Un soldat israélien d'origine éthiopienne dénonce les propos racistes de son commandant

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un soldat israélien d'origine éthiopienne dénonce les propos racistes de son commandant

Un capitaine de la 101e compagnie de parachutistes a proféré une insulte clairement raciste à l’encontre d’un soldat d'origine éthiopienne, le traitant de "sale kushi" (l'équivalent hébreu du mot "nègre") devant ses camarades.

Après une enquête du commandant de bataillon, le capitaine a été contraint de s'excuser et les détails de l'incident ont été communiqués aux officiers de la brigade afin d'éviter que des cas semblables ne se reproduisent à l'avenir.

"Nous terminions une session d'entraînement d'une semaine pour les anciens combattants sur le terrain ", a déclaré dimanche le soldat à Yedioth Ahronoth, la publication sœur de Ynet, préférant rester anonyme.

"Le commandant pensait que nous, les soldats vétérans, lui avions fait une blague et lui avions pris ses clés de voiture. Je ne savais pas de quoi il parlait, mais il était sûr que c'était moi. Il est allé voir le sergent-major et un autre soldat et leur a dit : "C'est ce sale kushi qui l'a fait."

Le soldat a dit que ses compagnons d'armes stupéfaits sont venus le voir et lui ont relaté l'incident.

"J'étais sous le choc", a-t-il dit. "Je n'avais rien à voir avec la disparition des clés, et j'ai été profondément choqué. Tout le monde dans notre peloton parlait de la manière dont il m’avait appelé. Ce commandant de compagnie a été mon officier de peloton pendant huit mois alors que j'étais en formation de base, et c'est la raison pour laquelle cela m'a fait si mal."

Après l'insulte, le soldat a décidé d'informer immédiatement le commandant de la brigade de l'incident.

"Le commandant de la brigade m'a appelé et a ensuite inclus le capitaine dans la discussion. Au début, il a nié, puis il l'a admis et s'est excusé pour l'incident. Je ne me tairai pas à ce sujet, surtout pour que personne ne le reproduise avec d’autres soldats éthiopiens. Pour le moment, je ne l'ai pas dit à mes parents parce que je ne voulais pas les attrister, mais je leur dirai."

Des Israéliens d'origine éthiopienne protestant contre la discrimination et les brutalités policières lors de manifestations de grande ampleur en 2015 (Photo: AFP)

Des Israéliens d'origine éthiopienne protestant contre la discrimination et les brutalités policières lors de manifestations de grande ampleur en 2015 (Photo: AFP)

Le soldat a dit que c'était la première fois au cours de son service qu'il était victime de racisme de la part de ses officiers, mais il a décidé de parler aux médias par obligation et par devoir envers les autres soldats.

L'unité du porte-parole des FDI a répondu : "Les FDI considèrent de tels incidents comme sévères et s'efforcent de les éliminer. Dans les FDI, il n'y a pas de place pour les déclarations blessantes. Nous sommes au courant de l'incident, et les commandants de brigade et de bataillon feront enquête dans les prochains jours. L'officier s'est excusé devant le soldat."

Le cas de ce soldat des FDI humilié par le racisme de ses supérieurs n’est pas isolé. Il y a eu plusieurs incidents dans le passé de commandants insultant des soldats pour leur couleur de peau.

Les FDI signalent que le nombre de cas de racisme est en baisse et soulignent qu'elles font davantage pour intégrer les soldats éthiopiens que tout autre organisme en Israël.

Bien que les FDI aient encore un long chemin à parcourir, le nombre de soldats éthiopiens qui quittent prématurément le service militaire a diminué, de même que le nombre de ceux qui sont emprisonnés pendant leur service militaire.

Le nombre d'officiers d'origine éthiopienne, y compris les colonels, a également augmenté. L'année dernière, le premier pilote de l'armée de l'air israélo-éthiopien est entré dans l'histoire.

En 2015, un policier a été filmé en train de frapper le soldat Damas Pakada, ce qui a déclenché une réaction furieuse de la communauté.

La vidéo du passage à tabac a suscité un tollé de protestations de la part des Israéliens d'origine éthiopienne, qui ont manifesté dans tout le pays pour tenter de sensibiliser l'opinion publique à la discrimination, au racisme et aux brutalités policières. Les manifestants ont bloqué les routes principales de Tel-Aviv, et des dizaines de personnes ont été blessées et arrêtées lors d'affrontements avec la police.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi