Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

La vente aux enchères contestée d'un chef d'oeuvre de l'expressionnisme

La vente aux enchères contestée d'un chef d'oeuvre de l'expressionnisme

tablo.jpg

 

BERLIN - L'un des chefs-d'oeuvre de l'expressionnisme allemand, d'Ernst Ludwig Kirchner, doit être mis aux enchères mercredi à New York, mais cette vente suscite une polémique en Allemagne où certains contestent les conditions de la restitution du tableau aux descendants d'un collectionneur juif.

Le tableau porte le numéro de lot 37. Peint en 1913, "Berliner Strassenszene" -- "Scène de rue berlinoise" -- est sans doute l'une des oeuvres majeures de l'expressionnisme allemand. Mercredi soir, sous les dorures du Rockefeller Plaza à New York, il sera vendu pour une somme estimée par la maison d'enchères Christie's à entre 18 et 24 millions de dollars (14 à 19 millions d'euros). Pourtant, jusqu'en août dernier, le tableau était l'oeuvre phare du paisible musée Die Brücke, en forêt de Grunewald, aux confins de Berlin. Depuis 1980, ce petit musée, consacré aux précurseurs de l'expressionnisme réunis dans le collectif "Die Brücke", expose le célèbre tableau représentant deux prostituées et leur proxénète au milieu de la foule. Mais, à l'issue de deux ans de négociations, il a dû le rendre à la petite-fille de son ancien propriétaire, un fabricant de chaussures et collectionneur juif d'Erfurt (est), Alfred Hess, mort en 1932. Quelques jours après la restitution, le 7 août, Christie's annonçait sa vente aux enchères. Le 2 novembre, la Fondation du musée Die Brücke a demandé à Christie's d'annuler la vente prévue le 8 novembre, affirmant que l'exportation de l'oeuvre aux Etats-Unis était illégale. Elle assure que la maison de vente aux enchères n'avait pas demandé d'autorisation d'exportation à l'Allemagne alors que ce tableau appartient à la catégorie des oeuvres culturelles protégées par un texte européen de 1992. Mais la maison d'enchères affirme au contraire posséder une licence d'exportation de l'Union européenne. L'initiative de la Fondation n'est en fait que le dernier épisode d'une restitution contestée liée à l'histoire mouvementée du tableau depuis les années 30. En 1937, la veuve d'Alfred Hess, Thekla, a vendu "Berliner Strassenszene" à un collectionneur allemand, Carl Hagemman, pour 3.000 reichsmarks. Mais il n'existe aucune facture, aucune trace écrite que la somme a bien été versée à la veuve réfugiée en Suisse après l'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir. Or, les adversaires de la restitution affirment que les 3.000 reichsmarks ont effectivement été versés, citant des témoignages d'autres collectionneurs. Dans ces conditions, la vente du tableau "n'a rien à voir avec la persécution des juifs de 1933 à 1945", selon la Fondation du musée Die Brücke et le Centre des archives Ernst Ludwig Kirchner en Suisse. Ces deux instances ainsi que la maison de vente aux enchères berlinoise Villa Grisebach ont donc dénoncé cette restitution, affirmant que la Ville de Berlin, propriétaire jusqu'alors du tableau, avait agi "avec dilettantisme". Les autorités berlinoises estiment quant à elles que ce tableau entre bien dans la catégorie des oeuvres spoliées par les nazis, le versement des 3.000 reichsmarks n'ayant jamais pu être prouvé. La question des restitutions préoccupe aujourd'hui nombre de musées allemands qui craignent de perdre certains de leurs joyaux réclamés par des héritiers de collectionneurs juifs. Un sommet de crise réunissant des directeurs de musées, d'instituts culturels et des experts en droit doit se tenir le 20 novembre à la chancellerie afin d'étudier ce délicat problème. Car dans les milieux culturels, on affirme que les restitutions ont parfois plus à voir avec le monde des affaires qu'avec la morale: "Chacun sait qu'une grande partie des demandes de restitution ne sont pas initiées par les héritiers mais par les grandes maisons de vente aux enchères", qui y voient de juteuses perspectives de revenus, dénonce ainsi Ludwig von Pufendorf, président de la Fondation du musée Die Brücke.

La cachette de Saddam Hussein fut-elle trouvée par un médium ?

          La cachette de Saddam Hussein fut-elle trouvée par un médium ?

HERZLIYA, Israël  - Un voyant a-t-il permis à l'armée américaine de trouver la cachette de Saddam Hussein et de capturer l'ancien raïs irakien ?

Uri Geller, un médium d'origine israélienne connu pour plier les cuillères en deux du bout de ses doigts, l'affirme: c'est un phénomène paranormal qui a mis les commandos américains sur la piste de l'ancien dictateur.

"Vous vous rappelez lorsqu'ils ont trouvé Saddam Hussein en Irak ? Un soldat a contourné une pierre, l'a soulevée puis a découvert une porte secrète et l'a trouvé. Eh bien nous savons désormais que ce soldat a contourné ce rocher parce qu'il a reçu des informations par télépathie de quelqu'un aux Etats-Unis", a dit Geller à Reuters.

Le médium, qui affirme avoir travaillé pour la CIA pendant la guerre froide, a précisé qu'il avait obtenu ces informations auprès d'une source haut placée participant aux programmes de travail américains sur les phénomènes paranormaux.

L'armée américaine n'a pas souhaité réagir à ces déclarations. Au moment de la capture de Saddam Hussein, le commandement américain avait déclaré qu'un proche du fugitif l'avait dénoncé lors d'un interrogatoire.

Un médium brésilien avait essayé l'année dernière de se faire attribuer une récompense de 25 millions de dollars, alléguant avoir décrit la cachette de Saddam Hussein dans plusieurs lettres au gouvernement américain.

Réaction concernant le concours iranien

                              Réaction concernant le concours iranien

 
 
pour info à toutes et à tous
pour ceux qui veulent en savoir plus sur le site suite à l'article CI APRES

Antisémitisme
Un dessinateur marocain remporte le concours iranien controversé de caricatures sur l'Holocauste Un dessinateur marocain dressant un parallèle entre l'extermination des Juifs et la situation des Palestiniens a remporté le concours iranien de carica! tures de l'Holocauste, qui a suscité de vives protestations internationales. Ce concours, dont le palmarès a été rendu public mercredi soir à Téhéran, avait été présenté par l'Iran comme une riposte à la publication au Danemark de caricatures du prophète Mahomet, qui avaient enflammé le monde musulman il y a près d'un an. (lire la suite...)

 
CECI EST EDIFIANT !!!
quant à CHARD : sur son site elle n'a pas eu le courage de les publier à l'heure actuelle ( c'est un reproche d'un de ses supporter sur le site

Posté par vandangeon (infos <http://www.i-services.net/membres/livredor/livredor.php?user=94308#null> ) le 03/11/2006 à 08h44
 
Message : pourquoi ne mettez vous pas en ligne la caricature (négationiste ?) de chard qui lui a valu le 2ème prix du concours de caricatures des mollahs de téhéran ? manque de courage ? assumer diantre !
http://www.i-services.net/membres/livredor/livredor.php?user=94308

Entrée en vigueur lundi de nouvelles mesures de sûreté sur tous les vols dans l'Union européenne

Entrée en vigueur lundi de nouvelles mesures de sûreté sur tous les vols dans l'Union européenne

BRUXELLES  - De nouvelles mesures de sûreté s'appliquant aux liquides, gels, pâtes et aérosols entreront en vigueur à partir de lundi sur tous les vols dans l'Union européenne, ainsi qu'en Suisse, en Islande et en Norvège.

Des restrictions concernant la taille des bagages en cabine seront appliquées ultérieurement, à partir du 17 avril 2007.

A compter de lundi, tous les produits liquides, gels, pâtes et aérosols contenus dans des récipients de plus de 100ml seront interdits en cabine. Les passagers auront deux solutions: enregistrer en soute ce type de produits ou, si c'est indispensable au voyage, emporter en cabine un seul sac plastique transparent "refermable" -type sac de congélation- de 20cm sur 20cm environ, contenant en quantité "raisonnable" des flacons et des tubes de 100ml maximum.

Deux produits échapperont toutefois à cette réglementation. En premier lieu, les aliments liquides pour bébés nécessaires au voyage (dont des biberons de plus de 100ml): les personnes avec bébé sont invitées à prendre des contenants qui se referment car il pourrait leur être demandé de goûter ces aliments. En second lieu, seront autorisés les médicaments liquides (insuline, sirops...) accompagnés de leurs attestations ou ordonnances. En cas de doute, les contrôleurs pourront être amenés à demander des explications, voire à confisquer les produits.

Ce renforcement intervient après l'annonce, le 10 août dernier par la Grande-Bretagne, de la mise en échec d'un complot visant à faire exploser dix avions de ligne entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, à l'aide d'explosifs liquides.

"Tous les aéroports de l'Union européenne doivent appliquer les nouvelles règlementations pour protéger l'aviation civile contre la menace d'explosifs liquides", a résumé un porte-parole de l'UE, Ferran Tarradellas. Par la suite, la taille des bagages en cabine sera limitée à 56x45x25cm, bien que des exceptions pourraient être autorisées pour certains articles comme les instruments de musique, selon l'UE.

Le procureur général d'Israël refuse d'annuler la Gay Pride de Jérusalem, malgré les risques de violences

Le procureur général d'Israël refuse d'annuler la Gay Pride de Jérusalem, malgré les risques de violences

JERUSALEM - Le procureur général d'Israël a refusé d'interdire la Gay Pride de Jérusalem malgré les menaces de répressions violentes formulées par des organisations juives ultra-orthodoxes, et demandé à la police et aux défenseurs de la cause homosexuelle de réfléchir ensemble à un compromis, a annoncé dimanche la police.

Le commandant en chef de la police de Jérusalem, Ilan Franco, a expliqué que le procureur général Meni Mazuz lui avait demandé de "se rapprocher à nouveau des militants homosexuels". Meni Mazuz a déclaré qu'il n'était pas en mesure d'interdire légalement le défilé en raison de menaces de violences, malgré les avertissements de la police.

Des Juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Jérusalem presque tous les soirs la semaine dernière, brûlant des poubelles, bloquant des routes et attaquant des policiers, dans l'espoir d'obtenir l'annulation de la marche, qui doit avoir lieu vendredi avec l'approbation de la Cour Suprême. Au moins six policiers ont été blessés dans la semaine, et une soixantaine de personnes arrêtées.

L'année dernière, un juif ultra-orthodoxe avait poignardé trois participants à la marche.

De nombreux religieux juifs, chrétiens ou musulmans considèrent l'homosexualité comme un péché, et voient en la parade de vendredi un affront au caractère sacré de la ville sainte. "Cette marche est une agression contre les valeurs juives traditionnelles et contre la sainteté de Jérusalem", s'est ainsi insurgée Mina Fenton, membre orthodoxe du conseil municipal de Jérusalem qui mène l'opposition au défilé.

Dimanche, la police a estimé que le risque de violences était trop grand pour autoriser la Gay Pride, mais a confié la décision finale au procureur général. "Nous comprenons qu'un bain de sang possible est plus dangereux pour la vie que pour la liberté de parole", a commenté le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

Ella Canetti, membre de l'organisation de la marche, a expliqué que les organisateurs rencontrerait la police lundi, et étaient prêts à faire des concessions. "Nous sommes prêts à modifier le parcours de la marche en raison des inquiétudes de la police", a-t-elle affirmé. La police devrait proposer que le rassemblement ait lieu dans un parc, plutôt qu'à travers la ville.

D'autres militants se sont montrés plus proches des préoccupations des services de sécurité. Saar Nathaniel, homosexuel membre du conseil municipal de Jérusalem, a suggéré dimanche que la marche soit annulée, en échange du soutien par les parlementaires ultra-orthodoxes à une loi sur les droits des homosexuels. Un éditorialiste homosexuel du journal Haaretz a quant à lui proposé que la manifestation soit déplacée à Tel-Aviv.

Ariel Sharon a quitté les soins intensifs

                                 Ariel Sharon a quitté les soins intensifs

JERUSALEM - L'ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon a quitté lundi matin l'unité de soins intensifs où il avait été admis vendredi après une dégradation de son état de santé au cours des derniers jours, a annoncé le Centre médical Chaïm Sheba près de Tel Aviv.

Ariel Sharon, 78 ans, est dans le coma depuis une hémorragie cérébrale massive le 4 janvier dernier. Son admission dans l'unité de soins intensifs avait été rendue nécessaire en raison d'une nouvelle infection qui a affecté le coeur.

L'ancien chef de gouvernement n'a jamais repris conscience et a subi plusieurs interventions chirurgicales, notamment pour remettre en place la partie du crâne enlevée en janvier afin de soulager la pression dans le cerveau, augmentant avec l'hémorragie. Dès février, les spécialistes se montraient pessimistes sur les chances de M. Sharon de se remettre, un pronostic encore plus sombre après dix mois de coma.

Israël: Ariel Sharon placé en unité de soins intensifs

                   Israël: Ariel Sharon placé en unité de soins intensifs

L'ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon, dans le coma depuis janvier, a été placé vendredi en unité de soins intensifs dans un hôpital de Tel Aviv, à la suite d'une nouvelle dégradation de son état, a-t-on appris de source hospitalière.

"L'ancien Premier ministre Ariel Sharon a été transféré (vendredi) matin de l'unité de soins respiratoires de l'hôpital Sheba à celle de soins intensifs en raison d'une aggravation de son état", a indiqué un communiqué de l'hôpital. "M. Sharon souffre d'une infection qui affecte son coeur. A ce stade, sa condition est stable", a précisé le communiqué. Fin août, l'état de santé de M. Sharon, 78 ans, s'était légèrement amélioré, selon l'hôpital, et n'était plus considéré comme "critique". Le 16 août, l'hôpital avait annoncé que M. Sharon souffrait d'une "pneumonie". La même semaine, l'hôpital avait fait état d'une nouvelle dégradation de l'état de santé de l'ancien Premier ministre. "En plus de la détérioration de l'état du cerveau (détectée) par l'imagerie à résonance magnétique (IRM), il a été observé au cours des dernières 24 heures une baisse dramatique de la production d'urine et, à l'examen scanner de la cage thoracique, est apparu un fait nouveau: une inflammation des deux poumons", avait alors indiqué l'établissement. L'état de santé de M. Sharon s'était dégradé une première fois à la mi-juillet. Le 26 juillet, il avait été transféré dans une unité de soins intensifs de l'hôpital Tel Hashomer. M. Sharon n'est jamais sorti du coma où il est plongé et son état a toujours été qualifié de "grave mais stable". Ariel Sharon a été déclaré officiellement dans l'incapacité d'exercer ses fonctions le 14 avril, soit 100 jours après son admission à l'hôpital conformément à la législation israélienne et un peu plus de cinq après son arrivée à la tête du gouvernement. Ehud Olmert lui a succédé en tant que Premier ministre par intérim puis en tant que Premier ministre officiel à la suite de la victoire de son parti Kadima aux législatives du 28 mars.

 

Israël : Itzhak Rabin...mémoire

                                                  Itzhak Rabin : mémoire

Le 11ème anniversaire de la mort d’Itzhak Rabin, assassiné le 4 novembre 1995 par un extrémiste juif, tombe cette année le 3 novembre dans le calendrier hébraïque. La Knesset a crée un site à sa mémoire où chacun peut déposer son témoignage. Le 2 novembre, la Knesset tiendra une session spéciale en hommage au Premier ministre assassiné.
Ehud Olmert, lors de la réunion du cabinet le 29 octobre dernier, a salué la mémoire de Rabin : « Nous n’oublierons jamais ce jour et sa signification permanente pour l’Etat d’Israël et la société israélienne » a-t-il dit.
En France, une cérémonie a eu lieu au sein de l’ambassade d’Israël avec les diplomates et les employés, et la Maison Itzhak Rabin à Paris, en partenariat avec la Mairie de Paris, commémorera aussi cet événement.

Girafe palestinienne esseulée cherche amoureux israélien

               Girafe palestinienne esseulée cherche amoureux israélien

Depuis la cage de son zoo de Qalqiliya, en Cisjordanie, la girafe palestinienne Ruthie est mélancolique. Depuis la disparition prématurée de son partenaire, elle rêve d'un nouvel amoureux.

Elle est d'autant plus inconsolable que Browny est mort d'une crise cardiaque lors d'un récent raid israélien sur la ville palestinienne, rapporte jeudi le Yédiot Aharonot, qui s'est ému du sort de l'animal. Mais Ruthie n'est pas au bout de ses peines. Son prétendant le plus accessible est en effet israélien. Il vit dans un parc zoologique proche de Tel-Aviv et ses responsables refusent qu'il soit transféré à Qalqiliya, pour des raisons sanitaires, les conditions du zoo de cette localité n'étant pas idéales. Ils ont en revanche proposé d'acceuillir Ruthie à Ramat Gan. "J'ai appelé le parc de Ramat Gan", a déclaré le vétérinaire du zoo the Qalqilyia, Sami Hader, au Yédioth Ahronot. "Et ils m'ont dit 'pas de problème, envoyez Ruthie ici pour quelques mois. Nos mâles sauront quoi faire'". Les liens autrefois étroits entre le zoo de Qalqiliya et le parc zoologique de Ramat Gan ont été mis à rude épreuve depuis le début de la deuxième intifada en 2000, en raison des difficultés de circulation entre Israël et les territoires palestiniens. Ruthie pourrait ainsi être l'une des victimes du conflit qui opposent Israël aux Palestiniens et finir ses jours dans la solitude du zoo de Qalqiliya.

 

 

La Gay pride déclenche une vive opposition à Jérusalem

              La Gay pride déclenche une vive opposition à Jérusalem

JERUSALEM - Une semaine avant le départ prévu de la Gay pride de Jérusalem, la tension monte, des responsables religieux agitant la menace de possibles violences, tandis que le ministre en charge de la police a même suggéré mercredi que la manifestation pourrait être annulée pour éviter un trouble à l'ordre public.

Les défenseurs de la cause homosexuelle se refusent à annuler leur défilé, même s'ils craignent qu'il ne finisse comme l'an dernier, quand un juif ultra-orthodoxe avait poignardé trois manifestants. Une première contre-manifestation a déjà dégénéré mercredi en jets de pierre contre la police, qui a dû interpeller 20 personnes.

"Cette marche est une agression contre les valeurs juives traditionnelles et contre la sainteté de Jérusalem", s'est insurgée Mina Fenton, membre orthodoxe du conseil municipal de Jérusalem qui mène l'opposition au défilé.

Selon elle, plus de 100.000 personnes pourraient rejoindre une contre-manifestation si la Gay pride devait être autorisée. Elle n'exclut pas non plus qu'il y ait des violences. "Quand vous jetez une allumette", a-t-elle dit, "vous devez vous attendre à ce qu'il y ait le feu."

Les panneaux d'affichage de Jérusalem ont été recouverts d'affiches protestant contre la manifestation et de hauts dignitaires ont pris position contre. Pour Schlomo Amar, un des deux principaux rabbins israéliens, cette marche qui ignore les règles religieuses interdisant l'homosexualité "menace l'existence du peuple d'Israël et de sa terre".

"Leurs appels pourraient se terminer en tragédie", s'alarme Elena Canetti, une des organisatrices de la marche, qui dirige la principale association gay de Jérusalem. Pourtant, la manifestation ne devrait rassembler que quelques milliers de personnes défilant dans le calme, loin des défilés colorés observés dans d'autres villes.

La police se prépare en tout cas à mobiliser plusieurs milliers d'hommes pour encadrer la manifestation, selon le porte-parole de la police Michy Rosenfeld.

Mais l'autorisation formelle de manifester n'a pas encore été délivrée et Avi Dichter, le ministre chargé de la police a prévenu mercredi qu'il n'accorderait aucune autorisation si la police devait mobiliser trop d'hommes pour assurer la sécurité. "Si les policiers pensent qu'ils ne peuvent pas garantir l'ordre public, la manifestation ne pourra pas se faire", a-t-il affirmé à la radio.