Une fausse conversation sur WhatsApp met à mal le parti travailliste

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Avi Gabby

Une fausse conversation a fait le tour des réseaux sociaux hier, montrant le parti travailliste s’allier aux dirigeants druzes pour contrer le Likoud.

« Tenter par tous les moyens de déstabiliser l’adversaire. » C’est sans doute le message qu’ont dû se dire certains partisans du parti nationaliste libéral, le Likoud. Hier, une fausse conversation WhatsApp a fait le tour des réseaux sociaux. Un militant du Likoud aurait orchestré une fausse rumeur afin de déstabiliser le parti travailliste et les dirigeants druzes, en vue d’une manifestation contre la loi État-nation.

D’abord publiée sur le compte Facebook d’un militant du Likoud, la rumeur a fait son bout de chemin. Grâce à la magie d’Internet, elle s’est rapidement répandue sur les réseaux sociaux. S’en est suivi, des affrontements entre militants des partis politiques sur la toile.

Des captures d'écran de faux messages WhatsApp montraient deux militants du parti travailliste en train de discuter sur des positions politiques promises aux dirigeants druzes, après la loi sur la nationalité. Dans ce faux message, la communauté druze rejette le plan proposé par le Premier ministre, sans fondement.

Les messages WhatsApp

Un militant du Likoud a fait circuler de faux messages sur le parti travailliste sur les réseaux sociaux.

Un militant du Likoud a fait circuler de faux messages sur le parti travailliste sur les réseaux sociaux.

L'échange de messages montre deux « militants syndicaux » discuter sur la façon dont se seraient passées les négociations entre le parti travailliste et les druzes.

« Que pouvez-vous demander de plus ? Les Druzes ont fait ce qu’il fallait », écrit Avi Yaron, qui serait un militant des travaillistes.

« Vous pensez qu'ils n'abandonneront pas ? » demande Kremer.

« J’ai rencontré Amal Asad (l'un des leaders de la manifestation) dans un café. La veille et tout a été arrangé avec lui. Il n'y a pas d'accord avec le Likoud sur les grandes lignes et il n'y en aura aucun », rétorque Yaron.

Kremer complimente : « vous êtes les meilleurs, les livres d’histoire se rappelleront que nous sommes revenus au pouvoir aux dépens des Druzes ! Est-ce qu'Amal aura une place à la Knesset ? Avi Gabbay (le président du parti travailliste) sera-t-il d'accord ? »

Une discussion qui aurait de graves répercussions pour la communauté druze si elle s’était avérée. En effet, selon les messages, cela sous-entendrait que les dirigeants druzes seraient intransigeants envers Benyamin Netanyahu afin de récupérer des postes politiques au parti travailliste.

Après enquête et vérification, il ne se trouve aucun Kremer ou Avi au sein parti travailliste ne porterait les noms de Kremer ou Avi Yaron. Le parti est monté au créneau et a qualifié la conversation de calomnieuse.

« Un employé du Likoud diffuse une correspondance WhatsApp attribuée à des membres du Parti travailliste. Cette correspondance est fausse à 100%. Chaque nom, chaque lettre et message sont tout simplement faux. C’est le genre de choses qui sortent de la machine de haine de la rue Balfour (où se trouve la résidence du Premier ministre à Jérusalem) pour saper l’opposition », se sont défendu les syndicats des militants du parti travailliste.

Le leader syndical Avi Gabby a critiqué le Premier ministre. « Ce sont des esprits malveillants qui s’expriment dans de faux messages WhatsApp que le Likoud diffuse. Ce sont des esprits diaboliques, dangereux, qui érodent la fermeté de notre société.

« Nous réparerons tout ce que vous avez détruit et transformerons la déclaration d'indépendance dans la constitution de l'État d'Israël avec des droits égaux pour tous », a t-il déclaré.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi