Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Israël: Tsahal se prépare pour la prochaine guerre

Israël: Tsahal se prépare pour la prochaine guerre

Le commandement du Front Intérieur se prépare à des frappes de milliers de roquettes en Israël pendant la prochaine guerre. Des centaines de millions de shekels ont d'ores et déjà été investis au cours des deux dernières années dans des mesures défensives et dans le renforcement des capacités stratégiques.

Les FDI considèrent le Hezbollah comme la menace la plus importante, avec au moins 120 000 roquettes dirigées contre Israël, dont beaucoup sont capables de frapper n'importe où dans le pays. Alors que la plupart ont une portée de seulement 45 kilomètres, l'armée a déclaré qu'elle s'attendait à un bombardement de plus de 1000 roquettes en une seule journée.

Le commandement du front intérieur divise actuellement le pays en 264 zones d'alerte polygonale dans lesquelles une sirène est activée une fois que la trajectoire de vol et la zone d'atterrissage attendue d'un missile ou d'une fusée sont calculées.

Le système d'alerte israélien, déjà à la pointe de la technologie, est en train d'être amélioré et le nombre de zones d'alerte polygonales devrait atteindre quelques milliers d'ici avril 2018.

L'augmentation des zones signifie que, au lieu d’une seule sirène sonnant pour une ville entière, les quartiers individuels ou les rues seront alertés pour inviter la population à courir se réfugier.

L'inconvénient de la précision accrue est une réduction des temps d'alerte. Par exemple, avec le système actuel, un résident de Tel-Aviv a environ une minute et demie pour se protéger du moment où une sirène retentit. Avec le nouveau système, les résidents de Tel Aviv auront seulement 45 secondes à une minute pour rejoindre une zone de sécurité.

Le commandement du Front Intérieur

Le commandement du Front Intérieur

Alors que la plupart des roquettes devraient frapper des champs ouverts en raison d'un manque de systèmes de guidage de précision, Tsahal prévoit que 150 000 civils quitteraient leurs foyers dans le Nord en cas de guerre avec le Hezbollah.

En plus de l'augmentation de la menace des roquettes, le Commandement du Front intérieur a également identifié une menace pour les systèmes électroniques d'Israël. En conséquence, le commandement a récemment ordonné aux civils d'acheter des radios à transistors avec des batteries de rechange, des bouteilles d'eau et des chargeurs électriques portatifs.

La coordination et le partage des responsabilités entre le Commandement du Front intérieur et l'Autorité nationale d'urgence (connue sous son sigle hébraïque RACHEL) se seraient sensiblement améliorés au cours des deux dernières années. Les gouvernements locaux, qui, avec le commandement et RACHEL, seraient chargés de fournir aux évacués tous les services nécessaires, ont également nettement amélioré leur niveau de préparation.

En plus de se préparer à une évacuation massive, l'armée israélienne a dépensé des millions de shekels pour moderniser et construire de nouveaux abris anti-bombes publics. À cet égard, Tel-Aviv est considérée comme l'une des villes les mieux protégées, alors que de nombreuses régions du Néguev sont les plus menacées.

Un tiers des 200 000 bédouins d'Israël vivent dans des villages non reconnus, dont beaucoup sont situés dans le Néguev. Pour cette raison, ces villages n'ont ni sirènes d'attaque aérienne ni abris anti-bombes et les roquettes entrantes ne sont pas interceptées par le Dôme de Fer.

En plus des 3 000 avertisseurs d'alerte partout en Israël, le Home Front Command a également développé des applications pour alerter un utilisateur sur une fusée ou un missile entrant ainsi que des avertissements automatiques transmis à tous les utilisateurs de téléphones cellulaires. Le commandement a également mis au point un système d'alerte supplémentaire pour les maisons privées afin de s'assurer qu'aucun avertissement ne soit manqué.

Le commandement, qui mène des exercices annuels pour se préparer aux scénarios d'urgence, a également commencé à mener des exercices annuels d'urgence à l'échelle nationale pour les écoliers.

En outre, un projet a été lancé pour enseigner aux élèves du secondaire comment administrer les premiers secours, dans le cas où l'arrivée des services d'urgence serait retardée.

Source : Jpost

Un film sur les femmes arabes israéliennes à Tel Aviv défie les tabous

Israël : un film sur les femmes arabes israéliennes à Tel Aviv défie les tabous

Le film israélien « In Between » explore les lacunes culturelles de la société arabe israélienne.

Un film sur des femmes arabes israéliennes ayant quitté leurs villages pour vivre à Tel Aviv a mis en colère certains traditionalistes de la communauté arabe d'Israël, qui disent que sa représentation de l'homosexualité et des femmes célibataires indépendantes est insultante.

"In Between", dont le réalisateur est arabe et le producteur juif, a remporté le prix du meilleur film au Festival international du film de Haifa en Octobre et est accueilli à Toronto et à San Sebastian avec son portrait de trois femmes très différentes qui partagent un appartement dans la ville la plus libérale d'Israël .

Layla est une avocate et une musulmane libérale qui fait la fête toutes les nuits. Salma, issue d'une famille chrétienne traditionnelle, est gay et travaille comme DJ et barman. Nour est une étudiante en informatique musulmane dévote qui s'est fait violer par son fiancé musulman.

"In between"

"In between"

"Les femmes ont choisi de chercher une vie moderne en abandonnant les coutumes et les traditions de leurs villages d'origine, mais en même temps, comme les Palestiniens ethniques de Tel-Aviv, elles sont victimes de discrimination", a déclaré le directeur Maysaloun Hamoud. "Elles ne peuvent tout simplement pas gagner."

Le film aborde des questions que certains Arabes d'Israël - qui représentent environ 20% des 8,5 millions d’habitants du pays - préfèrent ne pas voir à l'écran.

Le leadership conservateur d'Umm al-Fahm, une grande ville arabe israélienne présentée dans le film, a demandé qu’il soit boycotté.

"Nous soutenons l'art qui a un but et qui critique les aspects négatifs de notre société, mais nous nous opposons à un film qui déforme l'image d'Umm al-Fahm", a déclaré Abed Al-Monem Fuad, un porte-parole de la municipalité.

Sana Jammelieh, qui joue Salma, a déclaré qu'il était temps pour la communauté arabe d'Israël d'aborder le sujet du film.

"Personne ne veut parler de l'homosexualité, ou d’une femme qui se sent libre de faire la fête toute la nuit et de boire de l'alcool, mais cela devrait être discuté afin que la société arabe puisse rattraper le monde moderne", a-t-elle dit.

Mouna Hawa, qui joue Layla, attendait les critiques mais a dit qu'elles ne l'inquiétaient pas: "Il a fallu du courage pour faire ce film, mais je suis convaincu qu'il reflète de nombreuses vies réelles dans notre société".

Source : Ynet

La liste des commandants et des gardes d'Auschwitz publiée en ligne

La liste des commandants et des gardes d'Auschwitz publiée en ligne

La liste des noms des commandants nazis SS et des gardiens ayant servi au camp de concentration d’Auschwitz vient d’être publiée en ligne.

La liste, censée être la plus complète jamais diffusée, a été affichée en ligne lundi sur le site http://fr.truthaboutcamps.eu/. Elle a été préparée par le Polish Institute of National Remembrance en coopération avec le Mémorial et le Musée d'Auschwitz-Birkenau.

Une présentation du projet a été offerte lundi lors d'une conférence à Cracovie. Parmi ceux qui se trouvaient sur place figuraient Jaroslaw Szarek, directeur de l’ Institute of National Remembrance, et Piotr Cywinski, le directeur du musée d'Auschwitz.

La base de données fournit également les données personnelles des membres du personnel SS, y compris la date et le lieu de leur naissance, leur numéro de service, leur date d'arrivée et de départ du camp, leur niveau d’éducation et leur citoyenneté. Des photographies de certains des officiers de la SS sont exposées et, dans le cas de ceux qui ont été jugés devant les tribunaux après la guerre, leurs dossiers judiciaires.

La liste est censée être la plus complète jamais diffusée

La liste est censée être la plus complète jamais diffusée

Cywinski a déclaré: " la base de données est le résultat d'une enquête de plusieurs générations commencée immédiatement après la guerre par les commissions poursuivant des criminels, puis qui a continué dans le musée d'Auschwitz. Avant de s'échapper du camp, les Allemands ont exporté et brûlé les dossiers de l'administration. Ils ont détruit la plupart des documents. "

Szarek a qualifié l'affichage de la liste de « jour historique ».

"Nous commençons par Auschwitz, mais nous envisageons d'étendre cette liste à d'autres camps de concentration allemands", a-t-il déclaré lors de la conférence.

En 1941, la garnison SS à Auschwitz comptait environ 700 membres, en juin 1942 environ 2.000, en avril 1944 environ 3.000, et en août 1944 environ 3.300. À la mi-janvier 1945, en relation avec l'évacuation finale d'Auschwitz, il y avait 4 480 membres SS et 71 surveillants SS.

La base de données ne comprend pas les données personnelles du personnel de la Wehrmacht utilisé dans certains sous-camps et des commandos externes comme le personnel de soutien et les sentinelles de la compagnie militaire ukrainienne. Il n'y a pas non plus de données sur les infirmières de la Croix-Rouge allemande qui n'étaient pas membres des SS.

Ce mois-ci, le musée d'Auschwitz a fait appel aux Allemands et aux Autrichiens pour obtenir des documents personnels SS, des photographies, des lettres personnelles ou tout autre matériel relatif au personnel du camp.

Source : Arutz 7

Steven Spielberg cherche un jeune israélien pour son prochain film

Stephen Spielberg cherche un jeune israélien pour son prochain film

Le réputé directeur et producteur de films rechercherait un jeune garçon israélien pour la vedette de son prochain film.

Channel 10 News a rapporté lundi que le réalisateur et producteur renommé Steven Spielberg serait à la recherche d'un jeune garçon israélien pour la vedette de son prochain grand film.

Spielberg aurait rapporté que les auditions pour le film se tiendront en Israël, selon le rapport, et qu'il était à la recherche d'un garçon de langue anglaise âgé de 6 à 8 ans.

Steven Spielberg

Steven Spielberg

Le film traitera de l'histoire de la communauté juive en Italie, selon le magazine quotidien de Channel 10, The Guy Pines Show.

Il sera basé sur le livre "L'enlèvement d'Edgardo Mortara" de David Kertzer, qui raconte l'histoire d'un garçon juif enlevé à Bologne en 1858.

Les garçon qui participeront au casting n'auront pas besoin de mémoriser un quelconque texte pour l'audition, a rapporté Guy Pines. Tout ce qui est nécessaire est d'avoir un «look juif» et d'être intelligent, sensible et cohérent.

La date à laquelle Spielberg arrivera en Israël n'est pas encore claire, mais le rapport a noté qu'il a déjà effectué des auditions à New York, Los Angeles et Londres. Ce qui est sûr, c’est qu’il n'a pas encore trouvé le bon garçon pour le rôle.

Spielberg a personnellement reçu trois Oscars : un pour le meilleur film (en 1994) et deux du meilleur réalisateur (en 1994 et 1999). Il a présidé par ailleurs le jury du 5e Festival international du film fantastique d'Avoriaz en 1977, et celui du 66e Festival de Cannes, en 2013.

De très nombreux autres projets sont liés à Steven Spielberg : l'adaptation des mémoires de la photographe Lynsey Addario, un remake de West Side Story, un cinquième volet d'Indiana Jones, Montezuma sur la conquête de l'empire Aztèque ou encore une mini-série sur Napoléon (basé sur le biopic abandonné de Stanley Kubrick dont Spielberg fut un ami), ainsi que de nombreuses adaptations de romans parmi lesquels Robopocalypse, Thank You for your Service (une enquête sur les soldats américains traumatisés par la guerre d'Irak), Pirates (le dernier roman de Michael Crichton) ou Player One d'Ernest Cline.

Source : Arutz 7 - wikipédia

Israël: les personnes créatives dorment plus mais mal

Selon une étude israélienne, les personnes créatives dorment plus mais mal

Comment de nombreuses personnes souffrant de troubles du sommeil dans le monde entier pourraient-elles enfin passer une bonne nuit? Aujourd’hui, une nouvelle étude israélienne a de mauvaises nouvelles pour la communauté créative.

Les chercheurs ont cherché à comprendre comment deux types de créativité - visuelle et verbale - influencent les aspects objectifs du sommeil tels que la durée et le calendrier (indices tels que le temps d'endormissement et de réveil) et les aspects subjectifs - la qualité du sommeil.

Des étudiants en art et en sciences sociales ont participé à l'étude. Les résultats ont montré que parmi tous les participants, plus leur niveau de créativité visuelle était élevé, plus la qualité de leur sommeil était mauvaise.

Dis moi comment tu dors, je te dirai qui tu es

Dis moi comment tu dors, je te dirai qui tu es

"Les personnes possédant une créativité visuelle ont signalé un sommeil perturbé conduisant à des difficultés de fonctionnement pendant la journée", explique Neta Ram-Vlasov, étudiante en doctorat, l'un des auteurs de l'étude. "Dans le cas de personnes verbalement créatives, nous avons constaté qu'ils dorment plus d'heures et vont dormir et se lèvent plus tard. En d'autres termes, les deux types de créativité étaient associés à différents modèles de sommeil. Ceci renforce l'hypothèse que le traitement et l'expression de la créativité visuelle impliquent des mécanismes psychobiologiques différents de ceux trouvés dans la créativité verbale.

L'étude a défini la créativité selon quatre caractéristiques: la fluidité - la capacité de produire un large éventail d'idées; la flexibilité - la possibilité de basculer facilement entre différents schémas de pensée afin de produire ce large éventail d'idées; l’originalité - la qualité unique de l'idée relative aux idées dans l'environnement; et l'élaboration - la capacité de développer chaque idée séparément.

La présente étude a été entreprise par le Prof. Tamar Shochat du Département des soins infirmiers et l’étudiante en doctorat Ram-Vlasov de l'École supérieure des thérapies d'art créatif à l'Université de Haïfa, avec Amit Green de l'Institut du sommeil au Centre médical Assuta et le Prof. Orna Tzischinsky, du département de psychologie du Yezreel Valley College.

«Il est possible qu'un « surplus » de créativité visuelle rende l'individu plus alerte, et cela pourrait conduire à des troubles du sommeil», ont écrit les chercheurs. "D'autre part, chez les personnes dotées de créativité verbale, il est possible que ce soit le sommeil prolongé qui facilite les processus soutenant le processus créatif pendant qu'ils sont éveillés. Quoi qu'il en soit, ces constatations témoignent davantage du fait que la créativité n'est pas un concept uniforme ».

Source : Israel21c

Israël: une nouvelle vie pour les ballons d’hélium perdus dans le hall de l’aéroport

Israël: que deviennent les ballons d’hélium perdus dans le hall de l’aéroport ?

Vous ne vous êtes jamais demandé ce qui arrivait aux ballons d'hélium collés au plafond des aéroports? En Israël, ils sont recueillis pour les enfants qui ont besoin d'un sourire.

Une vidéo magnifiquement filmée et réconfortante sur ce qui arrive aux ballons embrassant le plafond du hall des arrivées de l'aéroport international Ben-Gurion de Tel Aviv a été vue plus d'un million de fois depuis son affichage le 19 janvier 2017.

Yedioth Ahronoth, a réalisé une vidéo sur les « capteurs de ballons de l'aéroport » - suivant une employée à qui a été donnée la tâche de pêcher les ballons en fuite pour les offrir aux petits patients d’un hôpital voisin.

Pour voir la vidéo, cliquez sur ce lien: https://goo.gl/NhBdqe

Dans la vidéo, l'employée nommée Samita utilise un ruban adhésif double face et un ballon rempli d'hélium qu'elle guide patiemment vers les ballons perdus au plafond pour les ramener un par un.

A la pêche au ballon perdu

A la pêche au ballon perdu

Les employés de l'aéroport utilisent également une grue pour rassembler les ballons, bien que cette méthode ne soit pas montrée dans la vidéo.

Les ballons d'hélium tapissant le plafond ont toute une variété de formes et de tailles. Certains disent «je t'aime», tandis que d'autres ont été utilisés pour accueillir des personnes visitant Israël.

« Les ballons sauvés sont rassemblés et conduits vers les hôpitaux locaux ou autres centres pour enfants pour une nouvelle ronde d'amour », explique le porte-parole de l'Autorité aéroportuaire israélienne (ISAA).

Le projet de sauver des ballons et de les donner à des enfants est en vigueur depuis que l'IAA a ouvert le Terminal 3 en Novembre 2004.

Le porte-parole ajoute que les ballons sont collectés une ou deux fois par semaine - et que lorsqu'il y a au moins 10 ballons, ils sont pris pour égayer la journée d'un enfant dans les centres (médicaux ou autres) autour du pays.

Dans la vidéo qui a réchauffé le cœur de nombreux téléspectateurs, les ballons ont été emmenés au Centre médical Chaim Sheba, le plus grand hôpital d'Israël, situé à Tel Hashomer dans le district de Tel Aviv. Les patients pédiatriques avaient le choix du ballon qu'ils aimeraient garder avec eux pendant leur séjour à l'hôpital.

Source : Israel 21c

Israël : la dépression nerveuse soignée avec effet placebo

Israël : premiers essais de traitement-placebo avec l’accord du patient

Ces jours-ci, Israël met en place un nouveau protocole à l’hôpital psychiatrique « Shalvata » d'Hod Hasharon. Dans le cadre de cette expérience sans précédent, les patients recevront des placebo en connaissance de cause et avec leur consentement écrit.

Le but de l'étude est d'examiner si la délivrance d'un médicament ne disposant pas de pouvoir médical avec l'accord du patient est bénéfique pour ces derniers et peut apporter la guérison. L'utilisation d'un placebo est très commune dans la recherche médicale dans le monde, mais les sujets de la recherche médicale ne savent pas à l'avance s’ils reçoivent le médicament à l'étude ou le placebo.

La recherche novatrice, dont les détails sont révélés ici pour la première fois, est effectuée depuis six mois à « Shalvata », propriété de la Clalit, parmi 30 patients souffrant de dépression. Les patients reçoivent le placebo en parallèle de leur traitement médicamenteux de routine comprenant des médicaments antidépresseurs, et certains le prennent sans aucun traitement chimique parallèle.

Selon les premiers résultats qui restent provisoires, l'étude suggère que la délivrance d'un placebo a en effet apporté un soulagement dans les signes de dépression chez tous les patients.

Le Dr Ouri Nitzan

Le Dr Ouri Nitzan

L’étude est menée par le Dr. Uri Nitzan, chef du département de traitement de la dépression et des crises de la vie à « Shalvata »,  maître de conférences à la Faculté de médecine de l'Université de Tel Aviv, le professeur Pessah Lichtenberg de l’hôpital psychiatrique "Herzog" à Jérusalem et le professeur Ted Kaptchuk de la Harvard Medical School, considéré comme un expert renommé dans l’étude globale du phénomène placebo, qui a déjà constaté que l'octroi d'un placebo aux patients peut être utile pour les maux de dos, le syndrome du côlon irritable, les douleurs chroniques, les troubles déficitaires de l'attention et plus encore.

L'étude a été réalisée suite à l'approbation du "comité d'éthique", permettant les essais à « Shalvata ». Selon les études effectuées dans le monde, l'effet placebo peut être responsable de jusqu'à 80% de la guérison et du soulagement attribué aux antidépresseurs.

Dr. Nitzan explique : « l'importance de la recherche est la possibilité d'un choix plus large de traitements contre la dépression avant même de donner des médicaments chimiques. Il est logique d’utiliser le potentiel d'auto-guérison du cerveau, qui inclue le placebo, avant de passer à une intervention extérieure et à la fourniture de substances psychoactives.

De nombreux patients sont très préoccupés par les antidépresseurs, en dépit de leur relative sécurité. Le développement d'une intervention thérapeutique efficace qui ne comporte pas d'actif chimique  sera accueilli favorablement par de nombreux patients, réduira leurs craintes au sujet des psychiatres et des médicaments et aidera au diagnostic ».

Source : IsraelHaYom

La technologie israélienne aide les réfugiés syriens à retrouver la normalité

La technologie israélienne aide les réfugiés syriens à retrouver la normalité

Une green-tech startup (start-up de technologie verte) basée en Israël s'est rendue en Jordanie pour aider les réfugiés syriens et les communautés bédouines à créer leur propre gaz de cuisson durable dans le but d'alléger la dure réalité de la vie des réfugiés.

Les entreprises israéliennes de technologie verte construisent des ponts culturels pour aider les réfugiés syriens en Jordanie à disposer d'un gaz de cuisson propre et gratuit.

L'une de ces entreprises, HomeBiogas, a coparrainé deux systèmes HomeBiogas qui seront mis en place dans le camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie.

Le camp de réfugiés de Zaatari accueille environ 80 000 personnes qui ont fui la Syrie à la suite de la guerre civile.

Tentes de réfugiés syriens en Jordanie

Tentes de réfugiés syriens en Jordanie

Le système HomeBiogas fournit du combustible de cuisson en utilisant des déchets organiques de cuisine ou des déchets d'animaux et en les plaçant dans un «réservoir de digestion». Les bactéries présentes dans le «réservoir de digestion» brisent les déchets dans un processus appelé « digestion anaérobique », créant ainsi du biogaz, du méthane. Le gaz est alors canalisé vers un poêle de cuisine par l'intermédiaire d'un tuyau, fournissant une manière propre, libre, renouvelable de cuire la nourriture.

Cela permet de remplacer les feux de cuisine dangereux et insalubres que les réfugiés ont installés et utilisent pour cuisiner dans le camp. Ces feux de cuisine ont déjà causé des incendies mortels qui ont éclaté dans le camp des réfugiés à plusieurs reprises.

De plus, HomeBiogas a installé des systèmes de conversion de biogaz dans des villages bédouins en Israël ainsi que dans des communautés mal desservies de Judée-Samarie dans le cadre d'un projet en collaboration avec le Centre Peres pour la Paix.

Source : Ynet

Israël: la mayonnaise cachère et le poulet au parmesan

Israël: la mayonnaise cachère et le poulet au parmesan

Une mayonnaise cachère autorisée par une surveillance rabbinique reconnue propose une recette de poulet agrémenté de mayonnaise et saupoudré de… parmesan

Un résident de Jérusalem a été stupéfait de trouver la recette d'un plat non cacher au dos d’un pot de mayonnaise portant une certification rabbinique « Mehadrine » (d’un excellent niveau de cacheroute) . L’usine a répondu que la surveillance s’appliquait au produit lui-même et non pas aux recettes qui y figurent.

Si vous avez tendance à vous inspirer des recettes apposées sur les étiquettes de certains produits, il vous est recommandé de commencer à prêter attention au fait que les ingrédients qui y sont énumérés ne soient pas problématiques. En effet, il s’avère que les surveillances rabbiniques ne couvrent pas toutes les informations qui apparaissent sur les emballages.

Une surveillance mehadrine

Une surveillance mehadrine

Par exemple, un résident de Jérusalem a été horrifié de découvrir une recette de « Poulet pané au parmesan », sur un pot de mayonnaise Hellmanns certifié cacher par le sigle "OU".

L’organisme de cacheroute "OU" a été établi en 1923 et est l'un des plus importants dans le monde. Il donne une surveillance rabbinique à plus d’un demi-million de produits fabriqués dans 83 pays différents, y compris Israël. Il est considéré comme fiable et « Mehadrine » .

La mayonnaise Hellmanns est un produit importé de l'étranger dont "OU" est responsable.

La firme a répondu en ces mots : « "OU" ne prodigue pas de surveillance aux recettes apposées sur les emballages de ses produits, mais aux produits eux-mêmes ».

Source : mame.kikar.co.il

Israël: peut-on plaider la folie dans les cas d'infanticide ?

Israël: peut-on plaider la folie dans le cas d'infanticides ?

Selon le commandant Avi Davidovich, criminologue retraité, les études montrent que les personnes qui tuent leurs enfants ne le font pas en raison d'une maladie mentale.

La tragédie survenue à Migdal samedi se connecte à des événements plus récents, dans lesquels des parents ont également tué leurs enfants. Dans une interview, le commandant Avi Davidovich, criminologue retraité et professeur au Département de criminologie à l'Université d'Ariel, s’exprime sur les caractéristiques, le cas échéant, des parents sujets de telles atrocités.

Dès le début de l’entretien, le professeur Davidovich exprime que, malheureusement, rien ne permet de détecter à l’avance les parents  sujets à un tel comportement. "Dans la plupart des cas, nous ne pouvons pas nous y attendre, ni prédire de tels cas extrêmes et graves. Malheureusement, quand une personne décide de commettre cela, c’est une décision et non pas une maladie mentale, nous ne pouvons pas l'éviter."

Au sujet de l'affirmation selon laquelle ces actes sont l’œuvre de malades mentaux, et non une décision véritable, le professeur Davidovich explique : « dans la plupart des cas, l'expérience montre et la recherche prouve que la plupart de ces cas ne sont pas le résultat d'une maladie mentale. Dans le cas où le meurtrier est resté en vie et n’a pas cherché à mettre fin à ses jours, il s’avère qu'il est admissible à subir un procès. En effet, en général, il y a procès ».

Israël: peut-on plaider la folie dans les cas d'infanticide ?

Israël: peut-on plaider la folie dans les cas d'infanticide ?

Davidovich renforce ses propos en disant : « dans certains cas, ces actes ont été accomplis par loyauté, le parent a le sentiment qu’il œuvre à sauver ses enfants et sa famille d’un sort amer et d’un avenir terrible. Il agit par loyauté, et non pas par cruauté». Il ajoute : « il existe des cas où des hommes, en raison de problèmes financiers, sociaux ou culturels, s’attendent à un avenir sombre pour leur famille et décident de prendre les choses en main.

Habituellement, dans cette catégorie d'assassinat d’enfants par leurs parents, ces derniers se suicident ensuite  mais certains ne le font pas, et il apparaît que notre logique n’est pas celle de ces personnes ».

Au sujet du sentiment que le dernier événement est lié aux précédents, Davidovich ajoute que les choses sont certainement vraies, «l'étude appelle cela contamination. En cas de violences domestiques, cela donne l’idée à d'autres personnes ou bien elles prennent courage. Pour interrompre ces ondes, il faut des réponses concluantes, aussi dans les médias. "

Sur la participation de la publicité dans les médias dans de tels cas et les conséquences des publications, il note : « il y a une question d'éthique des médias et de droit du public de savoir. En ce qui concerne les aspects de la criminologie, plus la réponse sociale est claire et difficile, lorsque vous parlez d'une telle personne comme un meurtrier et que la réponse est sans équivoque, plus cela peut certainement réduire la vague. Plus la réponse est compréhensive et plus on parle des difficultés, plus cela risque de conduire à d'autres cas ".

« Cela rappelle les cas de suicide dont on évite de trop parler pour éviter l’effet boule de neige », conclut Davidovich.

Cependant, il dit apprécier que les avocats du père assassin tentent de diriger le débat vers l’état émotionnel et physique. Cependant, rappelle-t-il : «nous devons nous rappeler que la plupart de ces cas, la plupart du temps, ne sont pas associés à un état mental, mais à une décision, même si cela semble menaçant."

Source : Arutz 7