Alexandre Blondin

Alexandre Blondin , Reportage-Interviews Presse écrite, Magazine, Web, Mutimédia.
Rédacteur, auteur, biographe, présentateur et conférencier. Alexandre pose un regard décalé sur le monde et les gens. Il écrit depuis de nombreuses années dans les domaines aussi variés que la mode, les arts, le spectacle, le sport, la politique, les sujets de société et la presse d'investigation. De sa plume singulière, il exprime sa polyvalence, privilégie dans ses rencontres une galerie de personnages qu'il sculpte, sublime ou égratigne au grès de ses passions maîtrisées.

Les articles de Alexandre Blondin

Pénurie de masques : une véritable mascarade !

 Coronavirus : La flambée épidémique progresse

163 pays dans le monde sont touchés par le virus, 272 000 personnes sont infectées

et 11 299 personnes ont perdu la vie.

La Région européenne, épicentre de l’épidémie compte 115 000 cas recensés et 5000 morts (ndr - sources  CCES - OMS)

« Je tiens à saluer tous ces agents de santé courageux et altruistes qui sont en première ligne, cherchant à prévenir, endiguer et atténuer les effets de cette pandémie et s’occupant de ceux qui sont gravement malades. Je vous remercie pour votre énorme contribution. »

Déclaration du docteur Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

 

La France démasquée !

450 morts, 12625 cas de contamination dont 1297hospitalisés en état grave.

Le bilan du covid-19 s’alourdit chaque jour en France et les hôpitaux craignent de ne plus pouvoir faire face

à l’afflux des malades en nette progression. Au cours des dernières 24 h. le virus a provoqué 108 nouveaux décès.

Le gouvernement Macron martèle par discours et communiqués aux médias que les français sont indisciplinés face à l’application des récentes mesures de confinement mis en place. Il l’a encore rappelé hier lors de la cellule interministérielle de crise. Les cas maladroits, parfois irréfléchis de certains individus « irresponsables » ne peuvent mettre en cause le comportement de millions de Français, qui en aucun cas ne souhaitent se retrouver pour le meilleur aux urgences et pour le pire dans un linceul.

Il n’est dès lors plus question d‘égarement ni de politique politicienne, mais de rassemblement d’un peuple dans un esprit et une volonté solidaire pour défendre et protéger sa survie.

Le gouvernement se pose-t-il à un seul instant, la question sur ses responsabilités d’état en matière de gestion de crise sanitaire d’une telle ampleur, les failles ouvertes dans le dispositif gouvernemental de prévention tardive et de l’incohérence d’une stratégie adoptée depuis le début de l’épidémie du coronavirus.

L’alerte est imminente : combien faudra-t-il encore de morts pour donner enfin les moyens au personnel soignant et hospitalier d’exercer leur travail dans des conditions de dignité et de respect des risques sanitaires les plus élémentaires.

Quelle valeur faut-il accorder aux discours prononcés, en début d’année par l’ex-ministre de la santé qui malgré les communiqués inquiétants de l’OMS de ce qui se passait en Chine, minimisait une situation déjà « alarmante » et qui par la suite pleurait sur un drame annoncé et dénonçait pour s’affranchir les auteurs d’un crime sanitaire !

Le collectif C19 (composé de médecins et de soignants) fait acte de négligence coupable dans la gestion de la crise liée au Covid-19 devant la Cour de Justice de la République.

Pénurie de masques : une véritable mascarade !

Comment expliquer l’impensable hypothèse que La France 6ème puissance économique mondiale serait incapable de produire rapidement et massivement les millions de masques indispensables à la protection du peuple Français face à l’ampleur d’une épidémie qui s’aggrave ?

On demande aux Français de mettre un masque (encore faudrait-il être en mesure d’en assurer la diffusion) que s’ils sont malades… mais en France pour l’instant, on ne fait aucun test systématique !

Il faudrait nous expliquer comment savoir si l’on est contaminé puisque ce virus est asymptomatique !

  • « C’est une économie de santé de pays sous-développés, la pénurie des masques devra un jour être expliquée » s’alarme Philippe Juvin (chef de service des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou) dans un récent Journal télévisé.
  • Jean-Luc Mélenchon de son côté réclame « la décision imminente de mobiliser les moyens de production pour produire les millions de masques dont les Français ont besoin. »
  • Marine Le Pen demande solennellement au Président de la République de mettre à disposition de manière massive des moyens pour les hôpitaux, les soignants, les médecins de ville, infirmiers, ambulanciers afin de leur permettre de faire leur travail dans des conditions correctes de protection.»

La prise de conscience de nos concitoyens et la mobilisation des médias doivent être plus que jamais réactive et vigilante face à l’absence de moyens et au manque d’équipement de protection des soignants, personnel médical et hospitalier et toutes les personnes les plus exposées au virus. Il faut dénoncer l’insécurité de ceux qui sont confrontés chaque jour au virus pour sauver des vies.

Par manque de masque, le soignant devient alors un contaminant potentiel !

Qui portera dans ce cas la responsabilité de pertes de vies humaines supplémentaires …

La France n’est pas en guerre, elle est « prise en otage» entre un virus planétaire et l’incohérence, le manquement et l’irresponsabilité des hommes. Quand les masques tomberont, nombreux seront « les irresponsables » qui perdront la face.

 

Alexandre BLONDIN

News WPA - 21/03/2020

 

CODIV-19 : Une flambée pandémique MONDIALE, casser la chaine de contamination

 

CODIV-19 : Une flambée pandémique MONDIALE

173 pays touchés dans le monde, 466836 cas confirmés, 21152 décès

La flambée de COVID-19 connaît une évolution rapide dans plusieurs pays de la région européenne et d’autres régions du monde.

L’OMS rappelle l’urgence d’étendre les tests de dépistage massif, le port du masque et de respect des règles de prévention et de confinement.

Pour réagir efficacement à une flambée de la maladie dans les prisons, les autorités de l’État doivent déployer un système de coordination moderne qui réunit les secteurs de la santé et de la justice, tient le personnel pénitentiaire bien informé et garantit que tous les droits de la personne humaine sont respectés dans les établissements. Une situation d’urgence de santé publique de portée internationale requiert une réaction mondiale, avec des mesures prises à l’intérieur des prisons et autres milieux clos.

« Je tiens à saluer tous ces agents de santé courageux et altruistes qui sont en première ligne, cherchant à prévenir, endiguer et atténuer les effets de cette pandémie et s’occupant de ceux qui sont gravement malades. Je vous remercie pour votre énorme contribution. »

Déclaration du docteur Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

La France en état d’alerte : 1333 morts, 25600 cas de contamination

Le gouvernement doit prendre des mesures d’urgence

Le ministère de la Santé annonce chaque jour de nouveaux cas et les foyers de contagion se multiplient : 231 nouveaux décès depuis 24 h.

Les décès à l'hôpital ne représentent qu'une faible part de la mortalité. Ceux survenus dans les 7 000 Ehpad et maisons de retraite qui abritent 800 000 personnes âgées ne sont en effet pas comptabilisés dans ce bilan, pas plus que les victimes du Covid-19 mortes à leur domicile.

La SANCTION avant la PRÉVENTION !

Le gouvernement Macron martèle aux médias que les Français sont indisciplinés.

Les comportements de certains « irresponsables » ne peuvent remettre en question l’application de la réglementation du plus grand nombre.

Pourtant les amendes pleuvent, le couvre-feu retentit peu à peu aux quatre coins de l’hexagone et les sanctions se durcissent.

Si ces mesures sont certes nécessaires, il est aussi juste d’observer la rapidité de leur mise en œuvre en comparaison avec la distribution du matériel de protection et de lutte contre l’épidémie en manque dans les hôpitaux, centres de soins, cabinets médicaux, pharmacies ainsi qu’auprès du personnel de la protection civile.

OUI, le respect des mesures de confinement est un acte responsable essentiel pour chacun d’entre nous.

Il en va de la protection de notre vie et de celle d’autrui.

OUI, la gestion de la crise sanitaire et les moyens mis en œuvre afin de lutter efficacement dans des conditions correctes de protection, sont de la responsabilité et du devoir de l’État.   

L’alerte est imminente : Les hôpitaux sont sous tension et réclament davantage de matériel pour protéger le personnel soignant.

Combien faudra-t-il de morts pour accélérer le processus d’une protection optimale et indispensable.

Nous sommes en droit de nous poser la question sur la valeur éthique et morale de nos institutions.

Casser les chaînes de contamination 

« Il n’y a pour l’instant pas de vaccin, pas de médicaments. Pour faire face, il faut casser les chaînes de contamination. » s’exprime le corps médical. Malgré les recommandations de l’OMS depuis le début de la pandémie, la France est à la traîne en matière de matériel de protection et de dépistage massif des personnes contaminées, ce qui permettrait de séparer les personnes malades de celles qui ne le sont pas et ainsi prévenir la multiplication du virus. D’autres pays à l’exemple de la Corée du Sud (qui a été le plus grand foyer épidémique après la Chine), le pratique depuis des semaines et réussissent à endiguer l’épidémie !

 

Pénurie de masques : une véritable mascarade

La France, 6ème puissance économique mondiale serait incapable de produire rapidement et massivement les millions de masques indispensables à la protection du peuple Français face à l’ampleur d’une épidémie qui s’aggrave ?

« C’est une économie de santé de pays sous-développés, la pénurie des masques devra un jour être expliquée » s’alarme Philippe Juvin (chef de service des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou).

 

La prise de conscience de nos concitoyens et la mobilisation des médias

Doivent être plus que jamais réactive et vigilante face à cette impensable situation dans le pays des droits de l’homme !

Il faut dénoncer l’absence de moyens de prévention et de protection

Par manque de masque, le soignant devient un contaminant potentiel ! Par manque d’appareil respiratoire, le malade est condamné !

Quand les masques tomberont, nombreux seront « les irresponsables » qui perdront la face.

European newsrooms WP Rédaction Europe de World Press Agency, NY

https://wn.com/#/europe - https://wn.com/#/local/french

« L’actualité mondiale en live ! »

Public website live : www.news-wpa.com

Presse internationale, images, vidéos et réseaux tv reliés

 

 

Alexandre BLONDIN

News WPA - 26/03/2020

Ndr. sources CSSE - OMS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WPA Newsroom

Film juif : Le Comptable d'Auschwitz

LE COMPTABLE D'AUSCHWITZ

(VO anglaise, sous-titrée français)

En collaboration avec l'ONUG

"Le Comptable d'Auschwitz" est un regard saisissant sur la course contre la montre pour poursuivre les derniers criminels de guerre nazis vivants, avant qu'il ne soit trop tard.

En 2015, le procès de l'ancien officier SS allemand Oskar Gröning reflète non seulement la pénitence d'un frêle comptable, mais aussi la responsabilité du monde de garder à jamais à l'esprit les pires horreurs humaines.

De Nuremberg à la nouvelle alt-droite, le documentaire rappelle brutalement que ceux qui oublient l'histoire sont condamnés à la répéter.

Suivie d’une discussion sur le thème

“ Comment les Nations Unies œuvrent pour que les responsables de crimes contre l’humanité rendent des comptes ”

Avec:

  • Mme Catherine Marchi-Uhel, Cheffe du Mécanisme international indépendant et impartial d’investigation sur les infractions graves en Syrie
  • M. Nicholas Koumjian, Chef du Mécanisme d'enquête indépendant pour le Myanmar

 

Plus d'information sur la page internet de Ciné-ONU.

Jeane Manson & Shirel, ont envouté la scène du Palais des Congrès

Perpignan

Miroir des voix : Le concert de l’émotion

Jeane Manson & Shirel, ont envouté la scène du Palais des Congrès

C’est devant un public comblé que les 2 artistes ont séduit l’auditoire et j’oserais dire porté les larmes aux yeux… de ces retrouvailles avec bon nombre d’admirateurs. Entre amour, passion et émotion… la fusion musicale nous a bercés aux sons des excellents musiciens de l’orchestre de Laurent Comtat, qui les accompagnent.

La voix de gospel de la belle américaine a enflammé la scène comme un feu d’artifice, et ses tonalités rares aux mille couleurs vocales ont illuminé l’espace pour accueillir la voix exceptionnelle de la divine Shirel, artiste universelle et inoubliable Esmeralda de la comédie musicale d’audience mondiale.

À cet instant, je me suis laissé emporter par la symbiose des voix de Notre-Dame de Paris et de la chapelle de Harlem… Moments magiques de vocalises au gré de chansons poignantes telle « Jerusalem » véritable joyau musical (dont Shirel est l’auteur). Mélodies aux accents sud-américains, succès populaires maîtrisés, Jeane Manson excelle dans le jonglage des sentiments, elle chante la femme, la vie, l’amour et l’été indien en hommage à son ami Joe Dassin.

La magie des émotions dans l’union d’une filiation artistique élective

De l’Europe à l’Amérique Latine, en passant par le Moyen-Orient et la Chine… partout à travers le monde, Jeane et Shirel emplissent de joie, le cœur de ceux et celles qui les accueillent et qui à la fin de chaque concert s’écrient à l’unisson « Goodbye, shalom, adios, arriverdeci, au-revoir et peut-être à bientôt… »

Coup de chapeau à Sophie (Geninatti Productions), cette femme de l’ombre, qui allie l’expertise du management et l’aisance relationnelle. C’est elle qui a organisé cet étincelant concert, véritable tour de chant à l’américaine et a contribué également à son succès. Il fallait également le souligner.

Rencontre : L’interview exclusive d’Alexandre Blondin

Jeane Manson : Vous aviez déjà chanté en duo avec Shirel dans le concert « Double Je » en 2016, c’était en Israël.

Ce retour sur scène avec votre fille semble inscrit dans ce qu’il y a d’incontournable dans notre vie, la transmission… Diriez-vous qu’il est le concert de l’amour ? Oui bien sûr, mais je chante avec Shirel depuis qu’elle a 4 ans.

Le chant c’est une tradition familiale. Ma mère Chris Stevens était une grande chanteuse de jazz aux États-Unis.

Elle a chanté avec Louis Prima (Le roi des swingers) à qui l’on doit les succès internationaux « Sing, sing, sing » et « Just a gigolo » entre autres. C’est elle qui m’a donné l’envie de devenir chanteuse, une passion que j’ai transmise à ma fille Shirel.

Shirel au palais de congrés du perpignan

Shirel au palais de congrés du perpignan

 

Shirel : Vous avez franchi le cap d’un chiffre clé, un nombre magique qui a une signification particulière dans la religion juive. Celui de la transmission, de la passation d’un état à l’autre.

Ce concert « Les incontournables » résume assez bien cela, qu’en pensez-vous ?

J’ai 41 ans et bientôt 42 même !!! répond-elle franchement en souriant. J’adore mon âge, vraiment… Je ne me suis jamais sentie aussi bien qu’aujourd’hui. J’ai la sincère impression d’avoir accompli le rôle pour lequel je suis venue au monde. Alors oui, je veux encore poursuivre ce chemin en réalisant ce que j’aime sans contrainte et avec comme seul objectif d’offrir du bonheur.

Jeane Manson : Puisque l’on parle de passation, de transmission, diriez-vous que ce concert est une communion d’amour familial, que vous avez besoin de transmettre à votre public qui vous aime et vous admire depuis tant d’années ?

Le public c’est mon seul amour, le plus fidèle qu’il me reste aujourd’hui. J’ai aimé les hommes oui, j’ai aimé des hommes, mais je n’ai pas rencontré le grand amour, celui avec lequel on reste pendant 40 ans ou plus … il est un peu tard maintenant.

La gorge de l’artiste se noue légèrement, ses pétillants yeux bleus s’illuminent puis se voilent. La sensibilité de la femme s’exprime, et pendant les quelques secondes d’un émouvant silence, je suis à la fois troublé et ému par la sincérité d’être soi. 

Shirel : La conciliation vie de famille/vie d’artiste est parfois compliquée et demande prudence, choix et sacrifices. Vous êtes maman de trois petites filles. Êtes-vous d’accord sur le fait qu’un enfant ne nous appartient jamais réellement, qu’il est dépendant de son destin et de sa liberté future ?

Ma famille est ma priorité absolue. Si je devais arrêter de chanter pour la préserver, je le ferais.

J’oublie parfois que ce ne sont pas seulement mes enfants, mais des enfants que j’ai mis au monde et qui un jour vont prendre leur envol. J’ai parfois un peu d’appréhension avec mes filles qui ont 10 et 12 ans et qui déjà expriment ce besoin de liberté. Heureusement j’ai encore un bébé auprès de moi, ce qui me laisse encore quelques belles années avant que cela n’arrive avec elle.  Je pense que la notion d’appartenance « mes enfants sont à moi » est très complexe et pas simple à mettre en oeuvre.

La famille,voici justement que s’avance une jolie jeune femme à la longue chevelure blonde, c’est Marianne, la jeune sœur de Shirel. « Avec ma sœur, nous sommes très fusionnelles, on pense chacune à l’autre avant soi. »

Elle est venue en compagnie de son petit ami, un talentueux DJ de Tel Aviv, qui présente sur scène quelques prestations musicales très applaudies. Marianne est directrice de productions  chez i24news à Tel Aviv, une chaîne de télévision internationale israélienne d'information en continu .

Elle me confie n’être qu’un extra dans ce concert, que sa tante Barbara (sœur de sa maman) est là également et qu’elles chanteront toutes ensemble ce soir (comme lorsqu’elle était enfant) « Oh Susanna » une chanson traditionnelle américaine de style country.

Jeane Manson : Chanteuse, actrice, comédienne, auteur, artiste peintre et amazone de la chanson.

D’où provient cet éclectisme culturel et artistique ?

Je suis américaine surtout ! de l’autre côté de l’Atlantique, les artistes sont très souvent polyvalents, ils dansent,

ils chantent, ils sont acteurs, comédiens, musiciens…

Vous avez la beauté et le talent, un véritable don du ciel ? C’est pour cela que je remercie le seigneur tous les jours.

Mais vous savez, dès que   j’ai eu une petite ride, on m’a aussi jetée comme un kleenex…

Malgré tout je suis toujours là et ma voix aussi elle me suit. Sourires…

Shirel : Comme pour votre maman, des fées semblent s’être penchées sur votre berceau ?

Comprenez-vous ces jeunes filles et ces femmes en quête perpétuelle de perfection physique ?

Le clip d’une des chansons de mon nouvel album, met en scène des femmes de tous les âges, de physiques, de beauté et d’origines différentes. Je les ai observé, interviewé, photographié. C’est un thème qui éveille chez moi un intérêt particulier la diversité et la beauté des femmes, de toutes les femmes, dans ce qu’il y a de naturel, de spirituel et d’universel.

Quel message voudriez-vous faire passer ?  Qu’une femme est belle lorsqu’elle reste elle-même.

Jeane Manson : Vous avez chanté à travers le monde pendant plus de 40 ans, vendu 30 millions de disques,

un magnifique parcours jalonné de succès avec  de nombreux disques d’or et de platine !

On peut même dire pendant plus de 50 ans, car j’ai commencé à chanter professionnellement à 18 ans.

Si vous deviez résumer votre carrière en un seul mot, quel serait-il ?

Merci seigneur de m’avoir donné la foi, la chance de faire ce métier et l’amour de mon prochain.

Vos succès : « Fais-moi danser », « Femme », « Avant de nous dire adieu », « Vis ta vie », « Les larmes aux yeux », semblent calquées sur votre vie. Sont-ils les messagers de vos sentiments et de vos émotions ?

On m’a toujours utilisé comme une séductrice. Il n’y avait donc rien d’exceptionnel à ce que l’on me propose des chansons d’amour avec ce qu’il y a de plus beau, de plus séduisant, mais aussi de plus tragique dans les variations de l’amour.

Avez-vous souffert d’être souvent éloignée de vos enfants ?

Oui bien sûr, même si j’ai essayé de les avoir le plus souvent auprès de moi. Je leur disais « Si vous ne voulez pas que maman travaille, elle ne travaille pas, mais on n’ira plus en vacances, on ne pourra plus faire ceci ou bien cela. » Et dans la vie on doit travailler, c’est une valeur que j’ai enseignée à mes enfants. Les parents ne sont que les archers et les enfants des flèches qui doivent suivre leur propre destinée, comme moi j’ai suivi la mienne.

D’un autre côté mes enfants ont voyagé dans le monde entier et vécu des expériences enrichissantes. Si j’avais arrêté de vivre ma passion, je ne serais sans doute pas la même et je n’aurais peut-être pas une telle complicité avec mes filles.

Shirel : Aujourd’hui vous vivez à Tel Aviv, la ville qui ne dort jamais !

Cette ville a une énergie incroyable. Les restaurants ne ferment pas entre 14h et 16h par exemple. Il n’y a pas de temps pour l’illusion ou le superflu. Ce qui est fantastique, c’est la force qui unit et réunit des gens de multiples nationalités dans une explosivité de vie unique. En Israël, la mer morte se trouve au niveau le plus bas de la planète. C’est peut-être là le secret de nos origines et de cette constante quête de vérité.

J’y était en mai dernier pour couvrir le concours Eurovision. Une compétition à laquelle Jeane Manson a participé en 1979 à Jérusalem. Elle y représentait le Luxembourg et reste à ce jour, l’unique chanteuse américaine de l’histoire du concours. Vous Shirel, avez chanté en 2013 une amusante parodie « 12 points pour l’Eurovision » illustrée par un clip au second degré saupoudré de quelques vérités. Quel regard en tant qu’artiste posez-vous sur cette institution ?

J’aime beaucoup l’Eurovision et je ne comprends pas pourquoi la France depuis 1977, n’a plus jamais gagné. Cocorico…

Les Français ne sont sans doute plus assez patriotes, ce qui discrédite leur participation ? La question reste posée, mais les résultats sont là ! Ce qui m’a le plus marqué, récemment, c’est l’invraisemblable victoire de la chanteuse israélienne Netta en 2018 et sa chanson « Toy ». Quel courage, il fallait oser présenter une telle contribution aux yeux du monde. Israël l’a fait et à gagner ! On en revient toujours à l’audace et à l’avancée de ce pays précurseur, terre d’un nouveau monde.

Jeane Manson : On dit que l’écriture est un exutoire ?

Moi c’est la musique et aussi les chevaux. Quand je suis avec les chevaux j’oublie tout, je me libère de toutes les pressions de la vie et du quotidien. Mais comment pourrait-il en être autrement, puisque lorsque l’on est à cheval on a un devoir de prudence, de complicité et de respect avec l’animal.

Vous êtes une femme qui vibre d’amour et d’émotion. Diriez-vous que vous êtes une femme qui murmure à l’oreille des chevaux ?

Je pense oui car cela fonctionne bien avec les chevaux mais ça ne marche pas avec les hommes.

Vous avez chanté « Faisons l’amour avant de nous dire adieu », c’est assez révélateur.

Pensez-vous que le répertoire d’un artiste est calqué sur sa propre vie et sa propre identité ?

Oui et non, parce qu’au départ, je chantais des folk songs et pas du tout des chansons françaises. J’ai eu la chance d’avoir des auteurs comme Jean Renard et Michel Mallory qui m’ont proposé la chanson « Avant de nous dire adieu ». Au départ lorsque j’ai interprété cette chanson, je ne pensais pas à adieu, good bye, mais à Dieu… et j’ai prié le ciel. Ce n’est pas une chanson facile et peu d’artistes peuvent bien la chanter. Sauf peut-être ma fille Shirel qui l’a réadaptée en anglais.

Je me suis dit si cette chanson est pour toi, elle le sera et elle l’a été… Numéro 1 en France en 1976 et plus de 2 millions d’exemplaires vendus. C’est ce succès qui m’a permis de chanter dans le monde entier.

Shirel : Avez-vous souffert de l’absence que rencontrent les enfants des artistes, qui emportés par la vague de leur succès, s’éloignent à contre-courant des êtres qui leur sont chers

Je n’aime pas parler du passé. Ce qui est passé est passé, il faut se tourner vers l’avenir. Je ne veux pas juger et je pense que l’on n’a pas le droit de juger ses parents. On ne peut savoir ce que l’on aurait fait à leur place. En ce qui me concerne, ma vie familiale est aujourd’hui ma priorité.

Vous avez dit dans la presse à propos de votre maman : « Elle a ce talent de toucher les gens avec sa voix. Chaque fois qu’elle monte sur scène je pleure. Elle me touche profondément. » C’est une magnifique preuve d’amour ?

J’aime et j’admire ma mère pour ce qu’elle représente en tant qu’artiste et ce qu’elle est en tant que femme.

J’ai peut-être reçu le don de sa voix en héritage.

C’est elle qui m’a donné l’envie de chanter comme l’avait fait sa mère avant moi.

Nous avons des différences, des contradictions mais ce point commun du partage de la musique qui nous unit.

Jeane Manson : Nous vivons une époque difficile, troublée, avec des tensions, des actes et des comportements violents.

Les artistes doivent-ils être les messagers d’espoir, de paix, d’humanité et d’alliance ?

Je dis aux intolérants qu’ils suivent la voie de la sagesse, qu’ils doivent changer leur cœur de pierre en cœur d’or pour voir le monde différemment. Dans notre société, les femmes sont au travail en constante compétition avec les hommes et nous les femmes, on ne veut pas être en conflit avec les hommes, on veut simplement être là en toute égalité.

Il faut croire en la vie, se battre quoiqu’il arrive et avancer.

J’ai chanté l’amour aux quatre coins du monde et je me suis toujours posé cette question « Pourquoi les gens n’écoutent pas les messages d’amour des chansons ? » cela apaiserait bien des maux.

Jeane Manson : « Il ne suffit pas de voir le monde, encore faut-il savoir l’aimer, l’observer…

Et l’accepter… ajoute instantanément l’artiste.

Mon regard plonge alors dans la profondeur de ses yeux d’azur et je lui réponds pour clore cette interview

« J’ai déjà vu ça dans vos yeux ».

 

Photos : Thierry PRATX

Rédaction : Alexandre BLONDIN

News WPA - Octobre 2019

EURO...VISIONS: la victoire de toutes les hypothèses ! De Alexandre Blondin

L’Eurovision est à la chanson ce que l’élection de Miss Europe est aux reines de beauté et la Coupe d’Europe de Football aux adeptes du ballon rond. Le bouquet international est tout aussi  rythmé, coloré, empaqueté, populaire et médiatisé.

La seule différence est que l’élégance et le sport respectent les règles de la seule participation aux pays du continent européen, contrairement à l’Eurovision qui dépasse largement les frontières de l’Europe et devient au fil du temps le  carrefour d’un concours en Mondiovision.

Sans vouloir remonter 60 ans en arrière, rappelons simplement qu’en 1978 à Paris, la presse titrait à propos de l’Eurovision " Denise Fabre et Léon Zitrone présentent l’Europe des vingt !" un record à l’époque.

En 1993, avec la chute du rideau de fer et la division de la Yougoslavie, de nouveaux pays émergents font leur entrée dans les arènes de la chanson portant ainsi à 25 le nombre de pays participants.

En 2004 à Istanbul c’est 36 pays qui entrent en compétition avec l’instauration d’une demi-finale, pour n’en sélectionner plus que 24 pour la grande finale.
En 2005, 39 pays sont dans la course !
Le plus grand nombre de participants à une édition du concours fût atteint en 2008, avec 43 pays. Ce nombre record dans l'histoire du concours fut égalé en 2011, mais n'a toujours pas été dépassé.

Au vu des ambitions financières et de la dimension internationale que s’est fixé l’UER, organisateur du show télévisuel, l’Eurovision franchira un jour le cap des 50 participants.

Mais peu importe le thème du refrain,  l’enjeu est stratégique et commercial, il faut gagner à tout prix car chaque contributeur à dépenser une petite fortune pour être sur la scène euromondialiste de l’Eurovision !

Cette année à Tel Aviv, 41 nations d’Europe, d’Asie de l’Ouest et d’Océanie défendront en chanson, des messages d’amour, de haine, de rupture, de violence et d’universalité  par la voie de refrains manipulés et pour certains aux accents politiques dissimulés !

20 chanteurs très jeunes (la plupart ont moins de 25 ans)15 chanteuses et 6 groupes seront en compétition.

La Suède, l’Italie, la France et Israël présentent chacun un candidat métissé

1 seule chanson sera interprétée en français, celle de la France avec toutefois un refrain en anglais, on est bien loin de l’époque où le concours présentait un quart de chansons francophones.

La langue de Voltaire ne rapporte plus de points à l’Eurovision et seulement 9 pays  chanteront dans leur langue originale. La France, la Pologne et la Croatie y ajouteront de l’anglais.

Tous les autres pays soit 28 interpréteront leur chanson en anglais, même la Suisse, l’Autriche et l’Allemagne qui jusque-là avait souvent privilégié la langue de Goethe.

La langue anglaise a uniformisé un concours qui avait pour légitimité l’occasion trop rare de pouvoir entendre des chansons interprétées dans leur langue originale avec cette musicalité souvent traditionnelle qui identifiait sa provenance.

Les traditions populaires se perdent et les valeurs artistiques aussi, au profit de succès commerciaux préfabriqués, formatés, trop peut-être mais commercialement terriblement efficaces il faut bien l’avouer.
Le marteau-pilon des juke-box écrase trop de belles mélodies et c’est nous qui y sommes perdants.

Les Pays-Bas grand favori des bookmakers

La Russie avec la Suède, la Suisse et l’Italie se suivent de près. La lutte entre ces 5 pays s’annonce très serrée. Parmi les outsiders la Norvège, la Belgique, l’Azerbaïdjan, le Portugal et Israël.

Les hommes en vedette

L’Eurovision au cours de son histoire a souvent primé des femmes, 38 depuis sa création en 1956 (si on y inclut la transsexuelle Dana International) contre 11 hommes, 5 duos et 12 groupes Cette année ils ont des chances les hommes… 5 d’entre eux figurent parmi les grands favoris pour la victoire le 18 mai prochain.

1)Le TOP de mes FAVORIS L’argent sur 1remarche du podium
Italie

Le TOP de mes FAVORIS L’argent sur 1re marche du podium

Le TOP de mes FAVORIS L’argent sur 1re marche du podium

 ITALIE  Mahmood « Soldi / Argent »
Quel que soit le résultat le l'Italie  sortira gagnante de ce Grand Prix et ce, à plus d’un titre :
1° Le choix de son candidat italo-égyptien,  est un joli pied de nez aux prises de position populistes du gouvernement italien en place.

2° Le thème de la chanson qui éveille tant de sens commun l’argent .2°

3° L’hypothèse d’un égyptien primé  en Israël, 40 ans après les accords de paix israélo-égyptiens de Camp David, stratégie marketing ou pure coïncidence !

Toujours est-il que la chanson est marquante, à la rythmique martellée, métissée comme son interprète entre sonorités rapp et consonnances orientales.

La dernière victoire de l’Italie au concours  Eurovision remonte à 1990 avec  « Insieme » (Ensemble) par le célèbre Toto Cutugno.

2) Suisse 
2 CEC SUISSE 2019

2) SUISSE  Lucas Hänni « She is my got / Elle m’a eu »
Le choix de la Suisse  cette année est une agréable surprise musicale ambréeaux accents latino-américains. Le jeune Lucas Hänni, 19 ans chanteur, danseur et comédien pourrait créer la surprise à Tel Aviv et ramener le trophée tant convoité à la Radio-Télévision Suisse, qui n’a pas gagné le concours  depuis Céline Dion en1988 ! La chanson est rythmée, le refrain endiablé, l’élégant artiste  à la personnalité affirmée, dispose d’un charisme et d’une présence scénique parfaitement maîtrisée. Coup de chapeau a ce nouveau Enrique Iglesias de la variété helvétique qui sera à n’en pas douter l’unes des révélations de cette édition.Un dangereux outsider et un gagnant possible !

3) Norvège

Eurovision NORVÈGE Keiino «  Spirit in the sky / Esprit dans le ciel »

Eurovision NORVÈGE Keiino «  Spirit in the sky / Esprit dans le ciel »

 NORVÈGE Keiino «  Spirit in the sky / Esprit dans le ciel »Le défi que propose la télévision norvégienne sur la scène internationale de l’Eurovision est particulièrement remarquable. 2019, année internationale des langues autochtones de l’ONU,

qui fait valoir la nécessité de centrer l’attention sur les risques auxquels est confrontée la disparition des langues autochtones.La chanson du groupe Keiino formé dans le but de participer à l’Eurovision  et d’adresser un message  fort sur la protection et la valorisation de nos valeurs ethniques, de la diversité culturelle et du dialogue interculturel,  sera interprétée en anglais avec des paroles en langue sami et un joik, le chant traditionnel du peuple sami.

Un titre très Eurovision comme on les aime, ça envoie avec une rythmique pop dance très soutenue et des connotations de musiques traditionnelles du plus bel effet. Une prestation de qualité  qui ne passera pas inaperçue.

4) Pays-Bas

 PAYS-BAS Duncan Laurence « Arcade »

PAYS-BAS Duncan Laurence « Arcade »

PAYS-BAS Duncan Laurence « Arcade » La réalisation soignée et l’esthétisme du film de présentation nous entrainent dans un univers d’émotions musicales à partager. L’harmonie de la ligne mélodique de l’artiste révèle avec sensualité l’histoire d’un amour brisé. Un moment magique d’une intense sensibilité.
Mais la magie de l’image, de la beauté du geste et des mots opérera-t-elle également en direct ? Réponse le 18 mai ? La Hollande n’a pas gagné le concours depuis 1975  ! avec l’inoubliable « Ding-a dong » du groupe Teach-In.

5) Belgique 

Eliot représente la Belgique à l'Eurovision 2019

Eliot représente la Belgique à l'Eurovision 2019

Éliot« Wake up / Réveillez-vous »

Ce jeune étudiant de 18 ans révélé dans The Voice est un musicien  chanteur qui transmet une émotivité et une fêlure vocale digne des plus grands. Il sera sans doute l’une des découvertes de ce concours.

Faire changer le monde…un thème optimiste pour une chanson  d’espoir qu’il défend avec force et conviction.

Eliot succèdera-t-il à la plus jeune lauréate de  l’histoire de l’Eurovision, la petite belge Sandra Kim qui en 1986 apportait à la Belgique sa première victoire européenne avec une chanson tout aussi positive et enthousiaste, « J’aime la vie ».

6) RUSSIE  Sergey LAZAREV « Scream / Cri  »

RUSSIE  Sergey LAZAREV « Scream / Cri  »

RUSSIE Sergey LAZAREV « Scream / Cri  »

Une voixmélodieuse et tout en puissance, un professionnalisme scénique évident au service d’une musicalité efficace et sublimement interprétée. Sergey Lazarev a déjà représenté la Russie au concours Eurovision 2016. Lauréat de la 1redemi-finale,

il avait terminé  en finale avec  une excellente 3èmeplace. Un concurrent dangereux, talentueux et imprévisible.

7)AZERBAÎDJAN  Chigiz « Truth / Vérité »

AZERBAÎDJAN  Chigiz « Truth / Vérité »

AZERBAÎDJAN Chigiz « Truth / Vérité »

Actualité et modernité de construction d’un titre d’inspiration dance  à la présentation filmée empreinte d’originalité et savamment orchestrée. L’artiste est sympathique, souriant,  attachant, prêt à relever le défi d’enchanter et de faire danser l’Europe en toute vérité.

 

 

Ils pourraient eux aussi créer la SURPRISE

8) Portugal « Moviléos / Téléphones portables

 8) Portugal « Moviléos / Téléphones portables Loin des standards de la variété formatée, le choix du Portugal ose la différence et pourrait remporter une nouvelle victoire inattendue. Tour à tour comédien, mime, chanteur, danseur, le très atypique et théâtral Conan Osiris  incarne l’originalité à l’état pur dans une magistrale interprétation d’un artiste iconoclaste et hors du temps, à suivre…

 Portugal « Moviléos / Téléphones portables

 

Loin des standards de la variété formatée, le choix du Portugal ose la différence et pourrait remporter une nouvelle victoire inattendue.

Tour à tour comédien, mime, chanteur, danseur, le très atypique et théâtral Conan Osiris  incarne l’originalité à l’état pur dans une magistrale interprétation d’un artiste iconoclaste et hors du temps, à suivre

9) ISRAËL Kobi Marimi « Home / Accueil »

ISRAËL Kobi Marimi « Home / Accueil »

ISRAËL Kobi Marimi « Home / Accueil »

 Pour défendre les couleurs du pays hôte, la KAN radiodiffuseur national a sélectionné une mélodie au titre évocateur et symbolique pour la terre d’Israël  qui accueille la 64èmeédition du « concert Eurovision des nations  ».

«  Accueil » est une ballade sentimentale axée sur la performance et les envolées vocales de  son  talentueux  interprète qui ressemble étrangement  au regretté Freddy Mercury . Souhaitons à Kobi Marimi qu’il remporte le même succès planétaire et pourquoi pas  débuté ce challenge avec une nouvelle victoire d’Israël à l’Eurovision.

Et si d’aventure la victoire devait s’avérer être de nature politique ou stratégique, au regard de l’actualité d’Israël, La Pologne, l’Islande, la Russie, l’Italie et l’Australie se partageraient alors les places d’honneur.

« La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à nos pensées. »

Espérons que cette citation de Platon puisse convaincre les nations de choisir à Tel Aviv une chanson de communion et de réconciliation.

Alexandre BLONDIN

 

Les petits de "sous" de l'Eurovision de Alexandre Blondin

Avec l’argent petit concours deviendra grand

« Ce concours a pour but d’encourager la création de chansons originales et de stimuler par une confrontation internationale l’esprit d’émulation des auteurs et des compositeurs.»Tel était l’objectif de base de ce concours comme le rappelle le règlement initial de l’UER rédigé en 1955,et si le but premier était de rassembler l’Europe dans un concert des nations, l’Eurovision  est devenu depuis un véritable tremplin politique et commercial.

 

Dessin d'un de ses fans

Dessin d'un de ses fans

 

Au fil des ans, le concours a  grandi, s’est adapté, métamorphosé,  le nombre de pays représentés n’a cessé d’augmenter, dépassant largement les frontières européennes. Ainsi, depuis sa création en 1956, 52 pays ont déjà participé au moins une fois au concours et 26 d’entre eux l’ont déjà remporté.

Ces contributeurs financiers tous membres actifs de l’UER se répartissent sur les quatre continents : l’Europe, l’Asie, l’Afrique et l’Océanie.

L’Union européenne de radiodiffusion (UER), organisatrice de l’événement, a modifié en 2016 le règlement à ce sujet.

La rubrique « Quels pays peuvent participer ? » stipule désormais que « les membres associés » à l’UER peuvent être éligibles pour intégrer le concours.

« C’est au Conseil d’administration de l’Eurovision d’en décider au cas par cas.»
Dans les faits, cette modification permet surtout de mettre le règlement en phase avec le cas de  l’Australie, qui participe au concours depuis 2015  en tant que « pays invité », alors que son statut de « membre associé » à l’UER  et non de « membre actif » jusqu’alors ne le lui permettait pas.
Il s'agissait alors nous précise-t-on d'une participation à titre exceptionnel, en l'honneur des soixante ans du concours.
L’Australie fut invitée à concourir et obtint une qualification automatique pour la finale ?

Cela voudrait dire qu’en 2015, l’UER avait accordé de bonne grâce mais à quel prix ?l’autorisation de participer à l’Australie, un pays non-membre actif, violant ainsi la réglementation en vigueur de sa propre organisation !

Tout cela n’est pas très clair et sous des abords administratifs lisses d’une organisation internationale basée au Grand-Saconnex, commune du canton de Genève, on nage parfois en eaux troubles et à contre-courant.

Sources :https://www.20minutes.fr/culture/1946407-20161020-eurovision-etats-unis-bresil-iran-peuvent-desormais-participer-concours

Des chiffres qui donnent  le vertige !

Le budget de l’édition 2019 à Tel Aviv (Israël) est estimé à 28,5 millions d’euros environ.
L’édition 2018 à Lisbonne (Portugal) avait couté 23 millions d’euros

La chaîne nationale de télévision KAN, a contracté un emprunt gouvernemental de 16,5 millions d’eurospour assurer l’organisation du concours. La ville de Tel Aviv  devrait contribuer à une partie des dépenses (notamment sur les infrastructures du site principal et de l’Eurovision Village).

Les billets d’entrée, les produits dérivés et les parrainages devraient rapporter environ 12,5 millions d’euros, selon une estimation approximative de la KAN.

Tensions budgétaires sur la «sécurité»

C'est une difficulté supplémentaire dont se serait bien passée l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER) : les préparatifs en vue du Concours Eurovision 2019 ont été interrompus dans le Centre des Expositions de Tel Aviv (Israël) qui accueillera l'événement en mai prochain.
En cause : l'arrêt des contrôles de police sur les différents équipements installés dans la salle, faute de financement.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou a finalement accepté, dans la soirée du lundi 1er avril 2019, de financer les coûts de sécurité. La décision a été prise par le directeur général du ministère, Yoav Horowitz, et met fin à la crise qui avait obligé l'arrêt des préparatifs en vue du Concours Eurovision à Tel Aviv. Les répétitions devraient débuter dans les premiers jours de mai.

MADONNA sa présence est  confirmée

La star mondiale américaine débarquera selon nos sources le 15 mai prochain à Tel Aviv, accompagnée par une équipe ou plutôt une véritable « armée » de 65 personnes
(danseurs compris, nous indique-t-on !)

Selon la presse israélienne, la prestation de Madonna coutera environ1,3 million d’euros ,financée par le milliardaire israélo-canadien, Sylvan Adams.
L’excès des dépenses et l’indecense du star-system n’a pas de limites.
Lors de la finale du 18 mai, juste avant le déroulement des votes,Madonna interprétera deux chansons, une de son répertoire et un titre inédit de son prochain album.

Mais l’Eurovision a-t-elle besoin de Madonna et Madonna a-t-elle besoin de l’Eurovision ?

La réponse est OUI pour les 2 interrogations.Les intérêts sont interactifs et si ce n’était pas le cas la star mondiale ne se déplacerait pas.

L’Eurovision contrairement aux idées reçues et en tout cas d’après les chiffres des analystes s’essoufle. Le concours est en perte de vitesse et d’audience en terme de statistiques.

Par le passé il arrivait à atteindre des scores de 400 millions de téléspectateurs voire plus avec la participation de seulement 18 à 20 pays et sans l’existence des réseaux sociaux !

Compétition européenne retransmise à travers le monde. L’UER autorise depuis 2015 l’Australie à y participer. En 1973, l’entrée dans la compétition d’Israël premier pays non-européen avait alors créé une véritable polémique. Ce fut ensuite au tour de la Turquie en 1975 et du Maroc, qui fit une seule apparition en 1980, et qui garde un très mauvais souvenir de son incursion  dans le concert européen.

L’avant-dernière place du pays avec seulement quelques points, fut une cruelle déception pour la télévision publique marocaine, qui prit la décision de ne plus jamais participer au concours.

La chanson interprétée en arabe par la très populaire Samira Saïd,  était pourtant un message de paix adressé à Israël et aux pays arabes. Le Maroc est l’unique pays d’Afrique à avoir participé au concours. L’Eurovision a du mal aujourd‘hui à atteindre 200 millions  de téléspectateurs malgré l’élargissement à plus de 40 pays,  l’entrée des pays de l’Est depuis 1993 dont la Russie et de l’Australie depuis 2015.

Question de rentabilité sans doute, L’UER a décidé de lancer un Concours Eurovision Asie de la chanson, une réplique du concours version asiatique et envisage même une version américaine à l’avenir. La présence de Madonna est donc une véritable aubaine pour l’UER d‘augmenter par la présence de la star mondiale l’audience de l’édition 2019 et susciter l’intérêt de téléspectateurs américains, qui ne connaissent pas vraiment ce qu’est ce concours européen de la chanson.

Sources :http://www.toutelatele.com/eurovision-la-verite-sur-les-audiences-du-show-en-europe-100035

Quant à Madonna, reine intemporelle de la pop music, même si son aura reste intact et toujours aussi attractif, elle sait qu’il lui faut redoubler de vigilance et de visibilité médiatique pour résister aux nouvelles stars montantes du paysage musical mondial.

L’audience internationale et l’impact événementiel que représente le plus grand show mondial télévisuel ne peut que conforter la popularité de la star américaine et promouvoir son image à travers le monde.

Madonna, talentueuse et sulfureuse mante religieuse de nos pulsions, saura une fois encore déchaîner les passions et transporter les millions de téléspectateurs de l’Eurovision vers de nouveaux horizons.

Rien n’est jamais gagné d’avance

Esprit de contradiction, provocation volontaire ou caprice de star ?

Certaines tensions entre Madonna et l’UER seraient intervenues ces dernières semaines à propos politiques contenus dans sa nouvelle chanson, ce à quoi se serait opposé l’UER, organisateur en charge du règlement du concours.

On connaît la détermination, l’intelligence et la réflexion sur le choix des engagements et des contradictions de la star qui a finalement signé le contrat pour se produire sur la scène de l’Eurovision.

Reste à savoir comment et sous quelle forme d’interprétation cette magicienne instinctive de la scène transgressera les interdits ?
Réponse en direct  le 18 mai prochain à Tel Aviv !

« Des allusions politiques dans une chanson, cela peut faire sourire lorsque l’on analyse les éditions d’un concours qui a depuis toujours véhiculé des messages politiques et offert  l’opportunité aux pays participants d’exprimer leurs contestations et leurs revendications à l’international.»

Le règlement du concours stipule je cite « il est interdit d’inclure tout mot ou tout geste de nature politique ou assimilable. Il est interdit d’inclure toute insulte ou tout langage inacceptable. »

Les messages inquiétants du groupe islandais Hatari « La haine vaincra » ceux plus dissimulés de la chanson « Ils brûlent »présenté par les Tulipes « noires » de la  Pologne, ne semblent pourtant pas inquiéter plus que cela les têtes bien-pensantes de l’UER qui les ont sans doute accepté par précaution ou par intérêt.

Si un appel à la haine,  à la violence, à la destruction de l’Europe ou un message antisémite conciliant le triste souvenir du masque de la Shoah, ne sont pas de nature transgressive i faut que l’on m’explique où commence et où s’arrêtent les limites d’un règlement qui ne respecte pas les valeurs de ses propres fondements !

Sources : http://www1.alliancefr.com/actualites/les-detonations-de-leurovision-2019-a-tel-aviv-6075941

Pas de place pour les petits budgets

Il est regrettable que de petits radiodiffuseurs comme Andorre, Monaco, le Luxembourg, ne puisse plus y participer pour la cause principale d’amortissement de leur budget. La Bulgarie qui devait participer cette année a été obligée de retirer sa contribution pour ces mêmes raisons financières !

La chaîne RTL Luxembourg n'envisage pas de participer. « Ce n'est pas envisageable pour le moment, tant que les critères de participation ne changent pas. », leur a déclaré Steve Schmit, le directeur des programmes. En cause, le financement de la participation et/ou d'une éventuelle victoire.

« Nous ne pourrons pas supporter les frais »,précise-t-il.

Et comme l’ UER n’a pas encore prévu de fonds solidaires pour les pays les plus pauvres, la loi des plus riches s’impose aussi en chansons.
Pour preuve, les 5 plus gros contributeurs financiers  (Allemagne, France, Espagne, Italie, Royaume-Uni) ne passent pas les étapes éliminatoires, et sont sélectionnés directement pour la finale, même s’il présente une chanson de qualité « contestable ».

La Turquie qui boycotte le concours depuis 2012, s’est élevé publiquement contre cette injustice. Mais tout s’achète dans notre monde capitaliste et l’Eurovision est devenue un business économique et de rentabilité commerciale.

Source : https://www.programme-tv.net/news/evenement/eurovision-2017/88758-eurovision-le-luxembourg-bientot-de-retour-le-debat-officiellement-ouvert-mise-a-jour/

Tentatives de participation avortées

Jusqu'à présent, trois pays ont tenté de concourir, mais ont vu leur tentative échouer : le Liechtenstein, en 1976 et en  2010 , la Tunisie, en 1977 et le Liban, en 2005.

En résumé, en conclusion

« Money, Money, Money » l’un des grands succès du mythique groupe ABBA, qui lui aussi avait bravé  et remporter l’Eurovision en 1974 avec la chanson sur la bataille de  «Waterloo». Rappelons que le groupe  à vendu depuis sa victoire plus de  350 millions de disques et fut même coté en bourse ! Comme quoi l’Eurovision peut vous rendre riche, très riche. Tout est toujours  question d’argent.

Voilà qui est de bon augure pour la chanson italienne de cette année «Argent »… Une chanson qui elle aussi à susciter quelques remous politiques en Italie.

Décidément on revient toujours à la politique et à l’argent.

EUROVISION 2019 : Les méthodes d'accréditation arbitraires et de complaisance

- Témoignage -

 EUROVISION Le droit à l’information. Un journaliste dénonce sa légitimité contestée et des méthodes d’accréditation arbitraires et de complaisance

Eurovision 2019 à Tel-Aviv Alexandre Blondin

Eurovision 2019 à Tel-Aviv Alexandre Blondin

La contestation sur le droit d’accès à l’information n’est pas un fait nouveau dans les services de presse decertains événements devenus « de véritables cercles privés » pour pseudo-journalistes et dans lesquels les accords de complaisance sont monnaie courante.

Le Concours Eurovision de la Chanson n’échappe pas à la règle, loin de là, il se situe même en pôle position. Aucune place pour les journalistes qui n’entre pas dans des critères qu’ils ont fixéssans tenir compte de votre crédibilité professionnelle puisque une carte de presse n’est pas exigée !

Chaque délégation nationale (radiodiffuseur et contributeur financier) participant au concours, sélectionne ou plutôt « privilégie » des journalistesde son pays. Cette délicate mission est confiée au « chef de la délégation » le titre est sentencieux, mais les exigences de professionnalisme le sont beaucoup moins. Plusieurs fans du concours notamment  ont été nominés à cette fonction « suprême » et ce sont eux qui vous considèrent comme média ou pas, et vous autorise à entrer dans leur cercle, sans aucune connaissance des règles d’éthique et de déontologie du journalisme.

Les places étant limitées, leurs relations sont favorisées d’entrée par accords amiables et de principes !

On comprends mieux l’absence de demande de justificatifs professionnels…

Il suffit de se référer à l’approche  sociologique très complète de Philippe Le Guern (Éditions réseaux), paragraphes 10 à 28 notamment , et de ses observations sur le sujet.

https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2007-2-page-231.htm#

La phrase figurant sur leur site https://eurovision.tv/press/accreditation parle d’elle même ?

« Pour faire une demande d'accréditation presse / fan au concours Eurovision de la chanson 2019, l'UER utilise une plateforme d'accréditation en ligne appelée Accredion*. »

*Accredion, est  une agence spécialisée basée à Amsterdam(Pays-Bas) qui enregistre les demandes d’accréditations presse pour les événements que lui soumettent des clients abonnés dont l’UER, et qui est chargée d’effectuer un premier filtrage.

Quand aux « journalistes choisis », ils doivent être susceptibles de leur apporter une couverture médiatiqueet une ligne rédactionnelle respectant  l’objectif de leurs attentes !Il faut donc  accepter un code de bonne conduite sans remous, ni débordements qui pourrait porter atteinte à l’image du concours. Avoir une chance d’intégrer un stratagème très bien organisé, c’est  en quelque sorte, faire acte de manipulation de l’information.

J’ignorais qu’un journaliste avait un devoir de résultat ? et qu’il devait au préalable dévoiler ses projets de   rédaction à un organisateur d’événements ! Où est la liberté de la presse, et quelle place est accordée à la  protection et au secret  de ses sources d’information ?

J’ai fait personnellement l’expérience cette année d’une demande d’accréditation dans la délégation internationale pour le concours qui se déroulera à Tel Aviv  en Israël en mai prochain. Après plusieurs mails souvent sans retour, des appels au siège de l’UER,(organisme organisateur que je connais bien, pour être toujours accrédité à la RTS et avoir été membre du Club suisse de la presse à Genève, dont il fait partie). Ma candidature a été rejetée sans remarque. J’ai aussitôt appelé le service de presse pour connaître les raisons de ce refus et demander un réexamen de mon dossier en leur rappelant que j’avais un passé relationnel et rédactionnel avec ce concours dans les années 90. On  m’a répondu :

« Nous ne pouvons toujours pas trouver la preuve que votre travail a été publié dans les médias / dans la presse.» nb : Il suffit pourtant de taper mon nom sur Google en y ajoutant le terme journaliste ou natation ou eurovision pour me voir figurer en première page de ce moteur de recherche ?

« Il serait également intéressant d’avoir une idéede ce que vous cherchez à couvrir pendant l’événement.»
J’ai donc envoyé copie de mes documents professionnels (Carte de presse 2019, informations QR code, liens web, articles de presse, extraits d’émissions de radio). Mon statut presse a été confirmé directement à l’UER par l’agence WPA, porteuse de mon statut de journaliste qui à confirmer la validité de ma demande d’accréditation et de leur couverture média. Extrait de la réponse du responsable des accréditations :

«  Nos radiodiffuseurs membres et le responsable de la délégation internationale doivent choisir leur média préféré parmi un grand nombre de candidats. »

Je récidive en leur demandant juste une possibilité d’accès pour mon travail aux conférences de presse : accès refusé ?

Les  recommandations statutaires fixées par le Comité des Ministre du Conseil de l’Europe précisent  que :
« Le droit à la liberté d’expression suppose le libre accès à la profession de journaliste. »Recommandation n° R 2000 (7)

« L’exercice du journalisme et des libertés journalistiques ne dépendent pas d’une accréditation.»Recommandation n° R1996 (4) « L’accès sans restriction à la profession de journaliste permetaux journalistes de contribuer au maintien et au développement d’une démocratie véritable.»Résolution n° 2  Principe 3 (a)

 La cause principale de la non-acceptation de ma candidature  par l’UER est à mon avis sans aucun  doute plus liée à la teneur de mes rédactions ! Et certaines de mes révélations sur les messages politiques et de contestation  transmis par certaines chansons du cru 2019  !

Les vérités ne sont pas toujours à dire et encore moins à lire ?

J’assume complètement  la responsabilité et l’impartialité de mes interventions et de mes écrits sur différents supports médias (presse écrite, presse magazine, radios, réseaux sociaux et presse en ligne) sans adhérence politique ou prise de position personnelle.

Je ne fais que mon devoir de journaliste, celui d’informer en toute liberté d’indépendance et d’intégrité.

« J’écris pour faire taire le silence et fuir l’intolérance. » « J’écris pour éclairer le quotidien et éveiller les consciences. »

 J’irais à Tel Aviv (mon voyage et mon séjour étaient déjà programmés et financés par mes soins, ainsi que la place réservée pour assister depuis la Green Room ( salle de la presse et des artistes) à la grande finale du 18 mai  prochain en ma qualité observateur avisé.

500 euros la place ! on ne vous demande pas dans ce cas si  vous êtes accrédité.

À l’avenir les accréditations presse pour l’EUROVISION, seront peut-être mise en vente sur le marché  et réservé à des journalistes qui payent le plus fort !

Ces méthodes d’accréditation arbitraires et de complaisance, qui ne respectent pas les droits fondamentaux de la liberté d’expression et de l’accès au droit de l’information, garants de nos valeurs et de l’avenir de notre profession de journaliste, doivent être dénoncées publiquement.

L’appel est lancé… à vous de juger.

 

Alexandre BLONDIN

Avril 2019

 

Contact :07 55 63 34 90

alexandre.blondin@journalist-wpa.com

Les détonations de l'Eurovision 2019 à Tel-Aviv

Les détonations de l’EUROVISION

 

Photo extraite du clip de la chanson polonaise, l’image parle mieux que les mots !

Quand plane l’ombre sinistre d’Auschwitz et du masque de la Shoah ! Que résonne un appel à la haine traduit en chansons.

L’Europe s’enflamme au son de vieux démons

Cette année plus que jamais, la 64èmeédition du Concours Eurovision de la chanson qui se déroulera en mai prochain à Tel Aviv en Israël, pays mythique dans un climat de tensions constantes a déjà suscité  depuis quelques mois certains remous d’avant-scène.
Mais le raz-de-marée de contestations se positionnera entre le 13 et le 18 mai, et bien au-delà…

Explosif ! le concours musical devient de plus en plus le détonateur de tensions et d’enjeux politiques entre les pays participants.
La soupe populaire eurovisuelle sera une nouvelle fois servie et bien servie,  avec des messages politiques forts  relayés par des interprétations dissimulées.

Le retrait de la Bulgarie, puis de l’Ukraine, pour des raisons politiques, l’absence volontaire de la Turquie qui dénonce «  un concours devenu immoral », la protestation des ultra orthodoxes sur le choix de Tel-Aviv, les appels au boycott dans plusieurs pays européens, ne sont rien face au thème de la haine choisi par l’Islande et celui de la Shoah sélectionnée par la Pologne.
Les détracteurs du concours cette année en auront pour leur argent, et pourront se délecter de la crédibilité de leurs revendications.

ISLANDE : Le risque d’une confrontation

Le groupe d’électro-techno hardcore, au look provocateur et aux attitudes  affirmées, représentant l’Islande, participera à la deuxième demi-finale le 16 mai prochain à Tel-Aviv et  interprétera la chanson "HATRIÐ MUN SIGRA"("La haine vaincra") en islandais, pour s'exprimer sur le sort de la population palestinienne.  Entre la violence du titre et des paroles loin d’être pacifiques, le groupe HATARI  (Haineux) signera une prestation très politique enfaveur de la cause palestinienne.

"Nous considérons le concours Eurovision comme un concours politique, et encore plus lorsqu'il se déroule en Israël ", ont-ils déclaré."Nous voulons être là pour transmettre notre message."

 Ils chantent"l'Europe s'effondre", "l'amour est mort", "la joie est une illusion" une chanson difficile à digérer tant par son message subversif que par le concept visuel de la performance, qui sera difficile à ignorer lors de la compétition de cette année.

Malgré le fait que toute manifestation politique soit considérée comme illégale* au Concours Eurovision de la chanson, le groupe revendique son intention de manifester sur scène contre Israël.
*On ose à peine à imaginer ce qui risquerait de se passer si elle ne l’était pas !

Avec ou sans rapport avec Israël, le groupe Hatari avait déjà provoqué une tempête en Islande à cause des messages durs contenus dans ses chansons et du look extrême de ses membres qui se présentent comme une formation BDSM (comprendre: bondage, disciples du sado-masochisme).Sa possible victoire pourrait amener un nouveau scandale à l’Eurovision.

POLOGNE : Un appel au pardon en chanson

La chanson "PALI SIȨ"(Ils brûlent) en traduction littérale par curieuse coïncidence parle de brulés, de solitude, d’abandon, de froid, de faim, d’esclavage, d’espoir et de survie ? Parle-t-on d’Auschwitz ?
La Pologne, voudrait-elle enflammer l’Europe par l’élégance dissimulée de ce quatuor féminin empourpré de sonorités modern folk qui chante à l’unisson " Ils brûlent" … mais QUI ???
Une évocation adroitement manipulée prétexte à attiser le feu d’un sujet brûlant, la Shoah !

Les paroles du texte subtilement dosées et juxtaposées transcrivent elles aussi par le choix des mots, une certaine ambivalence que le peuple polonais cherche impérativement à effacer de sa mémoire, pour afficher son déni et sa victimisation aux yeux du monde.Nous ne pouvons qu'être interpellés par la chanson qui représente ce pays à la mémoire défaillante.
Encore faut-il savoir lire entre les lignes... pour découvrir une prière, une demande de pardon à peine voilée qui  pourrait donner l’occasion à Israël de l’exaucer.
Mais qui, en cas de victoire serait une atteinte à tous les Juifs qui récusent " le "déni de la Pologne"  et de son passé nazi.  Une onde de choc à l’Eurovision ! La Pologne va s’avancer sur un champ de mines prêt à exploser !

ITALIE : L’ étrange coïncidence ?

Mahmood, un rappeur italo-égyptien en Israël ! 40 ans après les accords de Camp David ?40 le nombre magique celui de la transformation et de la maturité !

Dans la religion juive, celui de la transmission, d’un message peut-être ?  Le choix pour le moins controversé de l’Italie, contesté par le gouvernement en place,  pourrait rallumer les tensions entre les 2 pays dont l’instabilité diplomatique est constante. U
ne chanson sur l’argent aux  consonances orientales, saupoudrée de quelques mots en arabe sur un thème qui éveille dans la notre société tant de sens commun.

L’hypothèse d’un égyptien primé en Israël soulèverait  à n’en pas douter une levée de boucliers.

 FRANCE  : La thèse de l’anti-codes ?

La polémique autour du représentant de la France victime d’une campagne de cyber harcèlement homophobe, par la suite savamment orchestrée, semblait vouloir créer l’événement cette année à Tel Aviv.

Bilal Hassani, qui se positionne comme un nouveau défenseur du droit à la différence, de toutes les différences, vaste programme, est suivi par des milliers d’’internautes.

Relooké entre fashion victime et ambiguïté déguisée, le représentant de la France révélé et propulsé grâce aux réseaux sociaux, fera figure d’enfant de chœur face au déchainement du groupe BDSM islandais et les tulipes noires de la Pologne !
Utiliser des préférences sexuelles et des origines pour essayer de promouvoir à des fins marketing une idéologie destinée à rééduquer le peuple est une arnaque incroyable.

Dans un registre similaire, l’Eurovision nous a déjà offert le transsexuel Dana International en 1998 puis  le drag queen Conchita Wurst en 2014 (qui à son corps défendant, avait de vraies qualités vocales et artistiques), sans compter les nombreux travestis fantaisistes qui ont défilé  au cours de ces dernières années sur scène de la Gay Pride Européenne de la chanson.

Le" Roi" de Bilal Hassani, prend ici un air de déjà vu et de plat réchauffé…la recette est dépassée.

L'Eurovision aujourd'hui, plus que jamais, va se produire  dans un pays à l'histoire plurielle, est  si l'on observe bien, une forme de congrégation internationale où chaque pays tente de faire passer un message, le message de son pays à la face du monde. Quelle autre occasion leur serait-elle donnée ?

Lorsque l'on examine les faits, les  "heureux élus" ne sont  parfois que les pantins d'une stratégie politique, oud'un fait de société mis en exergue. Tout est politique n'est-ce pas ?

L'Eurovision serait une sorte d'ONU dont les 12 points, des points qui révéleront le pays élu,  comme en 1948 ces mêmes points ont révélé aux yeux du monde Israël.

L’Eurovision condamnée à devenir un  tremplin de désillusions ?Espérons que la haine et l’antisémitisme ne répondront pas aux critères d’un concours en perte de vitesse de ses valeurs initiales. Réponse le 18 mai prochain ?

Sources : Alliance magazine

Alexandre Blondin / Judith Douillet / Claudine Douillet

www1.alliancefr.com/

 

 

 

.

 

 

Pologne EUROVISION 2019 : Le masque de la Shoah

Pologne EUROVISION 2019 : « Le masque de la Shoah »

En 2016 la chanteuse Jamala, une Tatare de Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014 remportait l’Eurovision.

La représentante de l’Ukraine avait alors bouleversé les codes et émue l’Europe entière avec une chanson « 1944 » consacrée à la tragédie humaine vécue par son peuple lors de la déportation stalinienne.

Inspirée par les souvenirs de son arrière-grand-mère, déportée de la péninsule en 1944 avec la quasi-totalité des autres Tatars, la chanteuse ukrainienne avait écrit elle-même cette chanson.
"J'avais besoin" de cette chanson "pour me libérer" de cette douleur et rendre hommage à "ces milliers de Tatars de Crimée" dont il ne reste plus rien, "même pas de photos",

La Russie avait protesté à l’époque contre la participation de l'Ukraine en raison des sous-entendus "politiques" du morceau, jugé contraire au règlement qui interdit "les paroles, discours ou gestes de nature politique ou similaire".
L'Eurovision avait estimé que les paroles étaient de nature "historiques" et validé la chanson.

POLOGNE attention danger !

Dans un registre tout aussi tragique mais cette fois non revendiqué par le diffuseur ( et pour cause !) Le groupe Tulia (Tulipe) "Pali się"
La chanson traduite en anglais donne comme titre  "Fire of Love"(Feu de l'amour), mais comme vous le savez la traduction des titres de chansons en d'autres langues sont souvent détournés de l'original. La véritable traduction serait "Ils brûlent" qui ?
Voici les paroles de la chanson traduite en français :

Feu, feu, feu d'amour
Assis sur un iceberg,
dans l' attente du soleil,
dans l' espoir d'être sauvé, froid et seul
Une petite étincelle devient la flamme
des printemps printaniers

Brûlures, brûlures, amour de feu
Brûle en nous, brûle en nous, comme une forêt sèche
Aime-moi, aime-moi, de plus en plus difficile
Rien ici, rien ici, gardien du feu

Un cœur solitaire qui ne fait que douter.
Inconscient, il fait froid sur la glace.
Un rayon de promesse, ce genre de glace fondue.
Il va sortir de l'esclavage, de l'amour, de la faim.

Brûlures, brûlures, amour de feu
Brûle en nous, brûle en nous, comme une forêt sèche
Aime-moi, aime-moi, de plus en plus difficile
Rien ici, rien ici, gardien du feu

Cœur abandonné qui ne sent rien.
Le monde est indifférent, dur comme une pierre.
Mais quand il accélère, il brille de lui-même Les
yeux de Doda brillent, rattrapent le temps

Brûlures, brûlures, amour feu
Brûle en nous, brûle en nous, comme une forêt sèche
Aime moi, aime moi, de plus en plus difficile
Rien ici, rien ici, gardien du feu

Le feu, le feu, le feu de l' amour
Brûle en toi, en moi brûle
<nous brûle en vie
Aime moi maintenant ! Aime moi maintenant!
De plus en plus dur.
Emmenez-moi là-bas, soyez l'air.
J'ai besoin de survivre

TULIA Pologne à l'Eurovision 2019 en Israël

TULIA Pologne à l'Eurovision 2019 en Israël

La participation polonaise cette année pourrait bien créer une onde de choc à l’Eurovision !
Le petit film de présentation de la chanson « Ils brûlent » traduit quelques similitudes avec des événements passés qui se projettent en noir et blanc (flash-back oblige)…

Ces femmes, errants le longs des routes de campagne vers la destinée que l’on connaît.
Les paroles du texte subtilement dosées et juxtaposées transcrivent elles aussi par le choix des mots, une certaine ambivalence que le peuple polonais cherche impérativement à effacer de sa mémoire, pour afficher son déni et sa victimisation aux yeux du monde.

Encore faut-il savoir lire entre les lignes... pour découvrir une prière, une demande de pardon à peine voilée qui pourrait donner l’occasion à Israël de l’exaucer.
Mais qui en cas de victoire serait une atteinte à tous les Juifs qui récusent le « déni de la Pologne » et de son passé nazi. Certains termes parlent d’eux-mêmes et ne trompent pas !
C’est aussi cela que l’on appelle le langage des maux.
Nul besoin d’être un historien convaincu pour comprendre.
Cette chanson qui par curieuse coïncidence parle de brulés, de solitude, d’abandon, de froid, de faim, d’esclavage, d’espoir et de survie ?Parle-t-on d’Auschwitz ?

L’antisémitisme est une réalité en Pologne au sens propre comme au sens figuré.
Les divergences historiques qui opposent Israël et la Pologne, sur la participation active de délateurs polonais à l’extermination des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale font toujours aujourd’hui débat.

Le clivage politique tendu et les relations diplomatiques entre les 2 pays on fait récemment couler beaucoup d’encre suite aux déclarations de dirigeants politiques en Israël comme en Pologne, sur le sensible thème de « l’oubli » d’un certain « compromis ».
La Pologne se dit elle aussi victime de la Shoah, elle n'assume pas son rôle, elle est dans un déni.
Nous ne pouvons qu'être interpellé par la chanson qui représente ce pays à la mémoire défaillante.

Sur la scène de l’Eurovision, la Pologne va s’avancer sur un champ de mines prêt à exploser !
La Pologne, voudrait-elle enflammer l’Europe par l’élégance dissimulée de ce quatuor féminin empourpré de sonorités modern folk qui chantent à l’unisson « Ils brûlent » mais QUI ???
Une évocation adroitement manipulée prétexte à attiser le feu d’un sujet brûlant, la Shoah !
Nuit d’étoiles, nuit de cristal, laissez votre cœur vous guider sur la vérité d’une terrible tragédie de mémoire collective.

Espérons que le groupe « TULIA » (Tulipe) ne se referme pas, comme la fleur qui porte son nom sur ses propres contradictions. Vouloir changer l’histoire … À vous de juger !

L'Eurovision aujourd'hui, plus que jamais, va se produire  dans un pays à l'histoire plurielle, est , si l'on observe bien, une forme de congrégation internationale où chaque pays tente de faire passer un message, le message de son pays à la face du monde. Quel autre occasion leur serait donnée ?

Conscient ou inconscient l'actualité au quotidien devient le ferment d'une élection.
Lorsque l'on examine les faits, les  "heureux élus"ne sont ,parfois que les pantins d'une stratégie politique, ou d'un fait de société mis en exergue .Tout est politique n'est-ce-pas ?
l'Eurovision serait une sorte d'ONU dont les 12 points, des points qui révéleront le pays élu,  comme en 1948 ces mêmes points ont révélés aux yeux du monde Israël.

Alexandre BLONDIN

Israël : Eurovision 2019 une bombe à retardement

Israël & Eurovision :  un enjeu politique !

Eurovision 2019 à Tel-Aviv

Tel-Aviv, Israël

 

Rares sont les événements à caractère international qui se déroulent en Israël.L’Eurovision 2019  en mai prochain à Tel-Aviv commence à nourrir des tensions sous-jacentes  qui étaient à prévoir.
Le climat tendu dans lequel le pays vit en permanence, le sera plus encore dans les semaines à venir avec les élections prévues le 9 avril et qui déjà s’agitent à faire des vagues.

Ce concours fêtera sa 64ème édition et sera suivi  par plus de 200 millions de téléspectateurs à travers le monde, un  véritable coup de projecteur pour le chef du gouvernement et la coalition en place.
Mais attention, à la suite des tensions qui pourraient prendre des allures d’état de siège !

L'Eurovision : une bombe à retardement

Déjà en 1979, lorsque l’État d’Israël a accueilli l’Eurovision  pour la première fois à Jérusalem, il régnait un climat d’insécurité permanent. Il y a tout juste 40 ans.
Il y avait à l’époque des tireurs d’élite placés sur tous les toits. Les chanteurs et leurs délégations, étaient soigneusement fouillés chaque fois qu’ils entraient dans leur hôtel ou sur les lieux des répétitions.
En 1999, toujours à Jérusalem, le scénario était reconduit avec des mesures drastiques et des moyens déployés habituellement en temps de guerre !

40 le nombre de la transmission dans le judaïsme

Le chiffre 40 a une signification particulière dans la religion juive. C'est un nombre magique celui de la transformation au sens propre comme au sens figuré.  Celui de la passation d'un état à un autre.
Moïse restera 40 jours sur la montagne du Sinaï afin de recevoir les tables de la loi ce qui transformera à tout jamais le peuple en une nation dotée d'un code de vie sociale.

Le peuple hébreu errera pendant 40 ans dans le désert afin de transformer des esclaves en guerrier prêts à gagner enfin leur terre .
Il faut 40 jours pour le développement du  foetus
40 Seah sont requis pour qu'un bain rituel soit cacher (mikvé).
Lors de la conversion au judaïsme, l'ultime étape est ce bain rituel, se tremper tout le corps sans aucune séparation entre l'eau et le corps, sous ces 40 seah constituée exclusivement d'eau de pluie .  40 est le nombre qui permet le passage de l'impureté de la mort à celle de la vie d'où la fonction du mikvé pour la femme en particulier.

L’ITALIE : un gagnant POSSIBLE ?

Israël s’enflamme ! En mai prochain, nous serons avec ALLIANCE en direct de Tel Aviv et en première ligne !
Les risques d’attentats seront estimés supérieurs par les autorités et les mesures de sécurité vont être amplifiées.

La puissance médiatique que génère l’organisation du plus grand show télévisuel mondial en live est une occasion inespérée pour les mouvements radicaux contestataires d’un régime de faire entendre leurs voix.
Les militants du  BDS et autres activistes pro-palestiniens vont continuer leur propagande et essayer par tous les moyens de perturber un concours qu’ils accusent  en ces termes :

« Eurovision, ne blanchissez pas l’occupation militaire et les violations des droits humains par Israël. »

Si l’on commence à faire d’un événement musical, certes, aussi populaire soit-il, le déclencheur d’une  poudrière à canon, la conciliation entre les peuples sera perdue d’avance.

La communication entre les êtres paraît être le problème le plus délicat et le plus urgent à résoudre.Vouloir jeter entre toutes ces forteresses individualistes  les ponts-levis de la compréhension et de la bonne volonté, semble une aventure humaine difficile et périlleuse.

La communion entre les peuples n’est-elle pourtant pas  garante de notre passé et de notre avenir ?

Dommage pour le concours qui passe à côté du nombre « magique » et rassemblera cette année 41 participants soit 40 +1 (il y avait au départ 42  pays inscrits mais l’Ukraine se retire pour des raisons d’un désaccord majeur entre sa participante et le diffuseur  sur les clauses du contrat imposé par la chaîne ! )

Par contre, l’Italie elle ,ne s’y est pas trompé, faut-il y voir le présage d’une victoire stratégique de la participation italienne qui 40 ans après les accords de paix israélo-égyptien de Camp David, présente un talentueux rappeur italo-égyptien avec une chanson sur « L’argent » un thème qui éveille dans la notre société  tant de sens commun.

L’hypothèse d’un égyptien primé en Israël !
Pourrait réveiller quelques tensions entre les deux pays qui vivent un climat de «  paix froide  ». Le rejet d'Israël par son voisin égyptien est une constante.

Toujours est-il que quel que soit le résultat, l’Italie sortira gagnante de ce Grand Prix et ce, à plus d’un titre.

Stratégie marketing ou simple coïncidence ?

La question reste posée, mais lorsque l’on connaît la lutte de promotion acharnée, que vont se livrer les contributeurs de chaque pays qui ont investi financièrement pour faire gagner leurs poulains, rien n’est moins sûr.

Des candidats bien huilés, dressés pour la parade comme de véritables chevaux de course.

L’on va se battre à coup de sourires de façade, de cocktails semi-mondains, d’extravagances et par médias interposés, pour capter l’attention et renforcer la position des pronostics de quelques purs sangs favoris des bookmakers.La guerre des nerfs est déclarée avant le combat dans l’arène européenne de la chanson.

41 partants au départ, pour un seul vainqueur à l’arrivée. …on n’achève pas les chevaux !

Tous concurrents en quête de gloire et dont la moitié ou  presque sera éliminée dans les 2  demi-finales, et enfin pour les heureux sélectionnés, la finale, celle de tous les enjeux d’où sortira le lauréat unique qui en une soirée sera propulsé  au rang de vedette internationale de la chanson avec à la clé un succès de ventes assuré.

L’approche du concours rend fébrile beaucoup de monde, les habitants de Tel Aviv se mobilisent avec enthousiasme depuis plusieurs semaines autour d'une expertise de l'organisation et une qualité d'accueil d'un événement qui à n'en pas douter va marquer les esprits.

Tel Aviv, la ville blanche, la noctambule toujours en éveil, où la fête ne s’arrête jamais.
Une ville moderne résolument tournée  vers l’avenir et qui  semble vouloir vivre en dehors du temps.

TEL AVIV et l’EUROVISION, symbiose d’une harmonie  multiculturelle qui va s’offrir le privilège et le plaisir de vouloir refaire le monde.

On attend la suite…

Alexandre BLONDIN