Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Que mangent les ministres à la cafétéria de la Knesset?

Un bon député est un député bien nourri

Le compte Instagram d'une aide parlementaire révèle ce qui est servi aux députés et ministres à la Knesset. Si vous pensiez que votre déjeuner semble parfois pâlot, ces images montrent que les personnes qui dirigent le pays mangent des repas encore moins folichons.

Napoléon disait « une armée marche sur son estomac » et nous même savons que sans bon petit déjeuner ou déjeuner, il est assez difficile de commencer la journée. Il est bien sûr évident que les membres de la Knesset préfèrent travailler le ventre plein. Que mange-t-on là-bas exactement ?

Un compte Instagram nommé "Hamevakeret" (la visiteuse) a été ouvert par Deborah Ginsburg, la conseillère parlementaire du député Miki Zohar, montrant les assiettes placées devant les ministres et les membres de la Knesset.

"Parfois, vous prenez du poisson et vous découvrez que vous mangez du plastique"

"Parfois, vous prenez du poisson et vous découvrez que vous mangez du plastique"

Un plat assez pâle de légumes et de riz a reçu de la visiteuse une note de 2 sur 10. A ce sujet elle écrit : « Une invitée remarque tous les défauts. Cette assiette de légumes fatigués qui ont vu des jours meilleurs coûte 50 shekel ». Au sujet d’un autre plat, cette fois ci du poisson accompagné de pommes de terres et de riz, elle ironise : « Ce poisson était impossible à mâcher et avait un goût de plastique ».

Dans une interview avec Rita Goldstein dans « Alive at Night », Ginsberg a expliqué pourquoi elle avait décidé d'ouvrir cette page. « «Je travaille à la Knesset depuis trois ans », dit-elle, « Parfois, les plats de la cafétéria de la Knesset ne sont pas vraiment comestibles. Nous ne disposons pas de beaucoup d’options. Bien qu’il existe une cafétéria halavi (qui sert des plats avec des produits laitiers) et une bassari (à base de viande), il n’y a pas vraiment de choix. Parfois, vous prenez du poisson et vous découvrez que vous mangez du plastique ».

Les photos du compte Instagram montrent les plats servis sur plusieurs jours de la semaine à la Knesset. Pour vérifier combien cette critique est fiable, un deuxième avis a été demandé, de la part du député Oren Hazan. « D’un côté, il y a ici une équipe formidable, tous se dévouent de tout leur cœur et de toute leur âme » a déclaré Hazan. « D’un autre côté, le menu est parfois un peu fade. Il serait peut-être bon que j’entre un peu dans la cuisine pour donner ma touche personnelle, celle que j'ai acquise lorsque j’avais des restaurants ».

Source : mako.co.il

Israël: un budget pour 65 écoles juives de la diaspora

Israël: un budget pour 65 écoles juives de la diaspora

Pour la première fois en Israël, les ministères de l'éducation et de la diaspora prévoient de dépenser jusqu'à 136 millions de shekels (35,8 millions de dollars) au cours des quatre prochaines années pour développer des programmes dans les écoles juives à l'étranger.

Les deux ministères, dirigés par Naftali Bennett, président de Habayit Hayehudi, envisagent de développer des programmes sur Israël, l'hébreu et l'histoire juive, ainsi que des conseils d'experts, des formations d'enseignants et des services pédagogiques. Initialement, le programme sera offert à 65 écoles juives en Europe et dans les pays de l'ancienne Union soviétique.

« Assurer l'existence des communautés juives dans la diaspora dépend entièrement du désir des Juifs et de la décision de vivre en tant que Juifs. Aujourd'hui, la majorité des jeunes Juifs âgés de 6 à 18 ans n'étudient pas dans des écoles juives ", ont déclaré les deux ministères dans un communiqué.

Le but du programme est de "renforcer l'identité juive et la connexion avec Israël chez les élèves étudiant dans les écoles juives à travers le monde en construisant une stratégie pédagogique systématique", ont-ils dit.

"renforcer l'identité juive et la connexion avec Israël chez les élèves étudiant dans les écoles juives à travers le monde"

"renforcer l'identité juive et la connexion avec Israël chez les élèves étudiant dans les écoles juives à travers le monde"

Israël consacre de l'argent à divers programmes visant à renforcer l'identité juive et la connexion avec Israël dans la diaspora, mais le gouvernement actuel du Premier ministre Benjamin Netanyahu a mis davantage l'accent sur cette question. Le nouveau programme marquera la première fois qu'Israël alloue d'importantes sommes d'argent aux écoles juives de la diaspora.

En novembre, le ministère des Affaires de la diaspora a obtenu 190 millions de shekels d’allocations supplémentaires au cours des deux prochaines années pour renforcer les liens des Juifs avec Israël et lutter contre l'assimilation. Le contrat a été attribué à une entreprise appelée The Jewish Future Undertaking, qui a été formée pour administrer le programme mais qui n'a pas encore reçu l'approbation officielle.

Chaque année, Israël dépense des centaines de millions de shekels pour amener les jeunes juifs de la diaspora en Israël à travers Birthright Israel et d'autres programmes de masse. Depuis 2009, le ministère de l'Éducation a dépensé environ 50 millions de shekels dans le développement de programmes pour les écoles juives dans les pays de l'ex-Union soviétique.

L'administration du programme a été attribuée sans appel d'offres à une société à but non lucratif appelée Matah (le Centre pour la technologie de l'éducation), qui s'engage à dépenser 135 millions de shekels de son propre argent.

En vertu de la loi israélienne, les organismes gouvernementaux sont censés demander une dérogation aux appels d'offres. Dans le cas de Matah, les ministères ont affirmé que l'entreprise «a démontré ses capacités à travailler avec le ministère de l'Éducation» et «une certaine expérience dans le développement du programme d'éducation en Israël et dans le monde».

Source : Haaretz.com

Israël: découverte d'une secte polygame

Israël: découverte d'une secte polygame

Un tribunal religieux de Tel-Aviv a récemment découvert un culte secret pratiquant la polygamie. 

Cette étrange histoire a commencé quand une jeune femme âgée de 20 ans s'est présentée au tribunal pour demander de l'aide.

Après s'être rapprochée de judaïsme, elle a étudié dans un séminaire et comme beaucoup de ses pairs nouvellement religieux, a bénéficié d’une famille «adoptive» pour l'aider dans sa transition vers la vie religieuse et pour passer Shabbat. Elle a été chaleureusement accueillie par un couple et leurs 10 enfants dans ce qui était initialement un arrangement très constructif pour la jeune femme.

Environ six mois plus tard, cependant, le mari a commencé à lui faire des allusions romantiques subtiles. Avec le temps, ses appels sont devenus plus directs et de plus en plus affirmés. À la grande surprise de la jeune femme, son épouse était non seulement au courant des tentatives de son mari de la courtiser mais soutenait pleinement ses efforts.

Le couple a finalement révélé à la jeune femme qu'ils étaient membres d'un groupe religieux clandestin se nommant lui-même “Complete Jewish Home”.

"Complete Jewish Home", une secte polygame

Une secte polygame

Au cœur des croyances du groupe, la polygamie (interdite de façon halakhique pour les juifs ashkénazes depuis un millénaire et bannie parmi les Juifs sépharades (où elle ne ressemblait pas à un culte) après la fondation de l'Etat d'Israël), élément essentiel dans le chemin vers «la Rédemption d'Israël».

Un soi-disant «kabbaliste» servant de chef spirituel au sein de la secte a exhorté la jeune femme à devenir la deuxième épouse du mari, lui assurant que «la racine de leurs âmes étaient reliées». Finalement, la jeune fille a cédé à la pression et s’est mariée en Septembre lors d’une cérémonie secrète.

Peu de temps après, cependant, la mariée a regretté sa décision et a partagé son histoire avec des proches qui l'ont exhortée à obtenir un divorce formel. La semaine dernière, la jeune femme s’est rendue dans une cour rabbinique de Tel-Aviv avec son histoire, priant le beth din de lui accorder une annulation.

La cour, qui comprenait les rabbins Shlomo Stasman, Eyal Yosef, et Ido Shahar, a convoqué le couple qui avait exercé des pressions sur la jeune femme et les deux témoins du mariage. Après une audience, les juges ont rendu une ordonnance interdisant au mari de harceler la jeune femme. D'autres ordres ont été placés sur lui et son épouse, les empêchant de fuir le pays jusqu'à ce qu'une enquête complète sur la question soit terminée.

Parmi les conclusions de l'affaire, la cour a confirmé que le couple en question est effectivement affilié à une secte qui préconise la polygamie. Le site web du groupe, www.Jewishhome.net, plaide en faveur de la restauration de la polygamie, en présentant ce qu'il prétend être des citations en faveur de la pratique par des rabbins en vue, à la fois passés et présents.

Les juges ont averti à la fois le couple et les témoins impliqués dans le mariage de la gravité de leurs actes, tant en termes de la loi traditionnelle juive et le code pénal israélien.

Après avoir initialement tenté de justifier ses actes et refusé d'accorder le divorce à la jeune femme, le mari a cédé aux demandes de la cour.

Source : Arutz 7

Kirk Douglas: un amoureux d'Israël fête ses 100 ans

Kirk Douglas: les 100 ans d'une âme juive

Kirk Douglas - acteur, réalisateur, producteur, auteur, philanthrope et étudiant en Torah - fêtera son 100e anniversaire vendredi avec... une surprise spéciale.

Douglas a pour instruction stricte de s’abstenir de consommer de l’alcool mais son cardiologue, le Dr P.K. Shah, a promis à l'acteur que s'il arrivait à l’âge de 100 ans, il pourrait déguster un verre de vodka. Lors d'une « Tea Party » qui aura lieu vendredi après-midi dans une salle de Beverly Hills, Shah sera présent pour administrer personnellement le médicament à son patient.

Quelque 150 autres invités honoreront Douglas de leur présence, de sa famille étendue comprenant ses trois fils et ses sept petits-enfants, à de vieux amis comme le réalisateur Steven Spielberg, Jeffrey Katzenberg, Don Rickles et d'autres stars hollywoodiennes.

Le rabbin David Wolpe du Sinai Temple de West Los Angeles sera également de la fête. Il dirige les études hebdomadaires de Torah de Douglas depuis de nombreuses années et a également officié lors de la deuxième Bar mitzvah de l'acteur . Âgé de 83 ans, Douglas avait déclaré ce jour là : "Aujourd'hui, je suis un homme."

Le futur Kirk Douglas est né le 9 Décembre 1916 dans la ville d'Amsterdam, état de New York, sous le patronyme d'Issur Danielovitch, fils d'un immigrant juif russe analphabète qui a soutenu sa famille de six filles et un fils en travaillant comme chiffonnier.

3 générations de Douglas pour la Bar Mitsva de Dylan

3 générations de Douglas pour la Bar Mitsva de Dylan

Douglas, la star aux 87 films, est également l’auteur de 11 livres comprenant des souvenirs d'enfance difficiles, expliquant l'Holocauste aux enfants, déclamant des versets d'amour à sa femme, et racontant son accident d'hélicoptère, son accident vasculaire cérébral et sa tentative de suicide.

Douglas prépare aujourd’hui son 12ème ouvrage, co-écrit avec sa femme : “Kirk and Anne: Letters of Love, Laughter and a Lifetime in Hollywood.”

Au sujet de l'observation religieuse, il déclare: «Je ne pense pas que Dieu veuille des compliments. Dieu veut que vous fassiez quelque chose de votre vie et que vous aidiez les autres ».

Au sujet de l'appel de l'étude de la Torah, il ajoute: "La Torah est le plus grand scénario jamais écrit. Il contient la passion, l'inceste, le meurtre, l'adultère, vraiment tout ».

À son apogée, lorsque Douglas était célèbre autant pour son égocentrisme et sa passion pour les femmes que pour ses rôles d'écran, il n’a consacré que peu de temps et d'intérêt pour son héritage juif. Cependant, il atteste, "je jeûnais toujours pour Yom Kippour. J'ai toujours travaillé sur mes films, mais j'ai jeûné. Et laissez-moi vous dire, ce n'est pas facile de faire l'amour à Lana Turner à jeun ».

Kirk a été éclipsé par sa seconde et actuelle épouse lors de la célébration de leur 50e anniversaire de mariage en 2004. La créatrice Anne Buydens a surpris les invités en annonçant qu'elle s’était convertie au judaïsme.

"Kirk a été mariée à deux shiksas ", a-t-elle déclaré. "Il est temps qu'il épouse une jolie fille juive".

Douglas a toujours gardé une place spéciale dans son cœur pour Israël. Dans "The Juggler", il a joué dans le premier long métrage hollywoodien tourné dans l'État juif, revenant plus tard pour "Remembrance of Love" et "Cast a Giant Shadow".

Peu de temps avant son 100e anniversaire, Douglas a rappelé une bénédiction qu'il avait prononcée pour la première fois à l'âge de 9 ans.

"Dans la tradition juive, un anniversaire donne à une personne des pouvoirs spéciaux. Si elle prononce une bénédiction, elle se réalisera", a-t-il dit.

«Je bénis toutes les personnes qui vivent en Israël pour que les conflits actuels se résolvent, que plus personne ne meure ou ne soit blessé, et que vous puissiez continuer votre vie en paix. »

Source : jta.org

Israel: discrimination positive pour les immigrants et les haredim

discrimination positive envers les olim et les haredim

Le Comité de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset a adopté cette semaine la lecture initiale d'un projet de loi qui étendrait la définition des groupes minoritaires pour inclure les Juifs haredis (orthodoxes) et les immigrants.

Approuvé à l'unanimité par le comité, qui est présidé par le député Nissan Slomiansky (foyer juif), le projet de loi exige que les organismes publics remplissent les quotas pour l'emploi des haredim et des nouveaux immigrants. Le projet de loi exige également que toutes les sociétés appartenant au gouvernement incluent les haredim et les immigrants dans leurs conseils d'administration.

Le projet de loi, qui a été parrainé par les députés Uri Maklev et Moshe Gafni (Judaïsme unifié de la Torah) sera maintenant envoyé à la Knesset pour les deuxième et troisième lectures.

Femmes haredi travaillant dans le hi-tech

Femmes haredi travaillant dans le hi-tech

À l'heure actuelle, les quotas de discrimination positive dans le secteur public sont appliqués aux femmes, aux Juifs éthiopiens, aux Arabes, aux Druzes, aux Circassiens et aux handicapés.

Les représentants du parti Yisrael Beytenu, dont les électeurs sont principalement des immigrants de l'ex-Union soviétique, ont poussé à l'inclusion des nouveaux immigrants, arguant que ceux vivant dans le pays depuis moins de 15 ans devraient être inclus.

"Il n'y aura pas de séparation entre les immigrants et les haredim", a déclaré la députée Yulia Malinovsky. «Vous nous avez intégré dans des emplois non qualifiés. Vous êtes assis dans vos bureaux et vous racontez des histoires. Vous ne pouvez pas me dire cela à moi. Ceux qui n'ont pas étudié dans les écoles israéliennes ne peuvent être égaux ".

Dans la version définitive du projet de loi, les nouveaux immigrants sont, aux fins de discrimination positive, tous les citoyens nés en dehors d'Israël, ayant immigré après l'âge de 18 ans et résidant en Israël depuis moins de 12 ans.

La loi n'est que le dernier exemple d'un effort plus vaste du gouvernement visant à élargir la définition des minorités protégées aux juifs haredis.

Source : Arutz 7

Inquiétudes autour d’un accord entre Volkswagen et l’Iran

Inquiétudes autour d’un accord entre Volkswagen et l’Iran

« Les intentions d'un constructeur de véhicules appartenant à Volkswagen de faire des affaires avec l'Iran sont moralement inquiétantes compte tenu des racines nazies du géant allemand de l'automobile », a déclaré un journaliste d'investigation et expert en histoire économique nazie à The Algemeiner mardi.

"Si Skoda, la filiale tchèque  de Volkswagen, fabriquait des camionnettes industrielles pouvant permettre l'avancement du programme nucléaire par lequel Téhéran promet de détruire le peuple juif, la compagnie allemande montera qu'elle se tourne une fois de plus vers l'enrichissement financier via le génocide ", a affirmé Edwin Black - auteur du livre « IBM et l'Holocauste: l'alliance stratégique entre l'Allemagne nazie et la plus puissante corporation de l'Amérique » 2001.

"Il n'y a pas de marge de manœuvre pour Volkswagen et Skoda", a déclaré Black. "L'Iran est un pays voyou qui priorise nettement l'amélioration de son programme nucléaire dans toutes les décisions économiques et industrielles qu'elle prend."

Le journaliste Edwin Black

Le journaliste Edwin Black

« Volkswagen », a expliqué Black, « a été créée dans les années 1930 par Adolf Hitler comme un cadeau à la population de l'Allemagne nazie qui ne pouvait pas se permettre de voitures coûteuses. C'était une pure invention nazie dans un but purement nazi ».

On estime que 80% de la main-d'œuvre de Volkswagen pendant la Seconde Guerre mondiale était composée d'ouvriers esclaves, dont beaucoup étaient juifs. Dans les années 1990, Volkswagen a reconnu avoir utilisé le travail d'esclaves pendant la guerre et a mis en place un fonds de 12 millions de dollars pour indemniser les travailleurs survivants.

Suite à l'octroi de sanctions par la signature en juillet 2015 du Plan d'action global conjoint (JCPOA) par la République islamique et six puissances mondiales, les entreprises du monde entier avec l'encouragement de l'administration Obama, ont braqué leurs yeux sur le marché iranien.

Selon l'avis de Black, en acceptant le contrat nucléaire, les puissances mondiales ont été "corrompues" par la «quantité massive de contrats qui seraient rendus possibles, y compris avec Boeing, Airbus et Skoda, etc. »

Le mois dernier, les entreprises allemandes ont été averties par le groupe de défense des Nations Unies contre le nucléaire iranien  (UANI) que faire des affaires avec l'Iran était une proposition dangereuse.

"Le seul moyen pour les entreprises allemandes d'éviter les risques inhérents au marché iranien est d'abandonner entièrement ces activités commerciales", a déclaré le conseiller principal de l'UANI et ancien directeur du Germany’s Federal Intelligence Service, August Hanning, dans un communiqué. "Le régime iranien reste un mauvais acteur dans la communauté mondiale, étant donné son soutien soutenu et constant au terrorisme et sa promotion délibérée de la négation de l'Holocauste. Les chefs d'entreprise allemands ne devraient pas récompenser ce régime nuisible jusqu'à ce que des réformes substantielles et permanentes soient mises en œuvre. »

En Novembre, l'UANI a publié un avertissement similaire à des entreprises tchèques, Skoda y compris .

Source :algemeiner.com

Première en Israël : des services d’urgence pour la santé mentale

Première en Israël : des services d’urgence pour la santé mentale

Le Ministère de la Santé et le Magen David Adom ont mis en place un système permettant de fournir une réponse aux situations d'urgence dans le domaine de la santé mentale : prévention du suicide, des épisodes psychotiques et de la détresse mentale.

Le nouveau plan a été élaboré par l'unité de sauvetage, l’unité responsable des suicides et la division des services de santé mentale du ministère de la Santé  et constitue une étape supplémentaire dans le "programme national de prévention du suicide."

Il est question d'un système unique au monde qui unit tous les domaines en offrant une réponse médicale d'urgence à l'intégrité physique et mentale.

Dans le cadre du programme, les ambulanciers du Magen David Adom seront formés en santé mentale et en prévention du suicide. Les psychiatres du Ministère de la Santé les accompagneront et les aideront dans les manipulations.

MDA: aider les personnes en détresse mentale

MDA: aider les personnes en détresse mentale

Le service fonctionnera par l’intermédiaire de la hotline 101 du MDA, 24h/24m et 7j/7. La première session de formation démarrera début 2017 et formera les ambulanciers ainsi que les répartiteurs.

A l’heure actuelle, les équipes ne possèdent pas les outils nécessaires à la gestion des personnes présentant des signes de détresse mentale. Miri Cohen, directrice du Service de sauvetage au ministère de la Santé, a déclaré: "C'est une étape importante dans le traitement donné aux patients dans son ensemble, pas seulement selon leurs besoins physiques".

Le Ministre de la Santé Yaakov Litzman a déclaré: «Il en va de notre devoir moral et je remercie le MDA d’y avoir répondu et d’offrir son aide. Une expression de nos sages affirme: "Celui qui sauve une vie est considéré comme s’il avait sauvé le monde entier".

Le Dr Rafi Setrugo, vice-président de la médecine au MDA explique : « Nous nous penchons sur la santé mentale comme sur les problèmes physiques. De la même manière qu’un homme qui a des douleurs dans le thorax composera le 101, celui qui ressentira du vague à l’âme pourra faire de même. Jusqu’à aujourd’hui, la réponse était limitée, mais dès le premier trimestre 2017, des équipes seront formées pour identifier les situations d'urgence ".

Les chiffres du ministère de la Santé montrent que, en 2013, le nombre de décès par suicide en Israël s'est monté à 372.

L'analyse des données du Ministère indique également que le nombre de suicides est en baisse. En effet, 2010 a connu 482 cas de suicide et 2012, 435 cas.

Source : Israel HaYom

Varsovie: une base de données pour aider les Juifs à récupérer leurs propriétés spoliées

Varsovie: une base de données pour aider les Juifs à récupérer leurs propriétés spoliées

Une organisation juive a lancé une base de données visant à aider des milliers de survivants de l'Holocauste ou leurs héritiers à retrouver des biens perdus à Varsovie à cause de la Seconde Guerre mondiale et du communisme.

En vertu d'une nouvelle loi polonaise, les personnes auront seulement six mois pour déposer des réclamations pour plus de 2.600 propriétés qui seront sous peu énumérés publiquement dans un journal.

Les demandeurs qui ne se présenteront pas dans les délais prescrits renonceront à leurs droits, la ville devant assumer la propriété permanente des biens non réclamés.

"Il existe maintenant l’opportunité très limitée d’une certaine justice pour les personnes qui ont tant souffert", a déclaré Gideon Taylor, président des opérations de l'Organisation mondiale de la restitution juive, qui a créé la base de données.

Varsovie

Varsovie

La nouvelle loi, entrée en vigueur en septembre, concerne les propriétaires de biens à Varsovie ayant tenté de les récupérer après la guerre. À cette époque, le régime communiste avait saisi une grande partie des propriétés d'avant-guerre, appartenant à des des Juifs comme à des non-Juifs, rendant impossible dans la pratique pour quiconque de les récupérer jusqu'à la chute du communisme en 1989.

Dans les années qui ont suivi, certains propriétaires originaux ont récupéré des biens perdus dans des procédures juridiques compliquées, mais ce fut plus difficile pour les Juifs ayant fui la Pologne et s'étant installés à l'étranger.

Alors que le problème continue à se dégrader, la ville de Varsovie a compilé cette année une liste de 2 613 adresses qui seront rendues publiques, mais sans les noms des propriétaires originaux.

Taylor ajoute que le nombre de ces propriétés ayant appartenu à des Juifs n’est pas clairement défini, mais il pense qu’il doit être important car Varsovie était juive à 30% avant la guerre. Les juifs étaient bien représentés dans les classes professionnelles et propriétaires.

Avant la guerre, la Pologne accueillait environ 3,3 millions de juifs, la plus grande communauté juive d'Europe et la deuxième au monde après les États-Unis. La plupart d'entre eux ont péri dans l'Holocauste.

La Pologne est le seul pays de l'Union européenne qui n'a pas encore adopté de loi nationale de restitution des biens aux survivants de l'Holocauste et aux autres personnes dépossédées par la guerre ou le communisme.

Source : Ynet

Selon une étude israélienne, le corps garde une mémoire génétique de la famine

Selon une étude israélienne, le corps garde une mémoire génétique de la famine

Une étude israélienne constate que la famine pourrait avoir un impact durable sur les descendants masculins de ses victimes.

Une nouvelle étude israélienne montre que le corps conserve une mémoire génétique de la famine qui pourrait affecter sa vie. La recherche menée par l'Université de Tel-Aviv suggère que les périodes de jeûne ou de famine peuvent raccourcir sensiblement la durée de vie des enfants et de leurs descendants mâles.

L'étude a porté sur les survivants d'une famine de masse qui a eu lieu au début des années 1920 dans plusieurs régions rurales de la Russie.

"Une variété d'études expérimentales et épidémiologiques ont tenté de proposer que le jeûne intermittent ou périodique, comme la restriction calorique, peut ralentir le processus de vieillissement et prolonger la durée de vie", a déclaré le professeur Eugene Kobyliansky de la TAU Sackler School of Medicine. "Mais il existe aussi des preuves démontrant que cela serait faut et qu’une restriction calorique même modérée pourrait raccourcir la durée de vie humaine."

La famine influerait-elle sur l'espérance de vie des descendants?

La famine influerait-elle sur l'espérance de vie des descendants?

La recherche a été menée par le doctorant Dmitry Torchinsky de la Faculté des sciences exactes Raymond et Beverly Sackler du TAU en collaboration avec le Dr Leonid Kalichman du Département de physiothérapie de l'Université Ben-Gurion et le Professeur David Karasik de la Bar Ilan University’s Faculty of Medicine in the Galilee. Ses conclusions ont été publiées dans The American Journal of Clinical Nutrition.

L'équipe de recherche a examiné les télomères, structures composées à la fin de chaque chromosome qui protège la fin du chromosome de la détérioration, et qui sont la clé génétique de la longévité.

Des recherches antérieures suggèrent une forte corrélation entre la dynamique des télomères, les processus qui déterminent le vieillissement humain et la durée de vie. Ils se raccourcissent à chaque cycle de réplication des chromosomes.

L'équipe a évalué les longueurs des télomères dans un échantillon de population composé de survivants de la famine de masse du début des années 1920 et des descendants des survivants, originaires de Chuvashia, une région rurale de la région de la Volga, en Russie.

En Chuvashia, la proportion d'habitants affamés a atteint 90% à la fin mars 1922. La mortalité des paysans affamés avait alors atteint entre 30 et 50%. La situation n'a commencé à s'améliorer qu'en avril 1923. À la fin de cette année, la famine de masse à Chuvashia était considérée comme terminée.

Les chercheurs ont fait trois découvertes majeures: (1) Les télomères leucocytaires étaient plus courts chez les hommes nés après 1923 (après la famine de masse) que chez les hommes nés avant 1922; (2) il y avait un héritage stable dans les télomères plus courts des hommes nés dans les générations suivantes; (3) Il y avait une absence de corrélation entre les télomères plus courts et les femmes nées avant ou après l'événement.

"Cette étude, tout en démontrant que la famine a le potentiel de raccourcir la longueur des télomères, soulève plusieurs questions", a déclaré Kobyliansky. "La famine exerce-t-elle un effet plus fort sur la longueur des télomères dans les cellules reproductrices des adultes que dans les leucocytes des enfants? Le télomère induit par la famine raccourcit-il un phénomène lié au sexe? Et les régimes de jeûne exerçant des effets bénéfiques seraient-ils accompagnés de raccourcissement des télomères chez les descendants?

L'équipe espère maintenant répondre à ces questions et à bien d'autres.

Source : Israël21c

Israël: les fauteuils roulants de l'espoir

Israël: les fauteuils roulants de l'espoir

Des centaines de fauteuils roulants légers, colorés et peu coûteux sont destinés à des enfants handicapés en Israël, sous Autorité Palestinienne, au Pérou et au Tadjikistan.

Des fauteuils en plastique colorés et légers conçus et fabriqués en Israël sont distribués par des organisations caritatives à des enfants nécessiteux en Israël, dans les territoires sous Autorité Palestinienne, au Pérou et au Tadjikistan grâce à la prévoyance de Pablo Kaplan, ancien vice-président exécutif de la multinationale israélienne Keter Plastic.

Il y a près de deux ans, Kaplan et sa partenaire de vie et ancienne collaboratrice de Keter, Chava Rotshtein, ont entrepris une mission humanitaire - Wheelchairs of Hope - pour produire des fauteuils roulants innovants conçus spécialement pour les enfants handicapés.

Les chaises légères, peu coûteuses, tout terrain, faites de plastique robuste dans des couleurs agréables pour les enfants ne nécessitent aucun entretien et sont simples à assembler.

Pablo Kaplan, fondateur de Wheelchairs of Hope

Pablo Kaplan, fondateur de Wheelchairs of Hope

Grâce à leurs contacts avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Suisse, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), ils ont appris que quelques 7 millions d'enfants avaient besoin d'un fauteuil roulant.

Les sociétés israéliennes Ziv-Av Engineering Group et Nekuda Design Management ont trouvé un moyen de les produire pour seulement 100 $ pièce. Des prototypes, imprimés sur une imprimante géante en trois dimensions, ont été testés et affinés par le personnel de l'hôpital de réadaptation ALYN pour enfants de Jérusalem. Le brevet a été fourni par le biais de l'assistance pro bono du cabinet d'avocats Reinhold Cohn.

Le mercredi 7 décembre, ALYN organisera une cérémonie marquant le premier envoi de 250 Wheelchairs of Hope aux enfants de moins de neuf ans en Israël et dans les territoires palestiniens, en coopération avec l'OMS, le ministère israélien des Affaires étrangères, l'UNICEF, L'USAID et des organisations de réadaptation dont Beit Issie Shapiro à Ra'anana.

Certains de ces fauteuils roulants sont réservés aux enfants des réfugiés syriens.

En outre, plus de 600 Wheelchairs of Hope seront livrés à des enfants handicapés au Pérou et au Tadjikistan par le biais d'une fondation philanthropique et de l'OMS.

Les organisations, dont le CICR, souhaitent que les fauteuils soient distribués après les catastrophes naturelles ainsi qu’aux enfants nécessiteux dans des pays comme l'Éthiopie et la République dominicaine.

«L'idée n'est pas le fauteuil lui-même, mais la mobilité et l'indépendance qu'il donne aux enfants qui n’auraient autrement pas accès à l'école ou à la vie communautaire», a déclaré Kaplan.

Source : Israel21c