Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Le harosset : Recettes et Symboles


Le Harosset est le seul élément du plateau du Séder qui ne soit pas une matière première mais la combinaison de plusieurs ingrédients, fabriqué par chaque famille selon ses traditions. Seul élément doux du plateau, il est souvent composé des fruits provenant des sept espèces auxquelles le pays d'Israël est comparé dans la Bible. On peut y mettre de la pomme : en souvenir des femmes juives qui accouchaient sous le pommier, comme le rapporte le Cantique des Cantiques. Certaines femmes font le Harosset avec des épices qui symbolisent la paille utilisée pour composer le mortier (comme la cannelle en bâton). De plus, dans certaines communautés, le Harosset est un peu délayé dans du vin ou du jus de raisin afin que la pâte en soit moins compacte. Ce liquide, rouge, est ajouté en souvenir de la plaie de sang qui fut la première des dix plaies et du sang des milliers d'enfants juifs que le Pharaon fit égorger pour se guérir de la lèpre. Enfin, le Harosset est une pâte de fruits ou une compote, dans la composition de laquelle, on remarque certaines tendances régulières : en Orient, amandes, dattes ou figues y sont présentes, en Europe, pommes et noix, chez les portugais, amandes, pommes, raisins, épices et vin, chez les judéo-espagnol, le harosset est composé de pommes, noix, figues, dattes et de raisins secs, mixés avec du vin Au Surinam, on ajoute de la noix de Coco !

Le Séder et ses mitzvots

Pour fêter comme il se doit la sortie d'Egypte et se rendre quitte de son devoir le soir de Pessa'h, chacun à l'obligation d'accomplir les commandements suivants : · Raconter l'importance et les miracles de la Sortie d'Egypte, · Boire quatre coupes de vin pour marquer les quatre étapes de la libération, · Manger au moins trente grammes de Matsa pour revivre la précipitation de la Sortie d'Egypte · Manger du Maror en souvenir de l'amertume de l'esclavage, · Se rappeler le sacrifice de Pessa'h en souvenir du saut qu'accomplit l'Eternel au dessus des maisons juives lors de la plaie des premiers-nés, · Louer l'Eternel qui nous a sortis de l'esclavage d'Egypte, nous a donné la Torah et nous a offert la terre d'Israël, · Enfin, se réjouir pendant la fête. Toutes ces mitsvots sont accomplies selon un ordre spécial : le Séder ...

La venue d'Elyahou Anavi

PESSA'H

  Il y a quelque trois cents ans, le Mayflower chargé d'immigrants vers le nouveau monde, quittait les rives d'Angleterre. C'était un événement de première importance, tant pour l'Angleterre que pour l'Amérique. Mais on aimerait savoir s'il existe un anglais qui sache la date exacte de cet embarquement et combien la savent parmi les américains ? Et savent-ils le nombre d'émigrés embarqués sur ce navire ? Et quel genre de pain ils mangeaient en partant ? ... Voici pourtant que, quelque trois mille et trois cents ans avant le Mayflower, les juifs sont sortis d'Egypte, et tous les juifs de monde, en Amérique comme en Russie, savent exactement la date de ce départ qui est le 15 du mois de Nissan. Et ils savent tous exactement quel genre de pain ils mangeaient, un pain non levé. Et jusqu'à ce jour, le 15 Nissan, tous les juifs du monde mangent du pain azyme. Ils racontent, et la sortie d'Egypte et les souffrances qu'ont dû subir les juifs depuis le jour où ils ont été dispersés, et ils terminent ce récit par deux phrases :  

Cette année esclaves, l'an prochain homme libres.

l'an prochain à Jérusalem.

(David Ben Gourion)

La venue du Prophète

 

La tradition énonce que le personnage du Prophète Elie, ou Elyahou Hanavi participe à la fête de Pessa'h dans chaque famille. C'est pourquoi sa présence est marquée par une coupe de vin pleine, posée au centre de la table du Séder, ou Coupe d'Elyahou. Comme en ces soirées pascales, la tradition veut qu'on soit plus proche que jamais de l'arrivée du Messie, on ne verrouille pas les portes de la maison, souvenir de la sortie d'Egypte, et de la délivrance miraculeuse des ancêtres des Hébreux. La porte est même ouverte en grand au moment où, dans la Hagadah on invoque le Prophète Elie, pour ne pas empêcher la venue du précurseur du Messie. En Tunisie, et dans d'autres communautés, au début de la Hagada, on ouvre la porte de la rue et on dit : celui qui a faim, quivienne il y a de plus, un couvert libre supplémentaire à la table du Séder pour Elyahou Hanavi. Il existe également des lieux où on laisse la porte ouverte toute la nuit. Certains mettent seulement un verre à l'attention du Prophète et un couvert pour un juif opprimé, bien que celui-ci ne puisse se joindre au Séder, car c'est un moyen de se souvenir des juifs dont la situation est difficile et une manière pédagogique pour que les enfants interrogent. On a pris également l'habitude de servir à chaque convive un cinquième verre de vin appelé du Prophète Elie et que l'on ne boira pas.

La cachérisation

NE PAS EN VOIR,

NE PAS EN POSSEDER,

NE PAS EN TIRER PROFIT.

  "Tout Hamets ne te sera pas visible ainsi que tout levain dans tes frontières". "7 jours tout levain ne se trouvera pas dans vos maisons" Même s'il n'est pas visible comme par exemple dans un cagibi ou même s'il n'est pas chez lui, mais en dépôt chez un non-juif, tant que c'est un Israël qui en est le propriétaire légal, le Hamets est considéré comme "dans vos frontières"et nous transgressons des commandements de la Torah. de même, on ne pourra faire du profit sur du Hamets.

LE HAMETS.

Le blé, l'orge, l'avoine, l'épeautre et le sègle, sous forme de farine ou non, qui ont été laissé au contact de l'eau, au repos plus d'un certain temps (certain disent 18 minutes ) fermentent et deviennent Hamets, de même si cela a été fait sous l'action de ferments.

Si le Hamets s'est mélangé à un aliment ou a été absorbé par un ustensile de cuisine (par la chaleur, du piquant ou la mise en conserve) ils sont interdits à la consommation ou à l'utilisation pendant Pessah.

C'est pour cela que l'on aura soin de posséder une vaisselle particulière pour Pessah, ce qui évitera toute possibilité de consommer du hamets pendant cette fête.

LA CACHERISATION

(selon la métode séfarade).

AVERTISSEMENTS: On ne peut cachériser en même temps de la vaisselle lait et viande utilisées dans les 24 heures ou encore s'il reste des traces apparentes de nourriture comme autour des poignées ou dans le fond de la casserole.
De même il faut retirer les traces de rouille.
Le 14 nissan aprés le 5ème heure (heure de destruction du Hamets) on ne peut plus cachériser de la vaisselle utilisée avec du Hamets dans les 24 heures.

CACHERISATION DES USTENSILES.     Il existe deux procédes de cachérisation: - Le "liboun" : action du feu. - La "hagala" : action de l'eau bouillante.   1.Le "liboun" Le liboun se pratique en portant l'ustensile à cachériser au rouge, à l'aide d'un chalumeau ou decharbon de bois. La température à atteindre est telle que des étincelles jaillisent en frottant.   Le Liboun s'applique: a) Ax ustensiles qui ont absorbé du Hamets sous l'action direct du feu: broches, grilles, etc.   b) Les plaques et moules de pâtisserie ou poêles utilisés à sec.   2.La "hagala"   La Hagala se pratique en trempant l'ustensile à cachériser dans de l'eau bouillante. La Hagala s'applique aux ustensiles en métal, bois, pierre, matière plastique dure, duralex.   LES USTENSILE EN TERRE, EN FAIENCE, EN PORCELAINE ne peuvent être cachérisés.   Règle à observer pour la hagala:   - L'ustensile doit être nettoyé soigneusement et inutilisé pendant 24 heures. - L'eau servant à la hagala doit chauffer dans un ustensile cacher pour Pessah. - L'ustensile doit être introduit dans une eau maintenue en ébulition aprés l'immersion. Celle-ci doit donc rester sur le feu pendant la Hagala. - Les récipients trop grands pour pouvoir être plongés dans un autre son remplis d'eau à ras bord, jusqu'à ébullition. On fait en sorte que cette eau déborde (en y plongeant une pierre brûlante). - Après la Hagala, on rince l'ustensile à froid .   3. Comment cachériser l' évier?   a) S'il est en inox, arroser d'eau bouillante et rincer à froid (Irouï) b) S'il est en faïence émaillée, il n'est pas cachérisable. pour pouvoir l'utiliser, il faut en recouvrir les parois après le Irouï.   4. Cuisinière a) à gaz - Nettoyer les brûleurs, les laisser allumés à plein feu 1/2 heure au moins . - Changer les grilles supportant les casserolles ou les cachériser par le Liboun ou les recouvrir de grillage ou plaques métalliques.   b) Electrique: - Faire chauffer les plaques de cuisson pendant 1/2 heure à la température maximun. Recouvrir de papier d'alluminium la surface confinée entre les plaques. c) Plaque de cuisson en vitrocéramique: - Bien nettoyer la plaque, puis la faire chauffer pendant 1/4 d'heure à la température maximum. Recouvrir de papier d'aluminium toute la surface qui n'est pas directement superposée à la source de la chaleur.   - Le four   a) à gaz:   - Porter les parois du four au rouge (chalumeau), faire chauffer durant une heure à températuremaximum. Si les parois du four son en émail, le four n'est pas cachérisable.   b) électrique:   - Pyroliser le four. La catalyse ne constitue pas un procédé de cachérisation.   c) à micro-ondes:   - Bien nettoyer, faire chauffer une casserole cacher le-Pessah remplie d'eau. Couvrir systématiquement chaque plat que l'on y introduit pendant Pessah.   -la plaque de Chabbath - Nettoyer la plaque, laisser chauffer pendant 2 heures, recouvrir de papier d'aluminium.   -Le réfrégirateur - Il doit être bien nettoyé. Il n' est pas nécessaire de recouvrir les clayettes de papier aluminium.   La table   a) de cuisine - Bien nettoyer le bois ou le stratifié, arroser d'eau bouillante. Il est recommandé de couvrir d'une toile cirée.   b) de salle à manger: - Nettoyer méticuleusement, recouvrir d'une nappe ou d'une toile cirée.   La cocotte minute - Dévisser les poignées, bien nettoyer et faire la Hagala , pour le couvercle, le changer ou consulter un rabbin.   -Les ustensiles qui ne sont pas d'une seule pièce (couteaux, casseroles à rivets,etc.) posent un problème de cachérisation,consulter un rabbin.   Le lave-vaisselle - Le processus de cachérisation du lave-vaisselle étant particulièrement complexe, il est recomandé de s'abstenir d'utilisé à Pessah ceux qui ont déjà servi durant l'année.   Les ustensiles de verre Il exites deux usages: a) Usage des Séfarades Laver les ustensiles de verre et les rincer.   b) Usage des Ashkénazes. Les verres à alcool ou utilisés à chaud ne sont pas cachérisables. Les autres seront cachérisés en les immergeant dans l'eau froide pendant 3 jours, l'eau étant renouvelée toutes les 24 heures

le calendrier de pessa'h

 Les dates sont identiques pour tous. Dès qu'il fait nuit, immédiatement après l'office du soir, on procède à la recherche du Hametz (pain, pâte levée, etc...). Afin que cette recherche (et la bénédiction récitée avant) ne soient pas vaines, Les Hassidim et les Achkénazim, laissent un petit morceau de pain dans chaque pièce Les femmes Sépharades, elles, déposent 10 morceaux de pain que le maître de maison doit retrouver, à différents endroits de la maison Tous, feront cette recherche à l'aide d'une lampe ou d'une bougie et d'une plume !

Midrach de Chavouot


 

Un roi possédait un verger. Un jour, il décida de l'inspecter et, le trouvant plein d'épines, décida de tout couper. C'est alors qu'il aperçut une rose : Pour cette rose, dit-il, le verger mérite d'être épargné . De même, pour la Torah, le monde entier mérite d'être sauvé ! ((Vayikra Rabba)  

LES HOMMES VEILLENT LA NUIT DE CHAVOUOT

ET SE CONSACRENT A L'ETUDE DE LA TORAH.

  Ceci afin de réparer la faute des enfants d'Israël, coupables de s'être endormis cette nuit là, à tel point que Moïse notre maître dût les réveiller pour recevoir la Torah. (Pirké de Rabbi Eliézer) D'après le Ari Zal, le fait de ne pas dormir cette nuit là, mais, au contraire, de veiller et d'étudier la Torah, constitue une garantie de finir l'année en bonne santé.

Chavouot c'est aussi

HAG HABIKOURIM, LA FETE DES PREMICES

 

A Chavouot, nous apportions aux Cohanim, les Prémices (Bikourim), c'est à dire les premiers fruits des sept espèces par lesquelles on célèbre la richesse du Pays d'Israël.

Comment savait-on quels étaient les premiers fruits ?: Quand un propriétaire voyait sur son arbre le premier fruit apparaître, il prenait un fil ou un ruban de couleur et il le nouait au fruit. Quand l'arbre était plein de fruits, il reconnaissait tout de suite les Bikourim : Voilà la première figue avec le fil rouge ! La première grenade, celle qui a le ruban bleu ... Et cette grappe de raisin avec ce signe blanc... Il rassemblait alors tous ces prémices dans une belle corbeille décorée et... en route pour Jérusalem ! Tout au long du chemin, on accueillait les voyageurs dans la joie et souvent on se joignait au groupe. Les Juifs allaient ainsi, en chantant et en dansant au son des instruments jusqu'aux portes de la Ville Sainte. En tête du cortège se tenait un taureau aux cornes recouvertes d'or et couronné de branches d'olivier. Les pèlerins se rendaient ensuite au Temple où ils remettaient leur corbeille au Cohen en remerciant et en louant D'ieu de les avoir comblés de Ses bienfaits. Le Cohen soulevait bien haut la corbeille et ensuite, la posait sur l'autel (Mizbéah). Il récitait alors la bénédiction suivante :

  L'Eternel, D'ieu de nos père, nous fit sortir d'Egypte avec une main puissante et un bras étendu, en opérant signes et prodiges, Il nous introduisit et nous fit présent de cette terre où ruissellent le lait et le miel. Or, maintenant, j'apporte en hommage les premiers fruits de cette terre dont Tu m'as fait présent, Seigneur ! (Deut. 26/9-10)

 

 

HAG HAKATSIR, LA FETE DE LA MOISSON

car elle tombe au moment des moissons

  Puis, la fête de la Moisson, prémices de tes récoltes que tu auras semées dans la terre (Exode 23,16) Chavouot tombe à la période de la moisson de blé dont on apportait deux pains, prémices de tous les fruits, au Temple (Beth Hamikdache).      

HAG HACHAVOUOT, LA FETE DES SEMAINES

car elle est au terme du compte des sept semaines de l'Omer

  Tu auras une fête des Semaines pour les prémices de la récolte du froment (Exode 34,22)

 

 

1 .. 2 .. 3 .. 4 .. 5 .. 6 .. 7

 

En raison des sept semaines qui séparent Pessa'h de Chavouot, ces 49 jours sont comptés à partir du deuxième jour de fête en diaspora (ou du 1er jour de Hol Hamoed en Israël), jour de l'offrande de l'Omer, jusqu'à la fête fixée à la fin des sept semaines (soit, 49 jours révolus) où l'on offrait les prémices de la moisson au Temple.(Sept semaines, et non pas un jour précis du mois comme c'est le cas pour les autres fêtes).  

HAG 'ATSERET, LE TEMPS DE L'ARRET,

car nous cessons toute activité profane et nous ne faisons aucun des travaux interdits pendant les fêtes

Cette fête constitue le prolongement de Pessah, tout comme Chémini Atséret constitue le prolongement de Souccot, et le jour du don de la Torah forme la fin et la conclusion de la fête de la liberté. En effet, tout l'objectif de la libération d'Egypte était de conduire au don de la Torah. Quand tu auras fait sortir ce peuple d'Egypte, vous adorerez l'Eternel sur cette montagne (Exode 3,12) (Na'hmanide)  


Chavouot et ses coutumes

TRADITIONNELLEMENT, PENDANT LA FETE DE CHAVOUOT, ON MANGE DES METS OU DES GATEAUX CONTENANT DU LAIT ET DU MIEL, VARIABLES SELON L'ART ET LES HABITUDES CULINAIRES DU PAYS.

Les textes regorgent d'explications diverses sur cette coutume.

En voici quelques unes :

Chavouot est le jour de réception de la Torah, qui est comparée au lait et au miel (Cantiques des Cantiques 4,11). Les enfants d'Israël étaient comme des nouveaux-nés au moment où ils ont reçu la Torah. Or, le lait constitue la base de l'alimentation de l'être humain dès sa petite enfance. Certains font remarquer que la valeur numérique du mot Halav (lait) est égale à 40, allusion aux 40 jours où Moïse étudia sur la montagne avant de recevoir les Tables de la Loi Les enfants d'Israël ne connaissaient pas les lois très complexes de la cacherout avant de recevoir la Torah. Ils mangèrent donc des produits lactés ce jour là, le temps de cachériser la viande.


5 oeufs

400 g de fromage blanc

250 g de sucre

150 g de farine

100 g de raisins secs

1 paquet de levure chimique

Mélanger dans un saladier, les jaunes d'oeufs et le sucre. Ajouter le fromage blanc et la farine dans laquelle on aura rajouté la levure chimique. Battre le mélange au mixer. Laver les raisins et les rouler dans la farine. Battre les blanc d'oeufs en neige bien fermes et y incorporer les raisins secs. Les mélanger délicatement aux ingrédients du début. Verser dans un moule à soufflé. Mettre au four - thermostat 5 - pendant 10 minutes. Déguster.


ON A AUSSI COUTUME DE DECORER LES SYNAGOGUES

AVEC DES ARBUSTES, DE LA VERDURE ET DES FLEURS.

En souvenir du Mont Sinaï devenu verdoyant en l'honneur du Don de la Torah ainsi qu'en témoigne le verset : -Qu'on ne laisse paître aux environs de cette montagne, ni menu ni gros bétail - (Exode. 34,3) En souvenir des prémices que l'on décorait de fleurs et de roses. Pour rappeler qu'à Chavouot, le monde est jugé pour la production des arbres fruitiers (Maguen Abraham)

Chavouot et ses lois

ON ECOUTE LA LECTURE DES 10 COMMANDEMENTS

A Chavouot, nous lisons dans la Torah, le passage des 10 Commandements tiré du Chapitre 20 du Livre de l'Exode (Chémot). Ces Commandements sont lus sur une mélodie particulière (Taam Elyone). Cette mélodie fait de chaque commandement, un verset à part, à l'exception des deux premiers qui n'en font qu'un, car les Bné Israël les ont entendus de D'ieu lui même, ceux-ci ayant été prononcés en une seule parole.

Les 10 Commandements comprennent les 613 mitzvots (commandements) de la Torah.
ON LIT LE LIVRE DE RUTH.

En diaspora, ce Livre n'est lu que le deuxième jour de Chavouot.

Il relate l'histoire de deux femmes, l'une Noémie, juive et l'autre, Ruth, sa belle-fille, Moabite ; leur long et douloureux exil, puis leur retour en Israël. Afin de nous rappeler que la Torah n'a été donnée qu'à travers des épreuves et des difficultés Parce que c'est à l'époque de la moisson de l'orge que Ruth est entrée sous les ailes de la Providence divine par la voie de la conversion. Afin qu'on lise ce jour là : un passage de la Torah (les 10 commandements) un passage des Prophètes (la Haftara) un passage des Hagiographes (les Kétouvim) Parce que Chavouot est l'anniversaire de la naissance et de la mort du Roi David, dont Ruth est l'arrière grand-mère. Ceci explique l'usage de terminer tout le Livre des Psaumes ce jour là.