Une survivante de l'Holocauste en Israël -c'est dur de travailler à 81 ans, mais je n'ai pas le choix-

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une survivante de l'Holocauste en Israël -c'est dur de travailler à 81 ans, mais pas le choix-

"C'est dur de travailler à 81 ans, mais je n'ai pas le choix"

Même à l'âge de 81 ans, la survivante de l'Holocauste Yevgenia Segal est forcée de sortir et de travailler comme aide-soignante pour les personnes âgées.

Depuis 20 ans, elle attend d'obtenir un logement social et en attendant, elle doit subvenir à ses besoins afin de pouvoir payer le loyer d'un local dans lequel elle habite, qui n'a presque pas de fenêtres et la lumière du jour y pénètre à peine, et qui a été converti en logement.
Malgré tout, Evgenia ne se plaint pas.

«Je dois travailler parce que je n'ai pas d'appartement et que je dois payer le loyer du local et les factures», dit-elle, «j'ai peur qu'un jour je ne puisse plus subvenir à mes besoins. Je n'aurai pas assez d'argent pour vivre».

Elle est née en Ukraine, mais pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a déménagé avec sa mère dans une ville près de la Sibérie, où ils ont souffert de la famine.

"Mon père a été tué pendant la guerre, les nazis l'ont assassiné. Nous n'avions presque pas de nourriture, pas même de pain." Après la guerre, elle est retournée en Ukraine, a fondé une famille et a travaillé comme ingénieur.

En 1996, après s'être retrouvé veuve, elle a immigré en Israël avec son fils.

À 57 ans, elle a dû se reconvertir. «Je suis ingénieure, mais quand je suis arrivée en Israël, j'ai fait des ménages.

Ensuite, j'ai commencé à travailler comme aide-soignante pour les personnes âgées. C'est difficile de travailler à 81 ans, mais je n'ai pas le choix», dit-elle,

«au moins je ne suis pas seule à la maison tout le temps. C'est difficile. ".

Malgré tout, Yevgenia est optimiste. "J'ai un fils adorable qui m'aide autant qu'il le peut."

"L'Etat d'Israël est aussi un bon pays mais il ne peut pas aider tout le monde."

Moshe Cohen directeur de l'organisation des survivants de l'Holocauste explique :

"des survivants de l'Holocauste vivent dans des conditions de grande précarité"
Pour des dons veuillez contacter le site Web de l'Association Noemi Mercy ou appelez au : 03-6777777.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Répondre à Simon SIROUR Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi