Judith Douillet

Niçoise d'origine, Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 14 ans. Elle est traductrice et rédactrice pour divers organismes en Israël. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Israël: un médicament contre le cancer nommé d'après la Torah

Israël: un médicament contre le cancer nommé d'après la Torah

Une société pharmaceutique a reçu l'approbation de la Food and Drug Administration des États-Unis pour commercialiser son nouveau médicament sous un nom tiré de la Torah.

Dans un communiqué de presse, Steba Biotech a affirmé que c'était la première fois que la FDA approuvait un nom pour un médicament basé sur «son contexte biblique» et non sur ses ingrédients actifs.

Le médicament, nommé Tookad, soigne le cancer de la prostate dans le cadre d'un traitement à base de laser destiné à être peu invasif. Il a reçu diverses formes d'approbation en Israël, au Mexique et dans plus de 30 pays européens.

Son nom vient du livre du Lévitique ( 6: 6),  qui dit: "Un feu perpétuel sera entretenu (en hébreu Toukad) sur l'autel, il ne devra pas s'éteindre" (traduction JPS 1985).

Steba Biotech, basée à Luxembourg, possède des installations en Israël, y compris un centre de recherche. Une partie de la technologie utilisée dans le traitement Tookad a été autorisée par l'Institut Weizmann des Sciences de Rehovot.

Fabrice Harari, président et PDG de Steba Biotech, a déclaré au Jerusalem Post par téléphone que «cela fait saint» d'utiliser un nom biblique, attribué au début de la phase de recherche pour le médicament.

Tookad dans la Torah est "le feu éternel qui vient dans le [Saint] Temple pour brûler le sacrifice", a-t-il dit, qui est lié au concept original du médicament, "un médicament qui apporterait une sorte d'énergie pour détruire la tumeur cancéreuse. "

Il a attribué à son père la découverte du nom et l'analogie qu'il représente entre le médicament et la mention de son nom dans la Torah.

"Un feu perpétuel sera entretenu sur l'autel"

"Un feu perpétuel sera entretenu sur l'autel"

Interrogé sur le processus de désignation des médicaments, Fabrice Harari a déclaré que: "le nom commercial d'un médicament est généralement décidé à un stade ultérieur, parfois après l’approbation du médicament. Pendant tout son développement, le nom commercial n'existe pas. Il porte généralement un nom de code.

La société a utilisé le nom Tookad à des fins de développement et l'a conservé pour le produit final, n’essuyant aucun refus de quiconque.

Fabrice Harari a raconté une de ses anecdotes préférées entourant le nom du médicament. Quelque temps après sa désignation officielle, un rabbin lui a montré comment les mots "Tookad", "Refaeini" (je guérirai), et "Harari" ("ma montagne", mais aussi son nom de famille) apparaissent tous dans les versets de la Haftarah (partie du Livre des Prophètes lue après la section hebdomadaire de la Torah) de la paracha (section hebdomadaire de la Torah) Bechukotai.

"Quelles sont les chances que cela existe?", a-t-il demandé - que trois mots qui reflètent ce que le médicament vient représenter pour lui se trouvent être tous rassemblés dans la même section de la Torah.

Source : Jpost.

Le mufti de Jérusalem condamne les fouilles israéliennes

Le mufti de Jérusalem condamne les fouilles israéliennes

Le Mufti de Jérusalem, le Cheikh Mohammed Hussein, a averti mardi que les fouilles archéologiques israéliennes près du Mont du Temple étaient "catastrophiques" et visaient à "changer l'identité" de la ville.

Le mufti a affirmé qu'Israël effectuait des travaux d'excavation dans les palais omeyyades, dans la partie nord du Musée islamique, située à l'ouest de la mosquée al-Aksa.

Le cheikh Hussein a déclaré dans un communiqué qu'il s'attendait à ce que les fouilles servent à miner et à détruire les structures islamiques situées dans toute la région. Selon lui, l'objectif d'Israël était de "judaïser" le site historique et tout Jérusalem.

Jardins archéologiques des palais omeyyades

Jardins archéologiques des palais omeyyades

"Les autorités d'occupation prétendent chercher les fondations de leur prétendu Temple ", a déclaré le mufti. "La mosquée al-Aksa est en danger réel à la suite de ces fouilles, surtout s'il y a un tremblement de terre, qui causera de graves dommages aux bâtiments."

Il a appelé les pays arabes et islamiques, ainsi que tous les gouvernements du monde et les Nations Unies, à agir rapidement et à exercer des pressions immédiates sur Israël pour qu'il «arrête ses projets, ce qui intensifie les tensions dans toute la région».

Au cours de la période omeyyade, entre 661 et 750, une série présumée de six palais fut construite au sud et à l'ouest de la mosquée al-Aksa pour servir de quartier administratif à la gestion des affaires de Jérusalem et de la mosquée al-Aksa. Les palais, construits avec des pierres renversées par les Romains depuis les murs de l'enceinte du second temple d'Hérode, sont conservés dans le parc archéologique de Jérusalem - Davidson Center.

Source : Jpost

Israël perd patience: le calme à Gaza ou la guerre

Israël perd patience: le calme à Gaza ou la guerre

Gaza ne semble pas l’avoir compris, mais Israël a perdu patience. Encore quelques cerfs-volants et ballons incendiaires dans les prochains jours, et les deux côtés risqueraient de glisser vers une escalade rapide et étendue.

Le Hamas est convaincu que les voix émanant d'Israël sont des "menaces en l'air"; Que les visites des membres des hauts échelons militaires et de sécurité dans la bande de Gaza nous "retiennent d'agir"; Que l'exercice de la 162e division dans le Néguev et le déploiement des batteries de dôme de fer étaient destinés uniquement à l'intimidation; Que les attaques relativement importantes de ces derniers jours visaient à transmettre qu'il n'y avait aucune intention réelle de se battre; Qu'Israël regarde seulement vers le nord, et ne veut vraiment pas la guerre dans le sud.

Cette analyse du Hamas est fondamentalement erronée. Des conversations avec des hauts fonctionnaires de l'échelon politique et de sécurité au cours des dernières 24 heures indiquent que la patience israélienne est épuisée. Quelques hauts responsables israéliens pensent encore qu'il ne faut pas faire la guerre aux ballons incendiaires – d’autant plus que ces derniers (qui sont devenus le nouvel outil favori, en lieu et place des cerfs-volants) n'ont tué personne, alors que la guerre en tuera beaucoup. Le consensus actuel parmi les décideurs est que le stock d'opportunités du Hamas est épuisé.

Parmi les politiciens ou des commentateurs, certains pensent que le vecteur de prise de décision en Israël a changé. La vérité est qu'Israël ne voulait pas de guerre à Gaza. Plus précisément: elle ne veut toujours pas. Pour cette raison, Israël a tenté par tous les moyens d'arrêter les attaques du Hamas - d'abord les manifestations violentes à la frontière, puis la vague d'attaques le long de la barrière et, ces dernières semaines, la terreur des cerfs-volants et des ballons.

Il mène ses affaires comme d'habitude, mais prêt à agir. Yihya Sinwar // Photo: AP

Il mène ses affaires comme d'habitude, mais prêt à agir. Yahya Sinwar // Photo: AP

Tous les sous entendus possibles ont été transmis au Hamas. Au moyen de divers intermédiaires (principalement égyptiens, mais aussi de hauts responsables du Golfe, de Russie, d'Amérique et d'Europe) et par des moyens plus violents – des tirs à proximité des pelotons de lancement, des attaques d’entrepôts et de quartiers généraux, jusqu’à la destruction d'objectifs plus importants pour le Hamas, tels que des tunnels creusés en territoire israélien.

Le Hamas est prêt à se battre immédiatement

Suite à l'échec de toutes ces mesures, Israël a frappé l'endroit le plus douloureux pour le Hamas - le passage de marchandises dans la bande de Gaza, qui nuit financièrement à l'organisation en raison de la perte de financières. Cette initiative a échoué la semaine dernière, mais Israël l'a encore tentée avant-hier. La cessation de l'acheminement du gaz et du carburant vers la bande de Gaza d'ici dimanche prochain - en coordination avec les Egyptiens, qui ont fermé le terminal de Rafah - a été la dernière tentative d’éloignement du Hamas du champ de bataille.

Comme indiqué, il est douteux que Gaza comprenne qu'Israël a atteint les limites de sa tolérance. La confrontation est à nos portes. Son lancement, ou pas, est actuellement entre les mains du Hamas; En Israël, ils sont toujours convaincus que l'organisation ne veut pas d'une vaste opération - une hypothèse soutenue par les demandes du Hamas prévoyait un cessez-le-feu samedi dernier - mais il ne faut pas oublier qu’il ne s’agissait que d’une éventualité.

Par exemple: le Hamas, comme l'armée israélienne, a mené des exercices de combat avancées au cours des derniers jours et est prêt à se battre dans l'immédiat. Yahya Sinwar s'assure de déambuler parmi la population et de mener ses affaires comme d'habitude, mais ses subalternes sont pressés d'agir.

Ceux qui essaient de bloquer ce scénario sont les Egyptiens. Même s'ils réussissent aujourd'hui ou demain, il est douteux que le Hamas fasse un demi-tour stratégique, et il est donc fort probable qu'avec l'érosion des facteurs restrictifs, nous entrions dans la confrontation pendant l'été 2018. L'ampleur de cette confrontation est inconnue; Cela dépend de l'ampleur des pertes des deux côtés, des efforts de médiation, de la pression interne et internationale, et surtout de ce qu'Israël choisit comme cibles.

Mettre fin à la terreur des cerfs-volants et des ballons incendiaires constituent un objectif important mais non stratégique. Juste avant le début des opérations, il vaut la peine de décider quelle est la cible. Restaurer le calme au sud est un bon point de départ, à condition qu'il soit exploité pour un changement stratégique de la réalité vis-à-vis de Gaza.

Source : Israel HaYom

Israël: le cannabis, nouvel ingrédient beauté

Israël : le cannabis, le nouvel ingrédient beauté

L'industrie des produits de beauté passe au vert.

Des lotions toniques aux masques pour le visage, des crèmes pour les mains aux baumes pour les lèvres en passant par les parfums, les nouveaux produits de beauté contenant des ingrédients dérivés du cannabis arrivent sur les étalages à un rythme de plus en plus rapide. Après tout, le marché légalisé du cannabis médical est en train de changer le monde - et les marques de cosmétiques n’ignorent pas cette tendance.

"Tous les détaillants cherchent à introduire des produits cosmétiques à base de cannabis dans leurs magasins", explique Roby Zomer, cofondateur et directeur général de la marque israélo-européenne MGC Pharmaceuticals, dont la filiale MGC Derma a récemment commercialisé 18 produits contenant du cannabidiol haut de gamme sur les étagères du détaillant de mode et de beauté de luxe britannique Harvey Nichols. "Les gens recherchent des produits de beauté uniques. L'année dernière c'était la bave d’escargot, aujourd’hui c'est le cannabis. "

Bien qu'il soit actuellement encore inscrit sur la liste des substances contrôlées, l'Organisation mondiale de la Santé devrait reclasser le cannabidiol dans les prochaines semaines.

"L'Organisation mondiale de la santé est sur le point de rééchelonner le CDB. Il a été mal compris et ne devrait pas être classé tel quel. Il est sûr à 100%", explique Saul Kaye, pharmacien et PDG d'iCAN Israel-Cannabis, un accélérateur de premier plan dans le domaine de la technologie du cannabis.

Le CBD est un produit chimique produit par la plante de cannabis, non psychoactif et supposé contenir des propriétés anti-inflammatoires, anti-bactériennes, antidouleur et anti-vieillissement.

Kaye dit que les essais actuels sur le CBD et les applications topiques en Israël - considéré comme le leader mondial de la recherche sur le cannabis - ont montré que le composé du cannabis pouvait aider à traiter le psoriasis, la dermatite atopique et certaines maladies cutanées auto-immunes chroniques. Une fois que nous avons commencé à voir qu'il est efficace par voie topique, il est très naturel que le CBD entre dans une large gamme de topiques [lotions, baumes, huiles]. "

En effet, une image de cette feuille verte reconnaissable entre toutes est devenue omniprésente sur les crèmes, lotions, toniques et masques promettant de nouvelles façons d'hydrater la peau, d’obtenir un teint clair et de nettoyer les pores. Le CBD est le nouvel additif avec un grand A pour les produits de beauté.

«Le CBD est aujourd'hui davantage un produit de bien-être qu'un produit pharmaceutique», explique Kaye à NoCamels. "Ce sera le prochain additif partout. Comme les Omega 3. "

Tous les produits cosmétiques qui promeuvent le CBD - tout comme tous les produits de beauté déjà sur le marché - n'ont pas tous la même valeur. Ainsi, les entreprises israéliennes ayant derrière elles la science du cannabis médical concluent des accords avec des entreprises de cosmétiques déjà sur le marché.

MGC Derma, basé en Slovénie, résulte d’une fusion entre MGC Pharma et le fabricant de cosmétiques accrédité par l'industrie, Dr. M. Burstein.

Produits de beauté prétendant contenir du cannabis, à Prague, en République tchèque, en juillet 2018. Photo via le personnel de NoCamels

Produits de beauté prétendant contenir du cannabis, à Prague, en République tchèque, en juillet 2018. Photo via le personnel de NoCamels

"MGC Derma a commencé en tant que société pharmaceutique. Nous savons combien de milligrammes de CBD existent dans nos produits ", explique Zomer à NoCamels. Tous les cadres de MGC Pharma sont des leaders éminents dans l'industrie du cannabis médical, les deux fondateurs étant originaires d'Israël. Nous avons cherché à fusionner nos connaissances pharmaceutiques dans des produits au jour le jour. Et nous avons pensé que les cosmétiques étaient un bon moyen. "

Les cosmétiques de la société contiennent du cannabidiol développé et produit par MGC Pharma. Zomer dit qu'ils ont des cobayes humains pour tester leurs produits.

"Nous avons plus de 54 formules et jusqu'à présent, 18 sur le marché. Les produits cosmétiques sont autonomes avec une gamme complète d'options », explique Zomer, notant que les crèmes ont été désignées comme soulageant les rougeurs, la sécheresse, la desquamation et la peau grasse.

La coentreprise Premier Dead Sea-Together constitue un autre bon exemple d'ajout de la CDB à des produits cosmétiques connus.

Together, une société israélienne spécialisée dans le cannabis médical, a signé ce mois-ci un accord de joint-venture avec Premier Dead Sea, une société israélienne spécialisée dans les cosmétiques à base de minéraux de la Mer Morte, pour produire une ligne thérapeutique.

"L'accord permettra la production et la commercialisation de produits qui combinent les propriétés médicinales des minéraux de la mer Morte avec ceux d'un composé de CBD. Les produits CBD sont déjà commercialisés dans le monde entier, nous pensons donc que la nouvelle entreprise, qui sera basée en Europe, sera capable de créer des marchés mondiaux pour nous, partout où ces produits sont vendus », a déclaré Nissim Bracha, PDG de Together.

La chanteuse américaine Mariah Carey est une présentatrice célèbre des produits Premier. On ne sait pas encore si elle va lancer une campagne pour la nouvelle ligne de cosmétiques Premier-Together.

Il y a aussi de Eau de cannabis. Wilde Vertigga, une ligne de vêtements unisexes, a récemment fait équipe avec Eybna Technologies, un leader mondial dans la recherche et le développement de solutions à base de terpène, pour créer un parfum de cannabis connu sous le nom de Wilde Kush.

Et ce ne sont là que quelques-unes des entreprises israéliennes qui s'intéressent aux cosmétiques CBD. Cependant, tous les produits à base de feuilles vertes ne contiennent pas de CDB. Certaines entreprises utilisent un parfum synthétique tandis que d'autres mélangent l'huile de chanvre, pressée à partir des graines de la plante. Les cannabinoïdes sont extraits des fleurs de la plante de cannabis.

Zomer, de MGC Derma, affirme que son entreprise se distingue parce qu'elle utilise des cannabinoïdes réels. Il dit que les crèmes qui ne contiennent que de l'huile de chanvre "ne peuvent pas garantir la présence de CBD".

Kaye explique qu'il y a une grande différence entre les produits de beauté - ce qu'il appelle les «cosmétiques de marketing» - et les produits thérapeutiques, les médicaments topiques.

"Tout comme le cannabis médical, tout est une question de dosage. Le CBD est une substance huileuse et son absorption sur la peau est horrible », explique Kaye.En effet, le fait que l'huile de CBD ne s'absorbe pas correctement est la raison pour laquelle des sociétés comme MGC Derma utilisent des crèmes à base d'eau qui sont formulées avec des ingrédients actifs naturels: pour assurer l'absorption.

Mais même les cosmétiques sans huile de CBD - avec seulement de l'huile de chanvre, ou même simplement un parfum de cannabis - sont susceptibles de commercialiser des bouteilles de shampoing, des flacons de crème pour le visage et des porte-rouge à lèvres dans de nouvelles nuances de vert. Après tout, ce dernier remède à base de plantes est très tendance.

Source : nocamels.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël: une autre excellente raison de boire du thé vert et du vin

Israël: une autre excellente raison de boire du thé vert et du vin

Une nouvelle étude israélo-américaine suggère qu'il existe un espoir de traiter certaines maladies métaboliques congénitales innées, et cet espoir est un composé facilement disponible dans une tasse de thé vert ou un verre de vin rouge.

La plupart des personnes ayant des troubles métaboliques héréditaires naissent avec un gène défectueux qui entraîne une déficience enzymatique critique. Parce qu'il n'y a pas de remède, ils doivent souvent suivre une alimentation stricte et contraignante toute leur vie.

C'est pourquoi cette étude récemment menée par le professeur Ehud Gazit et son élève Shira Shaham-Niv, étudiante en doctorat à l'université de Tel Aviv, est si prometteuse. Leurs résultats ont été publiés dans la revue du groupe Nature Communications Chemistry.

Les chercheurs ont examiné deux composés: l'épigallocatéchine gallate (EGCG), trouvé naturellement dans le thé vert, qui a attiré l'attention au sein de la communauté médicale pour ses avantages potentiels pour la santé; et l'acide tannique, trouvé dans le vin rouge, qui est connu pour empêcher la formation de structures amyloïdes toxiques qui provoquent des troubles neurodégénératifs tels que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson.

"Dans le cas des maladies métaboliques congénitales, le corps ne produit pas d'enzyme métabolique vitale", a déclaré Shira Shaham-Niv. "En conséquence, les métabolites - des substances qui sont, entre autres, les éléments constitutifs de l'ADN et des protéines - s'accumulent dans le corps. Une telle accumulation incontrôlée est toxique et peut causer de graves troubles du développement et des troubles mentaux.

"Notre nouvelle étude démontre une fois de plus la capacité de la nature à produire le meilleur médicament pour traiter certaines des pires maladies humaines."

Collectivement, ce groupe de troubles constitue une partie importante des maladies génétiques pédiatriques.

Le thé vert, un médicament naturel

Le thé vert, un médicament naturel

La maladie nommée phénylcétonurie (PKU), qui produit l'accumulation de la phénylalanine dans l’organisme, est une maladie métabolique innée commune. Les personnes nées avec la PKU sont confrontées à de graves problèmes de développement débilitants, à moins de se tenir à l'écart des aliments contenant de la phénylalanine, notamment les produits laitiers, la viande, le poisson, le poulet, les œufs, les haricots et les noix.

"Mais c'est une tâche incroyablement difficile, puisque la phénylalanine se trouve dans la plupart des produits alimentaires que nous consommons", a déclaré Shaham-Niv. "L'exclusion de certaines substances est le seul moyen de prévenir les effets débilitants à long terme des maladies métaboliques congénitales. Nous espérons que notre nouvelle approche facilitera le développement de nouveaux médicaments pour traiter ces troubles. "

Une refonte dans la compréhension des maladies métaboliques

La nouvelle recherche est basée sur deux études antérieures menées au laboratoire TAU de Gazit. Dans la première étude, la phénylalanine s'est révélée capable de s'auto-assembler et de former des structures amyloïdes comme celles observées dans les maladies d'Alzheimer, de Parkinson et d'autres maladies neurodégénératives.

Dans la seconde étude, réalisée par Shira Shaham-Niv, d'autres métabolites s'accumulant dans d'autres maladies métaboliques congénitales ont également été soumises à des processus d'auto-assemblage et forment des agrégats amyloïdes toxiques.

"Les deux études ont conduit à une refonte de la compréhension de la communauté de recherche sur les maladies métaboliques", a déclaré Shaham-Niv. "Dans notre nouvelle étude, nous avons examiné si les molécules identifiées dans des études antérieures sur la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies amyloïdes, qui inhibent la formation d'agrégats amyloïdes, pourraient également aider à contrer le processus de formation de métabolites amyloïdes dans les maladies métaboliques."

Dans cette étude, l'EGCG et l'acide tannique ont été testés sur trois métabolites liés à trois maladies métaboliques innées: l'adénine, la tyrosine cumulée et la phénylalanine. Les deux substances se sont avérées efficaces pour bloquer la formation de structures amyloïdes toxiques.

Les chercheurs ont également utilisé des simulations informatiques pour vérifier le mécanisme qui entraîne les composés.

"Nous entrons dans une nouvelle ère de compréhension du rôle et de l'importance des métabolites dans diverses maladies, y compris les maladies métaboliques, les maladies neurodégénératives et même le cancer", a conclu Shaham-Niv. "Les outils que nous avons développés sont révolutionnaires et ont un énorme potentiel pour aider un large éventail de patients à l'avenir."

Des scientifiques de l'Université de l'Illinois et de l'Université du Texas ont également participé à l'étude.

Source : Israel21C

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël: un camion transformé en pizzeria en haute Galilée

Israël: un camion transformé en pizzeria en haute Galilée

La pizza de Cookia est un must si vous vous trouvez en Haute Galilée. Le camion qui a été transformé en une cuisine et un comptoir de vente avec un impressionnant four à pizza au centre se trouve à côté du Café Cookia, une institution bien connue.

J’ai découvert le Café Cookia il y a une dizaine d'années et j'ai été heureuse de découvrir un café magique servant une cuisine savoureuse et méticuleuse, avec sa pâtisserie merveilleuse qui rend cet endroit incontournable depuis sa création.

Le couple Yoël et Aviva Orbuch est en charge de la pizzeria. Aviva a travaillé dans les cuisines et les boulangeries d'institutions bien connues de Tel-Aviv telles que Reviva et Celia, Orna Valla et Pasta Mia. Ses connaissances et ses compétences acquises au fil des ans l'ont amenée à Cookia et ont redéfini les règles du jeu culinaire dans le Nord.

Pizza Cookia: crème d'aubergines avec de la mozzarella fraîche, du fromage kashkaval, de la roquette et de la salsa de tomates

Pizza Cookia: crème d'aubergines avec de la mozzarella fraîche, du fromage kashkaval, de la roquette et de la salsa de tomates

Plus tard, elle a installé le camion de pizza près du café, et le domaine est devenu un bastion. Tout au long de la pelouse verdoyante entourant l'endroit, les familles dispersées et les voyageurs apprécient les plateaux de pizza chauds dans une atmosphère de pique-nique non contraignante pour les enfants. Ainsi, le kibboutz Dafna est devenu un lieu de pèlerinage pour les amateurs de bonne cuisine qui voyagent dans la région.

En collaboration avec le chef local Yossi Heib, ils développent le menu, transforment et innovent.

Dans le menu alléchant, il est recommandé de goûter: la pizza à la crème d'aubergines avec de la mozzarella fraîche, du fromage kashkaval, de la roquette et de la salsa de tomates pour 49 NIS ; la pizza des Balkans avec sauce tomate, mozzarella fraîche, fromage de chèvre, poivrons grillés, courgettes et olives thassos pour 49 NIS ; la pizza Shefa avec une sauce crémeuse aux champignons, des châtaignes, des champignons portobello, de la mozzarella et de la salsa de tomates pour 52 NIS.

Le menu comprend également une sélection de focaccia: antipasti avec une variété de légumes grillés pour 44 NIS, avec une variété de fromages, et des cannelloni aux épinards et ricotta pour 44 NIS.

Source : Israel HaYom

Israël: les hôpitaux mettent les patients en danger avec des médicaments contaminés

Israël : les hôpitaux mettent les patients en danger avec des médicaments contaminés

Un étude menée par le Yediot A’haronot montre que la plupart des hôpitaux israéliens ignorent la directive du ministère de la Santé qui les oblige à concocter des médicaments «à haut risque» tels que la péridurale, la chimiothérapie et les antibiotiques dans des conditions stériles. Ce faisant, ils augmentent le risque d'exposition aux infections chez les malades et les patients.

Chaque année, entre 6 000 et 8 000 personnes meurent dans des hôpitaux israéliens à la suite d'infections. Le ministère de la Santé a promis de lutter contre ce phénomène et le contrôleur de l'État a publié un rapport sérieux sur la question, mais malgré les promesses, la plupart des hôpitaux ne respectent toujours pas la procédure établie par le ministère de la Santé.

Selon la procédure, l'injection de médicaments à haut risque sans maintien d'un niveau élevé de stérilisation peut entraîner une contamination microbiologique. La procédure a été publiée pour la première fois il y a cinq ans, en juillet 2013, mais n'a pas encore été appliquée dans la plupart des hôpitaux en Israël. Ceci en dépit du fait que le ministère de la Santé effectue des examens dans les hôpitaux et admet qu'il existe des «lacunes».

Afin de réduire les coûts, la plupart des hôpitaux israéliens préparent les médicaments les plus sensibles pour la santé des patients dans les services ou les pharmacies, même si ces derniers ne remplissent pas les conditions sanitaires requises.

Parmi les médicaments qui sont préparés dans les hôpitaux, on trouve la chimiothérapie, les produits anesthésiants utilisés dans la péridurale, le TPN (mélanges d'aliments injectés en intraveineuse), les antibiotiques, diverses perfusions, etc.

Selon la procédure, les pièces où ces médicaments sont préparés doivent être stériles, spacieuses, avec un système de ventilation avancé, pour prévenir les infections. En outre, les échantillons provenant des médicaments restant en stock doivent être envoyés au laboratoire pour vérifier le niveau de bactéries qui s'y trouvent.

Des patients en danger faute de budgets

Des patients en danger faute de budgets

Certains hôpitaux reçoivent les médicaments d'une source externe, mais la plupart d'entre eux les préparent eux-mêmes dans des conditions qui ne respectent pas la procédure, mettant ainsi en danger les malades et les patients susceptibles d'être exposés à des infections.

"Il n'y a pas de budget pour répondre aux conditions de stérilisation"

Un certain nombre d'hôpitaux ont déclaré au ministère de la Santé qu'ils ne sont pas en mesure de respecter la procédure, car le coût de l'adaptation de l'hôpital aux conditions qui y sont inscrites s'élève à des dizaines de millions de shekels. Ils prétendent que tant qu’il n’y a pas de budget, ils ne seront pas en mesure de créer des médicaments à un niveau approprié qui ne met pas en danger les patients.

"Nous pensons qu'il s'agit d'une procédure importante qui doit être mise en œuvre, mais pour répondre aux exigences, nous devons adapter l'infrastructure et la main-d'œuvre, et cela coûte beaucoup d'argent", explique l'un des principaux hôpitaux. "Si le ministère de la Santé le finance, nous le ferons."

D’un point de vue pratique, la plupart des femmes enceintes qui sont actuellement à l'hôpital et qui réclament une anesthésie péridurale pour soulager les douleurs de l'accouchement courent le risque d'être infectées. La substance, qui est injectée dans la région sensible du bas du dos (près de la colonne vertébrale), est souvent concoctée dans des conditions qui ne respectent pas les procédures et dans des conditions non stériles pouvant causer une contamination microbiologique.

En février 2016, un incident inhabituel a eu lieu à l'hôpital Carmel: neuf patients âgés ayant reçu une injection d'Avastin pour améliorer leur vision ont été infectés par une bactérie mystérieuse et ont perdu la vue. Suite à l'incident, le ministère de la Santé a envoyé une lettre aux directeurs de l'hôpital, notant que l'enquête avait révélé que l'infection résultait du non-respect des bonnes règles de conduite définies dans la procédure du ministère de la Santé. Le ministère de la Santé a affirmé que les hôpitaux incapables de se conformer à la procédure sont tenus d'arrêter de préparer des mélanges.

Selon le ministère de la Santé: «Le système pharmaceutique a publié la Procédure 135 afin de réguler et de clarifier les exigences pour les préparations pharmaceutiques.» Dans les pharmacies des hôpitaux, toutes les activités pharmacologiques sont contrôlées et elles fonctionnent sous la supervision des pharmaciens locaux ».

Source : Ynet

Le plus vieux pain du monde trouvé sur un site préhistorique en Jordanie

Le plus vieux pain du monde trouvé sur un site préhistorique en Jordanie

Les restes calcinés d'un pain plat cuit il y a environ 14 500 ans dans un four en pierre dans le nord-est de la Jordanie ont offert aux chercheurs une délicieuse surprise: les habitants ont commencé à faire du pain, aliment de base vital, des millénaires avant de développer l'agriculture.

Quelle que soit la façon dont vous la découpez, la découverte détaillée de ce lundi montre que les chasseurs-cueilleurs de la Méditerranée orientale ont atteint l'étape culturelle de la fabrication du pain beaucoup plus tôt que prévu, plus de 4 000 ans avant la culture végétale.

Le pain plat, vraisemblablement sans levain et ressemblant un peu au pain pita, a été façonné à partir de céréales sauvages telles que l'orge, l'engrain ou l'avoine, ainsi que de tubercules d'un parent du papyrus aquatique qui avaient été moulues en farine.

Elle a été faite par une culture appelée natoufienne, qui avait commencé à adopter un style de vie sédentaire plutôt que nomade, et a été trouvée dans un site archéologique du désert noir.

"La présence de pain sur un site de cet âge est exceptionnelle", a déclaré Amaia Arranz-Otaegui, chercheuse postdoctorale en archéo-botanique à l'Université de Copenhague et auteure principale de la recherche publiée dans le journal Proceedings de la National Academy of Sciences.

Vestige d'une hutte de l'époque natoufienne dans le nord de la Jordanie

Vestige d'une hutte de l'époque natoufienne dans le nord de la Jordanie

Amaia Arranz-Otaegui a déclaré que jusqu'à présent, l'origine du pain avait été associée aux premières sociétés agricoles qui cultivaient les céréales et les légumineuses. La plus ancienne preuve de pain provient d'un site datant de 9100 ans en Turquie.

"Nous devons maintenant évaluer s'il existe une relation entre la production de pain et les origines de l'agriculture", a déclaré Mme Arranz-Otaegui. "Il est possible que le pain ait incité les gens à se lancer dans la culture et l'agriculture, si cela devenait un aliment désirable ou très recherché."

Tobias Richter, archéologue à l'Université de Copenhague et co-auteur de l'étude, a souligné les implications nutritionnelles de l'ajout de pain à l'alimentation. "Le pain nous fournit une source importante de glucides et de nutriments, y compris les vitamines B, le fer et le magnésium, ainsi que les fibres", a déclaré Richter.

Des preuves abondantes provenant du site indiquaient que les Natoufiens avaient un régime à base de viande et de plantes. Les cheminées rondes, fabriquées à partir de pierres de basalte plates et mesurant environ un mètre de diamètre, étaient situées au centre des huttes.

Amaia Arranz-Otaegui a déclaré que les chercheurs ont commencé à essayer de reproduire le pain et ont réussi à fabriquer de la farine à partir du type de tubercules utilisé dans la recette préhistorique. "La texture des tubercules", a déclaré Mme Arranz-Otaegui, "est assez graveleuse et son goût est salé, mais aussi un peu sucré".

Source : Jpost

Bulgarie: de faux restaurants casher induisent les Israéliens en erreur

Bulgarie: de faux restaurants kasher induisent les Israéliens en erreur

L'une des destinations les plus prisées des Israéliens, y compris de nombreux religieux, est la région de Sunny Beach à Bourgas, en Bulgarie. Sur place, comme son nom l'indique, il y a des plages, des hôtels, des parcs aquatiques, des restaurants et diverses attractions pour les voyageurs et les familles.

Les résidents ont rapidement découvert qu'ils devraient apprendre quelques mots en hébreu et offrir différents services aux Israéliens. Dans le même temps, les entrepreneurs israéliens ont ouvert des entreprises dans la région.

Au cours des dernières années, un certain nombre de restaurants israéliens kasher la mehadrin étaient ouverts dans la région, mais ils ont fermé au fil du temps. Des hommes d'affaires locaux ayant compris le potentiel économique ont entrés par la brèche et ont présenté leurs restaurants, où la viande est non-casher à 100%, comme cashers, trompant ainsi les consommateurs israéliens avec de faux certificats de casheroute.

"Wow! Si j'ai mangé un shnitsel, cela signifie que j'ai peut être consommé du porc?"

"Wow! Si j'ai mangé un shnitsel, cela signifie que j'ai peut être consommé du porc?"

"J'étais avec ma famille pendant une semaine en Bulgarie, et nous cherchions un endroit pour manger", a déclaré Danny Assouline sur un groupe Whatsapp qui relaye des informations pour les voyageurs Juifs religieux en Bulgarie. "Nous sommes passés devant l'un des restaurants, quelqu'un est venu nous demander en hébreu si nous cherchions un endroit pour manger, et nous a recommandé son restaurant".

"Il l’a présenté comme un restaurant de viande kasher avec un certificat de cacheroute. Nous nous sommes tous assis pour manger. En sortant du restaurant,  une personne religieuse que je connaissais m’a abordé et m'a demandé très surpris pourquoi je mangeais là. Je lui ai demandé quel était le problème et il m'a dit que c'était un endroit non casher et que le certificat de casheroute était faux. J'étais choqué. "

"Il est ici question de deux restaurants qui se présentent comme strictement casher, même si c'est absolument faux", a déclaré Assouline. «Des responsables sur place ont effectué des vérifications sur le sujet et ont dit que les propriétaires des restaurants se présentent comme des Israéliens, détenteurs de certificats de cacheroute, bien qu'ils servent de la viande non-cachère et effectuent des mélanges entre le lait et la viande. Ce sont des restaurants qui se trouvent à proximité d'hôtels où il y a habituellement beaucoup de Juifs religieux, et c'est donc dangereux".

Des internautes au regard perçant ont remarqué que les dates de validité en hébreu et français du certificat ne correspondent pas et sont espacées de plusieurs années. "Le problème est que beaucoup de touristes religieux ne vérifient pas le certificat et font confiance. Des personnes religieuses s’assoient là par erreur et il ne faut surtout pas qu’elles y mangent", a-t-il conclu.

Source : Israel Hayom

Israël: l'aéroport Ilan et Assaf Ramon d'Eilat est opérationnel

Israël: l'aéroport Ilan et Assaf Ramon d'Eilat est opérationnel

Le vol inaugural vers le nouvel aéroport international d'Eilat, Ilan et Assaf Ramon a atterri lundi, marquant un nouveau chapitre pour la ville de la mer Rouge qui vise à attirer les touristes souhaitant profiter de ses 360 jours de soleil.

Le transporteur domestique low-cost Arkia a effectué ce premier atterrissage et le vol 883 s’est posé sur la piste longue de 3 600 mètres de l'aéroport. Le premier vol d'essai a atterri le 5 septembre 2017. L'installation devrait ouvrir ses portes en mars 2019.

L'aéroport de Ramon, situé à 18 km au nord d'Eilat dans la vallée de Timna, remplacera deux aéroports régionaux. Le centre-ville de l'aéroport J. Hozman avec sa courte piste est actuellement utilisé par les avions à hélices, tandis que les avions commerciaux d'Europe et de Russie atterrissent à la base aérienne d'Ovda de l'IAF à 60 km au nord de la ville.

L'aéroport est nommé en mémoire du premier astronaute israélien Ilan Ramon, qui a péri dans la catastrophe du Columbia Space Shuttle en 2003, et de son fils Assaf Ramon, décédé six ans plus tard, lorsque son avion de combat F-16 s'est écrasé.

Photo de l'aéroport de Ramon: Yehuda Ben Itach

Photo de l'aéroport de Ramon: Yehuda Ben Itach

Les passagers à bord du vol inaugural de lundi comptaient le ministre des Transports, Israel Katz, et des représentants de l'Autorité aéroportuaire israélienne. Ils ont été rejoint par la veuve d'Ilan Ramon, Rona et sa famille lors de l'inauguration de l'aéroport.

"L'objectif est de renforcer la ville d'Eilat et de faire en sorte que les Israéliens préfèrent Eilat à d'autres villes à l'étranger", a déclaré M. Katz, faisant référence au nombre toujours croissant de citoyens qui préfèrent partir en vacances à l'étranger. L'année dernière, près d'un Israélien sur deux a quitté le pays pour des vacances.

"Je suis convaincu que beaucoup d'Israéliens préféreront s'envoler pour Eilat comme alternative à d'autres endroits", a ajouté Katz.

Actuellement, les compagnies aériennes européennes, y compris Ryanair, WizzAir, easyJet, Transavia, SAS, Finnair, Edelweiss et l'Oural atterrissent à Ovda pendant la saison d'hiver. Les vols internationaux et charters low-cost, ainsi que le trafic domestique, seront transférés à Ramon lors de son ouverture l'année prochaine. Le terminal devrait accueillir deux millions de passagers par an, avec une capacité d'extension de 4,2 millions de passagers d'ici 2030.

Alors que des plans sont en cours pour construire une liaison ferroviaire vers le centre-ville, entre-temps, des navettes transporteront les passagers pour le trajet de dix minutes vers le quartier des hôtels.

Dans le cadre d'un accord entre le ministère du Tourisme et le ministère des Transports visant à encourager le tourisme, Israël renoncera à la redevance de l'aéroport de Ramon pour trois ans. Actuellement Eilat est une zone sans TVA.

Les voyages internationaux à destination et en provenance d'Israël ont grimpé en flèche depuis que l'État juif et l'Union européenne ont ratifié l'accord «Ciel ouvert» en juin 2013, ouvrant la voie à la concurrence entre compagnies aériennes israéliennes et européennes.

L'aéroport de Ramon permettra à Eilat de récupérer la zone située entre le centre-ville et le quartier des hôtels, "un quart de la ville", a ajouté Katz.

Source : Jpost