Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Tel Aviv est merveilleux, Tel Aviv est fantastique !

                             Tel Aviv est merveilleux, Tel Aviv est fantastique !

LE 21/08/07, Un peu de fantaisie et d’évasion dans ce monde cruel ! Un colloque : "Mythopia 2007" consacré à la littérature fantastique, au merveilleux et à l’imaginaire, se déroulera le 23 août prochain à Tel Aviv. Des conférences, des projections et des ateliers créatifs autour de l’univers de Tolkien, J.K Rowling ou Pullman. Vous ne rêvez pas !

Non, nous ne sommes pas devenus des inconditionnels de Tel Aviv, au point de titrer "Tel Aviv, c’est fantastique et merveilleux !" Nous avons seulement décidé de nous arrêter un instant sur un événement culturel particulièrement intéressant, prévu le 23 août prochain à Tel Aviv et consacré au monde du fantastique, sous toutes ses formes ou presque. Princes, princesses, démons, sorcières, magiciens, monstres, héros, aventures, sorts, fantômes ou amour sont certains des thèmes littéraires majeurs abordés lors de ce colloque. Pour tous les amoureux des œuvres de J.K Rowling et sa série des Harry Potter, de J.R.R Tolkien : la saga du Seigneur des anneaux ou de Philippe Pullman, notamment A la croisée des mondes. Ainsi, au Merkaz Rouzin de Ramat Aviv, de 10h à minuit, le monde - ou plutôt les différents mondes - de l’aventure, du conte ou du fantastique sont conviés pour l’occasion.

Il s’agit de la troisième édition de ce colloque. Au cours de celui-ci, divers débats fructueux seront proposés comme : "la mort des personnages importants dans Harry Potter", "la comparaison entre Frodon Sacquet, le célèbre Hobbit de la saga du Seigneur des Anneaux, et Torin le héros du dernier ouvrage de Tolkien : Les enfants de Hurin, ou encore une analyse approfondie de la saga devenue culte de Pullman : A la croisée des mondes et de ses implications avec la spiritualité par exemple.

De nombreux intervenants viendront éclairer ces questions : des auteurs spécialisés, des traducteurs, des scientifiques notamment. Certains films seront projetés dont un documentaire sur les personnages méchants de la trilogie de Philippe Pullman : A la croisée des mondes, quelques jours avant la sortie hollywoodienne du premier volet, événement très attendu, de celle-ci : La boussole d’or de Chris Weitz, avec Nicole Kidman et Sam Elliot. Voici l’histoire de ce film, particulièrement alléchante : l'histoire se déroule dans un monde parallèle où les âmes des êtres humains se manifestent sous la forme de petits animaux, où des ours parlent et se battent, et où les enfants disparaissent mystérieusement. Au coeur de l'histoire se trouve une jeune fille de 12 ans, Lyra, qui décide de partir à la recherche de son meilleur ami disparu, Roger, et dont l'aventure se transforme en quête extraordinaire pour sauver son monde … .

Le public sera également invité à se prêter au jeu collectif des questionnaires ou des ateliers de récit, d’écriture ou de traduction.

Le prix des cartes d’entrées à un atelier ou une conférence est fixé à 15 shekels et à 20 shekels pour une projection. L’entrée pour toutes les activités est de 65 shekels.

Renseignements et réservations sur le site : www.mythopia.org

Un site israélien sème la panique à New York

                                 Un site israélien sème la panique à New York

Le 21/08/07, Le site Debka vient de prouver en fin de semaine à quel point l'influence du Web a pris de l'importance ces dernières années. Ce site israélien, bien connu des passionés de l'information, diffuse depuis 7 ans en hébreu et en anglais des "informations sensationelles" concernant le Moyen-Orient et le terrorisme international dont seulement une partie s'avèrent véridiques.

Quoiqu'il en soit, Debka a réussi a provoqué vendredi une véritable panique à New York en annonçant que "plusieurs camions transportant des produits radiocatifs explosifs" se dirigeaient vers le célèbre quartier des affaires de Manhattan. Le Pentagone tardant à contester l'information, la police new-yorkaise a pris les choses au sérieux et a érigé des dizaines de barrages dans toute la ville. L'état d'alerte dans "Big Apple" n'a été annulé qu'au bout de plusieurs heures.

Le maire de New York, Michaël Bloomberg, s'est déclaré très mécontent du comportement quelque peu hâtif des commandants de la NYPD. "Il n'y avait aucune raison véritable de prendre au sérieux cette menace soi-disant imminente qui n'avait rien de différente des multiples menaces signalées régulièrement depuis l'attentat du 11 septembre 2001" a déploré Bloomberg.

Un communiqué du ministère américain de la Sécurité intérieure a également souligné, un peu tardivement, que "les informations concernant une menace planant sur New York n'étaient ni prouvées, ni fiables". Le porte-parole de la police s'est défendu en affirmant que "des mesures de précaution avaient été mises en oeuvre pour faire face à une menace qui n'a pas été confirmée".

Le rédacteur en chef du site Debka, Giyora Shmiss, s'est refusé à tout commentaire sur cette affaire qui a certainement fait beaucoup de publicité à son site mais a également porté atteinte à sa fiabilité. De leur côté, les forces de sécurité américaines réfléchiront dorénavant deux fois avant de provoquer l'alerte générale suite à une information publiée sur Internet.

Une délégation indienne de chefs musulmans en Israël

               Une délégation indienne de chefs musulmans en Israël

indiens1.jpgLe 21/08/07,Une délégation de chefs religieux musulmans, conduite par le plus grand représentant de l’Islam en Inde Maulana Jamil Ilyasi, est arrivée il y a quelques jours en Israël. Au cours de sa visite, elle a notamment rencontré les deux grands rabbins d’Israël, le Rav Shlomo Amar et le Rav Yona Metzger, en vue d’un dialogue interconfessionnel. Les leaders musulmans ont également été reçus par le président de l’Etat Shimon Pérès, par la ministre des Affaires étrangères Tsippi Livni, par des députés de la Knesset et par d’autres dirigeants religieux, juifs et musulmans.

Cette visite a suscité de vives critiques en Inde de la part de la presse musulmane. Plusieurs articles ont été écrits pour dénoncer avec virulence la mission de cette délégation. Des fanatiques musulmans indiens ont annoncé pour leur part qu’ils manifesteraient contre cette visite dans les mosquées et appelleraient au boycott de ce chef religieux Maulana Jamil Ilyasi, qui se trouve à la tête d’une organisation regroupant pas moins de 500 000 imams et près de 200 millions de musulmans.

Maulana Jamil Ilyasi a déclaré, lors de ce voyage, qu’il venait avec un message de paix et de bonne volonté de la part de la communauté musulmane indienne "qui pense, selon la tradition de l’Inde, qu’il faut résoudre les conflits par le dialogue et la paix". Il a ajouté : "Nous avons pour objectif, dans cette visite historique en Israël, d’ouvrir un dialogue entre Juifs et Musulmans sur le continent indien où vivent plus de 40 % de la population musulmane mondiale. Notre rencontre avec les dirigeants de nos frères israéliens et palestiniens devrait poser les jalons d’une future coopération".

Le rabbin David Rosen, directeur international pour les Relations interreligieuses du Comité juif américain (American Jewish Committee) a estimé que cette visite, la première du genre, revêtait une grande importance. Il a souligné que les membres de cette délégation avaient une influence directe sur près de 200 millions de musulmans indiens.

Le rabbin Rosen a sans aucun doute préparé l’arrivée en Israël de cette délégation en se rendant lui-même en Inde, en février dernier, en compagnie du grand rabbin Yona Metzger, qui conduisait une délégation de rabbins de diaspora. Ils ont fait le voyage pour assister à un congrès interconfessionnel. A cette occasion, Maulana Jamil Ilyasi avait condamné les attentats suicides et les effusions de sang au nom de la religion.

Création d’une union communale pour s’occuper du Kinnereth

             Création d’une union communale pour s’occuper du Kinnereth

kinnereth.jpgLe 21/08/07, Le gouvernement a approuvé dimanche la création d’une union communale qui sera responsable du Kinnereth et de ses plages. L’union communale s’occupera du lac de façon globale et centralisera les activités de divers organismes dans le domaine du développement et de la construction, du tourisme, de la qualité de l’eau, de l’environnement, de la santé du public, etc. La nouvelle union, dont le budget est de 10 millions de shekels, sera chargée également superviser les prix d’entrée sur les plages du lac, de leur entretien, de retirer les barrières et autres obstacles empêchant d’arriver librement près de la ligne de l’eau, de promouvoir la création du chemin contournant le Kinnereth, de vérifier que personne ne prenne illégalement le contrôle sur une plage, de contrôler la pêche, la navigation et les sports nautiques, ainsi que les risques de pollution.

Aujourd’hui, 19 organismes différents s’occupent du lac de Tibériade : les ministères, les autorités locales, etc. La nouvelle union regroupera les activités de tous ces organismes et agira sur le territoire situé entre la ligne de l’eau et la route contournant le Kinnereth (routes 87, 90 et 92.) Y siègeront des représentants de plusieurs ministères, des autorités locales, d’organismes publics et de l’autorité du drainage du Kinnereth.

Dans la décision du gouvernement, qui a approuvé la proposition du ministre des Finances, Roni Bar-On, il est écrit : « La dispersion des autorités du contrôle sur ce qui est fait sur les plages entre de nombreux organismes a provoqué une très mauvaise gestion de tout ce qui touche au lac. Cet échec s’exprime à travers les dangers environnementaux qui nuisent à la qualité de l’eau du Kinnereth et au bien-être du public qui vient passer ses vacances auprès du lac. »

Parmi les problèmes rencontrés aujourd’hui au lac de Tibériade, à cause de la multitudes d’organismes s’en occupant, on compte par exemple l’absence de plages gratuites, des prix d’entrée excessifs, l’utilisation de plages sans autorisation, des infrastructures en mauvaise état, etc.

Nir Papa, le directeur du département de la sauvegarde de la nature et des plages de la Société pour la protection de la nature, a salué cette décision, qui « représente un nouveau pas vers la libération du Kinnereth. » Il a cependant affirmé que le budget alloué par le gouvernement était insuffisant.

Rosh Hachana à Ouman selon Rav Ovadia Yossef

                               Rosh Hachana à Ouman selon Rav Ovadia Yossef

Le  21/08/07, Le pèlerinage sur la tombe du Tsadik Rabbi Nahman de Breslev est un rendez vous incontournable pour des milliers de Juifs à travers le monde. Pour beaucoup, ce moment est indissociable de la célébration même de la fête. Le Rav Ovadia Yossef se prononce sur une habitude qui amène de nombreux maris à laisser leurs familles pour se rendre en Ukraine.

Près d’un mois nous sépare de cette manifestation immense de Juifs, accourus des quatre coins de la planète pour implorer le mérite et la bénédiction du Tsadik Rabbi Nahman de Breslev, au seuil de la nouvelle année juive. Le Rav Ovadia Yossef, ancien Rishon Létsion d’Israël (Grand rabbin séfarade) vient à cette occasion de se prononcer sur cette coutume fort répandue, chez les hassidim comme chez les Juifs traditionalistes. "Il y a ici des sépultures de grands tsadikim de notre peuple, de saints tannaïm (Sages de l’époque de la Michna) dont le plus modeste parvenait à ressusciter les morts. Voilà que l’on laisse ces justes et que l’on s’en va à Ouman", a déclaré Rav Ovadia Yossef lors de son discours prononcé samedi soir dernier (18 août). Il s’est également prononcé sur l’admiration et la dévotion qu’un large public voue à Rabbi Nahman de Braslav : "Quoi Ouman ? Suffit-il d’être élève de ces élèves ?". Rappelons que par le passé, les œuvres du Tsadik, étudiées par bon nombre de Juifs, toutes tendances confondues, avaient été qualifiées de "pensées" par le leader du parti Shass.

A la fin de son discours, des membres du Shass rappelèrent que le Rav Ovadia permettait néanmoins de se rendre à Ouman. Le Rav Breslev Chalom Arouch rappela alors à l’assemblée qu’il avait lui-même demandé l’avis du Rav sur cette question, et qu’il s’était entendu répondre par l’affirmative. Le Rav fit alors un signe d’acquiescement de la tête. Le Rav Ovadia précisa par la suite : "Je n’ai pas dit, Has véchalom (que D.ieu préserve), de ne pas y aller ! Tout le monde a vu que je suis resté à côté (du Rav Arouch) sans parler. On a pensé que je revenais sur ma déclaration précédente, que je changeais d’avis. On a pensé que je regrettais (hazarti bitshouva) .Mais pourquoi aller à Ouman ? Ce ne sont pas nos coutumes".

Le Rav Ovadia Yossef a rappelé que chaque Juif se devait de rester avec sa famille lors de la fête de Rosh Hachana (car nombreux sont ceux qui s’y rendent seuls). "Ces hassidim font ce qu’ils font. Bien. Qu’est ce que cela peut me faire ? Suis-je hassid de Ouman ? Mais vous, sachez que chaque bon Juif, réfléchi et sensé, doit le soir de Rosh Hachana, se consacrer à sa famille. Tous mangent, boivent et se réjouissent ensemble. Ça, c’est la fête. Pour la fête, on doit se réjouir. Pendant une fête, que doit-on faire : se rendre sur un tombeau ou se réjouir ? Il faut être joyeux, pas en deuil ni se répandre en supplications ou autres choses. Penser tout le temps à réaliser ce commandement positif (Mitsvat Assé) de se réjouir. Celui qui va à Ouman réalise la Mitsva ‘tu te réjouiras … à Ouman’ au lieu de ‘tu te réjouiras … pendant la fête’. Qu’est ce que c’est que ça ? Ces choses-là ? Nous avons des règles, des lois droites que l’homme fera, et vivra par elles. Il n’abandonnera pas sa maison pour se rendre ailleurs. Ce n’est pas la voie que nous ont enseignée nos maîtres, dont nous suivons les traces".

Le groupeAbou Sayyaf recrute sur Youtube...mais où va t-on?

                    Le groupe  Abou Sayyaf recrute sur Youtube...mais où va t-on?

Article paru dans 3le Figaro", le 21/08/07
 
Les islamistes du groupe Abou Sayyaf, opérant dans le sud des Philippines et réputés proche d'Al-Qaïda, ont recours au site YouTube pour attirer des recrues et lever des fonds, a affirmé aujourd'hui l'armée.
Dans deux vidéos publiées sur le très populaire site américain de partage de vidéos, des guérilleros s'exprimant en arabe exhortent de riches donateurs à soutenir leur cause, selon le porte-parole de l'armée, le lieutenant-colonel Bartolome Bacarro.

Dean est "potentiellement catastrophique"

                               Dean est "potentiellement catastrophique"

Article paru dans "Le Figaro", le 17/08/07

dean.jpgL’ouragan qui a atteint la côte atlantique du Mexique à Puerto Bravo, est passé en catégorie 5, la plus dangereuse.
 
Pas de répit pour les populations sur le passage du cyclone Dean, qui s’est abattu sur le Mexique. Celui-ci s’est encore renforcé pour atteindre, estiment les météorologues, la catégorie 5 "potentiellement catastrophique". Cet échelon le plus haut sur l'échelle de Saffir-Simpson, est caractérisée par des vents atteignant plus de 249 km/h, les vents maximums à l’intérieur de Dean soufflant même à 256 km/h. Un phénomène d’autant plus rare puisque depuis 1886, seuls 28 ouragans de catégorie 5 se sont formés dans l'Atlantique, dont quatre en 2005. Dean est le premier de la saison dans la région.
 
Dans la péninsule du Yucatan, qui a été touchée dès mardi matin, des mesures ont été prises pour protéger les habitants. La compagnie pétrolière nationale du Mexique, Petroleos de Mexico, a évacué ses 18.000 employés des plates-formes du Golfe de Campêche, qui comprend l'immense champ pétrolier Cantarell. Des dizaines d’importants sites historiques ont été vidés tandis que les milliers de touristes présents sur la Riviera maya ont été évacués. Cancun devrait être épargné par l'oeil du cyclone mais pourrait quand même être confrontée à des rafales de vent destructrices. Deux tiers ont réussi à fuir le pays, quitte à camper à l’aéroport de Mexico pour attraper un vol. Les 20.000 restés sur place doivent rejoindre les 2000 abris ouverts et se préparent à affronter deux ou trois jours sans eau ni électricité. Les aéroports de Cancun et Canzumel sont fermés, de même que la circulation routière interdite. Tous les panonceaux et autres objets métalliques susceptibles d'être emporté par les vents de l'ouragan ont été retirés. Le président mexicain Felipe Calderon a annoncé qu’il écourtait sa présence au sommet de l’ALENA à Ottawa au Canada pour superviser l’acheminement de l’aide. L’après ouragan risque de marquer une période difficile : le Yucatan ne s’est pas encore remis du passage du cyclone Wilma, en 2005, qui avait causé 3 milliards de dollars de dégâts.
 
Au Belize, au sud du Mexique, qui devrait être atteint un peu plus tard dans la matinée, tous les hôpitaux de la capitale, Belize city, ont été fermés et les autorités ont demandé aux habitants de quitter la ville, les abris n’étant pas assez solide pour résister à un ouragan de la force de Dean. Des vagues de 3 à 6 mètres pourraient atteindre la côte. Le centre du Mexique et le sud du Texas aux Etats-Unis devraient être les prochaines zones sur la trajectoire de Dean, qui a fait pour le moment 12 victimes dans les Caraïbes.

Avion détourné : les pirates se sont rendus

                                Avion détourné : les pirates se sont rendus

Article paru dans le "Figaro", le 21/08/07

Deux hommes, un Turc et un Syrien, disant détenir une bombe ont détourné un avion de ligne turc samedi matin pour "protester contre la politique américaine".
 
Les autorités turques auront eu raison des pirates de l'air en quelques heures. Deux hommes, un Turc et un Syrien, avaient pris les commandes d'un avion de la compagnie privée turque Atlas Jet samedi matin. Se réclamant d'al-Qaida, ils voulaient vraissemblablement se rendre en Iran et "protester contre la politique américaine". Mais faute de carburant, l'appareil, qui devait assurer une liaison entre Chypre et Istanbul, a dû se poser d'urgence à Antalya, en Turquie.
 
"Une bombe"
 
C'est là que la plupart des 136 passagers avaient réussi à forcer la porte arrière de l'avion et à s'enfuir, a indiqué l'un d'entre eux à la télévision NTV. Et d'expliquer : "Les pirates ne pouvaient pas intervenir, ils étaient à l'avant de l'avion", en train de faire descendre les femmes et les enfants
 
"Ils parlaient arabe, par moments en anglais. L'un d'entre eux parlait un peu le turc", raconte une autre passagère. Selon elle, les pirates de l'air avaient une bombe.
 
Au fil des heures, tous les passagers et les membres de l'équipage ont donc été libérés. Les deux pirates se sont rendus.

La contrebande d'armes entre l'Egypte et la bande de Gaza via le "couloir de Philadelphie"

La contrebande d'armes entre l'Egypte et la bande de Gaza via le "couloir de Philadelphie"
    

Article paru dans "Le Monde" , le 21/08/07

D'où provient l'armement ultramoderne du Hamas et des milices autonomes opérant dans la bande de Gaza ? Lorsqu'on leur pose cette question, les experts israéliens pointent le doigt vers l'Egypte. Surtout vers une ville partagée entre l'Egypte et la bande de Gaza par le fameux "couloir Philadelphie", un no man's land de 15 kilomètres de long sous lequel serpentent les tunnels de contrebande d'armes.

Au début des années 1980, les contrebandiers importaient principalement des appareils électriques ainsi que du cannabis dans la bande de Gaza. C'est également par ces tunnels que transitaient alors des prostituées étrangères désireuses de travailler ensuite en Israël. Mais, durant la première Intifada (1987-1991), c'est par la même voie que les organisations palestiniennes ont acquis quelques armes et que des "terroristes" recherchés par les services de sécurité de l'Etat hébreu ont trouvé refuge dans le monde arabe. A partir de la deuxième Intifada (2000-2005), ces souterrains se sont transformés en industrie fonctionnant jour et nuit.

En application des Accords d'Olso, les services officiels de l'Autorité palestinienne (AP) sont dotés de kalachnikovs hors d'âge et parfois de fusils-mitrailleurs américains M16. Les milices qui s'approvisionnent grâce aux tunnels disposent, elles, de matériel plus performant. Convoqué à plusieurs reprises par la Commission de la défense de la Knesset, le directeur général du Shabak (la Sûreté générale), Youval Diskin, a estimé qu'en un an 300 tonnes d'explosifs, des dizaines de RPG (antichars), des roquettes à longue portée Grad ainsi que quelques missiles antiaériens avaient été importés par le Hamas. Les milices moins importantes se seraient contentées, de leur côté, de fusils-mitrailleurs et de munitions.

DURÉE DE VIE DE SIX MOIS

En moyenne, une quinzaine de souterrains fonctionnent simultanément, mais leur durée de vie excède rarement six mois. Soit parce qu'ils s'effondrent, soit parce que les Israéliens - et beaucoup plus rarement les Egyptiens - les détruisent. Quoi qu'il en soit, ces tunnels sont longs d'au moins 700 mètres et cheminent à 10 mètres de profondeur au minimum. Certains peuvent toutefois dépasser 1 kilomètre de long. Ceux-là sont étançonnés et pourvus d'une ligne téléphonique reliant l'œil (l'entrée) à la sortie. Tous aboutissent en tout cas dans des vergers proches de Rafah ou dans les immeubles proches du "couloir Philadelphie" qui n'ont pas été rasés par les bulldozers israéliens entre 2002 et 2004.

Certes, à partir de 2002, le Fatah a tenté de créer des filières d'approvisionnement par la mer. A ce propos, l'épisode le plus connu reste sans conteste l'arraisonnement du Karine A, un caboteur venu du Liban et qui transportait des dizaines de tonnes de matériel destiné aux partisans de Yasser Arafat. Mais les tunnels restent le moyen de contrebande le plus sûr. Depuis la victoire électorale du Hamas (janvier 2006), c'est d'ailleurs par eux que transite également l'argent récolté à l'étranger par le mouvement islamiste afin de payer ses miliciens.

Selon des membres du clan Abou Rich (la famille contrôlant les plus importants tunnels de Rafah) arrêtés par l'armée israélienne ou par les ex-services de sécurité de l'AP, les souterrains constituent avant tout une affaire juteuse. Surnommé "président", le propriétaire du tunnel prélève en effet 25 % du prix à l'achat de chaque arme transitant par son "bien". Lorsque des personnes ou des sommes d'argent doivent transiter entre les deux parties de Rafah, le souterrain se loue alors de 30 000 à 50 000 dollars l'heure. Nets d'impôts, bien entendu.

Israël autorise la reprise de l'approvisionnement de fioul pour la bande de Gaza

Israël autorise la reprise de l'approvisionnement de fioul pour la bande de Gaza
    
Article paru dans "Le Monde",Le 21/08/07,Le terminal de Nahal Oz, où transitent les approvisionnements en fioul utilisé pour produire une partie de l'électricité de la bande de Gaza, a été réouvert, dimanche 19 août, selon un porte-parole de l'armée israélienne. Il avait été fermé jeudi "pour des raisons de sécurité", provoquant de nombreuses coupures de courant.

Selon le général Nir Press, chef de l'unité de liaison pour la bande de Gaza, la faute de ces coupures revient aux Palestiniens, qui "n'ont pas renouvelé à temps leurs réserves auprès de la compagnie privée israélienne Dor Allon qui les fournit en carburants" à hauteur de 70 %.

Après avoir arrêté trois des quatre générateurs de sa centrale, Rafiq Maliha, directeur de la compagnie d'électricité palestinienne, avait averti qu'un "arrêt total de la production d'électricité" était à prévoir dimanche matin si l'approvisionnement en fioul n'était pas rétablit.