Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Hassan Nasrallah menace Israël : préparez vous à ne plus vivre tranquillement

Nasrallah menace Israël : "Nous riposterons depuis le Liban"

Nasrallah menace Israël : "Nous riposterons depuis le Liban"

"Nous, la Résistance, nous ne permettrons pas une démarche de ce type, quel qu'en soit le prix. Le temps où des avions israéliens venaient frapper une cible au Liban est révolu", a affirmé le chef du Hezbollah.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a menacé dimanche soir de reprendre les ripostes contre Israël à partir du Liban, quelques heures après la chute de deux drones dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du parti chiite, et après que l'Etat hébreu ait mené de nouvelles frappes en Syrie, qui ont fait "deux martyrs" du Hezbollah, selon lui.

"Ce qui s'est passé hier soir est très dangereux", a lancé Hassan Nasrallah dans un discours retransmis en direct lors d'une cérémonie à l'occasion du deuxième anniversaire de la bataille du jurd de Ersal.

"C'est un drone israélien qui a survolé le quartier Moawad et non pas un drone qu'on loue pour filmer des mariages. Le premier drone avait une mission de reconnaissance, il a survolé très bas la banlieue-sud de Beyrouth pour avoir une image claire de la cible visée.

Nous n'avons pas fait tomber ce drone. Mais des jeunes du quartier ont commencé à lancer des pierres sur le drone et ont peut être provoqué une faille technique. Une minute ou deux plus tard, un deuxième drone est arrivé de manière attaquante et a frappé une cible précise". "Ce qui s'est passé hier est une attaque de drone, contre une cible dans la banlieue sud", a-t-il martelé.

Plus tôt dans la journée, l'armée libanaise avait publié un communiqué indiquant que "le 25 août 2019, à 2h30 du matin, deux drones appartenant à l'ennemi israélien ont violé l'espace aérien libanais au-dessus du secteur de Mouawad, dans le quartier al-Madi, situé dans la banlieue sud de Beyrouth". "Le premier est tombé et le deuxième a explosé dans les airs, ne causant que des dégâts matériels, avait précisé l'armée affirmant "avoir bouclé le secteur où étaient tombés les deux drones", et avoir "pris toutes les mesures nécessaires, tout comme la police militaire qui a pris en charge l'enquête sur l'incident".

"Cette attaque est le premier acte d'agression commis par Israël depuis le 14 août 2006, a indiqué Hassan Nasrallah. C'est une agression importante et dangereuse. Si cette violation reste sans réponse, d'autres suivront. Nous ferons tout ce qu'il faut pour empêcher un tel processus. L'État assume ses responsabilités, condamne et considère que ce qui s'est passé est une agression et porte plainte. C'est bien, mais cela n'arrêtera pas le processus. Nous, la Résistance, nous ne permettrons pas une démarche de ce type, quel qu'en soit le prix. Le temps où des avions israéliens venaient frapper une cible au Liban est révolu".

"Une nouvelle étape imposée par l’ennemi"

En outre, le chef du Hezbollah a affirmé que les raids israéliens la veille près de Damas avaient visé une position de son parti qui combat au côté du régime dans la Syrie en guerre. "Il n'y avait que des jeunes libanais du Hezbollah à l'endroit qui a été bombardé" près de Damas, a-t-il dit, réfutant les déclarations israéliennes selon lesquelles la cible était la force iranienne al-Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution.

"J'ai lu que l'armée israélienne disait aux habitants du nord (d'Israël) qu'il n'y avait rien à craindre , aujourd'hui je dis aux habitants du nord : Ne vivez pas, ne vous reposez-pas, ne soyez pas rassurés, et ne pariez pas un instant que le Hezbollah va permettre (...) de telles agressions", a encore lancé le chef du Hezbollah.

Nous sommes devant une nouvelle phase et nous défendrons notre pays sur toutes les frontières et dans notre ciel, c’est une nouvelle étape imposée par l’ennemi".

 

Recherches israéliennes : les cellules cancéreuses arnaquent le cerveau pour l'infecter

les cellules cancéreuses arnaquent le cerveau pour le pénétrer

Les cellules de mélanome ont accès frauduleusement au cerveau

Des recherches menées à l'Université de Tel Aviv révèlent que les cellules de mélanome constituent une arnaque leur permettant de pénétrer la barrière hémato-encéphalique en se faisant passer pour des cellules immunitaires. • La bonne nouvelle le moyen de les bloquer a été trouvé

Des chercheurs de l'université de Tel Aviv, dirigés par le professeur Neta Erez, et la docteure Hila Doron et l'étudiant-chercheur Melk Amer, ont découvert que les métastases d'un cancer cutané violent provoqué par un mélanome atteignent le cerveau par une fraude du système immunitaire: Elles "usurpent" l'identité des  cellules du système immunitaire censées lutter contre les lésions tissulaires simulées dans le cerveau, ainsi les métastases atteignent par la voie royale le cerveau comme une cellule normale.

Les chercheurs ont donc  mis au point une méthode permettant de neutraliser cette fraude cellulaire susceptible de prévenir les métastases cérébrales chez les patients atteints d'un mélanome.

Les recherches ont été menées en collaboration avec le professeur Ronit Schi-Fainero, responsable du laboratoire de recherche sur le cancer et la nanotechnologie de l'Université de Tel Aviv.

Le cancer de la peau associé au mélanome est connu pour être une maladie violente et mortelle, principalement parce qu'il envoie des métastases aux organes vitaux du corps et, dans de nombreux cas, au cerveau", explique le professeur Erez.

"Nous voulions savoir comment les cellules cancéreuses renforcent les défenses cérébrales et les pénétraient pour créer des métastases. D'après des recherches antérieures, nous nous sommes concentrés sur les cellules du tissu cérébral appelées astrocytes, situées dans la barrière hémato-encéphalique, et leur rôle est de maintenir la structure normale du cerveau".

Il est connu que, dans le cas de lésions du tissu cérébral, les astrocytes sécrètent des substances qui" signalent "les cellules immunitaires dans tout le corps et les appellent au cerveau.

Les cellules immunitaires absorbent le message et la perception du cerveau par une voie dédiée les fait entrer. Nous avons testé un lien possible entre ce mécanisme vital et le mécanisme métastatique du mélanome ".

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont examiné des souris avec un mélanome, ainsi que des tissus de métastases du mélanome du cerveau humain, qui ont été retirés par chirurgie afin de sauver la vie des patients.

Il a été constaté que dans certaines cellules de mélanome, un récepteur activé par le facteur inflammatoire CXCL10 est exactement le même que le récepteur situé dans les cellules inflammatoires du système immunitaire.

En d'autres termes, les cellules cancéreuses reconnaissent le marquage inflammatoire et répondent à un appel destiné à toutes les cellules du système immunitaire. C'est ainsi qu'elles "trompent" le système immunitaire et utilisent le bon chemin pour atteindre le cerveau et le pénétrer.

"Après avoir découvert le mécanisme, nous voulions savoir s'il y avait un moyen de le bloquer", a déclaré le professeur Erez.

"En utilisant des méthodes génétiques, nous avons neutralisé le récepteur du facteur CXCL10 dans les cellules de mélanome afin qu'elles ne puissent pas répondre à la lecture des astrocytes." Les résultats étaient prometteurs: chez les souris chez lesquelles le récepteur était neutralisé, le développement cérébral métastatique était beaucoup moins important.

 

Le retour des Juifs à Hebron 90 ans après le massacre de 67 Juifs

AVANT LES ÉLECTIONS, LES JUIFS ONT ÉTÉ AUTORISÉS A REVENIR A HEBRON

AVANT LES ÉLECTIONS, LES JUIFS ONT ÉTÉ AUTORISÉS À S’INSTALLER À BEIT HAMACHPELA, À HÉBRON.

L'installation de Juifs dans le quartier de la ville marque l'expansion continue de la communauté juive dans la zone proche du tombeau des Patriarches.

Faisant un signe aux électeurs de droite, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné la permission aux Juifs de s'installer dans une structure de trois étages à Hébron , en face de la tombe des patriarches connue sous le nom de Beit HaMachpela. 

La communauté juive d'Hébron lutte depuis plus de sept ans contre Netanyahu et l'administration civile pour obtenir l'autorisation de vivre dans la structure, qu'elle détient comme achetée à une famille palestinienne.

Dimanche, à un jour près du  90e anniversaire du massacre d'Hébron en 1929, au cours duquel 67 Juifs ont été tués, Shlomo Levinger a annoncé que l'administration civile avait donné son accord pour que la propriété soit préalablement enregistrée auprès de la communauté juive, décision qui leur permet de déménager. dans les appartements. 

L’année dernière, l’Administration civile a autorisé la communauté juive à s’installer dans deux immeubles , situés de l’autre côté du tombeau, appelés Beit Rachel et Beit Leah.

Cette décision intervient avant les élections du 17 septembre .

USA : l'alya 5 ans plus tard qu'est ce qui a changé ?

amené 242 immigrants d'Amérique du Nord

L'ALYA 5 ANS PLUS TARD - QU'EST-CE QUI A CHANGÉ ?

Beaucoup de choses sont différentes pour les Juifs aux États-Unis et pour les immigrants américains dans l'État juif.
Alors que les roues de l'avion s'immobilisent sur la piste de Tel-Aviv, des visages épuisés et excités regardent par les fenêtres pour voir le ciel orange et rose strié au lever du soleil sur leur nouvelle maison.

Des centaines de personnes attendent pour accueillir les nouveaux olim (immigrants) à l'aéroport Ben-Gourion : politiciens, personnalités publiques, famille, amis.

Les drapeaux israéliens ondulent,accueil par le son du chofar ,suprême honneur à quelques semaines du nouvel An juif.
Un groupe  joue des mélodies sionistes classiques. En descendant de l'avion, les enfants hurlent d'enthousiasme pendant que leurs parents pleurent. Les futurs soldats dansent avec ceux qui sont déjà en uniforme et qui les attendent sur le tarmac.

L'aliyah affrétée par Nefesh B'Nefesh, qui a atterri la semaine dernière, a amené 242 immigrants d'Amérique du Nord à recommencer leur vie en Israël ; plus d'une centaine étaient des enfants et 41 prévoyaient servir dans les FDI. Les nouveaux arrivants faisaient partie des 2 282 immigrants qui ont fait l'alya par Nefesh B'Nefesh cet été.

Le vol a été facilité en coopération avec le ministère israélien de l'Alya et de l'Intégration, l'Agence juive pour Israël, le Keren Kayemeth Le'Israel (KKL), et Jewish Nation Fund-USA.

Bien que j'aie participé au voyage, je l'avais déjà fait une fois auparavant - en arrivant à l'aéroport JFK avec mes parents il y a près de cinq ans, casquette Nefesh B'Nefesh sur mes cheveux alors beaucoup plus longs, avec mon passeport américain et à peu près tout ce que je possédais.

Mais en reprenant le vol aux côtés de ces olim au visage frais, je me suis rendu compte que je n'étais pas le seul à avoir beaucoup changé au cours des cinq dernières années.

Le gouvernement israélien, toujours dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahou, n'a pas nécessairement changé, comme c'était le cas à l'époque. On ne le voit pas non plus dans les tensions entre Israël et Gaza qui, comme en 2014, semblent tout le temps sur le point de rupture.

Les changements ne sont pas visibles en  Judée Samarie,où en 2014, des terroristes palestiniens ont enlevé et assassiné trois jeunes garçons et, ce mois-ci, cinq ans plus tard, le jeune poète Dvir Sorek a été retrouvé poignardé à mort.

Mais l'Amérique n'est plus tout à fait l'endroit où elle était quand je l'ai quittée il y a cinq ans.

Depuis mon vol de septembre 2014, les tenants de la suprématie blanche ont défilé à Charlottesville en hurlant : "Les Juifs ne nous remplaceront pas ! les femmes du Congrès américain ont utilisé des tropes antisémites pour diaboliser l'État juif, et des Juifs ont été assassinés dans des synagogues, dont une à cinq minutes de l'endroit où j'ai grandi à Pittsburgh.

Donald Trump est devenu président des États-Unis, offrant au gouvernement israélien son déménagement de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem et sa reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le Golan, mais aussi inquiétant pour les Juifs américains en raison de nombreux commentaires et réponses jugés antisémites - dont un cette semaine où il a mentionné une "déloyalité" des Juifs qui votent pour un démocrate.

Pourtant, pendant que le visage des États-Unis semble changer, le désir séculaire des Juifs de retourner dans leur patrie semble s'être maintenu.

"IL EST TEMPS de rentrer à la maison ", dit le rabbin Daniel Wasserman, en luttant contre les larmes à l'aéroport JFK et en berçant sa petite-fille de quatre mois dans le coin de son bras.

Daniel Wasserman, un rabbin de Pittsburgh, est à l'aéroport pour dire au revoir à son fils Aryeh, à sa belle-fille Shoshana et à ses trois petits-enfants, qui sont sur le point de prendre le vol charter aliyah pour Tel Aviv.

Le rabbin avait été l'une des rares personnes choisies à être entrées dans la Congrégation de l'Arbre de la vie juste après l'horrible fusillade qui a coûté la vie à 11 personnes en octobre dernier. En tant que membre de la Hevra Kadisha, la société juive orthodoxe d'inhumation, il a été chargé de la tâche unique de préparer les Juifs assassinés à leur inhumation.

Cette fusillade a été la pire attaque antisémite jamais perpétrée sur le sol américain - mais aujourd'hui, ses larmes sont versées pour une toute autre raison.

"C'est merveilleux, dit-il, sa voix s'émeut tandis que John Denver, dans "Leaving on a Jet Plane", transperce les haut-parleurs. "Nous avons deux filles qui vivent déjà en Israël. Maintenant, notre fils s'en va, et notre autre fille part dans un an, espérons-le. C'est merveilleux."
Daniel Wasserman qui, avec sa femme et sa famille, porte des T-shirts personnalisés sur le thème de l'alya, dit qu'il croit que ce ne sera pas trop long avant que ce ne soit à son tour de  monter à bord d'un vol pour l'alya.

"Les gens dans ma synagogue savent que je crie à ce sujet depuis des années - 20 ans que je leur dis -'un jour viendra où ma femme et moi nous nous lèverons et partirons, et vous devez venir avec nous', dit-il.

Bien qu'il ait toujours eu le sentiment qu'il finirait par déménager, la fusillade qui a eu lieu dans une synagogue du quartier où il dirige une congrégation rend la décision encore plus pertinente.

Le fait est que ces deux dernières années, j'ai dit à tous que " ça se rapproche ", dit-il. "Et ça se rapproche."

"Nous étions sur la trajectoire de toute façon, mais les événements d'octobre dernier l'ont certainement fait avancer ", ajoute-t-il.

 

Arrivée surprise, en pleine crise, du ministre iranien des Affaires étrangères au G7 à Biarritz

Arrivée surprise du ministre des affaires étrangères iranien en plein G7 à Biarritz

G7: arrivée surprise du ministre iranien des Affaires étrangères à Biarritz

NUCLÉAIRE - Il s’est posé ce dimanche 25 août à 14 heures 13 sur l’aéroport de Biarritz, à quelques kilomètres du sommet du G7. À la grande surprise des observateurs et alors qu’aucune rencontre avec un officiel de la République islamique d’Iran n’était au programme du sommet international, les autorités iraniennes ont indiqué que leur ministre des Affaires étrangères venait d’atterrir dans le sud de la France.

Et ce à l’invitation de son homologue français Jean-Yves Le Drian qui l’a invité à venir poursuivre les concertations à Biarritz, comme l’indiquent des tweets de l’agence officielle iranienne. Fars News Agency qui précise également que le responsable iranien ne négociera ni ne rencontrera la délégation américaine au cours de sa visite à Biarritz.

“Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Moussavi, a déclaré venir poursuivre les consultations sur les récentes initiatives entre le Président de l’Iran et la France, à l’invitation du ministre des Affaires étrangères Français. Il est arrivé dans la ville du sommet des sept puissances. Aucune négociation n’interviendra entre la délégation iranienne et la délégation américaine”, est-il écrit.

Autant d’informations confirmées par la présidence française quelques minutes après ces publications sur les réseaux sociaux. L’Élysée a effectivement indiqué que Mohammad Javad Zarif rencontrerait le chef de la diplomatie française sans entrer en contact avec les Américains. “Aucune rencontre n’est prévue à ce stade”, précise-t-on.

Arrivée surprise en pleine crise

Un coup de théâtre d’autant plus retentissant que le dossier explosif du nucléaire iranien est un des principaux points du sommet du G7, qui réunit plusieurs des acteurs de cette crise: les pays européens et le Japon, signataires de l’accord de 2015 encadrant les activités nucléaires de Téhéran, et les Etats-Unis qui ont dénoncé cet accord et infligé des sanctions économiques à l’Iran, provoquant une escalade de la tension dans cette région particulièrement inflammable.

Le président américain Donald Trump et les dirigeants européens continuaient dimanche de diverger sur ce point.

Après en avoir discuté longuement samedi soir lors d’un dîner informel avec ses partenaires, le président français a cru pouvoir annoncer avoir obtenu l’accord de tous -donc Donald Trump compris- pour parler à l’Iran d’une même voix. Mais le président américain a quelques heures plus tard démenti que les pays du G7 se soient mis d’accord sur un message commun à transmettre à l’Iran.

“Je n’ai pas discuté de cela”, a-t-il dit en réponse à des journalistes. Peu après, le président français s’est adressé à la presse pour tenter à nouveau d’aplanir les dissensions avec les Etats-Unis.

Arrivée surprise en pleine crise du ministre iranien des Affaires étrangères au G7 à Biarritz

Arrivée surprise en pleine crise du ministre iranien des Affaires étrangères au G7 à Biarritz

Les médias du régime iranien tentent de minimiser les frappes israéliennes

Comment les médias iraniens minimisent les frappes israeliennes

COMMENT LES MÉDIAS DU RÉGIME IRANIEN RÉAGISSENT AUX FRAPPES AÉRIENNES ISRAÉLIENNES

Les principaux médias font régulièrement rapport sur les tensions avec Israël, répétant souvent ce que disent les responsables mais fournissant également des analyses et des différences d'opinion

Les médias iraniens en farsi ont réagi samedi soir aux frappes aériennes en silence, puis par une série d'analyses et de déclarations. Les principaux médias iraniens font régulièrement des rapports sur les tensions avec Israël.

Fars News a fait une longue analyse sur «la reconnaissance sans précédent des sionistes» de l'attaque.

Selon cet article, huit explosions ont été entendues près de Damas et cette défense aérienne près de l'aéroport militaire de Mezzeh engagé les missiles entrants. Il a affirmé qu'Israël avait déployé le système de défense Dôme de fer et que "les escadrons de l'armée de l'air sioniste" avaient été avertis de "craindre les réactions de l'Iran, de la Syrie et du Hezbollah".

Tasnim News a fait un très court reportage, citant les médias de l'Etat syrien SANA et notant que la défense aérienne syrienne avait intercepté des "cibles". Elle a indiqué qu'une explosion avait eu lieu à Damas et affirmé que l'aéroport était ciblé. 

"SANA a rapporté que la défense aérienne syrienne avait abattu tous les missiles" puis cité le " porte-parole de l'armée sioniste ", qui a revendiqué l'attaque. Il a ensuite noté que l'attaque visait les opérations de la Force Qods des Gardiens de la révolution iranienne, les milices chiites et les UAV ou les drones.  Il l'a noté uniquement en ce qui concerne les affirmations selon lesquelles Israël aurait affirmé que c'étaient les cibles, sans plus de précisions.

Mehr News a rapporté des explosions près de la capitale syrienne et a également répété les demandes reconventionnelles de la Syrie et d'Israël. "Ce n'est pas la première fois qu'une telle frappe aérienne a lieu", indique le rapport, mentionnant une attaque en juillet.

"Il convient de noter que des responsables du régime sioniste avaient auparavant reconnu" des centaines "de frappes aériennes contre la Syrie."

Les frappes aériennes visaient à contrer "la présence présumée iranienne" et les forces affiliées à l'Iran. Quatre hommes ont été tués et d'autres blessés. La Syrie a condamné les frappes, a déclaré Mehr, qui avait également publié un article dans lequel il était noté que l'Iran était prêt à faire face aux menaces éventuelles.

Press TV en anglais a rapporté l'attaque en répétant les affirmations de la Syrie d'avoir abattu les missiles. Il a également cité le porte - parole de Tsahal Jonathan Conricus: « Israël a lancé des attaques récurrentes contre la Syrie , au mépris des lois internationales. » 

Il a noté que les attaques étaient contre les forces liées à l' Iran, et que les « attaques israéliennes surviennent parce que les forces armées syriennes sont en train de reprendre le contrôle des territoires ».

Ce dernier fait référence aux offensives du régime syrien dans le nord de la Syrie. PressTV affirme qu'Israël est "un partisan du terrorisme" et qu'il était "mécontent des progrès réalisés par l'armée syrienne et ses alliés".

Press TV a également affirmé que les sites iraniens n'étaient pas frappés, répétant ainsi une affirmation diffusée à travers les médias iraniens dimanche. après midi.

L'agence de presse iranienne IRNA News ne semble pas avoir signalé les frappes aériennes le 25 août au matin, ni IRNA, l'Agence de presse de la République islamique.

Les rapports en général indiquaient un intérêt pour le contraste des revendications israéliennes et des affirmations syriennes. Cela laisse les lecteurs curieux de savoir si la Syrie a exagéré ses capacités de défense aérienne, ce qui obligera probablement les lecteurs farsis, même ceux qui soutiennent le gouvernement de Téhéran, à se demander si leur allié syrien est digne de confiance.

Les rapports semblaient aussi faire allusion à l'implication de l'Iran dans le sud de la Syrie et conforter les revendications d'Israël, même si les articles les cachaient derrière des références au "régime sioniste".

Tous ceux qui lisent ces rapports ont l'impression que l'essentiel des détails montrent à Israël a bien effectué les frappes   et qu'elles ont infligé des dégâts.

Israël: l'OLP accuse le Hamas de l'effraction de leurs bureaux à Gaza

l'OLP accuse le Hamas de l'effraction de leurs bureaux à Gaza

OLP: LE HAMAS RESPONSABLE DE L'AGRESSION DE NOS BUREAUX À GAZA

Les assaillants ont pris d'assaut le département des affaires des réfugiés de l'OLP, détruit des meubles et volé divers objets, ont indiqué des sources dans la bande de Gaza.

Membres du Hamas

Membres du Hamas. (crédit photo: REUTERS)

L'OLP a condamné un «assaut» sur ses bureaux dans la bande de Gaza et a déclaré que les assaillants inconnus étaient soutenus par le Hamas.

Les assaillants ont pris d'assaut le département des affaires des réfugiés de l'OLP, détruit des meubles et volé divers objets, ont indiqué des sources dans la bande de Gaza. Aucun groupe n'a revendiqué "l'assaut" et les motivations des assaillants sont inconnues.

Un journaliste palestinien à Gaza a déclaré qu'il n'excluait pas la possibilité que l'incident soit simplement une effraction par des cambrioleurs. La criminalité a monté en flèche alors que la pauvreté s'est étendue dans l'enclave côtière appauvrie et anarchique contrôlée par le Hamas. 

L'incident a suscité de vives condamnations de la part de l'OLP et de sa plus grande faction, le Fatah, qui s'est empressé de blâmer le Hamas pour "l'assaut". 
Les "assauts planifiés par des individus et des groupes de voyous ont été perpétrés sous le haut patronage et le soutien du Hamas et de ses hommes armés. , "A déclaré le Comité exécutif de l'OLP dans une déclaration dimanche.

Notant que les bureaux ciblés sont responsables du suivi des intérêts des réfugiés palestiniens, le comité a averti que de telles pratiques "renforçaient la division" entre la Cisjordanie contrôlée par l'Autorité palestinienne et la bande de Gaza dirigée par le Hamas.

Le Fatah a accusé le Hamas de "faciliter l'assaut et de fournir protection et soutien aux assaillants". 

L'incident de dimanche, a déclaré le Fatah, représente "la poursuite de la politique du Hamas de cibler les institutions nationales palestiniennes. C'est un nouveau crime qui s'ajoute à la série de crimes du Hamas contre le peuple palestinien et ses institutions nationales et légitimes. "

Plusieurs factions palestiniennes ont également condamné "l'assaut" sur les bureaux de l'OLP et ont appelé le Hamas à ouvrir une enquête et à protéger les institutions palestiniennes dans la bande de Gaza.

 

Holocauste : 1600 Juifs ont été déporté à l'Ile Maurice une histoire peu connue

Les Juifs déportés à l'ile Maurice

Déportation de réfugiés juifs à Maurice : une partie de notre histoire.

En mai dernier, nous avons rencontré, au Beau Bassin Jewish Detainees Memorial, le Dr Roni Mikel Arieli, professeure de l’Université Juive de Jérusalem, dans le cadre de ses recherches intitulées « Mémoires de migration et migration de mémoire : l’histoire transnationale de la déportation de réfugiés juifs à Maurice ». Ça s’est passé lors d’une conférence organisée par DIS-MOI. Zoom sur une histoire universelle au cachet local…

Déportation des Juifs à l'ile Maurice

Déportation des Juifs à l'ile Maurice, cimetière des Juifs.

Qu’est-ce qui a suscité chez vous cet intérêt pour l’Ile Maurice et l’histoire de la déportation des juifs ? 
« Tout d’abord, je suis Israélienne et, même si j’ai eu l’occasion d’avoir beaucoup appris sur l’Holocauste, je n’avais jamais entendu parler de cette histoire de déportation.

Ce n’est qu’une fois en Afrique du Sud, qui je dois dire est un pays qui a beaucoup investi dans des projets commémoratifs, que j’ai eu des informations à propos du passage de ces juifs à Maurice. Cela a suscité beaucoup de curiosité en moi. Dans les archives, j’ai trouvé plusieurs correspondances entre le comité spécial de Johannesburg et les détenus à Maurice. J’ai aussi vu plusieurs photos dont je retrouve quelques-unes ici.

Je me suis tout de suite dit que cette histoire méritait une étude en elle-même. Je devais venir voir les marques laissées par ces détenus à Maurice.

Il fallait que je vienne à la rencontre des Mauriciens qui pourraient me parler de cette période et que je sache qu’elle empreinte cette histoire a sur le peuple mauricien. Ils ont été en prison ici et ils ont dû établir des liens avec des Mauriciens. J’ai envie de savoir ce dont ils se rappellent, quel types de relation ils entretenaient. Je trouve fascinant de pouvoir regarder cette histoire tragique d’une autre perspective : celle de l’océan Indien. Il faut décoloniser les mémoires ! »

Parlez-nous donc de ce projet…
« C’est un privilège pour moi d’être ici à Maurice. C’est Tali Nates, Directrice du Johannesburg Holocaust and Genocide Centre en Afrique du Sud, qui a fait les arrangements avec l’association DIS-MOI pour ce projet à Maurice. Mon projet est un projet de mémoire. Je voudrais mettre en avant l’Histoire : comment la mémoire locale et l’Histoire peuvent nous apprendre des choses comme sur les droits humains entre autres. Je ne connaissais pas grand-chose de l’Ile Maurice. Il était important pour moi de venir à la rencontre des défenseurs des droits humains ici à Maurice et de comprendre les enjeux de la société mauricienne ainsi que les problèmes auxquels la population fait face. Cette histoire est plus une histoire mauricienne qu’une histoire juive. Il est important maintenant de savoir comment on peut utiliser cette histoire et l’inclure dans les enjeux actuels. J’espère vraiment pouvoir en faire une très belle narration.

Il faut décoloniser les mémoires !

C’est la première fois que vous venez à Maurice. Que pensez-vous de notre île ? 
Je suis admirative. C’est une île très calme, paisible.
Je suis cependant surprise de voir que l’Histoire ne fait pas partie intégrante du cursus scolaire mauricien et cela me choque car nous avons besoin de savoir qui nous sommes et cela passe par l’Histoire. Pour comprendre son présent, il faut connaître son passé.

De l’Histoire, nous retenons des leçons importantes. L’Histoire est une langue universelle. Il ne faut pas comparer les histoires les plus tragiques. Il faut simplement se dire que cette histoire tragique, cet épisode de cinq ans, est une histoire mauricienne, donc il ne faut pas oublier tout cela. 

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez découvert cet endroit ? 
J’étais vraiment très émue. Jusqu’à présent, je n’avais vu que des photos. Dans ma tête, le lieu était vraiment plus petit, car tout le monde ne cessait de me dire que ce n’est pas du tout grand. La première chose que j’ai faite est de circuler entre les tombes pour voir si certains noms me disaient quelque chose car j’ai fait beaucoup de recherches, j’ai lu des lettres, j’ai appris quelques histoires et je voulais savoir si un des noms me faisait de l’effet.

Il y en a une, la mère d’un jeune homme qui est mort. Il avait 10 ans. Il avait été déporté avec sa mère alors que son père et son grand-père étaient en Palestine. Il s’appelle Jacob. C’était vraiment spécial pour moi de voir ces tombes. J’ai pu reconnaître quelques noms. Chacune de ces tombes témoigne d’une histoire tragique. 

Quelle est donc la prochaine étape ? 
La chose la plus importante est de garder ce lieu vivant en trouvant d’autres objets importants et de faire en sorte que les gens connaissent ce lieu, qu’il soit toujours accessible. Je veux aussi rencontrer les Mauriciens qui se rappellent de quelque chose, qui auraient peut-être des photos, du matériel, des histoires, tout ce qui pourrait aider à faire vivre la mémoire. J’espère pouvoir publier un ouvrage sur cette histoire en me concentrant sur l’Ile Maurice. 

Un message aux autorités mauriciennes… 
Simplement dire que l’Histoire est cruciale. If we do not remember the past, we will not be able to look forward to a better future. La population doit être fière de cette histoire, car même si ces personnes étaient détenues ici, elles se rappellent la gentillesse des Mauriciens à leur égard. J’espère aussi avoir le soutien des autorités et de tous les Mauriciens pour ce projet.

Les efforts des grands rabbins pour libérer Lonna Kin de son mariage, réduits à néant

Lonna AGUNAH N'A PAS ÉTÉ CONSULTÉE DANS LE CADRE D'UNE TENTATIVE INFRUCTUEUSE D'OBTENIR LE DIVORCE PAR ENTERREMENT TARDIF

L'histoire incroyable des efforts clandestins et vains du Grand Rabbin David Lau et d'autres rabbins pour libérer Lonna Kin de son mariage religieux, une lutte de plus de 16 ans pour sa liberté.

Meir Kin refuse de donner le divorce religieux à sa femme depuis plus de 16 ans il exige 500000 $ et la garde exclusive de son fils mineur à l'époque

Meir Kin refuse de donner le divorce religieux à sa femme depuis plus de 16 ans il exige 500000 $ et la garde exclusive de son fils mineur à l'époque

Lonna Kin, qui lutte depuis plus d'une décennie pour se libérer de son mari Meir Kin, a déclaré qu'elle n'avait été consultée d'aucune façon lors d'une tentative radicale, et a finalement échoué cette semaine à obtenir un divorce.

Le statut d'agunah de Kin - une "femme enchaînée" - a fait la une des journaux internationaux, y compris lorsque son mari a obtenu un permis rabbinique d'un tribunal rabbinique douteux aux Etats-Unis, qui n'est pas reconnu comme valide par le Grand Rabbinat, pour prendre une seconde femme tout en continuant à refuser à sa première femme un divorce.

Cette semaine, après le décès de la mère de Meir Kin, dimanche, nous avons eu une occasion unique de sortir Lonna Kin de son mariage.

L'Union des rabbins orthodoxes des Etats-Unis et du Canada (UOR) à New York a décidé lundi de reporter l'enterrement de sa mère, afin de faire pression sur son mari et qui lui accorde le divorce demandé depuis plus de 16 ans.

Le Grand Rabbinat a déclaré mardi que le Grand Rabbin David Lau acceptait cette décision et ordonnait à la société funéraire concernée de ne pas enterrer la mère avant que son fils n'ait donné un divorce valide à sa femme.

À ce stade, cependant, les détails de ce qui s'est réellement passé deviennent très flous.

Un porte-parole de rabbin David Lau a dit qu'un compromis avait été trouvé par lequel les membres de la famille de Meir Kin avaient donné une garantie de 20 000 $, bien que le porte-parole ait dit ne pas savoir auprès de qui elle avait été déposée cette garantie et Meir lui-même avait promis de consentir au divorce.

Meir Kin lui-même ne s'est pas rendu en Israël pour l'enterrement - probablement en raison d'une loi autorisant les tribunaux rabbiniques en Israël à prononcer des sanctions, y compris l'emprisonnement, contre tout conjoint juif récalcitrant, quelle que soit sa nationalité.

David Lau a ostensiblement autorisé l'inhumation à la suite de ce compromis, mais Meir Kin a par la suite nié avoir jamais accepté de donner un acte de divorce en premier lieu.

Le porte-parole de David Lau a déclaré au Jerusalem Post que l'accord avait été conclu " entre un représentant de sa femme et les membres de la famille du refus du divorce " devant la Cour rabbinique suprême, sous les auspices du juge rabbinique Rabbi Aharon Katz.

Le Post croit comprendre, cependant, qu'aucune affaire ou procédure judiciaire formelle n'a jamais été ouverte devant la Cour rabbinique suprême, et que tout ce que David Lau a fait était indépendant des fonctionnaires de l'Administration des tribunaux rabbiniques.

Étant donné qu'aucune procédure formelle n'a été ouverte, il est extrêmement difficile de savoir comment et auprès de qui une garantie a pu être déposée.

Les responsables du ministère des services religieux ont déclaré que David Lau avait "outrepassé son autorité" puisqu'il n'avait pas le pouvoir d'instruire les sociétés funéraires sur la manière d'agir, et qu'une requête à la Haute Cour de justice contre ses instructions aurait probablement été accueillie.

Lonna Kim a dit au JPost qu'on ne l'avait jamais contactée au sujet des procédures concernant sa vie et sa captivité conjugale, et qu'elle n'avait aucune idée de qui avait été son représentant, ni même s'il y en avait même eu un.

Lorsqu'on l'a contactée pour commentaires, Katz a refusé de parler de la question, de savoir qui était le représentant de Lonna Kin, pourquoi elle n'avait pas été contactée au sujet des procédures, avec qui une garantie avait été déposée, le cas échéant, et pourquoi l'enterrement avait été autorisé sans que Meir Kin ait déposé au préalable un acte de divorce devant un tribunal rabbinique américain, étant donné ses 16 années de refus du divorce.

S'adressant au Post jeudi, Lonna a exprimé sa reconnaissance pour les efforts de Lau.

"Le Grand Rabbin s'est efforcé de faire adopter ce projet, et s'ils[la famille Kin] n'avaient vraiment pas été en mesure de l'enterrer, j'aurais eu droit à un[acte de divorce] ", dit-elle.

"Le Grand Rabbin essayait de m'aider dans ce cas extrême, et il a reconnu la gravité de l'affaire," dit Lonna.

Elle a toutefois ajouté qu'il était "scandaleux" que son mari n'ait pas été contraint de signer un document ou de remettre un acte de divorce à un tribunal rabbinique avant de permettre l'enterrement de sa mère.

Elle a également dit que la garantie de 20 000 $ qui était censée avoir été déposée était une somme d'argent sans importance pour la famille Kin, étant donné que l'un des frères de Meir, Aharon, est un multimillionnaire.

Et elle a dit qu'elle était " furieuse " de n'avoir jamais été contactée pendant les négociations entre Katz et les membres de sa famille.

"Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas été consulté. Je ne savais pas que les frères négociaient, et si j'avais su, j'aurais voulu que ma version soit entendue."

"Je devrais avoir le droit de parler à la personne qui me représente, et si elle prétend qu'il y a eu deux parties[négociation], alors comment cela s'est-il passé - parce que je n'ai jamais communiqué avec elle. ."

D'une manière plus générale, Lonna Kin a dit qu'elle croyait que les rabbins l'avaient laissée tomber ainsi que d'autres femmes prises dans la même situation qu'elle.

“ J'ai l'impression que les rabbins en Amérique ont laissé tomber les femmes parce qu'ils ne saisissent pas les opportunités offertes par la Torah pour permettre aux femmes de se remarier. Les rabbins des années 1200 ont donné ces permis, mais ils ne les donnent pas aujourd'hui."

Lonna Kin elle-même a été jugée par un tribunal rabbinique orthodoxe en 2017, l'International Beit Din, dirigé par le rabbin Simcha Krauss, qui a annulé son mariage au motif que son mari s'était mal représenté pendant qu'ils sortaient ensemble.

Lonna s'est toutefois montrée réticente à trouver un nouveau partenaire étant donné que cette décision n'est pas largement soutenue par les autres tribunaux rabbiniques.

Jeudi, Meir Kin a posté une vidéo sur les médias sociaux disant qu'il n'avait jamais été contacté par le Grand Rabbinat.

"Le grand rabbin David Lau a publié des mensonges à mon sujet", a-t-il dit, niant qu'il avait jamais accepté de divorcer.

"C'est une fausse nouvelle. Personne du Grand Rabbinat ne m'a contacté, et personne d'autre n'a accepté de le faire en mon nom ou à mon insu."

Il a dit qu'aucun argent n'avait été déposé par les membres de sa famille comme garantie, disant que c'était "un autre mensonge en plus de la corruption habituelle des tribunaux rabbiniques".

Meir Kin a ajouté qu'"un projet de loi de divorce attend dans un tribunal rabbinique depuis plus de dix ans."

Lonna Kin note cependant que les tribunaux rabbiniques d'Israël ne reconnaissent pas explicitement la légitimité du tribunal auquel Meir Kin faisait référence pour organiser les divorces.

Elle a également noté que c'est le grand rabbin de la même cour qui a permis à Meir Kin de prendre une seconde femme en 2014, bien qu'il ait déjà refusé le divorce à Lonna sa première femme.

Lonna a également souligné que les conditions du divorce de son mari sont les suivantes :  lui remettre la somme de 500 000 $ et lui accorder  garde exclusive de leur fils.
Puis par la suite il a exigé que le New York Times retire les articles publiés en ligne sur l'affaire.

Le Grand Rabbinat n'a pas répondu à une demande de commentaires sur la raison pour laquelle une affaire formelle n'avait pas été ouverte devant la Cour rabbinique suprême ; auprès de qui la garantie de 20 000 dollars avait été déposée ; et pourquoi Meir Kin a nié avoir accepté de divorcer lorsque le Grand Rabbinat a déclaré explicitement qu'il avait consenti à écouter les décisions d'un tribunal rabbinique.

 

 

Israël: la farine d'insectes un marché en plein expansion

investir dans la farine d'insecte dans le Negev en Israël

 

Cricket manna est une société franco-israélienne dont l'objectif est d'installer très rapidement sa première usine dans le sud d'Israël, dans le Néguev.
Une soirée est prévue le 24 septembre afin de présenter le projet à ses futurs investisseurs.
Le rendement annuel moyen, pour un minimum de capital investi, est de  19,93%, proposant ainsi un excellent R.O.I.

 

Mais qu'est-ce que Cricket Manna ?

Cricket Manna assemble l’idée de la manne et du criquet, comme son nom l'indique cette société va produire de la farine à base de criquets.

Mais pourquoi de la farine d'insectes ?

Parce qu'elle sera, sans aucun doute possible, la solution contre l'insécurité alimentaire à venir.

La population mondiale devrait atteindre près de 10 milliards d'habitants en 2050, ce qui entraînera une augmentation constante des besoins de production alimentaire.

L'insécurité alimentaire est déjà devenue une préoccupation majeure, les dommages environnementaux pour satisfaire nos besoins, la surexploitation des sols, les traitements et les conditions d'élevages des animaux ne peuvent plus durer : Nous détruisons l'environnement, la planète et nous-mêmes.

La production agricole et alimentaire n'est plus durable et l'urgence de trouver d'autres moyens de satisfaire les besoins de la population humaine est plus grande que jamais.

En outre, le secteur de l'aquaculture a connu un essor considérable et représente aujourd'hui près de 50 % de la production mondiale de poissons, ce qui a entraîné la dévastation des océans. La production de protéines animales conduit à la déforestation et à une forte utilisation des ressources naturelles et des déchets.

cricket manna Farine de criquets pour nourriture animale et humaine

cricket manna Farine de criquets pour nourriture animale et humaine

Farine de criquets pour nourriture animale et humaine

Les insectes ont d'énormes possibilités afin de résoudre ces problèmes et d'aider à répondre à la demande croissante de produits carnés et de remplacer la farine et l'huile de poisson par une source de protéines animales, la farine de criquets.

Cricket Manna produira de la poudre de protéine de criquets de haute qualité pour l'industrie de l'alimentation animale et pour l’industrie de l'aquaculture.« …

Nous développerons également de la poudre de protéine de criquets comestible pour la consommation humaine.

80 % d'un grillon est comestible contre seulement 40 % pour le bétail.
L'élevage des grillons nécessite très peu d'espace : 50 m2 sont nécessaires pour produire 1 tonne par mois.

Au cours de la dernière année, nous avons travaillé à optimiser la croissance des grillons en ajustant leur habitat et leur alimentation.

Nous avons développé une sélection d'aliments qui assure que les grillons atteignent leur maturité en moins de 8 semaines avec un poids et une taille idéale.

Bâtonnet protéiné à base de farine de criquets .cricket mannia

Bâtonnet protéiné à base de farine de criquets .cricket mannia


Afin de lutter contre la malnutrition dans le monde nous travaillons sur les ingrédients, en incorporant notre poudre de protéine de criquets
dans un bâtonnet respectueux de l'environnement, tous les nutriments quotidiens nécessaires à l'homme. Résultats attendus : fin 2019.

 

production cycle complet cricket manna

production cycle complet cricket manna

Notre production assure un cycle complet: nous cultivons les grillons, les transformons en poudre protéique, utilisons les déchets comme engrais pour cultiver les aliments qui nourriront les grillons.
Les déchets sont constitués en bonne partie des pattes et autres
éléments qui empêcheraient d'obtenir une farine de criquet bien fine.Enfin, les grillons sont passés en machine pour être concassés en une fine poudre. Pour 100g de farine de grillons il faut préparer et concasser près de 900 grillons !

 

 

 

Nous ciblons les producteurs d'aliments pour animaux en leur proposant de pré-commander, afin de maintenir notre avantage de prix et nous assurer que nous puissions maintenir notre production. »

 

Le marché de l'élevage de grillons et d'insectes connaît une croissance rapide et le potentiel de croissance est énorme. Les économistes s'attendent à une augmentation de 20% au cours des cinq prochaines années.

En octobre 2018, les producteurs européens d'insectes ont levé plus de 350 millions d'euros grâce à des investissements et espèrent lever plus de 2 milliards d'euros d'ici 2025.


La taille du marché mondial des aliments pour animaux familiers devrait atteindre 98 milliards de dollars d'ici 2022, selon un nouveau rapport de Grand View Research, Inc. qui présente un TCAC de 4,3 % pendant la période de prévision.

Le marché des additifs pour l'alimentation des poissons était évalué à 754 millions USD en 2018 et devrait atteindre 1,209 million USD d'ici 2024, avec un TCAC de 8.28% pendant la période de prévision (2019-2024) .

Celui des additifs pour l'alimentation des crevettes à 66 millions USD en 2018 et à 103 millions USD en 2024 avec un TCAC de 7,8% pendant la période de prévision (2019-2024).

Faisons connaissance avec les fondateurs de Cricket Manna :

Dan Saada CEO Co-Fondateur

Dan a commencé comme auditeur externe avec un MBA en finance.
Plus de 10 ans d'expérience au sein de grandes entreprises françaises (Go sport, Casino, Etam, Vinci).

David Saada CTO Co-Fondateur.

Plus de 20 ans d'expérience dans des grands groupes tels que Alcatel, SNCF-RFF, Société Générale - SGCIB, Caisse D'épargne, AXA, Véolia, Casino - Cdiscount, Horyou et Webedia - Allocine.com.

Uriel Dulan Co-Fondateur.

Il a travaillé en tant qu'avocat d'entreprise dans des cabinets d'avocats israéliens de premier plan où il a développé son expertise auprès d'entreprises en phase de démarrage et de sociétés plus établies.

Michael Gimberteau Co-fondateur.

Avec un Master d'information System et 12 ans d'expérience dans l'industrie de la santé, Mickael travaille depuis 10 ans comme commercial international pour un éditeur de logiciels dans le domaine médical.

Il est aujourd'hui Key Account Manager, et a développé un réseau d'une douzaine de distributeurs multi-cartes dans le monde (USA, Chine, Hong Kong, Moyen-Orient et GCC, Europe et Russie).

Partenaires de Cricket Manna

Crice

 

 

 

 

Cricket Manna Ltd
30/1 Zangwill Street
62599928 Tel Aviv 
Israel
Tel France : 06 62 65 88 79