Une première, deux franco-israéliens extradés d'Israël pour escroqueries au coronavirus en France

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Deux franco-israéliens extradés d'Israël pour escroqueries au coronavirus en France

Deux Israéliens arrêtés en Israël pour escroquerie au coronavirus en France

"Il s'agit du premier cas du genre", selon un officier supérieur de la police israélienne
Deux franco-israéliens ont été extradés vers la France dans le cadre d'enquêtes sur une escroquerie prétendant travailler dans des entreprises professionnelles qui, selon eux, étaient en train de développer un médicament pour traiter le COVID-19, selon Ynet.

L'arnaque a réussi à collecter 60 000 euros auprès de trois sociétés françaises.

Dimanche, la police israélienne a rendu une ordonnance d'extradition pour les deux résidents de Raanana qui ont la nationalité française. Les deux hommes ont tenté de vendre le matériel médical  pendant l'épidémie de coronavirus à des chaînes d'épiceries en France.

L'arnaque a été menée depuis Israël,  ils ont contacté des dizaines d'entreprises tout en se faisant passer pour des fonctionnaires d'une organisation demandant de grosses sommes d'argent.

Après avoir reçu des plaintes des autorités françaises, la branche économique de Lahav 443 de la police israélienne a commencé une enquête et les a trouver rapidement, les a arrêté  et a interrogé les suspects en Israël.

Dans des enquêtes antérieures similaires, les suspects sont relâchés chez eux jusqu'à ce que des preuves soient présentées pour un acte d'accusation, un processus qui peut prendre des mois, voire des années, selon Ynet.

Pour ce cas , la police israélienne, Interpol et la police française ont décidé d'agir rapidement et ont émis un mandat d'arrêt international peu après leur arrestation ce week-end.

"Il s'agit du premier cas du genre", a déclaré à Ynet un haut responsable de la police israélienne. "Cela fait partie de la lutte contre les criminels internationaux qui tentent de se cacher dans différents pays après avoir commis leurs crimes."

Leah Floss, l'avocate de l'un des suspects, a qualifié la délivrance du mandat d'arrêt "irrégulière" et a averti qu'il soulevait un certain nombre de questions juridiques. Floss a ajouté qu'il n'y a "aucun doute qu'il s'agit d'un processus dramatique, extrême et sans précédent qui est très douteusement légal", selon Ynet.

En mars, deux citoyens israéliens ont été reconnus coupables par un tribunal de Paris d'avoir volé 55 millions d'euros, affirmant qu'ils travaillaient pour le ministre français de la Défense et avaient besoin d'argent pour payer une rançon pour libérer deux Français enlevés, a rapporté la BBC.
L'escroquerie en mars a été menée depuis une maison à Ashdod, dans le sud d'Israël.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi