Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Bulgarie : le monument qui symbolise la victoire de l’esprit sur le mal

Bulgarie : le monument qui symbolise la victoire de l’esprit sur le mal

Le Président israélien Reuven (Ruby) Rivlin a inauguré aujourd'hui (jeudi) le monument qui commémore le sauvetage des Juifs bulgares par le peuple bulgare pendant la Seconde Guerre mondiale.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Président bulgare, Rosen Plevneliev et du Président de la communauté juive de Bulgarie, Alexander Oscar.

Le monument a été conçu par l'architecte Isaac Lifobitzki et par la suite, sa réplique sera inaugurée à Tel Aviv, ville jumelée de Sofia.

« Là où il n’y a personne, il faut s’efforcer d’être un homme ». C’est par ces mots, tirés des Maximes de nos Pères que le Président a entamé son discours, soulignant l'implication du peuple bulgare en faveur des Juifs bulgares. « Le peuple juif était isolé, esseulé et abandonné dans les ténèbres de la Shoah. Ce furent les pires jours de l’histoire juive, l’horreur de l’humanité ».

la synagogue de Sofia

La synagogue de Sofia

Rivlin a souligné que le peuple bulgare, ayant permis de sauver la majorité des Juifs du pays de la machine de mort nazie, avait une place d'honneur dans l'histoire juive.

"Ce monument célèbre les histoires des sauveteurs tout en déplorant la destruction de ceux qui se sont sacrifiés», a poursuivi le Président , «il symbolise la victoire de l'esprit sur le mal. Il perpétue l'amour de l’humanité. Il commémore l'histoire extraordinaire de la Bulgarie dont le gouvernement a fait un pacte avec le Troisième Reich, mais dont le peuple a lutté de toutes ses forces pour empêcher l'extermination des Juifs.

«Messieurs, représentants du peuple bulgare», a ajouté Rivlin en se tournant vers le public, '' en mon nom, et au nom de l'Etat d'Israël et du peuple juif, je vous remercie ".

Plus tard, le Président Rivlin a rencontré des représentants de la communauté juive bulgare dans la Grande Synagogue de Sofia. Il a été reçu avec beaucoup d'enthousiasme, sous les applaudissements.

«C’est une communauté magnifique avec une longue histoire qui remonte, selon certains, au 2ème siècle," a déclaré le Président avant d’ajouter: «C’est une communauté porteuse d’une culture riche et d’une tradition profonde. Je suis honoré d'être invité dans votre maison" .

Avant de quitter les lieux, Rivlin a ajouté: «Je promets que vous aurez toujours une autre maison, si vous le souhaitez, en Israël ''.

Source : Arutz 7

Israël : Un agent infiltré se fait passer pour une fillette pour traquer des pédophiles sur le net

un policier infiltré sur le net

Sept hommes vivant dans le nord du pays ont tenté de persuader une « fillette » de se livrer à des actes sexuels devant la caméra de son ordinateur.

Le tribunal de district de Haifa a déposé hier une mise en accusation à l’encontre de sept hommes pour tentative d’infraction sexuelle sur mineur en ligne.

Selon l'acte d'accusation déposé par  Meirav Bar, avocat de la plaignante, les hommes ont contacté un policier infiltré qui s’est fait passer pour une adolescente de 13 ans ont tenté de « la » persuader d'effectuer des actes sexuels devant la caméra son l'ordinateur relié à l'Internet.

Afin d'identifier les suspects et de mettre leurs agissements à jour, un policier de l’unité cyber du district Hof s’est présenté sur "Tapouz Chat" comme une mineure âgée de 13 ans, surnommée "Chiri, jolie fille de 13 ans".

Après son inscription, le policier a attendu la demande de discussion des suspects qui ont rapidement engagé la conversation avec lui, tout d’abord sur le Chat puis sur l’application WhatsApp.

Dès le début de leur échange, le policier a précisé l’âge de Chiri. Les suspects ont continué à s’entretenir avec lui alors qu’ils étaient informés de l’âge de la fillette, en sachant pertinemment qu’il s’agissait d’une mineure. Le policier infiltré a recueilli des preuves contre les suspects.

Cette investigation a été effectuée dans le cadre de la lutte contre le phénomène des infractions sexuelles sur mineur sur Internet menée récemment par la police israélienne.

Il y a seulement quelques jours, dans le nord du pays, dix personnes on également été arrêtées pour pédophilie sur internet.

Source : Israel HaYom

Ouverture d’une exposition Picasso au musée d’Israël

Jeune fille endormie - Picasso

Aujourd’hui s'ouvre au musée d’Israël une exposition intitulée « Picasso : en dehors des lignes ». 300 œuvres du peintre y seront présentées, rétrospective de 70 années de travail.

Parmi les œuvres exposées, certaines proviennent de la collection du musée d’Israël même, d’autres ont été prêtées par le Musée Picasso de Paris, le Musée Reina Sofia de Madrid et par le Museum of Modern Art (MoMA) à New York. Elles illustrent toutes les époques de la vie de Picasso, depuis le début de sa période bleue jusqu’à celles réalisées l’année précédant sa mort.

"Picasso est l'un des artistes les plus influents du 20e siècle, et nous avons souhaité créer une sorte de condensé artistique de ce siècle, avec tous ses bouleversements», a déclaré la commissaire de l'exposition Tanya Sirakovich. "La capacité du peintre à se renouveler et sa personnalité intrigante nous poussent à revenir vers lui encore et encore. Il a eu beaucoup de femmes et sa relation avec elles était très complexe, mais chaque femme était pour lui un nouveau départ et un nouveau style. Elles étaient ses muses et ont été à l’origine non seulement de grands changements dans son concept artistique, mais aussi dans sa technique. "

Le directeur du musée et la commissaire de l'exposition

Le directeur du musée et la commissaire de l'exposition

Sirakovich poursuit : « Les œuvres sont classées par ordre chronologique. "L'exposition commence avec la période bleue, puis la rose puis le cubisme analytique et synthétique jusqu’à arriver au néo-classique - période durant laquelle Picasso s’est marié pour la première fois.  Puis l’exposition se déplace vers le surréalisme, vers les œuvres réalisées au cours de la guerre civile espagnole. Parmi les œuvres remarquables de l'exposition, on trouve « La jeune fille à la mandoline » de 1910, « Deux figures au bord de la mer » de 1932 et la « Femme qui pleure ».

A la question: « Comment caractériseriez-vous l’importance de Picasso pour le monde de l’art et ses particularités ? », Sirakovich a répondu : « "Je pense qu'il y a deux choses, et l'exposition met l'accent sur cela. Tout d'abord une tentative massive de se renouveler constamment, tant en terme de style qu’en terme de technique. La deuxième chose est sa formidable force créatrice qui n’a jamais cessé même dans ses dernières années. Jusqu’à la fin de sa vie, aussi longtemps qu’il été en mesure de tenir un pinceau, il a créé. La création était toute sa vie ".

Source : Israel Hayom

Le prix Nobel de littérature accuse les Polonais d'avoir persécuté les Juifs pendant la Shoah

Svetlana-Alexievich

La lauréate biélorusse du prix Nobel de littérature 2015 a suscité la controverse en Pologne en déclarant que beaucoup de Polonais, y compris des prêtres, avaient participé à la persécution des Juifs pendant la Shoah.

Selon le site Web de nouvelles WPolityce, Svetlana Alexievich, qui a reçu le  Prix Nobel 2015 de littérature, a proféré cette accusation le mois dernier lors d'une visite à New York.

"Vous savez ce que les Polonais ont fait avec les Juifs," a lancé Alexievich le 12 Juin à la Bibliothèque centrale de Brooklyn lors d'une rencontre avec les lecteurs. "Les Polonais étaient les pires de tous dans la façon dont ils traitaient les Juifs. Les prêtres ont directement appelé à tuer des Juifs dans leurs sermons ».

Cette déclaration a touché une corde sensible en Pologne, où le gouvernement est engagé dans une campagne qui vise à contrer les revendications de complicité des Polonais durant la Shoah et à mettre en évidence leurs efforts pour sauver les Juifs. En Février, le vice-Ministre polonais de la justice, Patryk Jaki, a déclaré aux journalistes à Varsovie: "Arrêtez d'attribuer à la Pologne le rôle d’auteur de la Shoah ».

En chiffres absolus, la Pologne est le pays qui comprend le plus de Justes parmi les nations, les non-juifs qui ont été reconnus par Israël pour avoir risqué leur vie pour sauver des Juifs pendant la guerre. La Pologne a 6.620 Justes, suivie par les Pays-Bas qui en compte 5516.

Maciej Swirski, fondateur de la Ligue polonaise contre la diffamation - organisme non gouvernemental se consacrant à «empêcher le dénigrement du peuple polonais», comme il le décrit sur son site Internet - a écrit à Alexievich une lettre courroucée pour contester ses affirmations.

« Il est regrettable, a-t-il écrit, que certaines personnes "propagent une fausse thèse sur horrible antisémitisme polonais » pour nourrir leur propre carrière et pensent bêtement qu'ils sont courageux et progressistes».

« Aucun prêtre en Pologne n’a appelé à l'assassinat des Juifs », a-t-il ajouté dans sa lettre ouverte.

"C’est tout simplement un mensonge. Sur quoi est-ce fondé ?? Pouvez-vous nommer un prêtre polonais qui a appelé au meurtre, et où? », a demandé Swirski".  Vous répétez des mensonges non prouvés, et cela ne convient pas à une documentariste de votre classe ".

Alexievich a beaucoup écrit sur la réalité de la vie des personnes touchées par la catastrophe de Tchernobyl en Ukraine.

Source : Arutz 7

Rishon-Letsion réclame une plage séparée pour les palestiniens

Un membre du conseil municipal de Rishon Letsion réclame une plage séparée pour les palestiniens

Une demande urgente a été déposée ces jours-ci au conseil municipal de Rishon Letsion à l’initiative de Meir Akiva, membre du conseil du parti Shas, pour obtenir une plage séparée à l’attention des résidents arabes des territoires qui viennent depuis peu de manière organisée utiliser les plages de la ville pendant la semaine.

Tout a commencé suite à des plaintes de résidents qui ont affirmé craindre les baigneurs arabes en raison de la vague de terrorisme», a expliqué Akiva lors d’une interview. Selon lui, tout au long de la semaine, des autobus transportant des arabes des territoires se rendent à Rishon Letsion.

« A cause de ce phénomène, de nombreux habitants de la ville ont cessé de fréquenter les plages "de peur que l’un d’entre eux se saisisse d’un couteau et blesse leurs proches". Je sais que certains vont dire que je suis raciste mais je sais aussi que d’autres me penseront sain d’esprit », a ajouté Akiva. « Je généralise peut-être mais je suis réaliste. Nous sommes toujours en train de lécher les blessures que nous a infligé l’intifada et je pense qu’il est nécessaire de présenter une proposition un peu raciste mais qui va servir à protéger tout un public ».

Rishon Letsion

Rishon Letsion

« Le fait que les habitants des territoires viennent se baigner à Rishon Lesion a été imposée aux résidents, c’est pourquoi il leur faut leur propre plage. Nous saurons ainsi que nos enfants seront en sécurité sur les plages durant l’été. Nous nous devons d’agir en fonction de ce qui se passe aujourd’hui, lorsque des gens qui sont assis à la terrasse d’un restaurant se font tirer dessus pour la simple raison qu’ils sont Juifs. Je pense que l’attitude la plus logique est de nous éloigner d’eux ».

Le Président de la lutte contre le racisme a commenté ces propos : « Cette proposition est scandaleuse. C’est une sélection illégale, raciste et immorale et c’est ce que nous combattons ces dernières années de toutes les manières possibles. Lorsqu’une telle proposition vient à la table d'une collectivité locale ou d’un bureau du gouvernement - nous parlons d'une escalade particulièrement préoccupante ".

La mairie a répondu en ces termes : « "Nous suggérons de ne pas prendre au sérieux chaque parole d'un membre du conseil de l'opposition qui souhaite voir son nom dans les médias.  Cette proposition est raciste et n'a pas sa place à Rishon Lezion."

Source : Kikar Hachabat

Netanyahu a sorti des plans d’Auschwitz à l'insu du gouvernement allemand

A view of the former Nazi concentration camp Auschwitz-Birkenau is pictured in Brzezinka near Oswiecim December 10, 2014. Next month, ceremonies will mark the 70th anniversary of the camp's liberation. REUTERS/Kacper Pempel (POLAND - Tags: CONFLICT POLITICS CIVIL UNREST ANNIVERSARY)

L'ancien rédacteur en chef du Bild, Kai Diekmann, affirme que les plans architecturaux originaux d’Auschwitz auraient été sortis clandestinement d’Allemagne par le Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2009 contre la volonté du Ministère de l’Intérieur allemand.

Selon le journal allemand Bild, les plans de construction originaux utilisés pour une expansion majeure du camp d'extermination nazi à Auschwitz en 1941 ont été trouvés en 2008 dans un appartement berlinois.

Les plans ont ensuite été acquis par Bild et mis à la disposition du public.
Ils représentaient le croquis d’une salle mesurant 11,66m sur 11,20m avec la mention "Gaskammer" (chambre à gaz) qui faisait partie d'une «installation d'épouillage."

«Nous avons dû décider quoi faire avec les dessins. J'étais convaincu qu'ils devaient être envoyés  à Yad Vashem", a déclaré Diekmann au magazine de langue hébraïque Spitz, basé à Berlin.

Kai Diekmann, l'ancien rédacteur en chef du Bild

Kai Diekmann, l'ancien rédacteur en chef du Bild

Les Archives nationales de l'Allemagne étaient en désaccord avec ce projet et Diekmann a été mis en garde par le Ministère de l'Intérieur allemand qu’il serait arrêté s’il tentait de faire sortir les documents du pays. « Ils nous ont dit qu’ils appartenaient au gouvernement allemand, successeur légal du Troisième Reich», a déclaré Diekmann.

C’est alors qu’il a eu l’idée de trouver une personne qui pourrait leur faire passer la frontière sans être inquiété.

Diekmann a alors invité Netanyahu à Berlin pour assister à une cérémonie et lui a remis les plans, sans savoir si ce dernier était au courant de l'opposition de l'Allemagne à la fuite des documents.

"Auschwitz signifie la culpabilité et l'aveuglement d'une nation entière. Quelque chose de si énorme peut être difficilement saisi par les nouvelles générations. Voilà pourquoi il est de la plus haute importance de continuer à s’en souvenir. Parce que ceux qui connaissent le passé peuvent agir de manière responsable à l'avenir ", a écrit le Bild.

"Les documents réfutent une fois pour toutes les affirmations de ceux qui nient l’existence de la Shoah", a-t-il ajouté.

Les plans sont actuellement situés dans les archives de Yad Vashem et peuvent être consultés en ligne.

Source : Jpost- Reuters

Une vidéo du Hamas met en scène l’assassinat de Yehouda Glick

Le Hamas met en scène l'assassinat de Yehuda Glick

Rabbi Yehouda Glick, membre du Likoud nouvellement nommé à la Knesset, est la cible d'une vidéo récente du Hamas qui montre, dans les moindres détails, le plan fomenté par le groupe terroriste pour l'assassiner, en face de sa propre maison.

La vidéo de deux minutes a commencé à apparaître sur les médias sociaux et sur YouTube vendredi. Elle a été produite en utilisant la technologie du jeu vidéo. Dans la vidéo graphique, deux terroristes masqués pénètrent par la barrière de sécurité de la ville natale de Glick, Otniel, dans les collines de Hébron. Ils attendent en embuscade devant la maison alors que Glick se trouve dans sa voiture sur le chemin de son domicile. Quand il sort de son véhicule, les terroristes ouvrent le feu avec des fusils Kalachnikov et tuent le personnage animé dont la ressemblance avec le Yehouda Glick réel est indéniable. Une chanson en hébreu célèbre le succès de ce meurtre et menace d'autres personnes de finir comme lui.

La chanson, troublante, annonce : « A Al-Aqsa, les Juifs ne peuvent jamais entrer. Celui qui va à l'encontre de cela devrait venir avec un linceul ».

Yehuda Glick

Yehuda Glick

La menace a commencé après la tentative d’assassinat à laquelle Yehouda Glick a miraculeusement survécu en Octobre 2014. Il est toujours resté une cible pour le Hamas qui s’est focalisé sur lui comme représentant d'une campagne visant à affaiblir le statu quo sur le Mont du Temple et à permettre aux non-musulmans de visiter librement le site et d’y prier.

En effet, la vague mortelle de violence qui a sévi en Israël pendant dix mois a commencé à Jérusalem et s’est concentrée autour d'une lutte pour le Mont du Temple que les musulmans considèrent comme lieu saint exclusivement islamique auquel les Juifs n’ont pas droit.

Le travail de Glick est très controversé, il est souvent mentionné dans les médias comme un extrémiste de droite. Lors de sa nomination à la Knesset, il a été interrogé à ce sujet et a répondu : «Je suis un extrémiste, un extrémiste des droits de l'homme. Nous devons mettre fin à cette situation absurde qui empêche les gens de prier sur le Mont du Temple, la base de leur religion."

A la  lumière de cette vidéo troublante, la Knesset a fourni à Glick une sécurité supplémentaire.

Source : breakingisraelnews.com

Un nouveau type de terrorisme : les jeunes solitaires de la classe moyenne

Mohammed Taraireh, jeune terroriste issu de la classe moyenne

Une nouvelle étude met le doigt sur un nouveau type de terroristes qui ne seraient plus uniquement issus des populations défavorisées mais également de la classe moyenne.

Les équipes israéliennes de démolition ont d’ores et déjà encerclé la maison de la famille Taraireh dans le village de Bani Na'im, près d'Hébron, pour "prendre des mesures" avant la démolition. Le père, Nasser, a été arrêté et emmené pour interrogatoire et son permis de travail lui a été confisqué. Les forces de sécurité ont également confisqué l'ordinateur et le téléphone cellulaire de l'adolescent Mohammed Taraireh, qui a poignardé à mort Hallel Ariel dans son lit. Telle est la procédure pour les attaques meurtrières.

Dans une étude (dont les résultats ne seront pas communiqués au public) qui a été effectuée pour tenter d’établir le profil des mineurs de Judée Samarie qui perpètrent des attaques terroristes, les chercheurs ont eu beaucoup de mal à pointer du doigt un dénominateur commun.

Plus de 230 cas ont été examinés au cours des neuf derniers mois dans le cadre d’une coopération entre les experts israéliens et les forces de sécurité palestiniennes. Les palestiniens ont fourni des informations et les Israéliens ont fait des recoupements. Les conclusions ont été transmises aux palestiniens pour tenter d’éviter les attentats futurs.

Les informations recueillies à propos de Mohammed Taraireh portent sur les moyens financiers. La maison qui va être démolie n’est ni une cabane en tôle ni un minuscule appartement bondé abritant des gens rongés par la pauvreté. Sa famille fait partie de la classe moyenne palestinienne.

La maison de la famille Taraireh

La maison de la famille Taraireh

En effet, l'une des conclusions de l'étude porte sur le fait que les attaquants ne sont plus la jeune génération de familles de la classe inférieure, facilement recrutée à cause du désespoir dans lequel ils évoluent  ou de promesses de récompense financière mais sont, de plus en plus, issus de familles "établies".

Dans le sillage de ces résultats, les enseignants du système éducatif palestiniens ont reçu une liste de tâches. Par exemple, on leur a demandé de consacrer une attention particulière aux 11-18 ans "solitaires" qui se considèrent comme «impopulaires», qui commencent à se replier sur eux-mêmes et semblent avoir perdu leur joie de vivre. Ces adolescents manquent l'école et on assiste à une baisse de leurs résultats scolaires. On a demandé aux enseignants d'être particulièrement vigilants face à ces adolescents, d’entamer le dialogue avec eux et de les signaler.

la page Facebook de Mohammed Taraireh

la page Facebook de Mohammed Taraireh

Les chercheurs ont examiné les médias sociaux. Lorsque l'on regarde les pages des attaquants, on identifie des changements brutaux dans leurs messages, comme sur la page Facebook de Taraireh qui a changé du tout au tout. Il a abandonné l'école et est allé travailler dans une boulangerie, ne rentrait pas à la maison tous les jours, et se retirait dans sa chambre où il passait beaucoup de temps sur son ordinateur, naviguant sur les sites Web de recrutement de Daesh.

Son comportement correspondait point par point à l’avertissement des chercheurs : adolescent heureux et actif, Taraireh devint menaçant et solitaire après la mort de son cousin qui a perpétré un attentat contre des véhicules israéliens. "Toute personne a le droit de mourir", a-il-écrit, "et je demande ce droit pour moi-même."

Les chercheurs mettent en garde contre les enfants et les adolescents qui affichent des photos de la mosquée al-Aqsa sur leur page Facebook. Taraireh a cité des phrases du Coran qui laissaient paraître ses intentions. Il a disserté avec passion à propos de "bravoure" et de  "couteau" et dans son dernier message et quelques heures avant de commettre ce terrible assassinat, il a téléchargé une photo de lui-même. Sans mot ou explication, comme une sorte d'adieu.

Source : Ynet

Un chauffeur de camion gazaoui révèle la présence de tunnels sous les mosquées

Des tunnels sous des mosquées

Deux hommes, résidents de Beit Lahiya et de Gablia dans la bande de Gaza ont été arrêtés et interrogés par les services secrets. L’un d’entre eux, Itallah Sarhan, a révélé la présence de sorties de tunnels situés en dessous d’immeubles d'habitation et de mosquées à Gaza.

Le Shin Bet et la police ont arrêté le mois dernier deux palestiniens de Gaza soupçonnés d'être impliqués dans de la contrebande pour le Hamas en Judée-Samarie. L’enquête menée sur l'un d'eux, Itallah Sarhan (27ans) a révélé que ce dernier avait servi en tant que chauffeur de camion transportant le sable des tunnels pour le compte du Hamas et du Jihad islamique.

Il a transmis des informations sur des ouvertures du tunnel qu’il avait découvertes sous des structures civiles, bâtiments résidentiels et mosquées, ainsi que sur des points de stockage de missiles de lancement mettant en danger la population civile de Gaza.

La chaussure où était dissimulé l'argent

La chaussure où était dissimulé l'argent

Sirhan a été arrêté deux semaines après avoir reçu une autorisation d'entrer en Israël. Dès le premier jour suivant la réception du laisser-passer, il a été abordé par un policier du Hamas de Gaza qui lui a demandé de faire passer des fonds en Judée-Samarie. Il a reçu une paire de chaussures dans laquelle cacher l’argent ainsi que la promesse d'un soutien s’il était attrapé. L'enquête a montré que Sirhan était conscient qu’il s’agissait de fonds du Hamas (10 000 euros) ayant pour objectif de financer des activités de l’organisation terroriste en Judée Samarie.

Le second détenu Fayez Attar (65 ans), résident de Beit Lahiya, a également reçu un permis d'entrer en Israël à des fins commerciales. Il a été arrêté par le Shin Beth, l'unité centrale de la police israélienne et l’armée alors qu’il transitait par Tarqumyia, soupçonné d’être un messager pour les terroristes du Hamas en Judée-Samarie.

Lors de son interrogatoire, il a fourni des informations sur les activités de sa famille, sur son implication dans des activités contre les forces de Tsahal et sur le forage des tunnels. Les fils de Fayez ont utilisé sa maison pour organiser des réunions du Hamas.

Source : Ynet

Une thérapie agricole pour les jeunes israéliens en marge de la société

Un jeune agriculteur de l'exploitation Kaima

La nouvelle serre hydroponique Kaima et le centre éducatif du Jardin botanique de Jérusalem inaugurés en grande pompe le 19 Avril fourniront des légumes verts feuillus organiques libre sol comme la laitue, le chou frisé et la roquette aux clients soutenant la communauté agricole du programme (CSA) de Kaima.

Cette serre est née d’un projet qui donne aux jeunes en difficulté une chance de réussir en s'investissant dans le travail acharné mais enrichissant de l'agriculture.

Les 15-18 ans qui choisissent de rejoindre Kaima le font sous la suggestion de travailleurs sociaux et reçoivent un salaire horaire pour planter et récolter des légumes biologiques comme le maïs, les melons, les poivrons, les tomates cerise et la citrouille pour les clients de la CSA. Les garçons et les filles travaillent dans les champs en collaboration avec les membres du personnel et / ou des bénévoles adultes aussi longtemps qu'ils le souhaitent - quelques mois, un an ou plus.

Un panier de légumes provenant de l'exploitation Kaima

Un panier de légumes provenant de l'exploitation Kaima

« Donner des responsabilités aux jeunes en les écoutant et en leur montrant de nouvelles possibilités pour leur avenir fonctionne à merveille, a déclaré le fondateur de Kaima Yoni Yefet-Reich. « En l’espace d’un an, nous rencontrons entre 40 et 50 jeunes. La plupart d'entre eux, 80%, retournent à l'école sous quelques mois ».

En d'autres termes, ces adolescents en marge de la société israélienne ont tous trouvé leur chemin avec l'aide de ce que l’on pourrait appeler la «thérapie de la ferme ».

Soutenu par des donateurs de la Fondation Matanel du Luxembourg, Kaima Beit Zait gagne la moitié de son budget grâce aux 250 clients de CSA, avec pour objectif de passer à 70%.

Yoni Yefet Reich ajoute : "La culture hydroponique est une bonne occasion pour nos jeunes d'apprendre une autre façon de grandir et de développer. Ils ont construit la serre avec nous et la gèrent eux-mêmes. Ils  sont vraiment impliqués et veulent aller à l'école pour expliquer ce que nous faisons ".

Il conclut en disant être toujours à la recherche de sponsors supplémentaires pour développer davantage les projets existants de Kaima. «Nous recevons de l'aide du Ministère des affaires sociales mais nous aimerions obtenir plus car il est de intérêt de l'État de maintenir ces enfants au sein la société».

Source : Israel 21c