Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Vous êtes Juifs vous avez de l'argent on le prend pour le donner aux pauvres

Sammy Ghozlan

Le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme dénonce et condamne avec la plus grande énergie la nouvelle agression manifestement antisémite commise dans la nuit du 7 au 8/9/17au préjudice d'une famille juive de Livry Gargan (93) agressée à son domicile, menacée de mort.

Il s'agit de la famille Pinto,  Roger Pinto, Président de SIONA,  de sa femme et de son fils, agression qui a eu lieu à leur domicile de Livry-Gargan.

Sammy Ghozlan président du BNVCA

Sammy Ghozlan président du BNVCA

insultée, violemment  battue et dépouillée par 3 individus décrits de couleur.,probablement  d'origine africaine. Selon les victimes les auteurs se sont introduits dans le pavillon par effraction, ils ont coupé le courant , séquestré d'abord le fils de la famille puis au petit matin s'en sont pris à la maîtresse de maison, qui a pu crier malgré l'étreinte que lui faisait subir l'un des auteurs qui la jette à terre et la bat..

Le mari alerté par par les cris de son épouse tente en vain d'intervenir mais il  est aussitôt  maîtrisé par les agresseurs qui lui assènent des coups violents au corps et au visage.

Toujours selon les victimes, l'un des auteurs serait âgé d'environ 30 ans, les deux plus jeunes d'environ 20 ans, Deux d'entre eux avaient le visage masqué, alors que le visage du troisième était découvert.

Tout en menaçant de mort leurs victimes ,les agresseurs, leur ont entravé les mains au moyen d'attaches en matière plastique,.

Ils  leur auront déclaré" VOUS ETES JUIFS VOUS AVEZ DE L'ARGENT ON PREND L ARGENT AUX JUIFS POUR LE DONNER AUX PAUVRES " Il ont réclamé et emporté  les bijoux, des sommes d'argent en espèces, et les cartes de crédit de la famille juive .

La scène à duré plusieurs heures, et vendredi vers 11h30 l'épouse a pu discrètement alerter par téléphone portable un service d'urgence qui a prévenu la police , alors que les 3 auteurs s'enfuyaient.

Les victimes ont été transportées à l'hôpital pour y recevoir les soins d'urgence.

Les victimes sont des membres connus et réputés de la communauté juive et des institutions centrales dans lesquelles ils exercent des responsabilités importantes.

Le BNVCA dont le président est un ami proche de cette famille tient à lui exprimer toute sa solidarité et son soutien dans cette épreuve.

Le BNVCA demande à la police de tout mettre en oeuvre pour identifier et interpeller les auteurs de cette agression antijuive,violente,préméditée, accompagnée de séquestration.

La télé-assistance franco-israélienne pour ne plus dépendre de vos enfants

Lea témoignage d'un aidant cms-betterflife;co.il

Quand on a un parent âgé devenu dépendant, on ignore bien souvent que plus le temps passe et plus nous seront dans l'obligation, nous enfants,  de leur consacrer plus de temps au détriment de notre propre vie de famille.

C'est parfois un incident ou accident de la vie, qui nous incite  à prendre la décision qui s'impose, celle de chercher une aide efficace et fiable jour et nuit et 7/7 .

Le spectre de la maison de retraite s'éloigne de plus en plus, d'une part grâce à la longévité de la vie et d'autre part grâce à la technologie de senior-teleassistance-dependance.fr
C'est une véritable révolution pour la gestion de la dépendance de nos proches mais également bien moins chère que la maison de retraite quand celle-ci n'affiche pas complet ou bien trop éloignée du lieu de résidence de ses propres enfants.

Nous avons interviewé son fondateur, Yehuda Rosenzweig, afin d'en savoir plus sur les différentes prestations proposées, suivant le pays où vous vous trouvez :France, Belgique, Israël.

Alliance - Comment vous est venue l'idée de la création de cette plateforme particulièrement performante en vue des prestations proposées et de ses prix abordables ?

Yehuda  Rosenzweig -  Je vivais en Israël, quand mon père a été diagnostiqué Alzeimeih .
De voir ce père si brillant intellectuellement perdre progressivement toutes ses capacités, a été très dur . On se sent impuissant.
Alors nous nous sommes organisés avec mes frères et soeurs afin de nous relayer également avec l'aide de prestataires de service à la personne.
Très vite, je me suis aperçu  que nous manquions d'informations, nous ne savions pas ce qui nous attendait. On ne savait pas que plus ça irait plus ce serait difficile, non ,cela ne s'arrange pas avec le temps.

J'avais noté également l'absence de coordination entre les différentes personnes qui venaient s'occuper de lui dans la journée .
Par exemple, entre la personne qui venait pour sa toilette le matin et celle qui venait lui préparer son repas, il n'y avait aucun contact, ni même de communication.
Chacune venait et faisait ce pour quoi elle avait été engagée. Avait-il pris ses médicaments ?
Avait-il assez bu ? Bien manger ? Qui pouvait le savoir ?
C'est à partir de là que j'ai imaginé la solution,le CMS Family  afin de rassembler toutes les informations, éviter les erreurs qui pourraient lui être fatales et redonner du temps pour nos familles.
S'occuper d'un proche c'est très vite un travail à temps plein, et cela personne ne vous le dit.
Comme mon métier est l'informatique, étant ingénieur depuis 20 ans,  c'est tout naturellement que j'ai cherché une solution dans mon domaine: toute innovation naît d'une frustration et bien souvent c'est avec ses propres compétences que l'on cherche une solution.



Alliance
:  L'application web CMS Family est la première prestation  il y a ensuite la télé-alarme qui est en soi une véritable révolution en terme de technologie et de simplification de la vie pour nos aidants et nos ainés. Ces deux solutions sont proposées que vous soyez en France ou en Israël, pourquoi ?

Yehuda  Rosenzweig : Oui effectivement, car nos prestations répondent aux questions qui peuvent être soulevées au moment où une alyah est envisagée, d'un côté comme de l'autre.
Dans les deux cas ,notre service donne la solution pour pouvoir quitter en toute sérénité un proche soit pour une alyah ou soit pour une mutation d'ordre professionnelle, par exemple.
Nous avons du nous adapter également à la législation des deux pays

Alliance : La législation  ?

Yehuda  Rosenzweig : Oui, par exemple ,en France, depuis Janvier 2017 les aidants perçoivent une allocation pour leur statut d'aidant et bénéficient également, d'un remboursement fiscal de 50% sur les frais engagés  sur nos services, ce qui permet de proposer des solutions plus avancées et plus complètes.
En Israël , dans ce cas, l'aide sociale étant inexistante nous avons été obligé de nous adapter en proposant deux offres accessibles en terme de prix et évidemment efficaces pour tous.

Alliance : Justement, expliquez-nous quelles sont vos prestations ? Comment concrètement nos ainés peuvent bénéficier de cette télé-assistance ?

Yehuda  Rosenzweig : Tout commence par une demande d'inscription sur notre site sécurisé
L'aidant recevra un questionnaire qu'il devra remplir de la façon la plus précise qui soit,  concernant les habitudes de son parent, tout ce qui fait partie de son quotidien,  ses habitudes alimentaires, son degré d'autonomie, la distance autorisée où il peut se rendre depuis son domicile.

Tele alarme senior-tele-assistance en Israël ou en France

Tele alarme senior-tele-assistance en Israël ou en France

la montre télé-assistance franco-israélienne

la montre télé-assistance franco-israélienne

Avec l'ensemble de ces informations nous allons configurer ce petit boitier qu'il devra porter en permanence soit en pendentif soit en montre, les deux sont disponibles. 

Cet équipement est relié à au centre de téléassistance, il est bien sur doté d'un détecteur de chute, les alertes en cas de détection de non mouvement seront envoyées au centre d'assistance, puis deux appels téléphoniques seront lancés directement sur le boitier, si pas de réponse et suivant la géolocalisation de la personne nous envoyons les secours.
Ainsi, nous gagnons un temps précieux grâce à ce protocole. Pas de place au hasard, tout est parfaitement coordonné.

Alliance : Quand vous dites géolocalisé ou détecteur de chute cela veut dire où que soit la personne ?

Yehuda  Rosenzweig : Absolument. Tout d’abord cela signifie qu’il n’y a aucune installation physique au domicile et que l’équipement est mobile.
Si par exemple ce parent est relativement mobile et qu'il a l'habitude de se promener dans Paris, son boitier nous indiquera précisémment où il se trouve en cas de chute , qu'il puisse parler ou non, ceci est la base même de cette  innovation qui est extrêmement performante et on peut le dire unique en son genre.
Nous avons un contrat avec SFR pour la France et Partner pour Israël afin que les alertes téléphoniques soient envoyées directement sur le boîtier et non pas sur le téléphone de la personne, une carte SIM est donc intégré dans ce boitier.

Alliance : A quel moment les aidants décident de passer, en quelque sorte, le relais à la télé assistance ?

Yehuda  Rosenzweig : Très souvent en cas de chute, c'est à ce moment là que l'aidant se rend compte que malgré toute sa bonne volonté, sa disponibilité, il ne peut pas tout contrôler.
Rappelons qu'en France est recensé chaque année plus de 400 000 chutes pour les personnes âgés allant de la simple chute à celles avec complication. Notre protocole hyper réactif a déjà sauvé des vies et nous n'avons pas eu à enregistrer d' incident aggravé.
Notre télé assistance devient alors une  solution sécurité pour son proche et un véritable gain de sérénité pour l'aidant.

Alliance : Mais un tel dispositif : téle-assistance, détecteur de non mouvement, envoi des secours suivant le lieu où se trouve la personne, peut très bien être utilisé dans d'autres cas que pour nos ainés ?

Yehuda  Rosenzweig : En effet nous avons de plus en plus de demandes pour les  enfants atteints d'autisme à différents degrés.
La télé assistance devient alors indispensable particulièrement en cas de fugue.
Cette solution permet de donner plus de liberté à l'enfant et de tranquilliser un peu plus les parents.

Alliance - A présent parlons prix, si vous le voulez bien, à partir de quel prix peut-on bénéficier de votre solution de téléassistance ?

Yehuda  Rosenzweig : Pour Israël il y a deux offres, la première à 120 Nis soit environ 30 euros et la seconde à 250 NIS, soit environ 60 euros.
Pour la France plusieurs offres à partir de 13 euros à 500 euros en prenant en compte le remboursement fiscal de 50%.

Alliance- Que souhaitez-vous ajouter à nos lecteurs sensibles à votre message ?

Yehuda  Rosenzweig :
Ajouter, ce qui est essentiel à mon sens, que nous sommes une tele-assistance Kachere, nous respectons le "pikouar nefesh " et la sensibilité de la pratique du judaïsme de chacun.

Alliance : De notre côté nous ajouterons qu'il est trés facile de vous contacter, que tout est parfaitement simplifier sur votre site, qu'il suffit de se laisser guider. C'est déjà la première étape vers une aide efficace jour et nuit pour vos proches .
La solution pour nos ainés et leurs aidants en un seul clic où que vous soyez.

Contact en Israël :
adresse :  Ha-Omanut 8, Guefen Building, Netanya
Relation Client depuis Israël
(Fermé Shabbat): 053 708 73 25
Site: cms-betterlife.co.il

Contact en FRANCE :
adresse : 3 Bld de L’EST, 93340 Le Raincy
Relation Client depuis la France : 01 86 96 99 26
Site: senior-teleassistance-dependance.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérémie Berrebi :La mort des licornes est annoncée cela va être sanglant

Ceux qui s'en sortent sont les gens qui veulent changer le monde WATCH AND GIVE

Jérémie Berrebi (Israël) : « Je ne conseille pas Macron, je lui donne mon avis »

Festival de l'innovation DLD à Tel-Avi

Festival de l'innovation DLD à Tel-Avi

Cette semaine, et à partir de ce dimanche, un véritable pont aérien hightech entre la France et Israël aura lieu. Des centaines d’hommes d’affaires Français seront à Tel-Aviv pour le DLD Festival.

Une des personnalités les plus sollicitées pour donner son avis sur le devenir de la Startup Nation est Jérémie Berrebi.

Selon bfmbusiness.bfmtv.com : « Invité sur BFM Business à l’occasion de la journée Innovation France-Israël, l’ancien associé de Xavier Niel estime que le temps est compté pour les entreprises survalorisées. Leur chute sera brutale et aura de lourdes conséquences pour les start-up.

Cela fait plus d'un an que Jérémie Berrebi aura quitté Kima Ventures, le fonds qu’il a créé avec Xavier Niel en 2009. Cet investisseur réputé pour sa clairvoyance réside désormais en Israël, d’où il pilote Magical Capital. Ce fonds d’investissement a fait parler de lui ces dernières semaines en injectant  200 millions de dollars dans Uber et 50 millions dans un opérateur télécom « fremium » de Los Angeles.

Mais au-delà de cette activité, l’ancien journaliste spécialiste de la high-tech est devenu le conseiller de nombreuses personnalités. Parmi ceux qui l’écoutent, Mikhaïl Maratovitch Fridman, la seconde fortune de Russie qui dispose de « 9 milliards d’euros à déployer dont 2 milliards dans la high tech ».

Être une licorne, « c’est devenu la pire des choses »

Bien qu’installé en Israël, Jérémie Berrebi continue à côtoyer des industriels, des financiers et même des politiques français comme Emmanuel Macron ou Nicolas Dufourcq, directeur général de la Banque publique d’investissement (BPI).

Fin 2015, le ministre de l’Économie l’a rencontré pour implanter en Israël des pépites du numérique tricolore. « Je ne conseille pas Emmanuel Macron, je lui donne mon avis » insiste-t-il, non sans humour.

Donner son avis, c’est ce qu’il a fait ce mardi soir sur Tech&Co, l’émission quotidienne de high-tech de BFM Business consacré à la journée Innovation France-Israël.

Et ce qu’il dit des licornes, casse les discours habituels. Pour lui, le coup de frein sur les financements touche principalement ces entreprises valorisées plus de 1 milliard de dollars. « Il y a un an, c’était bien d’être une licorne, aujourd’hui, c’est la pire des choses. Ces sociétés ont été surévaluées entre septembre 2014 et juillet 2015. Aujourd’hui elles sont en train d’être réévaluées ».

L’ère des « round down » a déjà commencé

Cette bulle, même si Jérémie Berrebi de prononce pas le mot, touche même les sociétés côtés qui en baissant ont des répercussions sur les start-up. Parmi elles, LinkedIn, Twitter et Lending Club qui « était le comparable fintech de toutes les sociétés du secteur qui désormais ont moins de chances de faire d’atteindre de grosses valorisation. »

Selon le financier, ce sont les sociétés qui doivent lever des montants démarrant à 20 millions de dollars qui risquent d’en pâtir le plus. « Il y a eu une période folle où les valorisations ont explosé. C’est en train de chuter. Aujourd’hui, ces sociétés doivent se refinancer en faisant des « down round » qui consiste à faire un nouveau tour de table à une valorisation inférieure à la précédente. »

Pour Jérémie Berrebi, cette situation a des conséquences de toutes natures. « Cela veut dire que les stocks options des salariés ne valent plus rien et que les fondateurs vont être extrêmement dilués. Je parlais avec un analyste de Goldman Sachs il y a une semaine. Il disait en gros que la moitié de ces fameuses licornes vont mourir dans les six ou huit prochains mois. Ça va être sanglant. »

 

 

Révolution dans le maintien à domicile des personnes âgées en Israël comme en France

L'indépendance à petits prix pour nos parents

Révolution dans le maintien à domicile des personnes âgées

Nous sommes la première génération à avoir la joie de voir nos parents devenir arrière-grands-parents. Auprès d’eux, nous devons assumer le rôle d’aidant. D’autant que les personnes âgées préfèrent demeurer chez elles tant qu’elles le peuvent jusqu’à ce que le niveau de dépendance et donc, de soins, nécessite un placement. Cette modification dans la société génère de nouveaux besoins en terme de service, d’assistance et d’équipement.

La société israélienne CMS (Care Management Services), fondée il y a huit ans, par des Français, a développé une solution qui répond à ces besoins avec un seul dispositif qui permet aux personnes aidantes (les proches ...) de contrôler et de coordonner tous les services à domicile.

Ce dispositif de 32 grammes, est porté par les personnes âgées sous forme de montre ou de pendentif, de jour comme de nuit, à la maison comme à l’extérieur, sans installation à domicile et sans limite de distance. Il intègre un GPS pour localiser la personne, un détecteur de chute, un détecteur de mouvement, un bouton SOS, une solution anti-maltraitance... Ce dispositif met à la disposition des personnes aidantes un outil de gestion, de monitoring et de communication avec et pour les personnes âgées afin que leur nouvelle condition d’aidant ait un impact aussi limité que possible sur leur vie sociale. Rappelons que l’entrée en dépendance varie de 74 à 81 ans.

Yehuda Rozeinsweig PDG de CMS betterlife

Yehuda Rozeinsweig PDG de CMS betterlife

Yehouda Rosenzweig, le Pdg de cette société innovante, diplômé d’ingénierie en informatique d'Ensam, en France et d’un Master option gestion des canaux de distribution de l’ESCP, Paris, nous a déclaré avoir également fondé une société en France pour y commercialiser son dispositif. Il a déjà signé en France 3 accords de distribution non exclusifs. A l’opposé de ses principaux concurrents, Philips aux Etats-Unis (7 millions d’utilisateurs) et AXA en France (500 000 utilisateurs), le dispositif créé par CMS ne nécessite pas d’installation à domicile et dispose de services Web intégrés.

Une innovation intéressante et utile pour celles et ceux qui doivent assumer le maintien à domicile de leurs parents âgés. Merci d’avoir pensé à la vie des personnes aidantes. Souhaitons un très grand succès à cette société israélienne.

Pour tout renseignement :

Entre les mailles de la folie de Frann Bokertoff

Françoise Bercot entre les mailles et la folie

Entre les mailles de la Folie.

J’ai choisi de l’écrire à la 2è personne du singulier pour plusieurs raisons :
Solliciter le lecteur en m’adressant directement à lui, de façon individuelle, et lui permettre de s’identifier au narrateur ; ce procédé, utilisé par Michel Butor dans la Modification, est ici repris à mon compte, mais en employant le tutoiement, ce qui crée une plus grande proximité.
Permettre une lecture à double entrée, puisque ce « tu » n’est pas seulement destiné au lecteur, mais au narrateur lui-même.

Entre les mailles et la folie de Françoise Bercot

Entre les mailles et la folie de Françoise Bercot

Ainsi la question se pose-t-elle de savoir qui parle, ou plutôt qui écrit les histoires consignées dans ce livre ?
Le premier indice réside dans la phrase mise en exergue : « Je ne sais pas si les objets inanimés ont une âme, mais ils ont une mémoire. »

Au lecteur de découvrir ce qui se cache derrière cette phrase.
C’est aussi le moyen d’introduire un point de vue omniprésent. Dès lors, il est du ressort du lecteur, et donc de vous, messieurs et mesdames les membres du jury, de décider de la nature du narrateur. S’agit-il d’un ami, d’un confident, ou de tout autre chose ? Cela afin de créer un certain mystère et de donner une dimension supplémentaire à mon texte.

C’est aussi une manière de donner au lecteur la liberté de choisir s’il s’agit d’une biographie, d’un recueil de nouvelles, de chroniques ou bien d’un roman. Pour ma part, je dirais que c’est un texte transgenre.
Grâce à ce procédé, j’espère intéresser de nombreux lecteurs par la diversité de mon style et de mes propos.

Extrait du livre de Françoise Bercot Entre les mailles de la folie 

MONSIEUR LE PILOTE,

Voilà bien longtemps que je voulais vous écrire,

Mais vous savez comment sont les grandes personnes, elles remettent au lendemain les choses essentielles pour se consacrer à leurs occupations d’adultes, elles préfèrent regarder la TV ou jouer avec leur ordinateur plutôt que rédiger une missive.

Bien sûr, le temps pour vous n’existe pas, et l’essentiel est invisible. Ce qui compte, c’est ce qu’on a dans le cœur. Alors vous pardonnerez sans doute  ma négligence et ma paresse. Un jour ou l’autre, pensais-je, il faudra bien que je dise au pilote que le petit Prince est redescendu sue Terre. Je l’ai tout de suite reconnu avec ses cheveux blonds, son regard clair son sourire d’enfant, sa silhouette fragile et sa longue écharpe flottant dans le vent, car le mistral soufflait fort ce jour-là.

Il exposait dans une galerie, car il avait eu tout le loisir d’apprendre à dessiner et à sculpter. Pas seulement des moutons ni des éléphants dans un boa, pas simplement des baobabs ni des volcans, mais toutes sortes d’animaux imaginaires, d’arbres, de fleurs, de drôles d’engins, d’hommes de de femmes parmi lesquelles je crus me reconnaître, et vous, monsieur le pilote, que je pris d’abord pour un embryon, tout recroquevillé dans une capsule entourée de flammes et flottant dans l’azur. La sculpture me plut tant que je l’acquis. Par la suite, chaque fois que j’écrivais un livre, je choisissais une œuvre de mon ami pour sa couverture.

Quitter son étoile pour venir sculpter la matière, c’était original, signer ses œuvres Eldjfall, c’était astucieux. J’ai fait des recherches ; en islandais, ça signifie volcan. Ervin Eldjall, ça sonnait bien. C’est pour cela aussi que j’aime le petit Prince : c’est un poète. Il possédait une fleur unique, dont monsieur de Saint-Exupéry nous a caché le nom : Maria Mey, qui signifie rose mystique dans sa langue.

Je suis persuadée qu’il est revenu sur terre pour embellir notre vie.

Et puis un jour le serpent l’a retrouvé et lui a injecté son venin et mon ami a de nouveau disparu

 

Kippour 1944 : Ce n'est pas le lieu qui sanctifie l'homme mais l'homme qui sanctifie le lieu

ce n'

La veille de Yom Kippour 1944, Livia Koralek prononça un sermon devant les femmes du camp de Parschnitz. Elle les encouragea à se donner les unes aux autres quelque chose qui perdure à jamais et qui ne connaît pas de fin — l'amour.

 

Sermon veille de Kippour de Livia Koralek

Sermon veille de Kippour de Livia Koralek

le sermon de la veille de kippour 1944

le sermon de la veille de kippour 1944

 

« Je demande à Dieu, en notre nom à toutes, de nous pardonner les offenses que nous avons commises envers nos parents, nos proches, nos frères et sœurs et nos amis. Nous demandons à Dieu de nous pardonner au nom de ceux qui nous sont chers car nous sommes loin d'eux et ne pouvons pas leur demander pardon. Je me souviens que notre rabbin, dans la ville de Gyor, nous a rassemblés avant sa déportation à Auschwitz et nous a dit, entre autres choses : "Ce n'est pas le lieu qui sanctifie l'homme mais l'homme qui sanctifie le lieu. En ce jour saint, nous sommes mis à l'épreuve. Nous devons observer le commandement : Tu ne voleras pas. Chacun de nous reçoit une maigre ration et doit s'en contenter. Je sens que Dieu entendra nos prières, qu'il essuiera les larmes de nos yeux et qu'il nous répondra avec les mots de la prière de l'office : Je vous ai pardonné." »

(Extrait du sermon prononcé par Livia Koralek)

Née en 1921 à Gyor en Hongrie, Livia fut déportée à Auschwitz en juin 1944 et transférée en août au camp de Parschnitz (Sudetenland), où elle travailla dans une usine de fabrication de pièces d'aéronefs. Elle prononça ce sermon à la demande de ses amies. « Je ne voulais pas être Kapo ; je ne voulais pas être une meneuse. Il n'y en avait pas besoin. Je voulais seulement prodiguer des encouragements. » Les femmes ne mangèrent pas le pain qu'elles reçurent le jour de Yom Kippour ; au lieu de cela, elles le gardèrent sous leurs oreillers. Le jour de Pessah, les femmes essayèrent d'organiser un Seder mais les Allemands y mirent fin. Livia s'abstint de manger du pain cette semaine-là. Après la guerre, Livia épousa Aladar (Jehuda) Spiegel et émigra en Israël avec sa famille.

Yad Vashem exposition Roch Hachana avant pendant et après la Shoa

Yad Vashem exposition Roch Hachana avant pendant et après la Shoa

Collection d'objets de Yad Vashem
Don de Chana (Livia Koralek) Spiegel, Bnei Brak, Israël

pour en savoir plus cliquez-ici 

L'histoire du Chofar du camp de Skarzysko-Kamienna en Pologne en 1943

Skarzysko-Kamienna en Pologne en 1943

Chofar (corne de bélier) fabriqué dans des conditions périlleuses dans le camp de travaux forcés de Skarzysko-Kamienna en Pologne en 1943

Ce chofar fut fabriqué dans le cadre des préparatifs de Roch Hachana 5704 (1943) par Moshe (Ben-Dov) Winterter, de la ville de Piotrkow en Pologne, qui était prisonnier dans le camp et travaillait dans l'atelier de métallurgie de l'usine d'armements.

Yitzhak Finkler, le rabbin de Radoszyce, également prisonnier dans le camp, souhaitait ardemment pouvoir observer le commandement consistant à faire sonner le chofar lors du Nouvel an juif et avait eu l'idée de fabriquer un chofar.

Trouver la corne de bélier exigée par la loi juive pour la fabrication d'un chofar ne fut pas chose aisée. En contrepartie d'un pot-de-vin, un garde polonais accepta de rapporter une corne au camp mais celle-ci s'avéra être une corne de bœuf.

Un nouveau pot-de-vin fut nécessaire pour qu'il rapporte une autre corne, de bélier cette fois. Le rabbin approcha Moshe Winterter, qu'il avait connu à Piotrkow et lui demanda de fabriquer le shofar. Celui-ci mit du temps à accepter.

La fabrication d'un objet autre qu'une arme dans l'atelier de métallurgie ou même son transport de l'atelier jusqu'aux baraques, pouvaient être immédiatement punis de mort.

Bravant le danger, Moshe Winterter s'acquitta de cette tâche délicate et apporta le chofar au rabbin la veille de la fête. La nouvelle se répandit et les prisonniers se rassemblèrent le soir de la fête pour prier et faire retentir le chofar.

Yad Vashem

pour lire la suite de cet article veuillez cliquez-ici 

Le meilleur outil de communication digitale de la communauté juive c'est Alliance

La communication digitale avec Alliance

Nous allons parler aujourd'hui d'un des meilleur vecteur de communication de la communauté juive ,Alliance le premier magazine de la communauté juive , en effet il est difficile de parler de soi sans tomber dans la mégalomanie mais  les chiffres parlent d'eux mêmes et il est avéré que les campagnes de communication relayées par ce média augmente de façon significative le taux de visites et de conversions de ses annonceurs

Mais enfin pourquoi ?
Parce qu'Alliance le premier magazine juif a été créé en 1997 il y a donc 20 ans.
Avec plus de 13 giga de contenu accumulé pendant ces 20 dernières années, il devient par la force des choses le leader de l'actualité juive et de l'information israèlienne.

Ainsi une interview,  un communiqué de presse, sur votre activité, votre site, votre livre publié sur Alliance vous hisse automatiquement, ou presque , au top de google.

Comment ?

Nos interviews, nos communiqués de presse sont truffés de mots clés en référence à votre activité nous ne faisons, en fait ,qu'utiliser la technologie  de Google que l'on appelle; répondre à la pertinence du sujet de l'articleou d'un site

Prenons l'exemple d'un de nos nouveaux annonceurs cms-betterlife qui offre des solutions de télé-assistance pour aider les personnes âgés à vivre en israel en toute sécurité.

Nous allons donc publier un article de presse en faisant ressortir les mots clés les plus usités par les internautes touché par ce problème, la dépendance de leurs parents vieillissants
: israel, famille, parents, alyah
Si on arrive à faire un titre avec l'ensemble de ces mots clés et bien on a toute les chances de se retrouver à la première position et première page de Google.

Avec seulement deux mots clés et déjà votre référencement naturel n'aura pas à rougir 🙂

Tous les propriétaires des sites internet connaissent bien ce casse tête chinois à savoir répondre à la pertinence de google.
Elle est pourtant simple:  toujours se mettre à la place du client final .
Si je cherche une solution pour maintenir mes parents âgés chez eux en israel et en toute sécurité, je vais chercher avec les mots clés suivants :parents âgés en israel , ou alyah pour personnes âgés
Plus vous êtes simple plus vous avez de chance de taper dans le mille.

Vous l'avez compris si le texte est primordial pour être référencé sur Google qui est un véritable lexicophile,  en clair un accros aux mots 🙂   il n'en reste pas moins que l'impact visuel est aussi important.
Le monde virtuel passe par l'image et la vidéo particulièrement sur les réseaux sociaux.

Oui mais pas n'importe quelle image ni n'importe quelle vidéo !
L'image doit interpeller vos prospects, ils doivent pouvoir s'identifier, leur raconter une histoire et de préférence la leur ou celle qu'ils auraient aimer vivre...:-) le fameux storytelling peut être exprimé par une image pas seulement par du texte. Il est trés intéressant de voir comment réagissent les internautes à une photo réelle  plutôt qu'un avatar ou dessin ou autre symbole censé vous représenter et éloigner de l'humain que vous êtes !

Plus vous être proche de l'humain mieux vous saurez communiquer.
Il n'est pas utile de sortir de grandes écoles, je dirais même que cela risque d'être un handicap majeur , ce qui impact dans la communication digitale est l'émotion. L'intelligence du coeur a pris le dessus dans tous les aspects de la communication digitale.
Non ce n'est pas paradoxal ; dans ce monde virtuel si éloigné du contact physique nous sommes tous inconsciemment à la recherche de ce qui va nous faire vibrer et l'émotion arrive en tête sans se forcer.

Restons dans l'exemple de la solution de téléassistance si vous mettez une photo d'une standardiste au téléphone aussi jolie soit-elle, il y a de fortes chances que celle-ci passe à la trappe .
En revanche si vous placez une photo d'un couple âgé et  heureux d'être ensemble chez eux , là vous aurez toutes les chances d'interpeller tous les futurs aidants 🙂 ( les adultes en charge de leurs parents.)

Le visuel est important particulièrement pour le partage sur les réseaux sociaux.
Google est le plus puissant moteur de recherche mais il est impossible de faire l'impasse sur Facebook qui est en train de surpasser Google dans plusieurs aspects et particulièrement en marketing direct.

Car outre le référencement indéniable et bien plus facile à acquérir sur Facebook les outils de marketing qu'offre Facebook sont en rien comparables avec Google.

Avec Facebook vous pouvez tout faire, vous même, pour peu que vous soyez initié bien évidemment, sinon vous faites appel à nos services 🙂
Facebook vous donne tout et bien plus !
On peut le dire, sans exagérer, Facebook est une véritable plateforme de générations de lead, de prospects, et par voie de conséquences de clients.

Ce que vous trouverez dans une agence de communication vous le retrouverez sur Facebook tel que partage de vos articles, de vos produits  dans les groupes cibles ,(attention là il s'agit de connaitre ces groupes et non de faire du spam au risque de se faire blacklister par Facebook, car Facebook a des règles  assez particulières et encore pas trés claires alors autant la jouer soft avec ce gros caid du net.

Si vous avez bien ciblé votre article dans les groupes il y a de fortes chances que votre article soit partagé à l'envi, (ce qui est bien plus important que les fameux likes qui ne servent pas à grand chose en réalité)

Sponsoriser cet article sur Facebook 
A partir de 5 euros vous pourrez faire connaître votre article à des milliers de personnes, qui ne font par partie de ces groupes forcément mais, qui répondent de façon précise à votre cible.
C'est vous qui allez définir les paramètres suivant un questionnaire que va vous soumettre Facebook. C'est pas beau tout ça hein ?;-)

Vous l'avez certainement compris, si vous avez du temps prenez en charge votre communication et si vous êtes un chef d'entreprise averti n'hésitez plus à nous confier votre communication digitale nous ferons de vous le leader de votre corporation.

Tel :01 70 00 75 75 ou 054 700 74 70

La résilience juive est une source d'inspiration pour nous les Yazidis

Daesh doit être jugé pour crimes contre le l'humanité

Nul besoin de connaître le kurde pour déceler la profonde tristesse de Nadia Murad. En août 2014, des membres de l’Etat islamique ont pénétré dans son village de Kocho en Irak : ils ont assassiné sa mère et six de ses frères, puis ont capturé la jeune femme pour la vendre comme esclave sexuelle. Retenue en captivité pendant plusieurs mois, elle a finalement réussi à s’enfuir et à rejoindre un camp de réfugiés. Elle fait aujourd’hui partie du millier de Yazidis ayant reçu le statut de réfugié en Allemagne.

Les juifs source d'inspiration pour se reconstruire

Nadia Murad  parcours le monde pour expliquer les crimes de l'EI, Daesh

Un lien particulier

Armée d’un incroyable courage, Nadia parcourt aujourd’hui le globe pour raconter son histoire. Désignée l’année dernière comme ambassadrice de bonne volonté des Nations unies pour être la voix de son peuple, elle s’acharne depuis à expliquer au monde que les crimes de Daesh ne peuvent pas rester impunis. Grâce à l’organisation IsraAID – jugée par Nadia comme « plus efficace que la plupart des gouvernements –,  et au soutien de la députée Ksenia Svetlova, la jeune femme s’est rendue en Israël le 24 juillet pour s’exprimer à la Knesset.

Une escale qui lui tenait particulièrement à cœur : lorsqu’elle s’exprime, Nadia établit en effet souvent un parallèle entre la tragédie vécue par les Yazidis, et les souffrances du peuple juif en Europe il y a 70 ans. « Nous pensons que notre histoire ressemble à celle vécue par les juifs lors de la Shoah », dit-elle.
« Les juifs sont les mieux placés pour comprendre ce que nous vivons. Nous nous sommes rendus dans de nombreux pays pour solliciter de l’aide, mais il nous était particulièrement important de venir en Israël. »

Nadia a donc parcouru le pays dans l’espoir de sensibiliser l’opinion à sa cause.

Son périple l’a notamment menée à Yad Vashem et à Beit Hatfoutsot, le musée du peuple juif de Tel-Aviv. Nadia affirme que la résilience juive suite à la Shoah constitue une source d’espoir et d’inspiration pour son peuple.

La jeune femme espère apprendre d’Israël comment se reconstruire.

« Avant que nous ne soyons nous-mêmes victimes d’un génocide, je connaissais très peu de chose sur l’Holocauste et je ne connaissais pas du tout la communauté juive. Jusqu’à ce que je m’aperçoive de son soutien à travers différentes campagnes. »

Elle se souvient notamment d’une rencontre décisive en Australie avec une survivante de la Shoah. « C’est à travers elle que j’ai pris conscience de la résilience du peuple juif, et de la façon dont il a su se relever. La capacité des juifs à rester forts et à maintenir leur culture est un exemple », affirme la jeune femme.

Yotam Polizer, codirecteur général de IsraAID, confirme les propos de Nadia. Il raconte avoir travaillé dans des camps de réfugiés en Grèce, où les Yazidis lui disaient souvent que le premier pays où ils désiraient se rendre était Israël.

Il a d’abord pensé qu’ils étaient attirés par un éventuel soutien financier, avant de prendre conscience qu’il s’agissait de bien autre chose : « Nous ne voulons pas de votre argent, nous voulons que vous nous guidiez », disaient ces Yazidis.

Il est alors devenu naturel pour IsraAID de soutenir l’initiative de Nadia, et de la faire venir en Israël. « Nous ne sommes pas un organisme religieux, mais nous basons note action sur les valeurs juives, et nous sentons ce lien particulier qui unit la communauté yazidi avec le peuple juif », relate Yotam Polizer.

Après avoir passé les deux dernières années à donner des conférences, Nadia, tout comme beaucoup de ses camarades, aspire à rentrer chez elle, en Allemagne désormais. « Beaucoup de membres de mon peuple se trouvent toujours dans des camps de réfugiés. Nous gardons espoir, même si nous savons que toutes les demandes d’asile ne seront pas acceptées », dit-elle.

En toute impunité

Pour quelle raison aucun membre de l’Etat islamique n’a-t-il été poursuivi pour le génocide yazidi ?
Le 16 juin 2014, les combattants de Daesh ont atteint Tal Afar dans le nord de l’Irak.

La ville de 200 000 habitants était alors divisée selon des frontières sectaires entre musulmans chiites et sunnites, et beaucoup de ses résidents faisaient aussi partie de la minorité turkmène. Les sunnites ont accueilli Daesh avec des tirs de joie, tandis que les chiites ont fui pour sauver leur vie. Plusieurs milliers ont été tués. Si Navi Pillay, Haut Commissaire pour les droits de l’homme aux Nation unies, a déclaré que les exécutions systématiques s’apparentent à des crimes de guerre, force est de constater que presque rien n’a été fait pour protéger les Yazidis de la catastrophe qui s’est abattue sur eux quelques jours plus tard.

« Depuis cette tragédie, nous n’avons plus été capables d’envisager l’avenir. Nous ne connaissons pas la situation sur place, et beaucoup de gens sont encore captifs », dit Nadia qui porte le deuil, après avoir appris il y a une semaine que sa nièce avait été tuée. « Ma belle-sœur et mon neveu ont été enlevés par l’EI, et il se peut que j’apprenne d’ici peu qu’ils ont été assassinés ou victimes des bombes », dit-elle.

Le 1er juin dernier, Nadia a pu retourner dans son ancien village, libéré depuis par les membres des unités de mobilisation populaire, une force paramilitaire à majorité chiite affiliée au gouvernement irakien. « Depuis trois ans, je ne rêvais que de retourner dans mon village », raconte la jeune femme. Mais elle n’y a trouvé que des ruines : la moitié des maisons étaient détruites, et les meubles brûlés ou volés. En marchant à travers les décombres, elle a dû faire attention aux explosifs et aux mines que les djihadistes laissent souvent derrière eux pour faire le plus de dégâts possibles. (sic)
source Jerusalem Post pour en savoir plus cliquez-ici

© Jerusalem Post Edition Française –

En Israël on n'achète plus on vend ses biens, pourquoi ?

la fin des investissements immobiliers en Israël

La vigueur du shekel face aux devises étrangères, l’augmentation des prix de l’immobilier, ainsi que la réglementation de fer des banques en matière de virements provenant de l’étranger ont passablement compliqué la donne en matière d’accession à la propriété foncière pour les résidents étrangers – même pour les plus aisés des juifs de France….

La vigueur du shekel face aux devises étrangères, l’augmentation des prix de l’immobilier ainsi que la réglementation de fer des banques en matière de virements provenant de l’étranger ont fait fuir les résidents étrangers du marché immobilier israélien ; pour preuve, la chute vertigineuse des transactions immobilières réalisées par ces-derniers depuis août 2016.
Selon les chiffres publiés par l’Économiste en chef au sein du ministère des Finances, avec 391 logements acquis par des résidents étrangers au cours du second trimestre 2017,  il s’agît du plus bas taux depuis la seconde intifida en 2003.

La chute des investissements en Israël

La chute des investissements en Israël

De fait,ce chiffre est en baisse de 11 % par rapport au premier trimestre 2017 et de 70 %  par rapport au second trimestre 2015, au cours duquel les résidents étrangers avaient acquis 1,200 logements.

Et cette baisse se traduit notamment par la disparition des foires aux ventes immobilières généralement organisées durant les périodes estivales ; pour celles encore organisées à l’étranger, elles sont désertées par les acheteurs potentiels…
Ainsi, une responsable de plusieurs agences immobilières en Israël explique :  » dernièrement j’ai participé à une foire immobilière à Londres. Habituellement, lors de ce type d’évènement nous finissions avec environ 60 à 70 ventes potentielles. Toutefois, pour ce qui est de cette dernière foire, non seulement elle était quasi-déserte, mais la majorité des visiteurs nous sollicitaient pour vendre leur bien et non pour acheter… « .

Quelles sont les raisons de ce désamour des résidents étrangers ?
En parallèle de l’augmentation des prix, la principale raison est certainement le renforcement du shekel face à l’EUR et au Pound au cours des deux dernières années, mais également dans une moindre mesure face au dollar US.

Historiquement, le Pound avait un cours face au shekel de 1 Pound pour 6 shekels. Or, en juin 2016, il a dégringolé au cours de 4.47 nis, soit une chute de 25 % ! Depuis, il a connu une légère reprise avec un cours à 4.6347 nis.

Concernant l’EUR, tandis que son cours oscillait entre 5.70 et 5.80 durant les années 2008-2009, et que son cours était encore à 4.90 nis en 2014, il n’a eu de cesse de chuter au cours des dernières années atteignant son cours le plus bas avec 3.82 nis, avant d’amorcer une remontée à 4.2677 nis.

Mettons ces chiffres en perspective : en 2015, pour faire l’acquisition d’un appartement d’une valeur d’1,500,000 nis un Français avait besoin d’environ 300,000 EUR et un Britannique d’environ 250,000 Pounds ; début 2017, ce même appartement aurait coûté 390,000 EUR au Français et 330,000 Pounds au Britannique, soit pour les deux une augmentation d’environ 30 % et ce sans tenir compte du fait que ce même appartement aura vu son prix augmenter entre 2015 et 2017 d’environ 15 % !
La baisse des ventes est donc la résultante de ces deux données : baisse du cours des devises étrangères face au shekel et augmentation des prix de l’immobilier en Israël.
Même les plus aisés des juifs de France peinent à réaliser une transaction immobilière en Israël.

Et cerise sur le gâteau : le système bancaire israélien.
Après que ce-dernier ait pendant des années fermé les yeux en matière de provenance des fonds, il a dernièrement rejoint l’OCDE et de ce fait participe à la lutte commune de ses pays membres contre l’évasion fiscale.
Les banques sont devenues particulièrement regardantes en matière de réception de fonds provenant de l’étranger…et c’est un euphémisme…

The Marker

auteur de cet article : Arnaud SAYEGH

source cliquez-ici