Judith Douillet

Niçoise d'origine, Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 14 ans. Elle est traductrice et rédactrice pour divers organismes en Israël. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

La Conférence de Paris pour la paix: beaucoup de bruit pour rien

La Conférence de Paris pour la paix: beaucoup de bruit pour rien

Le cadre avait l'air si impressionnant.

A Paris, au sein du ministère français des Affaires étrangères, des tables ont été posées pour des représentants de quelques 70 pays, dont plus de 30 ministres des Affaires étrangères.

A la tête de la salle se trouvait un podium, un seul drapeau français et, en lettres blanches sur fond bleu, était écrit ce qui suit: Conférence de la paix au Moyen-Orient, Paris - dimanche 15 janvier 2017.

Oui, une nouvelle conférence sur la paix au Moyen-Orient. Quoi qu'il en soit, aucune des parties censées faire la paix - les Israéliens comme les Palestiniens - n'était présente.

Au fil des ans, de nombreuses conférences de paix ont eu lieu à Paris.

Il y a eu la Conférence de Paix de Paris en 1919 à la fin de la Première Guerre mondiale, les Accords de paix de Paris en 1973 qui ont mis fin à la guerre du Vietnam et les Protocoles de Paris de 1994, où l'accord régissant les relations économiques entre Israël et l'Autorité palestinienne a été martelé.

Il s'agissait de conférences internationales de bonne foi ayant mené à quelque chose de tangible. Peu sont ceux qui espèrent des issues similaires de la part de l'événement de dimanche à Paris, surtout étant donné que dans cinq jours, un nouveau président entrera en fonctions aux États-Unis et l’on s’attend à ce qu’il s’oppose largement à ce type d'initiative au Moyen-Orient, si fortement contestée par une des parties concernées: Israël.

Non, on se souviendra surement de cette conférence comme de quelques-unes des autres réunions internationales à Paris, convoquées en grande fanfare mais qui n'ont mené nulle part.

Au centre, Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, François Hollande et le ministre Jean Marc Ayrault

Au centre, Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, François Hollande et le ministre Jean Marc Ayrault

L'une d’entre-elles  a été le séminaire organisé en 2008 par le président Nicolas Sarkozy - l'Union pour la Méditerranée - qui a rassemblé des dirigeants de quelques 40 pays situés autour de la Méditerranée, dont l'ancien Premier ministre Ehud Olmert et le président syrien Bashar Assad, qui ne se sont pas adressé la parole, s’évitant même du regard.

Cette conférence, largement considérée alors comme l'un des projets de vanité de Sarkozy, n'a mené à rien.

Sarkozy a également contribué à la création du Groupe des Amis du Peuple Syrien en 2012, qui s'est réuni dans plusieurs endroits différents, dont Paris, pour discuter de la situation syrienne. Cela n'a pas non plus été un succès retentissant.

Pourtant, les Français étaient déterminés à aller de l'avant avec la parade de dimanche, même s'ils savaient évidemment que - avec l'absence de la participation d'Israël et l'émergence de l'administration Trump à Washington - la probabilité de son succès était très mince.

Pourquoi, alors, l'utiliser pour aller de l'avant? Premièrement, parce que c'est ce que font les Français, ils organisent des conférences internationales.

Deuxièmement, parce que les Français ont une responsabilité historique envers le Moyen-Orient - principalement envers le Liban et la Syrie, mais aussi envers l'Egypte et Israël. Ils ne voient pas le Levant comme un coin éloigné du monde, mais plutôt une région avec laquelle ils ont des liens et des responsabilités historiques forts.

Troisièmement, en raison de considérations politiques intérieures. Et il y a deux éléments distincts en jeu ici.

Le gouvernement de gauche du président français François Hollande a été systématiquement critiqué par la gauche pour ne pas être suffisamment de gauche. Après la venue d’Hollande en Israël en 2013, il a été critiqué depuis l'intérieur de son parti pour s'acoquiner de trop avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Cette conférence montre à la gauche française que le gouvernement n'a pas abandonné le sort des Palestiniens.

Et il y a également des calculs électoraux.

L'électorat musulman est un bloc important en France, et pour une grande partie, la question palestinienne demeure fondamentale. Cette conférence est une façon de leur montrer que la question est aussi importante pour le Parti socialiste. Gardez à l'esprit que les Français vont se rendre aux urnes dans quelques mois pour voter pour un nouveau président.

Paris a, au cours des dernières années, misé sur tous les mauvais chevaux au Moyen-Orient: Saddam Hussein en Irak, Assad en Syrie, Yasser Arafat dans l'Autorité palestinienne, Hosni Moubarak en Egypte et Rafik Hariri au Liban.

Mais en tenant une conférence de paix sur le Moyen-Orient, peut-être que rien de tout cela n'aura d'importance et une partie de cette perte de prestige diplomatique et d'éclat pourrait être retrouvé.

Encore une fois, peut-être pas.

Source : Jpost

Israël: Jean Michel Jarre à Massada pour un spectacle gigantesque

Israël: Jean Michel Jarre à Massada pour un spectacle gigantesque

Le musicien français Jean Michel Jarre tiendra un grand spectacle à Massada le 6 Avril 2017.

Le compositeur et musicien français Jean Michel Jarre se rendra en Israël pour un concert le 6 Avril à Massada. Les prix des billets varient entre 490 et 3000 shekel. La vente ouvrira aujourd'hui à midi par téléphone au numéro 2207 *.

Jean Michel Jarre, l'un des plus grands spécialistes français des spectacles sons et lumières, organise régulièrement des concerts gigantesques visant à la sensibilisation aux questions sociales et environnementales. Il se rend cette année à Massada pour attirer l’attention du grand public sur l’état dans lequel se trouve la Mer morte.

Jarre a effectué de colossales performances semblables devant les pyramides d’Egypte, concert qui a rassemblé 800 000 personnes. De même à Houston, au Texas où 1,5 million de personnes se sont déplacées, à Moscou, avec 3,5 millions de spectateurs et devant la Tour Eiffel à Paris où se sont réunies 2,5 millions de curieux.

Jean Michel Jarre en concert

Jean Michel Jarre en concert

Jean Michel Jarre, aujourd’hui âgé de 69 ans, a enregistré 20 albums studio et en a vendu plus de 80 millions d’exemplaires. Il a battu quatre records mondiaux Guinness par l’ampleur de ses représentations publiques, a été nominé pour un Grammy cette année et a servi comme ambassadeur de l’UNESCO pour l’écologie et l'environnement.

Le spectacle réalisé en Israël sera couvert par les médias du monde entier et sera produit en collaboration avec une équipe israélienne professionnelle qui travaille avec l'équipe de Jarre. Il sera conçu dans un style futuriste, sur une scène mesurant 1000 m2 qui s’offrira le luxe de planer dans les airs comme dans le spectacle « Zero Gravity ».

Le chef du Conseil régional Tamar, Dov Litwinoff, a déclaré : «le fait qu'un artiste possédant une quantité de  fans aussi exceptionnelle  vienne donner un écho international à l'état de la Mer morte dans le but de réhabiliter l'une des merveilles du monde et de nous aider à sauver la propriété nationale et internationale - est sans précédent et particulièrement excitant."

Source : Israel HaYom

Un parti hongrois d’extrême droite caresse les Juifs dans le sens du poil

Un parti hongrois d’extrême droite caresse les Juifs dans le sens du poil

Le président du parti hongrois d'extrême droite Jobbik, dont les dirigeants ont souvent fulminé contre les Juifs, Israël et le sionisme, a déclaré que son parti respectait le droit d'Israël à l'existence.

Gabor Vona, qui a envoyé le mois dernier pour la première fois les salutations de Jobbik à l’occasion des fêtes de Hanoucca à au moins deux rabbins hongrois, a fait cette remarque sur Israël lors d'une interview publiée mercredi par Reuters.

"Si nous sommes en désaccord, nous voulons être en mesure de critiquer Israël de la même manière que nous critiquons la Suède ou l'Allemagne, mais naturellement, nous respectons son droit d'exister, de former sa propre identité, ses opinions et d'articuler ses intérêts", a déclaré Vona.

Les salutations de Hanoucca et la déclaration sur Israël font partie d'un effort de Jobbik de réhabiliter son image avant les élections générales de 2018, selon Reuters.

Shlomo Koves, l'un des rabbins ayant reçu les salutations de Hanoucca de Vona, doutait de la sincérité du geste, citant le long record de Jobbik comme  « parti antisémite ».

Dans une interview avec JTA, Koves a noté plusieurs incidents antisémites impliquant des membres de Jobbik, y compris la promesse de Vona de 2014 de «démissionner immédiatement si quelqu'un découvrait qu'il avait une ascendance juive.» L'année dernière, Vona a réaffirmé sa déclaration dans une entrevue.

"Jobbik a joué un double jeu: faire la part belle du bout des lèvres aux valeurs démocratiques pour passer comme un parti du peuple et atteindre le pouvoir, tout en clignant de l'œil à son public pour qu’il ne prenne pas cela au sérieux", a déclaré Koves.

Des militants du parti Jobbick

Des militants du parti Jobbick

Certains partisans de Jobbik se sont opposés aux salutations de Hanoucca, mais lors de l’interview de Reuters, Vona a insisté sur le fait que c'était la bonne décision. "Nous avons eu raison de faire ce que nous avons fait pendant les fêtes", a-t-il dit. "Si vous voulez gouverner, vous devez faire équipe avec tous les groupes religieux. Je vais faire la même chose (envoyer des salutations) à la prochaine saison des fêtes. "

En 2012, un parlementaire de Jobbik a appelé à considérer les Juifs hongrois comme des menaces à la sécurité nationale, mais il s’est plus tard corrigé, disant qu'il faisait allusion aux israéliens. L'année dernière, un conseiller de Jobbik de Budapest, Laszlo Benke, se vantait de refuser de se présenter à un service commémoratif en l'honneur d'un rabbin. Le parti a défendu les actions de Benke.

Toujours en 2012, Marton Gyongyosi, alors chef de la politique étrangère de Jobbik, a déclaré: «Le peuple perse et ses dirigeants sont considérés comme des parias aux yeux de l'Occident et servent les intérêts israéliens. C'est pourquoi nous sommes solidaires de la nation pacifique de l'Iran et nous tournons vers elle à cœur ouvert".

La même année, Gyongyosi a organisé une tournée nationale de conférences sur le sujet de «la menace sioniste pour la paix mondiale». Les articles anti-juifs et anti-israéliens ont repris cette année plus de 30% du contenu du site anglais du parti cette année-là.

Source : jta.org

Kiriat Arba: opposition à l'embauche de chauffeurs de bus arabes

Kiriat Arba: opposition à l'embauche de chauffeurs de bus arabes

Cinq membres du conseil municipal de Kiryat Arba ont écrit et signé une lettre protestant contre l'embauche de conducteurs arabes de villages situés à Jérusalem-Est tels que Jabel Mukaber, Isawyia et Shuafat à la lumière de l'attaque terroriste de la semaine dernière.

Les changements dans les compagnies de transport public à Kiryat Arba ont éveillé la préoccupation de plusieurs membres de conseil de ville. En effet, certains des nouveaux conducteurs sont des résidents de Jérusalem-Est.

Au cours du week-end, cinq membres du conseil de Kiryat Arba ont écrit une lettre aux citadins dans laquelle ils prétendaient ne pas vouloir que des conducteurs arabes-israéliens de Jérusalem-Est opèrent sur les lignes de bus.

Une copie de la lettre envoyée aux résidents

Une copie de la lettre envoyée aux résidents

«On nous a dit que les nouveaux conducteurs des lignes de la ville étaient des habitants de Jérusalem-Est et résidaient dans des endroits comme Jabel Mukaber, Shuafat, Silwan et d'autres. Nous avons peur pour nos familles. Nous avons malheureusement vu un exemple cette semaine ", ont-ils écrit en référence à l'attaque terroriste de Jérusalem la semaine dernière.

"Nous ne voulons pas que des terroristes travaillent ici", a écrit le conseiller Yisrael Bramson, l'un des cinq signataires. Lorsque le conducteur est un résident arabe de Jérusalem-Est, issu d'un endroit comme Jabel Mukaber ou Isawiya, il existe des craintes qu'il conduise "accidentellement" nos enfants vers la ville arabe de Hebron et nous ne voulons pas que cela se produise.  Après tout, le terroriste qui a assassiné les soldats dans l'attaque au camion bélier était détenteur d’une carte d'identité bleue (israélienne N.D.T).

La lettre indiquait également que les résidents de Kiryat Arba exigeaient le service militaire ou le service national comme condition à l'embauche de chauffeurs dans la ville.

Le chef du conseil, Malachi Levinger, conteste la lettre et tente de régler la question au nom des résidents auprès du ministre des Transports.

Source : Ynet

Un avant goût de la conférence de paix de Paris

Un avant goût de la conférence de paix de Paris

Sans aucun représentant d’Israël, de l’Autorité Palestinienne ou du gouvernement Trump, les représentants de 70 pays discutent en ce moment même de la reprise des négociations.

Le Ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a averti aujourd'hui (dimanche) au cours de la Conférence de paix de Paris que le transfert de l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem aura des «conséquences graves». Les représentants de 70 pays participent à la conférence qui vise à relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Cependant, les deux parties ne sont pas présentes à l'audience, tout comme les représentants du gouvernement de Donald Trump.

Selon les informations fournies par « France 3 », le ministre français des Affaires étrangères a déclaré que la proposition des principaux représentants de Trump de transférer l'ambassade américaine à Jérusalem était une "provocation".

John Kerry à son arrivée à Paris

John Kerry à son arrivée à Paris

Ayrault a ajouté qu'il ne pensait pas que Trump serait en mesure de le faire. «Il y aura des conséquences graves et ce n’est pas la première fois que cela vient à l'ordre du jour du Président des États-Unis. Cependant, personne n'a pris cette décision." Il a poursuivi: "Il est impossible de prendre position de façon unilatérale. Nous devons créer les conditions pour la paix».

La conférence a lieu dans le contexte de la crise opposant Israël et l'administration sortante à Washington, après que cette dernière ait refusé d’opposer son veto à la résolution du Conseil de sécurité condamnant les colonies. En Israël, on blâme le président Barack Obama pour avoir planifié ce processus, mais la Maison Blanche a rejeté cette accusation. Cette décision a conduit à la colère parmi le Congrès républicain, et certains de ses collègues ont menacé de prendre des mesures contre les Nations Unies.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est aujourd’hui de nouveau opposé à cette conférence et a déclaré qu’elle était "futile". Lors de l’ouverture de la réunion du cabinet, il a déclaré : « «la conférence a été coordonnée entre les Français et les Palestiniens et vise à essayer de forcer Israël à se plier à des conditions qui sont incompatibles avec nos besoins nationaux».

Selon lui : « Elle repousse la paix car durcit les positions palestiniennes et repousse également les négociations directes sans conditions préalables. Je dois dire que cette conférence  fait partie de l’un des derniers tressaillements du monde d’hier. Demain sera différent - et demain est très proche ».

Ayrault a déclaré : « Beaucoup d’entre nous se sont réunis parce que nous sommes conscients de l'urgence de la situation. Notre objectif est de permettre à toutes les parties qui le souhaitent de participer à la paix et au dialogue».

Il a énoncé les objectifs de la conférence et a ajouté: «Le premier objectif est de ratifier la déclaration stipulant que la solution à deux Etats est la seule solution. Le deuxième objectif est d'exprimer notre volonté de contribuer à recréer les conditions de négociations entre les parties, et, finalement, de trouver une voie à suivre dans les semaines et les mois à venir." Il a également dit que la "solution à deux Etats, qui se trouve menacée, et la nécessité de sa préservation, ont été reconfirmés par la décision 2334 du Conseil de sécurité ".

Source : Walla.co.il

Israël : les salaires ont augmenté mais seuls les cadres en profitent

Israël : les salaires ont augmenté mais seuls les cadres en profitent

Un rapport du centre « Adva » présente une série de conclusions sur la situation socio-économique en Israël. Bien que ces dernières années aient vu une augmentation des salaires, les principaux bénéficiaires ont été les gestionnaires des grandes entreprises et non pas les travailleurs moyens.

Les salaires ont augmenté, mais avec eux, les disparités sociales. Le centre « Adva » publie aujourd’hui un rapport sur la situation annuelle 2016, qui montre que, malgré l’augmentation des salaires de ces trois dernières années, les fruits de la croissance continuent de grimper pour la classe supérieure et sont à peine perceptibles pour les couches de la population les plus défavorisées.

Les auteurs du rapport, le Dr Shlomo Svirsky et Etti Connor-Attias, indiquent que l'augmentation des salaires au cours des dernières années est le résultat des accords salariaux que le gouvernement a signé avec les enseignants (réformes «Ofek hadach» et Oz Letemoura») et avec les employés de l'État.

Cependant, les auteurs indiquent que les disparités de revenus restent très élevées. Alors qu'en 2015, le revenu brut d'un ménage dirigé par un salarié était de 4644 shekels par mois dans le décile le plus bas, le décile supérieur étant 13 fois supérieur, se situant à 58,293 shekels. Des lacunes énormes dans les salaires sont également apparus dans le décile supérieur, les membres du centile supérieur ont gagné beaucoup plus que le reste.

Le rapport a également montré que la rémunération des dirigeants de grandes sociétés a augmenté en 2015 par rapport à l'année précédente.

Les écarts entre les cadres et les autres employés ont continué à être très élevé. Les PDG des 100 plus grandes entreprises publiques ont été payés, en moyenne, pour un total de plus de 5 millions de shekel et la rémunération annuelle moyenne de cinq hauts fonctionnaires de ces sociétés se situait à 4 millions.

Les gestionnaires des grandes entreprises gagnent plus

Les gestionnaires des grandes entreprises gagnent plus

Le centre « Adva » soutient en outre que les salaires sont divisés inégalement entre les différents groupes de population dans le pays. Selon les données de 2015, les salaires des employés natifs ashkénazes était de 31% supérieur à la moyenne, tandis que celui des séfarades était de 14% supérieur à la moyenne seulement.

La situation est bien pire pour les enfants des ressortissants de l'ex-Union soviétique, dont la rémunération était le salaire moyen, et pour les Arabes palestiniens qui gagnaient 60% du même salaire. Au plus bas de la liste, les employés d'origine éthiopienne qui gagnaient près de la moitié du salaire moyen.

Nombreux sont ceux dans le pays qui s’enorgueillissent d'un taux de chômage bas, seulement 4,6% en Novembre dernier. Ce chiffre est nettement plus faible que celui de nombreux pays développés, mais les auteurs du rapport affirment qu’il est trompeur car il cache des différences entre les groupes de population.

Dans la ville bédouine de Rahat, par exemple, le chômage se situe à 14,4%, comme dans de nombreux villages arabes du nord d'Israël. Dans les villes en développement, où la majorité de la population est juive, les taux de chômage enregistrés sont plus élevés que la moyenne nationale, comme à Dimona 9,3% ou Yeruham 8,6%.

Un emploi avec un niveau de salaire plus élevé dépend de l'enseignement supérieur mais dans ce domaine aussi les disparités font rage. En 2014-2015, la proportion d'élèves dans les zones établies était plus élevé de 10% que dans les villes en développement. En outre, la proportion de jeunes Juifs arrivés jusqu’à l'enseignement supérieur était le double de celui des jeunes Arabes.

On constate également que les étudiants ayant achevé un parcours académique à l’école secondaire sont plus susceptibles d'atteindre des études universitaires que les étudiants de la filière professionnelle.

L'espérance de vie en Israël - en augmentation constante

Il y a aussi de bonnes nouvelles à signaler. L'espérance de vie en Israël ne cesse d'augmenter. En 2014, elle était de 80,3 ans pour les hommes (6e place dans l'OCDE), et 84,1 pour les femmes (12e place dans l'OCDE). Toutefois, selon les données, les hommes et femmes juifs vivent en moyenne trois ans de plus que les arabes. Même les taux de mortalité infantile sont 2,6 fois plus élevés chez les Arabes que chez les Juifs.

L’auteur du rapport et directeur des études de l'Institut Adva, Shlomo Svirsky, a répondu au rapport et a accusé le gouvernement de ces sombres résultats. «L'égalité et la justice sociale ne sont pas une priorité de l'État. Une intervention importante est nécessaire."

Source : mako.co.il

La star de la NBA Amar'e Stoudemire revient à Jérusalem

La star de la NBA Amar'e Stoudemire revient à Jerusalem

Pendant longtemps, Amar'e Stoudemire s'est senti attiré par Israël. Maintenant, la star de la NBA y joue et déclare qu'il ne s’est jamais autant senti chez lui.

Tout comme la politique du Moyen-Orient clive l'opinion publique, tout le monde peut s'entendre là-dessus, Israël joue un rôle extraordinairement démesuré dans le théâtre de la géopolitique pour une terre à peu près équivalente en taille et en population au New Jersey.

Le mois dernier, les États-Unis se sont abstenus lors de la résolution des Nations Unies condamnant Israël pour la construction de colonies en territoire contesté. Cela a déclenché de multiples cycles d'actualités internationaux, un discours explicatif du secrétaire d'État John Kerry, une réfutation éclatante de l'U.K. et, inévitablement, un tweet pointu du président élu.

Au milieu de toutes ces meshugges (fous, en yiddish N.D.T), le plus célèbre athlète du pays est resté campé en dehors du périmètre, pour ainsi dire. Amar'e Stoudemire vit à quelques pâtés de maisons de la résidence du Premier ministre et à 25 minutes à pied de la vieille ville de Jérusalem - où tant de nerfs bruts sont exposés - mais, comme il le dit de sa voix incroyablement profonde : "La politique n'est pas pour moi."

Stoudemire est absolument absorbé par ce qu'il appelle sa «patrie d’adoption», dont il est peut-être la célébrité la plus improbable en 69 années d'histoire d'Israël. Stoudemire a annoncé l'été dernier qu'il quittait la NBA, son lieu de travail depuis 2002, pour terminer sa carrière dorée en Israël, avec lequel il ressentait depuis longtemps une connexion spirituelle. Avec son épouse, Alexis, il a acheté une maison en pierre de quatre étages, a réinstallé leurs quatre gamins (et son chef personnel) et s'est engagé à rester pendant au moins deux ans au Hapoel Jerusalem. (Pour éviter l'apparition d'un conflit, il a vendu ses actions au président de l'équipe).

Amar’e Stoudemire

Amar’e Stoudemire

En plus de jouer au basket-ball, Stoudemire, 34 ans, veut servir comme une sorte d'ambassadeur non officiel. Il s'auto-identifie comme un Israélite hébraïque, une tribu que l’on croit descendue du Royaume de Juda et qui habitait ce qui est maintenant Israël avant son expulsion par les Romains en 70 avant notre ère.

En accord avec la tradition kosher, Stoudemire ne mange pas de porc ou de coquillages, et il porte un tatouage en forme de menorah sur le poignet gauche. Il ajoute qu'il s’est engagé dans une «vie sainte» et témoigne que, à Jérusalem, il ne s’est jamais senti plus à la maison, plus lié à l'endroit où il joue.

Le facteur menaçait d'arrêter les livraisons si la famille n’affichait pas son nom à l'extérieur de la maison en gros caractères. (Ils s’y sont conformés, rendant Stoudemire l'athlète rare dont la résidence est facile à trouver pour les fans.) La pierre de Jérusalem qui ceinture leur maison est merveilleusement robuste, mais ils ont découvert qu'elle interférait avec le Wi-Fi. (Ils ont installé des routeurs à chaque étage.) Ils ont également fait la une des nouvelles nationales après que Amar'e Jr., 10 ans, a été interdit de jouer au basket-ball junior parce qu'il n'était pas citoyen. (Il joue plutôt au baseball, sur un terrain offert par Robert Kraft, propriétaire des Patriots).

Mais surtout, ils profitent pleinement de cet échange culturel, allant des leçons d'hébreu à la découverte du boucher kascher. Stoudemire prête sa célébrité à des causes dignes chaque fois que possible - disons, en acceptant de tirer le départ du marathon de Jérusalem en Mars ou de prêter son nom à la collecte de fonds et de sensibilisation pour Hatzalah. Il marche tranquillement autour de la ville, en dressant un inventaire de son histoire. Les week-ends et les jours fériés, la famille voyage souvent à travers le pays et à Londres, Paris et au-delà.

L'équipe voyage en bus pour des matchs en Israël. Quand il se rend à l’étranger, il utilise des vols commerciaux. Bien qu'il ait gagné plus de 167.7 million de $ pendant sa carrière à la NBA, Stoudemire a n’a formulé qu’une seule exigence spéciale: disposer de sa propre chambre d'hôtel pendant les tournées.

Ainsi soit-il. Il est heureux de jouer ce nouveau rôle, en soulignant doucement aux Occidentaux que les mythes sur le pays ne sont rien de plus que cela. «Les gens demandent: « Est-ce une zone de guerre? Et je leur réponds que cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité», dit Stoudemire. "C’est un beau pays. Des plages. Des déserts. De supers restaurants. De grandes personnes. Le jour du shabbat, c'est si tranquille. Tout s'arrête pour le repos, pour le temps passé en famille. C'est merveilleux, n'est-ce pas? »

Source : si.com

La théorie du genre enseignée dans les maternelles de Tel Aviv

La théorie du genre enseignée dans les maternelles de Tel Aviv

La ville de Tel Aviv conseille à ses écoles maternelles de mettre à jour leurs services de « Kabalat Chabat » (cérémonial d’accueil du Chabat du vendredi matin) afin de refléter la variété des familles vivant dans la métropole, qu'elles soient gay, monoparentales, etc. 

La ville de Tel-Aviv a recommandé de mettre à jour le service d'accueil du Shabbat qui se tient dans les maternelles municipales le vendredi afin d'afficher les différents modèles familiaux.

Cette recommandation a été initiée pour mieux refléter la ville qui comprend des milliers de familles LGBT. À cette fin, Tel Aviv a assigné deux psychologues pour guider les enseignants et les parents dans l'enseignement et la discussion sur la famille moderne dans toutes ses incarnations.

Beaucoup d'écoles préscolaires ont déjà adopté la recommandation et accueillent des services d'accueil du Shabbat avec des bénévoles en rotation, quelle que soit leur identité de genre.

Dans le cadre des changements d'ores et déjà mis en œuvre dans les écoles préscolaires à Tel Aviv dans le but de refléter les différents types de familles confiant leurs enfants à la ville, la fiche de contact distribuée aux parents demande le nom du parent plutôt que celui de la mère ou du père. De plus, les murs des préscolaires montrent des dessins et des photos de familles reflétant plus fidèlement le large éventail de minorités sexuelles de la ville. Les bibliothèques préscolaires incluent également des livres pour enfants tout aussi inclusifs.

La théorie du genre enseignée dès le plus jeune âge

La théorie du genre enseignée dès le plus jeune âge

Gali Shine-Tal et Itai Himmelfarb, psychologues du service de consultation publique de Tel Aviv, ont expliqué que les messages transmis aux enfants d'âge préscolaire sont importants pour le développement de la sensibilité des familles LGBT, en veillant à ce que les enfants de ces familles ne se sentent pas coupables ou anormaux. Himmelfarb a expliqué: «Il est important pour nous que le climat social dans le préscolaire soit positif et encourageant pour les familles. Notre objectif est de produire une pensée qui tient compte des familles LGBT ».

Shine-Tal a ajouté que certaines des écoles maternelles de la ville répondaient avec enthousiasme à la recommandation mais que quelques professeurs exhibaient des points de vue moins tolérants. "Nous essayons de rendre les positions plus flexibles car c’est important pour le développement des enfants", a-t-elle expliqué. "Nous leur disons qu'ils doivent faire la distinction entre les opinions personnelles et les opinions éducatives."

Selon les deux psychologues, dans une ville comme Tel-Aviv - où vivent des milliers de familles avec des parents LGBT - «il est important de renforcer l'empathie des enfants  pour les sentiments de chacun, et d'autre part, de renforcer le sentiment que leur famille est utile, bonne, complète, propre et aimante ».

Tous deux ont souligné que Tel-Aviv comprenait de nombreux modes familiaux diversifiés, qu'ils soient hétéronormatifs, LGBT, divorcés, remariés, parents isolés, etc.

Asaf Zamir, maire adjoint de Tel-Aviv, a déclaré: «Heureusement, une partie de la croissance importante du nombre d'enfants dans la ville ces dernières années provient des nombreuses familles LGBT qui choisissent d'y élever leurs enfants. Puisque le système éducatif municipal traite de la diversité des communautés vivant dans la ville et de la diversité qui la caractérise sous de nombreux angles, notre aspiration est d'avoir un système qui desservira différents groupes de la population et qui enseignera aux garçons et aux filles à coexister avec l'un l'autre."

Source : Ynet

Le groupe de rock américain Grandaddy fait ses débuts en Israël

Le groupe de rock américain Grandaddy fait ses débuts en Israël

A l'origine un spectacle était prévu le 21, mais, après l’annonce faite la semaine dernière, les places se sont vendues si rapidement que le promoteur Naranjeh a ajouté un autre concert pour le groupe apparemment plus populaire que prévu.

Les rockeurs américains acclamés Grandaddy feront leurs débuts en Israël les 20 et 21 mars au Barby Club de Tel Aviv.

A l'origine un spectacle était prévu le 21, mais, après l’annonce faite la semaine dernière, les places se sont vendues si rapidement que le promoteur Naranjeh a ajouté un autre concert de ce groupe américain apparemment plus populaire que prévu.

Grandaddy en Israël en mars

Grandaddy en Israël en mars

Formé en 1992 avec la force créatrice Jason Lytle, chanteur, guitariste et claviériste, à la barre, le groupe basé en Californie a passé des années à créer un culte avant de sortir quatre albums qui ont été bien accueillis. Combinant guitares de rêve, synthétiseurs analogiques et claviers dans ce que The New York Times a appelé «des hymnes majestueux orchestrés dans un cérémonial psychédélique tardif», Grandaddy a aidé à combler le fossé entre les rockeurs modernes comme The Flaming Lips et Weezer et la pop classique des années 70.

Le style musical du groupe est un mélange de rock indépendant et de clavier inspiré de Philip Glass. Le style du groupe est rapproché de l'espace rock et les paroles sont généralement centrées autour de l'isolement dans un monde high-tech bien qu'ayant un côté d'Amérique rurale.

Le groupe a rompu en 2005, après la publication de l'album Just Like the Fambly Cat, mais s'est reformé en 2012 avec une équipe intacte (Jason Lytle, Kevin Garcia, Jim Fairchild, Tim Dryden et Aaron Burtch) et une énergie renouvelée. Leur cinquième album studio, Last Place, est sorti pour coïncider avec leur tournée européenne, qui les verra également arriver à Tel Aviv.

Source : Jpost - wikipedia

Conférence de paix à Paris: un événement sans valeur

Selon des officiels israéliens, la conférence de Paris n’a aucune valeur

Des sources politiques israéliennes affirment que la conférence de Paris n'a pas de sens, qu’elle repoussera la paix et encouragera l'Autorité Palestinienne à refuser les négociations directes.

La radio Kol Israël a cité des sources politiques israéliennes critiquant la "conférence de paix" prévue aujourd'hui dimanche à Paris.

Selon les sources, la conférence est une «conférence vide et un événement sans valeur» qui ne fera que repousser la paix que et encouragera l'Autorité palestinienne à continuer à éviter les négociations directes avec Israël.

John Kerry, lors d’une rencontre autour du conflit israélo-palestinien, à Paris, le 3 juin 2016. / SAUL LOEB/AFP

John Kerry, lors d’une rencontre autour du conflit israélo-palestinien, à Paris, le 3 juin 2016. / SAUL LOEB/AFP

Jérusalem a également déclaré que si les pays qui se rassemblent le dimanche sont vraiment intéressés à faire progresser la paix, ils pousseront le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas à siéger à la même table que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu pour des négociations directes.

En outre, les sources ont souligné que l'Autorité Palestinienne blâmait les communautés juives en Judée et en Samarie et les rendait responsables de l’échec des négociations jusqu'à présent, afin de continuer à éviter les négociations directes avec Israël.

La ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, a déclaré samedi soir que si les pays participants voulaient vraiment faire avancer la paix, ils insisteraient pour qu’Abbas cesse immédiatement d'inciter au terrorisme et de le soutenir.

Rappelons que jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié la conférence internationale prévue à Paris pour tenter de relancer l'effort de paix moribond entre Israéliens et Palestiniens "d'imposture palestinienne sous les auspices de la France".

Les 72 pays participant à la conférence de paix de Paris devraient tenter de pousser Israël à accepter une solution à deux États.

Source : Arutz 7