Claude Layani

Ministre du culte à Fribourg en Suisse durant 33 ans, j'étais aussi bibliothécaire scientifique à la Bibliothèque cantonale et universitaire, comme responsable des acquisitions. J'étais aussi journaliste à la Gazette juive de Bâle ainsi que dans wochenblatt de Zürich pendant de longues années. En fait avec Alliance j'ai eu la joie et le privilège de continuer mes activités littéraires et mes fonctions rabbiniques en publiant le commentaire de la sidra. Engagé dans les relations judéo-chrétiennes, il m'arrivait de faire des conférences à l'Université catholique de Fribourg sur le judaïsme. Pratiquement toutes les écoles et les collèges sont venus visités notre synagogue et le résultat de ce travail, la communauté juive avait une place non négligeable . Nous étions invités toutes les années à la présentation des vœux auprès du gouvernement et de l'évêché. A mon départ à la retraite je laisse une communauté pas loin de l'extinction faute de fidèles. A Nic e je me suis investit dans la rédaction du journal Nitzan, au Bné Brith Loge Côte d'Azur dans le secteur de la culture.
Voici ces quelques lignes qui tracent un parcours engagé pour la communauté et pour le judaïsme qu'il faut faire connaître car nous sommes le ferment ,le sel pour l'humanité. Nous sommes encore présent aujourd'hui car nous avons la mission de délivrer le message divin.

Les articles de Claude Layani

Simone Veil élue au premier tour à l'Académie française

simoneveil.jpgSimone Veil, ancienne ministre et présidente du Parlement européen, a été élue jeudi à l'Académie française, au fauteuil de l'ancien Premier ministre Pierre Messmer, a annoncé l'institution.

Mme Veil, 81 ans, a été élue au pemier tour de scrutin, avec 22 voix sur 29 votants, cinq bulletins blancs et deux marqués d'une croix, signifiant le refus de tous les candidats.

Une élection sans bavures pour celle dont le nom circulait depuis plusieurs mois pour rejoindre l'Académie. Elle avait en effet choisi l'élection au fauteuil de Pierre Messmer, décédé le 29 août 2007, pour inscrire sa candidature dans la continuité de celles des politiques qui siègent régulièrement sous la Coupole.

C'est "un très grand honneur qui m'étonne encore aujourd'hui, parce que je ne vois pas les raisons pour lesquelles je me trouve dans cette situation. Evidemment, je suis très émue et très heureuse", a-t-elle déclaré sur RTL.

Dans un communiqué, le président Nicolas Sarkozy a rendu hommage "au nom de la République, à la +femme d'État+ toujours au service de la France et à son perpétuel courage dans ses combats pour la liberté des femmes, pour l'Europe ou pour la mémoire de la Shoah". En 2007, la nouvelle académicienne avait soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle.

Née Simone Jacob le 13 juillet 1927 à Nice, Mme Veil a été déportée au camp de concentration d'Auschwitz en 1944 avec sa famille.

Entrée en politique en 1974 comme ministre de la Santé dans le gouvernement de Jacques Chirac, elle a fait voter la loi de 1975 qui porte son nom légalisant l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

Pendant plus de 30 ans, Simone Veil a ensuite été une figure majeure de la vie politique française et européenne et l'une des personnalités les plus populaires auprès des Français.

Plusieurs fois ministre, puis ministre d'Etat, de 1974 à 1995, elle a présidé le Parlement européen de 1979 à 1982 et siégé au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, elle a publié en 2007 son autobiographie, "Une vie" (Stock), vendue à plus de 550.000 exemplaires, dans lequel elle raconte son destin de rescapée des camps, son athéisme et son féminisme.

L'élection de Simone Veil, porte à cinq le nombre de femmes élues à l'Académie, où siégeaient déjà l'helléniste Jacqueline de Romilly, élue en 1988, l'historienne Hélène Carrère d'Encausse (1990) et les écrivains Florence Delay (2000) et Assia Djebar (2005).

Simone Veil rejoint également celui qui fut à l'origine de sa carrière politique, l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, élu en 2003.

Trois auteurs confidentiels également candidats jeudi n'ont obtenu aucune voix. L'Académie française, qui avait enregistré un nombre inhabituel de décès, a peu à peu reconstitué ses rangs depuis janvier. Après le scrutin de jeudi, un seul fauteuil reste en effet à pourvoir à l'Académie, qui compte normalement 40 membres. Celui de l'écrivain Alain Robbe-Grillet, décédé le 18 février 2008.

Le philosophe Jean-Luc Marion, l'écrivain Jean-Christophe Rufin, l'historien de l'art Jean Clair, l'évêque d'Angoulême Claude Dagens, le parolier Jean-Loup Dabadie, élus ces derniers mois, n'ont pas été "reçus" et ne siègent pas encore sous la Coupole.

Conference : Langues juives, identités juives

Dimanche 30 novembre de 14h. à 18h30
à l’Alliance israélite universelle
45 rue La Bruyère - 75009 PARIS
 
Joseph Chetrit présente son dernier livre

 
Diglossie, Hybridation et Diversité intra-linguistique : 
 Etudes socio-pragmatiques sur les langues juives, le judéo-arabe et le judéo-berbère 
Paris Louvain : (Editions Peeters, 2007)

Programme :
– 14h00-16h00 Lectures critiques du livre de Joseph Chetrit
 par : Frank Alvarez-Pereire (CNRS), Joseph Tedgui (INALCO), Jean Baumgarten (CNRS)
Réponse de l’auteur et discussion

Modérateur :  Jean-Claude Kuperminc (AIU)
– 16h00-16h30 Pause
– 16h30-18h30 Table-ronde : "Langues juives et identité juive dans le monde"

Participants :  Shmuel Trigano (Paris X), Paul Fenton (Paris IV), 
Michel Abitbol (Jérusalem), Yitzhok Niborski (Paris VII)
Modérateur : Joseph Chetrit

 
CONTACT : biblio@aiu.org - 01 53 32 88 65
 

Conference : Les juifs du Maroc

Robert Assaraf présente son dernier livre sur les Juifs du Maroc
 
Mercredi 26 novembre 2008 à 20 heures
à l’Alliance israélite universelle 45 rue La Bruyère 75009 PARIS

Robert Assaraf
présente son dernier livre
Juifs du Maroc à travers le monde :
émigration et identité retrouvée (éd. Suger)

suivi d’un entretien avec Arrik Delouya et Jean-Claude Kuperminc
 A l’issue de la soirée un buffet marocain vous est offert par
le Centre international de recherche sur les Juifs du Maroc
Merci de réserver sur : biblio@aiu.org ou au 01 53 32 88 65

Yiddishland

yiddishland.jpgLe théâtre du Réverbère a mis en lumière, le week-end dernier, l'histoire d'une petite troupe de comédiens juifs préparant un spectacle sur l'affaire Dreyfus. Cette pièce, à la fois drôle et grave, a été écrite en 1974, par Jean-Claude Grumberg, né en 1939 dans une famille juive. Ce n'est pas simplement au spectacle d'une mise en abîme sur le théâtre et sur les comédiens que nous invite Jean-Claude Grumberg, mais c'est aussi à une découverte du monde Yiddish de l'avant-guerre : un monde avec ses peurs et sa joie de vivre...

La troupe de Théâtre le Réverbère, créée en 1983, s'est implantée depuis 2002 dans la ville de Mouvaux. Cette pièce est mise en scène par Crisalyne Gallet et Bruno Perez (qui incarne également le rôle de Maurice). La troupe du théâtre du Réverbère présente traditionnellement, à Mouvaux, chacune de ses créations, avant de parcourir le Nord - Pas-de-Calais.
Informations, réservations : reverbereth@aol.com et 03 28 52 37 67

Les concerts et les films autour de "Gainsbourg 2008"

gainsbourg.jpgPlusieurs manifestations sont associées à l'exposition "Gainsbourg 2008", qui se tient jusqu'au 1er mars à la Cité de la Musique à Paris.

Le week-end prochain sera marqué par un concert-promenade, au cours duquel musiciens et comédiens restitueront les premiers élans artistiques de Serge Gainsbourg (textes de Rimbaud, Nabokov, poèmes de Catulle, musiques de Chopin et Debussy). Le public pourra aussi assister samedi et dimanche à des projections de films célèbres ou inédits (en partenariat avec l'INA), entrecoupées de rencontres avec des témoins de la trajectoire cinématographique et musicale de l'artiste.

"Gainsbourg 2008" s'accompagnera par ailleurs d'un cycle de concerts en deux volets, "Les Années Gainsbourg", programmés en octobre et en février à la Cité de la Musique.

En ouverture, "L'enfant assassin des mouches" et "Histoire de Melody Nelson" seront proposés mercredi et jeudi, sous la direction du compositeur Jean-Claude Vannier, avec une distribution de choix, Mathieu Amalric, Brigitte Fontaine, Daniel Darc, Alain Chamfort, Clotilde Hesme ou Brian Molko, le chanteur de Placebo.

Suivront la "Gainsbourgmania" japonaise avec Jon The Dog et Kenso Saeki vendredi, "Blonde Redhead meets Gainsbourg" samedi et Jane Birkin dans le spectacle "Arabesque" le 28 octobre.

En février sont annoncés, le 21, Daniel Darc et quatre jours plus tard, un ultime concert, "John Zorn & Tzadik présentent la musique de Serge Gainsbourg", salle Pleyel.

Cité de la musique

Du Shtetl à New York - Sirba Octet

shtetl.jpgAvec Isabelle Georges , Philippe Berrod , Laurent Boukobza , Iurie Morar , Claude Giron , Laurence Allalah , Richard Schmoucler , Bernard Cazauran , Christian Brière , David Gaillard

du 14 au 28 Octobre 2008
Théâtre de l'Européen
5 Rue Biot à PARIS (75017)

Places disponibles : Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 20H30 - Dimanche à 17H00.
Tarifs : 32 €


Les vagues d’immigrations vers le Nouveau Monde n’ont pas cessé. Dès la fin du XIXe siècle, les persécutions contre les Juifs d’Europe Centrale les ont poussés à quitter leurs villages, les shtetl en yiddish, et à traverser l’Atlantique. C’est le sujet du film de Chaplin, The Immigrant, et du documentaire du Shtetl à Broadway de Fabienne Rousso. Inspirés par ce dernier, les musiciens du Sirba octet ont imaginé un programme avec la chanteuse Isabelle Georges afin de mettre en évidence la filiation des airs traditionnels juifs avec les thèmes des comédies américaines.

De Bessarabye à Over the rainbow, de Rozhinkes mit Mandlen à My funny Valentine, une invitation à un feu d’artifice musical entre musique traditionnelle et comédie musicale, servie par des musiciens issus des plus prestigieuses formations françaises, sur des arrangements de Yann Ollivo et Cyril Lehn.

Virtuosité, émotion et … claquettes ! Une invitation à découvrir les racines de la musique américaine…
 

Programme : 74, Georgia Avenue

                                Programme : 74, Georgia Avenue
 
74 Georgia Avenue précédé de Les Marchands ambulants ,Le Vieux Juif
de Murray Schisgal  (L'avant-scène théâtre)
traduction et mise en scène Stéphane Valensi
visuel 1ère représentation lundi 19 mars
du 21 mars au 15 avril 2007
scène Jean-Marie Serreau
du mercredi au samedi à 20h45  mardi à 19h45
dimanche à 16h15 relâche le lundi

74.jpgCe spectacle de Stéphane Valensi est la mise en scène de trois courtes pièces de Murray Schisgal :Les Marchands ambulants, Le Vieux Juif et 74 Georgia Avenue , écrites respectivement en 1978, 1965 et 1988. Elles ont toutes en commun de se dérouler dans le New York de l'immigration pauvre : les docks, Brooklyn, les petites chambres d'hôtel. On y rencontre, comme chez Chaplin, les figures typiques de la rue new-yorkaise : marchand ambulant de bananes, marchande de fleurs, jeune homme naïf débutant dans la vie, et d'autres encore ; un vieux juif dans sa chambre ; un Noir, fils de l'ancien gardien de la synagogue voisine, un Blanc, revenu dans le quartier de son enfance.
avec  Marc Berman • Paulin F. Fodouop • Guilaine Londez • Stéphane Valensi

Autour du spectacle


Du 14 mars au 11 avril
«Récits d'Ellis Island»
exposition de photographies
de Lewis Hine tirées du film de Robert Bober et Georges Perec.

Mardi 20 mars à 19h,
Musée d'art et d'histoire du Judaïsme, rencontre avec Murray Schisgal, Jean-Claude Grumberg et Robert Bober.
Tarif: 4 € - gratuit pour nos abonnés. Réservations: 01 53 01 86 48
(Hôtel de Saint-Aignan, 71 rue du Temple, Paris 3ème)
 
mardi 27 mars à l'issue de la représentation, dans le cadre de la Semaine d'éducation contre le racisme, La Fédération des Œuvres Laïques du 93 proposera aux collégiens et les lycéens un atelier d'écriture ludique sur le thème “Et si on s'la jouait fraternel”
 
Dimanche 1er avril, à l'issue de la représentation, rencontre avec Stéphane Valensi et les acteurs.


Mardi 3 avril, à l'issue de la représentation, table ronde organisée par la Cité
nationale de l'histoire de l'immigration (date sous réserve)
 
Vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 avril, à l'issue des représentations,
concert «piano Klezmer» par Denis Cuniot.

          
De nombreux éléments viennent du théâtre yiddish américain, développé à partir de la fin du XIX e siècle : la forme populaire de l'adresse, les structures archétypales des relations, l'humour des sketches et le caractère moraliste des petites histoires. Jusqu'à la présence du chant, au cœur de chaque pièce.
Scènes de satire sociale, comme autant de tableaux de mœurs, en particulier sur le Nouveau Monde et le capitalisme, il y est plus généralement question de la façon dont les êtres vivent avec leur mémoire et organisent leurs relations : le rapport nostalgique de certains avec leur passé, la façon dont les hommes composent leurs identités et se mettent en scène aux yeux de leurs semblables. S'attachant à mettre en lumière les petits arrangements des hommes, le théâtre de Schisgal invente des petites suites de vanités populaires.

Né à New York en 1926, Murray Schisgal écrit pour le théâtre, la télévision, le cinéma, où il est connu notamment comme co-scénariste de Tootsie . Son théâtre mêle des éléments du boulevard à certains aspects de l'avant-garde, obtenant un grand succès dans les années soixante. Il a été découvert et monté en France par Laurent Terzieff à partir de la même époque.
Stéphane Valensi est acteur pour le théâtre depuis plus de quinze ans, où il a travaillé en particulier avec Patrick Haggiag et Laurent Terzieff. 74 Georgia Avenue est sa première mise en scène.
 

Patrick Bruel à Ra'anana

Le cousin germain d’Elie Semoun, chanteur, musicien, acteur, coureur cycliste, joueur de pocker et grand ami de Michel Drucker et de Miss France is coming. L’homme qui passe en boucle a la télé arrivera en Israël en chair et en os pour les sixties du pays.

Patrick Bruel sera a Ra’anana pour un concert. Le site Guysen l’annonce avec beaucoup de flashs. Les billets pour le concert sont en vente (prix le plus bas, debout sur le gazon, dans le parc de Ra’anana : 180 shekels). Des milliers de francophones vont faire la fête.

Un contrat avait été signé par le chanteur qui en 2008 a fait plusieurs voyages entre la France et Israël. Le concert aura lieu quelques jours avant que le Président Nicolas Sarkozy arrive en Israël avec son épouse Carla Bruni pour une visite officielle de trois jours.

LE DERNIER FILM DE BRUEL
Le réalisateur français, Claude Miller, était en Israël le 10 février dernier pour présenter son dernier film “Un Secret” à l’occasion de sa sortie dans les salles israéliennes. Il était accompagné par Patrick Bruel ainsi que par l’auteur et psychanalyste Philippe Grimbert dont l’autobiographie parue en 2004 a inspiré le film.

Miller, Bruel et Grimbert ont assisté aux avant-premières israéliennes qui ont eu lieu aux Cinémathèques de Tel-Aviv et de Jérusalem. Ils ont également visité le musée Yad Vashem. Le film “Un Secret” a été nominé 11 fois aux Césars.

BIOGRAPHIE de PATRICK BRUEL
En 1960, ses parents, tous deux enseignants, se séparent. Le jeune garçon est élevé par sa mère, une institutrice. Elle se remarie plus tard, lui donnant deux demi-frères, David (14.02.72) et Fabrice Moreau (25.07.75).

En 1962, à l’indépendance de l’Algérie, sa famille est contrainte, comme presque tous les Pieds-Noirs de quitter le pays, dont il ne conserve que très peu de souvenirs. Patrick et sa mère s’installent tous deux à Argenteuil, en banlieue parisienne. À l’âge de 5 ans, il découvre Brel, Brassens, Gainsbourg… et se prend d’affection pour ces chanteurs. D’après lui, de là découle son goût pour la musique. Les années passent et il n’est pas rare de retrouver le jeune Patrick Benguigui et sa bande passer des samedis soirs entiers à reprendre à la guitare les morceaux de ces artistes.

En 1965, il se passionne pour le théâtre après une représentation de L’Idiot de Dostoïevski. Nouvelle révélation musicale quatre ans plus tard, cette fois après un concert de Serge Reggiani.

Malgré une interdiction parentale, à 14 ans, il se rend à Bruxelles pour y voir un concert des Rolling Stones. Il en ressort impressionné et se met à écouter les grands groupes rocks de l’époque : Led Zeppelin, Deep Purple…

En plus de la musique, Patrick Benguigui est très doué pour le football. Son niveau est tel qu’à 15 ans, on lui propose d’intégrer un centre de formation. Mais se heurtant au refus familial, il doit abandonner ce projet qui, peut-être, l’aurait mené aux sommets de ce sport.

En 1975, il assiste à un concert de Michel Sardou à L’Olympia. Fasciné par cette prestation, il décide que lui aussi deviendra chanteur. Sur le plan scolaire, il étudie au prestigieux lycée Henri-IV, où il passe pour un élève brillant mais turbulent, ce qui ne l’empêchera pas de décrocher un bac économique avec une mention Bien.

Il est fasciné par la formation musicale Jandek et son maître d’ouvrage Sterling R. Smith, dont il a déclaré qu’elle avait inspiré nombre de ses chansons, à commencer par “casser la voix”.

Patrick Benguigui se lance alors dans le théâtre, qu’il abandonne après deux heures de cours d’art dramatique. À la recherche d’un petit job, il décroche une place de GO (animateur) au Club Méditerranée, et fait ainsi son apprentissage de la scène.—

Source: http://www.israstage.com/fr/order

ISRAEL - SUCCES au TROCADERO

Article paru dans "Israelvalley",le 26/05/08

Un Spectacle Exceptionnel pour les 60 ans d'Israël : émotion et allégresse étaient au programme.
Dimanche soir, sur le parvis du Trocadéro, un spectacle exceptionnel a été organisé par Arthur pour fêter les 60 ans de l’Etat d’Israël. Selon les organisateurs, près de 40000 personnes y étaient présentes pour fêter cet événement. Aucun incident n’est à signaler.

Malgré une pluie battante pendant une très grande partie de la soirée, la Place du Trocadéro était en délire. Une ambiance exceptionnelle ! Cette cérémonie s’est déroulée en trois parties.

1- Première partie animée par Francky Perez de 19h à 20h30. De nombreux chanteurs israéliens se sont succédé, folklores et bonne humeur de la partie. Un film émouvant de Daniel Haik qui retrace les 60 ans d’Israël année après année a également été retransmis. 20 jeunes Israéliens de Sdérot ont fait spécialement le déplacement et sont montés sur scène.

Francky Perez nous annonce également que le Président de la République Nicolas Sarkozy nous honore de sa présence. On peut alors l’observer au loin saluer la foule. Il est parti à 20h05 et il est resté une demi-heure.

2- Deuxième partie – Cérémonie officielle coordonnée par le PDG de Publicis M. Maurice Levy de 20h30 à 21h. Cette cérémonie était très émouvante. De nombreuses personnalités ont enchaîné des discours en l’honneur d’Israël : le maire de Paris Bertrand Delanoë, lors d’un discours d’environ 7 minutes a rappelé son amitié pour l’Etat d’Israël, ainsi que son cadeau d’une fontaine de 7 mètres de haut pour l’Etat juif. Il a également annoncé qu’il souhaite baptiser une Place Ben Gourion à Paris lors de son second mandat de Maire.

Ensuite, l’Ambassadeur d’Israël en France M. Daniel Shek et M. Richard Prasquier, Président du CRIF sont intervenus. Puis, ce fut au tour du Maire du 16ème arrondissement Claude Goesguen d’intervenir. Rama Yade a ensuite représenté le Gouvernement dans son allocution et a confirmé l’amitié de la France pour l’Etat d’Israël.

Enfin, Mme Tzipi Livni, Ministre des Affaires Etrangères israéliennes a fait un discours très charismatique en français. Il est important de noter la présence exceptionnelle de Mme Laurence Parisot, Présidente du MEDEF.

Enfin, la cérémonie s’est clôturée avec Noa qui a chanté la Marseillaise et la Hatikva.

3- Troisième Partie : Concert exceptionnel présenté par Valérie Benaim et Arthur de 21h à 23h30. De nombreux artistes ont ensuite assuré le show devant une foule en délire pour 2h30 de folie : Peter Cincotti, Rika Zarai, Noa (qui a aussi chanté avec une chanteuse palestienne), Les Yeux Noirs, Jennifer, Nikos Aliagas et la Star Ac 7, Enrico Macias (il a su mettre le feu et surtout le seul à faire stopper la pluie…), Michel Drucker, Marc-Olivier Fogiel, Laam, Sherifah Luna, Michel Boujenah, Lara Fabian, Dany Brillant, Virginie Ledoyen, Martin Solveig, Louisy Joseph, et bien d’autres encore.—

SUCCES POUR PATRICK BRUEL EN ISRAEL DEVANT 5 000 FANS.

bruelrananna.jpgArticle paru dans "Israelvalley",le 27/05/08

Hier soir Patrick Bruel, habillé d’une veste de cuir noir, a enchanté environ 5 000 personnes qui se sont retrouvées au Parc de Raanana. Sa mère était là et a assisté en direct à une “standing ovation” digne des grands jours.

 

La soirée a été marquée par une ambiance électrique de “grand soir”. Le chanteur a occupé la scène comme très peu de chanteurs français ont su le faire en Israël.

A sa manière, et dans un autre style, seul le chanteur Raphaël a su faire aussi bien en Israël (mais dans une petite salle de 300 personnes). Le souvenir du passage de Raphaël à Tel-Aviv restera à jamais gravé dans l’esprit des spectateurs. Il en sera de même pour Patrick Bruel.

La soirée est devenue en quelques minutes “la” soirée mythique des Français d’Israël. Le concertbruel2.jpg a démarré avant 21 heures et a pris fin vers 23 heures. Patrick Bruel était accompagné (une “surprise”) de Shlomo Arzi pour une chanson en hébreu.

La foule qui dansait en permanence n’a pas voulu se séparer du chanteur. En hébreu, en français, en anglais, Patrick Bruel a trouvé les mots justes pour saluer la foule presque exclusivement composée de Franco-Israéliens.

Avec la chanson la “Hatikva”, Patrick Bruel, accompagné d’un jeune chanteur israélien de la Star ACADEMY israélienne a clôturé le récital.
Des spectateurs ont cru déceler (sur deux écrans géants) des larmes couler sur son visage ému. Un gâteau en forme de guitare est arrivé sur scène. Happy birthday Patrick…Thanks, Toda, Merci.
Patrick Bruel vient de fêter le 14 mai ses 49 ans. Né Patrick Maurice Benguigui à Tlemcen, en Algérie qu’il a quittée avec sa famille à l’âge de trois ans, il n’a jamais caché ni ses origines juives, ni son engagement en faveur d’Israël. Cette année, il revient pour la deuxième fois en Israël.
En février, il était déjà venu présenter, comme comédien, le superbe film de Claude Miller « Un secret ». Maintenant il revient en tant que chanteur pour fêter avec les Israéliens les 60 ans d’Israël. Il donne un concert unique et exceptionnel le 26 Mai à 20h30 au Parc de Raanana, ville où de nombreux nouveaux immigrants d’origine française se sont installés ces dernières années.
Auteur, compositeur et musicien, il joue du piano et de la guitare, Patrick Bruel a sorti 17 albums entre 1990 et 2007. Ces dernières années, sa musique romantique a parfois pris des accents plus politiques : une de ses chansons « Adieu » traite par exemple du terrorisme et des attentats de Madrid.
Désirant ardemment la paix entre Israël et ses pays voisins, il a fait partie des personnalités présentes à Genève pour soutenir l’initiative de Yossi Beilin en 2003.

Il y a quelques années, il a aussi courageusement refusé de chanter dans les villes tenues par le Front National et avait eu maille à partir avec Dieudonné.

Père de deux garçons qu’il a eus avec Amanda Sthers, de son vrai nom Maruani, Oscar bientôt cinq ans et Léon trois ans, il n’hésite pas à dire que la Thora est un guide de vie magnifique qui porte un message actuel, et qu’être juif fait partie de sa quotidienneté car « si vous oubliez que vous êtes juif, il y a toujours quelqu’un ou un événement qui vous le rappellera ».

Il vient chanter en Israël son répertoire habituel, mais aussi plusieurs chansons en hébreu, dont quelques-unes de Shlomo Artzi, la grande star locale. La rumeur court d’ailleurs que Schlomo Artzi pourrait bien faire une apparition surprise lors de ce concert très symbolique.
Patrick Bruel qui est déjà venu 5 fois en Israël, est attendu avec impatience par des milliers d’Israéliens francophones. L’objectif de Patrick Bruel à terme, c’est de devenir une star pour tous les Israéliens. Ce n’est donc là que le début d’une longue histoire d’amour…