Une bactérie résistante aux antibiotiques pourraient déclencher une épidémie

Actualités, Bien-être & Santé, Magazine - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
connue sous le nom de clone de la baie du Bengale , bactérie résistante aux antibiotiques

Une bactérie originaire d'Inde se propage dans le monde entier et tue 1 personne infectée sur 4

Cette bactérie  a développé une résistance généralisée aux antibiotiques dans le monde. Originaire d'Inde, elle continue de se propager en Europe et a même atteint l'Australie, où 5 000 personnes auraient été infectées.

Cette bactérie a développé une mutation qui la rend particulièrement résistante aux antibiotiques. À l'heure actuelle, environ 5 000 personnes en Australie sont infectées et leur vie est en danger.

Dangereuse pour les  enfant et les personnes en bonne santé"

La bactérie a été découverte pour la première fois dans les années 1990 en Inde et est en fait une souche de SARM , un staphylocoque résistant aux antibiotiques. Mais cette souche de SARM , connue sous le nom de clone de la baie du Bengale , a subi une mutation qui en a fait un agent pathogène  qui, selon les scientifiques, est également dangereuse pour les personnes en bonne santé et les jeunes et peut les rendre gravement malades.

Il est maintenant rapporté que cette bactérie est arrivée en Australie, où elle a infecté environ
5 000 personnes.
En outre, deux maternités européennes ont également été infectées par la bactérie.
Le taux de mortalité par cette bactérie est supérieur à 20% et s’il pénètre dans le corps par une blessure ou une entaille dans la peau, il peut être fatal.

Cependant, alors que la plupart des bactéries SARM sont plus courantes dans les hôpitaux, cette souche semble également se répandre dans d'autres environnements.

Le professeur Thong, chercheur en médecine au Royal Melbourne Hospital en Australie, qui a récemment écrit un rapport sur la bactérie, a déclaré aux médias que "récemment, les doublons de SARM causent d'importants problèmes particulièrement chez des patients qui ne sont jamais allés à un hôpital"

Des chercheurs de l'Institut Peter Doherty pour les maladies infectieuses et immunitaires ont étudié la super-bactérie à partir d'échantillons prélevés dans 14 pays, dont le premier à où il est apparût l'Inde et le Bangladesh, afin de mieux le comprendre.

Ils ont découvert que, pendant de nombreuses années, cette souche de SARM était capable de développer des mécanismes de résistance qui la rendait difficile à traiter.

Ce qui rend la bactérie particulièrement dangereuse et le potentiel d’une épidémie mondiale, c’est non seulement sa résistance aux antibiotiques, mais également son absence de symptômes, jusqu’à ce qu’elle pénètre dans le sang.

Autrement dit, une personne peut être infectée sans bactérie - et peut donc infecter de nombreuses personnes, avant même de se rendre compte qu'elles sont porteuses de la bactérie dangereuse.

Des agents pathogènes antibio résistants peuvent apparaître dans les pays dotés d’infrastructures médicales médiocres ou dans les pays ne maîtrisant guère l’utilisation des antibiotiques et se propageant dans d’autres pays du monde. De nombreux scientifiques mettent en garde contre l’augmentation du nombre de bactéries qui développent une résistance aux antibiotiques et invitent les autorités sanitaires du monde entier à s’attaquer à l’utilisation croissante des antibiotiques, ce qui entraîne une dangereuse résistance des bactéries pathogènes.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi