Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Une école de Berlin dénonce un incident antisémite

Hitler était bon école Ernst Reuter à Berlin

Un incident antisémite s'est produit dans une école berlinoise, à la mi-décembre, faisant les gros titres des médias ces derniers jours.

Un élève juif allemand a été victime de violences verbales antisémites de la part de l'une de ses  camarades de classe, arabe, à l'école Ernst Reuter à Berlin, en ces termes "Hitler était bon"

L'incident a eu lieu lors d'une discussion sur le conflit au Moyen-Orient, lorsque l'élève juif de 18 ans s'est prononcé contre la création d'un État palestinien et a reçu une réponse sévère d'une camarade.

Parlant à un journal juif local, le jeune homme a affirmé qu'il avait déjà fait face à des insultes et que les abus antisémitesavaient été une pratique courante dans sa vie scolaire.

«J'ai essayé de rester calme, de sourire et de présenter des faits, mais j'ai décidé de rompre mon silence sur le commentaire concernant Hitler», a-t-il expliqué.

Suite à l'incident, l'élève, qui avait fréquenté l'école pendant deux ans, s'est plaint de l'altercation au principal, qui s'est engagé à le protéger.

L'administration de l'école a confirmé l'incident avec une déclaration sur sa page d'accueil.

«Avec consternation et rejet catégorique, nous devons annoncer qu'un incident antisémite s'est produit dans notre école la semaine dernière, au cours duquel un de nos étudiants a été victime de discrimination», indique le message.

Selon le Berliner Zeitung, la fille qui a fait cette déclaration abusive s'est immédiatement rendu compte que ses propos étaient discriminatoires, et elle s'est excusée auprès de l'élève.

Une piece d'argile révélant l'existence du premier Temple juif à Jérusalem

Sceau du premier temple juif à jérusalem

Une impression rare de sceau de la période du Premier Temple, sur laquelle est inscrite l’écriture hébraïque ancienne a a été exposée dans une excavation de l’Autorité des antiquités d’Israël sur la place du Mur du Kottel à Jérusalem.

טביעת החותם. צילום: קלרה עמית, רשות העתיקות

החפירות שניהלה רשות העתיקות ברחבת הכותל. צילום: שלומית וקסלר-בדולח, רשות העתיקות

Selon les estimations, il s’agit d’un sceau qui appartenait au «ministre de la ville» de Jérusalem,  le plus haut fonctionnaire municipal de la ville , il y a environ 2700 ans.

ראש העיר ירושלים ניר ברקת עם טביעת חותם שר העיר מתקופת בית ראשון. צילום: יולי שוורץ, רשות העתיקות

Cette empreinte de sceau est une extraordinaire pièce d’argile imprimée . Sa taille est de 15 x 13 mm, et 2-3 mm d’épaisseur. Au sommet se trouve, deux figures qui se font face, et dans la partie inférieure, l’inscription en caractères hébreux anciens. Le sceau a été montré pour la première fois au maire de Jérusalem, Nir Barkat, la semaine dernière, lorsqu’il a visité le centre Davidson au Mur des Lamentations, et à la fin de l’étude, il sera exposé dans son bureau.

Source info News

Un département secret ouvert à Bercy pour poursuivre les Juifs

Bercy poursuit les Juifs de France

Nous vous avions fait part dans plusieurs de nos articles sur Alliance et dans nos émissions de radio,  sur Judaïques FM, des conséquences directe  qu'Israël a rejoint l'OCDE et des échanges entre la France et Israël à partir du 31 décembre 2017

Le journal Globes annonce  l'ouverture d'un département avec 20 agents parlant l'hébreu afin de vérifier les comptes bancaires des non résidents israéliens ayant un compte en Israël.

Ainsi dans le fameux bâtiment de Bercy, au 13 éme étage, un département a été ouvert afin de pister tous les Juifs qui pourraient avoir un compte en Israël et des biens fonciers.

Mais c'est  anticonstitutionnel.
En effet  il est interdit de poursuivre des individus selon leur religion ou leur appartenance ethnique.

Un département secret ouvert à Bercy pour poursuivre les Juifs

Un département secret ouvert à Bercy pour poursuivre les Juifs

Dans ce cas précis il n'y pas d'autres moyens de savoir si nous avons un compte en Israël que de lister "tous" les Juifs de France et appeler la banque d'Israël pour le savoir.

Il y a donc des fortes chances que ce département soit illégal et tombe sous le coup de la loi.
Mais rappelons tout de même que  le fisc bénéficie de tous les droits, et de tous les moyens pour récupérer les sommes qui ont réussit à lui échapper.

Dans tout les cas ce département "secret" a pour mission de pister les Juifs de France.

Un extrait de la traduction de l'article de Globe publié sur Actualité Juive

"Pour repérer les éventuels fraudeurs, les enquêteurs de l’unité de Bercy approchent le Cadastre israélien afin d’avoir accès aux transactions immobilières réalisées dans les principales villes affectionnées par les français, Tel-Aviv, Netanya, Herzlya, Raanana ou encore Jérusalem. Ils examinent les documents afin de repérer des  numéros de passeports français. C’est ensuite un jeu d’enfant de localiser l’acheteur et de le convoquer à Bercy si l’acquisition n’a pas été déclarée au fisc français. En 2016,  les enquêteurs de la brigade financière israélienne, l’unité Laav 433, ont d’ailleurs investi, à la demande d’Interpol, des villas acquises par des juifs de France à Herzlya  afin de rechercher des documents liés à la transaction.  Et les olim de France seraient aussi dans le collimateur. Toujours d’après le fiscaliste, aujourd’hui, chaque français juif qui a fait son alya est examiné. Les enquêteurs vérifient s’il possède des avoirs ou des biens en Israël, non déclarés au fisc français. Histoire de repérer d’éventuelles alyah fiscales.

Il existe cependant une coopération fiscale entre la France et Israël. Il est d’ailleurs très fréquent que Paris demande, via Interpol, des informations sur des citoyens français propriétaires de biens en Israël.
Bien plus qu’elle ne le fait avec d’autres états. Mais la plupart se soldent par une fin de non-recevoir.. Alors pourquoi les autorités fiscales s’en prendraient ainsi aux juifs de France se demande le quotidien économique ? Tout simplement car elle estime qu’ils seraient responsables d’évasion fiscales à hauteur de plusieurs millions d’euros et tient à les poursuivre.. 

L'article du journal Globes en anglais

The secret department has 20 Hebrew-speaking employees, and is hiring five more to investigate tax evasion.

In Paris's 12th arrondissement, on Bercy Street by the banks of the River Seine, on the 13th floor of the Ministry of Finance is France's tax authority headquarters. Something has been afoot there recently that is liable to upset French Jews and spook their relations with the country in which they live. Under the radar, a secret department has been created with the sole purpose of handling tax evasion by French Jews. "Globes" can reveal for the first time the details of the secret department that is targeting Jews in France and new immigrants from France in Israel.Sources inform "Globes" that over the past year, the tax authority in the Fifth Republic founded a special department for dealing with French Jews.

The department currently has 20 Hebrew-speaking employees, and is in the process of hiring five more. This extraordinary department is one of a kind. Tax authorities do not usually establish departments targeting a specific nationality or religion. The action is astonishing, especially when the country involved is France, which is constitutionally defined as a secular republic that refrains from "marking" people according to their religion. Tax authorities around the world do establish teams to deal with sectors whose tax reporting is questionable. They target a specific market when there is concern that it contains a large amount of unreported capital, such as the real estate market or the diamond market. Setting up a specific department dealing with a designated nationality or religion, however, is not an accepted practice.

The only "department" ostensibly close in character to this secret French department is a new department established in the US Internal Revenue Service (IRS) for dealing with cases of Israelis, American-Israelis, and Americans with assets and money in Israel. This US department, however, resulted from the Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) signed by Israel and the US, in which huge amounts of information are transferred by the countries about their taxpayers, and someone has to handle that information. This was not the purpose for which the department was set up in the French tax authority.

The French department was established to handle French Jewish tax evaders, and hired employees with professional experience and a profound understanding of Israeli law in order to examine whether Jews were using these laws to evade tax in France. The aim of the department is to catch French tax evaders using Israel as a tax shelter.

Examining real estate deals

An international lawyer specializing in taxation who is familiar with the secret department says, "It is very, very irregular to hire 20 Hebrew-speaking employees, or any other language, in a foreign tax authority. Most tax authorities have one or two Hebrew-speakers, and there are English or French-speaking employees in Israel for the purpose of signing conventions and conducting relations with the tax authorities of other countries. Every tax authority has employees that speak a foreign language, but hiring 20 or more Hebrew-speaking investigators is very irregular."

The lawyer adds that he learned from his acquaintance with the department and its employees that some of the employees hired previously lived in Israel. "They hired Hebrew-speaking French people, some of whom previously lived in Israel and moved back to France," he told "Globes."

According to information obtained by "Globes," as part of the department's activity, its employees take out Land Registry extracts in Israel for the purpose of examining deals contracted in Israel and reaching French residents who have acquired properties here. The investigators have mapped the main streets in various cities in Israel, including Tel Aviv, Herzliya, Ra'anana, Netanya, and Jerusalem, in which many purchases by Jewish residents of France take place. They have obtained Land Registry extracts and examined the particulars of a deal in order to detect foreign passport numbers. The investigators cross-referenced the information with information in their databases and the reports by those French Jews about their assets and income. In cases in which it was found that the person did not report the properties he bought in Israel, he was also summoned for questioning.

Sources inform "Globes" that a French Jew recently went to the secret department for an "audit" without knowing exactly what was to be discussed. For safety's sake, he took his lawyer with him - a fact that proved extremely important for him. During the discussion about his declarations of his assets and funds, the questioners very quickly presented a Land Registry extract including all of the French Jewish client's housing units in Israel. The discussion took place, and at the end, the lawyer wondered in what framework the new investigation was taking place. A seemingly innocent casual conversation in the corridor with one of the investigators revealed the amazing fact that a special department for dealing with French Jews and their tax evasion was involved.

Targeting immigrants to Israel from France

Through the special division, in addition to mapping the properties of French people in Israel, the tax authority in France has begun direct interrogations of Jewish residents of France who are in the midst of immigrating to Israel, and examining whether they possess money or assets that they did not previously declare, and whether this is the reason why they decided to immigrate to Israel.

According to figures from the Israel Ministry of Immigration and Absorption, immigration from France has increased dramatically in recent years. 1,211 new immigrants arrived in Israel from France in the first half of 2017. A study conducted at Bar-Ilan University showed that the economic benefit for the Israeli economy from the absorption of Jews from France would reach $65 billion. The study assumes that 100,000 immigrants will arrive from France by 2026.

These figures are surprising to no one. Massive purchases of properties in Israel by French people have been spoken of for years, some by immigrants and some not, and a number of international investigations were opened against French people on suspicion of tax offenses and evasion on an enormous scale in France and laundering money in Israel through real estate purchases. These developments apparently attracted the attention of the French tax authority, which decided to target French Jews.

The sources also told "Globes" that the French tax authority is one of the main tax authorities that contacts the Israel Tax Authority in order to obtain information about French residents with exceptionally large assets in Israel, compared with other countries, but many of the requests are rejected. "They call the Israel Tax Authority almost every day with requests for information about some person or other, but many of the requests are rejected, because they do not meet the conditions of the conventions on exchanges of information. They are just fishing," says a source involved in information exchanges between the two countries.

The French embassy in Israel said in response, "In the framework of the campaign against tax evasion, the authorities in France conduct investigations concerning individual cases, in accordance with the international agreements. The authorities in France deny the existence of a special department. It is extremely important to state that the things that were written are false.

"Taxes in France are calculated according to risk considerations. There is therefore no connection whatsoever to the national affiliation or ethnic origin of taxpayers. Next year, automatic exchanges of information are scheduled between OECD member countries."

Published by Globes [online], Israel Business News - www.globes-online.com - on December 28, 2017

Israël, le nouvel eldorado de la high-tech chinoise

chine et israel investissements chinois

Les géants chinois multiplient les participations et les acquisitions de start-up israéliennes. Tel-Aviv est devenue une place de choix pour les investissements de la deuxième puissance mondiale qui pourrait devenir, pour l’Etat hébreu, un partenaire aussi important que les Etats-Unis.

chine et israel investissements chinois

chine et israel investissements chinois

Israël, le nouvel eldorado de la high-tech chinoise

"Dans le domaine des affaires, nous prévoyons que les relations israélo-chinoises reflèteront en miroir l’intensité de la relation entre Israël et les États-Unis à bien des égards, y compris la mise en place de centres de R. & D. de compagnies multinationales, l’attraction vers les marchés et institutions financières, les infrastructures et le libre-échange", analyse Lionel Friedfeld, co-auteur avec Philippe Metoudi, d’"Israël et la Chine - de la route de la soie à l'autoroute de l'innovation". Selon Eli Tihar, consultant chez Deloitte Israël, il existe un “nouveau corridor d’innovation” entre ces deux pays.

Les sociétés high-tech de capital-risque israéliennes ont levé 500 millions de dollars auprès d'investisseurs chinois en 2014, 700 millions en 2015. Selon une autre étude, le montant approcherait le milliard de dollars en 2016 et la tendance serait toujours à la hausse. De plus en plus d’acteurs chinois – + 16% chaque année selon le centre de recherche israélien IVC – investissent dans la “Start-up nation”.

Les fonds d’investissement tels que Mizmaa ou encore Sino Israel Technologies multiplient les participations et annoncent leur envie de garnir massivement leur portefeuille israélien. Une tendance accompagnée par les gouvernements et les géants de l’économie numérique chinoise.

ALIBABA A TROUVÉ UNE NOUVELLE CAVERNE

Début octobre 2017, Alibaba a annoncé un investissement de 15 milliards de dollars sur trois ans dans différents centres R&D à travers le monde et Tel-Aviv fait partie des villes choisies.

Une annonce suivie d’effets puisque l’entreprise de Jack Ma a acquis, pour une somme avoisinant les 50 millions de dollars, une start-up israélienne nommée Visualead, spécialisée dans les QR codes. “Une transaction qui a envoyé un signal fort aux entreprises chinoises, les invitant à prêter attention au leadership mondial d’Israël dans la technologie de rupture et à son écosystème unique” commente Lionel Friedfeld.

Le signal a été intercepté par Baidu, l’équivalent chinois de Google, qui va investir en 2018 une dizaine de millions de dollars dans la technologie israélienne.

Wahaha, le géant des boissons, tourné désormais vers l’innovation technologique et plus spécialement vers l’intelligence artificielle a signé un partenariat avec l’académie des sciences chinoises et l’Université de Haïfa. Selon le ministre de l’économie israélienne, Elie Cohen, Lenovo serait sur le point d’acquérir deux start-up israéliennes et de créer un centre de recherche et développement dans la région de Tel-Aviv.

ISRAËL VEUT SE FAIRE UNE PLACE DANS L’EMPIRE DU MILIEU
La Chine souhaite aussi attirer l’innovation israélienne sur son propre sol.

Un premier accélérateur en partenariat avec les ministères de l’économie des deux pays vient de voir le jour à Shangaï. 10 start-up israéliennes ont été choisies parmi plus de 100 candidatures.

Le marché chinois est un marché avec un potentiel énorme pour les start-up israéliennes, mais c'est aussi l'un des marchés les plus complexes sur lesquels opérer”, nuance Ofir Gur, attaché commercial de l’ambassade d’Israël en Chine.

“Barrières culturelles, barrières linguistiques, pratiques commerciales différentes, sont des obstacles auxquels se heurte une entreprise israélienne, en particulier une entreprise technologique qui tente de réussir en Chine", précise le diplomate.

Si les débouchés commerciaux attirent les Israéliens, les places financières chinoises pourraient devenir le nouveau graal à décrocher. "Le marché boursier chinois deviendra une autre option très viable pour les entreprises israéliennes à la recherche de financements publics", analyse Eli Tidhar de Deloitte Israël.

Un simple petit bond en avant pour la Chine qui, par ailleurs multiplie en Europe, en Asie et aux Etats-Unis ses investissement mais une grande évolution pour Israël qui pourrait compter sur un autre partenaire de poids pour développer et proposer ses innovations.

Source : usine digitale
pour en savoir plus cliquez ici 

La fin de la corruption en Israël, une loi est enfin votée

fin de la corruption en Israel

Jérusalem - Une loi limitant les pouvoirs de la police israélienne dans les affaires de corruption présumée, soutenue par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, lui même soupçonné dans ce genre d'affaires, a été votée jeudi par le Parlement.

L a fin de la corruption en Israel

L a fin de la corruption en Israel

Le projet de loi a été adopté définitivement à l'issue d'un débat marathon par 59 voix contre 54 sur 120.

Cette loi prévoit que la police n'a plus le pouvoir de recommander auprès du procureur général des inculpations à la suite de ses enquêtes.

Benjamin Netanyahu a accepté que le texte initial soit modifié et ne s'applique pas aux affaires le concernant pour lesquelles il a été interrogé à sept reprises ces derniers mois par la police.

Les "affaires" impliquant le Premier ministre ont poussé dans la rue des milliers de manifestants, qui ont défilé chaque samedi soir à Tel Aviv depuis le début du mois pour dénoncer la corruption.

Le Premier ministre, qui proclame son innocence, a accusé la police de partie pris et d'avoir "apparemment" voulu son inculpation "dès le début des enquêtes, malgré les faits qui prouvent à l'évidence qu'il n'y a rien".

Il a annoncé à l'avance qu'il n'avait pas l'intention de démissionner au cas où la police recommanderait son inculpation.

M. Netanyahu, 68 ans, ne cesse de dénoncer également une tentative de "putsch" de la part des médias et de l'opposition de gauche.

Dans l'une des enquêtes le visant, M. Netanyahu est soupçonné d'avoir reçu, illégalement, des cadeaux de personnalités très riches, dont le milliardaire australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan. La valeur totale de ces cadeaux a été évaluée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

Une autre enquête cherche à déterminer si M. Netanyahu aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yediot Aharonot pour une couverture favorable de la part du quotidien israélien. 

Le nom de son avocat personnel et d'un ancien chef de bureau apparaissent par ailleurs dans une affaire de corruption présumée liée à l'achat de trois sous-marins allemands.

Selon l'initiateur du projet de loi, David Amsalem, du parti Likoud de M. Netanyahu, cette loi ne vise qu'à protéger les droits et la réputation des suspects. 

Premier ministre depuis 2009, après avoir déjà occupé ce poste entre 1996 et 1999, M. Netanyahu s'est constamment défendu de tout méfait et se dit victime d'une campagne pour le chasser du pouvoir.

Par ailleurs, le député du Likoud David Bitan, très proche de M. Netanyahu, a lui aussi été interrogé à plusieurs reprises par la police.

L'enquête le concernant porte sur des soupçons de corruption et de liens entre des membres de la municipalité de Rishon LeZion près de Tel-Aviv, dont David Bitan, et le crime organisé, selon des sources policières. 

M. Bitan a été un des plus actifs défenseurs du projet de loi adopté jeudi sur la police, avant de devoir démissionner mercredi dernier de son poste de chef de la coalition.

 

Source l'EXPRESS pour en savoir plus 

Un nouveau record à Tel-Aviv construction d'une tour de 36 mètres de haut

tour à Tel-Aviv de 36 metre de haut en lego

Cette tour pourrait battre le précédent record établi en Italie en 2015 avec une tour haute de 35,05 mètres.

La mairie de la ville israélienne  de Tel-Aviv a annoncé avoir présenté mercredi une tour en Lego de 36 mètres de haut destinée à battre le record du monde homologué par le Guinness.

tour en lego  Tel-Aviv un record

tour en lego Tel-Aviv un record

Pour un enfant mort d'un cancer. Cette tour a été construite en collectionnant des morceaux de Lego fournis par des habitants de Tel-Aviv depuis un an. La campagne pour l'inscription de cette tour au Guinness avait été lancée il y a un peu plus d'un an par les éducateurs du petit Omer Sayag, un enfant de 8 ans mort du cancer en 2014, qui construisait des tours en Lego durant sa maladie. Constituée de plus d'un demi-million de morceaux, la tour se trouve pendant quatre jours sur la place Rabin, devant l'immeuble imposant de la municipalité de la ville côtière.

Le précédent record est de 35,05 mètres. Le précédent record de la plus grande tour en Lego remonte, selon le livre Guinness, à 2015 quand la filiale italienne de l'entreprise Lego a bâti une tour de 35,05 mètres pour l'exposition universelle de Milan. Un dossier, composé notamment de photos prises depuis un drone, sera envoyé au Guinness afin d'homologuer le nouveau record, a affirmé à l'AFP une porte-parole de la mairie.

Source Europe 1

Israël va interdire le commerce de bitcoins

bitcoins interdit en Israël

Israël va interdire le commerce de bitcoins

La commission de contrôle israélienne des valeurs mobilières a affirmé vouloir interdire le commerce de cryptomonnaies en Israël tant que les transactions impliquant ces monnaies ne sont pas réglementées.

Bitcoin

Le directeur de cette Autorité, Shmouel Hauser, a déclaré lundi que cette proposition sera discutée la semaine prochaine lors d'une réunion avec les responsables de la régulation du marché boursier

DADO RUVIC

Le directeur de cette Autorité, Shmouel Hauser, a déclaré lundi que cette proposition sera discutée la semaine prochaine lors d'une réunion avec les responsables de la régulation du marché boursier. "Tant qu'il n'y aura pas de réglementation, nous ferons en sorte que les sociétés dont les échanges sont fondés principalement sur des monnaies virtuelles ne pourront pas négocier sur le marché boursier à Tel-Aviv", a-t-il dit.

Il a également prévenu que "les activités de sociétés existantes dont l'essentiel de l'activité est basée sur le bitcoin seront suspendues". "Nous poursuivrons cette politique jusqu'à ce que nous trouvions un cadre réglementaire approprié pour ces transactions", a précisé M.Hauser. Il a par ailleurs expliqué que cette décision est destinée à protéger le public dans ce domaine.

Le bitcoin, cette monnaie virtuelle qui a fait irruption sur la scène financière internationale en 2017, est passé d'environ 1.000 dollars en janvier à plus de 16.000 dollars à la mi-décembre, une ascension vertigineuse faisant craindre une bulle, même dans les milieux financiers rompus à la spéculation et à la volatilité.

"Personne ne sait ce qu'il y a derrière"

"Je pense que le prix du bitcoin est une bulle et personne ne sait ce qu'il y a derrière", a renchéri M.Hauser. Un vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, avait pressé mercredi dernier les autorités de régulation européennes de moderniser urgemment les règles financières pour faire face à la volatilité du bitcoin.

Source Challenge.fr

Pour en savoir plus cliquez ici 

Et si le plus grand danger pour Israël étaient les évangélistes ?

évangéliste véritable danger pour l'état juif

Alors que nous sommes ,pour la plupart, surpris de cette constance à réclamer Jérusalem , comme capitale d'Israel de la part de ces "chrétiens sionistes",depuis pas moins de trois décennies, ont est à même de se demander mais enfin que cache une telle sollicitude ?

Comment est-il possible que nous soyons passé, de peuple décide à peuple messianique ?
Et si la réponse était dans la question :si ce peuple a pu "tuer le fils de Dieu" il peut certainement le ramener sur terre.

Pourquoi pas ! Comme expliqué dans un précédent article tant qu'il ne nous est pas demandé de parjurer notre foi c'est tout bénéfice pour l'état d'Israël.

Mais non, car  l'objectif de ces "mécènes" est de ramener tout le peuple juif en Israël afin de le convertir afin qu'il reconnaisse Jésus en tant messie.

danger pour Israël

Déclaration des évangélistes pour Jésus

Ce pourrait faire presque sourire, si leur christianisme messianique n'avaient pas déjà phagocytés et ce au plus haut degré les institutions d'Israël, l'état juif. 

Le ver est déjà dans la pomme et ceux qui refusent cette manne sont pour le moins marginalisés. Ce sont des millions de dollars qui continuent d'inonder Israël de ces évangélistes et Il est quasiment impossible de s'y soustraire.
 Si ce n'est par le feu ce sera par l'amour et nous les convertiront quelque soit le prix à payer. pourrait être leur devise

Leur finalité hautement stratégique est tissée autour du Grand Israël dont l’objectif principal est d’amener les Juifs du monde entier à revenir sur la terre de leurs ancêtres... et de se convertir.

Selon l’écrivain israélo-américain Gershom Gorenberg, les évangélistes "n'aiment pas les Juifs. La doctrine évangélique du salut est une pièce en cinq actes où les Juifs disparaissent au cinquième".

Car sous couvert de discours amoureux envers Israël et son peuple, les sionistes chrétiens cachent certaines idées hostiles du genre : « Dieu n’entend pas les prières des Juifs. » « Les Juifs ont tout, sauf une vie religieuse ».

L’antisémitisme aurait pour cause la «rébellion des Juifs contre Dieu » et que celui-ci allait attirer les « nations antisémites en Israël pour y soumettre les Juifs afin qu’ils confessent que Jésus est le Seigneur ».

Le soutien des évangéliques à Israël n’est donc pas inconditionnel mais justifié par une vision théologique. Ainsi, les nouveaux missionnaires chrétiens tentent inlassablement de convertir les Juifs, si ce n’est par le feu, c’est par « l’amour » cette fois.

Les évangélistes et Israël : un ‘’amour’’ à double tranchant

L’activisme évangéliste existe en Israël depuis la création du pays mais ne se serait vraiment développé que dans les années 80, après que le Premier ministre de l’époque, Menahem Begin, ait rencontré à plusieurs reprises, le pasteur texan John Hagee de San Antonio, à la tête d’un important mouvement protestant américain sioniste.

Alors qu’au début des années 1980, le parlement israélien déclare Jérusalem réunifiée capitale éternelle de l’Etat juif, cette proclamation déclenche immédiatement une vague internationale d’indignation dans tout l’éventail du monde politique.

En réplique, les ambassades étrangères situées à Jérusalem quittent la ville et s’installent à Tel Aviv. C’est dans ce contexte qu’un petit groupe de croyants organisent dans la capitale israélienne la ‘’marche de Soukot des chrétiens’’ qui rassemble plus de mille initiés du monde entier, supporters d’Israël.

Pendant que la communauté internationale continue de s’indigner de plus en plus contre la décision de l’Etat hébreu, ce petit groupe de chrétiens choisit d’exprimer sa solidarité avec Israël. Il s’active à construire l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem (ICEJ), une institution représentant les fidèles désirant se tenir à la droite du peuple juif.

L’ancien maire de la ville, Teddy Kolek, et le Premier ministre de l’époque, Menahem Begin, approuve son ouverture et y voient dans ces heures de solitude internationale, un signe d’amitié profonde et de bonne volonté.

Convaincus que l'établissement d'un Etat juif en Palestine est l'accomplissement de la prophétie biblique, les 40 millions de chrétiens évangéliques, essentiellement américains, qui constituent la base électorale la plus solide du Parti républicain, sont pour la plupart de fervents sionistes.

Ils voient en nous le « peuple élu » et attribuent un rôle décisif aux Juifs et à l´Etat d'Israël dans le projet divin pour la fin des temps.

Ce qui annoncerait, selon leurs Ecritures, la nouvelle venue de leur messie.
C’est pourquoi ils soutiennent financièrement et politiquement l’Etat hébreu et se présentent comme les meilleurs amis et soutien du peuple juif. Certains de ces fidèles revendiquent même le souhait de pouvoir être né juif.

Selon le politologue français Frédéric Encel , ce sionisme chrétien vise à aider des Juifs à s’installer en Israël et/ou à y rester.
tAinsi entre 1994 et 2002, l’un des plus puissants mouvements sionistes chrétiens américains, la Fraternité internationale des Chrétiens et des Juifs (International Fellowship of Christians and Jews, fondée en 1983), a récolté presque 65 millions de dollars au profit de l’immigration juive en Israël, tandis qu’une autre congrégation très active baptisée Christians for Israel/USA a financé depuis 1991 l’émigration vers Israël de 65.000 juifs d’ex-Union soviétique.

D’autres groupes, comme l’Ambassade chrétienne à Jérusalem – qui compte de fortes ramifications en Europe, y compris en France – ou le First Pentecostal Tabernacle, mènent des actions plus portées sur le social et la communication afin de renforcer sur place le peuple qui, une fois son unité retrouvée, reconnaîtra, selon leur croyance, Jésus comme le Messie, sauvant par là même les chrétiens incrédules.

Les évangélistes s’inscrivent donc, dans le mouvement fondamentaliste protestant né à la fin du XIXe siècle qui croit dans le combat entre la lumière et les ténèbres.

Politiquement, ils soutiennent le maintien de la réunification de Jérusalem et milite contre une éventuelle division de la capitale.
Ils revendiquent également Israël comme pays juif. Les évangélistes sont plutôt contre la solution de deux Etats qu’ils voient comme irréaliste.
Pour leur part, les Premiers ministres israéliens successifs ont accueilli très favorablement ce soutien politique. Chaque année, par exemple, se tient à Jérusalem une réunion mondiale de l’Ambassade chrétienne éponyme, reconnue officiellement et dont les leaders font l’objet d’une grande attention de la part des dirigeants israéliens comme en son temps l’ancien Premier ministre Ariel Sharon ou l’actuel, Benjamin Netanyahu et leur conseiller Dore Gold ou encore Gidon Saar, l’actuel Ministre de l’Education.

Un tourisme engagé et idéologique
Chaque année, le tourisme de près de 400.000 visiteurs américains évangélistes apportent une manne considérable en Israël. A Jérusalem, le défilé annuel des chrétiens à Soukot est devenu un des plus grands événements touristiques populaires du pays.
En 2006, le célèbre télévangéliste américain Pat Robertson s'est rendu en Israël durant la seconde guerre du Liban. Il a, peu après, participé à une publicité pour attirer les chrétiens des Etats-Unis en Israël, alors déserté par les touristes.

Une manne financière controversée
En 2000, un des fonds chrétiens américains le plus important d’Israël, Ha Keren le Yedidout, présidé par le rabbin controversé Yehiel Eckstein de Chicago, est créé.

En 3 ans, il a versé près de 20 millions de dollars.

Rien qu’en 2003, il a attribué plus d’un demi-million de shekels à la mairie de Beer-Shev’a et 300.000 shekels à celle de Migdal Haemek ainsi qu’à l’organisme Eshel s’occupant des personnes âgées. La mairie d’Acre aurait perçu le double.

En 2006, les différents groupes évangélistes qui agissaient jusque là séparément ont décidé de s’unir à l’instar des organisations juives.

Cette nébuleuse de tendances protestantes ramasse chaque année des millions de dollars pour Israël, notamment pour les constructions de logements, l’immigration, les besoins matériels en temps de guerre, etc.

Fin 2007, l’Agence Juive a, pour la 1e fois de son histoire, intégré dans sa direction des représentants chrétiens contre des subventions de 180 millions de shekels sur 3 ans. Cette décision a soulevé une grande colère auprès de certains rabbins et hauts responsables de l’Agence Juive.
L’année dernière, la décision du Ministre de l’Education, Gidon Saar, d’élargir le projet pédagogique intitulé « pour un renforcement des valeurs sionistes » visant à envoyer 20.000 élèves israéliens sur les traces du judaïsme, initié par le mouvement « Mibéréshit » présidé par le rav Mordéhai Elon a été en fait financé par un millionnaire évangéliste canadien. Ce dernier a déjà versé 14 millions de dollars pour que les « élèves israéliens connaissent mieux la bible ».

Attention danger ?
Lors de la grande vague d’immigration russe, les évangélistes ont cherché à convertir les non juifs afin qu’ils constituent la base de leur futur projet d’évangélisation de tous les Juifs.

Mais plusieurs associations ont dénoncé cette entreprise. Les missionnaires ont alors changé de tactique, pas d’objectif.
Cependant, l’association Yad La Ahim reste en alerte et de nombreux rabbins refusent les fonds de l’organisme évangéliste Ha Keren le Yedidout.

Cependant les importantes sommes versées aux divers publics en Israël ont rendu certaines communautés comme les orthodoxes ou les sionistes religieux dépendants financièrement des évangélistes, ce qui n’est pas sans poser problème.

Plus insidieux, l’ICEJ édite des brochures en hébreux, expliquant son soutien à Israël et au peuple juif, détaillant ses activités bénévoles sociales comme l’aide par l’écoute aux rescapés de la Shoah, le soutien aux personnes âgées, aux handicapés et aux orphelinats, la distribution alimentaire, l’assistance aux soldats sans famille. Son département social s’occupe de prodiguer des colis aux nouveaux immigrants afin d’aider leur installation en Israël. Il dispense également des aides sociales aux populations en difficulté, des soins dentaires, des appareils auditifs. Ces dépliants utilisent nombre de citations de la Bible et des Prophètes pour brouiller leur message. Ils sont illustrés de photos représentant d’importantes personnalités politiques israéliennes (Shimon Peres, Ehud Olmet, Haim Herzog, Ytshak Shamir), même religieuses comme les rabbins Michael Melchior ou Shlomo Goren sonnant du shofar devant le Kotel.

En février dernier, devant l’ampleur des actions évangélistes remontant jusqu’ au niveau institutionnel, un groupe de personnalités publiques et religieuses s’est mobilisé pour réfléchir à comment contrer l’influence grandissante de cette église en Israël.

Pour en savoir plus cliquez sur ce lien 
Source : Juif.org
Noémie Grynberg 2010

Offensive de l'armée syrienne au Mont Hermon en Israël

Offensive de l'armée syrienne au Mont Hermon en Israël

Soutenues par des milices chiites pro-iraniennes, l'armée gouvernementale syrienne a amplifié sa progression dans le sud du pays, visant la dernière enclave encore tenue par la rébellion dans une zone située près des frontières israélienne et libanaise.

L'armée de Damas et ses alliés se sont rapprochés des fronts est et sud de Beït Djine, bénéficiant d'un appui aérien et de tirs d'artillerie d'une intensité considérable.

Les forces gouvernementales disent avoir encerclé le village de Mughr al Mer, sur les contreforts du mont Hermon, alors que d'autres soldats avançaient vers Beït Djine. Cette enclave est la dernière que tiennent encore les insurgés au sud-ouest de Damas, zone connue sous le nom de Ghouta occidentale.

troupe syrienne avec drapeau syrien

troupe syrienne avec drapeau syrien

De source occidentale, des miliciens soutenus par Téhéran et des combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah, jouent un rôle majeur dans cette offensive. La présence de ces milices préoccupe Israël qui a multiplié ces dernières semaines les interventions aériennes contre des cibles soupçonnées de défendre les intérêts iraniens ou du Hezbollah.

Source Figaro 

Mise en demeure de Fabrice Uzan webmaster du site lemonde.co.il

4 articles sur 5 du magazine Alliance sur  Lemonde.co.il.

Monsieur Fabrice Uzan

En tant que fondatrice du premier magazine juif sur le net, Alliance, je vous demande expressément de retirer l’ensemble  des informations de notre magazine de votre site.

Votre technique consiste à publier sans autorisation par flux RSS l’ensemble des informations d'Alliance sans respecter les lois de publications du web.

 

4 articles sur 5 du magazine Alliance sur Lemonde.co.il.

4 articles sur 5 du magazine Alliance sur Lemonde.co.il.

Ces informations sont traduites par mon équipe de l’hébreu en français, ces personnes sont payées par Alliance.
Sans demander d’autorisation vous vous permettez de les publier dans leur intégralité !
La loi de l’édition sur le web pourtant stipule que lorsque l’on reprend un article :
de demander l’autorisation écrite d’indiquer la source ,le nom de l’auteur à la fin de l’article
et ne pas le publier intégralement afin que les lecteurs puissent le lire sur le site d’origine.
Ce que vous ne respectez absolument pas.

L’ensemble de votre site est constitué de copié collé du contenu des sites juifs.
Je vous demande donc de supprimer nos informations de votre site ,je mets en copie notre avocat Maitre Johann Habbib afin de vérifier la bonne exécution de notre demande.
J’espère que je n’aurai pas à devoir également prévenir les autres médias de vos agissements.
Cordialement
Claudine Douillet

Cet article peut évidemment être publié sur votre site 🙂

Claudine Douillet