Claude Layani

Ministre du culte à Fribourg en Suisse durant 33 ans, j'étais aussi bibliothécaire scientifique à la Bibliothèque cantonale et universitaire, comme responsable des acquisitions. J'étais aussi journaliste à la Gazette juive de Bâle ainsi que dans wochenblatt de Zürich pendant de longues années. En fait avec Alliance j'ai eu la joie et le privilège de continuer mes activités littéraires et mes fonctions rabbiniques en publiant le commentaire de la sidra. Engagé dans les relations judéo-chrétiennes, il m'arrivait de faire des conférences à l'Université catholique de Fribourg sur le judaïsme. Pratiquement toutes les écoles et les collèges sont venus visités notre synagogue et le résultat de ce travail, la communauté juive avait une place non négligeable . Nous étions invités toutes les années à la présentation des vœux auprès du gouvernement et de l'évêché. A mon départ à la retraite je laisse une communauté pas loin de l'extinction faute de fidèles. A Nic e je me suis investit dans la rédaction du journal Nitzan, au Bné Brith Loge Côte d'Azur dans le secteur de la culture.
Voici ces quelques lignes qui tracent un parcours engagé pour la communauté et pour le judaïsme qu'il faut faire connaître car nous sommes le ferment ,le sel pour l'humanité. Nous sommes encore présent aujourd'hui car nous avons la mission de délivrer le message divin.

Les articles de Claude Layani

Livre juif : Mémorial des Judéo-Espagnols déportés de France

Mémorial des Judéo-espagnols déportés de France

Le Mémorial des Judéo-Espagnols déportés de France écrit l’histoire de cette communauté issue de l’ancien Empire ottoman, qui a conservé la langue espagnole depuis son expulsion d’Espagne au XVe siècle. Arrivés à la fin du XIXe siècle en France, ils sont près de 35 000 à y vivre en 1939.

5 300 sont déportés, très peu reviennent. Le livre retranscrit cette histoire et consigne l’ensemble des noms des déportés judéo-espagnols depuis la France.

Dans le cadre du Salon du Livre du Mémorial de la Shoah.

Choix de Claude Layani

Livre juif : La permission de manger de la viande

la permission de manger de la viande

Aujourd’hui, au nom du bien être des animaux, certains remettent en cause la She’hita, « l’abattage rituel », et veulent imposer une autre méthode de mise à mort.
Aujourd’hui, beaucoup de gens sont préoccupés par l’éthique, non vis à vis de son voisin, de son prochain, mais vis à vis des animaux, des autres êtres vivants.

Aujourd’hui, ce phénomène se passe dans notre société, chez nous. Est-ce une prise de conscience montrant une progression de la pensée ou est-ce un épiphénomène du à un groupe d’activiste qui veut lancer une nouvelle mode ?

Que pense la littérature rabbinique de tout cela ?
Que disent nos textes à ce sujet ?

Est-ce une vieille réflexion parcourant les siècles, ancrée dans notre mode de vie, notre Halakha, depuis le début du peuple juif, ou est-ce aussi du « neuf » ?

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Les Maîtres de la Pensée Juive du Moyen-Âge à nos jours

petit ohayon,Les Maîtres de la Pensée Juive du Moyen-Âge à nos jours

Cette série d’ouvrages vous propose d’aller à la rencontre des plus
grands penseurs juifs de l’histoire, ceux qui ont marqué leur temps
ou qui ont innové par leur approche. Certains vous sont probablement
déjà connus, d’autres moins.

En complément des commentaires bibliques et talmudiques, ces Maîtres nous offrent une approche globale du rôle du peuple juif et de sa place dans l’histoire de l’humanité.

Dans cet ouvrage, vous pourrez découvrir pour chacun des auteurs sélectionnés :

- Une biographie

- Une présentation de ses oeuvres principales

- Des extraits commentés

Le Volume 1 porte sur le Moyen-Âge. Il présente les auteurs en partant de Saadia Gaon au Xe siècle jusqu’à Rabbi Joseph Albo au XVe siècle. Il aborde, bien sû, des penseurs comme Maïmonide ou Rabbi Yéhouda Halévy, sans oublier les cabalistes.

Un livre de référence pour tout étudiant ou toute personne désireuse de parfaire sa culture sur l’histoire de la Pensée Juive.

L’auteur :
Patrick Petit-Ohayon est pédagogue, formateur et conférencier.
Il est l’auteur d’ouvrages consacrés à l’éducation et à la Pensée Juive.
Directeur de l’Action scolaire du Fonds Social Juif Unifié, il est également Directeur Général du CAMPUS-FSJU, regroupant plusieurs instituts de formation

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Et Dieu parmi les cendres

milewski Et Dieu parmi les cendres

La perception du Rabbin Jacky Milevsky aborde la Shoah avec sensibilité et laisse entrevoir l'érudition nécessaire pour en discuter. Ce livre sera d'un apport considérable pour toute personne cherchant à connaître la position du Judaïsme concernant cette tragédie.

 

L'anéantissement de six millions de Juifs, durant la Shoah, relève du plus profond des mystères théologiques. L'histoire d'Israël a buté sur le silence divin, c'est-à-dire l'absence de la manifestation du Créateur.

Le nazisme constitue l'antinomie radicale au monothéisme juif, à l'éthique portée par la Torah, à ses valeurs. Les corps ont été meurtris, mais c'est l'âme qui était aussi visée.

Choix de Claude Layani

Livre juif : Oran sur Méditerranée de Norbert Bel Ange

Oran sur Méditerranée de Norbert Bel Ange

ORAN, la ville de tous les possibles...
Norbert Bel Ange déroule sous nos yeux toute l'histoire du grand port méditerranéen, depuis les Carthaginois jusquà l'époque moderne.

Il nous emmène dans une longue promenade-découverte à travers un Oran dont les rues au spectacle sans cesse renouvelé ont salué Cervantès, Maupassant, Pierre Loti, Apollinaire.
Et aussi Joseph Kessel, Albert Camus et l'enfant chéri de la ville, Emmanuel Roblès.

Mêlant étroitement riche iconographie et courts textes descriptifs ou narratifs, l'auteur est parvenu à cerner de très près la réalité fugace d'une ville tout à la fois chaleureuse et rebelle, sensible à tous les plaisirs et prête à succomber à toutes les tentations..

Choix de Claude Layani

Livre juif : Vies des Juifs de Simon Smadja

Vies des Juifs de Simon Smadja

Du mur qui étranglait le ghetto de Varsovie au Mur des Lamentations et à celui qui sépare Israéliens et Palestiniens, fragments d’Histoire et d’histoires du peuple juif.

Les personnages évoluent depuis la Shoah, des camps d’extermination nazis jusqu’à leur immigration illégale en Palestine mandataire, de l’Indépendance d’Israël à nos jours. Leurs parcours, souvent haletants et émaillés de suspens, se croisent au fil du temps, des évènements historiques et des pages.

À travers eux, l'ouvrage expose les manifestations de l’antisémitisme contemporain, de la haine du peuple juif et de l’État d’Israël, telles qu'elles s'expriment au travers du conflit israélo-palestinien, en France et sur internet.

L’auteur est lui aussi un personnage du roman. Son vécu s’insère dans la trame du récit. Il nous emmène de Paris à Jérusalem, de New York à Tel-Aviv, de Beyrouth à Gaza. De Safed à Pékin. Au cours de son cheminement, il dépeint divers aspects de la vie juive, du judaïsme et de sa mystique ainsi que des événements qui ont marqué l’Histoire de l’Etat d’Israël.

Les derniers chapitres sont le théâtre d’un rebondissement qui présente au lecteur une réponse à l’énigme millénaire qui a habité le peuple juif tout au long de son Histoire. Son dénouement est à la charnière entre le présent immédiat et un futur imminent.

Choix de Claude Layani

Livre juif : Al-Andalus l'invention d'un mythe de Serafín Fanjul

Serafín Fanjul

Universitaire espagnol et arabisant mondialement reconnu, Serafín Fanjul a consacré sa vie à l'étude de l'islam comme phénomène religieux, sociologique, économique et politique. Ses travaux majeurs, dont le présent ouvrage est la première traduction en français, ont fait grand bruit en Espagne et l'on peut aisément comprendre pourquoi.

Il s'est en effet penché principalement sur Al-Andalus, cette Espagne médiévale dite des trois cultures, où la domination politique de l'islam aurait permis pendant des siècles d'extraordinaires échanges culturels entre les communautés islamique, chrétienne et juive, sur fond de cohabitation harmonieuse.

Il montre avec érudition comment l'imaginaire des romantiques est passé par là, laissant en héritage une vision du passé hispanique qui relève davantage du fantasme que de la réalité. La vérité historique a été emportée par la croyance, et celle-ci est d'autant plus séduisante que les sirènes du conformisme ont su la détourner à leur profit pour faire de l'Espagne d'alors un véritable paradis perdu du multiculturalisme européen.

Face aux partis pris stériles et lieux communs en tout genre, Serafín Fanjul entend dissiper la brume pour "retrouver l'Espagne". Et la réalité historique que son travail restitue est celle d'une péninsule où règnent entre les communautés l'intolérance et le conflit, la souffrance et la violence, bien loin de l'ouverture et de l'apaisement trop souvent soutenus.

La minutie de l'argumentation de Fanjul permet ainsi d'entrevoir, à rebours de la représentation habituelle, une Espagne qui a trouvé dans la Reconquista la voie de l'émancipation et de la libération.

Choix e Claude Layani

Livre juif : Tu finiras clochard comme ton Zola de Philippe Val

Tu finiras clochard comme ton Zola de Philippe Val

Quand il m'a confié la tâche de rédiger son histoire, Philippe m'a dit : Je voudrais, qu'à la fin, je puisse savoir ce que je garde du siècle passé pour le léguer sans rougir - ou sans frémir - à l'innocence de mon fils. Tâche délicate...

Quelle autre époque française a produit autant de grands esprits qui se sont contentés de prodiguer les leçons d'une morale fondée sur le mépris de l'innocence ?

En suivant ton père pas à pas, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à nos jours, j'ai décidé d'écrire ce livre à ton usage pour que sa conclusion prenne la forme d'une évidence qui ne soit pas très éloignée d'un effet comique.

Tu sais que son premier métier, et sans doute le seul qu'il exerçât jamais, consistait à divertir les honnêtes gens.

A mesure que je croisais les destins des acteurs de premier plan et des anonymes - du petit commerce, du monde ouvrier, du music-hall, du journalisme ou de la politique - qui ont jalonné la vie de ton père, c'est la fresque tragi-comique du siècle qui apparaissait.

C'est ce que nous désirions t'offrir. C'était éprouvant, mais on a beaucoup ri. Vraiment beaucoup.

Dès le commencement. Bien sûr, au début, c'était les choses bêtes et laides qui nous amusaient.

Puis on s'est aperçu que les choses intelligentes et belles faisaient encore plus rire, mais d'un rire différent. Un rire avec la gorge un peu serrée, comme il arrive toujours lorsque souffle le courant d'air furtif de la grâce, laquelle est l'expression ultime de la liberté que ton père désire te laisser en héritage

Choix de Claude Layani

Livre juif : Plaidoyer pour un autre bonheur de Robert Misrahi

Plaidoyer pour un autre bonheur de Robert Misrahi

L’auteur répond aux objections à son éthique du bonheur.

Robert Misrahi présente sa propre doctrine d’un bonheur tout-autre.

S'appuyant sur une doctrine du sujet libre à deux niveaux, il reconnaît la légitimité d'un bonheur-confort mais en souligne, lui aussi, les insuffisances et les fragilités. Il propose alors sa propre doctrine d'un bonheur totalement différent. Elle repose sur un premier acte de conversion réflexive et, confiant dans les capacités de l'être humain il décrit un tout-autre bonheur. Constitué par l'autonomie, la réciprocité et la jouissance charnelle et spirituelle. Cette doctrine à la fois rationnelle et existentielle débouche sur une visée politique, celle d'une démocratie heureuse.

Mais ce n'est pas la transformation de la société qui rend possible l'épanouissement des individus, c'est au contraire, la transformation des individus par la culture et la conversion qui rend possible la transformation de la société.

Philosophe, Robert Misrahi est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, notamment Intensités. Lumières sur les petits bonheurs de la vie quotidienne et des loisirs (Le Bord de L’eau, 2016), Ma Philosophie (Le Bord de l’eau, 2018). Il est aussi un grand spécialiste français de Spinoza.

Fils d’ouvriers immigrés, nés à Paris, Robert Misrahi est un universitaire bien intégré à notre société. D’abord partisan de la phénoménologie et de la pensée de Sartre, il construit vite une doctrine originale et audacieuse du bonheur, dressée contre les maux de notre siècle. Son optimisme, constant et réfléchi est égal à sa productivité. Malgré les modes et les pressions de la « pensée dominante » Robert Misrahi ne s’est jamais laissé détourner de son chemin. Il est devenu une référence intellectuelle.

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Ainsi fût Auschwitz de Primo Levi

Ainsi fut Auschwitz de Primo Levi

Les vérités les plus précises — et les plus terribles, tant elles sont précises — sur la machine d’extermination.

Quarante ans de témoignages, en grande partie inédits, d’une importance historique essentielle.

En 1945, au lendemain de la libération, les militaires soviétiques qui contrôlaient le camp pour anciens prisonniers de Katowice, en Pologne, demandent à Primo Levi et à Leonardo De Benedetti, son compagnon de détention, de rédiger un compte rendu détaillé sur les conditions sanitaires du camp. Le résultat est le Rapport sur Auschwitz, un témoignage extraordinaire, l’une des premières descriptions sur les camps d’extermination jamais élaborées. Publiée en 1946 dans la revue scientifique Minerva Medica, elle inaugure l’œuvre à venir de Primo Levi, témoin, analyste et écrivain.

Dans les quatre décennies suivantes, Levi ne cessera jamais de raconter son expérience du Lager dans des textes de nature différente, qui, pour leur grande majorité, n’ont jamais été publiés ensemble.

Des recherches entamées très tôt par Levi sur le destin de ses compagnons à la déposition pour le procès Eichmann, en passant par la « lettre à la fille d’un fasciste qui demande la vérité » et les articles parus dans des quotidiens et des revues spécialisées,
Ainsi fut Auschwitz est une mosaïque de souvenirs et de réflexions critiques d’une valeur historique et morale inestimable.

Un recueil de témoignages, d’enquêtes et d’analyses approfondies qui, grâce à la cohérence, à la clarté de son style, à la rigueur de sa méthode, nous rendent le Primo Levi que nous avons appris à reconnaître comme un auteur classique de la littérature italienne.

Né à Turin en 1919, chimiste de formation, Primo Levi, déporté à Auschwitz en 1944, s’est donné la mort en avril 1987. Son livre Si c’est un homme, dont la réception en France fut tardive, est justement considéré comme l’un des plus importants témoignages sur l’univers concentrationnaire. Il a été traduit dans le monde entier.

TABLE DES MATIERES

Note des curateurs
Rapport sur l’organisation hygiénique et sanitaire du camp de concentration pour juifs de Monowitz (Haute-Silésie)
Compte rendu du Dr Primo Levi, numéro de matricule 174517, rescapé de Monowitz-Buna
Déposition
Déposition sur Monowitz
Déclarations pour le procès Hess
Déposition pour le procès Hess
Témoignage d’un compagnon de détention
Anniversaire
Plainte contre le Dr Joseph Mengele
Lettre à la fille d’un fasciste qui demande la vérité
Miracle à Turin
Le temps des croix gammées
Déposition pour le procès Eichmann
Témoignage pour le procès Eichmann
Déportation et extermination des juifs
Déclarations pour le procès Bosshammer
La déportation des juifs
Questionnaire pour le procès Bosshammer à Leonardo De Benedetti
Questionnaire pour le procès Bosshammer à Primo Levi
Déposition pour le procès Bosshammer
L’Europe des Lager
Ainsi fut Auschwitz
Déportés politiques
Ébauche de texte pour l’intérieur du Bloc italien d’Auschwitz
Le comité de défense secret d’Auschwitz
Ce train pour Auschwitz
Souvenir d’un homme bon
Le sort de notre génération

*

On peut lire sur en-attendant-nadeau.fr un article sur cet ouvrage :

"Le silence, la honte", par Norbert Czarny (en ligne le 2 juillet 2019)

Sur la couverture d’Ainsi fut Auschwitz, le visage de Primo Levi est empreint de gravité. C’est l’auteur des Naufragés et les rescapés, l’un de ses derniers grands livres, le témoin qui voyait le mensonge s’insinuer, grossir, et faisait tout ce qu’il pouvait pour endiguer ce flux venimeux. La parution de ces témoignages rassemblés plus de vingt ans après sa mort, en avril 1987, n’est hélas pas inutile

 

Choix d Claude Layani