Une famille bédouine adoptée par un kibboutz du nord d’Israël

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une famille bédouine adoptée par un kibboutz du nord d’Israël

Pas un seul des membres du Kibboutz Eilon n'a exprimé d’étonnement vendredi dernier lorsqu’Hadil et Mahmoud Mazal - du village bédouin d'Arab al-Aramshe situé près de la frontière du Liban - ont été chaleureusement accueillis en tant que nouveaux membres du kibboutz. 

Le couple, qui a loué un logement au kibboutz au cours de la dernière année, a bénéficié au moment du vote de l'appui de 116 membres sur un total de 124.

Mahmoud, 49 ans, et Hadil, 32 ans, exercent tous deux la profession d’infirmiers et ont trois fils, Yazan, Adam et Amari. Hadil travaille au Centre médical de Galilée à Nahariya, tandis que Mahmoud travaille pour l'Institut national d'assurance et le Clalit Health Services.

"En 1994, j’ai étudié avec un membre du kibboutz et après l'université, je suis allé y vivre jusqu'en 2000. La décision de devenir membre a été prise après la naissance des enfants", a déclaré Mahmoud.

Hadil et Mahmoud Mazal et leurs 3 fils

Hadil et Mahmoud Mazal, et leurs 3 fils

"Mon père a grandi dans un kibboutz dès l'âge de 10 ans, adopté par une famille polonaise du kibboutz Matzuva et à ce jour, il y est connu sous le nom d'Asher. Il était berger pour le kibboutz et y a habité jusqu'à l'âge de 30 ans. Notre décision de déménager au kibboutz a été complètement acceptée par nos familles et ma mère nous a même félicités. Nous sommes totalement impliqués dans la vie au kibboutz ".

Le premier projet de Mahmoud pour le kibboutz a été la création d'un centre médical d'urgence composé de médecins et d'infirmières, y compris lui et sa femme. Hadil a également pris des initiatives et a créé un centre de loisirs pour les enfants et leurs parents.

"Nous croyons à la coexistence, aimons le sens de l'unité et de l’amour, de la chaleur et de la compassion. Nos grands-parents ont toujours soutenu les kibboutzim dans la région et le village a toujours eu un lien avec eux, même en fournissant de la farine et de la nourriture", a déclaré Mahmoud.

Selon Hadil et Mahmoud,  il ne fait aucun doute que le kibboutz leur offre un niveau d'éducation et de qualité de vie bien plus élevé que ne l'a fait leur village.

"Il y a une piscine ici, une salle de gym, de l’amitié, un soutien aux mères, une tranquillité d'esprit, des repas communs le vendredi soir et surtout, l’acceptation des autres en tant que personnes", a déclaré le couple.

David Shteft, le secrétaire au kibboutz, a déclaré que le couple avait rempli avec succès tous les critères. «Nous disposons de 114 parcelles pour ceux qui souhaitent être admis à titre de membres à part entière, et à ce jour, nous avons absorbé 50 familles de partout dans le pays».

"Je connais Mahmoud depuis 20 ans", déclare Moshe Amsalem, coordinateur de la sécurité du kibboutz. "Toute la famille est une partie inséparable du kibboutz, et nous les voyons comme faisant partie de notre vie".

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi