme responsabilité d'agir jour après jour pour le bénéfice de l'Etat ", a conclu Azaria.

Source : Ynet

Israël : la terroriste de Qalandiya voulait mourir

Israël : la terroriste de Qalandia voulait mourir

Selon l'agence de sécurité Shin Beth, la terroriste qui a poignardé une soldate lundi matin au passage de Qalandiya a été identifiée comme étant Asya Kaabana, 41 ans, qui habitait dans la ville de Douma, dans la région de Shechem (Naplouse). Elle avait d'abord été identifiée comme une résidente de Taybeh, près de Ramallah.

Kaabana est mariée et mère de neuf enfants. Elle a récemment eu des problèmes de couple, et son mari a menacé de la renvoyer chez elle en Jordanie.

Le Shin Bet a également découvert que la terroriste s’est battue avec son mari dimanche soir au sujet de l'éducation de leurs enfants. Cette querelle a poussé cette femme à décider de mener une attaque terroriste, dans l'espoir que les forces de sécurité israéliennes l'abattraient, car «de toute façon, elle ne supportait plus sa vie».

Une garde de sécurité âgée de 28 ans a été légèrement blessée lors de l'attaque qui a eu lieu à 6h50 ce matin. Elle travaille pour le compte de l'Administration civile du ministère de la Défense. Elle a été transférée à l'hôpital Hadassah Ein Kerem pour y recevoir des soins.

Le passage de Qalandiya

Le passage de Qalandiya

Les enquêtes initiales montrent que la terroriste attendait au poste de contrôle et a demandé la permission d'approcher l’agent "afin de poser lui poser une question". Elle a ensuite sorti un couteau de son sac, s'est rapidement approché de la garde et l'a poignardée.

Le secouriste de United Hatzalah Yossi Polishuk qui est arrivé sur les lieux, a déclaré: "J'étais à l'intersection de Neve Yaakov située à proximité lorsque j'ai reçu la notification de l'attaque et de la présence d’une femme blessée qui avait besoin d'un traitement".

Les policiers et les gardes de sécurité ont tiré sur la terroriste, l'ont neutralisée et l’ont placée sous surveillance.

Le coup de poignard de ce lundi est le deuxième en moins de 24 heures. Un résident de l'Autorité palestinienne entré en Israël avec un permis de visite d'une journée garanti par une ONG de gauche a poignardé quatre Israéliens dimanche après-midi dans le nord de Tel-Aviv.

Source : Arutz 7

Israël: Juifs de France, quittez l'exil

Israël: Juifs de France, quittez l'exil

Plus d’un demi-million de Juifs vit actuellement en France et se persuade que « tout est comme d’habitude » et que la France est sa mère patrie.

Année après année, nous récitons la leçon de la Shoah : « Plus jamais ! ». Nous nous souvenons de ce qu’ont vécu nos frères et sœurs, nos pères et mères, ceux qui ont péri dans la vallée de la mort et ceux qui en sont revenus et nous promettons de tout faire pour que notre peuple ne se sente plus jamais aussi impuissant, suppliant des étrangers de leur accorder la grâce. « La leçon est que nous devons être en mesure de nous défendre de par nous-mêmes contre toute menace et contre tous les ennemis », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu. C’est la vérité.

Mais cela ne suffit pas. L’autre leçon de la Shoah, dont la flamme brillera à jamais est le grand appel qui doit résonner dans les villes de Judée et dans les rues de Jérusalem et Tel-Aviv: «Juifs, faites votre aliya! ».

« Plus jamais l’exil »

« Plus jamais l’exil »

Chers frères et sœurs, rentrez à la maison, votre place est ici. La Shoah a signé la plus cruelle période d'exil de notre histoire. Nous avont résidé durant des centaines d’années en Espagne et nous en avons été expulsés, des centaines d’années en Allemagne et nous y avons été exterminés. Nous étions aussi en Pologne et seules nos cendres subsistent dans ce pays où les Juifs ont vécu durant plus de mille ans.

Partout où nous vivions, nous nous avons contribué bien au-delà de nos forces – à l'économie, à la science, à la culture, à l'art, à la politique. A l’instant de vérité, cela ne nous a pas aidé.

Plus d'un demi-million de Juifs vit actuellement en France et se convainc que tout est comme d'habitude et que la France est sa patrie. Année après année, l'antisémitisme augmente. Qui attendez-vous ? Venez à la maison, nous avons besoin de vous, votre avenir est ici.

Aujourd’hui est le premier des « Dix jours de reconnaissance », séparant Yom HaShoah de Yom Haatsmaout. Tout celui qui se souvient de Yom Hashoah, qui promet « Plus jamais ! » doit se rappeler l’autre facette de cette affirmation, la aliya, le rassemblement des Juifs des quatre coins du globe vers la seule patrie que nous possédions. Et désormais, vous affirmerez : « Plus jamais l’exil ».

Source : Israel HaYom

Australie: des israéliens refoulés dans un magasin

Australie: des israéliens refoulés dans un magasin

Une boutique de piercing corporel de la ville australienne de Cairns au nord du Queensland  a affiché un panneau indiquant : "Aucun israélien n'est servi ici".

La touriste israélienne Mor Wenger a publié une photo du panneau samedi sur Facebook. Elle a expliqué dans le post être entrée vendredi dans la boutique Cold Steel Piercing avec un ami qui l’accompagnait en Australie pour se faire percer le nez. C’est alors que le propriétaire leur a déclaré qu'il ne les servirait pas parce qu'ils étaient originaires d'Israël.

"À ce moment-là, ce gars a dit qu'il ne pouvait pas me percer le nez parce qu'il ne servait pas les Israéliens [sic]. Il a expliqué n’être pas d'accord avec ce que fait notre gouvernement et ajouté que nous n’étions pas les bienvenus dans sa boutique ", a-t-elle écrit.

Cold Steel Piercing

Cold Steel Piercing

« Sa pancarte signifie : Je ne veux pas écouter, je me fiche de qui vous qui êtes, mais si vous êtes originaires d'Israël, partez. C'est de l’antisémitisme", a-t-elle ajouté.

Wenger a également écrit: «Je me souviens avoir entendu des histoires similaires en classe d'histoire, mais je n'ai jamais pensé que je me trouverais moi-même dans une telle situation, seule à l'autre bout du monde dans un pays nommé "land of no worries". Finalement, quand nous sommes sortis de la boutique, le patron nous a dit «pas de soucis». Personnellement, je n’en avais pas jusqu'à ce que je le rencontre".

Fairfax Media a signalé que le Cold Steel Piercing  de Cairns n'a pas répondu aux demandes d'interview. Depuis la publication de Mor sur Facebook, samedi, plus de 100 critiques négatives de l'entreprise sont apparues en ligne, y compris une invitation à boycotter le magasin.

Le rabbin Ari Ruben, basé à Cairns, a déclaré: «Mor est l'une des Israéliennes qui a participé à notre Seder de Pessah. Un certain nombre d'Israéliens ont vu le panneau et veulent se rendre demain à la boutique pour se confronter au propriétaire ...Nous verrons si c'est encore là demain ».

Source : Jta.org

Israël: la sirène du souvenir de la Shoah en diaspora

Israël: la sirène du souvenir de la Shoah en diaspora

Une nouvelle application aide les Juifs de Diaspora et les partisans d'Israël à commémorer le jour du Souvenir de l'Holocauste partout dans le monde en leur faisant écouter la sirène comme en Israël.

L'application "Standing Still" a été développée par les Israéliens Amir Zwickel et son épouse, Rotem Lev Zwickel, en collaboration avec la Fondation pour le bénéfice des victimes de l'Holocauste en Israël et le Lone Soldier Center à la mémoire de Michael Levin.

Les Zwickels ont déménagé à New York l'année dernière durant la période séparant le jour du Souvenir de l'Holocauste du Jour du Souvenir des soldats tombés au champ de bataille, ou Yom Hazikaron. Pour le premier, les sirènes sonnent pour commémorer le souvenir des victimes de l'Holocauste et, pour le second, la mémoire des soldats déchus.

Amir Zwickel se souvient avoir écouté la sirène en temps réel sur YouTube depuis son appartement de New York.

"C’est alors que nous avons eu une idée: Pourquoi ne pas développer une application simple qui pourrait permettre aux Israéliens - Juifs ou partisans d'Israël qui sont temporairement ou définitivement à l'étranger - de se connecter à ce qui se passe en Israël pendant ces moments importants et d'entendre la sirène en temps réel », a-t-il déclaré.

Un devoir de mémoire

Un devoir de mémoire

L'application vise à partager «les jours les plus israéliens» avec le monde, invitant les utilisateurs à «faire partie de notre communauté» et à «se sentir comme en Israël, même si cela ne dure que deux minutes».

L'application peut être téléchargée sur un téléphone, puis programmée pour entendre la sirène lorsqu’elle sonne en Israël ou à un autre moment.

"La Journée du Souvenir de l'Holocauste et celle commémorant le souvenir des soldats morts et des victimes de la terreur sont gravées dans l'ADN israélien et constituent une partie importante de notre culture", affirme l’application.

"Nous vous invitons à vous lever avec nous en souvenir des six millions de personnes qui ne sont plus là, pour ceux qui se sont battus et ont donné leur vie pour nous protéger, pour les survivants qui se tiennent debout, fiers ,et pour ceux qui risquent leur vie afin que nous puissions vivre en liberté ".

Les Juifs de la diaspora et les partisans d'Israël peuvent également faire un don aux survivants de l'Holocauste et aux soldats isolés qui en ont besoin en passant par les organisations ayant collaboré au développement de l'application.

L'ancienne ministre du Likoud, Limor Livnat, présidente bénévole de la Fondation pour le bénéfice des victimes de l'Holocauste en Israël, a écrit qu'elle accordait «une grande importance» à la collaboration avec des initiatives telles que cette application, qui facilite le souvenir de l'Holocauste pour les Juifs du monde .

"Nous avons tous une dette morale envers les quelques 200 000 survivants de l'Holocauste qui vivent parmi nous et ont traversé des horreurs que nous ne comprendrons jamais vraiment", a-t-elle déclaré. "Chacun d'entre nous a l'obligation d'agir, afin que les survivants de l'Holocauste puissent vivre leur vie avec dignité".

"L'histoire de la vie de ces héros doit être gravée dans nos cœurs et flamboyer à jamais dans la conscience nationale et internationale", a-t-elle déclaré.

Source : Jpost

Israël: des draps à motifs nazis vendus sur un marché

Israël: des draps à motifs nazis vendus sur un marché

Sur un marché en plein air, une israélienne a achèté des draps imprimés. Ce n'est que plus tard qu'elle a été surprise de constater que parmi les motifs de Tour Eiffel se dissimulaient des symboles nazis et des images d'Adolph Hitler. Le vendeur a adopté la politique de l'autruche et refusé de les lui reprendre.

Avant Pessah, Miri Grank, de Migdal HaEmek, a acheté un set de draps pour la somme de 60 shekel sur un étal d’un marché en plein air.

"C'était des draps colorés avec des estampes de la Tour Eiffel et des parapluies", a-t-elle déclaré. "Même quand je les ai placés sur le lit, je n'ai rien remarqué. Cependant, ma fille, qui a regardé de plus près, a remarqué les symboles et m'a dit:" Maman, il y a une photo d'Hitler ici ".

En effet, sur la partie supérieure des draps, ainsi que sur le dessus de la housse, on trouve une estampe d'un timbre nazi avec une image du leader génocidaire. À côté, un timbre-poste avec le symbole de l'Allemagne nazie.

Un timbre à l'effigie d'Hitler

Un timbre à l'effigie d'Hitler

Grank est retourné chez le vendeur, qui, dit-elle, n'a pas traité le problème avec une sympathie débordante

Interrogé, le propriétaire de la boutique a déclaré que puisque le problème n'était pas un défaut du produit mais plutôt un problème d'impression, il n'avait pas l'intention d'accepter de reprendre la marchandise, ajoutant que le client était censé vérifier l'état du produit avant l'achat.

L'importateur des draps, Arigad, a déclaré en réponse: "Après examen, il est apparu clairement que l'image reçue du fournisseur (en Chine) était différente de celle fournie aux magasins".

"Dès que nous avons été informés, nous avons averti tous les magasins que nous avions l'intention de retirer le produit des étals et de les récupérer. Nous invitons toutes les personnes l'ayant acheté à se rendre à nos bureaux. Le set de draps sera repris, remplacé par un autre modèle et les client se verront offrir un cadeau de la part de notre entreprise. Nous sommes désolés de cet incident ".

Source: Ynet

Israël: des bougies du souvenir distribuées dans les taxis Gett

Israël: des bougies du souvenir distribuées dans les taxis Gett

Dans le but d'honorer la vie et la mémoire des personnes ayant péri durant la Shoah, les chauffeurs de taxi Gett ont fait équipe avec une organisation à but non lucratif pour distribuer dimanche des bougies du souvenir biographiques à leurs passagers.

La veille du jour du Souvenir de l'Holocauste – Yom Hashoah - , environ 50 chauffeurs de taxi des principales villes du pays, parmi elles Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa et Beersheba, ont distribué des centaines de bougies en partenariat avec l'organisation Shem VeNer (Nom et Bougie).

Les bougies servent de mémorial personnel pour les personnes décédées pendant l'Holocauste et comprennent des détails de base sur les victimes, comme leur nom, leur année de naissance et de mort, et une courte biographie, selon Shem VeNer. Afin de recevoir plus d'informations sur la vie de la personne, les destinataires des bougies peuvent scanner un code à barres avec leurs smartphones. Ils seront alors redirigés vers un site Web proposant de plus amples détails.

"Cette initiative a servi de pilote, dans le but d'élargir la distribution des bougies chaque année et de les rendre partie intégrante d'une tradition nationale", expliquait une déclaration des partenaires.

Des bougies biographiques

Des bougies biographiques

"Afin de mettre en œuvre une nouvelle tradition, il est avant tout important d'atteindre les citoyens d'Israël", a déclaré Nora Siperman, PDG de Shem VeNer. "Nous savons que, grâce à la grande compagnie de taxi Gett, nous pourrons rapidement toucher une communauté diversifiée dans tout le pays".

Basé à Tel Aviv, Gett est une société de taxis populaire, les passagers peuvent commander des taxis partout et quand ils le désirent.

"Avec leur aide, nous serons en mesure de faire en sorte que de nombreux citoyens du pays soient exposés au projet, prennent une bougie à la fin de leur voyage et l’allument avec leur famille et leurs amis. Ils nous aideront à nous assurer que le souvenir de l'Holocauste restera pour toujours, même lorsque les survivants ne seront plus là pour témoigner", a déclaré M. Siperman.

Jusqu'à maintenant, Shem VeNer distribuait des bougies dans les écoles israéliennes en coopération avec le ministère de l'Éducation. Cette année, l'organisation a réparti  800 000 bougies parmi les étudiants du pays, a-t-elle déclaré.

Source : Jpost

Israël: chercheur de trésor à 12 ans, il devient spécialiste de la Shoah à 21 ans

Israël: un jeune soldat devient spécialiste de l'histoire de la Shoah

Lorsqu'il était en sixième, le second lieutenant Noam Korev a trouvé dans la maison de sa grand-mère une boîte en bois remplie de lettres en allemand et en yiddish appartenant à des parents ayant péri dans l'Holocauste. Ce qui a commencé comme un devoir de généalogie s'est transformé en une enquête fascinante qui a changé sa vie.

Le 2ndLT Korev, 21 ans, originaire de Jérusalem, qui a servi comme officier dans la brigade d'Etzion, a déjà publié deux ouvrages sur l'Holocauste après de nombreuses recherches en Israël et à l'étranger.

Tout a commencé lorsqu’il était âgé de 12 ans. Dans le cadre d’un projet de généalogie, Noam a fureté dans la maison de ses grands-parents et a trouvé une mystérieuse boîte en bois remplie de lettres en yiddish et en allemand datant de la Seconde Guerre mondiale. Sa nature curieuse l'a poussé à apprendre l'allemand afin de mieux comprendre le contenu des documents et d'approfondir l'histoire familiale.

À la fin de sa dernière année de lycée, il a commencé à écrire un livre sur l'histoire de sa famille.

"Ma mère ne savait pas la moitié de ce que Noam a découvert dans ses recherches pour son livre", explique sa grand-mère, Hava Bonfil, survivante de l'Holocauste. "Malheureusement, elle n'a pas eu la chance de le lire et d'en savoir plus sur notre famille. Elle ne savait pas qu'ils avaient été envoyés dans un camp de concentration avant d’être exterminés. Durant toutes ces années, elle a cherché et essayé de savoir ", a déclaré Hava, minée par la peine.

Le second lieutenant Noam Korev avec sa grand-mère, Hava

Le second lieutenant Noam Korev avec sa grand-mère, Hava

Selon Hava, sa mère avait voulu détruire la boîte dans laquelle Noam a glané la plupart des informations nécessaires à son premier livre, souhaitant se débarrasser des mémoires de la guerre.

Pendant six ans, Noam a travaillé sur le livre avec sa tante archéologue Ruchama.

"Ce n'est pas commun", dit Noam avec un sourire. "Je ne connais pas beaucoup de jeunes qui étudient l'Holocauste. Cela occupe une grande partie de ma vie".

"Je suis très fière de lui", confie sa grand-mère. "Tout ce que je savais, c'est qu'ils avaient péri dans l'Holocauste. Tout à coup, tout le puzzle s'est réuni et j'ai découvert des vies entières qui avaient simplement été effacées de l'histoire".

Noam donne également la parole aux élèves sur le sujet. À la suite de ses conférences, de nombreux étudiants choisissent de commencer à faire des recherches sur l'Holocauste et sur leurs racines familiales. Les livres qu'il a écrits figurent dans la bibliothèque de Yad Vashem à Jérusalem. Son premier livre est intitulé "Because They Were, and They are Gone, and Yet Remain". Il raconte l'histoire étonnante de la famille Steinhardt. Son second ouvrage, "The Bird's Eye", raconte l'histoire de la famille Strauss, du côté de son père.

Source : Ynet