Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

La réforme fiscale des USA représente un énorme défi pour Israël

La réforme fiscale des USA représente un énorme défi pour Israël

Les représentants de certaines des plus grandes entreprises technologiques et industrielles opérant en Israël, y compris Intel, Microsoft, Teva Pharmaceutical Industries Ltd., Check Point Software Technologies Ltd., Israel Chemicals Ltd., et CyberArk Software Ltd., se sont réunis mardi dernier pendant plusieurs heures avec des responsables du ministère israélien des Finances pour délibérer sur la réforme fiscale américaine, selon plusieurs participants et porte-parole des entreprises concernées.

En décembre, le président américain Donald Trump a promulgué une réforme majeure du régime fiscal fédéral, qui verra le taux d'imposition des sociétés américaines passer de 35% à 21%.

En réponse, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réuni de hauts responsables du gouvernement israélien pour étudier l'impact potentiel de la réforme sur Israël, et plus particulièrement sur sa compétitivité. M. Netanyahu a également ordonné à Avi Simhon, président du National Economic Council d'Israël, de former une équipe qui présentera des recommandations pertinentes dans un délai de 30 jours.

La réforme fiscale américaine pourrait affecter les opérations de nombreuses entreprises multinationales qui exportent d'Israël vers les États-Unis, selon un rapport publié dimanche par le ministère israélien des Finances.

Compte tenu de la complexité de la réforme, il est encore trop tôt pour estimer l'ampleur de l'impact de la réforme sur l'économie israélienne en général et sur le secteur technologique du pays en particulier, ont indiqué les auteurs du rapport.

Le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, lors d'un point de presse après l'adoption d'un texte visant à réformer la fiscalité aux États-Unis, le 16 novembre 2017

Le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, lors d'un point de presse après l'adoption d'un texte visant à réformer la fiscalité aux États-Unis, le 16 novembre 2017

"La réforme fiscale aux Etats-Unis est l'un des défis les plus importants auxquels l'industrie technologique israélienne devra faire face dans les années à venir", a déclaré Aharon Aharon, PDG de la branche d'investissement d'Israël dans l'innovation. "Un autre obstacle pour l'industrie locale est la pénurie d'ingénieurs en informatique et en logiciels", a ajouté M. Aharon.

Une taxe américaine introduite dans le cadre de la réforme prélève une taxe de 5% la première année (2018), 10% jusqu'en 2025 et 12,5% par la suite sur les paiements transfrontaliers et autres revenus imposables modifiés (revenu généralement imposable après décompte des déductions pour paiements d'érosion de base) des sociétés américaines avec des recettes brutes annuelles moyennes de 500 millions de dollars ou plus. Appelée Base Erosion Anti-Abuse (BEAT), cette taxe vise à minimiser la capacité des entreprises à transférer des revenus à des filiales situées dans des pays à faibles taux d'imposition.

Le gouvernement israélien devrait faire pression pour l'exclusion de BEAT du pays, selon des responsables gouvernementaux qui ont parlé sous conditions d'anonymat. 

Dans un premier rapport de l'Israel Advanced Technology Industries (IATI) obtenu par Calcalist, l'organisation technologique faîtière a prétendu que la baisse du taux d'imposition américain pourrait encourager les entreprises à s'installer aux États-Unis plutôt qu'en Israël. Pour attirer les investisseurs en Israël, l'organisation a proposé dans la lettre signée par Karin Mayer Rubinstein d'abaisser le taux de retenue à la source sur les intérêts, de modifier la législation israélienne sur les investissements privés et les lois d'incorporation du pays.

Les responsables du ministère israélien des Finances s'inquiètent de ce que la réforme inciterait les nouvelles compagnies israéliennes à s'enregistrer aux États-Unis plutôt qu'en Israël, compte tenu de l'avantage concurrentiel des entreprises américaines qui vendent aux États-Unis dans le cadre de la nouvelle réforme fiscale. Les réformes réglementaires menées par le gouvernement israélien ces dernières années ont incité la plupart des nouvelles entreprises du pays à s'inscrire en Israël, avec des filiales aux États-Unis.

Le ministère israélien des Finances a maintenant l'intention de tenir plusieurs réunions internes pour élaborer un plan de travail initial qui sera présenté à M. Netanyahu.

Source : calcalistech.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Ces Juifs célèbres ont leur sosie, et si vous retrouviez vous aussi le vôtre?

Ces Juifs célèbres ont leur sosie, retrouvez le votre

Vous êtes-vous déjà demandé si vous aviez un sosie sur un mur de musée? Si tel est le cas, vous n'êtes pas le ou la seul/e: la fonction de correspondance des visages de l'application Arts & Culture de Google prend aujourd’hui d'assaut les médias sociaux.

Ce week-end, des milliers d'utilisateurs de Facebook et Instagram ont téléchargé des captures d'écran de selfies dans la nouvelle application. L'application Google parcourt les inventaires des musées pour trouver une correspondance visuelle et offre aux utilisateurs des comparaisons côte à côte.

Dans certains cas, la ressemblance est étonnamment forte. Dans d'autres, les similitudes sont moins évidentes.

Curieux de tester l'exactitude de l'application, le journal JTA a téléchargé les photos de 10 Juifs célèbres. Voici les résultats:

Natalie Portman

Natalie Portman et Elizabeth Taylor sont toutes deux des actrices juives (Elizabeth Taylor s’est convertie au judaïsme en 1959), mais il est clair que les similitudes ne s'arrêtent pas là.

Jared Kushner

jared

Le gendre juif du président Trump ressemble à George Bellows, un peintre réaliste américain qui mourut en 1925.

Drake

drake

Le rappeur canado-américain Drake et Laurits Andersen Ring, un peintre danois du 20e siècle, ne sont peut-être pas des jumeaux, mais Google affirme qu'ils se ressemblent à 38%.

Benjamin Netanyahu

ben

Si le premier ministre israélien avait vécu à Londres au 18ème siècle, il aurait peut-être été pris pour Wilhelm Cramer, un violoniste allemand et chef d'orchestre de l'époque.

Bernie Sanders

bernie

Le sénateur du Vermont a trouvé son doppelgänger (sosie) chez Charles Deering, un homme d'affaires et collectionneur d'art américain décédé en 1927.

David Ben Gourion

bg

Le premier Premier ministre israélien et le peintre chinois Wang Jiyuan, décédé en 1975, sont peut-être originaires de différentes parties du monde, mais ils ont apparemment certaines caractéristiques faciales similaires.

Maïmonide

maimonide

Le philosophe juif médiéval ressemble au roi Jean III Sobieski de Pologne, qui a vécu au 17ème siècle.

Ruth Bader Ginsburg

ruth

Selon l'application, la juge juive de la Cour suprême partage certains traits du visage avec cette femme française d'un tableau de 1900. Allez, Google, n'avez-vous jamais entendu parler d'Andrea Martin (actrice contemporaine à qui elle ressemble un peu également)?

Gal Gadot

gal

Il est difficile de trouver les similitudes entre l'actrice israélienne, qui est devenue célèbre après avoir joué "Wonder Woman", et ce modèle féminin figurant sur une toile de 1911 réalisée par l'artiste américain John Singer Sargent.

Steven Spielberg

steven

Le profil du célèbre cinéaste ne semble pas trop différent de celui de Lucius Quinctius Cincinnatus Lamar II, un avocat du Mississippi et professeur qui a servi au Congrès avant la guerre civile et en tant que juge à la Cour suprême des États-Unis après. L'adversaire acharné de la Reconstruction (période de l'histoire des États-Unis ayant succédé à la guerre de Sécession (1861-1865) n'aurait probablement pas été un grand fan du "Lincoln" de Spielberg.

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Une fraude de grande envergure découverte en Israël

La police israélienne a découvert une énorme fraude

Autorisé à la publication: La police a arrêté pour interrogatoire 29 suspects, dont trois israéliens opérant en Espagne, et retenu six autres suspects soupçonnés d'être impliqués dans des infractions dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent et la distribution de factures fictives.

En outre, les personnes susmentionnées sont soupçonnées d'infractions en vertu de l'ordonnance relative à l'impôt sur le revenu, d'infractions à la loi sur la TVA et autres. Les dégâts sont estimés à des centaines de millions de shekels.

On soupçonne que l'organisation a activé une série de sociétés employant des hommes de paille qui ont émis des factures fictives. L'argent a été blanchi dans des opérations de change et introduit clandestinement en Espagne.

Une fraude d'environ 1 milliard de shekel

Une fraude d'environ 1 milliard de shekel

Cela a commencé comme une enquête secrète menée par la police et les autorités fiscales israéliennes dans le cadre de la lutte contre le crime économique grave, qui cause de grands dommages aux caisses de l'Etat. L'unité nationale de lutte contre la criminalité économique de Lahav 433 a ouvert une enquête ce matin, après une période d'environ une année d'activités secrètes.

Il s'agit d'une enquête menée par la police israélienne conjointement avec la brigade d'investigations sur la TVA à Tel Aviv et une unité des diamants de l'Autorité fiscale israélienne, l'Autorité de l'interdiction du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, le Département des affaires internationales et le Bureau du Procureur.

Au cours de la journée d'hier, des dizaines de perquisitions ont été effectuées et une enquête économique étendue a été entreprise. Vingt suspects ont été amenés devant le tribunal de première instance de Rishon Letzion et ce matin, les suspects arrêtés en Espagne seront traduits devant le tribunal local pour mettre en place la prolongation de leur détention.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

La liste des organisations criminelles les plus dangereuses en Israël

La liste des organisations criminelles les plus dangereuses en Israël

La journaliste Adi Meiri a révélé mercredi dans "Hadashot HaBoker" (Nouvelles du matin) un document secret sur lequel la police israélienne travaille depuis des mois.

Voici la liste des organisations criminelles et des gangs les plus puissants en Israël, avec sept d'entres elles en tête de la liste, qui sont en fait les cibles de la police israélienne pour 2018. En haut de la liste, la famille Jerushi de Ramle, qui selon la police, extorque des frais de protection et collecte des dettes, tout en commettant des infractions violentes.

Les suivants sont l'organisation d'Yitzhak Abergel, qui est en détention, Amir Molner, l'organisme de la famille Musli, la famille Karajeh, la famille Hariri et la famille Abu Latif. La police soupçonne que ces organisations œuvrent dans le blanchiment d'argent, l'extorsion sous la menace, le jeu illégal, le trafic d'armes et autres infractions, domaines qui amassent des milliards par an.

Scène d'un règlement de compte criminel présumé, à Ashkelon, le 27 juin 2017

Scène d'un règlement de compte criminel présumé, à Ashkelon, le 27 juin 2017

Au côté des sept familles qui constituent la cible de cette année, il y a plusieurs noms familiers de délinquants comme Shalom Domrani, Michael Moore et d'autres, que la police a réussi à atteindre et qui ne figurent pas sur la même liste.

"Il faut dire qu'au cours de la dernière décennie, la police a réussi à faire tomber les principales organisations criminelles", a ajouté Adi Meiri, soulignant que "quelques organisations doivent encore être dissoutes, notamment dans le secteur arabe. Elles se sont développées pendant que la police s'occupait des organisations du secteur juif. "

L'ancien commandant de la police, Avi Davidovich, un ancien commandant adjoint de l'unité, a également parlé du plan, en disant: «Même les entreprises légitimes que les familles ont montées sont utilisées pour blanchir de l'argent. Pour renverser une organisation, elle doit être «asséchée» financièrement et c'est un long processus. La police n'est pas seule dans cette histoire, et les tribunaux et les autres autorités ne devraient pas avoir peur. "

Source : mako.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Les sociétés high-tech israéliennes frappées par le shekel fort

Les sociétés high-tech israéliennes préoccupées par le shekel fort

Le renforcement continu du shekel par rapport au dollar américain, qui s'est négocié à 3,39 NIS pendant le week-end, pèse sur le principal moteur de la croissance d'Israël, son industrie technologique.

Selon plusieurs membres du Forum sur la croissance en Israël, plusieurs des principales entreprises technologiques israéliennes - des leaders de l'industrie comme Wix.com, IronSource Ltd. et Taboola.com Ltd., qui valent chacune des milliards de dollars - prévoient de faire pression sur le ministère israélien des Finances et la Banque d'Israël et demander que des mesures soient prises pour minimiser les dommages causés à une industrie qui emploie des centaines de milliers de personnes dans le pays.

Le Forum sur la croissance d'Israël regroupe plus de 150 entreprises technologiques israéliennes qui souhaitent poursuivre leur croissance en Israël, sans se délocaliser ni partir. Établi en janvier 2015 en réponse aux changements réglementaires et présidé par Nir Zohar, président et chef de l'exploitation de Wix, le forum comprend des sociétés telles que Gett, CyberArk Software Ltd., Outbrain, Playtika, Fiverr Int. Ltd., MyHeritage, et SimiliarWeb. Leur exportation combinée est évaluée à plusieurs milliards de dollars.

"La situation est vraiment devenue impossible", a déclaré M. Zohar à Calcalist dimanche dans une interview. "Ce qui se passe ici, c'est de la folie: nous avons ouvert 2017 avec un dollar à 3.8 NIS, et maintenant il est en dessous de 3.4 NIS."

Pour une entreprise publique comme Wix, qui a actuellement une capitalisation boursière de 2,81 milliards de dollars sur le Nasdaq, «cela signifie une augmentation de 12 millions de dollars en dépenses», a-t-il déclaré. Aujourd'hui, elle doit soit cesser de recruter des employés soit réduire les prévisions de recettes de l'entreprise, a-t-il dit, ajoutant que "les deux options combinées sont inacceptables".

Zohar compare les effets de l'appréciation du shekel sur le dollar sur les dépenses de Wix au recrutement de 160 nouveaux employés qui n'existent pas réellement. Pour une entreprise de 1 500 employés, cela représente 10% du personnel.

Le Président et chef de l'exploitation de Wix, Nir Zohar. Photo: Orel Cohen

Le Président et chef de l'exploitation de Wix, Nir Zohar. Photo: Orel Cohen

Dans une interview dimanche, le PDG de Fiverr, Micha Kaufman, a déclaré à Calcalist que pour chaque nouvelle embauche qu'il effectuait, il devait réfléchir à recruter en Israël ou à l'étranger. "C’est dû au taux de change, a-t-il dit. "Nos investisseurs veulent voir des profits - ce ne sont pas des patriotes locaux", a-t-il déclaré. "La situation actuelle crée une fuite d'emplois et nous créons beaucoup de postes à l’étranger."

Adam Reuter, ancien directeur général de Financial Immunities à la Banque d'Israël, est le conseiller du forum. Il l’a aidé à concevoir les mesures que le groupe va présenter lors d'une discussion d'urgence qui se tiendra mercredi au comité des finances du parlement israélien. La discussion a été initiée par l'Association des fabricants d'Israël.

Dans un premier temps, les membres du forum ont déclaré qu'ils envisageaient de proposer une augmentation significative de la couverture de la dette extérieure nette d'Israël, qui représente actuellement 10% de la dette extérieure totale. De telles opérations ne coûtent rien aux contribuables, mais elles peuvent avoir un effet considérable sur les taux de change. Une telle augmentation nécessitera l'achat de dollars par le ministère israélien des Finances, semblable à la politique menée par la banque d'Israël pour ralentir les bénéfices du shekel contre les devises étrangères.

Le forum a également l'intention de recommander à la banque d'intensifier son intervention sur le marché en augmentant la somme des dollars qu'elle achète. La banque peut le faire avec facilité, ont déclaré les membres du forum, et l'action offre d'autres avantages économiques car le taux d'intérêt pour le dollar est plus élevé que le taux d'intérêt pour le shekel. Depuis 2010, la banque a maintenu un taux d'intervention stable, les réserves de change représentant 33% du produit intérieur brut d'Israël.

Cependant, une inspection externe ordonnée par le forum a révélé que certains pays accumulent des réserves de change plus importantes, notamment la Suisse, Singapour et la République tchèque.

Source : calcalistech.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Le magazine Forward fait de la désinformation sur la circoncision en Israël

Le magazine Forwards fait de la désinformation sur la circoncision en Israël

Un article clairement biaisé contre le rite juif de la circoncision publié dans le magazine Forward de lundi (intitulé "Les taux de circoncision dégringolent- même en Israël" ), déforme volontairement l'adhésion évidente de la grande majorité des parents israéliens - séculiers et religieux - à cette tradition.

"Aux Etats-Unis, les militants ont travaillé pendant au moins 30 ans pour abaisser les taux de circoncision et éveiller les consciences à propos du du rituel", écrit Linda Gradstein, ancienne correspondante de NPR News à Jérusalem, en déclarant victorieusement: "Aujourd’hui, même les Juifs de l'Etat juif commencent à partager de tels sentiments."

Bien sûr, tout au long de l'histoire, il y a eu des Juifs qui ont refusé de circoncire leurs fils, et Israël, au cours du dernier siècle et demi, a eu sa part de socialistes, de nihilistes, de convertis à d'autres religions et de simples excentriques qui ont choisi de laisser leur progéniture sans la marque de l'alliance avec Dieu. Ce n'est pas nouveau. La mission de Gradstein, apparemment, est de prouver une tendance croissante des Israéliens à s'éloigner de la Brit Milah.

Ainsi, pour faire valoir son point de vue, Linda Gradstein interroge un kibboutznik, Rani Kasher, qui n'a pas circoncis trois de ses fils; Ronit Tamir, une militante anti-religieuse, qui prétend diriger deux groupes Facebook, chacun avec 1 000 membres; Le professeur Sergio Della Pergola, un démographe qui lie la prétendue tendance anti-circoncision en Israël au mouvement des verts; et Eyal Raviv, qui dirige et exploite MEPEACE, un réseau pour la paix au Moyen-Orient.

À la fin, Gradstein équilibre ces quelques véhémentes voix anti-circoncision avec celle du Dr Guy Hidas, chef de l'Urologie pédiatrique de l'Organisation Médicale Hadassah à Jérusalem, qui soutient la circoncision pour des raisons traditionnelles et médicales.

Si cela avait constitué tout l'article de Gradstein, cela aurait surement été intéressant, même si un bon éditeur aurait recommandé de changer le titre grandiose sur les taux de circoncision, parce qu'un magazine sérieux comme The Forward voudrait soutenir cette déclaration avec des chiffres réels.

En effet, le paragraphe trompeur Gradstein plante le décor dès le début, stipulant: "Alors que les statistiques exactes ne sont pas disponibles, il semble clair que la décision de renoncer à la circoncision devient plus acceptée, au moins dans les cercles israéliens laïques."

De plus en plus d'Israéliens laïcs optent pour un mohel plutôt qu'un médecin

De plus en plus d'Israéliens laïcs optent pour un mohel plutôt qu'un médecin

Mais non. Parce que c'est faux.

Au cours des dix dernières années, au moins deux enquêtes, l'une en 2007 commandée par Ynet-Gesher, l'autre en 2017 par le grand rabbinat israélien, ont montré que les chiffres montraient en fait une reprise marginale des taux de la circoncision, de 97% à 98%, et la préférence d’un mohel par rapport à un médecin passant de 63% à 93%.

Le premier sondage, en 2007, a révélé que 97% des Israéliens circonciraient leurs fils, 78% le feraient pour des raisons religieuses et 69% préféreraient un mohel certifié à un médecin.

En réponse à la question «Quelle est la principale raison pour laquelle vous feriez la brit à votre fils?» 78% des personnes interrogées ont déclaré qu'il s'agissait d'une tradition fondamentale pour chaque Juif. Seulement 13% ont fondé leur choix sur des raisons de santé, et 9% ne voulaient pas que l'enfant soit exclu parce que «tout le monde le fait».

Parmi les Israéliens laïcs, 63% ont répondu que la tradition est leur raison principale, 20% ont cité les raisons de santé, et seulement 17% craignent qu'eux-mêmes ou leurs enfants soient des parias s'ils ne pratiquent pas la circoncision.

Parmi les Israéliens traditionalistes, 86% privilégiaient la tradition, 10% la santé, et seulement 4% exprimaient leur inquiétude de s'éloigner de la norme sociale.

97% des religieux et 100% des répondants orthodoxes ont convenu que la tradition est leur raison décisive.

Le deuxième sondage, en 2017, qui n'a pas été contesté par les médias israéliens, lesquels ne sont pas connu pour leur amour pour le Grand Rabbinat, a révélé que 98% des parents en Israël circoncisent leurs enfants, parmi eux 93% prennent soin de prendre un mohel agréé par le grand rabbinat.

En voyant ces chiffres, la raison pour laquelle Gradstein a annoncé que les «statistiques exactes ne sont pas disponibles» devient évidente. Parce que les chiffres, contrairement au Forward, ne mentent pas, et face à l'adhésion quasi-uniforme de la société israélienne à l'un des commandements juifs les plus cruciaux - ces objecteurs ésotériques ne valent pas tripette.

Source : The Jewish Press

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Des failles de sécurité sur les routes de Judée et de Samarie

Des failles de sécurité sur les routes de Judée et de Samarie

L'un des principaux éléments de sécurité utilisés par l'armée israélienne sur les routes de Judée et de Samarie est un réseau complexe de caméras dispersées autour des différentes routes et intersections. L’ensemble comprend des caméras réelles, des caméras factices et des caméras cachées.

Channel 2 News a rapporté hier soir que des employés arabes résidents de l'Autorité Palestinienne qui ne sont pas soumis aux contrôles de sécurité imposés par divers responsables de la sécurité du ministère de la Défense et du Shin Bet ont accès au réseau de caméras.

En fait, les employés, qui ne sont pas autorisés à être exposés à des informations de sécurité sensibles, peuvent détenir des informations sur les endroits où sont installées les caméras factices, les caméras cachées et les caméras réelles, sur leur nombre, leur qualité et les capacités du système.

Tsomet Chilat

Tsomet Chilat

Suite à des informations rapportées par les habitants de Judée et de Samarie à l'organisation Lavi, des chercheurs ont documenté les résidents arabes de Hevron travaillant à la construction du réseau.

"C'est une défaillance potentiellement mortelle, c'est un sérieux coup pour la sécurité des résidents résultant d'un comportement négligent. Nous appelons les hauts responsables du ministère de la Défense à agir immédiatement pour pallier à ce problème et empêcher la fuite d'informations classées dangereuses pour des éléments hostiles ", a transmis l’organisation  Lavi.

"Nous demandons une enquête urgente sur toutes les personnes ayant accès aux caméras et pour vérifier si les informations classifiées ont déjà été détournées vers des mains hostiles et / ou vers des entités non autorisées à être exposées à des informations sensibles. attaque prévue en ce moment et sur la base des informations sensibles qui ont pu être divulguées ", ont-ils ajouté. Il est encore possible d'arrêter la prochaine attaque meurtrière prévue en ce moment même et basée sur les informations sensibles qui ont pu être divulguées ", ont-ils ajouté.

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Le voyage de Netanyahu met en lumière la minuscule communauté juive de l'Inde

Le voyage de Netanyahu met en lumière la minuscule communauté juive de l'Inde

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu effectuera une visite émouvante cette semaine dans un centre juif ciblé par les attentats de 2008 à Mumbai. La toute petite communauté juive de l'Inde attend beaucoup de ce voyage qui, elle l’espère, renforcera son image.

Netanyahu parlera du commerce à New Delhi et s'émerveillera devant le Taj Mahal avant d'achever sa visite à Mumbai, où vivent la majorité des 4 500 Juifs de l'Inde.

Il accompagnera le jeune Moshe Holtzberg, 11 ans, alors que le garçon revient pour la première fois dans la maison où ses parents ont été tués dans les attentats terroristes du 26 Novembre 2008 qui ont fait 166 morts.

À la synagogue Magen David de Mumbai, les fidèles sont enthousiasmés par la première visite en Inde d'un dirigeant israélien depuis près de 15 ans.

"C'est une très bonne nouvelle pour nous, nous avons beaucoup de chance de voir le Premier ministre ici", a déclaré Joel Gershon Awaskar à l'AFP après avoir conclu ses prières du matin.

Netanyahou sera seulement le deuxième Premier ministre israélien à se rendre en Inde et le premier depuis Ariel Sharon en 2003. Il arrive six mois après la visite du leader indien Narendra Modi en Israël.

Pour Jonathan Solomon, président de la Fédération juive indienne, les visites réciproques et les liens chaleureux entre les deux pays sont de la "plus haute importance" pour les Juifs en Inde.

"Plus la coopération est étroite, plus la communauté juive en Inde se sent proche d'Israël. Nous nous sentons donc reconnus et nous nous sentons en sécurité ", a-t-il déclaré à l'AFP.

Ce n'est pas seulement la reconnaissance de l'étranger que beaucoup de Juifs indiens recherchent.

Bien que les historiens croient que les Juifs sont arrivés en Inde il y a 2000 ans, leurs descendants disent aujourd'hui qu'ils sont pratiquement inconnus dans un pays où ils sont largement dépassés par les hindous, les musulmans, les sikhs, les chrétiens, les bouddhistes, les jaïns et les zoroastriens.

Les Juifs ne sont pas officiellement reconnus comme une communauté minoritaire par le gouvernement indien.

L'Inde abrite réalité plusieurs groupes juifs distincts.

Ceux-ci incluent notamment une importante communauté à Cochin dans le sud de l'Inde, les Bene Menashe, les Bene Israelis, qui ont la plus longue histoire en Inde, et les Juifs de Bagdad, qui ont fui la persécution au Moyen-Orient aux 18ème et 19ème siècles.

Bien qu'il n'y ait pas de chiffres officiels, les universitaires disent que la population juive de l'Inde a atteint un sommet d'environ 20 000 au milieu des années 1940.

Les effectifs ont rapidement diminué à cause de l'émigration depuis la création d'Israël en 1948.

La synagogue de Calcutta

La synagogue de Calcutta

«Beaucoup de gens ici ne connaissent pas la communauté juive, nos coutumes et nos fêtes», a déclaré Awaskar, qui espère que la visite de Netanyahu aidera à sensibiliser les Indiens à la foi juive.

"Ce sera bon pour nous, nous deviendrons bien connus", a-t-il ajouté, une kippa à carreaux noirs et blancs reposant sur le dessus de sa tête.

La synagogue Magen David, avec ses murs bleu clair, située dans le quartier historique de Byculla, à Mumbai, est l'une des huit synagogues de la capitale financière de l'Inde et des banlieues environnantes.

Chaque matin, une quinzaine d'hommes y récitent leurs prières, dans un espace qui pourrait facilement en accueillir des centaines.

Ensuite, ils s'installent pour un petit-déjeuner composé de pain, d'œufs et de fromage, arrosé d'une tasse de thé indien au lait.

D'autres prières sont lues, puis des bananes et des tranches de pommes sont servies.

"Toute cette zone était juive", se souvient Ellis Jacob David, un responsable de la synagogue. "Mais beaucoup ont migré vers Israël, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et les Etats-Unis."

La communauté juive de l'Inde n'a pas connu la discrimination observée dans d'autres pays, un fait que l'historienne juive Leora Pezarkar attribue en partie à son adoption des coutumes indiennes, de l'habillement et de la langue.

"La communauté s'est très bien mélangée avec la population locale sans pour autant dévier de ce qu'elle était en tant que juive", a-t-elle déclaré à l'AFP.

David, dont les parents ont fui les persécutions en Irak pour venir en Inde il y a 125 ans, dit qu'il n'a jamais expérimenté ou entendu parler de quiconque étant victime d'antisémitisme en Inde.

Lors de l'attentat de Novembre 2008, six personnes ont été tuées au Beit Habad Chabad House, un centre juif dans le sud de Mumbai, lorsque des militants pakistanais ont mené des attaques coordonnées à travers la ville.

Moshe Holtzberg n'avait que deux ans lorsque ses parents, qui dirigeaient le centre, ont été abattus. Il a été sauvé par sa nounou qui a réussi à s'échapper et il vit maintenant en Israël.

Jeudi, Moshe, avec Netanyahu, visitera son ancienne maison où un mémorial aux victimes sera dévoilé.

"Sa visite va être très émouvante pour nous, c'est l'endroit où ses parents l’ont serré pour la dernière fois dans leurs bras", a déclaré à l'AFP Israël Kozlovsky, le rabbin du centre.

Netanyahu se rendra également dans l'État du Gujarat, où réside Modi, et organisera une fête pour les producteurs de Bollywood, où il fera la promotion d'Israël comme lieu de tournage.

Les dirigeants juifs espèrent que cette visite aidera à persuader le gouvernement indien de les reconnaître officiellement en tant que communauté minoritaire, ce qui signifie qu'ils seraient inclus dans le recensement.

En 2016, l'État du Maharashtra a accordé le statut de minorité aux Juifs, facilitant l'enregistrement des mariages et l'obtention de fonds pour les institutions, mais le gouvernement central n'a pas encore emboîté le pas.

"Bien que ce soit juste une reconnaissance symbolique, c'est important pour la communauté", a déclaré Salomon.

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Air India pourrait atteindre Israël en survolant l'Arabie Saoudite

Air India pourrait atteindre Israël en survolant l'Arabie Saoudite

Selon le journal Yediyot Aharonot, Israël et l'Inde discutent de la possibilité que la compagnie aérienne Air India, qui lancera bientôt ses vols directs entre l'aéroport Ben Gourion et Delhi, survole l'Arabie saoudite en direction d'Israël et au retour.

Selon le rapport, l'Inde veut voler directement au-dessus de l'Arabie Saoudite pour raccourcir le temps de vol et économiser les coûts de carburant. Si les Saoudiens sont d'accord, ils pourraient le présenter comme un geste envers l'Inde plutôt qu’envers Israël. Néanmoins, si Air India finissait par survoler l'Arabie saoudite, ce serait un mouvement sans précédent qui perpétuerait une sorte de normalisation des relations entre Israël et l'Arabie Saoudite.

De tels vols directs raccourciront le temps de vol de deux heures et augmenteront considérablement le nombre de touristes entre Israël et l'Inde, a noté Yediot Aharonot. Réduire la durée du vol fera baisser le prix du billet et augmentera la concurrence sur la route de l'Inde.

Air India opérait des vols vers Israël il y a environ 20 ans, mais les a stoppés à cause du manque de rentabilité. Le nouveau plan de l'entreprise consiste à exploiter des vols entre Delhi et l'aéroport Ben Gourion sur des Boeing 787.

Contacts entre les deux pays pour le survol de l'Arabie Saoudite. Netanyahu et Modi

Contacts entre les deux pays pour le survol de l'Arabie Saoudite. Netanyahu et Modi

Actuellement, seul El Al propose des vols entre les deux pays. Les vols d'El Al atterrissent à Mumbai et le plan de vol de l'aéroport Ben-Gurion traverse l'Arava, continue à travers la mer Rouge au sud du Yémen, puis se dirige vers l'est en direction de l'Inde. Le temps de vol selon cet itinéraire est d'environ huit heures.

Des sources de l'entourage du Premier ministre Binyamin Netanyahou ont confirmé à Yediot Aharonot que la question avait été soulevée lors des pourparlers du Premier ministre en Inde.

Il y a eu plusieurs rapports ces derniers mois qui ont laissé entendre que l'Arabie Saoudite et Israël se rapprochaient.

Un rapport a affirmé que le gouvernement saoudien envisageait la normalisation possible des relations avec Israël avant un programme de paix au Moyen-Orient prévu par l'administration Trump, visant non seulement à obtenir un accord sur le statut final entre Israël et l'Autorité palestinienne, mais aussi à la reconnaissance de État juif par un monde arabe plus large.

Un autre rapport impliquait que le roi saoudien Salman envisageait de démissionner et de nommer son fils comme son successeur. Une fois le prince héritier devenu roi, il ferait appel à l'armée israélienne pour écraser le Hezbollah, le mandataire iranien au Liban.

Les responsables saoudiens ont à plusieurs reprises nié tout lien avec Israël, insistant sur le fait qu'Israël doit accepter le soi-disant plan de paix saoudien pour que les deux pays puissent avoir des liens étroits.

Source : Ynet - Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël : une bombe désamorcée au tombeau de Joseph

Israël : miracle au tombeau de Joseph

Les forces de sécurité israéliennes ont neutralisé une bombe lundi au tombeau de Joseph à Naplouse en Judée-Samarie, selon l'unité du porte-parole de Tsahal.

Un millier de visiteurs israéliens sont entrés dans l'enceinte du tombeau de Joseph la nuit dernière dans la ville de Shehem [Naplouse] en Samarie.

La bombe trouvée dans un téléphone portable lors des contrôles de sécurité, a été extraite et déclenchée de façon contrôlée par les forces de sécurité. Les manifestants ont jeté des pierres sur les forces de sécurité lors de leur entrée et de leur départ sur le site, endommageant leur bus mais ne faisant aucune victime.

Naplouse, construite sur le site de l'ancienne ville biblique de Shehem, est située dans la zone A de la Judée-Samarie, administrée exclusivement par l'Autorité palestinienne.

Des soldats israéliens montent la garde devant une meurtrière au tombeau de Joseph alors que des fidèles juifs prient à l'intérieur, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, au début du 4 juillet 2011. (Crédit photo: REUTERS / NIR ELIAS)

Des soldats israéliens montent la garde devant une meurtrière au tombeau de Joseph alors que des fidèles juifs prient à l'intérieur, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, au début du 4 juillet 2011. (Crédit photo: REUTERS / NIR ELIAS)

Le site sacré juif a été pris pour cible par les Palestiniens dans le passé. En octobre 2015, des centaines d'émeutiers ont mis le feu à la tombe avant d'être dispersés par la police de l'Autorité palestinienne. Le site religieux a subi de graves dommages, mais encore une fois, personne n'a été blessé.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a condamné cette tentative d’attentat, soulignant "son rejet de ces actions et de toutes les initiatives qui violent la loi et l'ordre, et qui déforment notre culture, notre morale et notre religion".

En plus de trouver les explosifs, les forces de Tsahal ont saisi deux armes lors d'une opération dans le village de Silwad, près de Ramallah. Le Shin Bet et la police israélienne ont également arrêté 11 personnes soupçonnées d'activités terroristes pendant la nuit.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.