Judith Douillet

Niçoise d'origine, Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 14 ans. Elle est traductrice hébreu-français, rédactrice et correctrice, et écrit pour Alliance depuis 3 ans. Sa passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Les maisons en kit d’Amazon bientôt livrées en Israël ?

Les maisons en kit d’Amazon bientôt livrées en Israël ?

A-t-on enfin trouvé la solution aux problèmes de logement dans le monde?

Amazon vend des maisons à monter soi-même à des prix comiques, les plus petites ne coûtant que 5 000 dollars. Si vous êtes intéressé par une maison un peu plus grande, ce qui reste également relativement petit, vous devrez débourser 19 900 dollars.

Les maisons qui arrivent en kit ne vous prendront que deux jours d’assemblage, si vous êtes deux personnes à travailler dessus. Il est important de comprendre que ce ne sont pas des appartements de luxe, d’après les photos, mais de petites maisons principalement en bois et dont certaines possèdent même un petit balcon.

Les petites maisons à construire sont devenues très populaires récemment, notamment aux États-Unis. La raison en est, bien sûr, la hausse constante des prix de l'immobilier à travers le monde.

Amazon, bientôt en Israël

Amazon, bientôt en Israël

Alors, quelle est la taille des maisons et quels est leur prix? Selon les prix publiés sur Amazon, la grande maison, d’une superficie d’environ 24 mètres carrés, ainsi que 12 mètres carrés de loft au deuxième étage, coûtera 19 900 dollars, tandis que la petite, d’environ 11 mètres carrés, coûtera seulement 5 350 dollars. Entre ces deux options, il y a quelques autres alternatives avec des prix intermédiaires.

Actuellement, le service responsable des maisons en kit n’expédie pas encore en Israël. Amazon devrait bientôt faire son entrée en Israël et, selon les prévisions, modifier sensiblement tout ce qui touche au consumérisme israélien, avec des prix bas, des produits inédits et last but not least - un service top niveau, comme nous n’en connaissons pas au jour d’aujourd'hui.

Source : Israël HaYom

Le racisme fait son lit dans toutes les couches de la société israélienne

Le racisme fait son lit dans toutes les couches de la société israélienne

Le post du Dr Hadas Malada-Masri a réussi à toucher le point sensible de la société israélienne : plus de 30 000 internautes l'ont liké, environ 14 000 l'ont partagé et plus de 6 000 ont réagi.

Hadas, 34 ans, du kibboutz Karmim, dans le sud du pays, mariée et mère de quatre enfants, a publié vendredi un post dans lequel elle racontait son histoire et le racisme auquel elle a été confrontée à toutes les étapes de sa vie.

"J'ai immigré en Israël à l'âge de 4 ans, via le Soudan. J'étais une enfant de 3 ans, qui a quitté son domicile en Éthiopie et a insisté pour marcher pieds nus dans le désert pendant trois mois sans se plaindre ni dire un mot. J'étais une enfant qui a survécu 10 mois dans un camp de réfugiés au Soudan et qui a souffert de graves maladies, parmi elles la malaria et la rougeole, ainsi que de malnutrition sévère.  Personne ne m'a donné l'espoir que je survivrai et que j’atteindrai Jérusalem", a écrit le Dr Malda-Masri.

"Je suis arrivée en Terre Sainte, mais d’abord à l’hôpital Soroka pour une longue rééducation. Et déjà à ce stade de ma vie, au cours des premiers jours de mon immigration en Terre Sainte, lors de mon hospitalisation, est né mon rêve de devenir médecin. Dans le quartier où j'ai grandi, il y avait une forte concentration d'immigrants éthiopiens. Malheureusement, peu d’histoires de réussite sont sorties de ce quartier. "

Elle a également évoqué la mort de Salomon Tekka : "Les jours qui ont suivi le meurtre de Salmon Tekka par le policier, je me suis sentie comme une somnambule. Je ne pouvais pas respirer. Je n’avais plus l’envie de me lever pour aller travailler. Je ressentais une forte envie de faire quelque chose qui provoquerait un changement profond et substantiel, mais je ne savais pas quoi et comment ... J'ai pris deux jours de congé, car tout ce que je voulais, c’était rester chez moi, serrer mes enfants dans mes bras et leur dire que leur avenir serait différent. "

"Je ne parle généralement pas de racisme. Mes parents ont toujours dit que les préjugés sont un bruit de fond et qu’ils ne doivent pas être pris en compte. Quand je pense à ce que j’ai vécu dans ma vie, je comprends que le racisme et les préjugés ne sont pas seulement le lot des jeunes éthiopiens des quartiers défavorisés ou d’autres populations marginales. Le racisme transcende les couches de la population, fait partie de la société israélienne et est également institutionnalisé et structuré au sein du gouvernement. Peu importe si je suis médecin ou le dernier des voyous, désœuvré et buvant une bière dans le parc du quartier. "

Les manifestations après la mort de Salomon Tekka (Photo: Ido Erez)

Les manifestations après la mort de Salomon Tekka (Photo: Ido Erez)

"Moi, le médecin, l'officier qui vit dans le kibboutz, qui suis mariée à un homme qui n’est pas d’origine éthiopienne et qui symbolise le succès de l'absorption d'immigrants et de l'intégration sociale, j’ai vécu le racisme au quotidien. Cela a commencé dans l'enfance quand des enfants de la classe ou de la rue m'ont appelée Kushit (négresse), quand les professeurs de l'école ont insisté pour changer mon nom en Hadas car "Adissa", ce n'est pas israélien. Ils ont même osé choisir eux-même mon autre nom. "

Hadas a évoqué toutes les carrefours de sa vie où elle a vécu le racisme dans la société israélienne. Ses conférenciers qui lui ont demandé si elle était sûre d’être dans la bonne classe à la faculté de médecine, des patients qui ont refusé qu’elle les approche ou d’autres qui pensaient qu'elle était la femme de ménage. Elle parle également du soldat qui ne voulait pas entrer dans le cabinet de "la doctoresse éthiopienne puante" et du pilote avec le grade de colonel qui ne voulait pas être examiné par elle.

"Mais tout cela n’est rien comparé à mon expérience avec les enfants. Je me souviens d'une expérience particulièrement émouvante. Moi, en uniforme de l'armée de l'air avec le grade de capitaine, j'arrive dans la ville d'Ofakim pour un rendez-vous à la PMI pour mes deux adorables bambins. À l'époque, ma fille Tamar n'avait que trois ans et demi et mon fils Hillel, deux ans. Je passe devant une école religieuse et soudainement, tous les enfants de la cour s’amassent contre la clôture et nous jettent des pierres. Ils nous traitent de «Nègres», «Noirs», «Retournez en Afrique», raconte-t-elle.

"Moi, terrifiée, je veux seulement protéger mes enfants pour qu’ils ne soient pas blessés, je me mets devant eux, me baisse et crie :  'Arrêtez, arrêtez, ils sont petits, que vous a-t-on fait?" Ma fillette de 3 ans m’a demandé: «Maman, pourquoi nous ont-ils fait cela? Que leur avons-nous fait? C’est quoi, des nègres? Je les ai regardés et c’est la première fois que j’ai vraiment compris  que ce ne serait pas facile pour eux dans la vie. J'ai compris que le racisme n'était pas le problème de leur mère qui avait émigré d'Ethiopie. Le racisme est partout dans la société israélienne, dans le système éducatif, dans le système de santé, dans l'emploi, dans la police, etc. "

Hadas a terminé son post sur une note optimiste et a écrit : "Je veux croire que dans un pays que j'aime, mon seul et unique pays, les gens veulent vraiment réparer le monde, changer l'histoire et certainement pas la recréer. Ils peuvent voir au-delà des médias, au-delà des inconvénients temporaires causés par une manifestation, comprendre le problème profond qui existe dans notre société et de le présenter d'une autre manière".

"Le sens de l'unité, de la tolérance, de l'inclusion, de l'acceptation, de l'égalité, du partenariat et de la responsabilité mutuelle, en créant une société multiculturelle dotée d'une richesse culturelle qui servira véritablement de modèle pour le monde entier, mais dont nous serons tous fiers de faire partie ".

Source : ynet

Réduire les gaz à effet de serre des bovins par une manipulation génétique israélienne

Réguler les gaz à effet de serre des bovins par une manipulation israélienne des gènes

Une équipe de recherche internationale dirigée par le professeur israélien Itzhak Mizrahi du Département des sciences de la vie de l'Université Ben Gourion et de l'Institut national de biotechnologie du Néguev (NIBN), a découvert que les gènes des vaches peuvent être utilisés pour contrôler les micro-biomes de la panse afin de réduire la quantité des gaz à effet de serre que les animaux émettent.

Les résultats ont de profondes implications pour les producteurs de lait et de bovins qui tentent de réduire la contribution de leur industrie aux changements climatiques tout en renforçant les efforts des producteurs laitiers pour maintenir ou améliorer l’efficacité de la production laitière tout en préservant la sécurité des produits.

L'étude, qui a porté sur 1 016 vaches réparties en Italie, en Finlande, en Suède et au Royaume-Uni, a révélé qu'un petit nombre de microbes héréditaires déterminés par l'hôte contribuent de façon significative à expliquer les variables expérimentales et les phénotypes des hôtes. Ils prédisent que cela mènera à des programmes génétiques de sélection par un micro-biome pour fournir une solution durable afin d'accroître l'efficacité et de réduire les émissions du bétail ruminant.

Nos conclusions constituent à la fois une percée majeure pour la science fondamentale et auront un impact positif sur deux défis majeurs auxquels la communauté internationale sera confrontée dans un avenir proche : le changement climatique et la sécurité alimentaire ", a déclaré Mizrahi.

18% pour le méthane

18% pour le méthane

«Même à l'heure actuelle, la planète produit de la viande et des produits laitiers à un rendement maximal, et ce problème ne fera qu'empirer dans les décennies à venir : D'ici 2050, le monde comptera environ 9 milliards d'habitants. Cela va signifier une grave crise dans l'alimentation protéinée ", a-t-il ajouté.

Il y a environ 1,5 milliard de vaches et de taureaux dans le monde. Une vache libère en moyenne entre 70 et 120 kg de méthane par an. Le méthane est un gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2), mais son effet négatif sur le climat est 23 fois supérieur à celui du CO2. L'agriculture a un impact majeur sur le réchauffement climatique.

Le méthane provient principalement des éructations de vache, et non de leurs flatulences, comme on le croit généralement.

"Nous espérons être en mesure d'accroître l'efficacité de la production tout en réduisant les émissions de méthane. Il serait difficile d'imaginer un " gagnant-gagnant " plus important pour la planète que cela ", a ajouté M. Mizrahi.

Les chercheurs croient que même si l'étude se concentre sur deux races laitières bovines, les résultats sont susceptibles d'être applicables aux bovins de boucherie et à d'autres espèces de ruminants.

"Étant donné l'importance du régime alimentaire dans la performance et la composition du microbiome du rumen, de tels programmes devraient tenir compte des régimes alimentaires probables. Dans ce contexte, le suivi de l'impact prédictif global des microbes héréditaires associés aux caractères identifiés sur les indices de production devrait aboutir à une industrie de l'élevage des ruminants plus efficace et plus respectueuse de l'environnement", selon l'étude.

Source : Jewish Press

Israël : comment prévenir les abus envers les enfants dans les crèches?

Israël : comment prévenir les abus envers les enfants dans les crèches?

Derrière la manifestation des parents des enfants des crèches, qui devrait atteindre son apogée ce soir,  se tiennent plusieurs demandes à l'État, notamment un appel à assumer la responsabilité des enfants âgés de moins de 3 ans. Qu'est-ce que cela signifie en pratique?

La situation actuelle est, avec beaucoup de justesse, qualifiée "d’anarchique". L'État ne fournit presque pas de cadres pour les enfants de moins de 3 ans. Dans cette situation, n'importe qui peut ouvrir une crèche et tout ce qui lui faudra, en substance, c'est obtenir des permis de sécurité pour la structure. Sur la table, une série de propositions ont été faites ces dernières années pour changer la situation, dont certaines seront mises en œuvre progressivement à partir de septembre, mais il ne s'agit que d'une goutte d’eau dans l'océan.

Plus jamais ça! Les parents de la petite Jasmine Vinta, morte il y a un an

Plus jamais ça! Les parents de la petite Jasmine Vinta, morte il y a un an

Plans proposés pour la surveillance des jardins d'enfants privés:

# Augmentation de la peine: Imposer des peines plus lourdes pour les cas de maltraitance d'enfants.

# L’obligation d’installer des caméras de sécurité dans les crèches: sera mise en œuvre progressivement à partir de septembre.

#La réglementation des crèches : obtention d'une licence, cartographie des lieux, mise à disposition d'outils d'application - sera mise en œuvre progressivement à partir de septembre.

# Détermination d’un ministère (le ministère de l’éducation ou un autre bureau désigné) chargé de superviser les enfants dans tous les domaines.

# Formation pour les employés.

# Fixation de salaires adéquats pour les employés.

# Vérifier l'absence de casier judiciaire pour les employés.

# Accompagnement et encadrement pédagogique des programmes éducatifs.

# Interventions d’inspecteurs sur le terrain.

Et tout cela a aussi un prix bien sûr - les estimations parlent d'un investissement initial de 1,5 milliard de NIS et d'un autre de 4,5 milliards de NIS chaque année. Dans un pays avec un déficit de 14 milliards de NIS, les priorités doivent être radicalement modifiées pour que cela se produise, et cet investissement risque de se faire aux dépens de nombreux autres domaines.

Source : mako.co.il

Comment a survécu le mouvement Loubavitch depuis le décès de son leader

Le Rabbi de Loubavitch est mort voilà 25 ans, voici comment son mouvement a survécu

Il y a vingt-cinq ans, Menachem Mendel Schneerson, le Rabbi de Loubavitch, alors âgé de 92 ans, a succombé à ses nombreux maux et est décédé, au grand désespoir de ses Hassidim.

Le 2 mars 1992, il a été victime de la première d’une longue liste d’attaques dévastatrices, alors qu'il visitait la tombe de son beau-père et prédécesseur, le rabbin Yosef Yitzchak Schneersohn. Le Rabbi était privé de l’usage de la parole et physiquement handicapé, prisonnier d’un corps défaillant.

Il était veuf et sans enfants, et ses assistants, qui contrôlaient désormais chacun de ses mouvements, ainsi que ses disciples, avaient été galvanisés par sa "Campagne Moshiach" frénétique, un mouvement visant à éveiller la ferveur messianique parmi les juifs du monde – de nombreux Hassidim étaient convaincus que leur Rabbi irait jusqu'à révéler qu'il était en fait le Messie longtemps attendu.

Alors que leur Rabbi gisait, agonisant, à l'hôpital Mount Sinai de New York, les Hassidim ont signé des pétitions à l’attention de Dieu pour permettre à leur Rabbi de se relever de son lit de mort et de conduire les Juifs vers l'âge messianique. Ils portaient des bippers prêts à se déclencher et à leur faire signe quand il se révélerait être le Messie, ce dont ils étaient convaincus. Ils ont débattu de la manière dont il allait les mènerait vers la Terre promise. Sa mort les a plongés dans un dilemme : la "Campagne Moshiach" avait promu l'idée que le Rabbi conduisait les Juifs au Jour de la Rédemption. Mais comme il était mort, la prophétie semblait avoir échoué.

A l'époque, de nombreux observateurs étaient convaincus que la disparition du Rabbi entraînerait la diminution et le déclin de son mouvement hassidique, en particulier parce qu'il n'avait laissé aucun successeur. Le mouvement qu'il avait aidé à ressusciter après l'Holocauste à New York semblait dans une impasse.

Ce fut un choc énorme pour un groupe relativement restreint de Hassidim qui, sous sa direction charismatique, avait atteint la célébrité en Amérique et dans le monde juif en général. Des milliers d'émissaires, ou shluchim, exhortés par le Rabbi, avaient établi des maisons et des centres Chabad dans le monde entier, s'occupant aussi bien des Juifs peu engagés que des voyageurs juifs.

Vingt-cinq ans plus tard, l'arrivée rédemptrice du Messie semble encore plus lointaine, alors que l'antisémitisme relève la tête et que moins de Juifs que jamais sont attirés par la vie juive ultra-orthodoxe que le mouvement Loubavitch épouse. Alors que la "Campagne Moshiach"  se poursuit, la frénésie et l'excitation qui l'accompagnaient et la caractérisaient durant les dernières années de la vie du Rabbi se sont largement atténuées. C'est simplement devenu un autre slogan de la "marque Loubavitch". Mais Loubavitch et le mouvement Chabad n'ont pas disparu. Que s'est-il passé ?

Nous, sociologues, avons trois concepts qui offrent une réponse. La première est la dissonance cognitive.

Le terme vient de la célèbre étude "When Prophecy Fails" (Quand la prophétie échoue), qui examine un culte de croyants qui ont dû accepter le fait qu'une croyance puissante en l'avenir ne s'est pas réalisée. L'étude a révélé que les groupes qui doivent faire face à la dissonance entre leurs croyances et la réalité décevante réagissent en s'accrochant obstinément à leurs croyances et en essayant encore plus fort de convaincre les autres de sa vérité. Ce faisant, ils se sont également efforcés de se convaincre que leur croyance est toujours vraie et qu'elle finira par se réaliser.

Des mains se tendent pour toucher le cercueil du Rabbi Menachem Schneerson alors que son cortège funèbre se prépare à quitter le siège mondial des Hassidim de Lubavitch, dans le quartier Crown Heights de Brooklyn, le 12 juin 1994 (Mark Phillips / AFP / Getty Images)

Des mains se tendent pour toucher le cercueil du Rabbi Menachem Schneerson alors que son cortège funèbre se prépare à quitter le siège mondial des Hassidim de Lubavitch, dans le quartier Crown Heights de Brooklyn, le 12 juin 1994 (Mark Phillips / AFP / Getty Images)

Dans le cas des Lubavitchers (hassidim de Loubavitch), la disparition de leur Rabbi a conduit à encore plus d’affiches et d’actions annonçant son arrivée imminente en tant que Messie. En Israël, d'immenses panneaux d'affichage à l'image de du Rabbi Schneerson avec le mot Messie sont encore partout, de l'aéroport à l'autoroute d'Ayalon en passant par Tel Aviv et les fêtes de Lag baOmer à Meron. Les chars "Loubavitch Mitzvah" à New York sont toujours ornés de l'image du Rabbi et du mot Moshiach. Des annonces annuelles dans les journaux juifs annoncent son arrivée imminente.  Les drapeaux jaunes de Moshiach flottent toujours sur Crown Heights. Dans les maisons Loubavitch du monde entier, il est courant de se retrouver face à un portrait du Rabbi regardant sévèrement la table ou le bureau. La campagne se poursuit.

Les deux autres raisons pour lesquelles Chabad continue d'avoir du succès sont la routinisation et l'institutionnalisation. Ce qui était autrefois inhabituel - l'expression du charisme et de l'énergie unique de son dirigeant - est devenu une routine et un élément prévisible du mode de fonctionnement de l'institution.

La campagne du Messie et l'image du Rabbi sont devenues une sorte de marque de fabrique, comme le Colonel Sanders du Kentucky Fried Chicken. Mais pendant que ce dernier vend du fast-food, l'image du Rabbi fait la promotion de la vision du yiddishkeit (vie juive) de Schneerson et tente de persuader la population de goûter à ce que Chabad a à offrir.

Le nombre d’émissaires Chabad n'a cessé d'augmenter depuis 1994. Quand leur Rebbe vivait, ses Hassidim voulaient tous être près de lui à Crown Heights, Brooklyn. Maintenant, ils veulent tous prendre la route car ils peuvent l'emmener partout où ils vont. Tant qu'ils sont ses émissaires et sont en mission pour lui, tout ce qu'ils font maintient en vie le Rabbi et sa vision.

Comme le soulignent les Lubavitchers, un shaliach est, selon la loi juive, un prolongement de celui qui l'a envoyé. Chaque maison Chabad à travers le monde gère des programmes similaires, et chaque émissaire est comme une version du Rabbi. Bien sûr, la plupart de ceux qui entrent dans ces maisons Chabad ne sont ni hassidiques ni même orthodoxes, et il est peu probable qu'ils le deviennent.

Certes, ce qui manque aux Lubavitchers d'aujourd'hui, c'est un leader unique capable de contrôler toute déviance dans le mouvement ou d’offrir quelque chose de nouveau et d’excitant. Cela conduit parfois à des tensions internes. La plus célèbre est sans doute la controverse en cours sur Shmuley Boteach. Autrefois shaliach de l'Oxford Chabad House, il a été renvoyé en 1994 parce que certains Lubavitchers estimaient qu'il agissait de façon inappropriée. Son statut chez Chabad continue d'être un sujet de controverse. Si le Rabbi était vivant, la position de Boteach aurait été fermement établie par le chef, tout comme l'auraient été les débats en cours à son sujet ou ce qui est ou n'est pas une conduite appropriée pour un shaliach.

Les Lubavitchers de nos jours vivent surtout du passé de leur chef et espèrent un avenir messianique tandis que leur Rebbe est littéralement virtuel, en rediffusions, son image en vidéo sur Internet ou en boucle dans les centres Chabad du monde entier. Aujourd'hui, comme le dit le prospectus trouvé dans ma boîte aux lettres à Jérusalem ce matin, ce Rabbi est présenté comme "le Rabbi de tous les Juifs".

En même temps, quand les Lubavitchers veulent ses conseils ou cherchent un message spécifique de sa part, ils ouvrent souvent un volume de ses lettres ou entretiens, utilisant la bibliomancie pour obtenir des messages personnels de lui, comme s'ils avaient ouvert le livre par une force secrète de l'au-delà et trouveront leurs réponses sur cette page. (Et s'ils ne trouvent pas ce qu'ils veulent, certains sont heureux de fermer et d'ouvrir le livre à une meilleure page.)

Quant à un Messie mort, cela a aussi ses avantages. Les Messies vivants peuvent tomber malades, perdre la parole, faire des erreurs - ils ne sont, après tout, que des êtres humains. Mais un Messie mort dépasse ces faiblesses et toutes les fragilités humaines ; comme c’est écrit dans la Sichat HaShavua de cette semaine, le 3 Tammuz est le jour où "le Rabbi a dépassé toutes les limites de ce monde".

Libéré de ses liens de mortel, le Rabbi peut agir avec plus de pouvoir, être tout pour tous et apporter la rédemption. Ainsi, alors que de nombreux Lubavitchers en cette période de l'année répètent régulièrement leurs sentiments de perte et à quel point la présence du Rabbi leur manque, ils célèbrent la journée en se convainquant qu'il vit en eux et à travers eux - et qu’il leur donne la force pour continuer.

10 conseils pour survivre comme un vrai Sabra à l'été israélien brûlant

10 conseils pour survivre comme un vrai Sabra à l'été israélien brûlant

Les habitants d'Israël aiment à dire que nous avons deux étés - l'un chaud et l'autre moins chaud et pluvieux. C'est peut-être exagéré, mais cela reflète un sentiment que personne ne peut nier : Israël est un pays chaud !

Le temps estival peut s'étendre d'avril à la fin d'octobre ou même au début de novembre, ce qui fait que la survie ici dépend d’un apprentissage : comment faire face au soleil implacable ?

Heureusement, nous ne manquons pas de conseils pour vous aider à vous débrouiller dans la chaleur de l'été israélien comme le font les vrais sabras. Jetez un coup d'œil à ces 10 incontournables pour non seulement survivre mais aussi prospérer dans la chaleur estivale israélienne.

Procurez-vous un abri solaire

Conçu pour vous protéger du rude soleil méditerranéen tout en bravant le sable bouillant de la plage et les vagues infestées de méduses, un abri solaire rendra au moins la plage en Israël supportable.

Depuis qu'ils ont découvert de telles bâches portables, les Israéliens sont les plus heureux, nombre d’entre eux les stockant même en permanence dans leurs véhicules pour qu'elles soient toujours prêtes pour une sortie impromptue à la plage ou une escapade en plein air.  Et avec les températures étonnantes de l'été, on ne peut pas vraiment leur reprocher de chercher un peu d'ombre.

Repérez les fontaines publiques

C'est toujours une bonne idée de rester hydraté en Israël, en particulier lorsque négliger cet aspect important du mode de vie israélien pourrait vous faire atterrir aux urgences pendant ce qui était censé être des vacances d'été amusantes.

Saviez-vous que la plupart des municipalités ont des fontaines publiques pour les humains et les chiens ? L'eau israélienne du robinet est totalement potable (sauf si vous êtes au bord de la mer Morte), alors apportez une bouteille d'eau avec vous pour la remplir quand et où vous le pouvez.

Vous n'aimez pas l'eau plate ? Mettez un sachet de thé israélien à base de fruits ou d'herbes au fond de votre bouteille, et BIM, vous avez du thé glacé instantané à emporter.

Vous avez oublié oublié chapeau ? Tout ce dont vous avez besoin, c'est d'une chemise à manches longues (de préférence blanche)

Portez une casquette de baseball en Israël, et vous êtes sûr de vous démarquer en tant qu'Anglosaxon parmi une foule d'Israéliens. L'alternative ? Rien n'est plus israélien qu'une randonnée pédestre avec une chemise à manches longues attachée sur votre tête par les manches comme une couverture solaire de fortune.

Alternativement, vous pourriez sortir votre bob - un symbole national israélien rendu populaire par les premiers pionniers israéliens, et souvent porté par les soldats et les guides touristiques. Cependant, sachez qu'on l'appelle ici kova tembel ("chapeau de crétin").

D'un autre côté, si vous ne vous souciez pas de ce que les autres pensent de vos choix en matière de mode, vous vous intégrerez parfaitement à la population locale.

Portez de la crème solaire et des lunettes de soleil

Croyez-le de quelqu'un qui n'a pas porté de lunettes de soleil et qui a maintenant les rides autour des yeux pour le prouver. Vous aurez besoin d'une bonne paire de lunettes de soleil si vous voulez survivre à l'été israélien.

Essayez de vous en passer et ce plissement des yeux va vous jouer des tours.

En outre, portez de l'écran solaire ! Le soleil israélien est intense, et comme les Israéliens aiment passer du temps à l'extérieur, vous devrez protéger votre peau contre les éléments du mieux que vous le pouvez pendant les longues journées d'été.

Habillez vous léger

Les vêtements israéliens peuvent sembler plus minces que ceux auxquels vous êtes habitué à l'étranger, mais c'est pour une bonne raison. Nous avons déjà établi qu'Israël est très chaud l'été, donc il y a plus de chances de trouver des locaux laïcs portant des robes d'été en jersey non doublées et des tongs que n'importe quoi de formel ou étouffant.

Généralement obsédés par le look bohème et décontracté, vous trouverez des magasins de vêtements israéliens comme Profil, et Dreadlocks qui font l'affaire au rayon vêtements. Ceux qui aiment se couvrir pour des raisons personnelles ou religieuses peuvent aussi trouver des articles plus modestes dans des tissus légers dans des boutiques à la mode.

Et puis il n'y a pas de mal à s'équiper d'un short. Un véritable sauveur de vie qui empêche vos cuisses de se coller et de frotter sous ces robes d’été !

Trouver le parc aquatique le plus proche (gratuit)

Des enfants jouent dans une fontaine du parc Teddy, en face des remparts de la vieille ville de Jérusalem. Photo de Zuzana Janku / Flash90

Des enfants jouent dans une fontaine du parc Teddy, en face des remparts de la vieille ville de Jérusalem. Photo de Zuzana Janku / Flash90

Les parcs aquatiques sont amusants, mais qui veut débourser de l'argent pour l'entrée, et ensuite se retrouver à faire la queue pendant des heures ? Heureusement, Israël est un endroit accueillant pour les familles, comme en témoigne le nombre d'aires de jeux pour enfants bien entretenues que l'on trouve dans tout le pays. En été, certains de ces parcs se transforment en fontaines d'eau publiques gratuites ! Visitez le Teddy Park à Jérusalem ou le Gan B'Ivrit à Rishon LeTzion pour comprendre ce que nous voulons dire.

Préparez vos propres milk-shakes aux fruits et boissons glacées.

Les enfants israéliens peuvent vivre de shlukim (mister freeze) et de barad (granité) en été, mais acheter ces articles et d'autres comme les milk-shakes aux fruits frais et le favori de la plage - pastèque et fromage bulgare (genre feta) - peut devenir cher, rapidement.

Faire des milk-shakes et des glaces naturels comme à la maison est un jeu d'enfant si vous avez l'équipement de base. Essayez en utilisant certains des glorieux fruits israéliens disponibles à cette époque de l'année, comme les mangues géantes sucrées comme des bonbons et les figues fraîches sublimement rafraîchissantes.

Regardez votre  montre

Tenez compte des heures de pointe du soleil et essayez de les éviter si possible. Cela signifie soit de sortir tôt, soit de sortir une fois que le soleil est déjà couché (bien que la chaleur ne se dissipe pas nécessairement le soir en été).

Si vous êtes en vacances, l'une ou l'autre stratégie se prête bien à la sieste de l'après-midi, alors vous voudrez peut-être planifier en conséquence et prévoir une période de repos dans un endroit frais. Si vous sortez la nuit, dirigez-vous vers un endroit aéré comme une promenade publique sur la plage côtière ou un bar sur le toit.  Privilégiez les parcs nationaux avec des éléments aquatiques comme le Jourdain en Galilée ou Shvil Hamaayanot (Springs Trail) tout près de Jérusalem pour rester frais pendant les heures du matin.

Gardez votre four éteint

La cuisine sur la cuisinière et les plats froids sont plus populaires en Israël que la cuisson au four, surtout pendant les mois chauds d'été. Vous avez peut-être remarqué que les Israéliens ont généralement de petits fours comiques, même dans les grandes maisons. C'est parce que personne ne veut rendre son chez-soi encore plus chaud qu'il ne l'est déjà.

Envisagez de manger des mini-repas légers composés de plats froids tout au long de la journée, ou même de sortir prendre votre repas dans un restaurant traditionnel, comme le célèbre restaurant Azura, derrière le marché Machane Yehuda à Jérusalem. Après tout, les Israéliens prèfèrent généralement un déjeuner plus copieux suivi d'un repas du soir léger et moins copieux.

Faites attention à l'eau

Enfin, et ce n'est pas le moins important, n'oubliez pas qu'en dépit de la technologie avancée d'Israël dans le domaine de l'eau, qui comprend le dessalement de l'eau de mer et l'utilisation d'eau saumâtre et d'eaux usées traitées à des fins agricoles, nous sommes toujours confrontés à un problème d'eau.

Les Israéliens apprennent dès leur plus jeune âge que l'eau est un bien précieux qu'il ne faut pas gaspiller. Le fait de garder cela à l'esprit dans votre utilisation personnelle de l'eau pendant votre séjour en Israël n'est pas seulement apprécié, c'est aussi LA chose socialement acceptable et juste.

Source : ISRAEL21c

Israël : une restauratrice dresse une table pour les conducteurs bloqués dans les bouchons

Israël : bloquée dans les embouteillages, elle dresse une table au milieu de la route

Elia Moshe du restaurant "Shabazi" à Rosh Ha'ayin était en chemin pour livrer des plats pour un événement lorsqu'elle s'est retrouvée, comme des milliers d'autres personnes, dans un énorme embouteillage créé hier (mardi 2 juillet) par les manifestations. Après des heures à patienter dans les bouchons, elle s’est rendu compte qu’elle n’arriverait jamais à temps, et a décidé que les tables qu’elle était supposée dresser le seraient effectivement,  - mais au milieu de la route.

"J'ai quitté Rosh Ha'ayin à 18 heures avec de la nourriture pour 80 personnes et trois heures plus tard, j'étais toujours bloquée dans les embouteillages à cause de la manifestation", a-t-elle déclaré. "Autour de moi, j'ai vu des conducteurs fatigués, assoiffés et affamés, et je me suis dit: soit je rapporte la nourriture au restaurant et je ferais peut-être un don aux nécessiteux, soit je la donne aux personnes qui m’entourent, adultes et enfants, qui sont pris dans les embouteillages depuis des heures, et qui ont très faim. Alors j’ai pris cette initiative, sans demander la permission - et j’ai simplement ouvert une table sur la route. "

Elia Moshe dans les bouchons

Elia Moshe dans les bouchons

Elia est sortie de la voiture, a ouvert un stand de restauration improvisé et a invité les personnes qui l’entouraient à manger gratuitement: de la soupe yéménite, des légumes émincés, de la volaille, du pain et des pitot, du salouf etc. "Ils m'ont aidé à tout installer sur la route, et j’ai commencé à remplir des assiettes, j'ai fait exactement ce que j’étais censée faire lors de l'événement", dit-elle.

"Les autres conducteurs étaient stupéfaits, bientôt des sourires ont recommencé à illuminer les visages", raconte-t-elle. "Il y avait des personnes âgées , des enfants en bas âge. Dans l’un des véhicules à l’arrêt, une femme avait des contractions, mais l'ambulance ne pouvait pas la rejoindre. Sa sœur est venue prendre une assiette de soupe pour elle, et je suis sûr que cela lui a fait du bien, cela m’a réchauffé le cœur. Nous n'avions que quatre-vingts portions, mais tout le monde a pris quelque chose, et finalement, c’était suffisant pour et il ne restait plus rien. Cela m'a rendu très heureuse. " 

Selon Elia Moshe, l'atmosphère sur le site était empreinte de patience et de tolérance. "Mon cœur est avec les manifestants, bien sûr, et les personnes à qui j'ai parlé n'étaient pas fâchées. C’est vrai que c’est tombé sur nous, mais ils ne voulaient pas nous faire de mal", a-t-elle déclaré. "Les personnes qui m'entouraient ont compris la situation et ce que j'ai fait n'était qu'un bonus. J'ai apprécié chaque instant et pour moi, c'était seulement "donner", c'était un sentiment de satisfaction, d'unité, un sentiment que nous étions tous frères. "

Source : mako.co.il

Israël : la fin du Tama 38, quelles conséquences pour nous

Israël : la fin du Tama 38, quelles conséquences pour nous?

Une lettre de réponse du service juridique de l'administration de la planification à l'ordre des avocats indique que l'administration se prépare à mettre fin au plan TAMA 38 au milieu de l’année 2020.

Dalit Zilber, chef de l'administration de la planification, a récemment exprimé son avis à plusieurs reprises sur l'annulation du plan, introduit en 2005. Le plan initial était de cinq ans, avec une option pour cinq ans supplémentaires.

L’expérience accumulée depuis montre que le plan a échoué complètement dans la périphérie - et dans la région centrale du pays, où il est valable davantage en raison de la valeur des appartements, et qu’il est très difficile d’obtenir un accord entre les locataires et l’entrepreneur.

Tout cela ne l'a pas mené aux réalisations souhaitées. La position de l'administration de la planification pèsera le plus lourd dans les considérations de la décision, mais le Conseil de la planification et de la construction et le ministre du Logement et de la Construction prendront la résolution finale.

Selon Haim Masily, président de la Real Estate Appraisers Association, "Il est impossible d’abandonner le Tama 38 sans une solution de rechange concrète. Il faut comprendre qu’il s’agit de deux domaines différents. Le premier est le domaine économique, pour lequel des solutions doivent être trouvées, puisque certaines autorités ont déjà approuvé des schémas directeurs, tels que le plan trimestriel de Tel Aviv, et que certaines demandes ont déjà reçu des autorisations ou sont à un stade avancé dans les comités de planification.

Tama 38 à Ramat Gan

Tama 38 à Ramat Gan

Par conséquent, il faudrait envisager la mise en œuvre du Tama 38 dans certains cas. Sur ce plan, des solutions peuvent être trouvées. Mais il y a un autre niveau qui n'est pas discuté, et c'est la vie humaine. En fin de compte, l'objectif du Tama 38 est de sauver des vies. L'objectif initial n'était pas d'améliorer la qualité de vie des résidents, mais plutôt de les protéger d’un tremblement de terre qui selon les statistiques, devrait survenir à un moment ou à un autre".

Mettre la main à la poche

"La solution de planification qui ne convient pas à toutes les zones et à tous les quartiers", a-t-il déclaré, ajoutant que lors de la première étape, il serait nécessaire de prévoir de nouveaux scénarios dans les zones à haut risque, telles que celles situées près de la vallée du Vallée du Grand Rift, et seulement plus tard dans la région métropolitaine de Tel-Aviv. Dans ces domaines, le gouvernement devrait mettre la main à la poche afin de financer le Tama 38 ou d'inciter les entrepreneurs à le rendre économique, également. "

Udi Blum, PDG de Metropolis, qui travaille dans le domaine de la rénovation urbaine, a déclaré que "la décision d’annuler le Tama 38 avec un préavis aussi court de 10 mois est hallucinatoire. Le but de ce plan était de renforcer les structures en Israël contre les tremblements de terre et les tirs de roquettes. Il est difficile de comprendre comment une décision aussi significative peut être prise sans une discussion sérieuse et approfondie pour en comprendre les implications. Le but de ce plan était de renforcer les structures en Israël contre les tremblements de terre et les tirs de roquettes.

"Avons-nous atteint cet objectif? Les programmes Pinouï Binouï  sont plus corrects et efficaces, mais leur bureaucratie est tellement compliquée qu'il faut au moins dix ans pour qu’ils se concrétisent. Cependant, l'État n'a pas encore créé de corrélation entre l'annulation du Tama 38 et le raccourcissement des procédures du Pinouï Binouï . La signification immédiate est un arrêt et même un recul des travaux de construction dans le cadre de la rénovation urbaine. Ainsi, l'État pourrait créer de ses propres mains la prochaine crise du logement. "

Source : Israel HaYom

Des stars mettent les marques israéliennes à l’honneur au défilé haute couture de Dior à Paris

Des stars mettent les marques israéliennes à l’honneur au défilé haute couture de Dior à Paris

La fashion week Haute Couture de Paris a débuté dimanche, mais a officiellement déroulé son tapis rouge lundi avec le spectaculaire défilé de mode de Dior pour la collection haute couture Automne / Hiver en 2019. De nombreuses stars y ont assisté et une invitée d'honneur assise au premier rang a fait la une des journaux - Gal Gadot, la Wonder Woman israélienne.

Gadot a foulé le tapis rouge dans un style bohème chic avec une robe Maxi en mousseline de soie de la collection été 2020 de Dior. L’une des principales maquilleuses de Dior, Sabrina Badrani, a légèrement maquillé Gal Gadot, et le coiffeur international Daia Rock l’a coiffée avec beaucoup de naturel.

C’est la styliste Elisabeth Stewart qui a habillé Gal. Elles travaillent ensemble depuis longtemps puisqu'elle l'a récemment habillée pour le MTV, le Gala du Met et de nombreux autres événements.

Rotem Sela en total look Castro

Rotem Sela en total look Castro

Après le défilé, l’actrice israélienne a posté un message sur Instagram : "Merci beaucoup à Dior de m’avoir invitée dans l'une des villes que je préfère au monde." Félicitations à Maria Gracia pour nous avoir tous inspiré avec une magnifique collection et merci à mon équipe Glam. "

En l'honneur du voyage, Gal Gadot était accompagnée ses amies, Rotem Sela, Yael Goldman et Meital Weinberg. Elles ont séjourné dans une suite luxueuse à Paris, ont pris un somptueux dîner à l’hôtel branché Costas et se sont rendues au défilé ensemble.

En l'honneur du défilé, Rotem Sela affichait un total look de la maison de couture familiale Castro, qui comprenait une mini-jupe portefeuille  noir et blanche, combinée à un chemisier blanc à boutons, des escarpins noirs et une pochette. Le total look Castro correspondait à l'événement et était chic, tendance et flatteur, bien que ce ne fût pas de la haute couture, par opposition à Yael Goldman qui a beaucoup déçu.

Yael Goldman est restée fidèle à la marque dont elle est l'égérie, Golf, et portait une robe Maxi Bohème, un look blanc-bleu mais beaucoup trop simple pour un défilé de mode si important.

Yael Goldmann

Yael Goldmann

Meital Weinberg a fait beaucoup d'effet, comme à son habitude, avec un blazer de couleur crème, combiné avec une chemise boutonnée assortie, un short orange vif, des sandales fines, un sac en bandoulière carré noir, d’immenses lunettes de soleil blanches complétant ce look chic et tendance.

Parmi les autres stars internationales présentes au premier rang au côté de Gal Gadot, citons Elizabeth Moss, star de "La servante écarlate", Nick Jonas et Prianca Chopra, Olivia Palermo, Sheinlin Woodley, blogueuses de mode et les soeurs Chiara et Valentina Franny, l’auteur modèle Natalie Vodianova, Coco Rocha, Romi Strijd et bien d’autres, toutes vêtues de Dior de la tête aux pieds.

Cette saison, la principale créatrice de mode de Dior a présenté une collection particulièrement impressionnante, la couleur dominante étant le noir - qui semble être la plus à la mode pour la prochaine saison d'hiver.

Nous avons particulièrement apprécié une robe avec un corsage en dentelle et une seule bretelle, une ceinture et une jupe en plumes épaisses, spectaculaire et unique. En plus du noir, les beiges, bordeaux et argent étaient également à l’honneur, dans des robes de soirée aux tissus élégants et glamour.

Dior a écrit sur Instagram : "La collection offre un soutien aux rôles des femmes dans l'industrie de l'architecture et dans la société elle-même. Nous avons encore trois jours de Couture et de Glam à la fashion week à Paris, mais il ne fait aucun doute que le défilé Dior et la présence de Gal Gadot ont ouvert la semaine de la manière la plus glamour possible".

Source : Israel HaYom

Auschwitz : une nouvelle exposition montre comment les prisonniers utilisaient la foi pour survivre

Auschwitz : une nouvelle exposition montre comment les prisonniers utilisaient la foi pour survivre

Une nouvelle exposition à Auschwitz, intitulée "Through the Lens of Faith" (À travers le prisme de la foi), offre aux visiteurs une nouvelle perspective sur la manière dont la foi a joué un rôle dans la survie pendant l'Holocauste.

La nouvelle exposition est différente des autres parce qu'elle ne met pas l'accent sur la brutalité des nazis. Elle montre plutôt comment la foi a aidé les victimes et les survivants à persévérer.

C’est le Amud Aish Memorial Museum de New York qui a organisé la nouvelle exposition et le public pourra la visiter jusqu'en 2020. Cela coïncidera avec le 75e anniversaire de la libération du camp de la mort par l'Armée rouge.

L'architecte Daniel Libeskind, qui a participé à la conception de l'exposition, a utilisé des motifs répétitifs de panneaux - symbolisant les rayures de l'uniforme de la prison - pour exprimer l'incarcération. L'extérieur est fait de verre noir réfléchissant pour évoquer la liberté physique et spirituelle.

Une salle du Amud Aish Memorial Museum de New York

Une salle du Amud Aish Memorial Museum de New York

"Nous ne pouvons pas comprendre les millions de personnes qui ont été assassinées pendant l'Holocauste, mais nous pouvons comprendre l'histoire d'une personne. Cette exposition met en lumière les histoires des survivants, tout en intégrant leurs récits intimes dans le contexte du camp et de la vie contemporaine ", dit Libeskind.

Vingt et un panneaux bordent chaque côté de l'exposition. Le conservateur en chef du Amud Aish Memorial Museum a interviewé 21 survivants d'Auschwitz-Birkenau et a inscrit leurs expériences et leurs portraits sur les panneaux en acier.

Les nouveaux portraits de 18 survivants juifs, deux Polonais et un Sinté, ont été pris pendant trois ans dans la maison de chaque survivant. Depuis que les photographies ont été prises, deux des survivants sont décédés, mais leurs familles savent que leurs histoires vivront à travers leurs souvenirs.

Le rabbin Sholom Friedmann, directeur du Amud Aish Memorial Museum, a dit : "La foi a permis à ces victimes de persévérer malgré l'enfer auquel elles ont été soumises."

L'exposition est parrainée en partie par le philanthrope juif russe Viktor Vekselberg, président du conseil d'administration du Jewish Museum and Tolerance Center à Moscou, qui a perdu 16 membres de sa famille pendant l'Holocauste.

Source : Jpost