Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Une première mondiale: En Israel il est permis de conduire sous cannabis avec licence médicale

En Israel conduire sous cannabis c'est permis

UNE PREMIÈRE MONDIALE POUR LES PATIENTS TRAITÉS AU CANNABIS MÉDICAL
Israël : conduire sous cannabis avec licence médicale est permis

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé autorisent la conduite pour les patients ayant une prescription de cannabis médical, mais…

Un règlement signé y’a 6 mois par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu  et le ministre de la Santé Yaakov Litzman, stipule que les patients traités au cannabis médical peuvent conduire un véhicule; après que plusieurs heures se soient écoulées. Toutefois la police se manifeste contre, en continuant de verbaliser les conducteurs. La sécurité routière propose au ministère de la Santé de changer de règlement, désormais les tests de dépistage sont approuvés en Israël…
Une première mondiale pour les patients traités au cannabis médical

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et également le ministre de la Santé en Israël, ont signé un règlement autorisant la conduite routière pour les patients traités au cannabis médical. Pour la première fois, et sous certaines conditions, les patients ne sont plus considérés comme des criminels dès qu’ils touchent à un volant…

Cependant, malgré cette directive signée y’a plus de 6 mois; la police israélienne ne semble pas être à jour… L’autorité nationale pour la sécurité routière s’oppose également à la proposition du ministère de la Santé.

Un policier peut envoyer le conducteur pour des analyses d’urine et de sang, même si le test salivaire est négatif”, MK Eitan Cabel (Photo: Noam Rivkin)

Un policier peut envoyer le conducteur pour des analyses d’urine et de sang, même si le test salivaire est négatif”, MK Eitan Cabel (Photo: Noam Rivkin)

 

NOUVELLE OFFRE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE…

Les arrestations et les retraits de permis continuent. Mais il est désormais clair que les avocats et les services juridiques s’appuient sur le document de Netanyahu. Toutefois, la police ne semble pas prête à assumer ce règlement; et s’oppose à cette mesure en proposant aux patients de voyager gratuitement dans les transports communs.

Suite à ce différent, le ministère de la Santé ajustera le précédent règlement, à la quantité de THC présents dans le corps… Mis à part les transports gratuits,  la proposition de ce nouvel amendement au Code de la route fixera le taux de THC à 5 nanogrammes par ml. À titre d’exemple, au Colorado, on fixe la limite à 15 nanogrammes par ml. Ce qui représente pour les consommateurs très réguliers, un taux beaucoup trop bas…

Ce taux très faible de 5 nanogrammes par ml peut correspondre aux fumeurs plus ou moins réguliers qui n’ont pas fumé depuis 2 semaines… Et ceci n’aidera pas les patients sous traitement médical…

MISE À JOUR DU MINISTÈRE, LES TESTS DE DÉPISTAGE APPROUVÉS

La proposition ne s’est pas fait attendre, mais reste floue pour les patients du cannabis médical. En effet lundi, les députés ont soutenu la loi initiée par le ministre Gilad Erdan et le député  Eitan Cabel. La police est en mesure de réaliser les tests de dépistage sur les conducteurs…

Il convient de noter que l’amendement ignore plusieurs données importantes, notamment le fait que des résidus de cannabis peuvent rester dans la salive pendant des heures et même des jours après la consommation de cannabis – de sorte que les conducteurs qui n’ont pas consommé de cannabis avant ou pendant la conduite puissent également être reconnus coupables. De plus nous savons que le cannabis n’est pas dangereux au volant.

Au final, l’État d’Israël devra faire la distinction entre le patient et le supposé criminel… La loi permettant la conduite routière sous licence médicale existe bel et bien. Et, elle continue pour l’instant à défendre les patients titulaires d’une licence médicale sur les voies routières, en Israël.

Alliance Communication

Experts marketing digital
France : 01 70 00 75 75
Israël : 054 700 74 70

ça me fait du bien qu'on me dise que j'ai des cheveux de Juif

j'ai des cheveux de Juif
«Ça me fait presque du bien qu’on me dise que j’ai des cheveux de juif»
Par Elsa Maudet

Qu’on les chérisse ou qu’on les haïsse, qu’ils soient moqués ou admirés, les cheveux, c’est une sacrée affaire. Parce qu’ils contribuent à faire de nous ce que nous sommes, Libération leur consacre une chronique. Aujourd’hui, Eva, journaliste de 34 ans.

«Mes cheveux, c’est un sacré bordel. La plupart du temps, je me demande si je n’ai pas caché des trucs dedans. Mon mec m’appelle rula, c’est la femme des cavernes. C’est de l’arabe, du darija. Ils sont très très longs en ce moment, enfin manifestement – pour moi pas tellement, mais on me fait la réflexion beaucoup. On me dit "oh mais ils sont hyper longs vos cheveux ! Oh mais c’est incroyable cette tignasse !" "Tignasse" ça revient beaucoup.

«Que j’aie des mauvaises réflexions ou des bonnes, ça fait que j’ai des réflexions. Je trouve ça agréable de provoquer des réactions. J’adore mes cheveux. C’est un élément qui est hyper féminin. C’est quelque chose qui a été très positif pour moi qui n’avais pas forcément une très bonne image de mon physique. Je me suis toujours dit que, même si le reste ça n’allait pas, ça c’était chouette, j’avais des beaux cheveux, des grands cheveux.

cela me fait presque du bien qu'on me dise que j'ai des cheveux de Juifs

cela me fait presque du bien qu'on me dise que j'ai des cheveux de Juifs

«J’ai eu un traumatisme parce que je me suis coupé les cheveux à la garçonne quand j’étais ado et ça a été l’horreur. Depuis, je n’y ai plus jamais touché. Je vis vraiment le physique à travers les yeux des autres et je me prenais beaucoup de réflexions sur le fait de ressembler à un garçon. Ça m’a complètement traumatisée, vraiment. J’avais envie et j’avais besoin de me sentir vraiment femme.

Les cacher

«J’entends régulièrement, de personnes qui savent que je suis juive ou d’origine juive, que j’ai des cheveux de juif. Du côté de mon père c’est des Juifs, du côté de ma mère ils sont Français cathos, d’origine en tout cas. Je n’ai pas du tout été élevée dans cette culture, c’est moi qui me sens juive. Ça m’est égal qu’on me dise que j’ai des cheveux de juif. Ça me fait presque du bien parce que ça me conforte dans l’idée que je sais qui je suis, ça va avec l’idée que j’ai de moi-même. C’est un préjugé raciste complètement débile, j’en suis consciente, mais disons que ce n’est pas le genre de préjugés qui vont me faire du mal. Au fond de moi, ça va plutôt être en accord avec qui je suis, du coup ça ne me pose pas de problème.

«Un jour, j’étais dans un bus à Rome et il y a ces mecs un peu fascistes-mussoliniens qui sont montés. J’avais les cheveux détachés et, à force d’avoir entendu que j’avais des cheveux de juif, mon premier réflexe a été de vouloir les cacher, de les mettre en chignon, parce que j’avais l’impression qu’ils allaient savoir que j’étais juive à cause de ça. Ça a été un réflexe, ce n’était même pas quelque chose de pensé. C’est après coup que je me suis dit mais c’est dingue quoi.»

Auteur Elsa Maudet

Source Libération 

Alliance Communication

Experts marketing digital
France : 01 70 00 75 75
Israël : 054 700 74 70

Israël : Une opération militaire échoue et déclenche la guerre

La raison de la guerre en Israël

A Gaza, une guerre improbable malgré la colère

Une opération terrestre israélienne dans Gaza dans la nuit de dimanche à lundi a attisé la colère des Palestiniens. Aucun des protagonistes n’a cependant intérêt à un nouveau conflit à large échelle

Le conflit entre Israël et le Hamas fait parfois penser à un jeu d’échecs. Et aux échecs, rater son coup revient parfois à mettre toute la partie en péril. C’est ce qui est arrivé à l’armée israélienne dans la nuit de dimanche à lundi après le fiasco d’une opération à l’intérieur même de la bande de Gaza. Un incident qui a mis à mal le discours apaisant tenu quelques heures plus tôt par le premier ministre Benyamin Netanyahou à Paris. Le chef du gouvernement affirmait la nécessité d’investir tous les efforts nécessaires dans la conclusion d’un accord afin d’éviter la guerre à Gaza.

Grillés en pleine action

L’affaire faisait lundi la une de toute la presse régionale. Dans la nuit, une unité spéciale de commandos militaires israéliens s’est introduite à l’est de Khan Younès, à environ trois kilomètres à l’intérieur de la bande de Gaza. «Grillés» en pleine opération par les Palestiniens, les militaires se sont repliés après un échange de tirs et au milieu de bombardements massifs des forces aériennes cherchant à couvrir leur exfiltration.

Lors des affrontements, huit personnes au moins sont décédées, dont sept Palestiniens.
Les Israéliens déplorent, eux, la mort d’un lieutenant-colonel particulièrement apprécié de sa hiérarchie, On compte également au moins sept blessés côté palestinien, un côté israélien.

La raison de la guerre en Israël

Gaza Israël la guerre est déclarée 

«Nous avons d’autres moyens d’assassiner»

Que faisaient donc les soldats d’élite israéliens dans ce périmètre surpeuplé et hostile? L’armée n’a pas précisé la nature de l’opération mais a souligné de façon appuyée qu’il ne s’agissait ni d’un kidnapping, ni d’un assassinat ciblé. Sortant exceptionnellement de sa réserve, l’ancien général de division Tal Russo, commandant de la région sud, a affirmé qu’il s’agissait «probablement d’une opération qui a été découverte, pas d’une tentative d’assassinat. Nous avons d’autres moyens d’assassiner.»

«Les forces spéciales menaient une opération de longue haleine et ont rencontré une réalité très complexe», ont mystérieusement commenté les services de communication de Tsahal. Selon les médias arabes et palestiniens, il s’agissait d’un kidnapping: celui de Nour Barakeh. Ce commandant des brigades al-Qassam était le spécialiste à Khan Younès de la construction des tunnels qui menacent les kibboutz et villages israéliens construits près de la bande de Gaza.

«Je ne veux plus de guerres»

L’épisode a provoqué une vague de violences dans la journée de lundi: plus de 200 roquettes ont été tirées sur Israël tandis que la bande de Gaza était la cible de vastes bombardements israéliens. L’establishment de la défense israélienne estimait pourtant lundi que le choix du Hamas et du Jihad islamique de cibler les communautés israéliennes près de Gaza indiquait que l’escalade n’irait pas plus loin.

En réalité, aucun des protagonistes n’a intérêt à une nouvelle guerre. Côté israélien, Benyamin Netanyahou a autorisé l’entrée – dans des mallettes dignes d’un film de mafieux – de 15 millions de dollars qataris dans Gaza afin de payer les fonctionnaires du Hamas et d’alléger la pression sur la population palestinienne. Quant au Hamas, au-delà des roquettes tirées pour réaffirmer l’image de la résistance, il sait qu’il doit répondre aux besoins primaires de la population pour continuer à gouverner.

Yahya Sinwar, son chef dans Gaza, ne s’y trompait pas lorsqu’il affirmait début octobre au quotidien La Repubblica: «Je ne dis pas que je ne me battrai plus. Je dis que je ne veux plus de guerres. Je veux la fin du siège.»

 

Source Le Temps

Artiste juive : Norma Picciotto illustre le dernier poème du Roi Salomon, Qohelet

NORMA PICCIOTTO EST LA PLUS GRANDE PHOTOGRAPHE JUIVE MILANAISE

NORMA PICCIOTTO EST LA PLUS GRANDE PHOTOGRAPHE JUIVE MILANAISE. SON EXPO ILLUSTRE LE DERNIER POEME DU ROI SALOMON, QOHELET

Cette série de photographies s’inspire du poème Qohelet, écrit par le Roi Salomon au troisième siècle avant notre ère.

NORMA PICCIOTTO EST LA PLUS GRANDE PHOTOGRAPHE JUIVE MILANAISE

NORMA PICCIOTTO EST LA PLUS GRANDE PHOTOGRAPHE JUIVE MILANAISE

L'auteur de ce projet artistique travaille sur sa poétique en lui donnant une exégèse visuelle.
La première série était consacrée au Cantique des Cantiques, une œuvre de jeunesse du Roi Salomon, qui décrit l’amour exubérant et allégorique entre le berger et la bergère et qui vise à susciter l’intérêt de toutes les nations pour l’amour profond qui lie Israël au Créateur. (Rav Giuseppe Laras)

Dans le Qohelet, le Roi Salomon expose, une contradiction entre le bien et le mal et la réflexion tourne autour de l'énigme du sens de la vie car la conclusion de l'existence est la même pour tous qu'ils aient fait le bien ou qu'ils aient fait du mal.

Dans ce poème, le Roi Salomon agé,  s'interroge sur l'existence humaine fragile et caduque, dominée par le hasard et la fugacité: "Fumée des fumées, tout n'est que fumée" est la réponse au questionnement tourmenté sur le sens des choses terrestres car l'homme disparaît.
"Il y a un temps pour naître et un temps pour mourir, un temps pour planter et un temps pour éliminer, un temps pour pleurer et un temps pour rire" sont ses conclusions amères.

Norma Picciotto est née à Milan où elle vit et travaille.

Dans les années 1970, elle a contribuée à la fondation de l'agence photographique De Bellis, qui produisait des informations et des actualités pour les principaux journaux italiens. Journaliste publicitaire depuis l’âge de 20 ans, elle a documenté l’histoire de Milan avec ses reportages jusqu’aux années 1990.

Par la suite, elle obtint la représentation en Italie d'importantes agences photo européennes et américaines, dont l'Agence France Press Photo, la plus avancée dans le domaine technologique, avec laquelle elle importa en 1991 les premières photographies numériques d'événements du monde entier.
Depuis les 2000, elle se consacre à la photographie artistique et, après avoir longtemps documenté le monde réel à travers le photojournalisme, elle décide de regarder en soi-même à la recherche de ses racines et de son monde intérieur. Elle expérimente le potentiel de la photographie numérique et du montage photo en fusionnant dans une seule image plusieurs plans, et créez des images d'un monde visuel spirituel et onirique, riche en symboles.

Elle a reçu 5 prix pour la photographie contemporaine et ses photos sont exposées dans des musées et des galeries de divers pays

Galerie ERM                                                                                              

15 av de Messine  -  75008 Paris

O ILLUSTRE LE DERNIER POEME DU ROI SALOMON, QOHELET

O ILLUSTRE LE DERNIER POEME DU ROI SALOMON, QOHELET

 

 

Affichez-vous et le fisc vous fiche sur les réseaux sociaux dès 2019

Affichez vous le fisc vous fiche sur les réseaux sociaux !

Évasion fiscale : le fisc va surveiller les comptes des Français sur les réseaux sociaux

Cyrielle Maurice, le 12 novembre 2018

Le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a déclaré que le fisc pourrait « sans doute », dès l’an prochain, s’appuyer sur les publications des internautes Français sur les réseaux sociaux pour savoir si leur patrimoine affiché correspond à celui déclaré aux impôts.

Une expérimentation prévue au cours de l’année 2019

Dans le cadre du projet de loi Darmanin, promulguée il y a quelques semaines au Parlement, le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé dimanche soir sur le plateau de Capital l' »expérimentation » de cette nouvelle démarche. D’ici le début de l’année 2019, le fisc serait ainsi en mesure de « constater [via les réseaux] que si vous vous faites prendre en photo […] de nombreuses fois, avec une voiture de luxe alors que vous n’avez pas les moyens de le faire, peut-être que c’est votre cousin ou votre copine qui vous l’a prêtée, ou peut-être pas.»

Gerald Darmanin justifie cette démarche en explicitant que les comptes de réseaux sociaux et les contenus diffusés sont « publics » et que, bien souvent, les Français se photographient eux-mêmes sur ces réseaux. Pas question donc de dénoncer son voisin en diffusant sa voiture sur Instagram.

Pas d’accès aux données privées

Dans un contexte où la protection des données personnelles est un sujet récurrent, le ministre de l’Action et des Comptes publics a également précisé que ce contrôle spécifique aux réseaux sociaux ne scrutera que les diffusions publiques de contenus, et non pas les publications partagées avec la famille ou les amis.

Il n’est pas question non plus, selon Bercy, de déclencher un contrôle fiscal sur la seule base d’une photo sur Facebook. Ces publications rejoindront plutôt un scope de données, composé notamment de comptes bancaires, numéros de téléphone, factures ou encore réservations, afin d’établir une recoupe d’informations.

« On ne va pas scanner 60 millions de Français, ce n’est pas le sujet, précise le cabinet du ministre. Si vous aimez les Rolex et que vous gagnez le Smic, c’est votre problème. Ce n’est pas le ‘citoyen lambda’ qui est visé mais les personnes qui fraudent sciemment, à un haut niveau. » 

Exposer ses richesses, le challenge des jeunes Chinois et Russes

Si la déclaration de Gérald Darmanin a été largement moquée sur les réseaux sociaux ce week-end, il faut bien comprendre la propension des utilisateurs à étaler leurs richesses sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, Facebook, Pinterest ou Twitter, les comptes dédiés aux produits de luxe et aux trains de vie de milliardaires rencontrent un énorme succès.

Si bien que depuis cet été, les jeunes aux comptes en banque bien garnis se sont lancés un défi : le Falling Stars Challenge. Il consiste à se prendre en photo mimant une chute depuis, au choix : son jet privé, yacht ou voiture de luxe, répandant ainsi au sol leurs objets de valeur comme les montres, sacs, cosmétiques.

Affichez vous le fisc vous fiche ! le fisc sur les réseaux sociaux en 2019

Affichez vous le fisc vous fiche ! le fisc sur les réseaux sociaux en 2019

Né d’un compte Instagram russe, le challenge s’est exporté jusqu’en Chine. Si le défi venait à atteindre la France, il vaudrait mieux pour les participants d’être en accord avec leurs déclarations fiscales.

Suzanne Noël: pionnière de la chirurgie esthétique elle aide les juifs pendant et après la Shoah

suzanne-noel-journal-d-une-pionniere-de-la-chirurgie-esthetique,M187428

Pendant la guerre de 14/18, dans des conditions extrêmement précaires, Suzanne Noël, la première femme à réparer des visages, opère les ''gueules cassées", les blessés de la face, pour leur redonner une identité. Une vie à sauver des vies. A recoudre un peu l’Humanité.

Suzanne Noël naquit en 1878 à Laon, dans une famille bourgeoise.

suzanne-noel-journal-d-une-pionniere-de-la-chirurgie-esthetique,M187412

suzanne-noel-journal-d-une-pionniere-de-la-chirurgie-esthetique,M187412

Après son mariage avec un jeune toubib, elle entreprend des études de médecine. En 1908, elle est nommée externe des hôpitaux de Paris dans le service du professeur Morestin, pionnier de la chirurgie maxillo-faciale, dont la réputation est telle qu’Al Capone tentera plus tard de le faire venir à Chicago pour effacer sa fameuse balafre !
En 1912, Suzanne est reçue brillamment à l’Internat et se perfectionne alors dans la chirurgie maxillo-faciale. Ce qui l’amène notamment à réparer, sur le visage de Sarah Bernhardt, les dégâts d’un lifting désastreux subi aux USA .

journal de Suzanne Noël pionnière de la chirurgie esthétique

journal de Suzanne Noël pionnière de la chirurgie esthétique

 

 

 

 

 

Au début de la guerre 14 / 18, Suzanne rejoint le

professeur, elle se forme rapidement aux techniques extrêmement délicates de la chirurgie réparatrice. Rappelons qu’outre un million et demi de mort.

Au début de la guerre 14 / 18, Suzanne rejoint le professeur Hyppolite Morestin à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Auprès de son ancien professeur, elle se forme rapidement aux techniques extrêmement délicates de la chirurgie réparatrice.

la Grande Guerre laissera sur le carreau des centaines de milliers d’infirmes et d’estropiés dont les Gueules Cassées, soldats défigurés par des blessures épouvantables et pathétiquement contraints de porter des faux nez ou des masques bricolés qui leur donnent des visages grotesques, voire effrayants.

Ces Gueules Cassées sont évoquées notamment dans des films comme La Chambre des Officiers ou Au revoir là haut. Suzanne, aux côtés de Morestin, va contribuer à l’effort de guerre en redonnant face humaine à des centaines d’hommes qui sans elle, seraient restés défigurés.  Car Suzanne est une chirurgienne hors pair qui, au prix de transplantations et de greffes jamais osées avant elle, recrée avec art et dextérité de nouveaux visages.

Après les tragédies de la guerre, Suzanne va vivre une suite de tragédies personnelles. Son premier mari meurt en 1918 ; remariée en 1920, elle perd sa fille unique, emportée par la grippe espagnole ; et en 1924 son second  mari, André Noël, se suicide. 

Survivant à ces chagrins, c’est comme si Suzanne Noël allait se reconstruire (pour employer un terme que je n’aime pas trop) en reconstruisant les autres. Elle ouvre un cabinet de chirurgie réparatrice où elle refait des nez, rabote des mentons, et étend ses compétences aux autres parties du corps. Tout en redonnant du galbe aux poitrines, aux cuisses et aux fessiers, elle fait progresser la chirurgie plastique en inventant des techniques comme le dégraissage par aspiration (l’actuelle _liposuccion).  _Ses patientes viennent des beaux quartiers, mais elle opère aussi des vendeuses, des secrétaires. Au delà de sa portée esthétique, la chirurgie plastique, pour Suzanne Noël, est un levier de l’émancipation sociale. Dans les années 30, pour leur redonner de la jeunesse, et leur permettre de retrouver du travail, elle se met à opérer gratuitement des ouvrières licenciées parce que jugées trop vieilles.

Il était donc logique que parallèlement à ces activités, Suzanne Noël s’engage dans le combat féministe en fondant le premier club de l’association internationale "Soroptimist", qui défend les femmes dans la conquête de leurs droits. En 1923, elle appelle les femmes qui travaillent à faire la grève de l’impôt puisque l'état ne leur reconnaît aucun droit. (déjà en 1880, Hubertine Auclert, que j’avais évoquée ici–même) avait appelé à cette grève. C’est dire si les militantes féministes furent opiniâtres !

En 1928, Suzanne reçoit la Légion d'Honneur et la Reconnaissance de la Nation, pour sa contribution à la notoriété scientifique de la France sur la scène internationale. Au printemps 1936, elle manque perdre la vue. Opérée avec succès, elle ne peut plus cependant exercer au même rythme qu'avant. Pourtant, durant la seconde guerre, dans la clandestinité, elle métamorphose le visage de Résistants et de personnes juives recherchées par la Gestapo et la police collabo. A la Libération, elle efface quand c’est encore possible les séquelles physiques de rescapés de l’extermination nazie. Elle donne des conférences dans le monde entier, tant pour promouvoir l’émancipation des femmes que pour vanter les bienfaits de la chirurgie plastique.

Suzanne Noël meurt en 1954.  Aujourd’hui 11 novembre, à Annecy, dans le cadre des commémorations du centenaire de la fin de la Grande Guerre, a été érigée une sculpture représentant deux mains géantes, sculpture dédiée à Suzanne Noël.

Source France Inter

Une gigantesque escroquerie de 20 millions d'euros entre Nice et Tel-Aviv jugée à Paris

De Nice à Tel-Aviv une escroquerie de plus de 20 millions

Un préjudice de plus de 20 millions d’euros. Plus de 3.000 personnes flouées. Une vaste escroquerie jugée en correctionnelle à Paris, partie de plusieurs plaintes déposées auprès du procureur de la République de Nice.

L’affaire est partie de Nice en 2011. Une arnaque géante aux annuaires professionnels sur le web venue tout droit d’Israël. Une escroquerie à 20 millions d’euros. Avec plus de 3.000 personnes flouées à travers toute la France, selon la Voix du Nord. Des associations, des commerçants, des banques. Et même un diocèse...

Une affaire hors-norme qui a été jugée par le tribunal correctionnel de Paris. Trois semaines de débat. Résultat : 27 prévenus, dont deux condamnés à 5 ans de prison dont trois avec sursis et mise à l’épreuve pendant 3 ans.

Il s’agit des deux cerveaux de l’affaire. Ceux qui, depuis Tel Aviv, pilotaient des sociétés de référencement et des sociétés écran et faisaient miroiter des parutions dans des annuaires professionnels à leurs victimes via des sociétés de référencement.

UNE ARNAQUE BIEN RODÉE ET EFFICACE

Les victimes payaient des sommes parfois faramineuses pensant s’acquitter de la totalité de la prestation proposée.

Une fois le délai de rétractation passé, les malheureux comprenaient que la somme déboursée comptait pour un mois seulement... et qu’il fallait payer le reste!

Et on leur faisait bien comprendre...S’ils étaient récalcitrants, les escrocs n’hésitaient pas à se faire passer pour de faux huissiers, de faux avocats et même de faux gendarmes pour les plumer. A grands coups de menaces et harcèlement.

 Merci de faire de WordPress votre outil de création. Obtenir la version 4.9.8 Permalien enregistré Fermer le panneau des médias Image à la Une Image à la Une Envoyer des fichiersBibliothèque de médias Filtrer par typeFiltrer par dateRechercher un fichier média Désélectionner L'escroquerie de Nice à Tel-Aviv de 20 millions d'euros jugée à Paris

C’est donc de Nice que l’affaire est partie. En 2011, le procureur de la République reçoit de nombreuses plaintes à propos d’une société niçoise de référencement web. Des plaintes qui arrivaient en cascade de toute la France.

Deux ans après, Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins, organisme gouvernemental chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent, NDLR) s’invite dans le dossier en émettant deux signalements sur des opérations financières douteuses via la Grande Bretagne et la Lettonie.

Le procureur de Nice ouvre alors une enquête préliminaire, confiée au service national des douanes judiciaires. Mais il se dessaisira au profit du procureur de Paris.

C’est en avril 2016 que le réseau est démantelé. 27 personnes sont identifiées. Certaines d’entre elles interpellées.

Dont les deux cerveaux, arrêtés à l’aéroport de Roissy. 24 sociétés écrans et une trentaine d’enseignes de référencement Web sont mises en cause.

Depuis Israël, via leurs sociétés de référencement, les deux cerveaux de l’arnaque, condamnés à cinq ans de prison dont trois avec sursis, géraient plus d’une vingtaine de "filiales" disséminées dans toute la France et payées 3.000 dollars par mois pour servir de prête-nom.

Au moins l'une d'entre elles était niçoise et a fait l’objet de plaintes déposées auprès du Procureur de Nice dès 2011.
Ce sont ces filiales qui se chargeaient de vendre à des sociétés, des commerçants, ou encore des associations, des espaces publicitaires qui leur permettaient de figurer dans des annuaires professionnels ou sur un site internet avec un "super-référencement"...

Les clients effectuaient un versement. Qu’ils croyaient être le premier et le dernier.Ils comprenaient seulement après le délai de rétractation que c’était... un prélèvement mensuel !

Les victimes étaient ensuite harcelées, voire menacées pour les versements suivant.
Les sommes ainsi escroquées transitaient via des sociétés écrans en Lettonie, en Grande-Bretagne ou encore en Géorgie. Un petit manège repéré par Tracfin.

L’argent ainsi blanchi repartait ensuite en Israël pour engraisser les deux cerveaux de l’affaire.

Selon une information divulguée par "The times of Israël" qui s’est procuré le jugement, parmi les personnes impliquées dans l’escroquerie figurait au moins un commerçant niçois.

Selon le jugement du tribunal correctionnel de Paris, Michael B, âgé d’une quarantaine d’années, récupérait le courrier aux sièges des filiales et déposait les chèques sur les multiples comptes bancaires des sociétés "mères" israéliennes.

USA: Des voisins choqués de voir flotter sous leur fenêtre un drapeau nazi

drapeau-nazi-à-la-fenetre-voisin

Une famille du Colorado accusé d'avoir fait flotter un drapeau nazi à l'extérieur de sa maison le jour du scrutin - mais la police a déclaré qu'elle était impuissante à l'enlever en raison du Premier amendement.

Un voisin qui vivait à côté de la maison, dans le quartier 200 de la rue Mesa Nord à Fruita, a signalé le drapeau rouge et blanc à croix gammée à la police vers 18 heures mardi, selon le Denver Post.

"Plus tôt cette semaine, la police de Fruita a été informée de l'existence d'une résidence arborant un drapeau portant des inscriptions communément associées au symbolisme nazi ", a déclaré Dave Krouse, chef de la police de Fruita, dans un courriel au journal. "Un tel étalage semble relever de la liberté d'expression protégée par la Constitution, et le service de police n'enquête pas sur ce genre d'affaire"

drapeau-nazi-à-la-fenetre-voisin

drapeau-nazi-à-la-fenetre-voisin

Rob Norris a dit qu'il a remarqué le drapeau après avoir récupéré sa fille à l'école mardi après-midi.

"Je me suis littéralement arrêté, choqué dans rue," dit Norris.

La femme de Norris, qui est juive, " a failli perdre la tête " quand elle a vu le drapeau, a-t-il dit. Plus tard mardi, après avoir signalé la découverte troublante à la police, Norris a discuté de l'incident avec ses trois enfants, même si deux d'entre eux étaient trop jeunes pour en comprendre la signification.

Sa fille, cependant, a saisi la signification du drapeau depuis que Norris et elle avait récemment discuté de la fusillade dans une synagogue de Pittsburgh où un homme armé a tué 11 personnes pendant un service en criant "Tous les Juifs doivent mourir" le 27 Octobre.

"Le drapeau a été retiré mercredi matin" a dit M. Norris.

Le propriétaire de la maison, quant à lui, a refusé de parler à un journaliste mais a dit à KKCO qu'il avait le droit de faire flotter le drapeau qu'il voulait.

D'autres voisins ont dit à la station de radio KKCO qu'ils n'avaient jamais vu ce symbole de la haine anti-juive  dans leur quartier auparavant.

"Je pourrais mettre  en doute leur santé mentale", a déclaré Anne Keller, résidente de Fruita, à la station. "Bien sûr, nous avons tous la liberté d'expression, et ceci transgresse cela.
Je regarde cela et je me dis que c'est une personne avec laquelle je n'ai aucune envie d'avoir quelque contact que ce soit avec elle;"

La voisine Carol Lynch a dit que les résidents de la maison, qui se trouve à deux pas d'une école, y vivent depuis environ un an.

"Il ne fait que cracher de la haine", a dit Lynch à propos du drapeau nazi. "Si près de l'école, qu'est-ce qu'on enseigne aux enfants ?"

"Je comprends tout à fait le truc de la liberté d'expression", a dit Carol Lynch au journal. "Mais si tu laisses faire , la prochaine fois ce sera un nœud coulant suspendu à un arbre."

 

Une plaque d'égout qui en dit long sur la vie des Juifs en Palestine

La plaque d'égout qui dit tout sur la vie des Juifs en Palestine

Il aura suffit d'une simple plaque d'égout retrouvée à Haifa -bien moins coûteuse que toutes les recherches archéologiques et fouilles dans tous le pays- pour faire constater, devrai-je dire noir sur blanc ? En tout cas, gravé en hébreu et attestant ainsi  la vie des Juifs en Palestine et non de simples nomades en transit sur une terre musulmane !

La langue utilisée alors était bien l'hébreu et non l'arabe qu'on se le dise
C'est Véronique Genest qui l'a première l'a remarquée et clouant ainsi le bec à un
Kaled @"voisindelalune" sur Twitter.
Un égaré qui n'a pas encore compris que la Palestine était juive avant l'arrivée d'Arafat en 1967qui n'a eu que de cesse à faire croire à la moitié de la terre que la Palestine appartient aux Palestiniens sauf que les palestiniens de l'époque étaient juifs !
Depuis 1948 la Palestine a été renommé Israël et les Palestiniens sont devenus Israéliens et les nostalgique d'un temps qui ne reviendra pas , Palestiniens. Finalement c'est une histoire très simple.

La raclée de Véronique Genest sur Twitter à Kaled

La raclée de Véronique Genest sur Twitter à Kaled

Prévenir plutôt que guérir le Guet avec l'accord prénuptial

accords prénuptiaux halachiques

Des rabbins et rabbanit se son penchés sur le problème du Guet en lançant l'accord prénuptial qui pourrait se résumer à  prévenir plutôt que guérir... le guet 🙂

Dire "Je t'aime" avec un accord prénuptial !

Un événement d'avant-garde sur le thème des accords prénuptiaux halachiques : Protéger nos proches de la possibilité d'un refus de Get, divorce religieux, a eu lieu au mois de juin  à Beit Shemesh.

La salle de la synagogue Ohel Yonah Menachem (OYM) était pleine à craquer alors que le public était  informé de l'importance des accords prénuptiaux avec trois intervenants renommés : HaRav Mayer Lichtenstein (Rabbin de l'OYM), Dr Avigail Rock (Toenet Rabbanit) et Dr Rachel Levmore (Dir IYIM Project for the Prevention of Agunot and Get-Refusal).

À la fin de la soirée, la foule a pu entendre une jeune femme qui, avec son mari, a signé une entente prénuptiale halachique et agit comme fière ambassadrice pour ses amis.

Cet événement a été parrainé par le Mouvement international des jeunes Israéliens (IYIM), la synagogue Ohel Yonah Menachem et 5 autres synagogues qui font partie de la communauté Achdut HaKehillot' - Givat Sharet.

Les participants allaient des couples avec enfants en bas âge  aux jeunes couples mariés qui ont signé un contrat de mariage halachique.

Les question souvent posées : " Pourquoi un couple fiancé amoureux penserait-il, ou voudrait-il, signer une entente prénuptiale traitant du divorce ? Cet accord est-il vraiment nécessaire, comment ces gens adorables peuvent-ils devenir des démons ? Pourquoi est-il important que la société juive accepte le contrat de mariage comme une norme sociétale ? Pourquoi n'y a-t-il pas de soupape de sécurité intégrée dans le Ketubah (contrat de mariage) ?

Telles sont les nombreuses questions posées par les trois conférenciers au cours de la soirée.

Rav Lichtenstein a parlé de l'importance des accords prénuptiaux halachiques à partir de son expérience en tant que rabbin d'une communauté qui a traité avec de nombreux couples fiancés et mariés dans les bons et mauvais moments.

Le Rav a toujours encouragé les jeunes couples pour que  les accords prénuptiaux sont similaires à la souscription d'une police d'assurance, ce que l'on fait pour d'autres aspects de la vie, voiture, maison, etc - cet accord n'est pas différent.

Le conférencier  le Dr Avigail Rock, une résidente très respectée de Beit Shemesh, a souligné l'importance que l'entente prénuptiale devienne une norme sociale.

Elle a souligné qu'il devrait être signé par tous les couples fiancés et pas seulement par ceux qui ont des doutes sur leur partenaire de vie potentiel. Il doit être signé comme une position de force et non de faiblesse.

Prévenir plutôt que guérir le guet accords prénuptiaux halachiques

Prévenir plutôt que guérir le guet accords prénuptiaux halachiques

 

Rachel Levmore, directrice du programme Agunah et Get-Refusal de l'IYIM, a parlé du contenu de l'"Accord pour le respect mutuel", l'accord prénuptial halachique qu'elle a co-écrit et aidé à composer.

Elle a précisé que l'accord impose le même fardeau à l'homme et à la femme et que l'une ou l'autre partie devrait refuser d'obéir à un tribunal rabbinique qui ordonne la délivrance ou l'acceptation d'un Get (document de divorce).

La soirée s'est terminée par un témoignage de Dorit Levine, une jeune femme mariée heureuse qui a signé un contrat prénuptial avant son mariage. Elle a expliqué l'importance de signer l'entente avec son mari avant de se marier et son espoir de donner l'exemple à ses pairs pour que cette entente prénuptiale devienne la norme. A la fin de la séance, la parole était ouverte aux questions et réponses.

Le succès et le message de l'événement sont clairs :

"Nous nous sommes assurés que notre enfant signerait une entente prénuptiale pour la prévention du refus de se marier lorsqu'il que ce concept était encore tout à fait nouveau
....À notre grande surprise et à notre grand choc, nous avons dû l'utiliser. Je crois vraiment que cet accord a sauvé notre enfant du chagrin d'amour et lui a donné l'occasion de continuer sa vie d'une manière plus facile."

Pour souscrire à un accord prénuptial cliquez-ici