Claude Layani

Ministre du culte à Fribourg en Suisse durant 33 ans, j'étais aussi bibliothécaire scientifique à la Bibliothèque cantonale et universitaire, comme responsable des acquisitions. J'étais aussi journaliste à la Gazette juive de Bâle ainsi que dans wochenblatt de Zürich pendant de longues années. En fait avec Alliance j'ai eu la joie et le privilège de continuer mes activités littéraires et mes fonctions rabbiniques en publiant le commentaire de la sidra. Engagé dans les relations judéo-chrétiennes, il m'arrivait de faire des conférences à l'Université catholique de Fribourg sur le judaïsme. Pratiquement toutes les écoles et les collèges sont venus visités notre synagogue et le résultat de ce travail, la communauté juive avait une place non négligeable . Nous étions invités toutes les années à la présentation des vœux auprès du gouvernement et de l'évêché. A mon départ à la retraite je laisse une communauté pas loin de l'extinction faute de fidèles. A Nic e je me suis investit dans la rédaction du journal Nitzan, au Bné Brith Loge Côte d'Azur dans le secteur de la culture.
Voici ces quelques lignes qui tracent un parcours engagé pour la communauté et pour le judaïsme qu'il faut faire connaître car nous sommes le ferment ,le sel pour l'humanité. Nous sommes encore présent aujourd'hui car nous avons la mission de délivrer le message divin.

Les articles de Claude Layani

Livre juif :La presse internationale face à Hitler de Daniel Schneidermann

La presse internationale face à Hitler

La presse internationale face à Hitler.
Pourquoi n'ont-ils rien dit ?

Daniel Schneidermann

Quand Hitler arrive au pouvoir en janvier 1933, ils sont quelque 200 journalistes occidentaux en poste à Berlin. Très peu d’entre eux seront expulsés. La plupart vont rester dans la capitale du Reich.

Américains, Britanniques, Français, tous bons connaisseurs de l’Allemagne et souvent germanophiles, ils travaillent selon les standards démocratiques de la liberté de la presse. Mais leurs interlocuteurs quotidiens s’appellent Goering ou Goebbels. Alors qu’autour d’eux s’abattent bientôt les persécutions sur les Juifs et les opposants, ils se battent pour décrocher une confidence off the record ou la faveur d’une interview du dictateur.

Pourquoi n’ont-ils pas alerté le monde sur la folie et la barbarie de l’hitlérisme, pourtant perceptibles dès le début ? L’anticommunisme viscéral de leurs employeurs, un air du temps qui banalise les dictatures, la sidération devant l’énormité sans précédent de ce que voient leurs yeux, et mille autres causes encore : tout se conjugue pour produire un aveuglement médiatique collectif qui ouvrira la voie, à partir de 1941, au déni planétaire de la Shoah.

Voici, fondé sur un travail de sources considérable, la chronique passionnante de la vie quotidienne des journalistes occidentaux en poste à Berlin de 1933 à 1941. Un récit hanté de bout en bout par cette question : sommes-nous certains d’être mieux armés aujourd’hui pour rendre compte des catastrophes hors normes, pour nommer le Mal ?

Daniel Schneidermann est journaliste, créateur et animateur de l’émission, puis du site, « Arrêt sur images ». Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs essais, romans, et récits.

OÙ ACHETER

 

Choix de Claude Layani

 

Livre juif : Dans la maison de la liberté de David Grossman

David Grossman romancier israélien

Immense romancier, David Grossman est aussi un intellectuel d’une rigueur morale infaillible et d’une profonde humanité, dont la voix puissante ébranle régulièrement l’opinion israélienne et internationale. Pour preuve, les onze interventions réunies dans ce volume, qui résument dix ans d’écriture et d’engagement.

Au fil des nombreux thèmes abordés – la recherche inlassable de la paix entre Israël et les Palestiniens, les effets dévastateurs de la guerre sur la société israélienne, le terrorisme, la Shoah et son empreinte persistante sur l’âme juive –, Grossman nous entraîne dans les coulisses de son œuvre littéraire, nous dévoilant combien celle-ci se nourrit du quotidien et de la « situation » (euphémisme israélien pour désigner le conflit au Proche-Orient) ; et, inversement, comment le deuil, l’angoisse existentielle et la violence sous toutes ses formes l’ont incité à écrire.

Au cœur de la réflexion de l’écrivain, une métaphore récurrente, aussi poignante que riche de résonances : la maison – et l’urgence, pour chacun, de retrouver le sens d’un foyer, dont les murs seraient synonymes non plus de séparation mais de rapprochement, d’harmonie, d’échange et de fraternité.

Traduit de l'hébreu par Jean-Luc Allouche et Rosie Pinhas-Delpuech

David Grossman, né à Jérusalem en 1954, est l’un des plus grands romanciers israéliens. Salué par le prix Médicis étranger et le prix du Meilleur Livre étranger du magazine Lire en 2011 pour Une femme fuyant l’annonce, couronné par le Man International Booker Prize en 2017 pour Un cheval entre dans un bar, il est également l’auteur d’essais remarqués (Le Vent jaune, 1988) ainsi que d’ouvrages pour la jeunesse. Lauréat en 2010 du prix de la Paix des libraires allemands, David Grossman est officier de l’ordre des Arts et des Lettre

Choix de Claude Layani

Livre juif : Bébés à vendre de Eliette Abécassis

bebes-a-vendre-Eliette  Abecassis

Enquêter sur la gestation pour autrui, c'est s'interroger non seulement sur un phénomène majeur de notre civilisation mais aussi sur l'avenir de l'humanité tout entière.
Aux quatre coins de la planète se développent des milliers de centres de fertilité et de reproduction qui proposent la GPA à des parents en désir d'enfant.

Eliette Abécassis dénonce ici toutes les implications et les dérives de cette pratique hypercapitaliste. L'être humain ne saurait être cédé, vendu ou échangé. Faire de la grossesse et de l'accouchement un service rémunéré est la plus formidable violence faite aux femmes depuis l'époque de l'esclavage .

Choix de Claude Layani

Eliette Abécassis Auteure Photo : Claude GASSIAN

Eliette Abécassis Auteure Photo : Claude GASSIAN

Livre juif : L'état contre les Juifs de Laurent Joly

L'état contre les Juifs de Laurent Joly
  • Sur Vichy et la Shoah, on pensait tout savoir. Ce livre démontre qu’il reste encore beaucoup à découvrir. Répondant à une série de questions clés, Laurent Joly renouvelle profondément l’histoire de la persécution des juifs sous l’Occupation et balaie bien des idées reçues.
    Pourquoi, dès l’été 1940, le régime du maréchal Pétain a-t-il impulsé une politique antisémite  ? Pourquoi a-t-il accepté de contribuer aux déportations massives décidées par les nazis en 1942 et d’assumer pleinement ces opérations, à Paris comme en zone libre  ? Dans quelle mesure l’administration a-t-elle collaboré à la politique génocidaire  ?S’appuyant sur de nombreuses sources inédites, restituant les marges de manœuvre des agents (du dirigeant étatique jusqu’au simple gardien de la paix) et les effets concrets de leurs décisions, Laurent Joly écrit une histoire incarnée, au plus près des exécuteurs, des victimes et des témoins.

    Le lecteur apprendra ainsi que le statut d’octobre 1940 n’est pas une simple transposition de la tradition antisémite française  : Vichy cherche surtout à suivre le modèle nazi. Sur le Vel d’Hiv, il découvrira une histoire qu’on ne lui a jamais racontée  : l’opération du point de vue policier. Enfin, il réalisera que l’idée selon laquelle la persécution des juifs a été occultée par la justice de l’épuration mérite d’être fortement nuancée.

    Au bout du compte, Laurent Joly montre que si toute la puissance de l’État a été mobilisée pour persécuter puis rafler les juifs, les logiques propres à l’appareil étatique, ses objectifs contradictoires, ses pesanteurs et finalement les résistances ont contribué à ce que la majorité des juifs de France, frappés de plein fouet par la persécution, échappent malgré tout à la mort.

    Laurent Joly L'état contre les Juifs

    Laurent Joly L'état contre les Juifs

     

Choix de Claude Layani

Livre juif : Le Grand Abandon de Yves Mamou

Le Grand Abandon de Yves Mamou

Une fracture politique s’est creusée entre le haut (« les élites ») et le reste de la population en France ; et cette fracture commence à être sérieusement documentée. « Révolte des élites », « sécession des élites », « déconsolidation démocratique », « crépuscule de la France d’en haut »… sont les termes les plus couramment employés. Sociologues, historiens, géographes, aucun de ceux qui tentent de cerner l’évènement ne le considère comme un phénomène conjoncturel qu’un patch électoral permettrait de replâtrer. C’est d’un divorce des continents politiques et sociaux dont il est question.

Qu’une caste au pouvoir fasse passer ses intérêts avant ceux du reste de la population est la marque d’une dictature. Que cette dictature ait lieu et se poursuive sous les auspices de la démocratie change la nature de la démocratie.

Ce livre a pour but de montrer, sources à l’appui, comment la caste au pouvoir a aussi fait alliance avec des groupes ennemis de l’intérêt national, pour consolider son pouvoir.  En France, la bourgeoisie française mondialisée « qui prône l’égalité des territoires mais promotionne la métropolisation, (…), qui demande plus de mixité sociale mais pratique le grégarisme social et un séparatisme discret (…), qui fait la promotion du vivre ensemble mais participe à l’ethnicisation des territoires », cette bourgeoisie-là, favorise, voire pactise objectivement avec des groupes et une idéologie islamistes qui noyautent progressivement la société démocratique.

Choix de Claude Layani

Livre juif : Sortir du chaos Les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient

Gilles Keppel sortir du chaos

Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient

Collection Esprits du monde, Gallimard

Parution : 18-10-2018

L’horreur du «califat » de Daesh au Levant entre 2014 et 2017 et son terrorisme planétaire ont été une conséquence paradoxale des «printemps arabes» de 2011. Pourtant ceux-ci avaient été célébrés dans l’enthousiasme des slogans démocratiques universels et de la «révolution 2.0».
Comment s’est installé ce chaos, et peut-on en sortir pour de bon après l’élimination militaire de l’«État islamique»?

Ce livre replace les événements en contexte, depuis la guerre d’octobre 1973 (du «Kippour» ou du «Ramadan»), suivie de l’explosion des prix du pétrole et de la prolifération du jihad, à travers ses trois grandes phases depuis l’Afghanistan et Al-Qaïda. Puis il propose le premier récit complet rétrospectif des six principaux soulèvements arabes, de la Tunisie à la Syrie.

Il expose enfin lignes de faille et pressions migratoires en Méditerranée et au Moyen-Orient, et éclaire les choix décisifs qu’auront à faire Emmanuel Macron, Donald Trump ou Vladimir Poutine, ainsi que les peuples et les dirigeants de cette région – mais aussi les citoyens de l’Europe.

Nourri de quatre décennies d’expérience, de séjours sur le terrain, avec des cartes inédites, Sortir du chaos est de la plume de Passion arabe et offre la précision de Terreur dans l’Hexagone – les deux grands succès récents de l’auteur.

Choix de Claude Layani

inch'Allah, l'islamisation à visage découvert. Une enquête en Seine-Saint-denis

inch'Allah, l'islamisation à visage découvert

Ils devaient répondre à une question, sensible : l’islamisation de la Seine-Saint-Denis est-elle un fait ou une fake news ?

Cette enquête choc est née du désir des grands reporters du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme de former une cellule d’investigateurs, baptisée « Spotlight », avec l’appui des éditions Fayard et, pour cette première année, du Centre de formation des journalistes (CFJ).
Ivanne Trippenbach, Célia Mebroukine, Romain Gaspar, Hugo Wintrebert et Charles Delouche, jeunes journalistes, ont cherché « la » réponse, avec leurs doutes parfois, leur sincérité toujours.

inch'Allah, l'islamisation à visage découvert

inch'Allah, l'islamisation à visage découvert

Leurs découvertes ? Une « université » islamique infiltrée par un réseau djihadiste, un dépôt de la RATP où la pratique religieuse, officiellement interdite, devient la norme, des élus prêts à toutes les compromissions, des fonctionnaires désemparés, de l’argent qui coule à flots en toute opacité, un communautarisme en pleine expansion…
L’islamisation progressive du 9-3 est bien une réalité.
En voici la preuve.

CHOIX DE CLAUDE LAYANI

Livre juif : C'était Maman

Mireille Knoll c'était maman

«  Le vendredi 23 mars 2018, maman, 85 ans, a été assassinée de onze coups de couteau dont l'un en pleine gorge, avant que le feu ne soit mis à son appartement pour qu'elle y brûle. Comme dans les camps de concentration auxquels elle avait échappé de justesse soixante-seize ans plus Mireille Knoll, c'est toute une existence, et un symbole de liberté universel.

C'était maman. Le livre hommage à Mireille Knoll sauvagement assassinée par un islamiste à Paris.

C'était maman. Le livre hommage à Mireille Knoll sauvagement assassinée par un islamiste à Paris.

C'était une petite fille, une adolescente, une femme, une épouse, une mère, une grand-mère, et une arrière-grand-mère, une amie et une amoureuse avant tout.

La vieille dame juive assassinée?, c'était maman.Nous avons voulu ce livre pour que sa mémoire demeure, pour que les idioties que nous avons pu lire ici et là cessent et, tout simplement, pour que le temps n'efface pas l?horreur du 23  mars 2018. Que l'on ne puisse jamais dire ?je ne savais pas?. Écrire, c'est aussi combattre alors ce livre est aussi un livre de combat, pour la vie, contre la barbarie.  »

Choix de Claude Layani

La religion des faibles ce que les djihadisme dit de nous de Jean Birnbaum

La religion des faibles

Le croyant est le miroir du croyant ", affirme le djihadiste. Par ces mots, il adresse à l'Occident un défi : toi qui ne me prends jamais au sérieux, contemple ma ferveur et vois ta propre foi.

Alors, faisons face. Saisissons le miroir. Observons l'image qu'il nous renvoie, nous qui sommes si réticents à dire " nous ", parce que ce serait délimiter une frontière avec " eux ". Mais le djihadiste nous y contraint.
" Nous aimons la mort comme vous chérissez la vie ", martèle-t-il, de Ben Laden à Merah.
Et en disant vous il exhibe un nous. Du même coup, il dévoile la pieuse arrogance qui nous désarme : nous sommes convaincus d'être le centre du monde, le seul avenir possible, l'unique culture désirable.

Or, le djihadisme sème le doute. Sa puissance de séduction révèle la fragilité de " notre " universalisme. Nous voici donc obligés d'envisager autrement les rapports de force passés (l'histoire des colonialismes) et présents (depuis l'affaire Rushdie jusqu'à Charlie). Nous voici également contraints de porter un regard neuf sur la conquête des libertés (démocratiques, sociales, sexuelles...) qui distinguent l'Europe comme civilisation.

Au miroir du djihadisme, cette croyance conquérante, nous découvrons ce qu'est devenue la nôtre : la religion des Faibles.

Jean Birnbaum dirige le Monde des livres. Il est l'auteur de plusieurs essais, et notamment d'Un silence religieux. La gauche face au djihadisme (2016), auquel cet essai fait suite

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Le royaume juif de Rouen ressuscité de Jean Jacques Sylvain Klein

Le royaume des juifs de Rouen ressuscité

En 1976, des travaux dans la cour du Palais de Justice de Rouen mettent à jour les vestiges de deux monuments hébraïques, datant des XIe-XIIe siècles. L'un d'eux, aujourd'hui connu comme la « Maison Sublime », aurait abrité une prestigieuse académie rabbinique, tandis que l'autre aurait servi de bain rituel. Deux autres monuments sont découverts par la suite. Ces vestiges font de Rouen l'un des hauts-lieux de l'archéologie juive en Europe et viennent confirmer l'existence d'une communauté influente jusqu’ici méconnue.

Jacques-Sylvain Klein retrace ici avec la passion qui le caractérise, l'histoire foisonnante du judaïsme normand depuis la colonisation romaine jusqu’à nos jours. Il nous éclaire notamment sur  le rôle considérable qu'il a joué au Moyen Age, sur ses relations avec la chrétienté et avec les grands foyers du judaïsme européen et oriental. On y découvre aussi l'exceptionnel rayonnement des maîtres de l'École de Rouen, dont les commentaires ont nourri les premières éditions imprimées du Talmud.

Il évoque également la bataille menée, pendant plus de dix ans, par l'association La Maison Sublime de Rouen, dont il est le délégué, pour sauvegarder ce monument historique, le plus ancien monument hébraïque conservé en France, une bataille qui se termine, en 2018, avec la restauration de l'édifice et sa réouverture au public.

 

Choix de Claude Layani