La startup ADGS, du Qatar choisi Israël pour faire connaître ses algorithmes- Vidéo-

Actualités, Antisémitisme/Racisme, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Christophe Billiottet AGDS Qatar et Israël

Israël ne reconnaît pas facilement les innovations de pays tiers et encore moins lorsqu’elles viennent d’un pays du Golfe. Pourtant il convient de mentionner une exception Qatarienne, avec une startup nommée "ADGS Computer Systems" qui semble prouver que l’Islam aussi peut s'ouvrir à l’innovation.

 

Créée conjointement par un Français et un Qatarien, cette entreprise emploie des scientifiques et ingénieurs Russes, Libanais et Argentins. Elle s’est spécialisée dans les domaines de l’Intelligence Artificielle au service de la compréhension du langage humain, de la biométrie comportementale au service de la cybersécurité et des comportements émergeants au service de la santé publique.

Ce sont des sujets reliant l’informatique à la biologie et à la sociologie, c’est à dire connectant le digital et l’humain.

Un temps soutenue par la Qatar Foundation, ADGS est une entreprise privée expliquée par son Manager, Christophe Billiottet : "lorsque nous embauchons, une attention toute particulière est accordée à l’expérience, à la créativité et au quotient intellectuel bien plus qu’au diplôme".

Dans le domaine de la cybersécurité, ADGS a développé un programme de "Dynamique de Cadence de Frappe" nommé STROKK, permettant de reconnaître avec une précision inégalée l’utilisateur d’un ordinateur en mesurant la vitesse des signaux neuromusculaires entre son cerveau et ses doigts sans aucun autre outil qu’un simple clavier d'ordinateur.

Des laboratoires dans le monde travaillent sur le même sujet avec plus ou moins de succès,  ce qui fait la particularité de STROKK, ce sont ses algorithmes de profilage complètement originaux, développés en interne.

Un simple mot de passe devient ainsi 10.000 fois plus sûr si STROKK est installé, et ce, de façon complètement transparente pour l’utilisateur légitime.

Même un mot de passe précédemment compromis devient totalement inutilisable par un imposteur quand STROKK est activé: seul l’utilisateur légitime a accès à son ordinateur.

Une solution pour les grandes acteurs du Social Media qui se font régulièrement voler les accès de leurs affiliés. Le système fonctionne localement comme lorsque l’ordinateur est utilisé à distance, un atout majeur en période de télétravail. Complètement intégré à Windows 8, 9, 10 et MacOS, ce programme répond aux critères de sécurité de grade militaire, lui donnant une avance non négligeable sur ses concurrents.

Toujours dans le domaine des algorithmes, cette fois associés aux  comportements émergeants pour lequel ADGS bénéficie de plus de 30 années d’expérience combinée de ses scientifiques, la startup développe des algorithmes de grande puissance qui permettent d’effectuer la modélisation et la simulation réaliste du comportement sociaux des habitants de pays entiers.

Les interactions avec leur domicile, leurs amis, familles et collègues, dans les transports, les lieux de loisir ou de travail et mesurer précisément les risque d'expansion géographique d’une épidémie, ainsi que les effets de la politique de santé publique adoptée par un gouvernement.

Les résultats permettent une granularité telle qu’un individu ou "agent" peut ainsi être individuellement "suivi" parmi 50 millions d'autres.

Malgré ce niveau de granularité, le respect de la vie privée est respecté car l’identité des personnes n’est pas utile à la modélisation. Il n’y a aucun surveillance des agents qui évoluent dans un monde virtuellement recomposé mais basé sur des données réelles et avec une géographie respectée. Apparaissent ainsi les foyers d’infection sur une carte (GIS ou "Geographic Information System")

ADGS modélise également le cas particulier des transports en commun, par exemple pour Singapour, ou les risques de contagion avant l’entrée dans la station, sur les quais et dans les véhicules eux-mêmes sont modélisés et permettent aux autorités de prendre les décisions nécessaires pour protéger les usagers.

Selon Christophe Billiottet, "l’avance de ADGS n'est pas tant dans l’innovation elle-même que dans la maîtrise algorithmique qui permet maintenant de se passer de HPC (high performance computing) pour des opérations nécessitant des milliards d'opérations".

"Dans le cas de la simulation de pays entier, pour obtenir des résultats solides, il faut prendre en compte la densité de population par région, par ville, par quartier, l’échelle des âges, la répartition des sexes, les lieux de domicile, d’approvisionnement, de travail, les transports etc…"

"Tout cela nécessite une énorme puissance de calcul et donc, d’énergie, que les algorithmes d’ADGS permettent de fortement réduire. Là où le coût d’utilisation d’un supercomputer peut atteindre plusieurs milliers d’euros par heure, ADGS permet la même chose pour 100 fois moins"

ADGS met aussi à disposition des laboratoires de recherche un outil puissant et peu onéreux utilisable en biologie, pharmacologie, épidémiologie, génétique, et même pour la simulation de crash automobile

Un autre usage de ces algorithmes permet de modéliser et simuler l’évacuation des 30.000 spectateurs d’un stade, et ce en quelques dizaines de secondes de calcul seulement, localisant les zones dangereuses et établissant les temps réels d’évacuation en fonction des scénarios testés, du type de spectateur (enfants, femmes, personnes âgées, jeunes hommes…), de leurs places sur les gradins.

Ce système permet d’optimiser la sécurité en évitant des dégâts tels que des blessés ou traumas, l'objectif est une évacuation fluide, rapide et efficace. L'algorithme permet de calculer suivant les différentes données énumérées le temps nécessaire pour l'évacuation d'une foule menacée

Les utilisations sociales (mouvement de foule, simulation du trafic automobile), biologiques (à niveau cellulaire, réseau capillaire sanguin….), militaires (zones de combat, systèmes de défense anti-missiles …), géologiques et même astronomiques deviennent ainsi accessibles aux autorités, aux militaires et aux chercheurs sans devoir faire appel systématiquement à des centres HPC.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi