Une station israélienne de traitement des eaux usées dans les Caraïbes

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une station israélienne de traitement des eaux usées dans les iles vierges

Les eaux usées de quelques 200 ménages des Caraïbes orientales sont maintenant acheminées vers une station de traitement des eaux usées novatrice et éco énergétique conçue par les Israéliens.

Il y a à peine deux mois, le Emefcy Group Limited, basé à Césarée, a achevé l'installation d'une station municipale d'épuration des eaux usées dans la région de St. Thomas, dans les îles Vierges américaines, une zone menacée par des pénuries d'eau à cause du vieillissement des équipements ne répondant plus aux normes réglementaires et industrielles.

Bien que de taille relativement petite, la nouvelle usine vise à fournir une solution éco énergétique aux besoins en eaux usées de l'île et sert de porte d'entrée au plus grand secteur d'assainissement des Caraïbes, selon Eytan Levy, PDG d'Emefcy.

"Le Traitement des eaux usées est un énorme consommateur d'énergie", a déclaré Levy au Jerusalem Post dans une interview récente. "Nous essayons de trouver des moyens technologiques pour minimiser cette consommation d'énergie."

« Le réacteur biofilm à membrane de Emefcy (MABR) installé à l'usine de St. Thomas ne consomme que 10% de la puissance des installations traditionnelles de traitement biologique », a expliqué Levy. Dans de telles usines typiques, les eaux usées sont collectées dans de grands bassins et aérées avec des compresseurs. Ces compresseurs nécessitent une telle quantité d'énergie qu'ils représentent environ 2% de la consommation mondiale, a-t-il ajouté.

La technologie MABR, d'autre part, utilise des membranes étanches spéciales qui permettent la diffusion de l'oxygène de l'atmosphère dans les eaux usées, sans avoir besoin d'utiliser un compresseur à haute énergie, a poursuivi Levy.

Les îles vierges américaines

Les îles vierges américaines

Parce que MABR est faible en énergie, facile à utiliser et modulaire, le système est idéal pour une utilisation dans les petites stations de traitement des eaux usées », conclut-il.

Alors que le MABR est déjà sur le marché, Emefcy développe également un réacteur électrogène Bio (EBR), qui sera non seulement capable d'économiser de l'énergie, mais de produire effectivement de l'électricité, selon la société.

Emefcy a déjà installé sa technologie à Caesarée et à Moshav Yogev, mais St. Thomas est le premier site en dehors d'Israël où le système MABR est opérationnel. En outre, une usine est en construction à l'hôpital Ayder de l'Université Makelle en Ethiopie.

« La région des Caraïbes est devenue une zone de niche particulièrement importante pour Emefcy en raison du fait que beaucoup d'îles manquent de centrales électriques et s'appuient sur de petits générateurs d'électricité très coûteux, a expliqué Levy.

En conséquence, l'électricité dans toutes ces îles est extrêmement coûteuse", at-il dit. "Ils considèrent l'économie d'énergie comme l'un des objectifs majeurs."

Souvent dépourvues d'opérateurs d'infrastructure, de nombreuses communautés dans la région des Caraïbes ont recours simplement à décharger leurs eaux usées dans l'océan.

À St. Thomas, l'usine d'Emefcy remplace une installation beaucoup plus ancienne qui a maintenant été fermée et fonctionne sous la supervision de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis.

"C'est aussi une porte d'entrée importante pour le marché américain", selon Levy.

En plus de se concentrer sur la région des Caraïbes, la compagnie est en discussions actives avec plusieurs clients potentiels en Californie, état qui a grandement besoin de solutions de réutilisation de l'eau. Emefcy montre également ses technologies à la Chine.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi