Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Les serruriers de Paris ne seront pas en confinement 01 42 26 26 42

un artisan serrurier de Paris r

Les serruriers de Paris ne seront pas en confinement

Un nouveau confinement se profile à l'horizon, et il nécessaire de savoir si les dépannages d'urgences ne seront pas également en confinement ?

La réponse est non.
Les artisans serruriers de Paris seront toujours à votre service pour répondre aux urgences : porte claquée, clé coincée, clé cassée, effraction, de votre porte, clés perdues .

Le serruriers de artisans associés répondent à toutes les demandes en moins de 30 mn dans tous les arrondissements de Paris.

Des serruriers professionnels avec des prix affichés, des devis envoyés par mail ou par SMS avant l'intervention dans les horaires de jour et en évitant les suppléments d'horaire de nuit.

Pour tous les arrondissements de Paris, un artisan serrurier de Paris répondra dans les délais les plus rapides.

Le confinement pour tous avec les artisans serruriers de Paris, c'est le défi de artisans associés, personne ne restera dans la rue durant ces 4 semaines de confinement.

Alors, il est peut être urgent de confier tous vos problèmes de serrures, de clés, de porte à votre artisan serrurier près de chez vous avant d'être confiné et ne pas rester coincé ...dehors.

Restez chez vous bien confiné et en toute sécurité avec les artisans serruriers de Paris.

Changement de serrure, remplacement de porte, perte de clés, effractions, pendant la période de confinement tous ces travaux d'urgence seront réalisés même pendant le week end.

Nos interventions sont en général en 30 mn dans Paris et région parisienne.

Faire appel à un artisan serrurier c'est la garantie d'un travail bien fait , le dépannage à domicile pendant le confinement avec nos artisans serruriers.

Paris serrurier sont les mots clés pour nous trouver rapidement, des serrurier ouverts pendant le confinement, interventions dans Paris et la région parisienne en 30 mn.

Devis et prix envoyés par mail ou par sms, pas de surprise.

Pas de confinement pour nos artisans serruriers, toutes les interventions de serrureries , portes à ouvrir, si vous êtes coincé dehors.

IL vous suffit de chercher sur Google Urgent serrurier à Paris pour nous trouvera et nous appeler au 01 42 26 26 42.

Besoin d'un serrurier de toute urgence, un serrurier proche de chez vous, un serrurier dans votre quartier, un serrurier à Paris, pour tous vos problèmes de serrurerie, de porte, de perte de clés nous sommes là pour répondre à toutes vos urgences pendant cette période de confinement.

Artisans associés c'est la garantie d'un chez soi sécurisé d'un suivi de prestation, et d'une garantie pour toutes les portes remplacées avec la  prise en charge par votre assurance.

Nos prix sont les plus bas du marché, demandez et comparez. Service professionnel assuré par des artisans serruriers, pour tous type de serrures et de porte, porte blindée ou simple.

Pour vous en assurer un coup de fil au 01 42 26 26 42

Crime en Israël : tué par six balles pour avoir bloqué une place de parking

La mère de Levy, Rinat Elbaz, est en contact direct avec un officier du renseignement du centre médical de Haïfa, qui l'informe de l'évolution de l'enquête. «Mon fils Matan n'est pas un criminel. C'est un bon garçon, il n'est pas allé avec des femmes mariées et n'a pas joué avec la drogue. Peu m'importe qui l'a tué mais pour quoi. Ce qui a poussé le tueur à tirer six balles sur mon fils. Quelle est la raison"?

Matan Levy a été tué parce qu'il a bloqué la place de parking du suspect.

Matan Levy, un habitant de Kiryat Ata, a été assassiné en mai dernier, et la police a enquêté sur les raisons de ce meurtre qui semble être une simple querelle pour une place de parking.

Selon le suspect, le propriétaire de cette place du parking  un habitant du nord, a estimé que "sa dignité avait été lésée et voulait se venger."

Les enquêteurs de l'unité centrale de la police de Haïfa soupçonnent Matan Levy d'avoir été tué de six balles pour avoir bloqué la voiture d'un habitant du nord du pays.

Il s'agit d'une nouvelle direction d'enquête dans l'affaire qui a été révélée pour la première fois à Mako.

Selon les soupçons, en mai dernier, Matan Levy (23 ans), un habitant de Kiryat Ata, a bloqué avec sa voiture pendant plusieurs heures la place de parking d'un habitant du nord du pays.

Le propriétaire du parking qui a remarqué que la voiture bloquait son parking a mené une enquête et a découvert qui l'avait bloqué.
Il s'est senti insulté et décida de se venger.

L'enquête policière révèle que le suspect du meurtre, apparemment avec un casier judiciaire, est arrivé le 17 mai sur une moto, masqué par un casque  intégral dans le parking près de la maison de Matan Levy, il est descendu de sa moto et a lui tiré six balles à bout portant

Depuis le meurtre, de nombreuses pistes d'enquête ont été examinées et l'affaire a été traitée par l'unité des crimes graves dans la région de Zevulun, à la gare d'Acre et récemment transférée à la place de Haïfa.

La mère de Levy, Rinat Elbaz, est en contact direct avec un officier du renseignement du centre médical de Haïfa, qui l'informe de l'évolution de l'enquête.
«Mon fils Matan n'est pas un criminel. C'est un bon garçon, ni joueur, ni drogué.
Peu m'importe qui l'a tué mais pour quoi.?  Qu'est ce qui a poussé le tueur à tirer six balles sur mon fils. Quelle est la raison?"

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Serrurier à Paris ouvert pendant le confinement au 01 42 26 26 42 serrurier pas cher à Paris

Serrurier à Paris ouvert le mois d'août au 01 42 26 26 42 serrurier pas cher à Paris

Artisans associés sont les serruriers de Paris. Vous habitez à Paris , vous avez besoin de façon urgente et moins urgente d'un serrurier à Paris ? Artisans associés, vous propose une intervention en moins de 30 mn, avec devis et prix envoyés avant l'intervention sur Paris déplacement inclus.

Artisans associés sont des serruriers installés à Paris, au 2/4 rue des Peintres 75002 Paris.
Vous pouvez venir nous rendre visite, nous vous offrons le café.

Artisans associés est partenaire des plus grandes marques, ce qui permet à nos serrurier à paris de vous proposer les meilleurs prix pour l'installation de votre serrure, avec une  garantie de 2 ans sur  les marques suivantes dont nous sommes installateur agrée : Pollux, JPM, Fichet, Iseo, Héraclès, Picard, Muel, Laperche, Medeco, Mottura, Bricard, Vachette, Reelax.

Nous intervenons principalement dans la région parisienne, sur l'ensemble des arrondissements de Paris au 01 42 26 26 42.

Réglage de Porte, Remboursement par les Assurances, Prévention Cambriolage, Clés Perdues ou Volées.  Éviter les Arnaques en recevant par SMS votre devis et votre prix.
Vous ne payez que ce que l'on vous a indiqué. Aucune surprise.

Prestations de nos artisans serruriers à Paris  et région parisienne

changement de serrure, dépannage de serrure urgent, blindage de porte, ouverture de serrure, réparation de serrure, pose de serrure, ouverture de porte, dépannage de porte, serrurerie express, dépannage de serrure de portail, dépannage de porte de garage, ouverture de coffre-fort, pose de verrou, serrurerie métallique, serrurerie industrielle, dépannage de porte automatique, dépannage de porte coupe-feu, dépannage de porte-fenêtre, dépannage de porte de garage automatique, dépannage de porte industrielle, dépannage de porte sectionnelle, dépannage de serrure de meuble, pose de serrure de sécurité, serrurier pour rideau métallique.

Blindage de porte, pose de verrou, dépannage de porte automatique, dépannage de porte-fenêtre, pose de serrure, dépannage de porte de garage, réparation de serrure, changement de serrure, ouverture de porte, serrurerie métallique, dépannage de porte, dépannage de porte coupe-feu, dépannage de porte de garage automatique, dépannage de porte industrielle, dépannage de porte sectionnelle, dépannage de serrure de meuble, dépannage de serrure de portail, dépannage de serrure urgent, ouverture de coffre-fort, ouverture de serrure, pose de serrure de sécurité, serrurerie express, serrurerie industrielle, serrurier pour rideau métallique, artisan serrurier,artisan métallier, grossiste en serrure, installateur de rideau métallique, serrurerie aluminium, pose de boîte à lettres, serrurerie ancienne, serrurier-cordonnier, dépannage de porte de garage sectionnelle, installateur de boîte aux lettres, installateur de garde-corps, métallerie chaudronnerie, métallerie d'art, métallerie industrielle, métallerie inox, métallerie soudure, métallerie sur mesure, métallier poseur, poseur de métallerie, serrurerie chaudronnerie, serrurerie d'art, serrurier pour coffre-fort, serrurier-vitrier,serrurier-ferronnier.

À nouveau à l'approche des élections Ivanka Trump prie sur la tombe du Rabbi de Loubavitch - vidéo-

À nouveau à l'approche des élections Ivanka Trump prie sur la tombe du Rabbi de Loubavitch

Ivanka Trump visite la tombe du Rabbi Loubavitch à l'approche des élections.

Ivanka Trump a visité la tombe du rabbin Loubavitch, le rabbin Menachem Mendel Schneerson, à l'approche d'une élection qui pourrait évincer son père de la présidence ou lui donner quatre ans de plus.

Notons que déjà en 2016 comme le relate un de nos articles elle s'était déjà recueillie sur la tombe et comme nous avons pu le constater , ses voeux ont été exaucés.

Une vidéo sur smartphone publiée sur les réseaux sociaux a capturé la fille du président Donald Trump émergeant, masquée, jeudi soir du "Ohel", une structure modeste du Queens où Schneerson est enterré avec son beau-père. La structure est adjacente à un cimetière.

Trump venait de terminer son deuxième débat avec Joe Biden, le candidat démocrate, dans le Tennessee.

Ivanka Trump priait pour la réélection de son père, selon Yeshiva World News , qui n'a pas attribué cette revendication. En 2016, elle et son mari, Jared Kushner, ont visité la tombe pour prier pour l'élection de son père.

Ivanka Trump et Kushner sont des juifs orthodoxes. La prière à côté de la tombe de Schneerson, décédé en 1994, est considérée par de nombreux Juifs comme particulièrement puissante.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Disney recherche un acteur juif pour jouer Spector dans Moon Knight

Oscar Isaac a assisté à la première européenne de «Star Wars: The Rise of Skywalker» à Londres le 18 décembre 2019. (Mike Marsland / WireImage)

La prochaine adaptation télévisée d'une série de bandes dessinées Marvel sur le fils d'un rabbin qui quitte la religion pour une vie de justice pourrait mettre en vedette un acteur qui a autrefois joué un chasseur nazi israélien.

Oscar Isaac est en pourparlers pour jouer Marc Spector dans «Moon Knight», qui sortira sur Disney + l'année prochaine, a rapporté lundi Deadline .

Spector est le personnage central de la série Moon Knight, lancée en 1975 et relatant le rejet par Spector du judaïsme de son père, sa vie de violence et sa seconde vie de vigilantisme, qui comprend la traque et la punition des antisémites.

Écrivant l'année dernière dans Forbes, Josh Weiss a plaidé en faveur de l'adaptation pour embrasser la judéité de Spector , en partie à cause de la résonance de la montée de l'antisémitisme et de la discrimination.

Moon Knight est vraiment le mensch de Marvel, un héros de bande dessinée qui a connu la persécution religieuse de première main et qui refuse maintenant de le laisser passer impuni. C'est une motivation de caractère noble qui est capable de faire écho à la discrimination de nos jours, non seulement pour les juifs, mais pour les personnes de toutes croyances et de tous horizons. Marc Spector donne une voix aux sans-voix, une incarnation physique du «plus jamais ça».

Murphy's Multiverse, un site Web indépendant de suivi des actualités du divertissement, a suggéré plus tôt lundi que Disney recherchait un acteur juif pour jouer Spector et a présenté Daveed Diggs et Nick Kroll comme deux personnes qui pourraient faire l'affaire.

Isaac n'est pas juif, bien qu'il ait dit qu'on lui avait donné le deuxième prénom Isaac en raison de racines juives du côté de son père. Il a également déclaré qu'après avoir abandonné son nom de famille d'origine, Hernandez, parce qu'il pensait que cela l'empêchait de décrocher des rôles, il a perdu un concert parce qu'un réalisateur pensait qu'il était juif .

Les rôles précédents d'Isaac comprenaient au moins un avec une forte identité juive: l' agent du Mossad Peter Malkin dans «Operation Finale» de 2018, qui dramatise l'opération israélienne qui a capturé le fugitif nazi Adolf Eichmann en Argentine.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Urgence un serrurier à Paris 1er porte claquée, clé cassée

Urgence un serrurier à Paris 1er porte claquée, clé cassée

Trouver un serrurier à Paris 1er, dans mon arrondissement à Paris, il suffit d'appeler la plateforme https://www.un-serrurier.fr au 01 42 26 26 42

Garantie des prix affichés, devis fait avant intervention, suivi client. Prise en charge par votre assurance.

https://www. un-serrurier la première plateforme qui liste, pour vous ,des artisans serruriers certifiés et qui respectent la charte de notre plateforme.

Les prix sont affichés, les devis même en urgence sont fait avant toute réalisation des travaux.

Ouverture de porte claquée, remplacement de serrure , problème de serrure, intervention en 30 minutes, garantie de tous nos travaux, ouverture de porte, perte des clés, rideaux métalliques, coffre fort, boîtes aux lettres.

À un survivant de l'Holocauste : accepteriez-vous de rencontrer le fils d'un nazi?

À un survivant de l'Holocauste : accepteriez-vous de rencontrer le fils d'un nazi?

Un survivant de la Shoah et le fils d'un sympathisant nazi forgent une amitié

«Chacun de nous était de son côté de la clôture - moi du côté des victimes, et lui du côté des bourreaux», raconte le survivant Simon Gronowski.

Il y a plus de soixantes dix ans, leurs familles étaient divisées par la guerre et la haine - Koenraad Tinel, le fils d'un sympathisant nazi, et Simon Gronowski, un survivant de l'Holocauste qui a perdu sa mère et sa sœur à Auschwitz.

Aujourd'hui, les deux hommes, tous deux âgés de 80 ans, ont noué une étroite amitié qui est devenue un symbole de réconciliation dans leur Belgique natale.

"Koen et moi étions deux enfants écrasés par une guerre que nous ne comprenions pas", a déclaré à Reuters Gronowski, avocat et pianiste de jazz.

Gronowski, 89 ans, et Tinel, 86 ans, se sont rencontrés après avoir tous deux publié des mémoires de leurs expériences de guerre. Ils ont été présentés l'un à l'autre par l'Union des Progressistes Juifs de Belgique en 2012.

«Ils me demandent: 'Accepteriez-vous de rencontrer le fils d'un nazi?' Oui, je suis d'accord. Bizarre, mais je suis d'accord », a déclaré Gronowski. "Petit à petit, nous nous sommes rencontrés et avons appris à mieux nous connaître."

Le mois dernier, les deux universités libres de Bruxelles - la VUB néerlandophone et l'ULB francophone - ont remis aux deux hommes des doctorats honorifiques pour reconnaître l'importance de leur lien.

"Leur amitié unique est un symbole puissant d'espoir, de bonheur et de paix", ont déclaré les universités dans un communiqué.

Gronowski, de Bruxelles, avait 11 ans lorsque les nazis l'ont rassemblé avec sa mère et d'autres Juifs belges dans un wagon de train. "Miraculeusement, j'ai sauté du train et je me suis échappé", a-t-il déclaré.

À peu près à la même époque, Tinel vivait à Gand. Ses frères étaient des soldats nazis et son père artiste sculptait des bustes d'Adolf Hitler et d'officiers SS.

"Je ne peux pas être raciste. Je ne peux pas être un nationaliste flamand. Je ne peux pas être un nationaliste belge. Je suis un homme du monde", a-t-il déclaré à Reuters.

Tinel, lui-même sculpteur, organise une exposition à Bruxelles jusqu'au 1er novembre. Ses œuvres, inspirées des défilés militaires de sa jeunesse, explorent le thème de la façon dont la peur pousse les gens à commettre des atrocités.

"Koenraad est plus qu'un ami, c'est mon frère", a déclaré Gronowski, assis aux côtés de Tinel dans le hall d'exposition Tour & Taxis.

"Nous ne vous apportons pas un message de chagrin mais un message d'espoir et de bonheur. Je dis à tout le monde: la vie est belle, mais c'est un combat quotidien."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Le harcèlement anti-israël sur les géants de la tech est aussi de l'antisémitisme

Les géants de la TECH interdisent les exemples d'antisémitisme un par un, manquant complètement le point de la définition de l'IHRA.

Le harcèlement anti-Israël est aussi de l'antisémitisme

Toutes les plateformes de médias sociaux jouent un rôle important et complexe dans la liberté d'expression, et même dans les élections démocratiques, mais elles ne sont pas les arbitres de la vérité.

Au cours des dernières semaines, Facebook, Twitter et TikTok ont ​​tous annoncé des changements importants dans la façon dont leurs plateformes gèrent le contenu antisémite.

Mais est-ce suffisant? De plus, l'interdiction des contenus antisémites est-elle la bonne solution?

Alors que les changements de politique de Facebook et Twitter se sont concentrés sur le déni de l'Holocauste, TikTok a élargi ses conditions de service pour interdire le déni de l'Holocauste ainsi que le contenu suprémaciste blanc et néonazi.

Ce sont évidemment des mesures positives qui visent à remédier à un problème d'antisémitisme continu et croissant sur les réseaux sociaux, mais les changements sont insuffisants lorsqu'il s'agit de faire face à l'antisémitisme moderne, et tous ces réseaux le savent mieux.

 

Tout au long de 2020, de nombreuses organisations juives, universitaires, militants et même membres de la Knesset tels que le député Michal Cotler-Wunsh, ont ouvertement appelé Facebook, Twitter et TikTok à adopter la définition de l'antisémitisme de l' Association internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA) pour leurs plateformes.

Cette définition, qui est acceptée par la communauté juive de consensus, fournit des exemples clairs de la façon dont l'antisémitisme classique et moderne se manifeste aujourd'hui, et exhorte ceux qui adoptent la définition à reconnaître et à éduquer si et quand l'antisémitisme se produit.

Il semblerait que l'adoption de la définition de l'IHRA soit une décision évidente pour Facebook, Twitter et TikTok, d'autant plus que le dialogue entre les réseaux sociaux et les communautés minoritaires s'intensifie plus que jamais. Pourtant, au lieu d'adopter la définition de l'IHRA, ils choisissent des exemples d'antisémitisme sélectionnés et les interdisent un par un, manquant complètement le point éducatif de la définition de l'IHRA et permettant à d'autres formes d'antisémitisme de proliférer entre-temps.

Par exemple, cela n'aurait pas dû prendre sept ans à Facebook pour interdire la négation de l'Holocauste, et il ne devrait pas falloir des discussions  pour que ces réseaux reconnaissent que l'antisémitisme aujourd'hui se manifeste aussi avec la négation de l'Holocauste.

Lorsque les synagogues sont à plusieurs reprises dégradées par la «Palestine libre», lorsque les étudiants juifs et/ou descendants des survivants de l'Holocauste sont harcelés sur les campus américains et invités à «condamner Israël» et que les adolescents juifs sont ciblés sur TikTok avec des commentaires de spam «Palestine libre» simplement parce qu'ils sont juifs, vous n'avez pas besoin de preuves supplémentaires pour comprendre que la haine anti-israélienne obsessionnelle aujourd'hui est le nouvel antisémitisme.

Pourquoi alors, après des années d'augmentation des discours de haine en ligne avec des conséquences réelles pour la communauté juive, les géants des médias sociaux refusent-ils de reconnaître l'évidence?

 

Twitter a fait valoir qu'il valorise beaucoup la liberté d'expression et qu'il tarde vraisemblablement à mettre en œuvre des politiques qui conduisent à la «censure». Cela aurait du sens, à l'exception du fait qu'ils censurent, interdisent et suppriment régulièrement les comptes aux opinions politiques peu recommandables.

 

Encore plus extrême, pendant ce cycle électoral, Twitter a commencé à signaler les tweets, ajoutant à plusieurs reprises des «vérifications des faits» aux tweets du président américain Trump dans un effort malavisé pour réduire les «fausses nouvelles».

 

Comparez ce niveau d'attention au manque d'attention porté aux tweets de conspiration antisémite d'avril. Ceux-ci ont été présentés à Twitter lors des réunions de la Knesset en août, mais ils n'ont toujours pas été supprimés.

De même, l'ayatollah iranien sur Twitter appelle régulièrement au génocide contre Israël et les «sionistes». Même lorsque Twitter a été interrogé sur la question lors de plusieurs auditions à la Knesset, le représentant de la plateforme a défendu le fait de permettre à l'ayatollah de cracher son antisémitisme non pas une fois, pas deux fois, mais lors de trois auditions distinctes de la commission de la Knesset.

Les doubles standards se poursuivent aujourd'hui avec Twitter interdisant à une importante publication de presse, le New York Post , de rendre compte des affiliations commerciales de Hunter Biden - une décision qui a abouti à des assignations à comparaître du Sénat américain pour ses actions.

Il a également refusé d'autoriser les utilisateurs à partager des liens relatifs à l'histoire.

Apparemment, la liberté d'expression n'est importante pour Twitter que lorsqu'il s'agit d'un programme politique avec lequel ils sont d'accord - et apparemment, le service de messagerie sociale est plus à bord avec l'ayatollah qu'avec le New York Post.

Twitter et toutes les plateformes de médias sociaux jouent un rôle important et complexe dans la liberté d'expression, et même dans les élections démocratiques, mais ils ne sont pas les arbitres de la vérité et ils ne devraient pas se livrer à la censure.

En tant que tel, il est important de faire une distinction entre le signalement ou les commentaires par une plate-forme de médias sociaux et la censure.

Il y a des militants qui pensent que les discours antisémites devraient être interdits ou supprimés complètement des réseaux sociaux, mais cela est contraire à la liberté d'expression et risque de pousser la haine dans la clandestinité. Il est important de connaître et de voir quelles sont les tendances, et de donner aux gens une chance de réfléchir et de réagir.

En tant que telle, la définition de l'IHRA est la solution parfaite pour les réseaux de médias sociaux car elle ne nécessite aucune forme de censure, mais nécessite simplement une éducation et une reconnaissance du contenu antisémite.

Les réseaux sociaux devraient adopter la définition dans son intégralité comme cadre pour identifier de manière proactive l'antisémitisme.

Refuser de le faire, ou choisir et choisir sélectivement, rend en fait plus difficile pour la communauté juive de s'unir contre l'antisémitisme moderne auquel nous sommes confrontés.

L'auteur est le PDG de Social Lite Creative LLC et chercheur à l'Institut de Tel Aviv.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Israël réclame le remboursement des subventions Covid-19 accordées à des entreprises israéliennes

Israël réclame les subventions Covid-19 accordées à des entreprises israéliennes

L'administration fiscale israélienne aux entreprises: "restituez les subventions COVID-19 ou payer une amende"

Environ 150 propriétaires d'entreprise ont été invités à restituer les fonds après que l'autorité concluant qu'ils ne les méritaient pas.

L'administration fiscale a contacté environ 150 propriétaires d'entreprise et leur a demandé de rembourser les subventions d'allègement COVID-19 qu'ils avaient obtenues après que l'autorité a conclu qu'ils n'avaient pas le droit d'obtenir de telles sommes en premier lieu, a rapporté N12 mardi.

Un examen de l'autorité a suggéré que certains propriétaires d'entreprise ne satisfaisaient pas aux exigences pour obtenir l'aide, et gagnaient en fait plus d'argent avec COVID-19 qu'en 2019.
Pour bénéficier d'une aide, les entreprises devaient démontrer qu'elles avaient subi une perte par rapport à 2019. Les entreprises dont le volume d'affaires était inférieur à 20 millions de NIS, par exemple, ont été invitées à prouver qu'elles avaient subi une baisse de 25% de leur activité en mars et avril lorsque par rapport aux mêmes mois l'an dernier.

L’autorité affirme maintenant qu’en raison de déclarations erronées ou d’erreurs dans son propre processus, elle a offert des fonds injustifiés - et souhaite maintenant qu’ils soient remboursés.

Des centaines de propriétaires d'entreprise seront contactés dans la semaine à venir avec cette demande de remboursement.

Les propriétaires d'entreprises ont eu 90 jours pour restituer une aide prétendument non méritée; une section spéciale dans le site Web de l'autorité a été créée pour qu'ils puissent le faire sans amendes. «Mieux vaut payer 200 000 shekels maintenant qu'une somme beaucoup plus importante en six mois», a déclaré une source de l'autorité.

 

Étant donné que les subventions accordées étaient fondées sur des pertes déclarées, les sommes que les propriétaires d'entreprise doivent rembourser vont de milliers de shekels à des centaines de milliers de shekels.

 

Le rapport a critiqué l'autorité fiscale d'avoir accordé des subventions non justifiées et ne pas avoir traité les demandes en profondeur. 

 

"Les entreprises saignent à mort", a déclaré le vice-président du Conseil des conseillers fiscaux Revital Ben Ari, "c'est une condamnation à mort pour les entreprises".

"Ont-ils perdu la raison?" a demandé le chef du syndicat indépendant Roee Cohen. "Le pays est toujours verrouillé, des dizaines de milliers d'entreprises sont fermées, les travailleurs indépendants sont sans travail, les chefs d'entreprise voient leur vie entière s'effondrer sans aucun espoir ni horizon à espérer - et l'administration fiscale veut obtenir de l'argent retour et ajoute la menace d'amendes? " 

 

Ceux qui ont ouvert leur entreprise cette année, avant que le COVID-19 ne frappe, n'avaient aucun moyen d'obtenir des subventions car ils ne pouvaient pas indiquer leurs revenus antérieurs. De nombreux propriétaires d'entreprises se sont plaints du fait que dans certains secteurs, comme les restaurants et les bars, le coût du loyer à lui seul est plus élevé que les subventions reçues.

Le nombre de petites entreprises à travers le pays est d'environ 80 000, soit un cinquième de toutes les entreprises en Israël.

 

L'Institut national d'assurance (NII) a rapporté mercredi que 1,08 million de demandes de prestations de chômage avaient été reçues depuis le début de la pandémie COVID-19, dont plus de 980 000 (92%) ont été accordées.

Le rapport ajoute que 634 000 Israéliens sont actuellement sans emploi et 121 000 sont partiellement au chômage depuis qu'ils ont été licenciés par certains de leurs employeurs mais pas tous.   

Le rapport indique également que 107 000 Israéliens étaient au chômage avant le COVID-19, ce qui porte le nombre total de bénéficiaires de prestations à 1,09 million d'Israéliens au chômage.

Les personnes âgées de 28 à 39 ans sont les plus susceptibles de rester sans emploi et le nombre d'Israéliens au chômage dans ce groupe d'âge est maintenant de 217 000. Les secteurs de l'industrie alimentaire et des services affichent les taux de chômage les plus élevés. 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Israël recherche un nouveau slogan marketing pour se démarquer de la sphère High Tech

Israël recherche un nouveau slogan marketing pour se démarquer de la sphère High Tech

La scène high-tech israélienne est perçue comme stagnante, selon une étude

Bien que le mouvement BDS ne soit jamais aussi efficace que les gens le pense la plupart des entreprises israéliennes craignent de mentionner qu'elles sont israéliennes.

Malgré sa réputation de Start-Up Nation,  le secteur de la haute technologie d'Israël commence à être considéré comme stagnant sur la scène mondiale, selon une nouvelle étude commandée par Vibe Israël.

Depuis que le livre Start-up Nation: The Story of Israel's Economic Miracle de Dan Senor et Saul Singer a été publié en 2009, Israël jouit d'une réputation positive pour son secteur technologique florissant, y compris de nombreuses start-up et innovations remarquables.

Cela a servi à devenir une partie importante de la marque mondiale du pays et a suscité un intérêt majeur de la part d'entreprises étrangères telles qu'Intel et Facebook pour se développer dans le pays.

Cependant, il semblerait que cette stratégie fonctionne trop bien, et onze ans plus tard, le label Start-Up Nation n'est plus exclusif à l'État juif. Et d'ici quatre ans, Israël pourrait être considéré comme un acteur de pointe moyen sur la scène mondiale.

«Il y a dix ans, lorsque le monde sortait de la crise économique de 2008, le concept de 'Start-Up Nation' a vraiment résonné car Israël était l'un des rares pays à avoir réussi à traverser la tempête de la crise presque indemne», a déclaré Joanna Landau fondatrice de Vibe Israël dans un communiqué.

«Mais cela a si bien fonctionné que depuis 2020,« Start-Up Nation »est devenu un terme utilisé par de nombreux autres pays se présentant comme des centres d'innovation et d'entrepreneuriat, comme la France pour exemple."

Tout comme une entreprise n'a plus de raison de  maintenir un slogan qui ne la différencie plus de ses concurrents, Israël a également besoin d'un nouveau discours commercial.

La crise s'accompagne d'opportunités, et nous pensons que le moment est venu de développer un nouveau message marketing et un plan de travail stratégique pour les années à venir.

En effet, des études ont montré que le terme «start up nation » lorsqu'il est recherché en ligne se rapporte généralement à d'autres pays qui l'utilisent pour renforcer leur propre profil de haute technologie. Ceci, a expliqué Joanna Landau, est dû au même livre qui a contribué à populariser la propre réussite d'Israël.

«Il a essentiellement servi de guide pour les autres pays pour créer leur propre nation start-up prospère», a-t-elle expliqué, ajoutant que le moment de la sortie du livre, autour de la Journée des anciens combattants, n'était pas un hasard, car de nombreux soldats rentraient d'Irak ou Afghanistan.

Israël, cependant, emploie souvent des soldats directement après la fin de leur service des FDI. «La leçon que ce livre a enseignée aux autres pays est de ne pas négliger ces soldats, car ils peuvent avoir exactement les qualités que vous recherchez.» alors que d'autres pays, donneraient ces emplois de haute technologie importants aux diplômés des grandes universités comme Harvard, a déclaré Joanna Landau. 

Mais, alors que d'autres pays ont adopté la marque marketing Start-Up Nation d'Israël, la marque israélienne est en train de devenir obsolète, même si son secteur de haute technologie est toujours aussi prospère.

Le problème, a expliqué Joanna, est qu'Israël est devenu une marque blanche et passe à côté de l'effet «Pays d'origine» dont bénéficient des pays comme l'Allemagne ou le Japon.

«Nous fabriquons tous genre de choses pour des entreprises étrangères comme Facebook, Intel, eBay, mais nous n'insistons pas pour nous en attribuer le mérite», a-t-elle déclaré, ajoutant que cela s'appliquait également à d'autres entreprises israéliennes.

«Regardez les dix meilleures licornes israéliennes, leurs sites Web ne mentionnent pas du tout Israël», dit-elle.

Certains font cela parce qu'ils tentent peut-être de mener des affaires dans des pays sans liens formels avec l'État juif, mais ce n'est pas la véritable raison dans la plupart des cas.

C'est plutôt uniquement dû à une idée fausse selon laquelle être originaire d'Israël pourrait dissuader les entreprises de faire des affaires avec elles, en partie à cause d'une perception des dangers posés par le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions ( BDS ).

Cependant, cette raison n'est pas fondée, explique-t-elle, ajoutant que le mouvement BDS est beaucoup moins efficace qu'on ne le pense.

"Il y a cette hypothèse que le BDS a plus d'impact qu'il n'en a réellement. Cela n'a jamais été aussi faux», dit-elle. «Dans notre étude, seulement 7% des hommes d'affaires ont déclaré qu'ils ne feraient pas d'affaires avec Israël. Ce n'est pas une raison d'abandonner l'effet pays d'origine."

Lorsque vous achetez, par exemple, une voiture en Allemagne ou en Suède, vous connaissez la réputation de la voiture en matière de sécurité, d'efficacité énergétique, etc. Mais que savez-vous lorsque vous achetez un produit israélien? Rien, parce que nous ne disons pas aux gens que nous les fabriquons.

C'est pour cette raison que Vibe Israël essaie de travailler avec le gouvernement, les entreprises israéliennes et les investisseurs pour aider à changer le marketing du pays, d'autant plus qu'il est utilisé avec plus de succès par d'autres pays.

Dans le sillage de la crise financière en cours causée par la pandémie de coronavirus, c'est maintenant plus important que jamais, d'autant plus que le pays a acquis une réputation positive considérable au milieu de la première vague qui n'a pas disparu lorsque la deuxième vague a frappé.

«Les hommes d'affaires pensaient toujours que nous avions bien géré la crise. Pour chaque personne ordinaire qui a dit le contraire, cinq hommes d'affaires pensaient le contraire », a expliqué Joanna

Mais ce qui fonctionne en faveur d'Israël, c'est la récente normalisation des relations entre Israël et les pays arabes, comme les Émirats arabes unis.

Alors que certains ont souligné que de nombreux Arabes, par exemple, aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite étaient attirés par le potentiel technologique et entrepreneurial des liens normalisés, Joanna pense que c'est bien plus nuancé.

«Quand nous regardons des pays comme les EAU et l'Arabie saoudite, ils peuvent avoir assez d'argent pour acheter n'importe quelle technologie dans le monde», a-t-elle expliqué. Mais au contraire, «ils sont attirés par Israël en tant que lieu et le peuple israélien en tant que peuple juif, Il y a une sorte de fraternité sous-jacente que beaucoup de gens ignorent.

Les Saoudiens et les Emiratis sont inspirés par nous par cette mentalité de faire avancer les choses. C'est très attrayant, et c'est pourquoi ils veulent venir.

"Ceci,est la pièce manquante au puzzle C'est une énorme opportunité, mais nous ne pouvons pas utiliser les mêmes messages que nous avons utilisés dans le passé. Nous avons besoin d'une nouvelle perspective avec de nouveaux alliés officiels. C'est au peuple et au gouvernement israéliens de réévaluer le marketing du pays. Aucun pays ne devrait continuer à utiliser le même slogan après dix ans au milieu d'une crise majeure. » déclare Joanna Landau

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75