Claude Layani

Ministre du culte à Fribourg en Suisse durant 33 ans, j'étais aussi bibliothécaire scientifique à la Bibliothèque cantonale et universitaire, comme responsable des acquisitions. J'étais aussi journaliste à la Gazette juive de Bâle ainsi que dans wochenblatt de Zürich pendant de longues années. En fait avec Alliance j'ai eu la joie et le privilège de continuer mes activités littéraires et mes fonctions rabbiniques en publiant le commentaire de la sidra. Engagé dans les relations judéo-chrétiennes, il m'arrivait de faire des conférences à l'Université catholique de Fribourg sur le judaïsme. Pratiquement toutes les écoles et les collèges sont venus visités notre synagogue et le résultat de ce travail, la communauté juive avait une place non négligeable . Nous étions invités toutes les années à la présentation des vœux auprès du gouvernement et de l'évêché. A mon départ à la retraite je laisse une communauté pas loin de l'extinction faute de fidèles. A Nic e je me suis investit dans la rédaction du journal Nitzan, au Bné Brith Loge Côte d'Azur dans le secteur de la culture.
Voici ces quelques lignes qui tracent un parcours engagé pour la communauté et pour le judaïsme qu'il faut faire connaître car nous sommes le ferment ,le sel pour l'humanité. Nous sommes encore présent aujourd'hui car nous avons la mission de délivrer le message divin.

Les articles de Claude Layani

Livre juif : Ecrits juifs de Moses Mendelssohn

Ecrits juifs de Moses Mendelssohn

Moses Mendelssohn (1729-1786) fut un penseur d’« entre les mondes » ; philosophe, remarquable écrivain de langue allemande, traducteur de Rousseau et de la Bible, il fut encore, en langue hébraïque, un exégète affûté, sensible aux aspérités de la lettre scripturaire comme aux idées.

Ecrits juifs de Moses Mendelssohn

Ecrits juifs de Moses Mendelssohn

Il se soucia, sans sacrifier l’un pour l’autre, des deux mondes, du juif et de l’allemand (et, au-delà, de l’européen) ; souvent, il dut s’interposer entre eux. Inquiet de la pérennité de son peuple, de son bonheur et de son honneur, il fut encore soucieux du « salut universel », du bonheur des hommes à la lumière de la raison ; il ne balança pas entre elle et la révélation, mais voulut les voir réconciliées, alliées.

Le « Socrate de Berlin » – comme on le surnomma après la parution de son Phédon (1767) – fut le même qui se consacra des années durant à traduire la Bible hébraïque en allemand avec un commentaire ; le même enfin qui fit paraître Jérusalem, ce livre majeur qui inaugura la pensée juive moderne.

« Entre les mondes » – c’est dire aussi combien il s’exposa aux critiques et récriminations, les uns l’accusant d’opiniâtreté judaïque, les autres au contraire de promouvoir l’assimilation des Juifs à l’Europe des Lumières. Quoiqu’il répugnât à la polémique, il dut se défendre.

Ce sont ces visages de Mendelssohn que nous présentons ici ; l’un, farouche, traversant la correspondance polémique avec Lavater et Bonnet ; un autre, hospitalier mais sévère, traversant la correspondance sur le noahisme avec Jacob Emden ; un dernier enfin, plus serein, presque paternel, tout le long de l’introduction à sa traduction de la Bible mosaïque.

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Les Juifs d'Ethiopie de Lisa Anteby-Yemini

'héritage du roi Salomon et de la reine de Saba,

Communauté aux origines obscures, qui revendique l'héritage du roi Salomon et de la reine de Saba, les juifs d'Éthiopie ne cessent de fasciner.

L'épopée de leur « montée » en Israël au milieu des années 1980 les a brutalement fait passer d'un mode de vie archaïque à l'ultra-modernité.

Les Juifs d'Ethiopie l'héritage du roi Salomon et de la reine de Saba,

Les Juifs d'Ethiopie l'héritage du roi Salomon et de la reine de Saba,

Dans cet ouvrage appelé à devenir la référence en français, l'auteur fait le point sur ce qu'on sait de leur histoire ancienne et met surtout l'accent sur leur installation en Israël, la difficile question de leur intégration et les défis actuels.

Elle montre en particulier comment leur identité en tant que nouveau Israéliens, juifs et noirs, les place au carrefour de problématiques contemporaines : identité nationale ou religieuse, conscience de couleur et de genre, transnationalisme, re-diasporisation globalisation...

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : L'Holocauste de Laurence Rees

Holocauste de Laurence Rees

 De loin le livre le plus éclairant jamais écrit sur l’Holocauste, mais aussi le meilleur pour comprendre les origines du projet, son caractère aberrant, autant que son déroulement chaotique. » Antony Beevor « Un chef-d’œuvre.

Holocauste de Laurence Rees

Holocauste de Laurence Rees

Le meilleur livre de Laurence Rees. Si vous pensiez tout savoir de l’Holocauste, ce livre apporte la preuve du contraire. » Laurence Rees est directeur des programmes historiques de la BBC. Historien, il a écrit, réalisé et produit de nombreux documentaires sur la Seconde Guerre mondiale. Il est notamment l’auteur de Adolf Hitler : la séduction du Diable, et de Auschwitz, tous deux parus chez Albin Michel

 

Choix de Claude Layani

livre juif : Le Dhimmi de Bat Ye'or

Le Dhimmi de Bat Ye'or

Les islamologues avaient pris l'habitude de définir les juifs et les chrétiens sous l'islam comme des minorités religieuses. On ne disait rien de leur origine, or ces populations représentent les restes des peuples ethno-religieux antérieurs à l'islam, autrefois majoritaires dans leur pays.

Le Dhimmi de Bat Ye'or

Le Dhimmi de Bat Ye'or

Une fois leur territoire conquis par le jihad ces populations étaient soumises à une sorte de pacte qui devint vite un statut imposé et infamant, la dhimma : la « protection » islamique s'exerçant dans un contexte de guerre ininterrompue, la condamnation à mort sanctionnait le refus de se soumettre. Ce fut la dhimma qui assura le succès de la politique d'arabisation et d'islamisation.

Son abrogation au XIXe s. sous la contrainte de l'Occident n'a sans doute pas modifié les doctrines et les représentations musulmanes en profondeur. Réduits à un état de subordination, de vulnérabilité et de dégradation extrême, toute critique de l'oppresseur étant blasphématoire, ces peuples dhimmis traversèrent les siècles avec une telle discrétion que l'histoire en conserva difficilement les traces.

Peuples sans passé, ils étaient aussi des peuples sans droits, incarnant une condition de non-existence et d'injustice permanente. Dès la parution de ce premier livre, Jean-Pierre Péroncel-Hugoz et Jacques Elul dans Le Monde avaient souligné que Bat Ye'or, « en parlant d'une façon scientifiquement irréfutable, des opprimés dans la civilisation arabe et musulmane », prenait « le contrepied d'une mode tendant à présenter l'islam comme le carrefour de toutes les tolérances, face à un Occident naguère encore impitoyable pour les minoritaires ».

Le Dhimmi révélait aux juifs et aux chrétiens orientaux leur propre histoire, qui pour la plupart l'ignoraient. Cette ignorance et leur situation de peuple-otage les avaient incités à se faire les porte-paroles en Occident de leurs oppresseurs et à oeuvrer à leur propre destruction, dont les derniers épisodes sanglants ont fini par nous interpeler.

Mais dans les années soixante-dix, Bat Ye'or découvrait « cet énigmatique personnage, le dhimmi, surgit de ses linceuls d'histoire » : « À mesure que j'éclairais ses diverses facettes, s'éveillaient simultanément contre moi des attaques et des vindictes exprimées jusqu'en 2010 quand le gouvernement de l'Etat Islamique, fort opportunément venant à mon secours par le rétablissement de la charia, confirma tous mes écrits. »

En rassemblant pour la première fois sous ce titre une réalité historique refoulée et niée ce livre expose le dhimmi dans sa réalité humaine et non dans la vision de son oppresseur qui le déshumanisait pour l'asservir. Aujourd'hui, on se rend mieux compte de son caractère politique explosif.

Alors que les médias et l'élite culturelle vilipendaient le racisme et le colonialisme, et se confondaient en témoignages d'admiration pour l'islam, ce livre mettait au centre d'une histoire de treize siècles sur trois continents, le dhimmi juif, chrétien, ou autre colonisé par les Arabes, dans ses vêtements d'opprobre.

Choix de Claude Layani

Livre juif : 5 ans savoir étudier les commentaires de Rachi

cinq ans savoir étudier la torah

Il faut savoir étudier le Rachi de la Tora, d'abord et avant tout avec le regard d'un enfant de 5 ans.

5 ans savoir étudier les commentaires de Rachi

5 ans savoir étudier les commentaires de Rachi

Telle est, en quelques mots, la teneur de l approche du Rabbi de Loubavitch, Rabbi Menahem Mendel Schneerson.
Voilà une conception pour le moins surprenante, voire déroutante, tranchant radicalement avec la méthode classique qui considère le Rachi de la Tora comme un Commentaire s'adressant
d'emblée à l 'Erudit.

En apparence anecdotique, il suffit de s'y intéresser pour comprendre que la démarche est en réalité fondamentale.

Ce regard touche à l'essence du Commentaire. Il est fascinant et lumineux à la fois.

Il en devient la démarche première. Il est en ce sens incontournable et bouleverse bien des idées reçues.

Quelle est la genèse de cette approche, quel en est son fondement ?

En quoi consiste la démarche, pourquoi est-elle si primordiale ? Qui est cet enfant de 5 ans,
qu'implique-t-il ? Embarquez dans une exploration exaltante du plus populaire des commentaires de l'Exégèse juive et découvrez une oeuvre unique aux facettes inattendues.

Le présent ouvrage, tout à fait inédit en son genre, est destiné à savoir étudier le Rachi de la Tora.

Il se présente d abord comme un guide pédagogique foisonnant d informations et illustrations savoureuses, mais il est aussi une réflexion profonde sur la vocation du Commentaire ainsi
qu'une quête de soi passionnante ayant la vertu d un élixir de jeunesse.

Choix de Claude Layani

Livre juif : Les aventures de l'Infortuné marrane Juan de Figueras de Jean-Pierre Gattégno

Les aventures de l'Infortuné marrane Juan de Figueras

"Le duc d'Alcalá s'arrêta interloqué. J'en profitai pour lui passer mon épée au travers du corps. Il mourut sur-le-champ. Pendant quelques instants, je contemplai l'homme étendu à mes pieds : moi le marrane, appartenant à un peuple couvert de crachats, habitué à courber l'échine et à subir le mépris des autres, je venais de tuer un grand d'Espagne."Espagne, XVIIe siècle.

Juan de Figueras est fils de marranes, ces Juifs convertis au catholicisme sous l'Inquisition. Son père, un riche marchand de Séville, l'envoie étudier la prêtrise dans la lointaine Valence.

Là, Juan découvre le vol, la traîtrise, le mensonge. Il s'enfuit et, dans son périple pour retrouver ses parents, il croise bandits de grand chemin, escrocs, faux rabbins...À travers les tribulations de Juan de Figueras, c'est aussi de notre époque que nous parle ce roman, de son fanatisme comme de sa folie meurtrière.

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : Un Juif au Vatican de Bruno Bartoloni

Un Juif au Vatican de Bruno Bartoloni

Les Mémoires d'un des plus grands vaticanistes, correspondant de l'AFP au Saint-Siège pendant 45 ans. Le récit d'une vie atypique, celle d'un enfant de parents sauvés des rafles nazies qui a grandi au Vatican où son père fut le premier vaticaniste de l'histoire. Un ouvrage où se mêlent les souvenirs familiaux de l'auteur et des révélations sur les dessous de la vie au Vatican, démystifiant légendes et croyances de ce monde secret.

Bruno Bartoloni a été, pendant 45 ans, le rédacteur " vaticaniste " de l'AFP. Ironique et désinvolte, il vante une expérience unique. Dans les années 20, son père fut le pionnier des vaticanistes et sa mère l'allaitait dans les jardins du Vatican.

Bruno Bartoloni a suivi en tant que journaliste le règne de sept papes. Il fut le témoin direct de la corruption qui accompagna la fin de Pie XII, il traversa Rome sur le marchepied de l'automobile de Jean XXIII, il pénétra dans son appartement quelques minutes après sa mort, il fut arrêté par les gendarmes à l'entrée du Conclave, il fut le premier à annoncer le concile, il voyagea clandestinement dans l'avion de Paul VI, il put interviewer au téléphone Jean-Paul I juste après son élection et il vola les skis de Jean-Paul II (skis qu'il rendit par la suite).

Fils d'une juive allemande et d'un journaliste italo-argentin sauvé de la rafle nazie à Rome grâce à son passeport, Bruno Bartoloni collabore avec le Corriere della Sera et écrit pour différents quotidiens et hebdomadaires du monde entier.

 

Choix de Claude Layani

Livre juif : La fugue du Kabbaliste de Frank Lalou

La fugue du Kabbaliste de Frank Lalou

En 1727 et 2031 le même fléau touche la Terre, le vortex la protégeant s’est entrouvert et laisse passer à chaque pleine Lune des populations entières d’êtres surnaturels, le plus souvent malveillants. L’humanité est en danger. Seules quatre villes sont épargnées : Venise, Londres, Dresde et Leipzig.

En 1727, le grand théologien Dom Calmet, premier auteur d’un livre sur les Vampires, convoque dans la ville des Doges le plus puissant kabbaliste Hayim Moshé Luzzatto, rejeté de sa communauté tellement sont pertinentes ses visions, l’éminente femme savante, disciple et traductrice d’Isaac Newton, Émilie de Chastelet, et enfin, car une bonne lame peut toujours servir, le mousquetaire Louis de la Côte Beaupuits.

En comprenant par la Kabbale, la théologie chrétienne et les sciences pourquoi ces cités sont épargnées, nos trois experts espèrent découvrir le moyen d’endiguer le fléau. Véritable road movie baroque à travers l’Europe.

La fugue du Kabbaliste de Frank Lalou

La fugue du Kabbaliste de Frank Lalou

En 2031, après la Révolution Culturelle Islamique qui avait exterminé presque tous les artistes, surtout les musiciens et leurs instruments, le vortex s’ouvre à nouveau dans l’horreur.

Gabriel, étudiant en histoire de l’art, décèle dans le Louvre, tout juste restauré, un personnage étrange dans un tableau de Guardi au pied de l’église de la Salute. Quand le jeune homme réalise que cet être n’est pas de notre monde, une série d’aventures et une rencontre amoureuse avec une jeune violoncelliste au Carré du Louvre, le mènent à enquêter sur l’origine du mal et au moyen de renvoyer dans leurs enfers les entités qui attaquent la planète.

Ce roman de Frank Lalou, auteur d’une quarantaine de livres sur la Bible et la Kabbale des lettres hébraïques, offre au lecteur une approche fantastique de son univers d’ordinaire réservés aux spécialistes. Tous les héros du roman ont existé et jusqu’au moment des faits tout est historiquement véridique.

Choix de Claude Layan

Livre juif : Les 948 jours du ghetto de Varsovie

Les 948 jours du ghetto de Varsovie

La légendaire histoire du ghetto de Varsovie commence le 12 octobre 1940, jour de Kippour, lorsque les autorités nazies donnent l'ordre de transférer dans un périmètre clôturé tous les Juifs de la ville. Elle se terminera très exactement 948 jours plus tard avec l'extermination des derniers résistants et le dynamitage de la grande synagogue Tlomackie.

C'est la fin de la plus importante communauté juive d'Europe ; la seule qui ait opposé une résistance armée à l'extermination.

En s'appuyant sur les nombreux témoignages écrits pendant et après la période concernée, Bruno Halioua relate le quotidien de plus de 380000 personnes : la multiplication des mesures antijuives, les stratagèmes pour manger, travailler, prier malgré l'enfer, le courage nécessaire pour résister à la machine de mort mise en place par le Troisième Reich.

Ce livre de synthèse, précis et édifiant, est indispensable à tous ceux qui souhaitent mieux comprendre cet événement majeur du XXe siècle.

Choix de Claude Layani

Livre juif : Le livre contre la mort de Elias Canetti

Le livre contre la mort de Elias Canetti

Confronté à la mort dès son plus jeune âge avec la disparition de son père, Canetti a ensuiteété profondément marqué par la perte de sa mère, puis de sa première épouse. Le sujet de lamort le hantera toute sa vie.Le Livre contre la mort rassemble une partie des notes qu’il avait rédigées en vue d’un vaste projet, un ouvrage sur la mort, qui n’a pu voir le jour de son vivant. Cette compilation posthume d’écrits, d’essais et d’aphorismes, composée aux trois quarts d’inédits classés par ordre chronologique (1942-1994), permet de suivre l’évolution de la pensée de Canetti sur ce sujet essentiel.

Dans son éclairante postface, l’universitaire Peter von Matt répertorie les différents angles sous lesquels Canetti envisage son sujet, dont le champ est beaucoup plus vaste que la « simple » réflexion métaphysique sur l’homme face à son destin de mortel. Ainsi, on trouve dans Le Livre contre la mort des pages consacrées à l’homme qui tue ; la survie des morts dans la mémoire des vivants ; la mort dans les mythes ; la mort chez les animaux ; la mort et la langue…

L’AUTEUR

Elias Canetti est né en 1905 en Bulgarie d'une famille d'origine juive séfarade. Élevé enAutriche, exilé en Angleterre après « la nuit de cristal », il reçoit la nationalité britannique en Il réside longtemps en Suisse où il meurt en 1994. Ce grand écrivain d’expression allemande a créé une oeuvre multiforme et fascinante couronnée par le prix Nobel en 1981.

Choix de Claude Layani