Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Israël: Clean Beach des bénévoles de Bat-Yam au service de leur littoral

Clean Beach la propreté sur les plages de Bat Yam

Clean Beach, un groupe de bénévoles résidents à Bat-Yam qui a pris l'initiative de se mettre au service de leur littoral.

Samuel Guelem est un jeune olé hadash francophone installé à Bat Yam avec sa famille. Originaire de Bordeaux, il est un habitué des plages océaniques de sa région natale.

Partant du constat que les plages d’Israël sont anormalement polluées, il décide rapidement de s’investir dans la collecte des déchets de sa ville, en prenant l’initiative de créer sur facebook un groupe de bénévoles habitants Bat-Yam intitulé « Clean Beach ».

L’objectif de ce groupe est de mener des actions de prévention ainsi que de la récolte et tri des déchets sur les plages de Bat Yam.
Ces actions doivent contribuer à améliorer le bien-être des résidents de Bat-Yam, à limiter les risques sanitaires et l’érosion des plages ainsi qu’à limiter les dégâts sur la chaîne alimentaire, entraînant de lourdes pertes financières pour le secteur touristique et les activités liées à la mer.

Dès le premier jour, de nombreux francophones ont rejoint le groupe. Il faut dire qu’en France, la collecte des déchets a plus que jamais la cote avec de nouvelles pratiques comme le « plogging » qui consiste à collecter des déchets traînant sur son passage durant son jogging, ou les « selfie déchets » en se prenant en photo avec des détritus collectés sur son chemin.

Quant aux plages de France, elles sont surtout fréquentées durant la période estivale.
En Israël, l’été dure 8 mois !

Plus de 70 % de la population vit près de la côte et la plage est le principal lieu de détente des israéliens et touristes.

Malgré les nombreux efforts du gouvernement, des municipalités et d’ONG israéliennes, les côtes israéliennes sont parmi les plus polluées par le plastique de la Méditerranée, selon un récent rapport de WWF.

Le recyclage des déchets est aussi problématique. Israël produit 5,3 tonnes de déchets par an, seuls 21 % des déchets sont recyclés.

Face à ce véritable fléau, deux villes Herzliya et Eilat vont bientôt adopter un arrêté municipal pour interdire l’usage des articles en plastique sur les plages, sous peine d’amende.

« La prise de conscience ne doit pas qu’être politique » selon Samuel, « chaque citoyen israélien doit être éco-responsable. »

« Les plages de notre terre sacrée sont souillées par notre négligence. Quel héritage souhaitons-nous laisser à nos enfants ? »

Le groupe de bénévoles Clean Beach projette d’organiser prochainement des opérations « plages propres » à Bat Yam et compte sur la mobilisation de toutes associations et personnes sensibles à la protection de l’environnement.

La Mairie de Bat Yam s’est d’ailleurs engagée à leur fournir le matériel nécessaire, grâce à l’intervention d’Odely Cohen, représentante des francophones et membre du groupe.

Rappelons que la municipalité a lancé récemment un projet, avec un certain nombre de cafés et restaurants en front de mer, visant à sensibiliser le public au fait de jeter des mégots de cigarettes sur la plage. Le drapeau bleu (*) pourrait bientôt flotter sur les plages de Bat Yam... (*)

Le drapeau bleu est l’un des labels environnementaux les plus reconnus au monde, attribué notamment aux plages. Depuis 2019, il est érigé sur 46 plages israéliennes à Ashdod, Haïfa, Netanya, Herzliya, Tel-Aviv, Rishon LeZion, Ashkelon et Eilat.

Vous aussi vous vous sentez concerné par la propreté de votre ville et de vos plage
venez nous rejoindre en vous inscrivant sur notre groupe Facebook 

L'antisémitisme à Toulouse, un documentaire choc réalisé par Georges Benayoun

Toulouse. Documentaire sur l'antisémitisme : «Ce qui m'a le plus frappé, c'est la peur de parler», explique le réalisateur Georges Benayoun

 

Toulouse. Documentaire sur l'antisémitisme : «Ce qui m'a le plus frappé, c'est la peur de parler», explique le réalisateur Georges Benayoun

Pourquoi avoir réalisé ce documentaire ?

J'avais envie de réaliser un film sur l'antisémitisme qui ne soit pas un film d'experts. Le film «Le chagrin et la pitié» m'a beaucoup marqué. Quand Marcel Ophuls a réalisé son film en 1971, il a planté sa caméra à Clermont-Ferrand ; j'ai essayé de faire de même à Toulouse». J'ai voulu partir du local pour comprendre le national. C'est aussi une façon de lui rendre hommage.

Pourquoi avoir choisi Toulouse ?

Beaucoup de films sur le sujet ont été faits en banlieue parisienne, je trouve qu'ils rendent partiellement compte de la réalité. Pourquoi Toulouse ? C'est la quatrième ville de France, il y a eu l'école Ozar Hatorah, et surtout c'est une ville radicale, de gauche qui a abrité de nombreux résistants et anarchistes. Nous sommes partis à sa découverte, nous voulions saisir l'antisémitisme en mutation de cette ville.

Comment s'est passé le tournage ?

Ce qui m'a profondément étonné et troublé pendant ce tournage c'est le nombre de réponses négatives que nous avons reçues, notamment de la part du milieu culturel et intellectuel de la ville, juif et non juif. On s'est entendu dire que parler était dangereux, ils craignaient les représailles. Certains ont témoigné caché, je ne m'attendais pas ça.

Les actes antisémites ont augmenté de 74 % en 2018, comment expliquer cette hausse ?

Ces chiffres me détruisent, mais je pense que c'est un phénomène qui s'étend au-delà des Juifs et est révélateur d'une fragilité de la société.

Quel est votre objectif en sortant ce documentaire ?

À Toulouse, il y a une énergie formidable, des gens remarquables, mais une marque sombre. Les rabbins sont insultés et reçoivent des crachats tous les jours ; parmi ceux qui ne voulaient pas témoigner, il y a une mère et sa fille qui ont été exfiltrées de chez elles, car elles étaient la cible d'antisémites.
L'idée de ce film, c'est d'alerter. Aujourd'hui, il y a une libération de la parole, on a vu son apogée avec des gens comme Soral, Dieudonné, et certains leaders des Gilets jaunes ; elle a été suivie d'une libération de la violence. N'oublions pas qu'en quinze ans, douze juifs en France ont été tués car ils étaient Juifs. Beaucoup de monde a alerté, mais la prise de conscience est tardive… Le climat sur les sujets du vivre-ensemble est anxiogène, l'antisémitisme est un symptôme.

Comment faudrait-il réagir ?

On se doit se poser des questions : que veut-on pour demain ? Quelles solutions peut-on mettre en œuvre pour arriver à créer des passerelles entre les communautés ? Le problème est que l'on n'ose pas nommer les choses. Il faut affronter ce sujet, or, la gauche a démissionné. Je crains que la situation ne devienne insupportable à force de nier. Quand un juge d'instruction dit que Sarah Halimi (femme juive de 65 ans suppliciée et défenestrée de son appartement à Paris en avril 2017, NDLR) a été tuée à cause d'un problème de démence, j'ai envie de hurler. Il y a un cri sourd de la part de la communauté… Et à un moment donné, il est important que les victimes soient reconnues par la justice. L'antisémitisme est dans l'air ambiant ; il est dénoncé mais cela n'est pas entendu. Il est la convergence de trois antisémitismes : celui d'extrême-droite, chrétien et traditionnel, chez les Soral et autres. Celui d'extrême gauche, qui se cache trop souvent mais s'exprime de plus en plus derrière l'argument antisioniste et l'islamisme radical. Les uns et les autres s'alimentent, s'encouragent, se protègent.

Les actes antisémites sont en hausse à Toulouse, comme partout en France. Le réalisateur Georges Benayoun, César du meilleur film en 1995 pour «Les Roseaux sauvages», a choisi la Ville rose pour poser sa caméra pendant 3 mois afin d'illustrer ce fléau.

En avant-première ce soir

L'avant-première du film «Chronique d'un antisémitisme d'aujourd'hui» aura lieu ce jeudi soir à 20 h 30 au cinéma ABC, en présence du réalisateur Georges Benayoun. Le documentaire sera ensuite diffusé sur France Télévision fin novembre. Georges Benayoun (auteur et réalisateur) a produit près d'une cinquantaine de films et nombre de séries à succès. Il a évoqué le phénomène de l'antisémitisme dans «L'assassinat d'Ilan Halimi» de Ben Izaak, en 2014. Dans son dernier film, «Complotisme, les alibis de la terreur», le producteur évoque l'angle du complotisme islamiste.

Source LADEPECHE

En Israël, une tablette de malédiction de 1500 ans enfin déchiffrée

En Israël, une tablette de malédiction de 1500 ans enfin déchiffrée

Une tablette de malédiction datant du VIe siècle et découverte entre 1949 et 1954 a récemment été déchiffrée. Elle révèle tout le mal qu’une personne souhaitait à Manna, une danseuse…

La magie de la technologie a une nouvelle fois opéré. Attilio Mastrocinque, professeur d'histoire romaine à l'Université de Vérone en Italie, a réussi à décrypter une gravure grecque sur une tablette de plomb grâce à la Reflectance Transformation Imaging (RTI). Ce programme informatique réalise plusieurs photographies, sous différents angles, d'un objet pour le recréer en image améliorée.

C’est ainsi que l’universitaire a mis en lumière tout le mal qu’une personne souhaitait à Manna, une danseuse. La tablette en question a été découverte dans les ruines du célèbre théâtre Caesarea Maritima en Israël, construit par Hérode le Grand, qui suggère que Manna « devait être une artiste célèbre » explique Attilio Mastrocinque dans un article publié dans le livre « Studies in Honour of Roger S.O. Tomlin » (Libros Pórtico, 2019). La gravure explique vouloir attacher les pieds et les mains ensemble de l'artiste pour l'empêcher de se représenter.

« Tablette de malédiction »

Mais au fait, qu’est-ce qu’une « tablette de malédiction » ? Aussi appelée « tablette de défixion » ou « tablette d’envoûtement », elle était utilisée comme son nom l’indique, pour jeter le mauvais oeil sur un individu en faisant appel à des divinités.
On retrouve des traces de cette pratique entre le VIe siècle av. J.-C. et le VIe siècle de notre ère dans l’ensemble du monde gréco-romain. Cette magie était totalement illégale et se faisait à l’abri des regards, de nuit.

Dans le cas de notre tablette, il pourrait s’agir d’une malédiction jetée contre une danseuse, visiblement talentueuse, dans le cadre d'un concours de danse, où « le prix aurait été considérable » détaille Attilio Mastrocinque.

La malédiction contre Manna fait appel à plusieurs divinités, dont Thot, un ancien dieu égyptien de la magie et de la sagesse, mais également aux « démons du ciel, démons de l'air, démons de la terre, démons du monde souterrain, démons de la mer, des rivières, démons des sources... ». Thot et d’autres dieux païens étaient souvent mentionnés dans ces tablettes, à une période où l’Empire byzantin faisait du christianisme la religion officielle, d’où l’aspect illégal de la pratique mentionné plus haut.

Quelle qu'en soit la raison, la tablette de malédiction est longue, contenant 110 lignes. Alors que l'Empire byzantin utilisait le christianisme comme religion officielle et que le christianisme n'adorait pas Thot et d'autres dieux "païens" souvent nommés dans les tablettes de malédiction, cela n'a pas empêché l'utilisation des tablettes, écrivait Mastrocinque, notant que ces tablettes devenaient plus longues et plus détaillées.

"Cette[tablette de malédiction], ainsi que bien d'autres publiées à la fin de l'époque impériale et au début du Moyen Âge, confirme que la christianisation de l'Empire romain n'a pas arrêté les arts magiques maléfiques... au contraire, ceux-ci se répandirent et devinrent plus sophistiqués", écrit Mastrocinque.

La tablette a été remise à l'équipe par le gouvernement israélien et se trouve maintenant au Musée archéologique de Milan.

C'était également à cette période que la concurrence entre factions était importante. Il se pourrait ainsi que l’auteur de la gravure soit issu d’une faction différente de celle de Manna, et donc un rival de celle-ci dans le domaine de la danse. Manna fille d'Israël était peut-être juive 

 

La nouvelle méthode de chantage, le sextorsion, une règle, ne jamais payer

Le sextorsion la nouvelle méthode de rançonnage en ligne

Sextorsion : la nouvelle méthode de chantage

Une étude menée par : Gil Mansharov et Alexey Bukhteyev

 

Dans sa publication annuelle de 2018, le centre IC3 (Centre des plaintes relatives à la criminalité sur Internet) du FBI signale une augmentation de 242 % des emails d'extorsion, dont la majorité sont des emails de sextorsion, avec des pertes totales estimées à 83 millions de dollars.

Le principe de la sextorsion est simple : un email de chantage menace d’exposer du contenu du destinataire à caractère sexuel sauf si un paiement est effectué. Beaucoup d’entre nous ont reçu de tels emails ou connaissent d’autres personnes qui en ont reçu. Peu ont payé les sommes demandées, mais ce pourrait-il que vous ayez diffusé sans le savoir 15 000 de ces emails de sextorsion à des victimes innocentes ?

Enquêtant sur cette tendance actuelle, Check Point Research a découvert un botnet qui fait précisément cela : il utilise les milliers d'hôtes infectés sous son contrôle pour diffuser des millions de menaces à des destinataires innocents.

Le botnet Phorpiex (appelé également Trik) est actif depuis presque au moins une décennie et exploite actuellement plus de 450 000 hôtes infectés. Dans le passé, Phorpiex générait principalement des revenus en diffusant différentes autres familles de logiciels malveillants, notamment GandCrab, Pony, Pushdo, et utilisait ses hôtes pour extraire de la cryptomonnaie à l'aide de différents programmes. Depuis récemment, Phorpiex intègre un nouveau moyen de générer des revenus parmi ses fonctionnalités. Phorpiex utilise désormais un robot de spam décrit dans cet article pour effectuer des campagnes de sextorsion à grande échelle.

Depuis près de cinq mois que nous surveillons cette activité, nous avons enregistré des transferts de plus de 11 BTC vers les portefeuilles de l’auteur de Phorpiex, soit actuellement plus de 110 000 dollars. Cela peut sembler être une faible somme, mais pour une opération nécessitant peu de maintenance, et utilisant uniquement une longue liste d'identifiants et le remplacement occasionnel d'un portefeuille, cela représente un joli revenu mensuel de 22 000 dollars.

Emails de sextortion

Le botnet Phorpiex/Trik utilise un robot de spam qui télécharge une base de données d'adresses email à partir d'un serveur de commande et de contrôle. Une adresse email est sélectionnée de manière aléatoire dans la base de données téléchargée et un message est composé à partir de plusieurs chaînes codées en dur. Le robot peut générer une grande quantité d’emails de spam (jusqu’à 30 000 par heure). Chaque campagne de spam peut cibler jusqu'à 27 millions de victimes potentielles.

La caractéristique la plus intéressante des récentes campagnes de spam est que le robot de spam Phorpiex/Trik utilise des bases de données contenant des mots de passe fuités en combinaison avec des adresses email. Le mot de passe d'une victime est généralement inclus dans un email pour le rendre plus persuasif, montrant ainsi que le mot de passe est connu du pirate. Pour choquer la victime, un message commence par un texte contenant le mot de passe.

Voici un exemple d'email de sextorion créé par le robot de spam Phorpiex:

De : Évite les ennuis

Objet : Je t'ai enregistré - {password}
Bonjour, je sais que l’un de tes mots de passe est : {password}
Ton ordinateur a été infecté par mon logiciel malveillant privé puisque ton navigateur n'est pas à jour/corrigé. Il suffit de consulter un site web contenant mon iframe pour être automatiquement infecté. Si tu veux en savoir plus, Google : « Exploitation par téléchargement ».

Mon logiciel malveillant m'a fourni un accès complet à tous tes comptes (voir mot de passe ci-dessus), un contrôle total sur ton ordinateur et il était également possible de t’espionner via la webcam.

J'ai collecté toutes tes données personnelles et je t’ai enregistré (via la webcam) PENDANT QUE TU TE MASTURBAIS !

Après cela, j'ai supprimé mon logiciel malveillant pour ne pas laisser de traces et cet email a été envoyé depuis un serveur piraté.

Je peux publier ta vidéo et toutes tes données privées sur le web, les réseaux sociaux, et par email à tous tes contacts.Mais tu peux m'en empêcher et je suis le seul à pouvoir t’aider dans cette situation

La seule façon de m'arrêter est de payer exactement 800 dollars en bitcoin (BTC).

C'est une très bonne offre, comparée à ce qui se produira si je publie tout !

Tu peux facilement acheter des bitcoins ici : www.paxful.com, www.coingate.com, www.coinbase.com, ou rechercher un guichet automatique de bitcoin près de chez toi, ou chercher une autre place de change sur Google.

Tu peux envoyer les bitcoins directement à mon portefeuille ou créer ton propre portefeuille ici : www.login.blockchain.com/en/#/signup/, puis recevoir des bitcoins et en envoyer à mon portefeuille. Mon portefeuille bitcoin est : 1Eim8U3kPgkTRNSFKN49jgz9Wv4A1qmcjR

Copie et colle mon portefeuille, en respectant les majuscules et les minuscules

e te donne 3 jours pour payer.

Comme j’ai accès à ce compte de messagerie, je saurai si cet email a été lu.

Si tu reçois cet email plusieurs fois, c'est pour bien m’assurer que tu le liras. Mon programme est configuré ainsi et tu peux l'ignorer après le paiement.Après avoir reçu le paiement, je supprime tout et tu peux vivre en paix comme avant.
La prochaine fois, mets ton navigateur à jour avant de surfer sur le web !

Étant donné le nombre de transactions entrantes sur ces portefeuilles, nous pouvons également estimer le nombre total de victimes affectées par cette campagne.
Par conséquent, environ 150 victimes ont payé les agresseurs sur une période de cinq mois. C’est un très petit pourcentage, compte tenu du nombre d’emails que le robot peut générer, mais cela signifie que cette technique d'arnaque simple a réussi.

D'autre part, les mots de passe des bases de données fuitées, tels que ceux utilisés dans la campagne de sextortion, sont généralement associés à d'autres ressources que la messagerie de la victime. Les mots de passe sont le plus souvent sans importance et la valeur de ces données est assez faible.

Par conséquent, ces bases de données peuvent même être disponibles en accès libre ou vendues à un prix modique. Il est difficile de voir comment les pirates peuvent utiliser ce type de données pour réaliser des bénéfices. Cependant, les auteurs de Phorpiex ont mis au point une méthode de monétisation de leur botnet qui permet d’obtenir des bénéfices raisonnables.

Conclusion

 

Les listes d'identifiants fuités, contenant des mots de passe souvent incompatibles avec les adresses emails associées, sont courantes et peu coûteuses. Phorpiex, un botnet existant depuis un certain temps, a trouvé un moyen de les utiliser pour générer facilement un revenu à long terme. Cette nouvelle activité pourrait être une des conséquences de l’arrêt des activités de Gandcrab, un logiciel rançonneur distribué auparavant par Phorpiex, ou tout simplement au fait que les emails en texte brut parviennent toujours à s'infiltrer dans de nombreuses lignes de cyberdéfense. Quoi qu'il en soit, Phorpiex, qui exploite actuellement plus de 450 000 hôtes infectés, diffuse en permanence des emails de sextorsion, par millions.

 

 

Le site Le Monde Juif déclare la guerre entre la Tunisie et Israël

Quand le site Le Monde Juif déclare la guerre entre la Tunisie et Israël

Le titre du site Le Monde juif  datant du 15 octobre "La Tunisie est en état de guerre avec Israël" était une grossière désinformation. Les propos tenus par le président élu de la Tunisie sont " « Nous (les Arabes) sommes en guerre avec l’entité sioniste. ».

Le journal électronique « LE MONDE JUIF » a publié un article, le 15 octobre 2019, ayant sorti les propos du président élu, Kaïs Saïed de leur contexte en se basant sur sa déclaration concernant l’entité sioniste, lors du grand débat du Second tour de la présidentielle. Kaïs Saïed avait dit : « Nous (les Arabes) sommes en guerre avec l’entité sioniste. ».

Ainsi, le journal électronique pro-israélien avait publié l’article suivant, dont l’intitulé est erroné : Le nouveau président tunisien : « La Tunisie est en état de guerre avec Israël ».

Plusieurs de nos concitoyens se sont précipités pour condamner les soi-disant propos de Kaïs Saïed en parlant de « bévue » ou de « maladresse » voire même d’« amateurisme » qui pourrait avoir un impact sur la diplomatie tunisienne.

Or, ces hurluberlus — qui ne lisent que les titres des publications — ne se sont pas rendus compte que « LE MONDE JUIF » a fini par supprimer son article. Car il s’agit d’une grossière désinformation.

Source cliquez-ici 

Livre juif: La chanson de Meliselda ou Sarah, la fiancée du Messie de Fanny Levy

La chanson de Meliselda ou Sarah, la fiancée du Messie de Fanny Levy

"La chanson de Meliselda" ou "Sarah, la fiancée du Messie" : Au XVIIème siècle, à une époque de massacres et d’espoirs messianiques, Sarah, belle et sensuelle jeune femme juive à la vie tumultueuse, rêve de sortir de sa condition et d’épouser le Messie.

Elle s’embarque pour l’Égypte où un certain Sabbataï Tsvi la fait venir. L’espoir fou de l’ancienne prostituée va-t-il se concrétiser ? L’homme à la figure sombre et ambigüe qu’elle rencontre est-il vraiment le Messie ? N’est-il pas fou ?

Comment ce personnage complexe a-t-il pu troubler tous les esprits, et même ceux d’intellectuels réputés, se faire passer pour le roi messianique et susciter non seulement une vague d’enthousiasme mystique, mais le plus grand mouvement messianique du judaïsme de ce dernier millénaire ?
Où se situe la frontière entre la sagesse et la folie ?
Faut-il tomber dans la faute pour gravir les échelons de la sainteté ?

La Kabbale doit-elle apporter la délivrance ? Le Sultan turc va-t-il accepter que l’économie de son empire soit paralysée ?
Qui est vraiment Sarah la magnifique aux personnalités multiples ?
Qui est Sabbataï Tsvi, le Messie noir à l’âme déchirée ?

Cette aventure incongrue est le pivot d’un épisode tragique, captivant et crucial qui marqua non seulement la conscience juive, mais aussi le monde.

La comédie humaine avec ses folies et ses masques forme le thème principal de cette folle saga où se côtoient religion et surnaturel, sublime et grotesque, tragique et poésie, où est mise en scène l’ambivalence psychologique des êtres, où l’on entre dans leurs zones fragiles et secrètes. C’est aussi le récit d’une passion. La plupart des personnages de ce roman ont existé. La plupart des événements auxquels ils sont confrontés ont eu lieu.

Institutrice dans une école juive elle devient croupière dans un casino à Las Vegas

Orly Graves, debout à gauche, discute avec des clients alors qu'elle surveille une table de black jack à l'hôtel Wynn Las Vegas, le 22 septembre 2019. (Josefin Dolsten)

Orly Graves ne semble pas surprise de voir un groupe d'amis s'assoir vers minuit à la table de black jack et dépose 1 000 $. Elle complimente leurs chaussures et attrape un crochet qu'elle serre sous la table pour qu'une des femmes puisse y accrocher leur sac à main.

«Vous devez anticiper leurs besoins avant qu’ils n’en aient besoin», explique-t-elle.

Orly Graves a 59 ans, elle est responsable de la surveillance de quatre tables de blackjack au Wynn Las Vegas, un hôtel cinq étoiles et casino sur le Strip. Elle travaille de nuit - de 20 heures à 4 heures du matin - cinq jours par semaine. Elle s'assure que les concessionnaires font bien leur travail, qu’il ne manque pas d’argent et que les clients sont satisfaits.

Orly Graves a grandi en Israël à Petach Tikvah avant de venir aux États-Unis avec une bourse d'études en basketball universitaire en 1980. De temps en temps elle travaillait dans l'industrie du jeu.
Mais entre temps, elle a également travaillé dans une école juive locale et dans deux écoles juives qui enseignaient les études hébraïques et judaïques.

Bien que les deux professions puissent sembler très différentes l'une de l'autre, elle insiste sur le fait qu'elles ne le sont pas.

La Jewish Telegraphic Agency s'est entretenue avec Orly Graves pour en savoir plus.

JTA: Comment avez-vous fini par travailler dans un casino?

Orly Graves: J'étais institutrice et j'ai aimé. À l'époque, mon petit ami, qui est devenu mon mari par la suite et depuis 30 ans, était directeur de casino. Je n'aimais vraiment pas les casinos. Je ne voulais pas en faire partie.

En tant qu'institutrice, vous vous doutez je devais me débattre pour le quotidien.
Que voulez-vous faire avec  32 ou 35 000 $ par an? Mais j'étais follement amoureuse des enfants, c'était vraiment ma passion. Alors mon mari m'a dit: «Pourquoi ne vas-tu pas apprendre au moins le métier de croupier ?» J'ai dit: «Je ne veux vraiment pas. Mais tu sais quoi? Je vais l'essayer. »Je suis resté trois jours et ils m'ont engagé.

Donc, je suis devenue croupière
Pendant quelques années,  je faisais les deux, j'enseignais et le soir je devenais croupière je vendais des jetons. L'argent provenait des pourboires des conseils que je donnais et du salaire minimum octroyé par le Casino.

L'argent dans ce lieu est phénoménal, il tombe du ciel.
J'ai été embauché - pas pour mes compétences en matière de négociation, mais uniquement pour mes compétences en relations humaines. Parce que nous sommes dans une affaire de personnes avant tout.

Dites nous s'en  plus sur la raison pour laquelle les compétences des personnes sont importantes dans un casino.

Orly Graves - Il est comme dans toute autre chose dans la vie, où vous allez dans un restaurant, vous allez dans un spa, vous allez partout où vous voulez être pris en charge, vous voulez être traité de façon spéciale. La compétence des gens consiste donc à savoir comment comprendre les gens et les accueillir.

Vous faites affaire avec des gens qui peuvent dépenser 15 $ et des gens qui peuvent dépenser des millions. Voilà où se trouve la différence. Vous avez des joueurs, des acteurs et des actrices  - ils veulent tous être traités très bien, alors vous devez savoir comment le faire.

Étiez-vous intimidé au début quand les gens pariaient de grosses sommes d'argent?

J'avais très peur au début. C'était comme: "Oh, 25 000 $ de jetons!" Mais maintenant, ce n'est qu'un jeton. Ce sont les gens qui font la différence pas les jetons - j'aime quand ils reviennent et qu'ils me cherchent. Les gens vous recherche parce qu'ils ont vécu une expérience incroyable.

Vous avez mentionné combien d'argent vous pouvez gagner en travaillant ici. Qu'est-ce que cet argent a fait pour vous?

J'ai pu envoyer ma fille dans une école privée pour les années du lycée, et c'est énorme.  C'est beaucoup d 'argent. Je suis très chanceuse d'avoir cette opportunité.
Mais c'est également des sacrifices.

Quels types de sacrifices avez-vous dû faire?

Ce que je veux dire, c’est que vous gagnez beaucoup d’argent ici et que cela vous monte à la tête. Vous pouvez aller tout dépenser. Et je pense que les sacrifices que j'ai faits, et de ne pas avoir dépensé cet argent et de cette façon d'avoir permis  à mon enfant d'aller dans une école privée.

En tant que simple enseignante, vous n'avez pas les moyens d'envoyer votre enfant dans une école juive privée aux États-Unis. C'est scandaleux. Donc, ce travail m'a permis de le faire.

Passer de professeur d'une école juive à croupier de blackjack semble être un grand changement?

C'est la même chose. Travailler avec des enfants d'âge préscolaire et des ivrognes après minuit qui se rendent dans les clubs et tout le reste - c'est la même chose. C'est comme ça que j'ai donné du sens à mon travail. Pour moi, l'éducation se retrouve aussi ici.

Mais ce que vous faites, c'est que vous éduquez ici aussi. Un groupe de jeunes de 21 ans ne savent pas comment se comporter quand ils boivent et je leur dis: «Hé les gars, vous avez pensé à l'idée que c'est votre mère qui va vous coucher et baisser votre pantalon ?" Je les recadre à ma façon et en m'appuyant sur mon expérience d'institutrice. Ca donne d'excellents résultats.

Les environnements semblent assez différents en même temps.

Les environnements sont très différents. Surtout ici, vous avez beaucoup de joueurs haut de gamme, des gens qui vont dépenser 3, 4, 500 dollars par nuit dans un hôtel. Comment voudriez-vous être traité? Comme une princesse, non? C'est la ligne de fond.

Je remarque que vous portez une étoile de David. La portez-vous au travail tous les jours?

Tous les jours. Et je reçois beaucoup de commentaires - certains positifs, d'autres négatifs.

Les Juifs qui viennent ici aiment voir que je suis fière de la porter et je n'ai pas peur.

Et puis, quand les Arabes arrivent - et je comprends très bien l’arabe - ils disent: «Elle est juive». Et ils pensent que je vais peut-être les traiter différemment, et c’est totalement le contraire. Je veux qu'ils se sentent les bienvenus parce que je n'ai aucun problème avec eux. Ceci est ouvert à tout le monde tant que vous vous comportez correctement.

Artiste juive: Alicia Jo Rabins célèbre le Kaddish pour Bernie Madoff

Alicia Jo Rabins célèbre le Kaddish pour Bernie Madoff

Avec son groupe  Girls in Trouble , la violoniste, chanteuse et compositrice Alicia Jo Rabins
avait écrit des chansons envoûtantes sur  les femmes bibliques . Dans son nouveau projet, Alicia Jo Rabins aborde une figure d'un genre totalement différent celui de Bernie Madoff, le maître du schéma de Ponzi*.

Un one-show sur un homme qui a ruiné des fortunes, des organisations caritatives en faillite et dont les actions semblent avoir conduit des personnes au suicide.

Cela semble étrange, mais « A Kaddish for Bernie Madoff » de Alicia Jo Rabins est un essai musical étonnamment sensible et émouvant, qui vient de faire ses débuts dans la ville natale de Madoff, à New York.

«A Kaddish», qui a fait l'objet de nombreuses recherches, inclut des chansons du point de vue de l'épouse, de l'avocat et des victimes de Madoff, ainsi que les propres tentatives de Alicia Jo Rabins de se confronter spirituellement et pratiquement à ce qui s'est passé.

Dans «The Quant»*, Alicia Jo Rabins tente de donner un sens au raisonnement de Madoff:

«Je comprends ces choses d’une manière que la plupart des gens ne peuvent pas / Les contrats à terme. Conversions fractionnées / Je suis un quant. Je peux faire le calcul. La plupart des gens ne le peuvent pas. »

La pièce maîtresse est une interprétation émouvante  du Kaddish du défunt , qui ne parle pas seulement des victimes de Madoff. En un sens, cela parle de la disparition de Madoff lui-même et de notre confiance dans le système financier.

Les extraits de l'émission ne sont pas encore en ligne, mais vous pouvez écouter les chansons de Alicia Jo Rabins sur son site.
Et si vous êtes dans la région de New York, vous pouvez assister à la représentation du 15 novembre. Billets ici!

*Le système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.
*The Quant est un  analyste quantitatif, appelé également quant, est un professionnel de la finance. Son travail consiste à élaborer des modèles mathématiques.

 

Fêtes juives: photographies de Souccot célébré durant l'Holocauste en 1941

Souccot dans le ghetto de Lodz en 1941

Au cours de l'Holocauste, les Juifs ont trouvé des moyens novateurs de maintenir leur respect religieux.

Des murmures des prières du shabbat à Auschwitz aux sculptures de menorahs de pommes de terre à Bergen-Belsen, des récits de risque et de résistance ont longtemps été racontés.

Mais ils ont rarement été vus. Cela a changé en 2012, lorsque d'incroyables photographies de quatre hommes et d'un jeune garçon prononçant des prières de Souccot pour le loulav symbolique et l' etrog dans un lieu improbable: à l'intérieur du ghetto de Lodz ont été découvertes.

Souccot dans le ghetto de Lodz en 1941

Souccot dans le ghetto de Lodz en 1941

En 2011, une organisation israélienne d'éducation pour l'Holocauste nommée Shem Olam Institute a lancé une initiative visant à collecter des photographies de Juifs de l'Holocauste.
Le projet avait choisi un angle afin de faciliter la récolte de telles photographies, ils les recherchaient auprès de familles d’anciens soldats nazis, désireux de purger ces souvenirs de leur sombre passé. 
Parmi les milliers de photographies remises, citons celles de Soukkot, 1941.

À partir de février 1940, des Juifs de toute la ville de Lodz et d'une grande partie de la Pologne ont été forcés de s'entasser dans le ghetto.

Les habitants ont adressé une lettre de remerciement au chef du ghetto juif Mordechai Chaim Rumkowski pour lui avoir permis d'utiliser des bouts de bois, si précieux pour le chauffage, pour construire la hutte traditionnelle. 

Les quatre espèces de branches et le citron ont été introduits en contrebande dans le ghetto, probablement aussi loin que la Palestine. Les Juifs attendaient dans de longues files juste pour les secouer - un rappel religieux et sensoriel de la vie en dehors du ghetto, avant la guerre.

 

La soucca durant la Shoa

La soucca durant la Shoah

 

Londres: un rabbin activiste de 77 ans arrêté lors d'une manifestation contre le changement climatique

Un rabbin activiste de 77 ans  arrêté pour avoir manifesté à Londres

Un rabbin britannique âgé de 77 ans a été arrêté et emmené par la police alors qu'il portait son grand talit et portait les quatre espèces de Souccot lors d'une manifestation contre le changement climatique à Londres.

Le rabbin Jeffrey Newman, rabbin émérite de la synagogue réformée Finchley, située dans le nord de Londres, a été arrêté lundi dans le centre de Londres, selon des informations rapportées. L'incident a été filmé sur une vidéo et posté sur YouTube. Le rabbin, qui s'était agenouillé au milieu de la route et avait commencé à prier lors des manifestations de rébellion de l'extinction à Londres, était arrivé à la manifestation avec 30 militants juifs.

"Je considère comme un devoir religieux et moral de défendre ce en quoi je crois et ce qui m'importe le plus pour mes petits-enfants", a déclaré Newman aux médias locaux. «Je n'ai pas essayé d'impliquer la synagogue, car si vous demandez  la permission, vous ne l'obtiendrez peut-être pas. Je pense qu'il est beaucoup plus important à faire ce que je fais, et ils peuvent approuver ou ne pas approuver . "

Il portait une kippa portant le logo Extinction Rebellion.

Newman est un conseiller de la Charte de la Terre du Secrétariat international de la Charte des Nations Unies, un ensemble de 16 principes pour une société mondiale durable. Il est impliqué dans les mouvements environnementaux mondiaux depuis environ 50 ans.

Fondé en Grande-Bretagne l'année dernière, Extinction Rebellion a des antennes dans environ 50 pays et veut atteindre des émissions nettes de carbone zéro d'ici 2025.