Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Les jeunes israéliens d'origine yéménite reviennent à leur culture ancestrale

les jeunes qui reviennent à la culture yéménite

Ceci est mon héritage - et je ne peux pas le renier ": les jeunes yéménites reviennent à leur culture ancestrale.

À la suite des échecs qui ont accompagné la montée, l'alyah des immigrants yéménites en Israël, de nombreux membres de la deuxième génération ont cherché à se démarquer de toutes les caractéristiques des yéménites afin de devenir des "Israéliens".

70 ans après cette  immigration, la tendance est aux retours aux sources.

Lentement, les secrets de l'opération visant à amener les Juifs yéménites en Israël sont révélés.

Sept décennies après leur arrivée, de nombreux immigrants subissent les traumatismes engendrés par les échecs du processus d'immigration et leur absorption en Israël: des centaines de morts, du harcèlement en Israël, du vol de bijoux et de la disparition des rares livres saints qu'ils ont apportés.


Les échecs des organisateurs de la campagne de l'Alyah  ont causé de grandes souffrances aux immigrants et, même dans certains cas, ont entraîné la mort. Les comités créés après la fin de l'opération ont révélé que des immigrés avaient été dépouillés de tous leurs biens.

Après les épreuves qu’ils ont vécues au cours de leur long voyage en Israël, les immigrants ont découvert qu’à partir du moment où ils ont atterri, les problèmes qu'ils avaient dans leur pays d'origine n'étaient pas finis d'autres épreuves d'un autre genre les attendaient, ici en Israël

Chapitre 4 de la série

En Israël des archéologues affirme avoir trouvé le lieu de naissance de Saint-Pierre

Vue générale prise le 6 août 2017 des fouilles archéologiques menées dans le nord d'Israël à la recherche du lieu de naissance de Saint-Pierre

Des archéologues israéliens ont assuré vendredi avoir découvert une église dans la région de la Galilée, assurant qu'elle a été érigée sur le lieu de l'ancienne maison des apôtres Pierre et André.

Cette église byzantine a été retrouvée à El Araj, entre les lieux bibliques Capharnaüm et Kursi, a annoncé Mordechaï Aviam, qui a dirigé les fouilles archéologiques.

Selon M. Aviam, il s'agirait de Bethsaïda, un village de pêcheurs où Pierre et son frère André sont nés, selon l'Evangile de Jean.

Saint-Pierre, ancien pêcheur, est considéré par la religion chrétienne comme l'un des premiers disciples de Jésus. Pour l'Eglise catholique, il est le premier pape.

L'église découverte correspond à la description qu'en fait l'archevêque bavarois Willibald, lors de son voyage à Bethsaïda en 725: il avait alors indiqué qu'une église avait été construite sur le lieu où avaient vécu Pierre et André, selon M. Aviam.

"Entre Capharnaüm et Kursi, il n'y a qu'un seul endroit que ce visiteur du VIIIe siècle décrit comme église", souligne M. Aviam. "Et nous avons découvert" cette église.

"Nous n'avons mis à jour qu'un tiers de l'église, voire un peu moins, mais il s'agit bien d'une église, nous en sommes sûrs", a déclaré M. Aviam. "La structure est celle d'une église, les dates (de construction, ndlr) sont de l'époque byzantine, les mosaïques au sol sont typiques" de la période.

Les fouilles, qui ont commencé il y a deux ans, ont permis de découvrir un village romain, avec de "la poterie, des pièces de monnaie, de la vaisselle en pierre dure caractéristique des foyers juifs au Ier siècle", a dit M. Aviam.

D'autres sites pourraient être identifiés comme le lieu de naissance de Saint-Pierre. A deux kilomètres d'El Araj, le site d'e-Tell fait ainsi l'objet de fouilles depuis 1987, ce qui a permis de découvrir les ruines d'un ancien temple romain.

Pour le professeur américain R. Steven Notley, associé aux fouilles à El Araj, il faut continuer les recherches avant d'établir avec certitude qu'El Araj est bien Bethsaïda.

"Trouver une inscription (...) décrivant en mémoire de qui (l'église) a été construite" serait une bonne façon de s'en assurer, a-t-il déclaré au journal israélien Haaretz.

Anat Dadon: Israël doit comprendre que nos enfants ne naissent pas à trois ans

Jardins d'enfants en israel bat yam

Anat Dadon, responsable de la section locale du syndicat des enseignants, a été choisie pour diriger le département de jardin d'enfants, ajoutant que les récents incidents de sévices obligent l'État à renforcer la supervision et à rétablir le respect des enseignants de jardin d'enfants: "Aujourd'hui, n'importe qui peut se lever le matin et décider d'ouvrir un jardin d'enfants"

 

Anat Danon : les jardins d'enfants sont une proie facile

Anat Dadon : les jardins d'enfants sont une proie facile

 

Anat Dadon, responsable de la section du syndicat des enseignants à Bat Yam, a été choisie pour diriger le département des jardins d'enfants.

Son objectif est ,clairement, de faire la distinction entre les enseignants de jardin d'enfants certifiés et ceux qui ne le sont pas.
L’expression «institutrice de jardin d’enfants», dans les derniers cas, stigmatise tout un public qui n’a rien à voir avec cela, c'est devenue une poubelle en quelque sorte qui peut amener le  pire comme vu ces dernières semaines et de plus impacter ceux qui sont certifiés, faire un amalgame dans la profession.

La première et la plus importante chose à faire est celle de faire une distinction entre un enseignant de maternelle certifié par le Ministère de l’éducation et les gouvernantes et  assistantes maternelles

"Dans la situation actuelle, n'importe qui peut se lever un matin et décider d'ouvrir un jardin d'enfants", a-t-elle déclaré cette semaine. "C'est tout simplement inimaginable."

Selon elle, l'État doit changer d'attitude envers l'éducation et l'encadrement de la petite enfance.

"L’État d’Israël doit comprendre que les enfants ne naissent pas à l’âge de 3 ans, c'est à dire à l'âge où ces jeunes enfants rejoignent les classes maternelles encadrées par le ministère de l’éducation qui supervise les cadres éducatifs.

Le ministère de l’éducation doit également encadrer et superviser à l'aide de tests les enseignants des  jardins d'enfants, des tous petits de 0 à 3 ans. Ici il y a une faille qui a provoqué des tragédies.

Anat Dadon, qui a grandi à Bat Yam, a occupé divers postes d'enseignante dans la petite enfance. Au cours des 12 dernières années, elle a dirigé la division Alon Junior dans la ville.

Elle a été élue, il y a deux ans, présidente de la branche Bat Yam du Histadrut.

Selon elle, les conditions d'emploi des "institutrices des jardins d'enfants" devraient être améliorées au niveau national, notamment en ce qui concerne les salaires, les équipements à la maternelle, etc.

"Les enseignantes de jardin d'enfants sont les premières personnes que notre enfant rencontre dans le système scolaire public. Il s'agit de la profession la plus importante du système éducatif. Un enseignant de jardin d'enfants doit donc être une personne au grand cœur, sachant former et éduquer un enfant, lui apporter un rythme, et pas seulement faire l'arbitre durant les querelles d'enfants.

 

Israël : une initiative unique à Bat Yam 27 filles devenues gardiennes des réseaux sociaux

Les gardiennes des réseaux sociaux à Bat-yam

Une initiative unique de la Société pour le sport et la culture sportive à Bat Yam a formé 27 filles de 10e année au rôle de «gardiennes» des réseaux sociaux. D'autres villes sont également intéressées.

Des post sont souvent publiés sur des filles victimes d’actes répréhensibles et de fraudes sur les réseaux sociaux.

Dans le département "Communauté et prévention" de l'Autorité de lutte contre la violence liée à la drogue et à l'alcool, et dans la "Société de la culture et des loisirs" à Bat Yam, les responsables ont réfléchi au moyen de protéger les jeunes filles sur Internet et ont décidé que seules des filles seraient les meilleures et les plus efficaces gardiennes de leurs "soeurs"

Dans le cadre du programme unique "Soutenir le Net et grandir sur le Net", 27 élèves de 10e année de Bat Yam ont été formés à la "surveillance". Leur rôle est d'explorer les réseaux sociaux, d'être alerte et de fournir une assistance si nécessaire aux victimes.

"Afin de recruter des filles, nous sommes allés dans les  écoles de la ville et les avons informées", a déclaré Daniel Toledano-Schreiber, coordinateur de la communauté et de la prévention à la société Culture, Loisirs et Sports. "Nous avons réalisé et soumis un questionnaire pour les filles et celles qui ont été jugées appropriées ont été acceptées dans le programme et ont commencé à suivre une formation."

Dans le cadre de la formation, les filles ont rencontré une équipe de professionnels du site GIRLS "pour les filles" et ont reçu des outils pour identifier les signes de détresse et comment apporter un soutien émotionnel, en abordant des questions telles que le sexe, l'image de leur corps, leur image de soi, leurs premières relations, etc.

"Le réseau social 4 GIRLS  est censé aider les filles à progresser sainement en renforçant leur estime de soi", explique la directrice du site Web Hava Doron-Superman.

"Les filles écrivent anonymement sur une variété de sujets qui les concernent. D'autres filles interviennent et les conseillent.
Tout cela se fait dans un environnement très protégé, 24 heures sur 24, tout en maintenant un environnement respectueux et sûr pour les filles.

Bien sûr, en cas de besoin, les demandes particulièrement inquiétantes sont envoyées à des professionnels, des organisations à but non lucratif, des psychologues, des diététistes, etc. "

"Pour moi, ce fut une expérience incroyable" déclare Karin Wolovik, 17 ans, du New High School Daracha, qui a participé au programme.
"Je connaissais des filles qui vivaient exactement la même chose que moi et j'ai pu les aider avec les outils que j'ai reçus et avec mon expérience personnelle, car c'est l'une des choses les plus fortes que l'on puisse montrer aux autres c'est ce qu'on a vécu et surmonté."

Anat Livnat, conseillère du maire sur la condition de la femme est une des initiatrice de ce programme unique

Selon les responsables du programme, 16 des 27 filles qui ont participé au projet dans le cadre d'un engagement personnel souhaitaient également continuer l'année prochaine.

"Il s'agit du premier projet de ce type en Israël, et l'objectif est qu'il soit copié également auprès d'autres autorités et dans toutes les villes d'Israël", a déclaré Doron-Soferman.

"Lors de la réunion des filles qui ont participé au projet, elles ont déclaré que, outre le soutien qu'elles avaient apporté aux autres filles, cela leur donnait un sens de compétences et d'appréciation personnelle, cette expérience leur a enseigné beaucoup de choses sur elle-meêm, le contenu des échanges ont été ensuite transmis aux camarades de classe et à la famille, à la maison, afin de sensibiliser un maximum de personnes aux risques des réseaux sociaux."

 

Actes antisémites dans le New-Jersey et à Los Angeles en Californie

synagogue Teaneck à Teaneck, NJ Des fidèles quittant la synagogue ont été frappés avec de l'eau et provoqués par un groupe d'hommes dans une voiture.

La police a identifié 3 hommes qui ont pulvérisé des pistolets à eau sur les fidèles de la synagogue du New Jersey.

La police de Teaneck, dans le New Jersey, a identifié trois des quatre personnes qui auraient aspergé un liquide noir des Juifs près d'une synagogue.

Les trois suspects, qui auraient utilisé des pistolets à eau pour asperger ce liquide, date du 12 juillet devant la synagogue Young Israel après les prières du vendredi soir, sont tous des adultes, a déclaré le maire adjoint Elie Katz dans un rapport publié mercredi par la chaîne de télévision WABC-TV.

La police enquête sur l'incident en tant que crime motivé par la haine.

Katz a écrit sur Facebook que les suspects étaient dans une Honda Accord argentée, prenant des vidéos et tirant des pistolets à eau sur des personnes sortant de la synagogue après la prière du vendredi soir.

Ils ont fait deux tours avec leur voiture et au moins l'un d'entre eux a crié des obscénités antisémites lorsque des passants ont crié pour que le conducteur s'arrête.

Une personne a communiqué le numéro de la plaque d'immatriculation à la police, qui a ensuite recherché les propriétaires et a vérifié qui était dans la voiture ce vendredi vers 21 heures.

Un autre cas , une croix gammée a été gravée sur le châssis d'une voiture appartenant à un Juif à Matthews, en Caroline du Nord.

"J'étais dingue et triste à la fois, je suis vraiment fâché que quelqu'un endommage ma voiture avec ce type de symbole car, en tant que Juif, il symbolise le meurtre de 6 millions de mes frères et sœurs" le propriétaire, a souhaité garder l'anonymat,

La police n'a pas de suspect.

Plus tôt cette semaine, plusieurs graffitis de croix gammée et de négation de la Shoah ont fait leur apparition sur le pont piétonnier du quartier de Santa Monica à Los Angeles.

Israël : un traitement révolutionnaire du cancer du pancréas d'ici 2020, le CPI-613

un traitement révolutionnaire du cancer du pancréas

Le traitement révolutionnaire du cancer du pancréas est le CPI-613 en référence aux 613 mitsvots, selon Sanjeev Luther président-directeur général de Rafael Pharmaceuticals

UNE ÉTUDE DE PHASE III DU TRAITEMENT RÉVOLUTIONNAIRE DU CANCER DU PANCRÉAS S'OUVRE EN ISRAËL.

L’espoir est que les essais réussis permettent à  Rafael Pharmaceuticals d’obtenir l’approbation accélérée de la FDA d’ici à la fin de 2020.

Rafael Pharmaceuticals a lancé jeudi un essai clinique de phase 3 sur le cancer du pancréas sur huit sites en Israël. L’enquêteur principal est la Dre Talia Golan, chef du Centre du cancer du pancréas du Sheba Medical Center. 

"C'est passionnant de voir la croissance de la recherche sur le métabolisme du cancer dans la région, après les progrès réalisés par [CPI-613] aux États-Unis", a déclaré Golan.

CPI-613 est le nom du médicament utilisé dans l'essai.

Les essais cliniques ont débuté dans huit hôpitaux du pays, dont le centre médical Hillel Yaffe, le centre médical Yitzhak Shamir, le centre médical Soroka, le centre médical Sheba, le campus de soins de santé Rambam, l’hôpital Laniado, le centre médical Sourasky de Tel Aviv et le centre médical Shaare Zedek.

Les cellules cancéreuses ont été affamées jusqu'à la mort - un concept vieux de plusieurs décennies qui a été maintes fois écarté - était finalement la solution au traitement de ce cancer. Le concept de ciblage du métabolisme du cancer - appelé thérapie métabolique cellulaire - consiste à traiter les tumeurs en perturbant leur source d'énergie, empêchant ainsi les cellules cancéreuses de se développer et de se propager.

Plus précisément, le CPI-613 est un analogue de lipoate de petite molécule, a expliqué Tim Pardee, médecin en chef de Rafael. Cette molécule imite l’intermédiaire catalytique de deux enzymes clés du cycle de l’acide tricarboxylique (TCA): la pyruvate déshydrogénase et l’alpha-cétoglutarique déshydrogénase. Le CPI-613 active les éléments régulateurs autour de chacun de ces complexes.

Le cycle du TCA est une série de réactions chimiques utilisées par tous les organismes aérobies pour libérer de l’énergie stockée par l’oxydation de l’acétyl-CoA dérivé des glucides, des graisses et des protéines en adénosine triphosphate et en dioxyde de carbone.

"Ce qu'il fait, c'est nourrir la désinformation de ces éléments régulateurs, en leur faisant sentir qu'il y a trop de flux de carbone dans ces deux complexes, ce qui les inhibe", a déclaré Pardee.

«Il inhibe simultanément les deux complexes, empêchant ainsi les cellules tumorales principalement entraînées par le glucose d’utiliser le glucose dans le cycle du TCA.

En clair, plus de glucose plus de tumeur. 

Les cellules tumorales principalement liées à l'utilisation de glutamine ne peuvent pas utiliser de carbones dérivés de la glutamine dans le cycle du TCA. Et surtout, les tumeurs ne peuvent pas basculer d’une source à l’autre en présence du CPI-613 », at-il expliqué.

Il a déclaré que frapper simultanément deux complexes présente de nombreux avantages. La première est que la source de carbone dont dépend principalement la tumeur ne fonctionne plus  et un autre est qu’il est très peu probable que la résistance des deux complexes simultanément se produise. En clair, elle peut continuer à survivre sans apport de carbone en cherchant une autre source d'alimentation mais étant bloquée par le CPI-613 elle n'a plus aucun moyen de survie, elle meurt littéralement de faim

Pardee a déclaré que les principaux facteurs de différenciation du CPI-613 réside dans le fait qu'il est très sélectif en ce qui concerne l'absorption et le niveau cible dans les cellules cancéreuses, ce qui entraîne une moindre toxicité pour les cellules sainesCela permet aux patients de suivre des traitements prolongés et d’utiliser le médicament en association avec d’autres médicaments. 

Le CPI-613 est administré dans le cadre de cet essai clinique avec une association de fluorouracile, de leucovorine, d'irinotécan et d'oxaliplatine, appelée FOLFIRINOX.

 Quelque 250 personnes recevront une chimiothérapie plus une dose complète de CPI-613, tandis que 250 autres personnes recevront uniquement la chimiothérapie.

Il espère que d'ici la fin du mois de septembre 2020, les résultats prouveront l'efficacité du traitement et que la société sera en mesure de demander et d'obtenir l'approbation rapide de la FDA. Sino, le traitement serait sur le marché en octobre 2021. 

Le chiffre 613 dans CPI-613 correspond aux 613 mitsvot (commandements) de la Torah, selon Sanjeev Luther, président-directeur général de Rafael . Luther est en Israël du 16 au 19 juillet. 

«Sauver une vie, c'est sauver un univers», a-t-il déclaré, citant le concept talmudique.

En Israël, les cas de cancer du pancréas ont fortement augmenté au cours des cinq dernières années. Selon le registre national du cancer, 888 patients ont été diagnostiqués avec le cancer en 2013. Le nombre d'incidents a atteint 1 024 en 2018 et devrait en atteindre 1 086 en 2020.

«Le cancer du pancréas étant la quatrième cause de décès par cancer en Israël, nous voulons élargir le processus dans ce pays , Israël », a déclaré Howard Jonas, président de Rafael.

Luther a déclaré que la société avait déjà effectué  un «travail de compassion» en Israël - utilisant CPI-613 pour traiter des patients gravement atteints d'un cancer du pancréas et pour lesquels aucun autre traitement n'avait fonctionné ou n'est disponible.

Selon le Dr Philip A. Philip, professeur de médecine et d'oncologie à la Barbara Ann Karmanos Cancer Institute de la Wayne State University, le cancer du pancréas est également une préoccupation majeure aux États-Unis; on estime que d'ici 2030, la maladie sera la deuxième cause de décès par cancer.

Philip est en Israël pour le lancement de la  phase 3 du traitement.
Il a expliqué que l’une des raisons pour lesquelles le cancer du pancréas est si mortel est qu’il n’existe toujours pas de test de dépistage précoce, ce qui signifie que la majorité des patients découvrent qu’ils l’ont déjà à un stade avancé.

«Chaque jour, plus de 1 200 personnes dans le monde reçoivent un diagnostic de cancer du pancréas. Notre essai est porteur d'espoir car il s'agit du seul essai de phase 3 sur le cancer métastatique du pancréas», a déclaré Luther.

Il a souligné que l'extension de l'essai en Israël était «la première étape pour amener notre engagement à développer des traitements pour les patients présentant des besoins médicaux importants non satisfaits au niveau mondial».

Luther profite de son séjour dans le pays pour rencontrer des prestataires de soins médicaux pour le début des essais.
Jeudi, des représentants des huit hôpitaux, des infirmières en essais cliniques et des pharmaciens se sont réunis pour une demi-journée de formation. 

Rafael mène actuellement deux essais cliniques de phase 3 - pour le cancer du pancréas et pour la leucémie myéloïde aiguë - ainsi qu'un essai de phase 2 sur le lymphome de Burkitt pour le CPI-613.

Chypre : un viol collectif aurait été perpétré par 12 adolescents israéliens

Viol collectif à Chypre par des jeunes israèliens

Horreur dans la chambre 723.
Une jeune  touriste britannique  âgée de 19 ans a raconté à la police chypriote comment
12 jeunes  Israéliens l'avaient violée un par un, l'ont laissé sans vêtements, en les emportant avec eux.

Elle a affirmé que les suspects avaient ignoré ses hurlements et supplications et ont photographié les scènes de viols.
Les enquêteurs ont recueilli des échantillons d'ADN dans la chambre et sur les corps des suspects.

Elle a pleuré, a essayé de s'échapper - mais a été violée sans merci par ses 12 jeunes israéliens.
La plainte a été déposée hier (jeudi) au tribunal chypriote qui dépeint une scène d'horreur de ce qu'a subie cette jeune britannique dans la  chambre 723 de l'hôtel "Pambos Napa Rox" à Ayia Napa .

Selon sa version,  la jeune femme a été invité à venir dans la chambre d'un des suspect dans la nuit du 17 au 16 juillet avec lequel elle a déjà eue des relations sexuelles les jours précédant le viol collectif avec ses onzes amis.

 

La chambre ou aurait été perpétré le viol collectif

La chambre ou aurait été perpétré le viol collectif

 

Après une brève conversation, soudainement il l'a traité avec violence, l'a viole ignorant ses supplications d'arrêter - et invite ses onze amis qui à leur tour l'ont violée un par un.

La touriste a déclaré à la police que certains des suspects avaient filmé le viol collectif avec leur smartphone . Les onze téléphones ont été confisqués par la police qui n'a pas encore remis ses conclusions.

Jusqu'à présent, neuf suspects ont reconnu être dans la chambre au moment du viol et trois autres ont affirmé qu'ils n'y étaient pas.

La touriste âgée de 19 ans a déclaré qu’elle connaissait deux des suspects trois jours avant le viol et qu’elle avait eu des relations sexuelles avec l’un d’eux au moins deux fois durant son séjour .( il est considéré comme le "suspect numéro 1") .

Hier, il l'a invitée dans sa chambre et qu'il a commencé à la traiter violemment, il lui a demandé de cesser de pleurer et a continué de la violer. Il a ensuite invité ses 11 amis dans la chambre, ils se sont mis à la violer à leur tour.

Selon l'enquête , le jeune homme lui avait fait une sodomie alors que ses amis l'ont violée un à un. Selon la plainte, seuls certaines d’entre eux ont utilisé un moyen de contraception.

L'enquêteur chypriote indique également et selon la déclaration de la victime, que le jeune homme qui a invité ses amis a bloqué ses jambes pour qu’elle ne puisse pas résister à ses amis.

Après avoir tenté de se libérer de leur emprise, la jeune femme a réussi à s'échapper nue de la chambre.
Selon la police locale, le jeune homme , le suspect numéro un, qui a initié le viol a commencé à la suivre avec certains de ses amis.

Selon la plainte la fille britannique a retrouvé ses amis et a décrit les horreurs qu'elle venait de subir
Ses amis l'ont emmenée à la clinique de l'hôtel et de là, ils ont appelé la police locale. La touriste a été évacuée à l'hôpital où elle a subi un test de viol,les marques sur ses jambes ont été également constatées

L'enquête montre que le jeune homme a également changé de version dans un premier temps a avoué avoir eu des relations sexuelles avec sa petite amie britannique avec un autre ami, mais a insisté sur le fait qu'il n'y avait personne d'autre à part eux.
Puis au cours de l'interrogatoire, le suspect a de nouveau changé sa version et a avoué aux interrogateurs que d'autres amis  étaient présents dans la chambre.

Les enquêteurs de la police, ont saisi dans la chambre du suspect qui a d'abord nié avoir eu un lien avec cette jeune touriste, 18 préservatifs dont cinq utilisés.
La police a annoncé qu'elle allait comparer les échantillons d’ADN prélevés sur tous les suspects aux objets trouvés dans la chambre d’hôtel.

Sur le corps de deux des suspects se trouvaient des ecchymoses qui, selon la police, seraient à la suite d'une bagarre qui a éclaté avec d'autres touristes à l'hôtel après le viol, notamment avec des touristes britanniques.

Le tribunal chypriote a accepté la demande de la police de prolonger de huit jours la détention des douze Israéliens. La police a indiqué dans sa demande que leur libération ne permettrait pas de terminer l'enquête - et qu'ils craignaient qu'ils s'échappent de Chypre.

Il a également été noté que la police avait l'intention d'enquêter sur 35 autres témoins et des employés d'hôtel.

L'amie de la victime a déclaré aux médias locaux qu'elle avait été hospitalisée et souffrait de d'un choc traumatique sévère. "Je la connais, elle n'aurait pas couché avec 12 hommes, je suis certaine qu'elle a été violée", a déclaré son amie. "Les Israéliens étaient saouls j'espère qu'ils seront sévèrement punis."

La mère du suspect: "Mon fils est incapable de faire du mal à qui que ce soit"

La mère de l'un des détenus, une résidente du nord, a déclaré que son fils l'avait appelée lundi et avait nié toute relation avec les autres suspects. "Mon fils pleure au téléphone, c'est un étudiant remarquable", a-t-elle déclaré. Selon elle, son fils était censé rentrer en Israël hier et a été arrêté le matin: "Je condamne fermement un tel comportement et les responsables doivent être traduits en justice."

L'un des parents des suspects affirme que son fils a été "sorti du lit", alors que certains de ses colocataires sont rentrés en Israël et n'ont même pas été interrogés.
Les suspects de viol ont pleuré devant le tribunal et ont déclaré: "Nous n'avons rien fait, la police nous maltraite." Les parents des suspects affirment que leurs enfants ont été maltraités par les policiers: "Ils ont ôté le pantalon de mon fils et l'ont battu."

Employé de l'hôtel : "J'ai entendu des cris"

Les employés du Pavos Napa Rox sont déjà habitués aux incidents violents.
Mais l'arrestation des 12 Israéliens les a également surpris. "Des voitures de police sont arrivées et ont demandé une liste d'invités qu'ils ont été cherché" a déclaré l'un des employés de l'hôtel à Ynet.
"J'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'un grave incident, car la police locale n'intervient pas souvent dans les incidents touristiques ce qui arrive souvent ici"

La direction de l'hôtel refuse de commenter officiellement les événements et préfère reprendre rapidement à un cours normal et a toutes les raisons de craindre que la réputation de son établissement va souffrir de cette enquête.
L'interrogatoire va nécessiter non seulement les témoignages des employés de l'hôtel mais également ceux clients qui étaient présents à l'hôtel ce soir là.

'J'étais de l'autre côté de l'hôtel et j'ai entendu des cris", a déclaré Ulster, l'un des employés de l'hôtel. "Je pensais que c'étaient encore des adolescents ivres.
Mais personne n'a entendu que la touriste était en train de se faire violer, et je suis sûr que si quelqu'un l'avait entendu, il l'aurait stoppé, nous sommes dans un hôtel, il aurait été facile d'arrêter ce drame en prévenant la réception"

Le personnel a déclaré que l'hôtel était plein durant cette période de l'année et que la plupart des clients venaient d'Israël et de la Grande-Bretagne.

 

Piscine de l'hôtel

Piscine de l'hôtel



La fête autour de la piscine se poursuit jusqu'aux petites heures du matin et c'est seulement au lever du soleil que l'endroit retrouve son calme
Le sol est jonché de bouteilles d'alcool, de vêtements et de contraceptifs. Rien ne pouvait prévoir autre chose que des jeunes faisant la fête.

 

 

 

Le top model israélien Bar Rafaeli fait appel à la Cour Suprême

Sa relation avec Di Caprio n'est pas considérée comme sufffisante pour être exonérée de ses impots

Bar Rafaeli a fait appel à la Cour suprême.

Le Top modèle a fait appel de la décision du tribunal du district selon laquelle sa relation avec l'acteur Di Caprio n'est pas définie comme une "unité familiale", par conséquent, sa relation de résidence avec Israël n'a pas été rompue puisque sa famille est en Israël.
De ce fait elle est redevable au fisc israèlien de 8 millions de shekels

Model Bar Refaeli a fait appel ce jeudi (jeudi) à la Cour

Le top model Bar Refaeli a fait appel ce jeudi à la Cour suprême, de la  décision du tribunal de district de l’obliger à payer 8 millions d’impôts sur un revenu de 16 millions de NIS. Le tribunal de district a ordonné à Rafaeli de payer un impôt sur les années au cours desquelles, conformément à la décision du tribunal et contrairement à ce qu’elle prétend, le centre de sa vie était bien  en Israël.

Dans son appel devant la Cour suprême, Rafaeli a affirmé que le tribunal de district avait rejeté sa relation avec l'acteur Leonardo DiCaprio, en déclarant que leur relation n'était pas définie comme une "unité familiale" et que, par conséquent, son lieu de vie  était Israël

"L'approche de la cour est révélatrice d'un" conservatisme excessif "moins pertinent et moins courant que notre droit, dans lequel la définition d'une" unité familiale "est une définition flexible qui permet une large gamme de relations", a déclaré Rafaeli dans un communiqué.

Les avocats du top modèle ont ajouté : "Nous ne pouvons pas comparer et imposer notre monde et notre mode de vie - le monde et le mode de vie des gens ordinaires - au monde et au mode de vie de l'appelante et de son  partenaire . Nous devons prendre en compte son centre de vie en fonction du monde dans lequel elle se trouve et la façon dont elle a vécu ces années-là. "

Tags:
Cour suprême
,

Israël : le plafond s'est effondré - la propriétaire augmente son loyer

le-scandale-des-proprietaires-en-israel

 

Chypre : 12 jeunes Israéliens soupçonnaient de viol sur une touriste britannique

12 israéliens suspectés de viol sur une touriste britannique

AFFAIRE DE VIOL À CHYPRE: 3 SUR 12 ISRAÉLIENS INCULPÉS RECONNAISSENT AVOIR EU DES RAPPORTS SEXUELS NON CONSENTIS AVEC UNE JEUNE FEMME.

La police chypriote enquête sur une plainte déposée par une jeune femme qui affirmait avoir été violée par des Israéliens dans la ville côtière d'Ayia Napa.

Sur les douze adolescents israéliens soupçonnés d'avoir violé une touriste britannique âgé de 19 ans mardi soir dans un hôtel d'Ayia Napa, trois affirment avoir eu des relations sexuelles avec elle et neuf autres prétendent n'avoir rien à voir avec l'incident.
 

L’enquête est confiée à la police de Famagouste, qui a pu trouver des preuves médico-légales reliant les jeunes au lieu du crime allégué, a rapporté Channel 12. Tous les Israéliens ont été arrêtés à l'hôtel mercredi matin.  

Les 12 auteurs présumés ont comparu devant le tribunal jeudi et ont été placés en détention provisoire pour huit jours supplémentaires. La KAN Radio a rapporté que certains des suspects avaient dit à leurs parents qu'ils étaient maltraités par les autorités chypriotes.

Une des mères des jeunes Israéliens a déclaré à Channel 12 que son fils ne parlait pas bien l'anglais et ne comprenait pas le processus juridique auquel il est soumis. Selon elle, il l'a appelée  "en larmes" et répétait "Je n'ai rien fait."

Le conseil du ministère des Affaires étrangères, Yossef Wurmbrand, à Nicosie, est en contact avec les Israéliens détenus et leurs familles.

Ces jeunes Israéliens ont devançait l'appel de leur service militaire et nient les allégations. Selon eux, la touriste britannique s'est liée d'amitié avec deux des membres du groupe, l'un des deux aidant l'autre avec la communication anglais-hébreu. 
De nombreux clients israéliens se sont rendus à l'hôtel durant cette période de l'année et sont rentrés en contact avec la chaîne israélienne  Channel 12 pour informer qu'un groupe important de Britanniques avait commencé à frapper des Israéliens qu'ils pensaient être proches des présumés accusés.

Le tribunal de Chypre a prolongé de huit jours l'arrestation des Israéliens, à la demande de la police.

Ces jeunes Israéliens ont affirmé qu'ils avaient bien été frappés par la police et par des jeunes britanniques, dont l'un aurait encouragé la victime à déposer   plainte à la police.

Actuellement, trois des douze Israéliens arrêtés ont admis avoir eu des relations sexuelles consenties avec la fille,  les 9 autres nient avoir été en contact avec elle.