Une équipe israélienne en Sibérie pour préserver l'histoire des tribus isolées

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une équipe israélienne en Sibérie pour préserver l'histoire d'une tribus isolée

Une délégation de la société israélienne MyHeritage est récemment revenue d'un séjour d'un mois auprès de la tribu Nenets, un peuple indigène de l'Arctique sibérien.

Le voyage faisait partie d'un projet nommé Tribal Quest Expedition, qui permet aux membres de MyHeritage de documenter les histoires des personnes qu'ils rencontrent dans le cadre de leur mission visant à préserver l'histoire familiale des tribus éloignées.

«Les personnes vivant dans des régions éloignées et ayant un accès limité à la technologie moderne n'ont pas les outils nécessaires pour numériser leurs riches histoires familiales, et elles ne sont souvent pas enregistrées», indique la page web Tribal Quest.

En cherchant à élargir la base de données de ces histoires, leurs équipes visiteront les communautés tribales du monde entier pour s'assurer que les générations futures savent exactement d'où elles proviennent.

Jusqu'à présent, les délégations ont visité la Namibie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et, plus récemment, la région de Yamal-Nenets dans le nord-ouest de la Sibérie. Yamal signifie "le bord du monde", dans la langue de ses habitants indigènes.

Les Nenets sont une tribu nomade d'éleveurs de rennes, animal qui imprègne tous les aspects de leur vie. Ils utilisent leur fourrure pour les vêtements et les tentes, mangent de la viande de renne, la vendent pour subsister et sacrifient les rennes aux dieux de leur ancienne religion animiste. Le renne tire également les villageois sur les traîneaux de bois qu'ils emploient pour migrer vers de nouveaux pâturages.

Une équipe israélienne en Sibérie pour préserver l'histoire d'une tribu isolée

Une équipe israélienne en Sibérie pour préserver l'histoire d'une tribu isolée

Les Nenets vivent dans des conditions climatiques extrêmes, coupés du monde moderne et avec un accès limité à la technologie, et donc limités dans leur capacité à documenter leur histoire familiale. La culture et le patrimoine de la tribu sont basés sur la mémoire collective et passe de génération en génération, de bouche à oreille.

«Ce fut un processus lent avec chaque famille. Ils ont finalement compris que c’était important pour eux, pour leurs enfants, pour les prochaines générations», explique Shahar, spécialiste des ressources humaines de l'équipe Tribal Quest.

«J'aimerais que rien ne cesse jamais d'exister et que nos enfants transmettent notre patrimoine à leurs propres enfants», a déclaré un interviewé Nenets dans une vidéo diffusée par MyHeritage.

Beaucoup de membres de la tribu, cependant, vivent déjà une vie urbaine, après avoir déménagé ces dernières années dans les villes voisines. Un processus d'urbanisation devrait s'intensifier dans les années à venir, et leur intégration dans les villes modernes pourrait entraîner la perte de leur culture et de leur héritage tribal, selon MyHeritage.

Sous l'Union soviétique, la culture des Nenets a souffert alors que les autorités tentaient de les forcer à cultiver collectivement et à s'installer définitivement dans les villages. Aujourd'hui, les terres et les troupeaux de rennes sont menacés par le développement du pétrole et du gaz naturel.

Pourtant, des milliers d'années plus tard, leur patrimoine reste vivant.

"Il y a quelque chose de très fier et fort dans leur capacité à préserver leur identité", déclare Golan Levy, le chef de la délégation de MyHeritage.

Levy note qu'ils fabriquent également des vêtements et des chaussures en fourrure et cuir de renne, ce qui permet aux familles de survivre à une température de moins 50 degrés.

«C'est l'une des communautés les plus déterminées au monde qui lutte quotidiennement contre les éléments de la nature, errant dans de vastes zones dans un isolement total, très dépendants les uns des autres», dit-il.

L'équipe israélienne a observé et enregistré leurs modes de vie et a interviewé et filmé des douzaines de membres de la tribu.

Les descendants de la tribu auront un accès gratuit à la documentation, et à travers elle, ils pourront transmettre la culture de leurs ancêtres aux générations futures.

L'équipe a bâti 13 arbres généalogiques, avec des informations sur plus de 3 000 personnes, y compris des milliers de photos et de vidéos documentant la vie quotidienne et les unités familiales.

On estime les Nenets entre 40 à 50 000 âmes, mais selon MyHeritage, la plupart d'entre eux se sont déjà installées dans des villages et des villes. Quelque 10 000 d'entre eux vivent en harmonie avec le mode de vie nomade traditionnel de la tribu, rassemblant 300 000 rennes domestiques dans la péninsule de Yamal.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi