Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Le doigt d'honneur de Michael Steinhardt au BDS

Le doigt d'honneur de Michael Steinhardt au BDS

Michael Steinhardt, cofondateur et principal bailleur de fonds de Birthright Israël, a fait un doigt d’honneur aux manifestants pro- BDS devant la salle où se déroulait un dîner de gala en l'honneur du 18e anniversaire du voyage gratuit en Israël pour les jeunes hommes et femmes juifs.

Plus de 150 étudiants des collèges des quartiers de New York et de Nouvelle-Angleterre ont protesté devant la Ziegfeld Ballroom à New York, où le gala annuel a eu lieu dimanche soir.

Les étudiants représentaient des groupes comprenant la Voix juive pour la paix, les Etudiants pour la justice en Palestine, l'Alliance de solidarité avec la Palestine et les Socialistes Démocrates d'Amérique, qui soutiennent le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël.

La manifestation était dirigée par Return the Birthright, une campagne soutenue par Jewish Voice for Peace et Independent Jewish Voices. Il appelle les jeunes Juifs à boycotter Birthright et à soutenir le droit des réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers en Israël. Pendant l'événement, le groupe anti-occupation IfNotNow, qui ne prend pas position sur le mouvement BDS, a projeté sur la salle de réception une image avec les mots «Birthright Lied To Us» et «La jeunesse juive demande la vérité».

Étudiants protestant à l'extérieur de la salle de bal Ziegfeld à New York, le 15 avril 2018. (Courtoisie de Jewish Voice for Peace)

Étudiants protestant à l'extérieur de la salle de bal Ziegfeld à New York, le 15 avril 2018. (Courtoisie de Jewish Voice for Peace)

Une citation attribuée au lauréat de la soirée, le milliardaire philanthrope Sheldon Adelson - "Israël ne deviendra pas un Etat démocratique - Alors quoi?" - a également été projetée sur le mur.

Adelson, un bailleur de fonds majeur pour Birthright, s’est vu décerner le prix «Guardian of the Jewish Future» lors de l'événement.

Les manifestants étudiants se sont enveloppés dans des châles de prière juifs personnalisés et ont manifesté en restituant des billets d'avion Birthright symboliques. Ils ont également lu les noms des villages palestiniens détruits il y a 70 ans, et les noms des 32 manifestants tués à Gaza au cours des trois dernières semaines lors des manifestations de la Grande Marche du Retour.

Une photo de Steinhardt et des manifestants a été postée sur Instagram par un photographe de l'agence publique turque Anadolu.

Source : Jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Les victimes de Madoff recevront 500 millions de dollars supplémentaires

Les victimes de Madoff recevront 500 millions de dollars supplémentaires

Le Madoff Victim Fund a commencé à distribuer 504 millions de dollars de fonds aux victimes du système de Ponzi de Bernard Madoff.

Les fonds, dont la distribution a commencé jeudi, seront envoyés à plus de 21 000 victimes de Madoff à travers le monde, selon un communiqué du ministère de la Justice.

La distribution est la deuxième d'une série de paiements qui restitueront à la longue plus de 4 milliards de dollars aux victimes de Bernard Madoff.

«Dans le cadre de l'un des crimes financiers les plus notoires et les plus inconcevables de l'histoire, Bernie Madoff a volé des dizaines de milliers de personnes, régimes de retraite, organisations caritatives et autres, tout en se finançant un style de vie personnel somptueux», a déclaré le procureur général Jeff Sessions.

"Nous ne pouvons pas réparer les dégâts de Bernie Madoff, mais la distribution d'aujourd'hui apportera un soulagement significatif à de nombreuses victimes de l'une des pires fraudes de tous les temps", a ajouté M. Sessions.

Madoff, un juif new-yorkais, a utilisé sa position de président de sa société de titres de placement pour escroquer des milliards de dollars de dizaines de milliers d'investisseurs depuis le début des années 1970 jusqu'à son arrestation en 2008.

Le système de Ponzi, une arnaque pyramidale

Le système de Ponzi, une arnaque pyramidale

La découverte du système de Ponzi a révélé les dizaines de milliards de dollars en faux profits que les victimes croyaient avoir gagné grâce à Madoff.

Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Si l'escroquerie n'est pas découverte, elle apparaît au grand jour au moment où elle s'écroule, c'est-à-dire quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients. Elle tient son nom de Charles Ponzi qui est devenu célèbre après avoir mis en place une opération basée sur ce principe à Boston dans les années 1920

Beaucoup d'organisations non gouvernementales juives importantes ont également subi de lourdes pertes, avec la Yeshiva University, qui s’est vue délester de 140 millions de dollars, Hadassah de 90 millions de dollars et la fondation d'Elie Wiesel, de 15 millions de dollars.

En 2009, Madoff a plaidé coupable pour 11 crimes fédéraux et purge une peine de 150 ans dans une prison fédérale en Caroline du Nord. Il a également été condamné à une amende de près de 171 milliards de dollars.

Source : Jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Les mots les plus israéliens de tous les temps

Les mots les plus israéliens de tous les temps

Pour célébrer le 70ème anniversaire d'Israël, l'Académie de la langue hébraïque a proposé son classement des mots les plus israéliens de tous les temps - un pour chacune des sept décennies du pays.

Après avoir invité le public à suggérer puis à voter sur les sélections, l'académie a publié lundi sa liste complète de sept mots plus une foule de concurrents perdants.

Le mot choisi pour la première décennie est, à juste titre, Atzma'ut, qui signifie indépendance.

La deuxième décennie est représentée par Mitun, qui signifie la récession, reflétant les temps difficiles vécus dans le pays pendant cette période.

Le mot choisi par le public pour la troisième décennie était Mahapach, ce qui signifie révolution ou renversement et fait référence au parti Likoud prenant le contrôle du gouvernement en 1977 dans une victoire surprise écrasante.

La quatrième décennie, a déclaré l'académie, est représentée par Shekel, la monnaie. En 1980, le shekel a remplacé la lire en tant que monnaie nationale, et en 1985 le shekel a été remplacé par le nouveau shekel.

Pour la cinquième décennie de l'État, les années 1988-1998, le public a voté sur le mot Taklitor, le mot hébreu pour CD.

Taklitor, le mot des années 1988-1998

Taklitor, le mot des années 1988-1998

La sixième décennie était également représentée par un mot technique, cette fois Misron, qui signifie SMS, ou message texte.

Et il ne faut pas s'étonner que la décennie numéro sept, 2008-2018, continue cette tendance, avec Yisumon, le mot hébreu pour app ou application - et de Waze à Viber en passant par Gett, les applications israéliennes ont laissé leur marque sur le monde.

Le seul problème est que la majorité des Israéliens se réfèrent encore à elles  par le mot applicatziot. Mais l'Académie de la langue hébraïque n'abandonnera pas ce combat.

En réalité, elle a créé sa propre application qui sert de plug-in pour échanger des mots étrangers qui se sont infiltrés dans la langue vernaculaire avec leurs alternatives hébraïques.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël: des avantages fiscaux pour les ennemis d'Israël

Israël: des avantages fiscaux pour les ennemis d'Israël

L'organisation de gauche "Physicians for Human Rights" ou PHR  (Médecins pour les droits de l'homme) a amené une délégation de médecins à Gaza pour soigner les Gazaouis blessés lors des dernières émeutes violentes contre Israël.

L'organisation a également livré du matériel médical aux hôpitaux de Gaza, dans le but de les aider à faire face au grand nombre d'émeutiers blessés alors qu'ils tentaient de porter atteinte les soldats des FDI stationnés du côté israélien de la frontière.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon (Kulanu) et le Comité des finances de la Knesset dirigé par le député Moshe Gafni (UTJ) ont accordé aux "Physicians for Human Rights"  une exemption d'impôt en vertu de l'article 46 en février 2016. Le PHR bénéficie également du soutien de l’anti-Israël New Israel Fund (NIF) et a reçu de sa part 127 271 $ en 2016.

La municipalité de Tel-Aviv-Jaffa verse 3 421,82 dollars au PHR par an, et une enquête menée par Arutz Sheva a montré que la municipalité n'avait pas l'intention de mettre fin à son soutien au groupe.

Le PHR

Le PHR

Le PHR bénéficie également d'un financement des gouvernements étrangers. L'année dernière, il a reçu 110 068,56 dollars du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, 37 640,02 dollars de l'Ambassade d'Allemagne et 42 202,45 dollars de l'Ambassade de Suisse.

Répondant aux questions d'Arutz Sheva, un porte-parole de Kahlon a déclaré que l'administration fiscale était la partie responsable de l'avantage fiscal du PHR. Entre-temps, l'administration fiscale a répondu que l'avantage fiscal de PHR sera réexaminé à la fin de 2018.

"La municipalité de Tel Aviv-Jaffa fait des dons à environ 110 organisations chaque année. "Physicians for Human Rights" a été examinée par le passé et jugée conformes aux critères de la municipalité en matière de santé et de bien-être,  a répondu la municipalité d'Aviv-Jaffa

"L'organisation fournit des services cruciaux qui ne sont malheureusement pas dispensés de manière adéquate par le gouvernement israélien."

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël: des étudiants font une découverte surprenante en creusant un chemin

Israël: découverte d'une lampe à huile portant le symbole de la menorah du Temple

Cette année en Galilée, des milliers d'étudiants israéliens creusent et mettent en place le premier «sentier intelligent», sur lequel des dizaines de pierres transmettront des informations et des activités aux téléphones mobiles des randonneurs.

Pendant qu'ils travaillaient, les étudiants ont découvert de manière inattendue une lampe à huile de 1400 ans portant le symbole de la menorah du Temple.

Le sentier sera présenté comme un cadeau offert au pays dans le cadre de la célébration de sa 70e année d'indépendance. Il couvre une distance de 70 kilomètres et est divisé en sections, retraçant les mouvements en Galilée des plus grandes figures du pays, les 70 sages du Sanhédrin qui ont réhabilité le peuple juif après la révolte de Bar Kokhba. Comme eux, le sentier traverse la Basse Galilée de Beit She'arim à Tibériade.

Pendant les fouilles, les étudiants ont découvert des vestiges matériels de l'époque du Sanhédrin: des preuves de l'industrie du verre qui est également mentionnée dans les textes rabbiniques, ainsi que des objets ornementaux datant de 1800 ans.

Une surprise particulièrement spéciale découverte lors de l'excavation de la piste était une lampe à huile intacte décorée du symbole de la menorah, datant des périodes byzantines ou omeyyades.

Dr. Einat Ambar-Armon, une archéologue de l’IAA et une experte des lampes en argile anciennes, a déclaré: "Contrairement au symbole moderne de l'Etat dans lequel la menora du Temple est représenté avec sept branches et une seule base large, la menorah gravée sur le lampe ancienne a huit branches et une base à trois pieds. "

"La découverte d'une lampe décorée d'une menora, symbole du peuple juif, est sans aucun doute passionnante, surtout sur un site avec un patrimoine si particulier sur une partie du sentier du Sanhedrin."

Une autre découverte fascinante qui a eu lieu pendant les fouilles de la piste est celle d'Ilai Yonah, un élève du lycée Hamoshava de Zikhron Yaacov, qui a trouvé une pièce d'or portant une inscription du sultan Soliman le Magnifique, bâtisseur des remparts de Jérusalem. Seulement deux autres exemplaires de ces pièces existent dans les trésors d'État.

Preuve de l'industrie du verre à l'époque du Sanhédrin.

Preuve de l'industrie du verre à l'époque du Sanhédrin.

Le Sanhédrin s'installa à Usha, puis passa à Shefar'am, Bet She'arim et Zippori jusqu'à ce qu'il s’établisse finalement à Tibériade. La route suivie par le sentier du Sanhedrin est divisée en sections pour la commodité des randonneurs; il traverse la Galilée le long des sites naturels et à travers de magnifiques paysages, tels que Nahal Zippori, Yodfat, le Mont Arbel, le Mont Atzmon et d'autres.

L'Autorité des Antiquités d'Israël (IAA) ouvrira le Sentier du Sanhedrin en l'honneur du Jour de l'Indépendance. Le sentier est unique et interactif, et des milliers de jeunes le préparent et l'excavent actuellement.

Immédiatement après le Jour de l'Indépendance, il y aura une semaine d'activités inaugurant le sentier du Sanhédrin. La semaine sera marquée par des activités gratuites ouvertes au public, ainsi que des manifestations auxquelles participeront des milliers d'écoliers.

Une application web unique qui servira de «guide indépendant» facilement accessible pour ceux qui parcourent le sentier dans les paysages spectaculaires de la Galilée, offrira une expérience de randonnée unique pour les familles, les individus et les groupes.

Des douzaines de grandes pierres "intelligentes", constituant chacune une sorte de station relais située le long de la piste, transmettront des informations utiles directement aux téléphones mobiles des randonneurs. La nouvelle application web "communique" avec les pierres, offrant des informations sur l'histoire récente et ancienne de la Galilée, la flore et la faune, le paysage, les points d'observation et les attractions.

L'application, qui est actuellement à un stade de développement avancé, est déjà opérationnelle et peut être utilisée lors de randonnées sur certaines parties du sentier.

Le directeur de l'IAA, Israel Hasson, a déclaré: «Le nouveau sentier et les découvertes qui l'entourent sont une célébration pour les citoyens d'Israël à l'occasion des 70 ans d'indépendance et un cadeau de milliers de jeunes qui ont investi énormément dans son développement. "

C'est un projet phare qui relie la future génération à son héritage et aux grands et inspirants leaders du peuple juif. Le sentier est une entreprise révolutionnaire utilisant des technologies de pointe pour se connecter à nos racines. Le projet sera encore développé dans les années à venir, créant une continuité du passé lointain vers l'avenir, qui sera utilisé par les randonneurs en Israël aujourd'hui et, espérons-le, les générations futures.

L'archéologue de l'IAA Yair Amitzur, qui a conçu l'idée du sentier, a déclaré: «Le Sentier du Sanhédrin est un vaste projet incorporant les valeurs de la nature, de l'environnement et de l'histoire et où se rencontrent les cultures de toute la Galilée. Il n'y a pas d'autre sentier en Israël qui utilise une telle application, et à cet égard, nous, les archéologues, faisons l'histoire. "

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël: de nouveaux restaurants pour le plaisir de nos papilles

Israël: de nouveaux restaurants aux quatre coins du pays

Après Pessa'h, tout le monde a envie de nouveauté. Assez de ce sentiment de déjà-vu, déjà goûté. Voici spécialement pour les lecteurs d'Alliance une sélection de restaurants israéliens kasher tout neufs, pour de nouvelles expériences en famille ou entre amis.

Karibu

Un nouveau restaurant de chef a ouvert à Eilat sous la supervision de David Almakayes et Yosef Shitrit ("David et Joseph").

Le restaurant est situé à côté de l'hôtel Queen of Sheba, spécialisé dans la cuisine méditerranéenne avec des plats tels que le filet de bœuf sur une crème de pommes de terre, et des pommes de terre à la moelle de bœuf avec une sauce Demi Glass (138 NIS); du sashimi de thon avec tomates hachées, oignons grillés et de la roquette au pesto et aux pignons (58 NIS); un tartare de poisson de mer au céleri, échalotes, radis et mousse d'avocat (56 NIS); ainsi que des plats comme des rognons de veau dans une pita (79 NIS) et du saumon cuit à la vapeur (NIS 110).

Rue Antib 8 (North Beach) Eilat, 08-6306780, dimanche-jeudi 19h00-24h00, samedi soir jusqu'à 24h00, casher

Ami Hachamen

Ami Hachamen est un nouveau shawarma qui a ouvert cette semaine à Ben Yehuda (coin Bograshov) avec un menu comprenant du shawarma de dinde arrosé à la graisse d'agneau (32 NIS dans une pita, 45 NIS dans une assiette) et un "buffet" salades.

En plus des salades habituelles, Ami a aussi une salade turque avec de l'oignon rouge et du chou chinois au sumak. En outre, il y a également du houmous maison, qui se combinera merveilleusement, comme ils le promettent, avec le shawarma. L'endroit appartient à Ami Bargil, un ancien restaurateur qui est retourné en Israël après un long séjour à l'étranger et est prêt à attaquer à nouveau le secteur.

Rue Ben Yehuda 48 Tel Aviv, Dimanche-Jeudi 10: 00-24: 00, Vendredi 10: 00-16 :00, Casher

Bliss, un nouveau glacier à Petah Tikva

Bliss, un nouveau glacier à Petah Tikva

Alimi pâtisserie

Eilat se renouvelle avec un nouveau café-pâtisserie, ouvert par Abraham Alimi diplômé d'une école de pâtisserie en France qui a travaillé comme chef pâtissier dans plusieurs hôtels dans la ville méridionale et qui a enseigné les écoles supérieures de pâtisserie dans le pays.

Dans sa boutique, qui s’étend sur plus de 140 mètres carrés, Abraham propose cinq types de pain au levain (20-25 NIS la miche de 700 grammes), des pâtisseries telles que des tartelettes, des mille-feuilles, des éclairs (20 shekels le gâteau individuel) et des croissants, qui ont déjà séduit un large public de fans.

De plus, vous pouvez déguster des petits déjeuners (40 shekels), des sandwiches, des focaccias avec une salade (18 shekels) et différents types de pâtisseries salées, y compris des borekas aux épinards et au fromage.

Rue haoragim 5 Eilat, 072-3945548, du dimanche au jeudi de 8h00 à 20h00, le vendredi de 8h00 à 15h00, casher Lemehadrin.

Etz Halimon - Le citronnier

Un nouveau restaurant a récemment ouvert à Hod Hasharon, à côté d'un jardin verdoyant avec des citronniers en son centre, qui propose une cuisine halavi avec uniquement des ingrédients locaux. L'endroit appartient à Shai Ben Amram, qui a grandi dans une famille d’agriculteurs et après 16 ans d'expérience dans le domaine de la restauration, réalise enfin l'espoir nostalgique de son enfance dans les vergers familiaux.

Le partenaire de l’entreprise est Ziv Zahavi, et ensemble, ils ont concocté un menu basé sur les produits israéliens. Des petits déjeuners italien (71 shekels pour une personne, et 124 shekels pour un couple), israélien (65 NIS pour une personne ou 115 pour un couple) ou turque avec une pâtisserie filo farcie de fromage et d’épinards avec accompagnements et salades (58 NIS).

Dans l'après-midi, vous pouvez commander des sandwichs (28-25 shekels), des plats principaux comme « Harish -. Plat de boulgour yéménite (38 NIS) etc. Il y a également des pizzas, des pâtes (50-68 shekels) et des poissons (90-125 shekels) .

Rue Hahashmonaim 2 Hod Hasharon, 09-7464422, dimanche-jeudi 9h00-22h30, vendredi 8h00- 14h00, samedisoir jusqu'à 22h30, casher Lemehadrin.

T A N T O

Une nouvelle pizzeria a ouvert ses portes au centre commercial Kenyoter à Ness Ziona. Le restaurant est réparti sur 60 mètres carrés et est conçu dans un style chaleureux. Le menu est casher et comprend des pizzas familiales (50 NIS), des pizzas individuelles (30 NIS), des parts des pizzas (10-22 NIS), des salades (32 NIS), des pâtes (30 NIS), des raviolis à la patate douce (35 NIS), des sandwichs et toasts (10-17 NIS).

Centre commercial "Kenyoter" 53 Nes Ziona, du dimanche au jeudi 11h00-21h00, casher

Bliss

Un nouveau glacier casher a ouvert ses portes dans le grand centre commercial de Petach Tikvah, proposant des glaces italiennes fabriquées sur place tous les jours, de la crème glacée au yogourt et une sélection de desserts et sorbets tels que les crêpes et les gaufres. Deux arômes coûteront 16 NIS, trois arômes coûteront 21 NIS et quatre arômes - 26 NIS

Grand centre commercial Petah Tikva, dimanche - jeudi 09h30-23h30, vendredi 09h30-16h00-, samedi soir jusqu’à 23h30, casher

La boucherie Assaf

Une nouvelle boucherie a ouvert récemment à Tel Mond, proposant outre la viande, des poissons surgelés, des épices et sauces pour la viande, des salades etc. Le patron de la boutique est Assaf Guetta, un boucher âgé de 28 ans. Il propose également de la viande congelée importée d'Argentine. Le magasin couvre 180 mètres carrés. En plus du bœuf, la boucherie a également des volailles de "Of tov" et "Mileof".

Exemples de prix: côtelettes d'agneau - 150 shekels le kilo, entrecôte – 150-168 shekels le kilo, kebab entrecôte - 55 shekels le kilo et des hamburgers préparés sur place sous les yeux du client - 65 shekels le kilo.

Rue Hadekel 60 Tel Mond, 09-9530505, du lundi au jeudi de 8h30 à 19h00, casher

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Ce que les femmes d'Israël et d'Occident ont appris les unes des autres en 70 ans

Ce que les femmes d'Israël et d'Occident ont appris les unes des autres en 70 ans

Les femmes juives américaines ont idéalisé les femmes israéliennes en tant que modèles féministes depuis l'époque du Yichouv, quand elles étaient photographiées labourant des champs aux côtés des hommes.

Les affiches post-indépendance présentaient des images de soldates combattant aux côtés d'hommes. Golda Meir, fumeuse à la chaîne, a servi comme Premier ministre israélien près de 50 ans avant qu'un grand parti politique américain nomme la première femme à la présidence.

Cette image de la féminité israélienne a tenu avec ténacité, mais c'est tout de même un mythe.

"Jusqu'à récemment, il y avait une perception qu'Israël avait une véritable égalité pour les femmes", a déclaré Francine Klagsbrun, New Yorkaise, auteur de la biographie récemment publiée "Lionne: Golda Meir et la Nation d'Israël" (Schocken). "Les femmes étaient dans l'armée. Ce n'est que plus tard que nous avons appris qu'elles avaient souvent des positions serviles et dans le Yishouv, on se moquait des femmes quand elles essayaient de construire des routes. Ce n'était pas l'égalité que les femmes croyaient avoir.

Les femmes juives israéliennes et américaines ont beaucoup appris les unes des autres depuis qu'Israël est né il y a 70 ans. Il y a eu une influence mutuelle entrelacée, disent les dirigeants des deux pays. Les femmes américaines ont été inspirées par de puissants modèles israéliens. Et les Israéliennes ont absorbé, souvent lentement, des idées féministes de leurs sœurs à l'étranger.

"L'influence mutuelle a été énorme", a déclaré Blu Greenberg, fondatrice de l'Alliance juive orthodoxe féministe, qui partage son temps entre le quartier de Riverdale dans le Bronx et Jérusalem. "C'est plus comme une marche en tandem qu’un impact supérieur d’un groupe sur l’autre"

"Nous étions perçus comme des superwomen", a reconnu Anat Hoffman, une Jérusalemite, directrice de Women of the Wall et de l'Israel Religious Action Centre, qui défend les droits civils et religieux. "Mais nous souffrons de la disparité des salaires et de la violence domestique" en tant que femmes américaines.

"Pendant trop longtemps, les femmes israéliennes ont été idéalisées. Combien de fois ai-je entendu la phrase «Mais je pensais que vous étiez si fortes!» Non, je suis beaucoup plus comme vous que vous ne pouvez l'imaginer », a-t-elle dit. "Cette illusion n'a fait du bien à aucune d’entre nous."

Golda Meir avait beaucoup à voir avec cette idéalisation. En 1948, la kibboutznik née à Kiev et élevée à Milwaukee fut le visage d'Israël lors d'une tournée de collecte de fonds aux États-Unis avant la guerre inévitable pour l'indépendance. Elle a ensuite occupé divers postes au sein de l'Agence juive et du gouvernement avant de devenir premier ministre en 1969, poste qu'elle a occupé jusqu'en 1974. Depuis lors, il n'y a pas eu une autre femme à ce poste.

"Elle continue d'être perçue comme une femme à imiter, une femme forte qui a su utiliser ses compétences politiques et féminines pour aller de l'avant", a déclaré Klagsbrun.

Globalement, les femmes juives américaines ont eu plus d'impact sur les Israéliennes que l'inverse, a-t-elle dit.

Hamutal Gouri, une des leaders fondatrices de Women Wage Peace, affirme que le mouvement féministe en Israël "a appris énormément de choses de la part d'activistes juifs américains."

Hamutal Gouri, une des leaders fondatrices de Women Wage Peace, affirme que le mouvement féministe en Israël "a appris énormément de choses de la part d'activistes juifs américains."

"Une fois que le mouvement féministe a pris de l'importance en Amérique, cela a beaucoup influencé les Israéliennes à former le leur", a déclaré Klagsbrun.

Francine Klagsbrun était l'une des trois femmes et des onze hommes d'une commission du séminaire théologique juif qui a conduit le mouvement conservateur à décider en 1983 d'ordonner des femmes rabbins et chantres.

Pourtant, il y avait une résistance au féminisme américain parmi beaucoup d'Israéliens - même Golda. L'écrivaine et militante politique Betty Friedan écrivait dans The New York Times en 1984: «Lors de mon premier pèlerinage en Israël, en 1974, Golda Meir avait refusé de me rencontrer. Les dirigeantes israéliennes hostiles, comme tant de dirigeants juifs masculins aux États-Unis, ont considéré la «liberté des femmes» comme une menace pour la famille juive ».

Cette résistance continue aujourd'hui, disent certains.

Elana Sztokman, une écrivaine spécialisée dans les questions de genre et étudiante rabbinique dans le mouvement réformiste israélien, a grandi à Brooklyn et a déménagé en Israël en 1993. Elle vit à Modiin et est impliquée dans le Women Wage Peace, une organisation de base qui rassemble des femmes de tous les pays, de tous secteurs de la vie israélienne - religieux et laïc, conservateur et progressiste, arabe et juif - pour faire pression en faveur d'un règlement du conflit israélo-palestinien.

"Selon mon expérience, les Israéliens ne sont pas vraiment intéressés à influencer l'Amérique ou à être influencés par l'Amérique", a déclaré Elana Sztokman. "A titre d'exemple, elle a noté un manque d'intérêt marqué par les médias en hébreu à couvrir les événements suscités par les questions américaines, comme la March for Our Lives à Tel Aviv.

"Il y a un sentiment commun ici que les Américains viennent ici, séjournent dans des hôtels chers et ont beaucoup d'argent à dépenser sans vraiment comprendre les nuances de la vie israélienne", a-t-elle dit. "Israël est également préoccupé par ses propres problèmes", comme le terrorisme et la sécurité.

Néanmoins, "Nous, le mouvement féministe, le mouvement de changement social, avons appris énormément de choses de la part d'activistes juifs américains", a déclaré Hamutal Gouri, une des leaders fondatrices de Women Wage Peace. "En particulier quand Israël a commencé à construire ses mouvements de société civile et de changement social, tout a été influencé par les théories et les pratiques des organisateurs juifs américains."

Le groupe de prière qui se réunit au début du mois au Mur des Lamentations pour prier a rencontré une résistance féroce du rabbin orthodoxe qui contrôle le site. Des membres ont été arrêtés pour avoir essayé de lire dans un Sefer Torah.

Mais alors qu'un sondage de 2013 a révélé que la moitié des Israéliens soutenait les objectifs de Women of the Wall, et que beaucoup de ses membres et sympathisants sont des Israéliens natifs, aucun tollé n'a été fait pour demander au gouvernement de rendre des comptes au groupe.

Women of the Wall continue d'être considéré comme une importation américaine.

"La question des tribunaux religieux, du divorce, des agunot, est beaucoup plus importante que de prier au Kotel", a déclaré Alice Shalvi, présidente fondatrice du Réseau des femmes israéliennes. «J'exprime le sentiment de la grande majorité des personnes d'origine israélienne.» Les Agunot sont des femmes qui ne peuvent se remarier parce que leurs maris éloignés refusent de leur accorder le divorce religieux.

Pourtant, il existe des domaines dans lesquels les femmes israéliennes sont en avance sur leurs homologues américaines, ont déclaré les personnes interrogées.

Israël a un pourcentage plus élevé de femmes élues à la Knesset, que le Sénat américain ou la Chambre des représentants, selon un nouveau rapport sur l'état des questions relatives aux femmes en Israël. Il a été commandé par le Fonds israélien Dafna et le Conseil national des femmes juives, basé à New York, et a été publié fin mars.

Cela fait deux décennies que la Haute Cour d'Israël a accordé à une femme le droit de devenir pilote de combat. Aujourd'hui, plus de 90% des postes de l'armée israélienne sont ouverts aux femmes enrôlées, y compris certains rôles de combattant. Toutes les positions de combat militaires américaines ont été ouvertes aux femmes en 2015. Un tiers du personnel militaire israélien est composé de femmes, contre environ 14% dans les forces armées américaines.

"La Déclaration d'Indépendance d'Israël mentionne les femmes, contrairement à la nôtre", a déclaré Nancy Kaufman, directrice générale du Conseil national des femmes juives, ajoutant que les Israéliens sont plus aptes à utiliser le système juridique pour promouvoir les droits des femmes. En Israël, il existe un congé de maternité payé et universel, et les femmes peuvent également obtenir des avortements légaux et sûrs, contrairement à de nombreuses régions d'Amérique. Et la loi israélienne exige qu'au moins une femme fasse partie du conseil d'administration de chaque société publique.

Malgré la fertilisation croisée des idées, les femmes israéliennes a toujours une emprise mystique sur les Juifs américains, a déclaré Galit Peleg, consul d'Israël pour la diplomatie publique à New York.

Cela a été relancé par Wonder Woman elle-même. Depuis la représentation de la super-héroïne dans le film de 2017, l'actrice israélienne Gal Gadot est depuis presque omniprésente dans les médias américains, charmante animatrice de talk-show et spectatrice avec sa confiance et sa chaleureuse franchise.

"Ce n'est pas une Woody Allen", a déclaré Peleg, qui dépeint un juif névrosé, faible, de type diaspora. "Elle est la femme israélienne qui donne un coup de pied aux fesses."

Il semble que l'effet de Wonder Woman - l'image de femmes israéliennes aussi fortes, confiantes, drôles et chaleureuses - s'accroche avec ténacité à la façon dont les femmes juives américaines considèrent leurs sœurs israéliennes.

Pourtant, il y a des défis uniques aux femmes israéliennes, disent les experts.

"L'état de conflit constant et un paysage politique divisé est une réalité qui marginalise particulièrement les voix des femmes", selon le rapport du fonds NCJW / Dafna. "Le nationalisme croissant et le fondamentalisme religieux qui font de plus en plus partie de l'atmosphère politique empêchent davantage l'inclusion des voix des femmes dans le débat public."

"C'est un dialogue", a déclaré Hamutal Gouri de Women Wage Peace. "J'aimerais qu'il y ait plus de dialogue et qu'il y ait plus d'échange. Il y a tellement de choses à apprendre des deux côtés. Nous devons nous unir de manière plus significative pour tirer parti de notre impact collectif. "

Kaufman, du NCJW, a déclaré : «Nous avons beaucoup à apprendre des Israéliens et nous avons beaucoup à leur offrir pour construire la société civile. Il y a des échanges de part et d'autre des deux côtés. Nous allons essayer d'établir cette relation de femme à femme au cours des 70 prochaines années. "

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Un scientifique israélien travaille sur un vaccin contre la maladie d'Alzheimer

Un scientifique israélien travaille sur un vaccin contre la maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer, qui affecte quelque 47 millions de personnes dans le monde, reste pour l'instant un trouble cérébral irréversible et fatal. Prenant une approche proactive, un chercheur israélien sur le cerveau développe un vaccin contre cette maladie dévastatrice.

La plupart des vaccins agissent en renforçant une réponse immunitaire contre un agent pathogène affaibli afin de renforcer la capacité du système immunitaire à lutter contre le pathogène réel. Le vaccin du Pr. Eitan Okun amène le corps à attaquer les accumulations de protéines bêta-amyloïdes dans le cerveau, l'un des signes distinctifs de la maladie d'Alzheimer.

Des expériences sur des souris dans le laboratoire de recherche de Paul E. Feder Alzheimer d'Okun à l'université de Bar-Ilan à Ramat Gan auraient été très prometteuses.

Il se prépare maintenant à concevoir des essais humains sur des personnes présentant un risque connu de développer la maladie à l’approche de la cinquantaine: celles qui sont génétiquement enclines à la maladie d'Alzheimer et celles atteintes du syndrome de Down.

"Ces essais décisifs détermineront si le vaccin fonctionne réellement chez les humains", a déclaré Okun, qui étudie également pourquoi les personnes atteintes du syndrome de Down sont plus susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer. Les souris qu'il a utilisées dans ses expériences ont été conçues pour imiter le syndrome de Down.

"En fonction du taux de réussite et des effets secondaires des tests humains, nous serons en mesure de savoir combien de temps est nécessaire pour rendre le vaccin disponible à l'échelle mondiale. Je suis convaincu qu'une approche de vaccination est la voie à suivre avec les maladies neurodégénératives », a déclaré Okun.

En plus de son vaccin potentiellement révolutionnaire, Okun étudie de nouvelles façons de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer plus tôt et avec plus de précision en utilisant des technologies d'IRM avancées pour détecter les premiers signes d'amas de protéines amyloïdes dans le cerveau.

"Mes chercheurs et moi-même cherchions à construire une protéine qui pourrait entrer dans la circulation sanguine, passer à travers la barrière hémato-encéphalique, se lier aux amyloïdes et ensuite être visible dans une IRM", a-t-il dit.

"Je suis toujours à la recherche de nouveaux angles pour attaquer cette maladie. Je n'ai jamais été plus optimiste qu’aujourd’hui. "

Eitan Okun, chercheur sur la maladie d'Alzheimer à l'Université Bar-Ilan. Photo: courtoisie

Eitan Okun, chercheur sur la maladie d'Alzheimer à l'Université Bar-Ilan. Photo: courtoisie

Cibles pour une intervention précoce

Eitan Okun, 39 ans, a obtenu sa maîtrise et son doctorat en immunologie à Bar-Ilan et a fait une bourse postdoctorale au National Institutes of Health aux États-Unis.

Il est maître de conférences au Centre de recherche multidisciplinaire sur les cerveaux Leslie et Susan Gonda (Goldschmied) et à la Faculté des sciences de la vie Mina et Everard Goodman à Bar-Ilan.

En dehors de son vaccin, il explique qu'une combinaison d'exercice physique et de stimulation de l'environnement peut aider le cerveau à repousser la maladie d'Alzheimer en augmentant et en renforçant les connexions des épines dendritiques, qui modulent notre capacité à générer des souvenirs.

«Dans notre laboratoire, nous utilisons des techniques multidisciplinaires pour poursuivre deux objectifs: identifier les mécanismes neuraux associés à une déficience cognitive légère et, en même temps, rechercher des indicateurs qui permettraient aux médecins d'identifier les patients à risque afin qu'ils puissent recevoir traitement préventif de la démence avant qu'il ne soit trop tard ", a déclaré Okun.

Il étudie également les moyens de mieux prévenir et diagnostiquer d'autres affections neurologiques, telles que la maladie de Parkinson.

"Il n'existe actuellement aucun remède contre les maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, et la science médicale ne peut identifier ces pathologies que par le biais des symptômes qui indiquent que le tissu cérébral a déjà été détruit".

"Notre défi est de trouver les indices en biologie moléculaire et en biochimie du cerveau qui indiqueraient qu'il y a un problème, et nous donnerait aussi des cibles possibles pour une intervention précoce avec des médicaments."

Bien qu'il étudie le cerveau depuis de nombreuses années, Okun a acquis une perspective personnelle sur l'importance de la recherche en neurodégénérescence lorsque son père a reçu un diagnostic de démence dans la soixantaine.

"Au moment où les changements dans sa fonction motrice et cognitive sont apparus, les tissus du cerveau étaient déjà perdus. J'espère qu'en comprenant mieux ce qui arrive à notre cerveau en vieillissant, nous serons en mesure d'aider davantage de gens à vivre une vie plus pleine, plus saine cognitivement. "

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël: une promenade interactive qui retrace l’histoire de Tel Aviv

Israël: une promenade interactive qui retrace l’histoire de Tel Aviv

Alors que Tel Aviv est connue dans le monde entier pour ses startups technologiques, ses restaurants et sa vie nocturne, ses galeries d'art et son architecture, son histoire est souvent oubliée.

Alors que le 70e anniversaire d'Israël approche, un nouveau site touristique interactif vise à changer cela, en se concentrant sur deux des événements les plus cruciaux de l'histoire de l'Israël moderne: la naissance de Tel Aviv en 1909 et la naissance d'Israël en 1948.

Le Sentier de l'Indépendance d'un kilomètre fait cheminer les visiteurs à travers 10 sites patrimoniaux reliés par un chemin d'or qui serpente dans les rues de Tel-Aviv. Il ouvrira ses portes le 18 avril, la veille du Jour de l'Indépendance d'Israël, et sera gratuit.

Le sentier pédestre, projet conjoint de la municipalité de Tel Aviv-Yafo, du ministère du Tourisme et du ministère de Jérusalem et du patrimoine, a nécessité plusieurs mois de travaux d'infrastructure, notamment l'installation d'un système d'éclairage pour les visiteurs nocturnes.

"Tel Aviv est nommé d'après le titre hébreu du livre Altneuland de Theodor Herzl, décrivant la vision de Herzl d’un Etat juif en Terre d'Israël. Selon son nom, l'histoire de Tel-Aviv incarne un microcosme de l'histoire du sionisme et du jeune Etat d'Israël ", a déclaré Ze'ev Elkin, ministre du Patrimoine et de Jérusalem.

"La nouvelle attraction permettra à tous, israéliens et touristes, de plonger dans les fascinants chapitres de l'histoire de l'établissement de l'Etat d'Israël, au centre de Tel-Aviv".

Inspiré par le Freedom Trail de Boston, qui emmène les visiteurs à travers l'histoire de la Révolution américaine, le Sentier de l'Indépendance utilise une application mobile unique pour renseigner les visiteurs sur chacun des sites du patrimoine de Tel Aviv.

À chacun des 10 arrêts, des informations sur l'emplacement apparaîtront sur l'appareil du visiteur, expliquant son contexte historique et son passé. Les visiteurs peuvent également se repérer le long du sentier en utilisant une carte disponible en huit langues: hébreu, anglais, français, espagnol, allemand, arabe, chinois et russe.

Le sentier commence à l'intersection du boulevard Rothschild bordé d'arbres et de la rue Herzl, qui abrite le premier kiosque de Tel Aviv. Établi en 1910, l'emplacement est rapidement devenu un lieu de rencontre central pour les habitants. Pendant les années 1920, une centaine de kiosques opéraient dans la ville sous l'association des kiosques et des propriétaires de magasins de boissons gazeuses. Aujourd'hui, le kiosque original sert de bar à expresso, situé au centre des bars et restaurants les plus populaires de Tel-Aviv.

Le premier kiosque

Le premier kiosque

Le deuxième arrêt emmène les visiteurs à la fontaine Nahum Gutman, décorée de mosaïques qui racontent l'histoire de Jaffa - l'ancienne ville portuaire d'où est née Tel-Aviv. La mosaïque a été créée par l'artiste israélien Nachum Gutman, qui a grandi à Tel Aviv avec la nouvelle ville, et reflète la simplicité des premiers jours de la première ville hébraïque. Gutman a contribué à créer un style d'art distinctement israélien et a reçu le prix Israël en 1978.

Le troisième arrêt est la maison d'Akiva Aryeh Weiss, fondateur du premier quartier de la ville, Ahuzat Bayit, qui a évolué plus tard en Tel-Aviv moderne. En tant que président de la Building Society alors nouvellement créée, Weiss a présidé la loterie de 1909 dans laquelle 66 familles juives ont tiré des numéros écrits sur des coquillages pour déterminer l'attribution des lots dans la future ville de Tel-Aviv.

De là, le sentier continue vers le site où se trouvait autrefois le premier lycée de langue hébraïque, le Herzliya Hebrew Gymnasium. Situé sur la rue Herzl, le bâtiment a été un important site de Tel Aviv jusqu'en 1962, lorsque le site a été démoli pour la construction de la tour Shalom Meir. Aujourd'hui, la Tour Shalom abrite un centre de visiteurs sur l'histoire de Tel Aviv, ouvert gratuitement au public en semaine.

Ensuite, les visiteurs arrivent à la Grande Synagogue sur Allenby Street, le centre spirituel et religieux de la première ville hébraïque. Le bâtiment dispose d'un énorme dôme, de luminaires élaborés et de vitraux.

Le musée de la Hagana, situé à proximité, est le sixième arrêt sur le sentier, situé dans l'ancienne maison d'Eliyahu Golomb, le fondateur de la force militaire juive pré-étatique qui devint plus tard la Force de défense israélienne (FDI). De 1930 à 1945, le bâtiment a été utilisé comme quartier général secret de la Hagana. Le musée offre une entrée publique gratuite en 2018, en l'honneur du 70ème anniversaire d'Israël.

Le prochain arrêt est le Centre des visiteurs de la Banque d'Israël. Le centre présente l'histoire du système financier d’Israël et présente une vaste exposition de billets de banque et de pièces de monnaie émis pendant les jours pré-étatiques jusqu'à nos jours. Le centre offre également une entrée publique gratuite pour marquer le 70ème anniversaire d'Israël.

Le sentier se dirige ensuite vers le Monument des Fondateurs de Tel Aviv sur le Boulevard Rothschild, dédié aux hommes et aux femmes qui ont fondé Tel Aviv dans la première moitié du 19ème siècle.

La statue de Meir Dizengoff par l'artiste David Zondolovitz. Photo par Ricky Rachman

La statue de Meir Dizengoff par l'artiste David Zondolovitz. Photo par Ricky Rachman

Le sentier continue vers la statue de Meir Dizengoff, premier maire de Tel-Aviv. Il était connu pour se rendre à cheval de son domicile jusqu’à l'hôtel de ville, alors situé sur la rue Bialik. La statue a été créée par l'artiste David Zondolovitz et dévoilée devant la résidence historique de Dizengoff, Rothschild Boulevard 16, en 2009.

Le sentier de l'Indépendance se termine de l'autre côté de la rue à l'Independence Hall, où le 14 mai 1948, David Ben Gourion lut à haute voix la Déclaration d'Indépendance alors qu'Israël était déclaré État juif indépendant.

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

La coupe de Kiddouch du Rabbi de Lubavitch vendue aux enchères     

La coupe de Kiddouch du Rabbi de Lubavitch vendue aux enchères    

La légendaire coupe de Kiddouch en argent que le Rabbi de Lubavitch Menahem Mendel Shneerson utilisait lors des repas de Shabbat et de fête sera mise aux enchères.

À la fin des fêtes de Rosh Hashanah, Sim'hat Tora, de la Pâque et de Chavouot, le Rabbi récitait la prière de Havdala sur la coupe de vin qui avait été utilisée pour le Birkat HaMazon (grâce après les repas) après le repas de fête.

Après avoir bu la plus grande partie du vin contenu dans sa coupe, le Rabbi versait pendant des heures le vin qui restait dans de petits gobelets tenus par ses 'hassidim qui défilaient devant lui. Le Rabbi bénissait chaque participant, jeunes et vieux, des mots "Vie et bénédictions", tandis que son visage rayonnant sublimait ses paroles.

Un rassemblement des hassidim autour du Rabbi de Lubavitch

Un rassemblement des hassidim autour du Rabbi de Lubavitch

Le Rabbi se tenait debout pendant des heures, distribuant du vin et des bénédictions, souvent jusqu'à l'aube (cette coutume demeura inchangée jusqu'à ce que le Rabbi soit âgé de presque 90 ans). Le Rabbi s'arrêtait à l'occasion pour faire signe et encourager la foule qui chantait, son visage rayonnant de joie. Cette cérémonie était connue comme la "Coupe de bénédiction". Beaucoup de contes miraculeux ont été racontés au sujet des salutations personnelles qui ont eu lieu à travers les bénédictions du Rabbi pendant la cérémonie de la «Coupe de bénédiction».

De temps en temps, le Rabbi cessait de verser le vin et encourageait le public en agitant vigoureusement ses deux mains, au rythme des mélodies. Beaucoup d'histoires sont racontées au sujet des personnes qui ont été sauvées des bénédictions du Rabbi à cette occasion. La maison de ventes aux enchères Kedem détient un certificat de l'un des parents du Rabbi, indiquant que la coupe du Rabbi sera mise en vente.

Maron Aran, l'un des propriétaires de la maison de vente aux enchères Kedem, note que «c'est un objet historique d'une valeur sentimentale exceptionnelle qui nous a été remis: le calice est un signe et un symbole du grand mérite de ceux qui ont été enveloppés dans l'aura du Rabbi de Lubavitch, et de la grande abondance de personnes qu'il a influencées dans la nation juive. "

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.