Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Une station israélienne de traitement des eaux usées dans les Caraïbes

Une station israélienne de traitement des eaux usées dans les iles vierges

Les eaux usées de quelques 200 ménages des Caraïbes orientales sont maintenant acheminées vers une station de traitement des eaux usées novatrice et éco énergétique conçue par les Israéliens.

Il y a à peine deux mois, le Emefcy Group Limited, basé à Césarée, a achevé l'installation d'une station municipale d'épuration des eaux usées dans la région de St. Thomas, dans les îles Vierges américaines, une zone menacée par des pénuries d'eau à cause du vieillissement des équipements ne répondant plus aux normes réglementaires et industrielles.

Bien que de taille relativement petite, la nouvelle usine vise à fournir une solution éco énergétique aux besoins en eaux usées de l'île et sert de porte d'entrée au plus grand secteur d'assainissement des Caraïbes, selon Eytan Levy, PDG d'Emefcy.

"Le Traitement des eaux usées est un énorme consommateur d'énergie", a déclaré Levy au Jerusalem Post dans une interview récente. "Nous essayons de trouver des moyens technologiques pour minimiser cette consommation d'énergie."

« Le réacteur biofilm à membrane de Emefcy (MABR) installé à l'usine de St. Thomas ne consomme que 10% de la puissance des installations traditionnelles de traitement biologique », a expliqué Levy. Dans de telles usines typiques, les eaux usées sont collectées dans de grands bassins et aérées avec des compresseurs. Ces compresseurs nécessitent une telle quantité d'énergie qu'ils représentent environ 2% de la consommation mondiale, a-t-il ajouté.

La technologie MABR, d'autre part, utilise des membranes étanches spéciales qui permettent la diffusion de l'oxygène de l'atmosphère dans les eaux usées, sans avoir besoin d'utiliser un compresseur à haute énergie, a poursuivi Levy.

Les îles vierges américaines

Les îles vierges américaines

Parce que MABR est faible en énergie, facile à utiliser et modulaire, le système est idéal pour une utilisation dans les petites stations de traitement des eaux usées », conclut-il.

Alors que le MABR est déjà sur le marché, Emefcy développe également un réacteur électrogène Bio (EBR), qui sera non seulement capable d'économiser de l'énergie, mais de produire effectivement de l'électricité, selon la société.

Emefcy a déjà installé sa technologie à Caesarée et à Moshav Yogev, mais St. Thomas est le premier site en dehors d'Israël où le système MABR est opérationnel. En outre, une usine est en construction à l'hôpital Ayder de l'Université Makelle en Ethiopie.

« La région des Caraïbes est devenue une zone de niche particulièrement importante pour Emefcy en raison du fait que beaucoup d'îles manquent de centrales électriques et s'appuient sur de petits générateurs d'électricité très coûteux, a expliqué Levy.

En conséquence, l'électricité dans toutes ces îles est extrêmement coûteuse", at-il dit. "Ils considèrent l'économie d'énergie comme l'un des objectifs majeurs."

Souvent dépourvues d'opérateurs d'infrastructure, de nombreuses communautés dans la région des Caraïbes ont recours simplement à décharger leurs eaux usées dans l'océan.

À St. Thomas, l'usine d'Emefcy remplace une installation beaucoup plus ancienne qui a maintenant été fermée et fonctionne sous la supervision de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis.

"C'est aussi une porte d'entrée importante pour le marché américain", selon Levy.

En plus de se concentrer sur la région des Caraïbes, la compagnie est en discussions actives avec plusieurs clients potentiels en Californie, état qui a grandement besoin de solutions de réutilisation de l'eau. Emefcy montre également ses technologies à la Chine.

Source : Jpost

Israël: le rire médecin rapproche les enfants autistes

Israël: le rire médecin rapproche les enfants autistes

Une étude unique en son genre visant à intégrer les enfants autistes avec la population normative de leur âge, a été menée au Ziv Medical Center. Elle a montré constaté que la thérapie médicale effectuée par les clowns améliorait les compétences de communication et l'attachement chez les enfants atteints d'autisme.

La nouvelle recherche a été présentée au rassemblement «Autisme Israël» organisé en collaboration avec la Faculté de médecine de l'Université Bar-Ilan à Safed.

L'étude a été menée par l’unité de  développement de l’enfant du Ziv Medical Center, dirigé par le Dr Uri Itzker, directeur des services psychiatriques pour les enfants et les jeunes à Ziv et le Dr Eileen,chercheur. La partie pratique de l'étude a été menée par Orna Gabrieli, ergothérapeute et clown médical.

« Actuellement, il n'y a pas de traitements éprouvés qui permettent à une grande variété de stimuli adaptés pour favoriser l'interaction entre les enfants autistes et les autres enfants. Compte tenu des résultats exceptionnels de cette étude préliminaire, il convient d'examiner les possibilités d'étendre le champ de la pratique », explique le Dr Uri Itzkr, chercheur principal.

"Le côté unique de cette étude repose sur la combinaison des enfants autistes, des enfants avec un développement normal (normative) et du traitement par l'intermédiaire d'un clown médical. Cela n’a jamais été fait, nulle part au monde», a déclaré Orna Gabrieli, ergothérapeute au Ziv Medical Center.

Le rire médecin rapproche les enfants

Le rire médecin rapproche les enfants

L'étude a porté sur cinq enfants atteints d'autisme, sur deux cycles d'activité et 12 séances hebdomadaires. Chaque enfant a rencontré pendant 30 minutes un clown médical, et a ensuite rejoint une réunion conjointe avec un autre enfant du même âge avec un développement normal.

Le but de l'étude était d'obtenir un jeu social, normatif, y compris une communication directe. L'implication du clown médical a été réalisée à l'aide du rire, de l’absurde, et du jeu de la réalité, pour aider dans les cas où le niveau de communication entre les deux enfants s’affaiblirait au cours de la réunion.

L'utilisation de l’humour et du jeu comme traitement médical appartient au domaine de la médecine alternative. Le pouvoir de guérison par l'humour et le rire a été scientifiquement prouvé pour aider à la relaxation, à la réduction de la douleur et de la difficulté et pour encourager une attitude positive pour faire face à des situations difficiles d'incertitude.

Les résultats de l'étude qui a duré 24 semaines ont été positifs: les enfants atteints d'autisme parfois sans compétences verbales, ont été en mesure de créer un lien émotionnel avec les enfants «ordinaires». En outre, un résumé des entretiens avec les parents des enfants de l'étude ont révélé que les réunions avaient continué d'affecter la vie quotidienne entre les enfants eux-mêmes, au-delà des heures passées avec des professionnels dans le centre de développement de l'enfant.

Les parents ont également témoigné qu’après la fin de l'étude, les enfants ayant participé ont exprimé des signes de panique moindres lors de situations difficiles de surcharge sensorielle et ont démontré une volonté de créer indépendamment et spontanément une certaine communication avec les enfants étrangers rencontrés, même sans aucune connaissance préalable.

Dr. Eileen Li a vu le clown médical Shoshi au travail avec un groupe d'enfants atteints de diabète de la clinique endocrinologue pédiatrique de Ziv et a remarqué qu’il s'agissait d’un groupe diversifié avec des enfants d'âges différents, issus de divers milieux, religieux ou non. La différence d'âge ainsi que les différents culturels et religieux n'ont pas fait obstacle à la communication pendant le jeu qui a impliqué tous les enfants, Juifs laïcs, orthodoxes, bédouins, druzes, immigrants et autres.

A partir de cette observation Li a décidé de tenter l’approche du clown médical avec les enfants appartenant au spectre autistique et de créer des couples plus mixtes, où l'un des participants est un enfant autiste et l'autre est un enfant avec un développement normal.

Source : Arutz 7

Israël autorise désormais le don du sang des personnes originaires d'Ethiopie

Israël autorise désormais le don du sang des personnes originaires d'Ethiopie

Les Israéliens originaires d’Ethiopie seront désormais autorisés à donner du sang sans restriction.

Les nouvelles règles du ministère de la santé entreront en vigueur le 1er juillet, a rapporté Haaretz mardi, citant le service d'ambulances du Magen David Adom. Les dons de sang des Israéliens éthiopiens sont interdits depuis 1977.

La date de mise en vigueur des nouvelles procédures a été annoncée lors de la réunion de lundi du Comité de la Knesset pour l'immigration, l'absorption et les affaires de la diaspora.

Les dons de sang ne peuvent désormais être refusés qu’aux israéliens atteints d'une maladie répandue, y compris le VIH / sida, ayant passé plus d'un an dans un pays. Le ministère a également modifié les règles relatives aux dons de sang des homosexuels et des personnes âgées de plus de 65 ans.

La législatrice Pnina Tamano-Shata

La législatrice Pnina Tamano-Shata

La question éthiopienne a été reprise à la fin de l’année 2013 lorsque les législateurs israéliens ont appelé à un examen des politiques de don de sang du Magen David Adom après qu'un membre de la Knesset, issu d'Ethiopie, ait été rejeté en tant que donneur.

La législatrice Pnina Tamano-Shata du parti Yesh Atid avait souhaité faire un don lors d'une collecte de sang spéciale en décembre 2013 à la Knesset. On lui avait alors déclaré qu'elle ne le pouvait pas parce qu'elle était éthiopienne. Tamano-Shata avait été informée par la suite qu'elle aurait la possibilité de faire un don, mais que son sang serait congelé et jamais utilisé.

Selon les médias israéliens, le ministère de la santé estimait en effet que le sang des juifs d'origine éthiopienne qui ne sont pas nés en Israël était susceptible de propager des maladies, notamment le sida. Pnina Tamano-Shata avait alors réagi lors d'une interview sur la chaîne de télévision privée 10, dénonçant « cet affront fait à toute une communauté en raison de la couleur de sa peau ». « J'ai 32 ans, je suis arrivée à l'âge de trois ans en Israël, j'ai effectué mon service militaire et j'ai deux enfants, il n'y aucune raison de me traiter de la sorte », s'était-elle indignée.

Source : Arutz 7 - Le Monde

Israël : Un tiers de la nourriture est jetée à la poubelle

Israël : Un tiers de la nourriture est jetée à la poubelle

En collaboration avec la firme BDO Ziv Haft Israël, l’organisation Leket Israël a publié mardi matin son deuxième rapport national sur les déchets alimentaires et les méthodes pour récupérer la nourriture en Israël.

Le rapport se concentre sur les services alimentaires institutionnels et les différentes méthodes utilisées pour réduire les déchets alimentaires en Israël - une question importante étant donné que plus de deux millions d'Israéliens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le modèle «alimentaire institutionnel» utilisé par BDO était axé sur les hôtels, les salles de banquets, les bases militaires et les hôpitaux, etc.

Leket Israël rapporte qu'environ 2,4 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées en Israël chaque année, pour une valeur estimée à environ 19,5 milliards de NIS (5 millions de dollars).

Selon l'organisation, près de la moitié de ce montant pourrait être récupéré, soit environ 1,2 million de tonnes de nourriture pour une valeur de 8 milliards de NIS. 19% de la nourriture gaspillée, soit 450.000 tonnes, permettraient de combler l'écart national d'insécurité alimentaire, selon le rapport.

Joseph Gitler, fondateur et président de Leket Israël

Joseph Gitler, fondateur et président de Leket Israël

Selon Joseph Gitler, fondateur et président de Leket Israël  :"Les pays occidentaux ont beaucoup travaillé pour réduire les déchets alimentaires cette année et il incombe au gouvernement israélien de faire de même. Dans l'année écoulée depuis le premier rapport sur les déchets alimentaires et la récupération, Leket Yisrael a réussi à promouvoir une loi à la Knesset pour encourager la récupération des restes de nourriture. La loi a été adoptée en première lecture et est à l’étude au comité de travail, des affaires sociales et de la santé.

"Ceci est un pas dans la bonne direction", a déclaré Kroch, "mais dans le but de continuer à promouvoir la question, la récupération alimentaire doit devenir un objectif national, semblable à celui proposée par les Nations Unies et adopté par le gouvernement Américain

Près d'un tiers de la nourriture préparée dans les institutions est gaspillée, ce qui représente environ 3,5 milliards de NIS selon le rapport, et au moins 64 millions de repas cuisinés pourraient être économisés chaque année, pour une valeur d'environ 1,1 milliard de shekels.

Certaines des informations utilisées dans le rapport ont été fournies par le ministère israélien de l'agriculture, l'Institut Volcani et le Bureau central de statistiques.

Source : The Jewish Press

Israël: une allocation à vie pour la femme du terroriste

Israël: une allocation à vie pour la femme du terroriste

Les médias officiels de l'Autorité palestinienne rapportent que la femme du terroriste Fadi al-Qanbar, qui a exprimé son soutien passionné à l'organisation terroriste Etat islamique en ligne, recevra une allocation mensuelle de 2900 NIS (760 dollars).

Al-Qanbar a tué quatre soldats de l'armée israélienne dimanche et a blessé 17 autres - dont une qui se bat encore pour sa vie - alors qu'ils faisaient un voyage d'études dans le quartier d'Armon HaNatziv à Talpiot-Est.

La veuve du terroriste recevra techniquement son paiement mensuel de l'Organisation de libération de la Palestine, qui sert de canal pour les fonds au nom de l'Autorité palestinienne.

Selon la loi PA, la famille d'un "shahid" reçoit un paiement de base de NIS 1400 par mois. Une épouse de Shahid reçoit 400 NIS  supplémentaires, plus 200 NIS pour chaque enfant, et 300 NIS supplémentaires si elle est résidente de Jérusalem.

En conséquence, au total, la veuve du terroriste recevra 2 900 NIS (760 $) par mois pour le reste de sa vie. De plus, dans les prochains mois, elle recevra une subvention unique de 6.000 NIS (1 580 $).

La glorification du martyr

La glorification du martyr

Les médias officiels de PA ont honoré le tueur avec l'honneur islamique suprême de l'appeler un «shahid» - un «martyr qui est mort pour Allah.» PA TV s'est concentrer à sa manière sur la valeur religieuse de l'attaque de terreur en utilisant le terme "shahid" 7 fois, principalement en remplacement du nom du terroriste.

En qualifiant le meurtrier terroriste de shahid, l'Autorité palestinienne dit à son peuple que l'assassinat des jeunes israéliens a été sanctionné par l'Islam et considéré comme un comportement islamique positif.

Dans les rapports traduits par l'organisme de surveillance palestinien Media Watch (PMW), l'organisation terroriste du DFLP (Front démocratique pour la libération de la Palestine) a «béni» et «félicité» l'Autorité Palestinienne au sujet de «l'opération de Jérusalem».

Le terroriste du DFLP Talal Abu Tharaifa, membre du Politburo, a été cité par l'agence de presse Ma'an, basée aux Etats-Unis, affirmant que l'attentat « faisait partie de la résistance palestinienne ... un droit légal ancré dans le droit international et toutes les résolutions des organismes internationaux. "

Ce dernier commentaire en particulier est remarquable étant donné la plus récente résolution adoptée à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations Unies, 2334 (2016), avec l'encouragement et l'assistance des États-Unis qui, pour la première fois depuis l'administration de l'ancien président Jimmy Carter, se sont délibérément abstenus afin de permettre à la résolution de passer, avec sa condamnation d'Israël, et la demande implicite d'un boycott mondial.

Le DFLP a exhorté les lecteurs arabes à «transformer cette intifada des jeunes en une intifada populaire complète qui inclura tous les secteurs de la société», selon la traduction du PMW.

Le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas - le «partenaire de la paix» israélien - s'est abstenu de condamner l'attentat terroriste, contrairement à ses condamnations ferventes et verbales des autres attentats terroristes récemment perpétrés par des camions béliers à Berlin et à Nice.

Pour les citoyens de l'Autorité palestinienne dans le pays et aussi à l'étranger, c'est un message fort.

"En condamnant activement et férocement la terreur dans toutes les autres parties du monde et en refusant de condamner la terreur palestinienne contre les Israéliens, Abbas avise son peuple qu'il considère le fait de tuer des Israéliens comme de la terreur", souligne le PMW.

Source : The Jewish Press

Knesset: interdiction de l'ouverture forcée des commerces le Shabbat

Israël: une loi interdit l'ouverture forcée des commerces pendant shabbat

La "loi du marché Sarona" est née en 2015 suite à l'amende infligée au propriétaire d'une entreprise du complexe Sarona à Tel Aviv qui avait refusé d'ouvrir son entreprise le samedi.

Bonne nouvelle pour les employés et les patrons :  cette loi a été approuvée hier à l'unanimité à la Knesset en deuxième et troisième lectures. Elle interdit aux propriétaires d’affaires commerciales et aux centres commerciaux et de divertissement d’exiger l’ouverture de commerces durant le shabbat ou les jours fériés.

En outre, les centres commerciaux, les complexes de divertissement et les propriétaires d’entreprises ne seront pas en mesure d'imposer des amendes et d’exiger une compensation de la part des commerçants et fournisseurs de services refusant d'ouvrir leurs entreprises le samedi et les jours fériés.

Personne ne sera désormais forcé d'ouvrir le shabbat

Personne ne sera désormais forcé d'ouvrir le shabbat

Ce projet de loi était présenté par le député Yigal Guetta du parti Shas et par le député Israël Eichler du parti Judaïsme de la Torah. Il a été surnommé «Loi du marché Sarona» et a également été soutenu par Yair Koré, président de l'Association des marchands ainsi que par la Coalition "Samedi égalité", créée entre autres suite à la pression effectuée sur la zone Sarona à Tel Aviv qui oblige les entreprises et les fournisseurs de services à ouvrir leur commerce le samedi et les jours fériés contre leur gré.

Le député Guetta a déclaré: "La proposition est née après le cas d'Ofer Schleifer, qui a travaillé dans le complexe Sarona et a été condamné à une amende simplement parce qu’il voulait être avec sa famille le samedi. Je suis fier que tous les membres de l'opposition et la coalition aient appuyé la loi, c’est un insigne d'honneur pour cette maison. Cette loi va changer l’Etat. Nous comprenons qu'il n'y a aucune raison de forcer quelqu'un à faire quelque chose qu'il ne souhaite pas ".

La loi est née en 2015 suite à l'amende infligée au propriétaire d'une entreprise du complexe Sarona qui avait refusé d'ouvrir son entreprise le samedi. Le député Yigal Guetta avait demandé d’interdire aux propriétaires de complexes commerciaux de forcer des entreprises et des fournisseurs de services à ouvrir leurs affaires le samedi et les jours contre leur gré.

L’initiative de Guetta a été suivie par 40 membres de la Knesset. Le projet de loi présenté par le député Guetta et d'autres membres interdit aux propriétaires de complexes comme celui de Sharona de faire signer les propriétaires d'entreprises et les fournisseurs de services des contrats les obligeant à ouvrir leur entreprise le shabbat et les jours fériés et également les jours de repos prescrits par la loi.

Source : IsraelHaYom

Le FBI veut rouvrir l’affaire du meurtre du diplomate israélien Joe Alon

Le FBI veut rouvrir l’affaire du meurtre du diplomate israélien Joe Alon

Selon le journaliste Adam Goldman du New York Times, le FBI a repris son enquête sur l'assassinat du diplomate israélien Joe (Yossef) Alon, mystérieusement abattu dans l'allée de sa maison dans le Maryland en Juillet 1973, alors qu’il servait comme attaché militaire adjoint aux États-Unis.

Selon le rapport, Goldman lui-même, qui a effectué de nombreuses recherches sur l’affaire, a écrit une lettre au meurtrier notoire, Ramirez Sanchez, connu sous le nom de "Carlos le Chacal".

Sanchez est un terroriste vénézuélien converti à l'islam et emprisonné en France. Il lui a répondu en ces mots : «Je peux raconter la manière extraordinaire dont s’est déroulée l'opération Alon", ajoutant que "la relation avec les bénévoles qui ont effectué l'opération a été perdue". Il a exigé de l'argent en échange d'informations, ce que Goldman a refusé.

Joe Alon

Joe Alon

Mais, selon le journaliste, le mois dernier, le FBI a repris son enquête après qu’un agent du FBI basé à Paris nommé Eugene Casey ait entendu parler de la lettre du «Chacal». L'agent Casey a déclaré dans une interview cette année que durant l’année et demie écoulée, plusieurs conversations  ont été menées avec Ramirez Sanchez au cours desquelles "il avait tout raconté", selon ses termes, "au sujet de l'assassinat d’Alon".

Selon lui, dans les années 70, trois vétérans américains du Vietnam vivant à Paris sont devenus clients réguliers d’une librairie tenue par un palestinien. Les anciens soldats sont devenus de fervents partisans de la lutte palestinienne et le propriétaire du magasin les a mis en contact avec Kamal Kheir Bek, qui appartenait apparemment à l'organisation terroriste "Septembre noir".

Lorsque les parties se sont rencontrées, les américains ont demandé comment ils pourraient faire avancer la cause et Bek, qui a plus tard été tué à Beyrouth, a déclaré qu'ils pouvaient assassiner Alon.

Casey a découvert qu’il existait un lien réel entre Ramirez Sanchez et Bek, que la librairie en question existait réellement et que le propriétaire avait été assassiné en 1977.

Casey a également révélé l'identité des Américains et a interrogé l’un d’entre eux, ancien activiste des "Black Panthers" américains. Ce dernier a affirmé n’avoir aucune information sur Alon. Le deuxième et le troisième américain n'ont également fourni aucune information.

Casey, conclut Goldman, est déterminé à résoudre le mystère avant son départ en retraite cette année.

Source : IsraelHaYom

L'Union Européenne condamne avec retard l'attentat terroriste de Jérusalem

L'Union Européenne condamne avec retard l'attentat terroriste de Jérusalem

La déclaration de l'UE condamnant l'attentat terroriste de dimanche à Jérusalem était datée de 17 heures ce jour-là, mais n'a été envoyée par courrier électronique que plus de 18 heures plus tard.

La déclaration de l'UE condamnant l'attentat terroriste à Jérusalem a été datée dimanche après-midi, mais le document n’a été envoyé par courrier électronique aux médias que 18 heures plus tard - et dans certains cas, n'a pas atteint les médias jusqu'à ce que les funérailles des victimes soient bien engagées.

Quatre jeunes soldats israéliens ont été assassinés par un terroriste arabe de Jérusalem qui les a fauchés avec son camion. Il a fait marche arrière puis s’est élancé une nouvelle fois sur ceux qui étaient restés debout. Dix-sept autres personnes ont été blessées, dont une soldate de l'armée israélienne qui lutte pour sa vie dans un hôpital de Jérusalem.

A l'image de la déclaration du Département d'État des États-Unis, l'Union européenne a pris soin d'éviter d'identifier le terroriste comme un résident arabe de Jérusalem - ou comme un musulman - ou comme n'importe qui, en fait, même si son identité a été connue rapidement grâce à une joyeuse annonce de l'organisation terroriste Hamas.

Le Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini

Le Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini

Au lieu de cela, la déclaration a fait référence à «ce qui semble avoir été une attaque délibérée de la terreur par un conducteur de camion sur un groupe de personnes rassemblées dans la promenade d'Armon Hanatziv ».

Existe-t-il une attaque terroriste autre que délibérée?

"L'UE condamne le meurtre de ces quatre jeunes Israéliens, ainsi que toute louange ou incitation à des actes terroristes. Nous adressons nos sincères condoléances aux familles des victimes et espérons que les blessés se rétabliront pleinement ", poursuit le communiqué.

"Il ne peut y avoir de justification à un tel crime: l'UE continuera à travailler avec ceux qui cherchent la paix et dénoncent les individus qui poursuivent la violence et la terreur", a écrit l'organisme européen.

Nonobstant, l'UE n'a pas encore dénoncé le gouvernement de Ramallah de l'Autorité palestinienne, ni la direction de l'Organisation de libération de la Palestine. Ni l'un ni l'autre n'ont condamné cette horrible attaque, eux qui depuis des générations consacrent leurs budgets et leurs efforts politiques pour louer ceux qui commettent de tels «crimes» et incitent leurs populations à de nouvelles attaques.

En outre, il n'était nullement mentionné que des bonbons et des pâtisseries étaient distribués dans les rues de Gaza et dans toutes les villes contrôlées par l'Autorité palestinienne de Judée et de Samarie, sans aucune censure du gouvernement de Ramallah qui a récemment remporté le soutien unanime de l'Union européenne dans son vote pour la résolution 2334 (2016) au Conseil de sécurité des Nations unies, condamnant Israël.

Source : the jewish press

Quelles dépenses de sécurité pour le Président israélien ?

Quelles dépenses de sécurité pour le Président israélien ?

Les dépenses de sécurité du Président Rivlin se sont montées à 1,4 million de shekel pour l'année 2015, contre 1,1 million déboursé pour l’ancien Président Shimon Peres.

Un montant de 1,4 million de shekel a été alloué pour la sécurisation des voyages internationaux du président israélien Reuven Rivlin au cours de l’année 2015, comparativement aux 1,1 million de shekel comptabilisés pour assurer la sécurité des voyages de l'ancien président Shimon Peres cette même année.

Plus de frais donc pour Reouven Rivlin que pour Shimon Peres. Par exemple, une liste des dépenses 2015 montre que la participation du président Rivlin aux funérailles de l’ancien président de Singapour Lee Kuan Yew a coûté 241,514 shekels, dont 178.000 shekel en dépenses de sécurité.

La visite du président Rivlin en Allemagne à l'occasion de l'anniversaire des relations entre les deux pays a coûté 121,185 shekel. Les billets d'avion pour les gardes du corps de l'ancien président Peres pour la réunion des pays africains au Congo ont coûté 65.290 shekel, et 28,980 shekel pour le rassemblement des communautés juives au Canada.

Qui dépense plus en sécurité?

Qui dépense plus en sécurité?

Les données ont également révélé que le paiement annuel de la taxe foncière de la résidence présidentielle pour 2015 atteignait les 1,1 million de shekel, et la facture d'électricité de cette même résidence pour cette même année s’est montée à un total de 547,842 shekel.

Le porte parole de la résidente présidentielle a répondu : « Les données transmises reflètent la transparence des dépenses du Président. En ce qui concerne les exigences de sécurité, elles sont déterminées par des organismes chargés de la sécurité des personnes, et le président n'a pas le droit d'exercer son pouvoir pour influer sur leurs instructions."

L’avocate Nirith Blair, directrice de l'accès à l'information, a déclaré: "Concernant la publication des frais 2015,  nous avons été heureux de découvrir la résidence présidentielle multiplie les efforts de transparence et de liberté d'information.  Les dépenses ont été transmises de manière claire et accessible, permettant au public d'examiner l'utilisation des fonds publics.»

Source : IsraelHaYom

Israël: des centres de protection pour éviter les tragédies familiales

Israël: des centres de protection pour éviter les tragédies familiales

Nouveau programme de lutte contre les violences domestiques : des professionnels interviendront dans les structures accueillant des enfants et effectueront des rapports sur les cas à risque.

Le Ministère des affaires sociale établira des centres de détection et de protection pour synchroniser les informations entre les bureaux et empêcher l'assassinat d'enfants par leurs parents et les questions de violence familiale.

L’année 2017 a commencé tragiquement, avec 5 enfants tués par leur mère respective. Ces dernières se sont suicidées après les faits. Dans ces cas présents, comme dans certains autres dans le passé, les familles étaient connues des services sociaux ou psychiatriques.

Ces jours-ci, les employés de bureau de l'aide sociale travaillent sur un programme de lutte contre les violences domestiques, qui englobera des centres de détection et de protection par les autorités locales. Ils seront gérés par les assistants sociaux.

Dans le même temps, chaque ministère concerné du gouvernement  tel que les services sociaux, l'éducation, la santé et autres représentant sera chargé de l'identification et de la protection.

Si un professionnel travaillant dans la structure dans laquelle les enfants reçoivent des services (écoles, PMI, centre médical etc.) pressent qu’un enfant pourrait se trouver en danger, il se tournera vers l’agent responsable pour recevoir des conseils et des orientations.

Prévenir la prochaine tragédie

Prévenir la prochaine tragédie

Si cet agent décide que l’enfant est effectivement en danger, il transmettra l’information à l’assistant social qui partagera avec les autres systèmes et travaillera sur les données collectées pour obtenir une image complète.

Iris Florentine, vice-présidente, directrice des Services sociaux et individuels au Ministère des affaires sociales, explique : «Le but de prévenir les situations à risque pour les enfants. Si par exemple une enseignante de maternelle constate qu’un enfant vient à l’école avec des vêtements ne correspondant pas à la saison, s’il est régulièrement malade ou présente des signes de violences, elle se tournera vers les responsables et fera part de ses inquiétudes. La situation sera alors prise en charge  par la direction du centre ».

Une recommandation de créer des centres de protection avait été déposée en 2010 par un comité autonome, mais n'a jamais été financée. Aujourd'hui, en coordination avec les autorités et en coopération avec d'autres ministères, une législation cohérente se met en place et le programme devrait commencer au plus tôt en 2019.

Le ministre du Travail et des Affaires sociales Haim Katz a déclaré : «Pour faire face à la violence domestique, une coopération étroite entre les autorités gouvernementales et locales est nécessaire, l'accent est mis sur le partage des informations entre les organismes, de sorte que nous puissions identifier la détresse et prévenir la prochaine tragédie. "

Entre temps, le Comité des droits des enfants tiendra ce matin une réunion d'urgence concernant le meurtre d'enfants par leurs parents. La députée Yifat Biton Shasha (Koulanou), qui travaille en partenariat avec le Ministère des affaires sociales sur le sujet, a déclaré «qu’il était de notre devoir de tout faire pour éviter que de telles catastrophes se produisent."

Source : Israel HaYom