Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

De retour d'Ukraine des pèlerins juifs sont en colère contre Israël

ouman juifs pélerins refusés

"J’ai le coeur en mille morceaux". Israël Maizlik est resté coincé à la frontière avec l’Ukraine où il voulait aller en pèlerinage comme des centaines d’autres juifs hassidiques. De retour en Israël, il s’émeut d’avoir été oublié par son pays dans des conditions "inhumaines".

 

Papillotes encadrant son visage et masque sanitaire recouvrant une partie de sa barbe blanche, M. Maizlik a la voix brisée par l’émotion lorsqu’il raconte les épreuves traversées la semaine semaine, bloqué entre le Bélarus et l’Ukraine.

"Cinq jours sans manger ni boire, sans toilettes… Quel manque d’humanité", souffle-t-il quelques minutes après son arrivée lundi à Tel-Aviv dans un avion en provenance de Minsk, capitale du Bélarus.

Chaque année pour Rosh Hashana, le Nouvel An juif, des dizaines de milliers de pèlerins se rendent à Ouman, dans le centre de l’Ukraine, pour se recueillir sur la tombe de Rabbi Nahman de Breslev (1772–1810), fondateur d’une branche du hassidisme, un courant orthodoxe du judaïsme.

Mais en raison d’une recrudescence des cas de nouveau coronavirus sur son territoire, l’Ukraine a fermé ses frontières aux étrangers et n’a eu cesse de répéter que les pèlerins ne pourraient pas entrer dans le pays à l’occasion du Nouvel An juif célébré le weekend dernier.

Ces pèlerins, dont la plupart venaient d’Israël mais aussi de France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis, pensaient pouvoir contourner les restrictions en passant pas le Bélarus voisin, mais se sont retrouvés coincés à la frontière.

"Nous supplions le gouvernement israélien de nous venir en aide", avait déclaré la semaine dernière à l’AFP Haïm Weitshandler, évoquant une "catastrophe humanitaire" avec "des malades et des gens affamés, sous la pluie et dans le froid".

De retour à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, il raconte avoir "passé deux semaines dans des conditions de crise humanitaire graves".

"Et nous n’avons rien reçu de la part d’Israël", fustige-t-il, assurant que "le Bélarus, lui, nous est venu en aide".

– "Expérience spirituelle" –

La Croix-Rouge puis les autorités bélarusses ont fourni des tentes, des vivres et des médicaments aux centaines d’hommes vêtus de noir, kippa de velours sur la tête, et aux femmes et enfants bloqués.

Le gouvernement israélien avait assuré en août qu’il trouverait un "arrangement" avec Kiev pour laisser un certain nombre de fidèles aller au pèlerinage, avant d’appeler ses ressortissants à y renoncer en raison de la pandémie.

"Netanyahu a menti et a fait pression pour que l’Ukraine nous interdise d’entrer", affirme M. Weitshandler, casquette sur la tête, accompagné de son fils de 13 ans qui comme lui a de longues papillotes, un signe distinctif de la plupart des fidèles du courant Breslev.

Israël Maizlik, la cinquantaine, montre le trou supplémentaire qu’il a fait à sa ceinture, du fait des restrictions alimentaires.

"Nous sommes allés prier pour tout le peuple (d’Israël) mais l’Etat d’Israël n’a rien fait pour nous", lance-t-il, n’hésitant pas à parler de "haine" de la part de son pays qui lui a "brisé le coeur".

"(Le Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu a oublié que nous faisions partie du peuple (israélien)", dit-il.

Dor David, lui, n’est pas en colère. "Contre qui? Si Dieu et Rabbenou (notre maître, Rabbi Nahman) n’ont pas voulu que j’arrive à Ouman, pourquoi devrais-je me mettre en colère?", s’interroge-t-il.

A ses yeux, il n’y a pas de quoi en vouloir à "Bibi", le Premier ministre israélien, qui n’est qu’une "marionnette entre les mains de Dieu".

"Les énergies positives sur place nous ont fait oublier la faim et le froid, c’était une expérience spirituelle, sûrement la plus forte de toute ma vie", conclut-il avec le sourire, promettant que dès l’ouverture de la frontière avec l’Ukraine, il se rendra sur la tombe de son maître.

Source : AFP

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Fêtes juives : la mort de RBG a bouleversé les services de Rosh Hashanah aux Etats-Unis-vidéo-

Le rabbin Matt Soffer souffle le shofar en souvenir de Ruth Bader Ginsburg, 19 septembre 2020. (crédit photo: FACEBOOK SCREENSHOT / JTA)

Comment la mort de Ruth Bader Ginsburg a boulevesé les services de Rosh Hashanah

Sur Twitter, le rabbin Michael Latz a rapporté qu'un collègue avait «précipité à la  bimah» avec une note griffonnée sur un morceau de papier arraché d'un cahier à spirale: «RBG est morte».

Le rabbin Matt Soffer quittait sa synagogue vendredi soir après avoir dirigé seul les services de Rosh Hashanah pour une congrégation qui suivait en ligne lorsque le texte est venu de sa femme: Ruth Bader Ginsburg est décédée.

«La nouvelle m'a mis à genoux et j'ai pleuré » , a déclaré le rabbin Matt Soffer.

Puis, les messages ont commencé à arriver ,de sa famille, de ses amis, de ses fidèles de la Judea Reform Congregation à Durham, en Caroline du Nord - tous pleurant le juge de la Cour suprême juive qui avait représenté l'esprit féministe libéral américain pour tant de gens.

Au moment où  le rabbin Soffer a commencé les services le samedi matin, il avait décidé de parler de la mort de Ruth Ginsburg avec sa communauté. Il l'a fait non pas en lisant les mots qu'il avait préparés ou les prières qu'il dirigerait, mais en peaufinant une tradition fondamentale des Grandes Fêtes: des chants de shofar.

Tout comme la Cour suprême compte neuf membres, l'un des chants de shofar, teruah, a neuf notes courtes. ces sons du Shoffar sont  «pour honorer le silence de notre chagrin communautaire».

L'hommage du rabbin Soffer figurait parmi les innombrables salutations faites par les rabbins et les membres de la communauté juive ce week-end alors que la nouvelle de la mort de Ruth Ginsburg a éclaté au sein des communautés juives comme une vague dans les premiers moments du Nouvel An juif, ou les derniers moments de celui qui venait de se terminer.

«J'ai pleuré et partagé la nouvelle», a écrit Latz. «Et puis nous a tous appelés à bénir la mémoire de RBG en étant une force pour la justice, l'égalité et la dignité humaine.»

Plus à l'ouest, la nouvelle est arrivée dans les derniers instants de 5780.

«Je n'ai jamais été aussi reconnaissante d'être à l'heure du Pacifique», a tweeté le rabbin Sara Zober, qui dirige une congrégation à Reno, au Nevada. «J'ai eu le temps de pleurer avant d'honorer mon service.»

Les rabbins et les synagogues avaient bouleversé toutes les traditions pour réorganiser leurs services face à la pandémie, soit en les mettant en ligne dans des communautés non orthodoxes, soit en organisant des services à petite échelle et pour les communautés orthodoxes socialement éloignées. Les changements à la volée ne seraient pas faciles.

De nombreux membres ont déterminé que le statut de Ruth Ginsburg méritait un nouveau bouleversement.

 À New York, la chanteuse Angela Buchdal de la synagogue centrale a offert un hommage, puis a chanté le psaume 150 sur l'air de «Hallelujah» de Leonard Cohen sur un montage photo de la vie de Ginsburg.

Dans le New Jersey, le rabbin Marc Katz du Temple Ner Tamid à Bloomfield a remplacé la haftarah préenregistrée par une récitation de certains des mots de Ruth Ginsburg sur les notes d'une lecture de la Torah. À Washington, DC, au Michigan et ailleurs, Ruth Ginsburg a été le sujet de conversation de la bimah.

Mais d'autres ont choisi de ne pas modifier leurs plans.

Maharat Ruth Balinsky Friedman, qui travaille à la synagogue nationale Ohev Sholom-The à Washington, DC, a appris la mort de Ruth Ginsburg d'un fidèle samedi matin. (La synagogue orthodoxe a organisé des services en personne et les membres n'utilisent généralement pas la technologie pendant les fêtes, ce qui signifie qu'ils n'auraient pas lus les nouvelles en ligne.)

Maharat Ruth a déclaré qu'elle et l'autre rabbin de la synagogue avaient décidé de ne pas modifier le service, qui avait déjà été raccourci en excluant les sermons à cause de la pandémie.

«Je pense que ce serait trop difficile à gérer la synagogue , de plus  je savais que certaines personnes venaient pour la première fois», a-t-elle déclaré.

Soffer a déclaré qu'il savait que ses fidèles avaient tous entendu la nouvelle et qu'il voudrait la traiter en tant que membre entière de la communauté

«Je ne peux pas parler pour d'autres congrégations, mais la mienne est celle qui considère le juge Ruth Ginsburg comme une tsadik sans précédent de notre temps», a déclaré Soffer, utilisant le terme pour personne juste. «Nos fidèles ont été réconfortés par notre reconnaissance rituelle de son décès, et maintenant nous savons ce que nous devons faire en 5781 - faire de sa mémoire une bénédiction grâce à nos actions justes."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

>

Histoire juive : Le collectionneur de Efrat Soulam - Ier chapitre -

Le collectionneur de Efrat Soulam , illustration David Soulam

Le collectionneur

Les archives de Florence n’ont jamais fait mention du héros de cette histoire. Seule Inbar a eu le privilège de le connaître.

Efrat Soulam

Chapitre 1

 Quelque part en Espagne vivait Isaac de Manzana. Ses ancêtres, à la recherche d'une terre d'accueil, s'étaient installés dans la région de Salamanque. Là, ils cultivaient des champs de pommiers et s'adonnaient à la teinture de soie.

'Haïm, l'arrière-grand-père d'Isaac, avait un jour décidé d'abandonner champs, pommes et pommiers pour s'installer aux abords d'une ville commerçante. Loin de la nature, il avait ouvert un négoce de tissu et continuait la teinture.

Isaac et son père, Emmanuel, vivaient de cette affaire florissante. Les deux se partageaient les tâches. Isaac voyageait à la recherche de tissus précieux. Emmanuel continuait d'utiliser les recettes familiales de teinture. Il améliorait les jaunes dorés et les orangés en additionnant des graines d'Avignon à de l'alun, ou encore de la garance, ce qui ajoutait une valeur inestimable aux soieries. De plus il s'occupait de la vente en Espagne et à l'étranger.

On pouvait voir Isaac à la halle aux draps de Gand ou à Cambrai, à la recherche des dernières laines ou toiles de lin. Les routes d’Europe n'avaient pas de secret pour lui et celles qui menaient en Turquie, en Perse et aux Indes non plus. De ces lointains pays, il ramenait de chatoyants taffetas au pli cassant, des satins doux et luisants, des crêpes mats aux fils de soie si tordus qu’ils donnent de la lourdeur aux plis. Il réservait ses plus belles pièces aux cours royales où, recherchées et convoitées par toutes les grandes dames, elles étaient vendues avant même son arrivée.

Un jour de l’année 1494, alors qu’il se trouvait à Toulouse, une des villes du triangle d'or du pastel, Isaac reçut une étrange dépêche. Il reconnut l’écriture. C’était celle de son père. Emmanuel lui demandait de continuer la route vers Venise et vers Smyrne où une importante commande de marchandise l’attendait. A la fin de la lettre il précisait qu’il en allait du renom de la maison. Soucieux, Isaac, regarda le ciel gris et associa l’orage qui se préparait au contenu du message.

Jamais son père ne lui avait demandé de retarder son retour. Surtout après six mois d’absence. Sa famille lui manquait. Il savait sa femme enceinte. De voyage en voyage, il voyait combien ses enfants grandissaient. A chaque retour, Isaac remarquait leur timidité à son égard. Cela le peinait. Il accomplissait un périple qui le privait des siens et sentait parfois la vie défiler sans lui. Des pensées de toutes sortes l’assaillirent. Las, il monta dans sa chambre remettant au lendemain l’itinéraire de sa prochaine expédition et la rédaction de son courrier.

 

Efrat Soulam Illustré par David Soulam

Prochain chapitre demain à la même heure 

Le strontium, une machine à remonter le temps pour lier le peuple ancien d'Israël à sa terre

Photo aérienne de Tell es-Safi / Gath. (crédit photo: PROF. AREN M. MAEIR / THE TELL ES-SAFI / PROJET ARCHÉOLOGIQUE GATH / UNIVERSITÉ BAR-ILAN)

Une  machine à remonter le temps chimique pour lier le peuple ancien d'Israël à la terre moderne

"Israël possède de nombreux sites archéologiques qui sont vraiment importants pour comprendre l'évolution humaine."
Les roches et le sol collectés dans tout Israël aideront les chercheurs à faire la lumière sur les mystères de son passé lointain, grâce à un élément chimique spécifique qui agira comme l'équivalent d'une machine à remonter le temps, reliant ses anciens habitants à la terre moderne.

L'Université Flinders d'Adélaïde, en Australie, a annoncé la semaine dernière qu'un groupe de scientifiques internationaux de la Terre avait terminé la cartographie d'échantillons provenant de tout le pays.

«Israël possède de nombreux sites archéologiques qui sont vraiment importants pour comprendre l'évolution humaine», ont déclaré Rachel Rudd, associée de recherche de l'Université Flinders, et co-auteur d'un article récemment publié dans la revue Earth System Science Data au Jerusalem Post par courrier électronique.

«Les résultats de cette étude permettront aux archéologues de mieux comprendre ces sites en ajoutant une autre méthode d'analyse.»

L'élément crucial que les scientifiques ont considéré est le strontium, qui se trouve dans de nombreux matériaux naturels sous diverses formes appelées isotopes et sont assimilés dans le corps par l'eau et la nourriture.

L'objectif est donc de pouvoir comparer les isotopes du strontium trouvés dans les vestiges anciens avec ceux des roches et du sol.

«La cartographie isotopique du strontium a des utilisations dans de nombreux domaines comme traceur géochimique - y compris l'archéologie, la médecine légale, l'écologie et les sciences alimentaires», a souligné Rudd.

«En archéologie, nous pouvons nous pencher sur des questions de recherche impliquant le mouvement du paysage. L'analyse des restes d'animaux peut nous donner un aperçu du comportement de chasse des groupes d'hominidés occupant ces sites - chassaient-ils localement ou plus loin?

Par conséquent, en utilisant l'ensemble de données de ce projet, les chercheurs seront en mesure de déterminer si des spécimens provenant de sites archéologiques étaient locaux ou non.

«Déterminer l'origine exacte des humains et des animaux sera toujours plus difficile, mais ces données nous permettront d'en apprendre beaucoup plus sur ces spécimens», a ajouté Rudd.

Les résultats de la recherche ont déjà été utilisés pour analyser les restes qui ont été découverts à Tell es-Safi / Gath, une colonie dans les contreforts de Judée surplombant la plaine côtière sud d'Israël, qui est en évidence dans la Bible, y compris comme la ville d'origine de l'ennemi géant de David, Goliath.

«Nous espérons également appliquer ces méthodes à d'autres sites archéologiques en Israël à l'avenir, pour comprendre la mobilité humaine et animale dans le paysage», a conclu Rudd.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Une alliance cinématographique émiratie et israélienne voit le jour à Jérusalem

Une alliance cinématographique émiratie et israélienne voit le jour à Jérusalem

La Commission du film d'Abou Dhabi (ADFC), l'Israel Film Fund (IFF) et la Jerusalem Sam Spiegel Film & Television School (JSFS) ont conclu un accord global axé sur la collaboration de bonne volonté et la coopération bilatérale dans les domaines du cinéma et de la télévision.

Dans le cadre du nouvel accord, les commissions cinématographiques collaboreront dans le but de promouvoir la tolérance, l'éducation et de développer une compréhension culturelle plus profonde entre les peuples émirati et israélien.

L'accord fait suite à la cérémonie de signature officielle à la Maison Blanche de l'accord négocié par les États-Unis, dans lequel Israël a établi des liens formels avec deux États arabes, les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Les partenaires se sont mis d'accord sur un programme composé de quatre initiatives clés, centrées sur des ateliers bilatéraux, la formation, l'éducation, un laboratoire international du film et un festival du film régional. Il y a des festivals internationaux de films en Israël et à une certaine époque il y avait un festival international à Dubaï, mais jusqu'à présent il n'y a pas eu de festivals de films régionaux.

Le festival du film régional proposé tournera chaque année entre Abu Dhabi et Israël et présentera des productions et coproductions émiraties et israéliennes.

Des programmes de formation seront élaborés pour permettre aux cinéastes des deux pays de participer à des ateliers intensifs de co-développement de scénarios sur une période de plusieurs mois, dans le but de développer et de produire des coproductions cinématographiques et télévisuelles Abu Dhabi-Israël.

En partenariat avec le JSFS mondialement reconnu, les étudiants émiratis seront sélectionnés pour étudier dans l'une des trois pistes éducatives de son célèbre campus de Jérusalem.

Mohamed al Mubarak, président de twofour54 et Image Nation Abu Dhabi, a déclaré:

«Cet accord renforce les liens culturels entre nos industries créatives et soutient le développement du secteur cinématographique et télévisuel d'Abu Dhabi à travers la création de nouvelles opportunités de collaboration qui mèneront à la développement d'un contenu plus de qualité soutenu par les valeurs d'acceptation et de respect des EAU. »

Hans Fraikin, le commissaire au cinéma d'Abou Dhabi, a ajouté: «Nous sommes ravis de cet accord de coopération historique avec le Fonds israélien pour le cinéma et la Sam Spiegel Film School. Ce nouveau partenariat entre les Émirats arabes unis et Israël sera extrêmement bénéfique pour notre communauté cinématographique et télévisuelle émiratie en plein essor en permettant à nos talentueux créateurs de contenu d'élargir leurs paysages et de développer des compétences à partir de diverses expertises.

Lisa Shiloach-Uzrad, directrice exécutive de l'IFF, a déclaré: «L'art du cinéma est un langage universel qui peut servir de pont entre les cultures et les peuples. Je pense qu’il s’agit d’une formidable opportunité de collaboration grâce à laquelle nous pouvons apprendre, créer et nous rapprocher de nos voisins du Moyen-Orient. Je suis sûr que nous trouverons de nombreuses façons de travailler ensemble à un niveau créatif et professionnel au grand bénéfice des deux parties.

Dana Blankstein Cohen, directrice exécutive de JSFS, a déclaré: «Nous sommes enthousiasmés par cette coopération historique entre nos pays et croyons au pouvoir de l'éducation cinématographique et télévisuelle pour promouvoir les échanges créatifs entre nos futures générations d'innovateurs culturels.

En plus des programmes de formation et de développement, les cinéastes émiratis seront représentés au Sam Spiegel International Film Lab pour la toute première fois, avec un réalisateur émirien invité à participer en tant que jury à la prochaine édition 2021 de la compétition annuelle de haut niveau Film Lab. , qui a produit des films primés aux Oscars tels que Son of Saul, ainsi que des dizaines de films qui ont été projetés et qui ont remporté des prix dans de prestigieux festivals de cinéma à travers le monde.

Les futurs objectifs du partenariat seront annoncés prochainement et comprendront un accord bilatéral de coproduction cinématographique pour faciliter et encourager les coproductions entre les industries cinématographiques d'Abou Dhabi et d'Israël.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

L'antisémitisme aux Etats-Unis poussent les Juifs à ouvrir des comptes bancaires en Israël

finance en israel et usa

Les comptes bancaires de sauvegarde en Israël sont en hausse.

Avec la montée de l'antisémitisme aux Etats-Unis, les Juifs américains cherchent à faire fructifier leurs finances en Israël.

Dans une enquête publiée plus tôt cette année avant l'épidémie de COVID-19 par la US Anti-Defamation League (ADL), environ les deux tiers des Juifs américains disent se sentir moins en sécurité aux Etats-Unis au cours de la dernière décennie.

L'enquête ADL a également révélé que plus de la moitié des Juifs américains (54%) ont vécu ou été témoins d'un incident qu'ils croient motivé par l'antisémitisme.

«Notre suivi a montré que les attaques antisémites létales et non létales ont augmenté ces dernières années, et maintenant nous avons également constaté que les Juifs américains sont profondément préoccupés par leur sécurité personnelle et la sécurité de leurs familles et communautés  », a déclaré Jonathan A. Greenblatt, PDG d'ADL et directeur national.

"Ce triste état de choses, cette anxiété généralisée face aux attaques antisémites, pousse certains juifs américains à modifier leurs habitudes et d'éviter les célébrations publiques du judaïsme pour minimiser le risque d'être ciblés", a-t-il ajouté.

Dans le passé, certains Juifs américains détenaient des comptes bancaires en Israël.
Leur objectif était généralement de soutenir les membres de la famille qui avaient immigré, de gérer les flux de trésorerie et les dépenses liées aux biens immobiliers détenus en Israël et, dans certains cas, de garder de l'argent de côté en cas où.

Cependant, très peu de ces Juifs envisageaient réellement un scénario où ils auraient besoin de fuir les États-Unis et de chercher la sécurité en Israël à l'avenir. Pour une bonne raison, ils se sentaient très en sécurité et à l'aise en tant que Juifs vivant en Amérique.

Comme nous pouvons le voir clairement dans la récente enquête ADL et d'autres similaires, ce sentiment de sécurité de longue date est de plus en plus attaqué. De plus, le COVID-19 a eu un impact significatif sur la vie urbaine en général, et la vie de la communauté juive en particulier, amenant les gens à remettre en question la manière dont ils vivent leur vie. La majorité des Juifs vivent dans les villes.

En tant que gestionnaire de fortune avec des bureaux à New York et à Tel Aviv , nous avons reçu un nombre croissant d'appels ces derniers mois de Juifs américains qui envisagent d'ouvrir un compte en Israël.

Compte tenu de l'instabilité sociale accrue, de l'antisémitisme croissant et de la situation pandémique aux États-Unis, les personnes ou familles riches intègrent désormais un compte de sauvegarde israélien dans le cadre de leur stratégie de gestion des risques de richesse.

Pour une famille avec une richesse importante, il pourrait être judicieux de mettre de côté quelques millions de dollars (dans certains cas, plus) pour faire face au risque, dans le cas encore apparemment improbable où ils auraient besoin, ou voudraient, quitter les États-Unis à court terme. «Mieux vaut prévenir que guérir

Ces dernières années, alors que les régimes de déclaration fiscale internationale, de lutte contre le blanchiment d'argent et de conseil en investissement se sont considérablement durcis, il est devenu difficile pour les résidents étrangers de maintenir des comptes bancaires en Israël - et beaucoup moins de comptes ont été ouverts.

Les banques israéliennes sont devenues préoccupées par le fait que l'argent placé dans les comptes n'était pas signalé aux autorités fiscales américaines et elles ont commencé à appliquer la loi américaine sur le conseil en investissement: les comptes d'investissement des résidents américains ne peuvent être gérés que par des conseillers en investissement enregistrés et supervisés par les US Securities. et Commission d'échange.

Tout cela est pour le mieux car cela crée une base plus solide pour ce qui semble maintenant être une nouvelle vague potentielle d'intérêt pour les comptes de sauvegarde en Israël.

L'auteur est directeur des investissements de Clarity Capital.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Nouvelles restrictions de confinement prévues en Israël après Yom Kippour

Nouvelles restrictions de confinement prévues en Israël après Kippour

Le ministère de la Santé demandera lors d'une audition qui se tiendra aujourd'hui (mardi) au sein du cabinet Corona de resserrer la politique de fermeture, peut-être même également  un couvre-feu complet.

Entre autres, nous examinerons la réduction du temps travail dans le secteur privé à 30% et même plus, également dans le  secteur public, une réduction supplémentaire des rassemblements , retour à la cellule familiale pour toutes les célébrations.
Si les mesures sont approuvées, elles ne prendront effet qu'après Yom Kippour.

Cependant, la tendance est d'attendre et de voir si la fermeture actuelle a un effet sur la réduction des données sur la morbidité. D'après les informations recueillies jusqu'à présent, il n'est pas du tout clair qu'une amélioration soit constatée. Il y a également une demande pour renforcer les restrictions dans les localités où la morbidité est élevée.

De plus, en raison de la congestion dans les hôpitaux, Hadassah et Sheba se préparent à établir de nouveaux services corona.
Les administrateurs de l'hôpital ont déclaré que la charge importante était également évidente dans le nombre de lits. Les hôpitaux sont entièrement occupés et il y a déjà une pénurie de lits comme en hiver lors de la saison grippale. 

Israël déclare la Croatie pays rouge alors que la Serbie est verte

Ramon Ganz, directeur d' Adriatic Discoveries , qui vit en Croatie depuis 12 ans, ne comprend pas non plus très bien pourquoi les autorités israéliennes se sont précipitées pour mettre la Croatie dans la catégorie des pays rouges: "Selon environ un mois, le nombre de patients était d'environ 200 patients par jour. Le public en Croatie est très discipliné et il n'y a pas d'obligation de porter des masques dans les espaces publics, mais il est obligatoire de porter un masque à l'intérieur des bâtiments publics, des transports publics et des espaces clos." En outre, Ramon souligne qu'il y a une limite de 20 personnes maximum lors de réunions privées et jusqu'à 50 personnes lors de mariages et funérailles. Les restaurants et les cafés fonctionnent comme d'habitude et la vie reprend son cours. Les événements sportifs se déroulent sans public et, en général, les restrictions sont beaucoup moins nombreuses que celles que nous avons. «Les décisions du gouvernement croate sont très terre-à-terre et ne sont pas affectées par les secteurs ou la politique», dit-il. "J'ai le sentiment que cette décision rejoint un certain nombre d'autres décisions qui ont été prises ici récemment et qu'elles n'ont aucun sens et sont dommage." «Malgré tout, je recommande vivement de venir ici», déclare Sigalit. "Je recommande toujours la Croatie et maintenant surtout. Lorsque la morbidité augmente dans le pays, la Croatie est beaucoup plus sûre."

Sigalit Bar et sa famille ont découvert que la Croatie était devenue un pays rouge le jour de leur vol et qu'ils devraient s'isoler à leur retour au pays. Malgré cela, ils ont décidé de poursuivre leurs vacances comme prévu et n'ont pas compris ce qui se cachait derrière le changement de statut. «Les gens ici vivent complètement calmes et le nombre d'infections chaque jour est faible», dit-elle

Aujourd'hui (22,9), la Croatie est en train de changer de couleur en Israël d'un pays «vert» à un pays «rouge», en raison d'une augmentation du nombre de patients ces derniers temps.

Le changement signifie qu'à partir d'aujourd'hui, toute personne revenant de vacances en Croatie devra entrer 14 jours d'isolement dans le pays. L'annonce que la Croatie deviendrait un État rouge a été reçue il y a une semaine (15,9) et pendant sept jours, tous les voyageurs ont eu la possibilité de retourner dans le pays, ou d'annuler le voyage prévu, sans s'isoler.

Malgré cela, Segalit Bar, guide et conseillère en voyages, a décidé avec sa famille de s'envoler pour la Croatie et d'y rester jusqu'à la fin des vacances.

«Nous avons réservé les vacances à la fin du mois d'août, alors que la Croatie était encore un pays vert et  nous avons décollé le jour où elle a été déclarée pays rouge», explique Sigalit.

"Bien que nous avions une semaine pour y aller et revenir sans avoir besoin d'isolement, nous avons décidé de ne pas écourter nos  vacances et en attendant nous prévoyons de revenir le 8 octobre."

Sigalit décrit qu'ils n'ont eu aucune hésitation et que tout le monde est monté dans l'avion sans réfléchir à deux fois: "C'est certainement nul, mais nous voulions partir en vacances et nous continuerons de profiter des conditions dans le pays.
Je travaille de chez moi de toute façon, donc l'isolement en retour ne sera pas un grand changement pour nous." En outre, elle note qu'après la décision, aucun fonctionnaire ne les a mis à jour sur les nouvelles directives et qu'ils ont appris la situation grâce aux médias."

Sigalit et sa famille voyagent entre différents points du pays, où elles louent une villa pour tout le monde "Je pense que c'est ridicule qu'Israël ait rendu la Croatie rouge exactement le même jour où la Serbie est devenue verte, il n'y a aucune différence entre les deux. Les gens ici vivent complètement calmes et le nombre d'infections chaque jour est faible. Le sentiment de ceux qui sont ici est que la Croatie est très verte."

Ramon Ganz, directeur d' Adriatic Discoveries, qui vit en Croatie depuis 12 ans, ne comprend pas non plus très bien pourquoi les autorités israéliennes se sont précipitées pour mettre la Croatie dans la catégorie des pays rouges:
"Il y a  environ un mois, le nombre de patients était d'environ 200 patients par jour. Le public en Croatie est très discipliné et il n'y a pas d'obligation de porter des masques dans les espaces publics, mais il est obligatoire de porter un masque à l'intérieur des bâtiments publics, des transports publics et des espaces clos."

En outre, Ramon souligne qu'il y a une limite de 20 personnes maximum lors de réunions privées et jusqu'à 50 personnes lors de mariages et funérailles. Les restaurants et les cafés fonctionnent comme d'habitude et la vie reprend son cours. Les événements sportifs se déroulent sans public et, en général, les restrictions sont beaucoup moins nombreuses que celles que nous avons. «Les décisions du gouvernement croate sont très terre-à-terre et ne sont pas affectées par la politique», dit-il. "J'ai le sentiment que cette décision rejoint un certain nombre d'autres décisions qui ont été prises ici récemment et qu'elles n'ont aucun sens et sont dommageables."

«Malgré tout, je recommande vivement de venir ici», déclare Sigalit. "Je recommande toujours la Croatie et maintenant surtout. Lorsque la morbidité augmente en Israël, la Croatie est beaucoup plus sûre."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

 

 

 

 

Israël : plus de dix milliards de shekels d'aides immédiates aux entreprises israéliennes

plus de dix milliards de shekels d'aides immédiates aux entreprises israéliennes

Hier soir le gouvernement a approuvé le plan économique du Premier ministre et du ministre des Finances pour une aide immédiate aux entreprises, aux employés et aux indépendants qui seront touchés par le second confinement.
Dans le cadre du plan présenté à la veille des fêtes juive et estimé à 10,5 milliards de shekels, le seuil pour recevoir une subvention a été considérablement abaissé et des avances seront accordées au détriment d'une subvention à frais fixes.

Parmi les mesures dans le nouveau plan d'assistance - un plan de rétention des travailleurs, le report de la réduction des allocations de chômage, une subvention immédiate de 50% de l'allocation pour charges fixes et l'extension de l'aide aux impôts fonciers pour ceux dont plus d'un quart de leurs revenus ont été lésés. En plus de ceux-ci, il a été décidé de prévoir un programme de subventions supplémentaire pour encourager le commerce en ligne et l'activité numérique pour les petites et moyennes entreprises.

Le plan a été approuvé un jour après l'approbation d'une réduction de 10% des salaires des fonctionnaires. Le ministre des Finances a été autorisé à distribuer le mémorandum de loi qui permet la réduction des salaires des membres de la Knesset, des ministres, du Premier ministre et d'autres fonctionnaires dont les salaires sont supérieurs à ceux des autres membres de la Knesset.

Dans le cadre de l'aide fournie aux entreprises, le gouvernement a décidé d'élargir la subvention pour dépenses fixes afin qu'en septembre-octobre, une subvention d'assistance soit transférée aux chefs d'entreprises affectés par 25% ou plus du chiffre d'affaires par rapport à la même période l'année dernière. Le cas échéant, l'extension de l'allègement à novembre-décembre a également été approuvée conformément aux conditions fixées.

Fournir des avances

Une autre étape approuvée par le gouvernement est le transfert d'un acompte immédiat aux frais de la subvention de septembre-octobre, représentant 50% de la subvention pour dépenses fixes pour les entreprises qui devraient être affectées par la fermeture actuelle. Le montant de l'acompte sera basé sur le montant de la subvention versée lors des versements précédents (en mars-avril ou mai-juin, au choix du chef de l'entreprise).

Le montant de l'acompte sera ultérieurement déduit du montant final d'éligibilité à déterminer pour septembre et octobre. Les demandes anticipées ne peuvent être soumises qu'en octobre 2020.

Admissibilité à une subvention d'incitation à l'emploi

Afin de permettre aux employeurs qui ont absorbé leurs employés et ont été contraints de les emmener à Tsahal en septembre lors de la cessation des activités, il a été déterminé qu'aux fins du calcul de la subvention, ces employés ne seront pas déduits du statut d'employé - à condition qu'ils aient travaillé pendant au moins 15 jours en septembre. La subvention est tombée à 2500 NIS

Une subvention unique pour la rétention des employés

Afin d'aider les entreprises dont les activités commerciales ont été affectées, il a été décidé d'accorder une subvention unique qui encourage le maintien dans l'emploi des salariés en septembre et octobre et sera à la charge du ministère de l'Économie.

Une entreprise aura droit à une subvention si son chiffre d'affaires ne dépasse pas 400 millions de NIS et si le chiffre d'affaires de ses transactions au cours de la période d'éligibilité a diminué de 25% ou plus par rapport à la période de l'année dernière. Une entreprise aura droit à une subvention égale à un multiple de 5 000 shekels du nombre d'employés admissibles, le nombre d'employés admissibles dépendant du degré de préjudice causé à l'entreprise. Ainsi, plus l'entreprise est gravement lésée, plus son éligibilité est élevée.

Expansion de l'aide aux impôts fonciers

Les entreprises qui ont connu une baisse de 25% ou plus de leur chiffre d'affaires bénéficieront d'une exonération totale de l'impôt foncier financé par l'État pour les mois de septembre à octobre.

Retard dans la réduction des allocations de chômage

Une autre étape approuvée dans le cadre du plan est le report de la date à partir de laquelle le mécanisme de réduction des allocations de chômage commencera. Le seuil de la réduction ne sera testé qu'à partir du 16 octobre et la réduction, à ce stade, sera reportée.

Afin de financer les mesures incluses dans le plan, il a été approuvé d'augmenter les dépenses publiques pour 2020 de 2,5 milliards de shekels et les dépenses publiques pour 2021 de 8 milliards de shekels. Selon un communiqué des ministères, l'augmentation ne fera pas partie du calcul du plafond des dépenses pour les années à venir.

"Jeudi, nous avons présenté un autre programme d'aide économique aux entreprises en Israël, ainsi que le filet de sécurité économique qui fonctionnera jusqu'en juin 2021", a déclaré hier soir le Premier ministre Netanyahu au début de la réunion du cabinet.

"Nous avons annoncé des subventions supplémentaires pour maintenir les postes des employés, l'expansion des prêts garantis par l'État, l'avancement des paiements de subventions et la distribution de subventions pour les dépenses fixes aux entreprises touchées par 25% ou plus - élargissant ainsi l'éligibilité. Nous devons tous supporter le fardeau, et nous devons également rester ensemble sur une même ligne derrière les étapes. Prenons et faisons face à la réalité qui sera encore difficile. 

Au nom du ministre des Finances Israel Katz, il a été déclaré: «Aujourd'hui, le gouvernement a approuvé le renforcement et l'expansion du filet de sécurité économique  et qui fonctionne bien et aide le public. Suite à la décision de déclarer la fermeture, nous avons décidé de renforcer et d'élargir le filet de sécurité économique par de nouvelles mesures économiques. Nous resterons attentifs aux difficultés et proposerons des solutions rapides qui apporteront une solution sur mesure aux entreprises, aux salariés et aux indépendants au lendemain de la crise.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

 

 

 

 

Israël : des patrouilles de rabbins kabbalistes pour localiser des tunnels terroristes

Israël : des patrouilles de rabbins kabbalistes pour localiser des tunnels terroristes

 

Des officiers de Tsahal convaincus que des rabbins kabbalistes peuvent localiser des tunnels terroristes

Un rapport médiatique récemment publié a détaillé comment deux rabbins mystiques ont patrouillé la frontière d'Israël et identifié avec succès les emplacements des tunnels que les terroristes avaient creusés en Israël. Plusieurs officiers ont été suffisamment impressionnés pour recommander de les utiliser dans les futures opérations des FDI, mais des officiers supérieurs ont refusé.

Zman Yisrael, l'édition en hébreu du Times of Israel , a rapporté lundi qu'en 2015, un officier supérieur du Commandement du front intérieur nord dénommé «Colonel E.» a soumis un rapport intitulé «Rapport sur les activités conjointes sur la question de la localisation des tunnels ». Le rapport décrivait les conclusions du colonel E. après avoir consulté deux rabbins mystiques sans les nommer..

Le rapport officiel a été publié dans son hébreu original avec les noms expurgés.

«Je commencerai par souligner que je ne suis pas une personne religieuse», a écrit le colonel E. au début du rapport. «Je suis une personne rationnelle et la plupart de mes actions dans ma vie professionnelle et personnelle découlent de la pensée rationnelle et de tout examen intellectuel.

Néanmoins, je souhaite signaler une opération que j'ai menée en coopération avec MM. XXX et XXX. Je connais M. XXX depuis ma période de service militaire et  en tant que commandant de l'Etzion. J'ai patrouillé dans les régions entourant Jérusalem avec M. XXX et je sais qu'il est un homme d'action qui aime Israël et travaille pour le bien du public et non pas à partir d'intérêts particuliers ou d'agendas personnels préexistants.

Il y a environ un mois et demi, les deux m'ont rencontré au quartier général du district et nous avons effectué une patrouille dans le camp.

Le quartier général du district a été construit à partir d'une ancienne gare britannique qui a été construite comme un fort dans les années 1920-30. Dans le fort, il y a un énorme réservoir d'eau souterrain, qui ne peut être détecté que si cela est indiqué spécifiquement », a écrit le colonel E. dans le rapport.

«Le rabbin l'a localisé sans nous dire un mot, le site souterrain et l'espace vide.Lorsque nous avons continué notre tournée, il a localisé deux autres espaces souterrains et a pu décrire les activités criminelles menées par [des personnes] armées qui s'étaient produites près du site plus de trois ans auparavant.

«Je ne sais pas à quel niveau il s'agit d'une capacité à identifier les espaces souterrains ou si c'était une question de hasard. J'ai vu une personne honnête qui a des capacités intéressantes et qui veut aider. À mon avis, quand on regarde la situation dans son ensemble, il n'y a aucune raison de ne pas utiliser le rabbin pour nous aider en ce qui concerne les divers défis opérationnels.

Le Times of Israel a interrogé plusieurs commandants de bataillons de Tsahal, des policiers et des agents de sécurité civile dans des zones du nord et du sud qui ont patrouillé avec le rabbin le long des clôtures frontalières d'Israël entre 2013 et 2016, date à laquelle les patrouilles kabbalistiques ont pris fin.

 

« Ils ont confirmé avoir vu le rabbin Yehuda identifier et localiser des structures souterraines et des tunnels, par la suite ce fait a été avéré et ont dit qu'ils étaient convaincus qu'il pouvait repérer les activités souterraines et aider le combat, l' ingénierie et les troupes d'excavation de travail sur le terrain, » Times of Israël a rapporté. Dans le rapport du Times of Israel, le rabbin a estimé que les patrouilles devaient se poursuivre.

«Si l'armée était plus ouverte d'esprit, la vie des gens serait sauvée», a déclaré le rabbin dans une récente interview.

«Nous connaissons des dizaines de tunnels éparpillés le long de la frontière, au nord et au sud. Si l'armée n'était pas si méfiante à l'égard de tout ce qui sent la religion, alors les grands généraux et les généraux de brigade avec lesquels nous avons parlé nous donneraient une chance d'aider. C'est dommage, car une personne qui sauve une vie en Israël est considérée comme si elle avait sauvé un monde et tout ce qu'il contient.

«Au cours des dernières décennies, j'ai essayé d'aider le peuple juif et l'État d'Israël en utilisant les connaissances et les capacités dont le Créateur m'a béni», a déclaré le rabbin. «Je le fais en tant que simple citoyen, sur une base bénévole, sans rémunération. Mon seul objectif est d'éviter davantage de fiascos, de réveiller le système et, si possible, de sauver des vies. »

Un autre officier, un lieutenant-colonel commandant de bataillon de la 91e division dans le nord d'Israël et l'un des fondateurs de l'école de guérilla de Tsahal, était ami avec le rabbin. Les rabbins ont entamé une conversation avec l'officier en 2013 et lui ont proposé de patrouiller la frontière avec lui dans le but d'identifier les emplacements des tunnels du Hezbollah qui traversent Israël. L'officier savait que de tels tunnels existaient et était prêt à «sortir des sentiers battus».

«Je ne suis pas une personne religieuse, mais on m'a appris que vous ne devriez jamais rien exclure complètement avant de vous pencher sur la question. J'étais sceptique au début, aussi parce que j'avais peur que cette décision ne soit pas bien acceptée », a déclaré l'officier au Times of Israel. «Je lui ai dit: 'Le système ne sera pas favorable à cela, car ce n'est pas une chose acceptée de permettre aux civils de patrouiller le long de la barrière frontalière.' Mais j'ai décidé de donner une chance à l'idée tout de même.

Il organisa les patrouilles, amenant un ingénieur de l'armée qui connaissait les tunnels existants qui avaient déjà été découverts. Ils ont été choqués lorsque le rabbin s'est identifié sur ce tunnel ainsi que sur un autre qui serait découvert par les FDI un mois plus tard.

«Lorsque le commandant de la brigade a reçu une mise à jour de ma part selon laquelle des tunnels avaient été localisés sur le terrain par des méthodes alternatives, il a répondu avec indifférence», a déclaré l'officier. «J'en ai parlé à d'autres collègues du secteur et ils ne se sont pas excités. J'ai décidé de ne pas rédiger de document officiel.

Un nouvel officier a repris le secteur et les patrouilles rabbiniques ont été interrompues. À peu près au même moment, l'offre des rabbins d'effectuer une visite similaire de la frontière sud avec Gaza a été acceptée et le chef de l'époque de la division de sécurité de la police israélienne, l'inspecteur général adjoint Levi Amiti a accepté leur offre.

Le rabbin a trouvé ce qu'il disait être 31 tunnels et a marqué les ouvertures de sortie de certains d'entre eux. Six mois plus tard, lors de l'opération Bordure protectrice, l'armée a signalé la découverte et le scellement de 32 tunnels. Au moins un des emplacements identifiés par les rabbins a été utilisé par des terroristes pour attaquer les troupes de Tsahal pendant cette guerre.

Bien que les officiers et les fonctionnaires qui ont travaillé avec les rabbins soient convaincus que leurs capacités mystiques peuvent aider Israël, Tsahal a rejeté d'autres offres d'aide.