Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Israël : la campagne #metoo fait bouger les politiques

Israël : la campagne #metoo fait bouger les politiques

Les députés et les défenseurs des droits des femmes ont demandé un changement dans la façon dont la société et le système juridique traitent les plaintes pour harcèlement et agression sexuelle, lors d'une réunion organisée à la suite de la campagne #metoo sur les médias sociaux.

Le Comité de la Knesset sur la condition de la femme s'est réuni mardi pour discuter de "Ne plus garder le silence - la campagne #metoo et le lendemain, prendre la parole".

Plusieurs députés, ainsi que des représentants de groupes de femmes, ont parlé du changement radical qui s'est produit au cours des dernières semaines et de la nécessité d'agir davantage.

"Je suis fière et je fais l'éloge des femmes qui ont eu le courage de partager leurs histoires et de faire partie de ce phénomène", a déclaré la présidente du comité et députée commune, Aida Touma-Sliman.

"Et j'honore celle qui n'ont pas encore parlé parce que je connais le prix que paient celles qui parlent. Mais nous ne garderons plus le silence. "

Beaucoup de personnes présentes, y compris la journaliste Gaya Koren, ont évoqué les critiques, les humiliations et les attaques dont font l'objet les femmes qui s'expriment et la manière dont on tente de les empêcher de se manifester.

"Je peux comprendre les femmes qui ne parlent pas, ou qui ne se confient que des années plus tard", a déclaré Koren.

La députée du Meretz, Tamar Zandberg, a déclaré que se tourner vers la police après avoir été agressée peut "être ressenti comme un second viol", surtout lorsque les femmes sont confrontées à des questions sur leur comportement, leur histoire relationnelle, leurs vêtements et leurs motivations.

"Quand les femmes prennent la parole, les gens disent "pourquoi faites-vous remonter des choses vieilles de plusieurs décennies », a déclaré la vice-présidente de l'Union Sioniste, Revital Swid. "Quand une femme est harcelée ou agressée, personne ne lui demande si c'est le bon moment pour elle."

La campagne #metoo porte ses fruits

La campagne #metoo porte ses fruits

Plusieurs personnes présentes ont affirmé que la campagne #metoo, qui a permis aux femmes de s'exprimer sur les médias sociaux, montre l'échec du système juridique à faire face à ces situations.

"Les autorités judiciaires ont échoué sur cette question", a déclaré le député Nachman Shai (Union Sioniste).

"Les femmes savent que la police n'est pas l'endroit où s'adresser - personne ne veut aller à un endroit où les accusateurs deviendront les accusés."

Orit Sulitzeanu, directrice exécutive de The Association for Rape Crisis Centers in Israel, a déclaré au comité que des changements réels et significatifs peuvent être apportés dans le domaine juridique.

"Premièrement", a-t-elle dit, pour "empêcher les procureurs de poser aux victimes toutes les questions qu'ils se posent" - sur le comportement passé et les activités des femmes. E"t deuxièmement", a-t-elle dit, "pour allonger le délai de prescription pour le harcèlement sexuel".

"Il faut parfois beaucoup de temps aux femmes pour en parler", a déclaré Sulitzeanu. "Sept ans, ce n'est rien."

Le député du Likoud Yehuda Glick a déclaré que la Torah définissait le viol comme étant assimilé à un meurtre, "et c'est ainsi que nous devrions nous y rapporter. Une tentative de viol ou d'agression est comme une tentative d'assassinat ", a-t-il dit. "Et je peux dire que je sais ce que c'est - c'est une cicatrice pour la vie."

En 2014, Yehuda Glick a été la cible d’un terroriste palestinien qui lui a tiré dessus à quatre reprises. Il a été hospitalisé pendant un mois.

Le député du Likoud a ajouté qu'un des succès de cette campagne est de montrer aux hommes à quel point leurs actions peuvent être préjudiciables et traumatisantes pour les femmes.

"Je comprends lorsque certains hommes disent "c'était il y a 20 ans, j'ai oublié", a déclaré Glick. "Peut-être que tu as oublié, mais elle non. Pour elle, c'était un traumatisme. "

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Des expériences humaines nazies simulées pour un salon de la science

Des expériences humaines nazies simulées pour un salon de la science

Des lycéens brésiliens ont simulé des expériences médicales menées par les nazis sur des prisonniers de camps de concentration pendant l'Holocauste.

Les étudiants du lycée Milecimo da Silva de Rio De Janeiro ont récemment été affectés à la recréation d'un laboratoire nazi pour une expo-sciences. Selon les Confédérations Israélites Brésiliennes, groupe juif parapluie du pays, le but de l'exposition était de mettre en évidence les progrès scientifiques supposés réalisés par les médecins nazis travaillant dans des camps de concentration.

Des photos postées sur Facebook montrent une bannière rouge accrochée à l'école avec des croix gammées et des lettres blanches affichant «laboratoire nazi». Dans le faux «laboratoire» obscurci par le sang, les étudiants en médecine portent des uniformes médicaux et des brassards à croix gammée. D'autres font semblant de faire souffrir des patients.

Le Département de l'éducation de l'État de Rio aurait ouvert une enquête pour déterminer si l'école faisait la promotion du nazisme, ce qui est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison et d'une amende.

Un laboratoire qui laisse à désirer

Un laboratoire qui laisse à désirer

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de médecins allemands - notamment Josef Mengele - ont mené des expériences douloureuses et souvent mortelles sur des milliers de prisonniers des camps de concentration sans leur consentement. Les expériences visaient à améliorer les performances des soldats nazis et à promouvoir l'idéologie raciale nazie, y compris l'infériorité des Juifs, dont six millions ont été exterminés pendant l'Holocauste.

En avril, une classe de troisième année dans une école privée de Recife, dans le nord-est du Brésil, a été décorée de drapeaux nazis lors d'une leçon sur les régimes totalitaires. L'enseignant portait un brassard nazi. L'école l'a plus tard félicité sur les médias sociaux pour la leçon.

Après avoir été critiqués, les responsables de l'école ont reconnu que le ton de leur post était inapproprié et l'ont retiré, mais ils ont refusé de s'excuser pour la leçon, selon la fédération juive locale.

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël: le ministre Ayoub Kara invite le mufti saoudien en Israël

Israël: le ministre Ayoub Kara invite le Mufti saoudien en Israël

Après la déclaration hier d'un journal libanais affirmant que gouvernement saoudien envisageait une normalisation possible de ses relations avec Israël, le Ministre Ayub Kara invite le Mufti saoudien à visiter le pays.

Le ministre des Communications, Ayoub Kara, a tweeté lundi au sujet des commentaires de la plus haute autorité islamique d'Arabie saoudite, le grand mufti Abdulaziz al-Sheikh, dans lesquels ce dernier avait condamné la guerre et le meurtre de Juifs.

Le tweet du ministre Kara a loué le mufti pour avoir dit que "le Hamas est une organisation terroriste qui blesse les Palestiniens et les manifestations de la mosquée al-Aksa sont une forme de démagogie"

Selon Daily Sabah, un journal turc, le mufti était apparu dans une émission de télévision et avait été interrogé sur la lutte contre Israël. Le mufti a répondu que le Hamas était une organisation terroriste.

Le Mufti a également été interrogé sur la vague de protestations qui a balayé Jérusalem après que l'Etat ait placé des détecteurs de métaux aux portes de l'enceinte d'al-Aksa en juillet.

"Il est également possible de coopérer avec Tsahal pour éliminer le Hezbollah", a tweeté Kara. "J'invite le Mufti à visiter Israël, où il sera accueilli avec honneur."

Le mufti a été un critique acerbe de l'extrémisme et du terrorisme.

En octobre, il a salué la création d'un nouveau centre dans la Médina d'Arabie saoudite appelé le complexe du roi Salman pour les hadiths du prophète.

le grand mufti Abdulaziz al-Sheikh

le grand mufti Abdulaziz al-Sheikh

Il vise à "éliminer les textes faux et extrémistes et tous les textes qui contredisent les enseignements de l'Islam et justifient l’exécution de crimes, de meurtres et d'actes terroristes".

Selon le National aux EAU, le Mufti a dit qu'il espérait que le peuple étudierait les enseignements islamiques appropriés, "pour se libérer des ténèbres de la pensée, de l'extrémisme et de la mauvaise interprétation du Coran".

Ce n'est pas la première fois que le Grand Mufti fait allusion à la «démagogie» dans les discussions sur les Palestiniens.

En août 2014, selon Alghadeer TV, il a appelé les citoyens à soutenir les Palestiniens avec de l'aide humanitaire et à ne pas manifester dans les rues, ce qu'il a qualifié de «cohue» et «d'exagérations».

Depuis que l'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe ont rompu leurs relations avec le Qatar, les relations avec le Hamas se sont refroidies.

Le chef des relations extérieures du Hamas, Osama Hamdan, a déclaré à Al-Mayadeen en Mai : "Nos relations avec l'Arabie Saoudite sont au point mort en ce moment".

En août, le journal saoudien Al Riyadh a qualifié le Hamas d'organisation terroriste et condamné ses relations avec l'Iran.

Le 7 novembre, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, s'est rendu en Arabie saoudite et a reçu le soutien du roi Salman. Abbas a récemment signé un accord de réconciliation avec le Hamas au Caire en octobre.

Les commentaires du Mufti et les perceptions positives de la politique de l'Arabie saoudite chez certains Israéliens semblent venir dans ce contexte plus large, y compris la position dure de Riyad contre le Hezbollah et l'ingérence de l'Iran au Liban.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël: un cours pour former des superviseurs de cacheroute féminins

Israël : un cours pour former des superviseurs de cacheroute féminins

Tzohar, une organisation rabbinique nationale-religieuse, s'est associée à Emunah, un mouvement national-religieux pour les femmes, en offrant un cours pour former les femmes à devenir superviseurs de cacheroute.

Ce dernier pas de Tzohar dans le monde de la cacheroute semble être une indication supplémentaire de son intention de créer sa propre autorité de cacheroute, ce que l'organisation envisage sérieusement, comme son porte-parole l’a déclaré récemment.

Le cours comprendra deux étapes totalisant 40 heures d'études réparties sur sept semaines.

La première partie du cours fournira les bases de la supervision de la cacheroute pour que la participante travaille en toute confiance dans son nouveau poste, incluant des tâches telles que cacheriser la viande, vérifier les insectes dans les aliments et comprendre la technologie et la production alimentaires.

La seconde partie du cours comprendra un examen plus approfondi des lois et des exigences de la cacheroute.

Emunah a organisé un cours de formation de conseillères pour la cacheroute par le passé, mais affirme que la collaboration avec Tzohar leur permettra de réduire le coût du cours et d'élargir son attrait auprès d'un public plus large.

À la fin du cours, les participantes seront en mesure de passer l'examen de superviseur de cacheroute du grand rabbinat et de superviser théoriquement dans les restaurants et les entreprises qui utilisent la surveillance de la cacheroute du Rabbinat.

le monde de la cacheroute ne sera bientôt plus exclusivement masculin

le monde de la cacheroute ne sera bientôt plus exclusivement masculin

Le Grand Rabbinat était initialement opposé à l'idée de permettre aux femmes de servir comme superviseurs de la cacheroute, aussi Emunah a-t-il présenté une requête à la Haute Cour de Justice, qui a statué en 2013 que le domaine devait être ouvert aux femmes.

Emunah a ensuite lancé un cours auquel ont participé 12 femmes, toutes ayant finalement réussi l'examen du Grand Rabbinat.

Cependant, le Grand Rabbinat et le Ministère des Services religieux n'étaient pas désireux d'intégrer ces femmes dans le système de surveillance de la cacheroute, et seules quelques-unes travaillent actuellement sur le terrain.

L'avocate d'Emunah Tzipporet Schimmel dit que l'organisation travaille actuellement sur différentes stratégies pour permettre à plus de femmes d'obtenir un emploi en tant que superviseurs de cacheroute, en encourageant plus de femmes à rechercher des postes dans les conseils religieux locaux contrôlant les autorités municipales et régionales.

Suite à l'annonce du cours conjoint avec Tzohar, la présidente d'Emunah, Liora Minke, a déclaré que rien n'était plus naturel que l'intégration des femmes dans le système de la cacherout et a déclaré qu'il était très surprenant que cela n'ait pas existé jusqu'à présent.

"C'est un cours professionnel, voire révolutionnaire, mais qui ne dépasse en aucun cas les limites de la loi juive", a déclaré Minke, tout en exprimant son mécontentement face à l'attitude du Grand Rabbinat envers l'intégration des femmes sur le terrain jusqu'à maintenant.

Le président de Tzohar, le rabbin David Stav, a déclaré: "Nous pensons, chez Tzohar, que c'est une étape positive pour intégrer les femmes dans le système de la cacheroute."

Il a ajouté que Tzohar se trouvait actuellement actuellement "dans les étapes avancées de l'examen de faisabilité de l'établissement d'un système de cacheroute propre à l’organisation."

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Percée israélienne: Voldemort n'a qu'à bien se tenir

Percée israélienne: Voldemort n'a qu'à bien se tenir

La cape d'invisibilité d'Harry Potter vient de se rapprocher de la réalité grâce aux scientifiques israéliens.

La percée technologique, qui a été publiée dans la section Rapports scientifiques de la revue Nature, se réfère uniquement à la manipulation de la lumière autour d'une puce minuscule, le genre que vous trouverez à l'intérieur d'un dispositif optique à l'échelle nanométrique.

Jusqu'à présent, c’est resté un concept. Des chercheurs de l'Université Ben Gourion du Néguev, où la technologie est en cours de développement, ont indiqué que l'équipe devait maintenant "surmonter le défi important du développement d’un prototype".

S'ils réussissent, les implications sont vastes et passionnantes, même si cela ne rendra jamais un sorcier britannique suffisamment invisible pour échapper à Celui dont on ne doit pas prononcer le nom.

La cape d'invisibilité, notre rêve à tous

La cape d'invisibilité, notre rêve à tous

La technologie fonctionne comme ceci: Une «puce de dissimulation opérationnelle» dévie et disperse la lumière loin de la surface de la puce. Ainsi elle n'est pas détectée. "La lumière n'interagit pas avec l'objet, ce qui entraîne l'invisibilité de l'objet", explique Alina Karabchevsky, directrice du groupe Light-on-a-Chip de BGU, membre du département d'ingénierie électro-optique de la BGU et de l’Institut Ilse Katz pour la science et la technologie à l'échelle nanométrique.

Une telle puce de dissimulation pourrait être utilisée comme une extension des technologies actuelles telles que la peinture absorbant les radars utilisée sur les aéronefs furtifs, le camouflage optique local ou la diffusion des ondes électromagnétiques.

Finalement, des objets beaucoup plus grands peuvent être rendus invisibles. Dans ce cas, souvenez-vous de ces noms: Yakov Galutin et Eran Falek, les étudiants de l’université Ben Gurion qui ont contribué à l'étude. Le nom complet est Invisibility Cloaking Scheme by Evanescent Fields Distortion on Composite Plasmonic Waveguides with Si Nano-Spacer (Schéma de camouflage de l'invisibilité par distorsion des champs évanescents sur les guides d'onde plasmodiques composites avec Si Nano-Spacer).

Mais nous l'appellerons simplement la "percée Harry Potter".

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Les produits de maquillage KIKO MILANO débarquent en Israël

KIKO MILANO débarque en Israël

Le groupe HOODIES accueillera en Israël la chaîne de cosmétiques italienne KIKO MILANO.

Un appel d'offres a été récemment annoncé par la chaîne de maquillage italienne, les nominés finaux étant la chaîne Super Pharm et le groupe HOODIES. Ce dernier a remporté une franchise pour importer la marque en Israël. L'accord a été conclu cette semaine lors d'une réunion entre Yossi Gabison, responsable du groupe HOODIES, Bar Refaeli, le top model et partenaire du groupe, et un représentant de KIKO MILANO. Le premier magasin phare de la marque en Israël devrait ouvrir à la fin de l'été 2018.

KIKO, des produits phares à des prix minis

KIKO, des produits phares à des prix minis

La marque KIKO MILANO a été créée en 1997 par la société géante Percassi. La marque opère dans le cadre de magasins de marque indépendants et a gagné en popularité ces dernières années, principalement en raison des prix bas de ses produits. Le niveau de prix de KIKO MILANO est défini comme faible à moyen. Par exemple, sur les sites vendant en Europe, le prix du rouge à lèvres est d'environ 9 euros, celui du fard à paupières est d'environ 2,5 euros, et celui du blush est d'environ 8 euros.

Le public cible est constitué de jeunes amateurs de maquillage. Dans le monde, KIKO MILANO compte plus de 800 succursales, notamment aux États-Unis, à Hong Kong, en Russie et dans divers pays européens.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

L'Arabie Saoudite envisage-t-elle un rapprochement avec l'Etat juif?

L'Arabie Saoudite envisage-t-elle un rapprochement avec l'Etat juif?

Un journal libanais affirme que le ministère saoudien des Affaires étrangères demande au prince héritier de normaliser ses relations avec l'Etat juif.

Selon un rapport publié mardi par un journal libanais, le gouvernement saoudien envisage une normalisation possible des relations avec Israël en amont d’un programme de paix au Moyen-Orient prévu par l'administration Trump visant non seulement à obtenir un accord de statut final entre Israël et l'Autorité palestinienne, mais conduisant à la reconnaissance de l'Etat juif par le monde arabe plus large.

Le journal libanais Al-Akhbar a publié le contenu d'une lettre qui, selon lui, a été envoyée par le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, au ministre de la Défense et au prince héritier du royaume, Mohammad bin Salman.

Dans la lettre, Adel al-Jubeir exhorte le prince héritier à accepter les efforts de l'administration Trump pour normaliser les relations entre Israël et le monde arabe, en énumérant les avantages potentiels d'un tel changement spectaculaire dans la politique saoudienne.

Alors qu'al-Jubeir reconnaît que la démarche serait initialement rejetée par une grande partie du monde arabe, elle aurait des avantages à long terme.

Mohammad bin Salman

Mohammad bin Salman

Le prince héritier saoudien serait derrière une série de réformes visant à moderniser l'économie de son royaume et à gagner la faveur des gouvernements occidentaux.

En septembre, le gouvernement saoudien a annoncé qu'il lèverait en 2018 l'interdiction faite aux femmes de conduire.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités ont arrêté des douzaines de hauts fonctionnaires et de membres de la famille royale saoudienne pour corruption. Considérant les liens entretenus par certains suspects avec les mouvements islamistes radicaux, certains observateurs ont suggéré que ces arrestations faisaient partie d'une répression menée par le prince héritier Mohammad contre des partisans terroristes au sein du gouvernement, tandis que The Economic Times citait des affirmations selon lesquelles les arrestations devaient empêcher un coup d'Etat planifié par les opposants aux réformes de Mohammad.

Certains dans le monde arabe restent sceptiques sur le rapport Al-Akhbar, notant toutefois que le journal a montré une tendance pro-Hezbollah dans le passé. Channel 10 a cité des sources anonymes dans le monde arabe qui ont suggéré que le rapport Al-Akhbar pourrait être un stratagème pour nuire à l'Arabie Saoudite et profiter à l'un de ses principaux rivaux régionaux, le mouvement Hezbollah soutenu par l'Iran.

L'Arabie saoudite a récemment déclaré la guerre au Hezbollah, qualifiant le groupe terroriste chiite de "parti de Satan". Les dirigeants du Hezbollah ont déclaré publiquement que le royaume sunnite était en collusion avec Israël contre le groupe terroriste libanais.

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Le Hamas aurait acheté des armes sur AliExpress

Le Hamas a acheté des armes sur AliExpress

Le ministère de la Défense soupçonne des organisations terroristes opérant à Gaza d’acheter des armes sur des sites de vente en ligne, notamment sur le site d'achat chinois AliExpress.

Récemment, des membres de l'autorité des points de passage du ministère de la Défense et des membres du District de coordination et de liaison ont saisi des centaines de paquets contenant des produits définis par l'establishment de la défense comme interdits d'entrée dans la bande de Gaza.

Les colis, ainsi que les produits interdits, ont été saisis lors des contrôles de routine effectués par les agents de sécurité au poste de contrôle d'Erez. Les paquets comprenaient des drones, des télescopes, des moteurs miniatures, des radios, des dispositifs de camouflage, des couteaux, des pièces détachées d'armes, des caméras perfectionnées, des jumelles, des marqueurs laser et des détecteurs de métaux.

Des petits malins

Des petits malins

Chaque colis postal qui passant d'Israël à Gaza subit un contrôle de sécurité, et au cours des dernières semaines, les responsables de la sécurité ont remarqué que divers individus de la bande de Gaza exploitaient des sites d'achat en ligne pour faire passer des marchandises prohibées. Les moyens sont définis par l'établissement de la défense comme ayant un «double usage», c'est-à-dire qu'ils peuvent être utilisés à des fins civiles, mais aussi pour des activités terroristes.

On soupçonne que certains produits peuvent même être utilisés comme armes improvisées. En conséquence, les agents ont essayé de déguiser les articles interdits en paquets innocents afin de les recevoir malgré l'interdiction.

Les forces de sécurité israéliennes enquêtent maintenant pour savoir si ces produits étaient destinées à des organisations terroristes ou à des terroristes dans la bande de Gaza.

Parmi les colis récemment expédiés du site de vente d'AliExpress en Israël, puis à Gaza, il y avait notamment un coupe-câble optique, une perceuse électrique miniature, des bobines d’alimentation électrique, un anémomètre, etc.

Les forces de sécurité se sont déclarées dans le passé gravement préoccupées par l'utilisation répandue de drones par les Palestiniens dans la bande de Gaza, qui sont également vendus en tant que jouets. Ces drones, selon les forces de défense et l'armée israélienne, pourraient servir aux organisations terroristes à Gaza dans le but de recueillir des renseignements sur les activités des FDI le long de la frontière dans le sud et à mener des activités terroristes contre Israël.

Face à ces menaces, une longue liste de sociétés de sécurité en Israël et dans le monde ont développé des systèmes spécialisés qui permettent la neutralisation des drones, tout en contrôlant les fréquences à travers lesquelles ils sont exploités et en les interceptant en vol.

Source : globes.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël : un salon de l’emploi pour les seniors

Israël : un salon de l’emploi pour les seniors

Le salon «Experience Requise», destiné à encourager l'emploi des seniors, se tiendra aujourd'hui à Tel Aviv Fairgrounds et proposera plus de 800 emplois aux seniors.

À ce jour, environ 6 000 citoyens chevronnés et plus de 50 entreprises participant au projet «Experience requise» du ministère de l'Égalité sociale ont été enregistrés pour trouver des emplois pour les personnes âgées.

Comme les années précédentes, le ministère de l'Égalité sociale et l’association VeHadarta organiseront la foire annuelle de l'emploi de l'un des projets phares du cabinet, «Experience Requise». Ce projet, lancé il y a trois ans, a pour objectif d'encourager l'emploi des seniors. Dans ce cadre, le ministère de l'Egalité sociale et VeHadarta coopèrent avec des seniors aspirant à travailler pour des entreprises souhaitant embaucher des seniors.

L'association Vehadarta encourage l'emploi des seniors

L'association Vehadarta encourage l'emploi des seniors

La ministre Gila Gamliel a déclaré à l'ouverture de la foire que «les seniors, hommes et femmes, sont une ressource humaine précieuse pour l'économie et la société israéliennes. La population des personnes du 3ème âge de 2017 en Israël est pleine de vie, énergique, possède une vaste expérience professionnelle et peut grandement contribuer au pays, à la société et à l'économie".

"Plus de 3 500 entreprises inscrites dans l’initiative "Experience Requise" l'ont déjà compris et voient l'immense valeur de l'emploi des seniors, et j'appelle d'autres entreprises à se joindre à l'aventure et à employer des personnes plus âgées. C'est bon pour la société, c'est bon pour l'économie et c'est bon pour l'avenir de l'État d'Israël".

«Au-delà de l'aide à la recherche d'un emploi, l'un des plus grands défis est la survie des employés âgés sur leur lieu de travail», a déclaré Rivi Beller, directrice exécutive de Vehadarta. En conséquence, nous concentrons de grands efforts à l'adaptation d’emplois à l'attention des seniors. "

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Kim Kardashian s'associe à l'application de mode israélienne ScreenShop

Kim Kardashian s'associe à l'application de mode israélienne ScreenShop

La superstar de la télé-réalité américaine Kim Kardashian West s'est associée à ScreenShop, une application de mode née en Israël, basée à New York, en tant que conseillère et investisseuse.

L'application, produite par le développeur de démarrage Craze, prétend être la première plate-forme mobile à repérer les articles figurant sur vos captures d'écran et à vous proposer des produits similaires à la vente. Vous avez repéré des pièce magnifiques sur une fashionista (ou sur Kim) ? Vous les aurez.

Le mannequin et personnalité mondaine populaire a déclaré à Mashable qu'elle était particulièrement fière du partenariat et de son équipe israélienne, en disant "le fait que nous ayons fait venir d'Israël une équipe forte d’une des meilleures technologies pour trouver comment faire émerger quelque chose que personne n’avait jamais fait auparavant est totalement révolutionnaire pour moi. J'aime être impliquée dans des applications dans lesquelles je me suis vraiment associée, que j'aide à créer. "

Screenshop with Kim

Screenshop with Kim

Kim Kardashian sert de conseillère pour l'application depuis ses débuts, vantant un «grand partenariat» et une capacité à «être investie dans quelque chose dans lequel je peux vraiment avoir mon mot à dire". On ne sait pas si Kim Kardashian est investie financièrement dans ScreenShop, qui se vante d'une technologie en instance de brevet qui scanne instantanément les captures d'écran de n'importe quelle application ou site web sur un smartphone et les convertit en articles qui peuvent être achetés à différents prix.

"Ce n'est pas un secret, j'aime les médias sociaux et la possibilité de faire des achats de cette manière est quelque chose dont je ne pouvais que rêver", a déclaré Kim Kardashian dans un communiqué publié la semaine dernière lors du lancement du partenariat. "Je travaille avec l'équipe de ScreenShop pour aider à définir le concept et façonner l'expérience utilisateur depuis plus d'un an maintenant. Je suis vraiment excitée à l’idée de le mettre sur le marché. "

«ScreenShop est notre façon d'aider les consommateurs à actualiser l'inspiration de la mode sur leurs flux de médias sociaux, en leur fournissant un moyen facile d’acheter immédiatement les styles qu'ils voient et aiment», explique Molly Hurwitz, co-créatrice et co-fondatrice de ScreenShop. "Je suis toujours très frustrée quand je vois ces articles stylés inonder mon flux de médias sociaux et que je réalise que je ne suis pas capable de trouver des produits similaires correspondant à mes envies. ScreenShop fournit la solution. "

La société a été co-fondée par Molly Hurwitz, Meir Hurwitz, Ari Bregin, et Jonathan Caras, le principal technologue de l'entreprise qui réside toujours à Jérusalem.

Source : Nocamels.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.