Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Pour l'annonce de la réouverture des parcs et jardins par le psy parisien Paul Sillam

Pour l'annonce de la réouverture des parcs et jardins par le psy parisien Paul Sillam

Pour l'annonce de la réouverture des parcs et jardins parisiens après 3 mois clos, le psy parisien, Paul Sillam, nous offre sa joie intitulé: Quelle drôle d’idée !

Et si nous naissions dans un jardin ? 

Quelle drôle d’idée !

Et si sa terre provenait d’un doux mélange

des jardins de nos mères et de nos pères

Et si à chaque pas que nous faisions,

à chaque décision que nous prenions,

à chaque chute aussi, nous enrichissons sa terre...

A quoi ressemblerait ce jardinet aujourd’hui ?

Serait-il une forêt vierge, un marécage, une prairie ?

Y pousserait-il des plantes, des fruits, des fleurs ?

De quelles odeurs seraient les arbres ?

Qui sait dans quel état est ce lopin aujourd’hui ?

Et si là-bas, les joies y étaient mille fois amplifiées

Et si, ce refuge nous consolait mille fois

de nos peines, de nos peurs et de l’ennui...

Mais si vous n’aviez pas la main verte ?

Et si vous ne vouliez pas être jardinier ?

Laisseriez-vous quand même ce don à l’abandon ? 

Et si, sous ce jardin de naissance, se cachait un animal sauvage

qui défendait cet enclos quand vous n’y êtes pas...

Et si son langage se réduisait aux fleurs de lapsus,

aux odeurs de symptômes, aux blessures de rêves ?

Et si les cauchemars nous réveillaient

pour éviter la lourde peine non-assistance à terre en danger ?

Combien de temps le laisseriez-vous encore en jachère ?

Et si, un râteau et une pelle à la main,

vous décidiez, maintenant, de prendre soin de cette terre ?

Faudra surement débroussailler, couper, bêcher,

observer l’influence du temps et du ciel...

trouver le bon sens paysan...

Faudra, peut-être aussi, faire la paix avec ce frère sauvage,

et réunir vos forces complémentaires

en inventant la démocratie intérieure

Et si apprivoisé l’un l’autre, on se mettait à

préparer les quatre saisons à venir.

On y sèmerait les graines des parfums sensuels

de nos âmes légères et épanouies

afin d’aimer nos tribus actuelles et celles à venir.

Le psy parisien Paul Sillam

Les titres de la semaine d'Alliance le premier magazine juif sur le net

Les titres d'Alliance le premier magazine juif Alliance

Les articles qui ont fait le buzz sur les réseaux sociaux et sur Radio Shalom 94.8 le vendredi après midi.
L'actu d'Alliance l'autre façon de voir l'actualité israélienne.
L'actualité franco israélienne, c'est tous les jours, des articles sélectionnés et  traduits pour vous, pour la plupart des articles vus nul part ailleurs.
Avec plus de 1 million de vues par mois, Alliance se distingue par son historique gigantesques 64 giga d'informations stockées depuis 1997.
Votre article sera au top de Google tout comme le premier magazine juif sur le net si vous souhaitez être lu et vu à votre tour.

Le patrimoine génétique des Cananéens survit chez les Arabes et Juifs

Une nouvelle étude ADN révèle que le patrimoine génétique des Cananéens est encore présent dans les civilisations arabes et juives.

L'héritage surprenant des Cananéens, mystérieux peuple de l'âge du bronze

Une nouvelle étude ADN révèle que le patrimoine génétique des Cananéens est encore présent dans les civilisations arabes et juives.

Ils sont connus comme le peuple ayant vécu dans le « pays où coulent le lait et le miel » jusqu'à ce qu'ils soient vaincus par les anciens Israélites et disparaissent. Un nouveau rapport scientifique révèle cependant que le patrimoine génétique des Cananéens survit chez les civilisations arabes et juives modernes.

L'étude, publiée dans Cell montre également que les migrants des lointaines montagnes du Caucase se sont mêlés aux populations natives pour forger la singulière culture cananéenne qui a dominé la région entre l'Égypte et la Mésopotamie pendant l'âge du bronze (environ 3 000 avant J.-C. à 1 200 avant J.-C.).

L'équipe a extrait de l'ADN des ossements de 73 individus mis au jour sur cinq sites cananéens disséminés à travers Israël et la Jordanie sur une période de 1500 ans. Ils ont également pris en compte les analyses de 20 individus supplémentaires issus de quatre sites précédemment signalés.

« Les individus de tous les sites sont très similaires sur le plan génétique », explique le co-auteur et évolutionniste moléculaire Liran Carmel, de l'Université hébraïque de Jérusalem. Ainsi, alors que les Cananéens vivaient dans des cités-États éloignées et ne se sont jamais fondus en un empire, ils partageaient des gènes ainsi qu'une culture commune.

Les chercheurs ont également comparé l'ADN ancien à celui des populations modernes et ont constaté que la plupart des groupes arabes et juifs de la région devaient plus de la moitié de leur ADN aux Cananéens et à d'autres peuples qui habitaient l'ancien Proche-Orient - une zone englobant une grande partie du Levant moderne, le Caucase et l'Iran.

L'étude - fruit d'une collaboration entre le laboratoire de Carmel, l'ancien laboratoire d'ADN à l'Université de Harvard dirigé par le généticien David Reich, et d'autres groupes - était de loin la plus grande du genre menée dans la région. Ses conclusions sont les dernières d'une série de percées récentes dans notre compréhension de ce peuple mystérieux dont il ne reste que peu de traces écrites.

Marc Haber, généticien au Wellcome Trust's Sanger Institute à Hinxton, Royaume-Uni, a codirigé une étude datée de 2017 portant sur cinq individus cananéens de la ville côtière de Sidon. Les résultats ont montré que les Libanais modernes devaient plus de 90 % de leur ascendance génétique aux Cananéens.

 

« VOLEURS ET CANANÉENS »

Alors que les Égyptiens construisaient des pyramides et que les Mésopotamiens construisaient des ziggourats il y a environ 4 500 ans, les Cananéens ont commencé à développer des villes entre ces grandes puissances. Ils apparaissent pour la première fois dans les archives historiques vers 1 800 avant J.-C., lorsque le roi de la cité-Etat de Mari, dans l'est de la Syrie, s'est plaint des « voleurs et Cananéens ».

La correspondance diplomatique écrite cinq siècles plus tard mentionne plusieurs rois cananéens, qui luttaient pour conserver leur indépendance vis-à-vis de l'Égypte. « Le pays de Canaan est votre pays et ses rois sont vos serviteurs », a reconnu un monarque babylonien dans une lettre au pharaon égyptien Akhenaton .

Des textes bibliques, écrits plusieurs siècles plus tard, insistent sur le fait que Yahweh avait promis la terre de Canaan aux Israélites après leur fuite d'Egypte.

Les écritures juives stipulent que les nouveaux arrivants ont finalement triomphé, mais les preuves archéologiques ne montrent pas une destruction généralisée des populations cananéennes. Au lieu de cela, ils semblent avoir été progressivement conquis par des envahisseurs ultérieurs, les Philistins, les Grecs et les Romains.

Les Cananéens parlaient une langue sémitique et ont longtemps été considérés comme issus de populations antérieures qui s'étaient établies dans la région des milliers d'années auparavant. Mais les archéologues se sont interrogés sur une poterie rouge et noire découverte sur les sites cananéens qui ressemble fortement à une céramique trouvée dans les montagnes du Caucase, à environ 1 200 km au nord-ouest.
Les historiens ont également noté que de nombreux noms cananéens dérivent de l'hourrite, une langue non sémite du Caucase.

Difficile de dire si cela résulte du commerce en plein essor ou de flux migratoires. La nouvelle étude démontre qu'un nombre important de personnes, et pas seulement des marchandises, se déplaçaient dans les premières villes et premiers empires de l'humanité. Les gènes des individus cananéens se sont révélés être un mélange de personnes néolithiques locales et de migrants du Caucase, qui ont commencé à apparaître dans la région au début de l'âge du bronze.

Carmel ajoute que la migration semble avoir été plus qu'un événement ponctuel et « aurait pu impliquer plusieurs vagues migratoire tout au long de l'âge du bronze ».

Un frère et une sœur ayant vécu vers 1 500 avant J.-C. à Megiddo, dans ce qui est aujourd'hui le nord d'Israël, venaient ainsi d'une famille qui avait émigré relativement récemment du nord-est. L'équipe de chercheurs a également noté que les individus de deux sites côtiers - Ashkelon en Israël et Sidon au Liban - présentaient un peu plus de diversité génétique. Cela peut être le résultat de liens commerciaux plus larges dans les villes portuaires méditerranéennes.

Glenn Schwartz, un archéologue de l'Université Johns Hopkins qui n'a pas pris part à l'étude, a déclaré que les données biologiques fournissaient un bon aperçu de la façon dont les Cananéens partageaient un nombre notable de gènes et de traits culturels.

Et Haber a également noté que la quantité de résultats ADN collectés était particulièrement impressionnante, étant donné la difficulté d'extraire des échantillons d'ossements enfouis dans une région où la chaleur peut rapidement dégrader le matériel génétique.

 

QUI ÉTAIT LÀ LE PREMIER ?

Les politiciens israéliens et palestiniens affirment que la région d'Israël et les territoires palestiniens sont le foyer ancestral de leur peuple respectif, et affirment que l'autre groupe est, de fait, arrivé après. « Nous sommes les Cananéens », a affirmé l'an dernier le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. « Cette terre est pour ses habitants… qui étaient ici il y a 5 000 ans. »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, quant à lui, a déclaré récemment que les ancêtres des Palestiniens modernes « venaient de la péninsule arabique en Terre d'Israël des milliers d'années » après les Israélites.

La nouvelle étude suggère qu'en dépit des changements tumultueux dans la région depuis l'âge du bronze, « les habitants actuels de la région sont, dans une large mesure, descendants de ses anciens habitants », conclut Schwartz - bien que Carmel ajoute qu'il existe des indices de changements démographiques ultérieurs.

Carmel espère étendre bientôt les résultats de cette étude en collectant l'ADN des restes d'individus qui peuvent être identifiés comme Judéens, Moabites, Ammonites et d'autres groupes mentionnés notamment dans la Bible.

« On pourrait analyser les ossements des "Cananéens" par opposition à ceux des "Israélites"», ajoute l'archéologue Mary Ellen Buck, qui a écrit un livre sur les Cananéens.
« La Bible affirme qu'il s'agit de groupes distincts et antagonistes, mais il y a des raisons de croire qu'ils étaient très étroitement liés. »

Tel Megiddo était une importante cité-Etat cananéenne pendant l'âge du bronze. De nouvelles analyses ADN révèle que la population de la ville comprenait des migrants des montagnes du Caucase.

Tel Megiddo était une importante cité-Etat cananéenne pendant l'âge du bronze. De nouvelles analyses ADN révèle que la population de la ville comprenait des migrants des montagnes du Caucase.

 

Andrew Lawler est un journaliste et écrivain qui a couvert les excavations controversées menées sous Jérusalem et le mystère de la Colonie Perdue pour National Geographic.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Coronavirus : vers de nouvelles restrictions en Israël

Israël envisage de réimposer les restrictions alors que les infections remontent,

Les taux d’infection ont recommencé à augmenter en Israël, ce qui a incité le gouvernement à envisager de réimposer les restrictions qui avaient été assouplies pour la première fois à la mi-avril.

En particulier dans les écoles, depuis que le gouvernement a commencé à assouplir les restrictions à la mi-avril.

Le nombre de tests positifs est passé à 101 vendredi, contre quatre samedi dernier, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrera des ministres et des responsables de la santé ce week-end pour décider de fermer à nouveau les écoles pour certaines classes.

Faisant irruption dans un jour férié pour faire preuve de prudence, le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar-Siman-Tov, a déclaré que certaines personnes n’avaient pas été suffisamment vigilantes concernant la distanciation sociale, l’hygiène et le port de masques.

Bien que le nombre de tests quotidiens n’ait pas changé, le taux de résultats positifs est passé de 1,5% à 1,5%, a-t-il déclaré aux journalistes.

« Malheureusement, la maladie est toujours présente », a déclaré M. Bar-Siman-Tov.

Du cannabis utilisé lors des rituels religieux en Israël il y a 2000 ans

Autel au royaume de Judas en Israël il y a 2000 ans

Une étude publiée dans le jour­nal de l’Ins­ti­tut d’ar­chéo­lo­gie de l’uni­ver­sité de Tel Aviv donne la preuve que du canna­bis était consumé lors de céré­mo­nies reli­gieuses au royaume de Juda, dans l’ac­tuel Israël, il y a envi­ron 2 000 ans. L’ana­lyse de deux autels a révélé la présence irré­fu­table de canna­bis, rappor­tait CNN jeudi 28 mai.

Dans la vallée de Bersa­bée, en 1963, deux autels en calcaire ont été décou­verts dans un tombeau du site archéo­lo­gique de Tel Arad, en Israël. Une étude publiée le 28 mai par des cher­cheurs israé­liens démontre la présence d’en­cens et de canna­bis sur les maté­riaux consti­tuant les deux autels.

Ces derniers se trouvent aujourd’­hui au Musée d’Is­raël, à Jéru­sa­lem. C’est la première fois qu’une preuve physique de la présence de canna­bis au Proche-Orient ancien est iden­ti­fiée. Les cher­cheurs affirment que de nombreuses cultures dans le monde utili­saient des compo­sants hallu­ci­no­gènes pour obte­nir une « extase reli­gieuse ».

« Mais nous n’ima­gi­nions pas que le royaume de Juda prenait part à ses pratiques », déclare Eran Arie, l’au­teur de l’étude. La chro­ma­to­gra­phie a permis d’iden­ti­fier la présence de rési­dus de CBD, de THC et de CBN sur les autels du tombeau. Pour les scien­ti­fiques, cette décou­verte apporte « une nouvelle vision sur le culte de Juda ».

Selon l’étude, ces décou­vertes suggèrent que le canna­bis était brûlé dans un but psychoac­tif qui faisait partie du rituel, et non pas pour sa senteur. « S’ils ne voulaient que l’odeur du canna­bis, ils auraient pu brûler des sauges », explique Arie. Ainsi, ces rituels brûlaient le canna­bis pour libé­rer ses ingré­dients psycho­tropes, et en profi­ter.

Source : CNN

Union des indépendants d'Israël: L'union fait la force tous solidaires

Sarah Ben de l'union des indépendants d'Israël

TOUS SOLIDAIRES, PARCE QUE L’UNION FERA NOTRE FORCE

Par : Hava Mélanie Oz

 

Sarah Ben, devenue franco-israélienne à l’âge de 7 ans, est confrontée dès son arrivée à la situation géopolitique brûlante avec la Guerre du Golf, à de nombreux Intifadas, et en parallèle à cela, aux grandes difficultés d'adaptation de sa mère. De ces épreuves majeures, elle tirera sa force et en fera le combat de sa vie : aider les Olim Hadashim (nouveaux immigrants) à trouver leur place dans ce pays qui est le leur sans le connaître encore vraiment, et dont il faut conquérir le cœur avec volonté et amour pour y pérenniser son existence et sa descendance.

Elle fait ses armes dans la création des magazines papiers, Jérusalem en Or, Tourist Pass, Israël mariages pour fonder en 2009, le célèbre site en ligne Trouver en Israël qui deviendra un magazine papier pour faire une connexion entre les francophones et les israéliens , et de groupes/pages multiples toujours actives sur le réseau social Facebook pour toujours créer davantage de lien, de connexion, de rencontre, de partage et d’échange entre les olim hadashim franco-israéliens et les israéliens de naissance. Au fil du temps, Sarah Ben s’entoure de plus en plus de personnes de sa trempe pour consolider ensemble les fondations de ce pont qu’elle a commencé à bâtir entre les cultures de la diaspora dès l’âge de 22 ans.

 

Aujourd’hui, avec la crise sanitaire de la Covid-19 qui a ruinée tant de professionnels et donc de foyers se retrouvant dans une situation de misère intolérable, Sarah et son équipe de mousquetaires s’engagent avec vigueur à venir au secours de cette communauté touchée, comme tout le reste du pays, de plein fouet par la paralysie économique. La non-maîtrise de la langue et le désœuvrement qui en découle face aux démarches administratives complexes, surtout en cette période singulière de crise, sont en cause.

L’urgence est à l’union, au soutien, à la bienveillance. Elle crée d’abord le groupe Facebook qu’elle intitule Union des Indépendants en Israël et qui, à ce jour, remporte déjà un franc succès avec plus de 2 000 adhérents en seulement quelques semaines.

Sarah avait vu juste, les professionnels indépendants franco-israéliens ont bel et bien besoin d’un sérieux coup de pouce et de se sentir faire partie d’une même équipe pour survivre dans leur pays. “Tous pour un, et un pour tous”, voici donc la devise apocryphe des Mousquetaires d’Alexandre Dumas qu’elle se réapproprie et brandit comme symbole de la force de son groupe et de l’association éponyme qu’elle créé ce 26 mai 2020.

Interview engagée et solidaire de notre Sarah Ben, qui allie les prières à l’action citoyenne pour que plus personne ne se sente isolé et contraint à la Yérida (le retour dans son pays de naissance).  

Quelle est votre vision de l'Alyah francophone actuelle ?

Sarah Ben -  Force est de constater que l’Alyah francophone a beaucoup évolué ces dernières années, et c’est une chance inouïe dont bénéficient les Olim Hadashim à présent.

Vous pensez bien que nous n’avons pas bénéficié d’autant d’avantages à notre arrivée il y a 30 ans, en pleine Guerre du Golf, sans Dôme de fer, cela va sans dire. Il fallait bien s’immerger dans le milieu israélien et se débrouiller tant bien que mal.

Et voici, je crois, là où le bas blesse. Avec autant d’avantages, les Olim de France (pour certains, loin de moi l’idée de faire des généralités) n’ont pas fait de l’apprentissage de la langue hébraïque leur priorité absolue. Le risque à recevoir tant d’aides et à chercher à recréer à tout prix une petite France en Israël a conduit à de magnifiques intégrations d’une part, mais aussi à une forme de ghettoïsation de certaines villes ou certains quartiers d’autre part. Travailler en français est devenu, pour certains donc, une solution de facilité pour pallier rapidement au manque de la si vitale parnassa, de revenus.
Et personne n’est en droit de leur jeter la pierre.

J’insiste simplement sur le fait que quel que soit sa façon d’aborder son Alyah, il demeure une règle en or, celle de maîtriser l’hébreu le plus rapidement possible. Parce que, soyons honnêtes, sans la langue, votre montée en Israël peut très vite tourner au calvaire, et à la tant redoutée yérida que j’ai très mal vécue pour ma part et que je ne souhaite de vivre à personne. On vient ici pour y rester et y fonder nos racines familiales.

Qu'est-ce-qui vous a poussé à créer l'Union des Indépendants en Israël ?

En temps normal, je suis sollicitée par des Olim en situation d’échec que je m’évertue à aider, du mieux que je peux, en essayant de redresser la barre de leur situation professionnelle.

Dès le début de la crise de la Covid-19, qui a donné lieu à une mise à l’arrêt totale de nos activités professionnelles, j’ai reçu des messages de désespoir.

Tant de familles se sont retrouvées et se trouvent encore dans une situation de faillite, et donc de misère totale.

J’ai appris avec stupeur le suicide de pères de famille acculés, dos au mur, sans pouvoir nourrir les siens. PLUS JAMAIS, rasvéshalom ! Nous avons la chance, certes, d’être un peuple de l’entraide où le hessed règne en maître BH, mais face à l’envergure sans précédent de cette crise sanitaire qui secoue le monde, nous n’avons pas pu soutenir tout le monde, nous n’avons pas pu non plus entendre les isolés et les pudiques qui n’osaient pas demander de l’aide.

A partir de ce moment-là, j’ai voulu créer en urgence un groupe Facebook et une association pour briser ce mur d’isolement inhumain derrière lequel beaucoup de gens souffrent en silence, pour développer la communication entre nous, établir un lien, une connexion permanente qui permette à ce que personne ne se sente plus abandonné. L'Union des Indépendants en Israël est née, et ce, grâce à la précieuse aide bénévole.

Désormais, nous voilà devenus tous les acteurs à part égale d’une même famille, car “Tous pour un et un pour tous. L’association du même nom a été ouverte le 26 mai dernier et constitue le moyen concret et efficace qui permettra à ceux qui sont tombés de se relever et rebondir vers un avenir plus serein, je l’espère. On sait bien, par expérience, et grâce à l’étude de notre Torah, que c’est dans les moments les plus obscurs que naît la Lumière.

En quelques mots, quelle est la mission du groupe Facebook tout d'abord et de l'association éponyme créée dans la foulée ? A qui s'adresse-t-il ? Et comment prévoyez-vous d'aider les différents statuts d'indépendants, du commerçant en passant par le praticien de neurofeedback à la créatrice de bijoux ou encore l'orthophoniste pour n'en citer que 4 ?

La mission du groupe Facebook Union des Indépendants en Israël est claire : regrouper les indépendants franco-israéliens pour leur offrir une visibilité notoire et leur permettre d'interagir les uns avec les autres. Il s’agit de tous ceux qui ont un statut de freelance avec un Ossek Patouh (petites entreprises) ou un Ossek Mourché (moyennes entreprises). Nous nous adressons également à tous ceux qui dirigent des Hevrot (grands entreprises) et qui appartiennent à la grande famille des indépendants.

Je suis si heureuse d’avoir appris que le groupe a déjà permis à certaines personnes de trouver du travail.

Il est important de préciser que les indépendants sont des entrepreneurs, des créateurs d'emplois qui participent à faire tourner l'économie israélienne à plein régime et payent énormément de charges. Le but du groupe est de faire entendre leur voix.

L’association, Union des Indépendants en Israël, a pour vocation de leur venir en aide au niveau de la langue, de la bureaucratie dans leurs démarches juridiques et fiscales, de leur donner accès à une meilleure visibilité publicitaire dans la Presse et les réseaux sociaux avec une meilleure maîtrise du community management, et enfin, et non des moindres, leur apporter une aide financière substantielle pour se remettre sur les rails en donnant accès à des prêts à taux quasi-nulle Cette association fait donc appel aux dons tout azimut du monde entier, de quiconque souhaite soutenir les indépendants Olim de France en situation de difficultée. Permettez-moi de faire référence au Choul'han 'Aroukh qui vient expliciter l’une des mitsvot les plus importantes de notre Torah : “la charité est l'un des piliers sur lesquels repose le monde. Cette Mitsva a la force de pardonner les fautes et de repousser tous les mauvais décrets. C'est la seule Mitsva que l'on peut accomplir en demandant à Hachem qu'Il nous accorde une requête en échange.

 

En tant qu'indépendant, comment faire appel à l’Union des Indépendants en Israël ? Comment ça marche ?

La première étape est de venir s’abonner au groupe Facebook, de publier un message qui vous présente, de partager le groupe auprès de vos contacts et de remplir le formulaire mis à votre disposition.

Ce dernier permet de recueillir toutes les informations concernant votre activité et votre situation actuelle. La partie “Témoignage” est ici fondamentale, car elle vous donne la parole, l’occasion de nous livrer de façon confidentielle votre histoire singulière.

Grâce à ce formulaire, nous pouvons vous répertorier en catégories professionnelles parmi les 96 rubriques déjà existantes.

L’avantage de la plateforme Facebook est de donner accès à cet annuaire vivant 24h/24 tout en faisant office de forum où chacun peut échanger avec l’autre de façon spontanée et efficace. Nous avons le projet de développer prochainement des réunions dans 4 grandes villes pour commencer. Leur but est de concrétiser les rencontres, d’offrir du coaching en business, de travailler sur sa confiance en soi, et d’échanger avec des partenaires potentiels.

Quelles sont en quelques mots les valeurs fondamentales qui feront de l'Union des Indépendants en Israël la porte d'entrée vers une Alyah solidaire, et souhaitons-le pour tous, heureuse et sereine ? Utopie ou réalité possible ?

Je répondrai spontanément : PARTAGE, ENTRE-AIDE, SOLIDARITÉ, ALLIANCE.

Et sans hésiter une seule seconde, je vous dirai qu’on est face à un rêve réalisable. Il suffit de s’en donner les moyens. C’est précisément la mission de l'Union des Indépendants en Israël qui en identifiant les problèmes auxquels les indépendants francophones font face que nous parviendrons ensemble à y remédier. Aujourd’hui, on vous tend la main pour que demain, nous puissions avancer main dans la main pour former une hardout (une union).

Qu'est-ce-que vous auriez envie de dire aux francophones à travers le monde qui souhaitent eux aussi faire leur Alyah prochainement ?

Vous ne devez pas avoir peur de l’ombre de la montagne sans avoir vu la montagne. Ça suffit d’avoir peur de la Peur. Mais l’Alyah n’est pas une aventure à prendre à la légère pour autant. Pour bien faire, il est essentiel de se préparer. Et deveniez ce sur quoi vous devez travailler le plus ? La maîtrise de la langue ! Si vous savez parler et encore mieux, lire et écrire l’hébreu, vous trouverez votre place dans ce merveilleux pays qu’est Israël. Les israéliens font un très bon accueil à tous ceux qui font l’effort de s’adapter. En dehors de cette période dramatique, vous devez savoir que notre nation ne compte que 3% de taux de chômage. Mais soyez-en convaincu, notre tout premier ministre, David Ben Gurion, avait bien vu quand il affirma : “Celui qui ne croit pas aux miracles en Israël n’est pas un réaliste”. Venez donc vérifier par vous-même ce que notre nation est parvenue à faire de ce désert aride en seulement 72 ans.

Tout est possible, alors unissons nos forces pour bousculer les portes du Ciel et faire pleuvoir les miracles d’Hachem sur sa terre.

Mes sincères remerciements au Rois du monde, mon mari Dan ,Jonathan doukhan, Natalie Cohen Chemama ,Nathalie Procho, , Claudine Douillet -Alliance , Futé magazine Europe Israël, Trouver en Israël, Qualita, Radio Shalom, Eli Semama -jboost, Maître Jordan Zagdoun et Elisabeth Lancry pour la création de l’association , Philippe et Stéphanie Sarfati, Ilan Guedj, Jessy Taieb, Yael Nadjar de l’agence média Sidewalks, William Afri, Hava Mélanie Oz pour avoir accepté de faire cet article bénévolement et à toutes les personnes qui continuerons à soutenir ce beau projet.

 

Groupe Facebook : Union des Indépendants en Israël

Pour effectuer un don, vous pouvez remplir le formulaire sur le groupe FB et on vous contactera dans les plus brefs délais.

Par : Hava Mélanie Oz

 

Union des indépendants d'Israël sarah Ben

Union des indépendants d'Israël sarah Ben

 

Tourisme au départ d’Israël et Covid 19 : Seychelles d'Israël

seychelles Israël avec SI travel4you Philippe Sarfati

Tourisme au départ d’Israël et Covid 19

Parfois on se pose la question suivante : Est ce que ces presque 3 mois d’inactivité nous auraient ramolli le cerveau?

Proposer des destinations à un public israélien juste après cette pandémie, est bien plus difficile qu’il n’y paraît.

D’autant que le gouvernement a imposé 5 destinations uniques dans un premier temps....

La Grèce et toutes les îles autour (dont Chypre), la Géorgie, le Monténégro, l'Autriche et… Les Seychelles….mais même aux Seychelles, ce ne sont pas TOUTES les îles qui sont “permises” pour les voyageurs israéliens.

Justement, les israéliens si “avides” de voyages, déjà en temps normal, mais là, après presque 3 mois de disette d’évasion, on penserait qu’ils sont prêts à aller n’importe où, l’essentiel étant d’y aller….

Les israéliens si habitués à effectuer de courts séjours en Europe par exemple, furent privés de ce plaisir, là encore, on penserait qu’ils seraient prêts à accepter n’importe lequel des produits disponibles sur le marché..

Non, bien au contraire, les israéliens prennent le temps de peser le pour et le contre, se renseignent, posent des questions, et surtout comparent leurs informations avec les nôtres…

Habituellement, les israéliens ne sont pas si “difficiles”, si le prix convient, si les conditions de règlement correspondent à leurs attentes, ils “foncent”, ils achètent, ce sont des vrais consommateurs.

Là, c’est tout le contraire, ils prennent le temps de comparer, de réfléchir, de choisir.

Et voulez-vous que je vous dise ? C’est bien plus agréable pour nous, professionnels de l’industrie du tourisme, d’expliquer, de raconter nos produits, que de subir une lutte des prix telle qu’elle existait “avant le Covid 19”.

Alors, cette crise, nous permet ENFIN d’exercer notre vrai métier, celui du conseil, celui de l’expertise, celui du tourisme !!!

De notre côté, chez SI Travel4You, nous avons packagé de VRAIS produits pour les destinations autorisées par les gouvernements concernés.

De plus, les directives concernant le tourisme peuvent évoluer de jour en jour, par conséquent, nous permettons à nos clients de réserver sans aucun prépaiement, sans débiter leur carte bancaire au moment de la réservation. Nos clients ne paieront leur séjour que quelques jours avant le départ, c’est une réelle exclusivité de SI Travel4You.

Seychelles d'Israël avec SI travel4you Philippe Sarfati

Seychelles d'Israël avec l'agence de voyage SI travel4you  de Philippe Sarfati

Etant informé de toutes les contraintes spécifiques à chaque destination, nous avons sélectionné certains hôtels qui correspondent au profil de nos clients habituels.

C’est comme cela que nous avons contacté la chaîne des hôtels Hilton et que nous avons négocié, aux meilleures conditions, des séjours en juillet et en août pour les Seychelles, dans un 5 étoiles, en villa privative, et piscine privée, juste histoire que nos clients se retrouvent au beau milieu d’une carte postale…

 

https://sitravel4you.com/produit/les-seychelles-hotel-hilton-seychelles-labriz-juillet

 

Ou encore un séjour à Paphos, à Chypre, dans un Resort 5 étoiles Luxe, sur la plage et en All Inclusive, histoire que nos clients puissent profiter des bienfaits du régime Crétois :

 

https://sitravel4you.com/produit/paphos-chypre-en-juillet-all-inclusive

 

Sans oublier les délices de Vienne, la capitale de l’Autriche, où là encore, après avoir négocié avec la chaîne Marriott, nous avons obtenu des conditions préférentielles auprès de la célèbre marque d’hôtels pour nos clients.

Là encore, nous avons sélectionné cet hôtel pour sa proximité avec une série de restaurants Casher, afin que ceux qui observent la Casherout ne soient pas défavorisés par rapport aux autres. Sans oublier les 63 activités que nous proposons à Vienne durant cette période : Musées, visites, ballades en vélo, découvertes…

 

https://sitravel4you.com/produit/vienne-mariott-juillet

 

Je ne ferais pas ici l’étalage des 250 produits que nous avons packagé pour nos clients.

Je vous invite tous à venir visiter notre boutique voyage, pour cela il vous suffit de cliquer ici

 

https://sitravel4you.com/nos-deals-voyage

 

Bien entendu, nous privilégions et proposons également des hôtels dans tout Israël, nous sommes à l’écoute de tous, et pour tous les budgets.

 

Nous nous efforçons d’être à l’écoute des besoins de nos clients, le tout en respectant les directives gouvernementales.

 

Un jour prochain, nous l’espérons tous, cette pandémie ne sera plus qu’un mauvais souvenir, adieu les masques, adieu les distances entre les gens, adieu les craintes...

 

Mais pour l’heure, et pour nous préserver les uns des autres, nous devons être attentifs aux directives, et nous devons pour nos familles, pour nos proches être solidaires et respecter les conseils donnés par les autorités, qui, il faut le souligner ont effectué en Israël, un remarquable travail durant cette crise, qui je le rappelle, n’est pas encore terminée.


A vous, cher lecteur, nous vous souhaitons une bonne santé, pour vous et tous vos proches, et nous vous espérons bientôt sur www.sitravel4you.com

Philippe Sarfati CEO

+972-52-383-3355

Le confinement des étrangers débarquant en Israël peut être réduit à quatre jours

Prof. Rothstein: L'isolement des rapatriés de l'étranger peut être réduit à quatre jour

Le professeur Rothstein: L'isolement des rapatriés de l'étranger peut être réduit à quatre jours

Le directeur de l'hôpital Hadassah a critiqué la politique du gouvernement, qui, selon lui, ignore les données et impose une politique inclusive, et affirme que deux tests corona pour toute personne venant de l'étranger peuvent réduire la durée de l'isolement.

Le professeur Rothstein a raconté comment un dispositif médical essentiel pour les patients atteints de cancer a été désactivé à l'hôpital parce que les techniciens allemands ne sont pas prêts à venir en Israël pour le réparer et à rester ici en isolement pendant 14 jours.

Il a critiqué mardi la conduite du gouvernement dans une interview avec Jacob Eichler selon laquelle le gouvernement ne fait pas référence aux données et que l'isolement des rapatriés de l'étranger peut être remplacé par deux tests corona et un isolement de quatre Jours seulement. 

Lors du contrôle, nous découvrons la maladie lorsqu'il y a une certaine charge virale, qui commence plus ou moins le quatrième jour. Donc, si vous effectuez un contrôle à l'atterrissage et un autre contrôle de au bout de 4 jours durant l'isolement et que ces deux tests s'avèrent donc négatifs, la personne peut être retirée en toute sécurité de l'isolement", a déclaré Rothstein.

Le professeur a critiqué la conduite de l'administration dans plusieurs cas au cours des derniers mois, Rothstein affirme toujours que le gouvernement fonctionne mal. Les restrictions imposées aux rapatriés de pays sans risques ni maladies du tout pourraient être abaissées".

L'obligation de deux semaines d'isolement sans distinction de pays de retour de l'étranger, crée des difficultés même pour la direction de l'hôpital, a déclaré Rothstein lors d'une interview.  

L'agence de voyage en Israël, SI Travel4YOU, faite pour vous

Philippe Sarfati de Travel4you en israel

Le plus difficile étant de débuter devant une page blanche, et surtout après plus de plus de trois mois d’inactivité, mais, puisque l’occasion m’est offerte par le magazine Alliance, je me lance !!!

Revenu il y a un tout petit plus de 5 ans en Israël, avec la connaissance du pays et de la langue, j’ai tout de suite recommencé ma vie professionnelle à zéro.

Après avoir travaillé dans l’industrie du tourisme, et après une poignée de semaines au chômage, fort de mes plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de la vente, j’ai décidé fin décembre 2019 de créer ma propre entité, mon propre label autour d’un concept novateur en B2B.

L’idée générale, le concept,  est d’offrir aux professionnels du voyage (et aux particuliers)  toute une série de services sur mesure comme les vols, les hôtels, les croisières, les activités, les locations de voitures et même les billets pour des concerts ou des événements sportifs sur les 5 continents.

Le concept est de proposer une boîte à outils “tout en un” où les particuliers ET les agences de voyages pourront trouver aux meilleurs prix et avec le meilleur service, tout ce qui se distribue dans le monde du voyage.

Ma connaissance des fournisseurs, de la profession et particulièrement des mécanismes du métier me rendaient très enthousiaste.

Entouré d’une équipe de leaders et de différentes compétences, le tout en investissant un nombre incalculable d’heures de travail, en quelques semaines nous avons réussi à créer le website de SI Travel4You.

Ouverts la première semaine de janvier, l’entreprise a tout de suite connu ses premiers succès, mais….dès la 3ème semaine de février, encéphalogramme plat dû au Corona.

Ce satané virus n’a pas fait que tuer des personnes physiques, ce virus a également tué des entreprises. Ce sont des pans entiers de l’économie israélienne qui sont encore touchés, plus de 75.000 entreprises du pays sont encore en crise.

Nous concernant, nous avons profité de ces plus de trois mois pour affiner les derniers détails de notre website, nous avons profité de cette période de disette pour améliorer nos relations avec nos fournisseurs, nous avons fait le dos rond, en attendant que cette tempête s’arrête de souffler.

Et depuis quelques jours, les affaires reprennent avec l’annonce du gouvernement israélien de l’ouverture du pays vers certaines destinations comme la Grèce, Chypre, la Géorgie, le Monténégro, l’Autriche et les Seychelles, et bien entendu la réouverture des hôtels en Israël.

Depuis quelques jours nous sommes de nouveau sur le terrain, en utilisant nos outils comme notre page Facebook ou bien entendu notre site internet.

Il est certain que cette crise laissera des traces dans l’économie de notre pays,

Nul doute qu’un nombre certain des 75.000 entreprises en difficulté sera amené à disparaître.

Mais il est également certain que le plus grand nombre va survivre, 

Ce “revival” se fera grâce à la volonté et au courage des hommes et des femmes de ce merveilleux pays, mais pas seulement, cette renaissance se fera grâce à VOUS, 

Oui VOUS lecteurs de ce merveilleux magazine,

Oui VOUS qui me faites l’honneur de me lire,

Oui VOUS qui allez consommer BLEU & BLANC

Oui vous qui allez donner la préférence à une entreprise locale plutôt qu’à une “US Major”

Oui vous qui allez relancer la consommation de notre patrie en favorisant les entreprises israéliennes.

Si vous habitez en Israël et que vous souhaitez voyager vers l’étranger ou en Israël - dans le respect des règles imposées par le gouvernement - www.sitravel4you.com est l’une des entreprises sur lesquelles vous pourrez compter afin que nous fassions de votre voyage un rêve éveillé.

En conclusion, je dirais que parfois, il nous arrive quelque chose dans la vie qui nous rend “tout petit” - comme le Corona, et parfois cette même chose peut vous faire grandir.

Je suis persuadé que le Corona aura rendu notre pays encore plus fort, encore plus uni, encore plus beau, encore plus... Israël.

Philippe SARFATI CEO

SI Travel4You

www.sitravel4you.com

Philippe Sarfati CEO

+972-52-383-3355

Stephanie Szerman VP

+972-51-55-600-50

Israël est une lumière pour les nations dans sa lutte contre la Covid-19 et pas seulement

États-Unis et en Israël afin de développer des projets médicaux innovants visant à détecter, traiter et guérir le COVID-19

Israël est une lumière pour les nations.
L'État juif est connu pour faire plus avec moins et dépasser au-delà de toutes les attentes raisonnables. Il a fait fleurir le désert, apporté la démocratie et le pluralisme au Moyen-Orient, repoussé des ennemis plus grands et mieux équipés, et est devenu un centre mondial d'innovation technologique avec une main liée derrière le dos pendant 72 ans. Aujourd'hui, la réputation d'Israël de trouver des solutions aux défis les plus épineux de l'humanité transparaît dans sa réponse à COVID-19.

Les Américains reconnaissent largement le caractère unique, l'histoire et l'expertise innovante d'Israël. Les élus à Washington doivent faire avancer rapidement l'effort bipartisan pour s'approprier 12 millions de dollars de fonds "pour renforcer les partenariats entre les entreprises aux États-Unis et en Israël afin de développer des projets médicaux innovants visant à détecter, traiter et guérir le COVID-19".

Le secteur privé israélien, les forces armées, le gouvernement et les professionnels de la santé travaillent dans des partenariats extraordinaires qui s'appuient sur une approche commune pour lutter contre COVID-19.

Pour accélérer la production de ventilateurs et garantir la disponibilité dans les coins les plus pauvres du monde, le centre de recherche et développement basé en Israël de Microsoft collabore avec l'un des services médicaux d'urgence d'Israël, le Tel Aviv Sourasky Medical Center et la Force aérienne israélienne pour développer - un ventilateur à bas prix pouvant être produit en série dans les laboratoires sans avoir besoin d'usines dédiées. "

Pour réduire le besoin de ressources les services de santé Leumit et les forces de défense israéliennes travaillent ensemble "pour construire une unité de test innovante pour effectuer les tests COVID-19 sans avoir besoin d'équipement de protection pour le personnel paramédical ou l'infirmière qui administre le test. "

Pour augmenter la précision des tests, un professeur de l'Université Ben Gourion du Néguev a développé un test COVID-19 "qui produit des résultats en moins d'une minute et a un taux de réussite de 90%".

L'Institut Technion-Israël de Technologie a plusieurs projets en cours pour améliorer les tests et développer des médicaments pour gagner la lutte contre le virus. Le Galilee Research Institute a annoncé fin mars "qu'il s'attendait à commencer les tests humains d'un vaccin oral ... pour le coronavirus dans huit à 10 semaines".

Et Hadassah Medical Organization développe de nouvelles techniques de test qui augmenteront le nombre de tests pouvant être administrés et lus rapidement de 2 000 par jour à 100 000 par jour.

De Tel Aviv à Jérusalem les Israéliens étaient capables de répondre à la pandémie car ils sont conditionnés pour se mobiliser rapidement dans les situations de crise.

Ils démontrent leur engagement au service de l'humanité, quelles que soient les conditions. Parce qu'en cas de besoin, les Israéliens répondent présent là où ils sont nécessaires peu importe quand et où.

Israël était en première ligne après le tremblement de terre dévastateur en Haïti, a contribué directement à aider les habitants de la Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina, et maintenant les efforts du pays pour lutter contre le nouveau coronavirus touchent le monde.

"En avril, un avion de ligne israélien a atterri à Détroit avec "3,5 millions de masques de protection chirurgicaux et KN95, des écrans faciaux et des oxymètres de pouls sur le point d'être distribués dans les hôpitaux du Michigan, les résidences pour personnes âgées, les premiers intervenants et d'autres professionnels".

Selon des informations parues dans la presse, trois pays arabes "coopèrent activement avec le système de santé israélien, l'un d'eux ayant récemment demandé de l'aide pour installer un système de télémédecine avancé". Et même les Nations Unies ont reconnu les efforts d'Israël pour se coordonner avec l'Autorité palestinienne pour faire face à l'épidémie généralisée de COVID-19.

L'État juif défend les valeurs occidentales, promeut les intérêts américains et a prouvé à maintes reprises qu'il est un leader dans le genre d'innovation altruiste et de pointe qui peut vaincre la pandémie mondiale. Israël est le bon partenaire pour nous dans la lutte contre COVID-19.

À l'ère des budgets fédéraux de plusieurs billions de dollars, 12 millions de dollars peuvent ne pas sembler beaucoup d'argent, mais un petit investissement dans les efforts conjoints américano-israéliens pour lutter contre le coronavirus pourrait bien être exactement ce dont le monde a besoin.

Par  Shari Dollinger