Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

La campagne d’embauche agressive d’Amazon nuit à la Startup Nation

La campagne d’embauche agressive d’Amazon nuit à la Startup Nation

Le plus grand détaillant sur Internet du monde, Amazon, attirerait les programmeurs et les ingénieurs israéliens avec des salaires beaucoup plus élevés que d'habitude, dans sa tentative d'étendre rapidement un nouveau centre de recherche et de développement.

Cette initiative illustre la façon dont les multinationales sont perçues comme empiétant sur les startups locales et exacerbant une pénurie d'employés israéliens dans la haute technologie.

Le fondateur d'une société israélienne de cybersécurité a déclaré que deux de ses adjoints avaient été recrutés par Amazon et avaient reçu des offres d'emploi sans précédent, a rapporté le site financier The Marker, citant des fondateurs de start-up anonymes et des responsables des ressources humaines.

Un programmeur, à la tête d'une équipe de haute performance, a reçu un salaire et des avantages sociaux s'élevant à 92 000 NIS (25 995 dollars) par mois.

À l'heure actuelle, un programmeur expérimenté peut gagner environ 40 000 NIS (11 370 dollars) par mois, soit environ quatre fois plus que le salaire moyen israélien, selon le Bureau central des statistiques.

Amazon a généralement offert aux programmeurs environ 50% de plus, environ 60 000 NIS, ainsi que des bonus annuels et à la signature, selon The Marker. Les nouveaux employés, qui comprennent des scientifiques, des ingénieurs logiciels et des chefs de produits, aideront Alexa Shopping, l'assistant personnel numérique vocal qui permet aux gens d'acheter des marchandises.

En augmentant les salaires d'environ 50%, Amazon - qui a annoncé ses plans en octobre – place de force les entreprises high-tech israéliennes dans une position intenable, avec des start-ups qui prévoient de délocaliser des emplois en Europe de l'Est, en Chine et en Inde. 

Amazon

Amazon

Cette pression salariale - avec des salaires moyens pour les ingénieurs israéliens augmentant de 38% entre 2005 et 2015 - mine la capacité des start-up israéliennes à produire des outils et des technologies d'innovation perturbateurs, ce qui freine ce que l'on appelle la «Start-Up Nation». "Certaines entreprises israéliennes peuvent répondre en indemnisant les employés avec des options d'achat d'actions. Le travailleur israélien moyen de haute technologie gagne environ 21 000 shekels (5 940 dollars) par mois.

Cette campagne d'embauche agressive arrive à un moment où les entreprises israéliennes de haute technologie font face à une pénurie de 10.000 ingénieurs et programmeurs de logiciels, selon un rapport publié par l'Autorité israélienne de l'innovation le mois dernier.

"S'il n'y a pas d'augmentation spectaculaire du nombre d'employés dans la haute technologie, l'économie israélienne atteindra une impasse et restera bloquée", indique le rapport. Alors que le pourcentage du PIB qu'Israël consacre aux investissements en R & D est supérieur à celui de tout autre pays développé, et que les investissements israéliens en capital-risque représentent la part la plus élevée du PIB par habitant dans le monde, le pays est confronté à un manque criant de travailleurs high-tech.

"La pénurie augmente quand vous remontez vers le haut de la pyramide; il y a vraiment peu d'ingénieurs haut de gamme disponibles qui font des algorithmes. C'est également un problème pour les développeurs de logiciels et les codeurs de niveau intermédiaire », a déclaré le mois dernier Uri Gabai, responsable de la stratégie de l'Autorité.

En décembre 2016, Jeff Bezos, fondateur et PDG d'Amazon, s'est rendu en Israël et la compagnie loue des bureaux dans la tour Azrieli Sarona de Tel-Aviv et au parc technologique Matam de Haïfa. Amazon est arrivé en Israël après l'acquisition d'Annapurna Labs pour 350 millions de dollars en 2015.

La société est en pleine expansion dans le monde entier, avec un revenu net de 2,4 milliards de dollars sur un chiffre d'affaires de 136 milliards de dollars en 2016, ce qui se traduit par une marge bénéficiaire nette de 1,7%. Le bénéfice minime indique que l'entreprise cherche à maintenir les prix et les revenus à un bas niveau afin de concurrencer davantage les détaillants traditionnels.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction

Israël n'est pas prêt pour le prochain tremblement de terre

Israel n'est pas Pret pour le prochain tremblement de terre

Les secousses de dimanche soir ont certes bousculé les Israéliens, mais elles ont aussi servi à réveiller les secteurs public et privé pour qu'ils agissent ensemble dans le but d’assurer la sécurité des personnes et de renforcer les structures et les infrastructures.

Le séisme de magnitude 7,2 a frappé dimanche soir la frontière de l'est de l'Irak et la frontière nord-ouest de l'Iran et a tué environ 400 personnes dans les deux pays, selon le US Geological Survey.

Des répliques ont été signalées dans tout le Moyen-Orient et ont pu être ressenties dans certaines parties d'Israël, même si elles se trouvent à environ 1 300 kilomètres du point d'impact.

Lundi matin, alors que le nombre de morts continuait d'augmenter, l'Etat d'Israël a envoyé ses condoléances aux deux pays.

Israël n'est pas non plus à l'abri des tremblements de terre, et comme le pays est situé le long de la ligne de faille syro-africaine (une ligne qui longe la frontière entre la Jordanie et Israël), un séisme important est statistiquement prévu dans la région tous les 80-100 ans.

Le dernier grand tremblement de terre à avoir frappé Israël remonte à 1927. Il a été enregistré à 6,2 sur l'échelle de Richter et fait près de 500 morts.

À la lumière des événements de dimanche soir, Tamir Levy, ingénieur en chef de l'Association pour un meilleur logement, prévient que la plupart des habitations ne résisteraient pas à un puissant tremblement de terre.

"Un grand nombre de maisons en Israël seront endommagées par un grand tremblement de terre, peu importe quand elles ont été construites", a déclaré Levy dans un communiqué publié lundi, ajoutant: "Il n'est pas possible d'empêcher les tremblements de terre, mais il est possible de s’y préparer et de réduire ainsi les dommages qu'ils causent. Puisque les tremblements de terre ne peuvent pas être prédits, nous devrions être prêts à tout moment. La préparation signifie avant tout que les bâtiments dans lesquels nous vivons et travaillons répondent aux normes rigoureuses de construction requises pour se protéger contre les tremblements de terre. "

L'association a déclaré qu'elle travaillait en coopération avec le Home Front Command, fournissant aux civils et aux familles des ateliers et des techniques de planification d'urgence pour mieux préparer les citoyens à une éventuelle catastrophe naturelle.

"Il faut se préparer dès que possible"

"Il faut se préparer dès que possible"

Chaque été, les forces de sécurité et les services d'urgence effectuent un exercice de quatre jours pour améliorer la coopération entre ces groupes en cas de séisme majeur.

À la suite de l'exercice d'entraînement de 2012, le Commandant du Front de l'Intérieur, le Maj.Gén. Eyal Eizenberg a déclaré que "un tremblement de terre en Israël est plus dangereux que la guerre", car il en résulterait "des dommages à la vie et à la propriété à une échelle beaucoup plus importante".

Le gouvernement a commencé à financer des projets de préparation aux tremblements de terre et le Home Front Command a publié ces dernières années un logiciel de préparation, mais selon un rapport du Sous-comité du Front intérieur du Comité des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, si Israël devait être frappé par un tremblement de terre de magnitude 7,5, environ 7 000 personnes seraient tuées, 8 600 autres blessées et 377 000 se retrouveraient sans abri. En outre, le pays pourrait subir des dommages de l'ordre de 200 milliards de NIS.

En plus des bâtiments détruits, les dommages causés aux infrastructures critiques telles que l'électricité, l'eau et la communication devraient être importants.

Selon l'autorité nationale d'urgence, il existe 80 000 bâtiments, y compris des écoles et des hôpitaux, de plus de trois étages qui ont été construits avant 1980, ce qui signifie qu'ils n'ont pas été conçus pour répondre aux normes actuelles. Et seulement 2700 de ces bâtiments ont reçu l'approbation pour le programme de reconstruction Tama 38 du gouvernement.

L'objectif du Tama 38 est de renforcer les bâtiments construits après 1980, en particulier ceux situés le long de la Great Rift Valley, un endroit très vulnérable aux tremblements de terre. Cependant, dans une déclaration publiée par TamaFix, la plupart des travaux réalisés dans ce projet ont été réalisés dans des grandes villes, laissant des milliers de familles dans des endroits comme Arad, Tibériade et les communautés proches du Jourdain sans protection en cas de catastrophe naturelle.

"Cela peut arriver n'importe quand, et il n'est pas bon que les gouvernements locaux ne fassent pas assez pour encourager les gens à renforcer leurs structures", a déclaré Eliran Simani, PDG de TamaFix Israël lundi.

Au mois d'août, seulement 13 bâtiments situés en périphérie des grandes villes ont été renforcés et mis aux normes en cas de tremblement de terre, contre 4385 dans les grandes villes comme Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem depuis la création du Tama 38 en 2005.

Selon le co-PDG de TamaFix, Lior Gozes, "le montant nécessaire pour prévenir l'effondrement d'un appartement dans les petites localités est de 84 000 shekels".

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël: 500 000 shekel d'amende pour avoir calomnié un officier orthodoxe

Israël: 500000 shekel d'amende pour avoir calomnié un officier haredi

Trois militants ultra-orthodoxes ayant fait campagne contre la loi sur la conscription ont été condamnés lundi à payer 500 000 NIS et 100 000 NIS de plus de frais juridiques à un officier haredi offensé par des publications diffusées contre lui.

Les trois accusés ont été condamnés par le tribunal de Ramla à payer les amendes pour leur rôle dans l'anti-Hardak (un terme péjoratif signifiant «traître Haredi» utilisé dans la société ultra-orthodoxe pour décrire les haredim (orthodoxes) qui ont rejoint la campagne IDF).

Menahem Mizrahi, juge en chef adjoint de la Cour, a accepté la requête du major Yehuda Glickman contre Yona Martzbach, Shlomo Fein et Yehiel Balevy, ordonnant aux deux premiers de payer à Yehuda Glickman une compensation de 200 000 NIS chacun tandis que Yehiel Balevy paiera 100 000 NIS. La plainte contre un quatrième activiste, Binyamin Hayat, a été rejeté.

Glickman a pu déposer sa plainte après avoir engagé des enquêteurs privés pour localiser et vérifier l'identité des personnes à l’initiative d’un dépliant surnommé "Les chasseurs", qui a entaché son nom, a exposé ses détails personnels et ceux de sa famille et a appelé le public à le condamner et le harceler personnellement pour sa contribution à l'enrôlement des Haredim dans Tsahal.

Pour avoir publié son nom et ses informations personnelles, trois militants de l'anti conscription haredi verseront 500 000 NIS à Glickman

Pour avoir publié son nom et ses informations personnelles, trois militants de l'anti conscription haredi verseront 500 000 NIS à Yehuda Glickman

L'avocat de Glickman, Shlomi Weinberg, a exprimé sa satisfaction à l'égard de la décision du tribunal. "Ceci est l'un des premiers verdicts visant à faire comprendre que la société haredi n'est pas isolée et que l'effusion de sang des soldats orthodoxes ne sera pas autorisée", a-t-il dit. 

"Mes enfants ont été traumatisés", a déclaré Glickman, après des douzaines d'appels téléphoniques quotidiens à son domicile, y compris certains tard dans la nuit, de la part d'harceleurs qui appelaient, maudissaient et raccrochaient.

Les personnes interrogées, dont certaines ont nié toute implication dans les publications, ont affirmé que le seul but de la plainte était de dissuader ceux qui s'opposaient à la conscription des haredim, tout en nuisant à leur liberté de parole et à leur discours démocratique.

L’un des accusés a avoué son rôle et a déclaré qu'il ne faisait que présenter la position de rabbins éminents tout en exprimant sa propre opinion légitime et critique sur une question d'intérêt public de grande importance.

Les prévenus ont en outre prétendu que Glickman lui-même avait souillé son nom et celui de sa famille au sein de la société haredi par le simple fait d'avoir rejoint Tsahal, une décision prise au mépris de sa communauté constituant un comportement anormal.

Dans sa décision, le juge Mizrahi a déclaré: «Le seul but de la brochure "Les chasseurs" était la diffamation, la calomnie et l'humiliation du plaignant. Elle est très loin de tout ce qui pourrait appartenir au droit à la liberté d'expression. La liberté de parole n'équivaut pas à la liberté d'incitation ou à la diffamation. L'utilisation du titre «Les chasseurs» avec un sous-titre disant «Les visages et les noms des chasseurs d'âmes» ne nécessite pas un pas un examen approfondi. Le texte, compte tenu de son public cible, parle de lui-même".

Mizrahi a conclu en statuant que l'infraction commise contre Glickman était "d'une extrème gravité", et a donc décidé qu'il devrait recevoir la compensation maximale autorisée par la loi.

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël : Nazareth Illit déclare la guerre au harcèlement sexuel arabe

Israël : Nazareth Illit déclare la guerre au harcèlement sexuel arabe

Un récent article de Jenny Raz dans lequel elle décrit le harcèlement sexuel qu'elle a subi à Nazareth Illit de la part des Arabes locaux, a attiré l'attention des autorités locales et semble avoir d’ores et déjà porté ses fruits.

Après la publication de l'article, le maire de Nazareth Illit, Ronen Plot, a chargé les inspecteurs de la ville de lutter activement contre le harcèlement sexuel et d'infliger des amendes importantes aux personnes qui harcèlent les femmes.

"La police municipale a travaillé dur et avec une tolérance zéro contre les petits voyous qui viennent à Nazareth Illit depuis les communautés voisines. La nuit dernière, nous avons enregistré des amendes totalisant environ 24 000 NIS (chaque amende est comprise entre 500 NIS et 730 NIS)", a écrit Ronen Plot sur Facebook.

Nazareth Illit

Nazareth Illit

"J'ai une fille et chaque fois que j'entends parler de filles qui souffrent de provocations et de harcèlement sexuel, je pense à elle. Je me demande si j’agis comme un père et si je fais tout mon possible pour lutter contre ce phénomène".

"En ce qui me concerne, en tant que détenteur du portefeuille de la défense, chaque voiture qui klaxonne une femme qui marche dans la rue, chaque appel, chaque geste insultant, même sous forme d’allusion est une attaque contre ma propre fille et cela me blesse profondément.

"Par conséquent, j'ai fait de la lutte contre le harcèlement mon objectif numéro un", a déclaré Ronen Plot. "Et j'ai demandé à la police locale de ne pas hésiter à enregistrer des vidéos et à infliger de lourdes amendes à tous les individus coupables de ce harcèlement''. Vous avez klaxonné une fille ? Vous serez condamné à une amende. Vous l’avez sifflée ? Vous paierez pour "troubles publics". Vous l'avez agressée ? Vous irez directement au poste de police".

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël/USA: des progrès dans les négociations pour supprimer les visas

Israël/USA: des progrès dans les négociations pour supprimer les visas

La ministre de la Justice, Ayelet Shaked, a annoncé hier (lundi) sur son compte Twitter qu’un accord initial, qui entrera probablement en vigueur dans un an ou deux, a été conclu avec les Etats-Unis, pour supprimer les exigences de visa pour les Israéliens.

"Nous concluons un accord pour nous passer de l'obligation de visa", a-t-elle tweeté. "Depuis que je suis entrée en fonction, nous avons travaillé avec les Américains pour rejoindre le groupe restreint d'Etats dont les citoyens sont exemptés de l'obligation d'obtenir un visa pour entrer aux Etats-Unis."

Shaked a expliqué certaines des questions complexes qu'elle a dû aborder dans une interview avec la radio de l'armée.

Une partie de l'accord avec les États-Unis comprend la mise en place d'un processus leur permettant d'avoir accès à la base de données interne d'Israël pour les citoyens soupçonnés de crimes graves afin qu'ils puissent refuser l'entrée de ces personnes.

Ayelet Shaked

Ayelet Shaked

"Les détails sont complexes et le dialogue entre les pays s'est poursuivi pendant quatre ans, donc cela ne se fera pas aussi rapidement, nous devons procéder à quelques amendements législatifs, afin qu'ils puissent être étalés sur une année ou deux, selon mes estimations", a-t-elle déclaré à la radio de l'armée.

Expliquant que les Etats-Unis voulaient un accès complet à la base de données d'empreintes digitales israéliennes, elle a déclaré qu'Israël l’avait refusé, mais qu'à sa place, Israël fournirait rapidement des informations sur les personnes soupçonnées de crimes graves.

"Nous avons trouvé le juste équilibre entre la protection de la vie privée des citoyens israéliens et les exigences américaines", a-t-elle conclu.

Environ 40 pays, dont l'Angleterre, l'Allemagne et le Japon, ont des accords spéciaux avec les États-Unis pour éviter la nécessité d'un visa pour visiter le pays.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Abby Stein, la première juive hassidique devenue transsexuelle

Abby Stein, la première juive hassidique devenue transsexuelle

Abby Stein a grandi dans le monde hautement préservé du judaïsme hassidique à Williamsburg, New York, et a été ordonné rabbin à 19 ans.

Cependant, même si elle est née dans un corps de garçon, Abby ne se souvient pas d'une époque où elle ne se sentait pas fille, vivant dans une communauté où les garçons et les filles n'avaient même pas le droit de jouer ensemble et où il était presque impossible d'accepter, d'être tolérant envers les personnes homosexuelles ou transgenres. "

Mais Abby n'a jamais douté de son identité sexuelle.

"Pour moi, c'était juste quelque chose qui était toujours là. Je ne me souviens pas d'une fois où je n'ai pas eu l'impression d'être une fille », a-t-elle dit.

Abby Stein, 26 ans, militante et conférencière de renommée nationale, racontera mercredi au Joseph Slifka Center for Jewish Life à Yale comment elle a quitté la communauté hassidique à l’âge de 21 ans et est devenue une femme transgenre à l'âge de 23 ans.

Abby a été invitée à s'exprimer au Centre Slifka par Marlee Goldshine, qui travaille à Slifka dans le cadre d'une bourse Springboard en justice sociale, parrainée par Hillel International.

"Je veux valider l'expérience de toutes les personnes trans et de genre queer à Yale", a déclaré Goldshine. "Cela attirera les personnes LGBT, car c’est important pour Slifka d'être inclusif."

Abby Stein a été prise entre la culture dans laquelle elle a grandi et ses sentiments à propos de sa sexualité, sachant "très jeune que ce n'est pas quelque chose que vous pouvez briser. Je ne savais pas que les homosexuels ou les transgenres existaient jusqu'à l'âge de 20 ans. C'est dire combien la communauté est protégée".

Ne se sentant pas à l'aise de jouer avec les garçons, et interdite de jouer avec les filles, Abby Stein passait beaucoup de temps dans sa chambre à lire et à écrire.

"Je n'avais pas l'impression d’être intégrée", a-t-elle dit.

Abby Stein parle pour donner de l'espoir aux personnes transgenres et à celles qui éprouvent des difficultés à faire accepter leur identité de genre, ainsi qu'aux Juifs hassidiques qui ont été protégés du monde extérieur.

A Williamsburg, New York

A Williamsburg, New York

Dans son quartier de Williamsburg, "il n'y avait pas d'accès à la télévision, à la musique, aux magazines ... aux spectacles de Broadway", seulement aux journaux juifs orthodoxes", a déclaré Abby. Elle parlait le yiddish et l'hébreu, mais n'a appris l'anglais qu'à l'âge de 20 ans.

Elle a quitté la communauté en 2012, un an après avoir obtenu son diplôme rabbinique. A cette époque, elle n’était pas encore transsexuelle.

«Une grande partie de cette transition, pour ainsi dire, s'est produite quand je suis partie», a-t-elle dit. "J'ai perdu la plupart de mes amis. Je devais recommencer à zéro. "

Son père, le rabbin Mendel Stein, lui a dit qu'il ne serait plus en mesure de lui parler. Seuls deux de ses douze frères et sœurs lui adressent encore la parole.

Elle a ensuite obtenu son diplôme d'études secondaires et étudie maintenant les sciences politiques et les études de genre à l'Université de Columbia - ce qui a rendu son coming-out un peu moins difficile.

Aujourd’hui, elle est membre d'une communauté de renouvellement juif.

"Je suis très impliquée spirituellement et culturellement. Religieusement et philosophiquement, je ne crois en rien », a-t-elle dit.

Abby Stein, qui a déclaré qu'elle est la première juive hassidique à être devenue trans, est membre d'une communauté de soutien comptant environ 40 personnes, dont certaines en ligne, et a récemment rencontré 12 juifs orthodoxes, dont certains hassidiques. "Aucun d'eux n'est devenu trans. Ils vivent tous "dans le placard", pour ainsi dire, "dit-elle.

Maintenant, elle enseigne dans plusieurs écoles hébraïques tout en fréquentant Columbia et s’est beaucoup exprimée, avec plus de 100 apparitions au cours des deux dernières années. Elle a également une page sur Sefaria, une bibliothèque en ligne de textes juifs, dans laquelle elle a compilé des textes qui traitent des questions de genre. "Le judaïsme depuis des milliers d'années a discuté de ces questions et il existe un moyen de soutenir le judaïsme."

Goldshine a déclaré qu’Abby Stein "est vraiment devenu virale cet été. ... Je pense que beaucoup de gens connaissent son nom maintenant. ... Son histoire n'est pas unique mais elle en a l'air car elle n'est pas souvent racontée. "

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël: les divorces religieux sous conditions détruisent les femmes

Israël: les divorces religieux sous condition détruisent les femmes

Selon des révélations, le tribunal rabbinique de Jérusalem a ordonné jeudi un divorce comprenant une clause interdisant à l’épouse de porter plainte à la police contre son mari pour viol . 

Un second cas de divorce religieux "sous conditions" vient d'être révélé. Pour obtenir le gett, l'ex-épouse devait s'engager à ne jamais porter plainte contre son ex-mari.

La femme a divorcé de son mari en 2010. Cependant, elle a été obligée de signer un accord stipulant qu’elle ne pourrait pas déposer de requête auprès de la police ou d'autres autorités pour réclamer de l’argent à son mari après le divorce, sous peine de se voir infliger une amende de 400 000 shekels.

Quand elle a signé la clause en 2010, le couple était déjà séparé depuis trois ans, mais les négociations de divorce étaient toujours en cours.

En particulier, le mari exigeait que les procédures relatives aux questions accessoires telles que la pension alimentaire pour les enfants et la garde soient menées devant le tribunal rabbinique et non devant le tribunal de la famille, qui était initialement en charge du dossier.

Finalement, un accord a été rédigé avec plusieurs clauses très problématiques, mais la femme, désespérant d'obtenir un accord raisonnable et soucieuse de ne pas devenir une victime à long terme du refus du divorce, a accepté l'accord afin d'obtenir son gett.

Selon une clause critique de l'accord, ni le mari ni la femme «ne doivent faire ou tenter de faire valoir une réclamation, une demande ou une plainte» auprès de la police, des tribunaux civils ou du service social, sauf accord de l'autre partie.

Une clause ultérieure stipule que toute partie violant cet accord devra payer à l'autre partie 400 000 NIS.

En 2012, après avoir demandé une ordonnance restrictive contre son ex-mari pour harcèlement à son égard et à celui de son petit ami, son ex-mari a intenté une action devant le tribunal rabbinique de Jérusalem pour qu’elle lui verse l'argent.

La première audience de l'affaire a eu lieu dimanche.

S'adressant à la presse, la femme, qui a exigé l'anonymat, a déclaré qu'elle était dans une situation "désespérée" et qu'elle craignait que cela prenne au moins cinq et avant que son mari accepte un règlement qui lui donnera satisfaction.

Depuis leur séparation, son mari a payé la pension alimentaire de leurs quatre enfants pour la première année, mais a ensuite cessé tout paiement.

Il n'a pas de compte bancaire israélien et reçoit un salaire sur des comptes bancaires aux États-Unis, ce qui empêche les autorités israéliennes de le forcer à payer.

«J'avais les mains liées», a déclaré la femme.

"Si j'insistais sur un accord acceptable pour moi, je me lançais dans une bataille à très long terme. Il n'était pas pressé. J'étais épuisée et mes parents étaient usés. "

"Nous étions dans une impasse totale; c'était terrible pour les enfants », a-t-elle dit. "Quand vous êtes désespéré et que vous avez dépensé tant d'argent à traîner dans les tribunaux pendant si longtemps, alors vous voulez en finir."

Dans le film Gett- Le procès de Viviane Amsalem, Viviane finit de guerre lasse par accepter les conditions de son ex-mari

Dans le film Gett- Le procès de Viviane Amsalem, Viviane finit de guerre lasse par accepter les conditions de son ex-mari

L'accord a été autorisé par le tribunal rabbinique de Jérusalem, et un document indiquant que «la cour rabbinique approuvait l'accord et le validait» a été signé personnellement par le président du comité présidentiel des juges rabbiniques, Rabbi Avraham Sheinfeld, le 20 octobre 2010 .

L'accord original a été écrit en anglais puisque les parties sont des immigrants du Royaume-Uni et des États-Unis, et a été autorisé par le sceau du tribunal rabbinique. Une traduction de l'accord en hébreu a également été formellement autorisée par le tribunal rabbinique.

Suite au divorce, l'ex-mari a adressé diverses demandes au tribunal rabbinique de Jérusalem, dont une exigeant que la femme ne soit pas autorisée à héberger son petit ami chez elle, étant donné qu'une clause de l'accord de divorce stipulait qu'elle élevait les enfants dans un environnement religieux.

Pour essayer de prouver que son ex-femme ne vivait pas religieusement, l'homme l’a traquée et la harcelée ainsi que son petit ami, attendant à l'extérieur de son domicile pour prendre des photos d'eux.

Finalement, la femme a porté plainte auprès de la police pour obtenir une ordonnance restrictive contre son mari, amenant ce dernier à présenter une demande au tribunal rabbinique pour réclamer l'amende de 400 000 NIS pour "rupture de l'accord de divorce".

La femme a également porté plainte auprès de la police afin d'obtenir les paiements de pension alimentaire qu'il lui devait.

Le Centre pour la justice pour les femmes, une organisation de défense juridique représentant la femme, soutient que l'accord initial était illégal car il violait le droit d'accès aux tribunaux et aux procédures judiciaires.

Il a demandé à l'audience de dimanche que le tribunal rabbinique de Jérusalem rejette la plainte de l'ancien mari, mais le tribunal a refusé et demandé que les parties fournissent tous les renseignements et arguments pertinents concernant l'affaire.

"Le problème était que pendant mon divorce, j'étais extrêmement vulnérable", a déclaré la femme. "J'étais dépendante d'autres personnes, et à cause de cela, j'ai fait des choses qu'une personne normale ne ferait pas. Par désespoir, je pensais que c'était mon billet pour la liberté, et j'ai donc accepté".

Elle a dit que le tribunal rabbinique de Jérusalem avait approuvé l'accord, heureux de le ratifier afin de ne pas avoir à prendre de décision difficile dans l'affaire - en forçant le mari à divorcer.

"Ils ne veulent pas prendre de décisions", a-t-elle dit. "Ils se sentent comme une autorité morale, mais ils ne prennent pas la responsabilité morale."

Le professeur Aviad Hacohen, éminent juriste, juriste et président du Centre académique de droit et de sciences de Hod Hasharon, a qualifié ces accords de "totalement illégaux".

L'administration des tribunaux rabbiniques a refusé de répondre aux allégations selon lesquelles l'accord était illégal, disant seulement que l'accord complet n'avait été déposé qu'en anglais et que les conditions problématiques n'étaient pas incluses dans la version hébraïque.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles Sheinfeld, le président du groupe judiciaire saisi de l'affaire, a explicitement écrit en hébreu que l'accord était valide et portait le sceau du tribunal rabbinique de Jérusalem, le porte-parole du tribunal a refusé de commenter.

Le Centre pour la justice pour les femmes a également souligné que l'accord avait été entièrement traduit en hébreu et déposé auprès du tribunal rabbinique et que la traduction en hébreu avait reçu l'autorisation du tribunal rabbinique.

L'avocat Nitzan Caspi Shiloni de la CWJ a déclaré: «La législature a donné aux tribunaux rabbiniques le pouvoir d'approuver les accords, et l'un des objectifs était que les juges rabbiniques vérifient que les accords sont légaux, raisonnables et proportionnels à la politique publique. Nous rencontrons beaucoup de cas où nous trouvons que le mari extorque financièrement sa femme en échange de son divorce, et les juges rabbiniques l'encouragent.

"Cette situation dans laquelle un homme peut poser toutes les conditions qu'il désire est soutenue par les tribunaux rabbiniques dans de nombreux cas de divorce. Il semblerait que beaucoup de ces accords de divorce sont juridiquement oppressifs, puisque beaucoup de femmes signent ces accords pour obtenir leur divorce et dans le contexte de l'inégalité des pouvoirs entre hommes et femmes dans les procédures de divorce. "

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Trump accueillera la fête de Hanouka à la Maison-Blanche

Trump accueillera la fête de Hanouka à la maison Blanche

Donald Trump perpétuera bien la tradition de la fête annuelle Hanouka de la Maison Blanche inspirée par George W. Bush.

Le président américain Donald Trump poursuivra la tradition de la "party" annuelle de Hanouka à la Maison Blanche.

Hanouka débutera au coucher du soleil le 12 décembre, mais la fête aura lieu le 7 Décembre, selon Maggie Haberman du New York Times, qui a révélé les news de la fête sur son compte Twitter dimanche.

Le président Reuven Rivlin allumant la menorah de Hanoukka , à la Maison Blanche

Le président Reuven Rivlin allumant la menorah de Hanoukka , à la Maison Blanche

"Les invitations pour la "Trump White House Hanouka Party" du 7 Décembre sont parties !", a-t-elle tweeté.

La tradition a commencé en 2001, sous l'administration de George W. Bush, et s'est poursuivie sous  Barack Obama.

Obama a accueilli sa dernière fête de Hanouka en tant que président il y a un an. La fête a eu lieu quelques semaines après l'élection de Donald Trump.

Source: Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Une Grecque âgée de 106 ans reçoit le titre de Juste parmi les nations

Une Grecque âgée de 106 ans reçoit le titre de Juste parmi les nations

Le titre de Juste parmi les Nations a été décerné hier à une résidente de Salonique âgée de 106 ans qui, avec son défunt mari, a sauvé cinq membres d'une famille juive pendant l'Holocauste.

La cérémonie s'est déroulée la semaine dernière à Salonique à l'initiative de l'ambassade d'Israël en Grèce, du musée du mémorial de l'Holocauste à Jérusalem et de la communauté juive de Salonique. Jusqu'à présent, 335 Grecs ont remporté le titre, ainsi que des milliers d'autres dans le monde entier. Aujourd'hui, dans la plupart des cas, le titre est donné aux descendants des sauveteurs, puisqu'ils sont eux-mêmes décédés en raison du temps écoulé.

Le titre a été décerné à Vasiliki Atiridis, qui, malgré son grand âge, est toujours alerte et bien consciente de son environnement. Elle a assisté à la cérémonie en compagnie des membres de sa famille et de ses petits-enfants. Pendant l'Holocauste, elle a caché, avec son mari Kostas, qui n'est plus de ce monde, les cinq membres de la famille Assel: le couple Marcus et Ida et leurs enfants Freddy, Janine et Jacqueline.

Larcus Assel était un homme d’affaire et un agent immobilier qui a aidé Kostas. Ce dernier lui a promis : « Je vous suis redevable ».

Lorsque la situation s’est dégradée pour les Juifs, Marcus a cherché une cachette. En difficulté, il s’est adressé à Kostas qui a accepté de l'accueillir et de le cacher avec sa famille pendant plusieurs mois jusqu'à la fin de la guerre. Pendant ce temps, la Juste parmi les nations et son partenaire ont décidé de ne pas envoyer leur petite fille à l'école maternelle, de peur qu'elle ne dévoile leur grand secret et raconte que des Juifs fuyant les nazis étaient hébergés chez elle.

Les étudiants de la Yeshivat Mir à Shanghaï pendant la Shoah

Les étudiants de la Yeshivat Mir à Shanghai pendant la Shoah

"Cette promesse qui aurait pu être négligeable est devenu une promesse de vie", a déclaré Susan Hasson, ambassadrice adjointe d'Israël en Grèce. Elle a ajouté que la cérémonie était spéciale pour deux raisons: d'abord, en raison de la participation de Wasiliki, âgée de 106 ans. Il y aura cette année trois autres cérémonies de distribution du titre, mais sans les sauveteurs.

L’autre raison est que cette fois la cérémonie n'a pas eu lieu à la maison de l'ambassadrice Irit Ben-Abba, mais dans une école locale bien connue appelée Anatolie. C'est l'école des petits-enfants des sauveteurs, dans laquelle ont étudié dans le passé des écoliers juifs, dont la plupart ont péri dans l'Holocauste. L'école les a accueillis avec beaucoup de plaisir et la cérémonie s'est déroulée dans la salle de conférence avec la participation des représentants de la mairie de Salonique, du président de l'école, du président de la communauté juive, des diplomates et des élèves. Au cours de la cérémonie, un garçon de la communauté juive a joué «Yeroushalaim shel zaav» au violon.

Pendant ce temps, la ministre de la Justice Ayelet Shaked a visité la ville japonaise de Zoruga, où elle a rencontré le maire, qu’elle a remercié pour avoir accueilli les Juifs pendant l'Holocauste. Lors de leur réunion, le maire Takanubu Puchikami a annoncé qu'il travaillait actuellement à approfondir la commémoration de l'Holocauste et le sauvetage des Juifs dans sa ville et à souligner l'acte valeureux du consul japonais en Lituanie pendant l'Holocauste, Chiyona Sugihara, seul et unique Juste parmi les Nations japonais. Ses actions ont sauvé 6 000 Juifs, dont beaucoup étaient des étudiants de la célèbre Yeshiva de Mir, qui sont venus au Japon grâce à leurs permis d'entrée.

"Nous n'oublierons jamais Chiyona Sugihara et la générosité de la population de Tzuruga", a déclaré la ministre Shaked lors d'une conférence de presse donnée avec le maire Puchikami. «La ville et ses habitants sont un modèle pour la jeune génération au Japon, pour leur apprendre notre responsabilité commune d'agir résolument contre la haine et la violence, et pour faire face au racisme, à la xénophobie et à la persécution contre chaque être humain quel qu'il soit". Le maire de Tzuruga a déclaré espérer que les Israéliens visiteraient sa ville et renforceraient ainsi les liens entre les deux peuples.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Facebook aurait adopté les méthodes de marketing de Joseph Goebbels

Facebook aurait adopté des méthodes de marketing de Joseph Goebbels

L’un des premiers investisseurs de Facebook a comparé les pratiques du site de médias sociaux à la propagande nazie.

Roger McNamee a fait la comparaison vendredi dans une interview avec le Telegraph basé à Londres. Il a déclaré que Facebook avait emprunté des méthodes au chef de la propagande nazie Joseph Goebbels.

"Afin de maintenir votre attention, ils ont pris toutes les techniques d'Edward Bernays et de Joseph Goebbels", a déclaré Roger McNamee, se référant également à un pionnier des relations publiques autrichien-américain connu pour la commercialisation des cigarettes pour femmes. "Et ils ont également pris toutes les autres personnes du monde de la persuasion, et toutes les grandes agences de publicité pour fabriquer des produits avec des informations hautement personnalisées afin de vous rendre accro. Nous sommes tous accros, à un degré ou à un autre. "

Roger McNamee

Roger McNamee

McNamee, qui a fait fortune en tant qu'investisseur précoce dans le géant de l'Internet, a déclaré que Facebook créait une culture de «peur et de colère» et «réduisait le discours civil». Il a ajouté que l'entreprise avait «militarisé» le Premier Amendement (qui interdit au Congrès des États-Unis d'adopter des lois limitant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à « s'assembler pacifiquement ») pour « essentiellement s'absoudre de la responsabilité. "

Deux anciens employés de Facebook se sont récemment excusés séparément pour avoir aidé à inventer la fonctionnalité "Like", qui, selon eux, a donné lieu à une "économie de l'attention" qui nuit à l'humanité.

"Il est très commun pour les humains de développer des choses avec les meilleures intentions et d’obtenir des conséquences négatives involontaires", a déclaré Rosenstein au Guardian.

Facebook a été critiqué pour avoir facilité la diffusion de faux reportages, ce qui, selon certains, a influencé l'élection présidentielle américaine de 2016. Les représentants de Facebook, Google et Twitter contraints à un interrogatoire musclé le mois dernier par des membres du Congrès sur l'utilisation de leurs plates-formes à cet effet par des agents russes.

En septembre, les médias ont révélé que les trois géants de l'Internet permettaient la vente de publicités liées à des mots-clés antisémites et autres, comme "Juif haineux", "Comment brûler les juifs" et "Pourquoi les juifs ruinent le monde". Dans les deux cas, les trois sociétés se sont excusées et ont déclaré que des mesures de protection étaient en cours d'élaboration pour résoudre le problème.

Source: jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.