Claude Layani

Ministre du culte à Fribourg en Suisse durant 33 ans, j'étais aussi bibliothécaire scientifique à la Bibliothèque cantonale et universitaire, comme responsable des acquisitions. J'étais aussi journaliste à la Gazette juive de Bâle ainsi que dans wochenblatt de Zürich pendant de longues années. En fait avec Alliance j'ai eu la joie et le privilège de continuer mes activités littéraires et mes fonctions rabbiniques en publiant le commentaire de la sidra. Engagé dans les relations judéo-chrétiennes, il m'arrivait de faire des conférences à l'Université catholique de Fribourg sur le judaïsme. Pratiquement toutes les écoles et les collèges sont venus visités notre synagogue et le résultat de ce travail, la communauté juive avait une place non négligeable . Nous étions invités toutes les années à la présentation des vœux auprès du gouvernement et de l'évêché. A mon départ à la retraite je laisse une communauté pas loin de l'extinction faute de fidèles. A Nic e je me suis investit dans la rédaction du journal Nitzan, au Bné Brith Loge Côte d'Azur dans le secteur de la culture.
Voici ces quelques lignes qui tracent un parcours engagé pour la communauté et pour le judaïsme qu'il faut faire connaître car nous sommes le ferment ,le sel pour l'humanité. Nous sommes encore présent aujourd'hui car nous avons la mission de délivrer le message divin.

Les articles de Claude Layani

Livre juif : L'éloge de l'irrévérence, Charia Hebdo, de Georges Kiejman et Richard Malka

de Georges Kiejman et Richard Malka

Les 7 et 8 mars 2007 s'est tenu au palais de justice de Paris un procès suivi dans le monde entier : celui des "caricatures".

Un an auparavant, Charlie Hebdo avait décidé de publier des caricatures du Prophète Mahomet, accompagnées d'un appel à la lutte contre l'islam radical - ce nouveau mal totalitaire. On voyait en Une le Prophète, débordé par les extrémistes, se tenant la tête entre les mains : « C'est dur d'être aimé par des cons.... »

Deux jours d'audience agitées, sous haute protection, comme au théâtre de notre démocratie, combattante et menacée. Avec en première ligne, Philippe Val, Elisabeth Badinter, François Hollande, François Bayrou et tant d'autres, défendus par leurs avocats : Georges Kiejman et Richard Malka. Face à eux, des associations réclamant la censure du journal : la Mosquée de Paris et l'UOIF, entres autres.

Ce qui se joua, pendant ces deux journées, devant la presse internationale ? Le droit de se moquer des idées, des religions. Le droit à la caricature. Le droit à l'irrévérence. Le droit au libelle, à l'excès, dans la tradition française du dessin de presse, du libelle révolutionnaire. Le droit à l'ironie salvatrice. Les débats furent âpres, décisifs ; juridiques aussi.

Il était temps de rendre aux citoyens deux textes fondateurs - les plaidoiries de Malka et Kiejman - éloges superbes de la liberté de pensée, déconstruisant le totalitarisme en chemin ; moquant les censeurs ; défendant, comme une valeur supérieurement belle, le droit à rire non des êtres mais de leurs idées ; et confiant au lecteur les tendres armes démocratiques pour continuer de rire, d'éveiller, de croire ou de ne croire en rien.

Plus tard, on le sait, Charlie Hebdo titrera "Charia Hebdo", sera incendié, puis connaîtra le drame de janvier 2015, avec son cortège de morts. Le procès de l'année 2007 est historique : comme un nœud, comme la répétition originelle d'un drame qui ne cessa de se répéter.

Choix de Claude Layani

Livre juif : Tunis, Paris, ma mère de Franklin Berrebi

LITTÉRATURE DOCUMENTS, RÉCITS Tunisie

TUNIS, PARIS, MA MÈRE

FRANKLIN BERREBI
Rue des écoles 
LITTÉRATURE DOCUMENTS, RÉCITS Tunisie 

1955, Benjamin quitte sa Tunisie natale et s'embarque avec ses parents et son jeune frère pour une France lointaine et inconnue.

Du haut de ses douze ans, le jeune garçon observe sans bien comprendre une « révolution » dans sa famille, en écho à l'accession de la Tunisie à l'autonomie, prélude à une indépendance redoutée par la communauté
des juifs tunisiens.

Il doit dire adieu à la douceur de vivre du pays ensoleillé pour se retrouver dans une ville qui ne l'attend pas.

Franklin Berrebi a écrit, dans les années 70, les scénarios des trois albums de "BD Astrobald", dessinés par Calvi, et récemment "Au secours je pars à la retraite", chez Timée, et "La retraite et après", aux Éditions Télémaque.

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : L'envie d'y croire de Eliette Abecassis journal d'une époque sans foi

L'envie d'y croire de Eliette Abecassis

« Ce journal de vie est le mien, celui d’une femme, d’une mère et d’une philosophe qui s’interroge. Comment vivre dans un monde où tout s’achète et tout se vend en un clic ? Un monde dont le seul but est de fabriquer des besoins ? Un monde sans foi ni loi, où on ne se pose plus la question de ce que l’on peut faire ou doit faire ?

L’envie d’y croire est une impulsion qui nous porte, nous élève, nous renforce. Souvent une intuition, parfois une conviction, mais surtout l’expression d’une foi en nous-même et envers les autres. Celle d’une philosophie de vie qui renoue avec le sens. »

Choix de Claude Layani

Livre juif : Trois soulèvements judaïsme, marxisme et table mystique de Denis Guénoun

Trois soulèvements de Denis Guénoun

Dans cet essai d'autobiographie spirituelle, l'auteur tente de caractériser trois liens qui ont marqué son existence. De famille juive, marxiste par formation et par choix, Denis Guénoun n'a cessé d'être questionné par le christianisme.

À chacune de ces pensées, il reste profondément fidèle, mais chacune soulève en lui une interrogation critique. Il n'esquive pas les errements historiques, les fautes, les chutes. Mais le regard lucide n'affaiblit pas la fidélité : au contraire, elle s'en nourrit.

Entre tensions et failles, sans éclectisme, le livre décèle dans ces Trois soulèvements une source commune, une histoire partagée, une résonance intime. Récit et réflexion se croisent, dans une méditation sur une vie de notre temps : disparate et affamée d'unité.

Choix de Claude Layani

Livre : L'Histoire refoulée, La Rocque, les Croix de feu et le fascisme français

L'Histoire refoulée, La Rocque, les Croix de feu et le fascisme français

Qui furent vraiment les Croix de feu et le colonel de la Rocque ? Vichy fut-il un accident ? Zeev Sternhell, Didier Leschi et des spécialistes internationaux revisitent l'un des sujets les plus brûlants des droites françaises de l'entre-deux guerres.

Y a-t-il eu, dans l'entre-deux-guerres, un fascisme français ? Pourquoi cette question demeure-t-elle une controverse historique majeure ? En quoi conditionne-t- elle non seulement notre passé, mais aussi notre présent ? Et qui furent vraiment, pour commencer, le colonel La Rocque et les Croix de feu, qui comptèrent plus d'un million d'adhérents à leur apogée ?

Rouvrant ce dossier brûlant en compagnie des meilleurs spécialistes, le grand historien Zeev Sternhell en instruit toutes les zones d'ombre. L'enfièvrement populaire et le culte du chef charismatique, la propension corporatiste et le rejet de la démocratie parlementaire, l'inclination antisémite et l'exaltation du pouvoir autoritaire : chacune de ces dimensions idéologiques fait ici l'objet d'une enquête sans préjugés, mais aussi sans concessions.

Un livre qui fera date sur les méthodes et les finalités en historiographie contemporaine. Un essai qui fera débat parmi les savants, les politiques et par-delà.

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Des Bouts D'Existence de Aldo Naouri

Des Bouts D'Existence de Aldo Naouri

« C’était ma mère, ma mère à moi, insaisissable, avec son côté énigmatique qui rajoutait à sa force et à ce que je vivais comme son pouvoir protecteur. Les choses étaient ainsi. Je devais m’y faire, je devais les accepter.

C’est ainsi que, soir après soir et tout au long de ces années, elle nous a raconté successivement toutes sortes d’histoires.

C’est ce que j’ai voulu faire dans ces bribes de mémoire, raconter et transmettre.

Je n’ai la nostalgie d’aucun lieu. Je n’ai pas la nostalgie de la Libye et encore moins celle de l’Algérie. Je me suis intégré, parfaitement même, mais sans jamais me fondre dans la masse ni m’assimiler. Même si rien ne le laisse penser, j’ai été, je suis, je reste en effet un migrant.

J’espère que chacun tirera de cet écrit ce qu’il voudra ou ce qu’il pourra.

Jusqu’à prendre acte que, de quelque manière qu’elle se déroule, la vie est toujours une belle aventure ! » A. N.

De la Libye à ses années de formation de médecin, qui, toute sa vie, a soigné les enfants ; une idée du parcours de vie peu ordinaire d’Aldo Naouri.

Aldo Naouri a exercé la pédiatrie, avec un éclairage psychanalytique, pendant une quarantaine d’années. Il est l’auteur de nombreux ouvrages à succès tels que Les filles et leurs mères, L’enfant bien portant, Les pères et les mères, Adultères, Les belles-mères, les beaux-pères…, Éduquer ses enfants, Entendre l’enfant.

Choix de Claude Layani

Pâque juive : le cinquième enfant de la Haggadah de Pessah

le cinquième enfant de la Haggadah de Pessah

                    QUE AVIA

Es vengu « Hakkados Baruch hu »

Qué avia « sahat » lou « Sohet »

Qué a sahata l’ange de la Mort,

Qué avia « sahata » lou biaou

Qué avia bégu l’aïga,

Qué avia amoussa lou fiaun,

Qué avia brula lou bastoun,

Qué avia battu lou cin,

Qué avia mangia lou cabri, Qué avié aciéta moun païré,

Un escu, douz escu....

Mais oui, bien sûr, c’est le ‘Had gadia de la Haggadah , en nissart. Nissart ? Enfin, ami lecteur, c’est le patois niçois.

le cinquième enfant de la Haggadah de Pessah

le cinquième enfant de la Haggadah de Pessah

LE « CINQUIEME » ENFANT.... (pas paru)

La Haggadah  nous a habitués par le texte et par l’image aux « quatre enfants type », dont le portrait nous est dépeint avec un don d’observation remarquable.

Le Sage a sa façon de poser une question, laquelle ressemble d’ailleurs étrangement à celle du Méchant ; seule une nuance grammaticale subtile la distingue: Et’hem et La’hem.

Le Simple, incapable d’approfondir la signification de la fête, demande tout simplement: « Qu’est-ce que c’est « , témoignant malgrè tout de l’intérêt pour ce qui se passe autour de lui.

Puis, le quatrième enfant, celui qui ne peut même pas formuler une question, complète le tableau de famille autour du plat du Séder et manifeste son intérêt par sa présence même.

D’année en année, en lisant la Haggadah, on remarquera qu’il existe un  cinquième enfant, l’indifférent, qui lui, absent du Séder, ne s’intéresse en aucune manière à l’histoire de Pessa’h.

C’est ce « cinquième enfant » qui devrait avant tout inquiéter les parents ainsi que les rabbins et les instructeurs religieux.

Pour Rav Shlomo Riskin « La cinquième coupe est pour le fils absent. Il s’est tellement éloigné de son père qu’il n’assiste plus au Séder de Pessa’h »

Tant que l’enfant pose une question, même si la formule est « méchante », il manifeste en même temps un désir de savoir, une volonté de s’instruire. C’est pourquoi que le Méchant est préférable à l’Indifférent car, se trouvant avec sa famille à la table du Séder, son père a la possibilité de l’éclairer et de le rendre moins « méchant »

Une leçon à méditer car malheureusement ils sont trop nombreux les « cinquième » fils au sein du peuple d’Israël !!!

Claude Layani

 

Livre : Qatar Papers ou comment l'émirat finance l'islam de France et d'Europe

Qatar Papers comment les émirats arabes islamise la France et l'Europe

Comment l'émirat finance l'islam de France et d'Europe.

La nouvelle enquête de Christian Chesnot et Georges Malbrunot.

Qatar papers  enquête sur comment le Qatar islamise la France

Qatar papers enquête sur comment le Qatar islamise la France

Les " Qatar papers " révèlent la cartographie du prosélytisme en France et en Europe mené par Qatar Charity, la plus puissante ONG de l'émirat. Ces documents confidentiels, divulgués pour la première fois, détaillent la plupart des 140 projets de financement de mosquées, écoles et centres islamiques, au profit d'associations liées à la mouvance des Frères musulmans.
Ils dévoilent le salaire payé à Tariq Ramadan, figure de l'islam politique que Doha sponsorise hors de ses frontières.
Au terme d'une enquête dans six pays européens et une douzaine de villes de l'Hexagone, les auteurs exposent la dissimulation, parfois le double langage, des associations islamiques sur leur financement étranger, ainsi que la politique de l'autruche suivie par de nombreux maires, par électoralisme ou ignorance. Ils pointent l'absurdité de la situation : avec le seul argent des fidèles comme subside, comment les mosquées en France pourraient-elles se priver des aides venues de l'étranger ?

Un voyage dans les coulisses d'une ONG richissime et opaque liée au sommet de l'État qatarien, comme le révèle son financement par plusieurs membres de la famille régnante, les al-Thani. 
Une contribution essentielle au débat sur les ramifications étrangères de l'islam de France au moment où Emmanuel Macron cherche à le structurer.

Un mot de l'auteur

Christian Chesnot est grand reporter à la rédaction internationale de Radio France, Georges Malbrunot, au Figaro. Spécialistes du Moyen-Orient, ils ont coécrit de nombreux ouvrages, dont le dernier Nos très chers émirs – Sont-ils vraiment nos amis ?

Choix de Claude Layani

Livre juif : Voyou de Itamar Orlev

Livre juif : Voyou de Itamar Orlev

VOYOU Itamar Orlev

Tadek se retrouve du jour au lendemain seul au monde. Sa femme l'a quitté, et il n'a plus pour compagnie qu'un fatras de souvenirs, de cauchemars - et un fantôme, celui de son père, qu'il n'a pas revu depuis vingt ans. Sur un coup de tête, Tadek décide alors de quitter Jérusalem pour retrouver ce dernier, qui croupit dans un hospice de Varsovie.

L'homme qu'il découvre n'est plus que l'ombre du personnage flamboyant qui a marqué son enfance. Stefan Zagourski était une force de la nature - et un monstre. Il buvait, vitupérait, cognait, faisait régner la terreur au sein de sa famille, qui a préféré le fuir en émigrant.

Aujourd'hui, c'est un vieil homme pitoyable aux portes de la mort. Une semaine durant, père et fils vont se confronter, et affronter ensemble les spectres du passé, à la recherche d'une impossible réconciliation.

Une histoire de pères et de fils. Une histoire d'amour. Une histoire de la violence.

Roman traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz

Choix de Claude Layani

Livre : SODOMA de Frédéric Martel

SODOMA de Frédéric Martel

Le célibat des prêtres ; l'interdiction du préservatif par l'Église ; la culture du secret sur les affaires d'abus sexuels ; la démission du pape Benoît XVI ; la misogynie du clergé ; la fin des vocations sacerdotales ; la fronde contre le pape François : un même secret relie toutes ces questions. Ce secret a longtemps été indicible. Il porte un nom : Sodoma.

La ville biblique de Sodome aurait été détruite par Dieu en raison de l'homosexualité de ses habitants. Or, aujourd'hui, c'est au Vatican que l'on trouve l'une des plus grandes communautés homosexuelles au monde.

Pendant quatre années, Frédéric Martel a vécu en immersion à l'intérieur du Vatican et mené l'enquête sur le terrain dans une trentaine de pays. Il a interrogé des dizaines de cardinaux et rencontré des centaines d'évêques et de prêtres.

Ce livre révèle la face cachée de l'Église : un système construit depuis les plus petits séminaires jusqu'au Vatican à la fois sur la double vie homosexuelle et sur l'homophobie la plus radicale. La schizophrénie de l'Église est insondable : plus un prélat est homophobe en public, plus il est probable qu'il soit homosexuel en privé.

" Derrière la rigidité, il y a toujours quelque chose de caché ; dans de nombreux cas, une double vie. " En prononçant ces mots, le pape François nous a confié un secret que cette enquête vertigineuse révèle pour la première fois.
Sodoma paraît simultanément dans vingt pays.