Un résident de Jérusalem-Est veut se présenter aux prochaines élections municipales

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un résident de Jérusalem-Est veut se présenter aux prochaines élections municipales

Aziz Abu Sarah a bon espoir. Habitant de Jérusalem-Est, il espère qu’un tribunal lui donnera l’autorisation de se présenter aux prochaines élections pour la mairie de la capitale israélienne. Bien qu’il dirige un parti conjoint judéo-arabe appelé Al-Quds Lana (Jérusalem est le nôtre en arabe), il n’a pas le droit se présenter aux élections municipales en raison de son statut de résident et non de citoyen israélien.

« Nous sommes 180 000 personnes à résider à Jérusalem depuis toujours, nous avons nous aussi des droits, nous ne devons pas être mis à l'écart », a déclaré Abu Sarah.
Mais pour ce faire, la route est longue. Il doit demander à la Haute Cour de justice d'annuler une loi stipulant que les candidats à la mairie doivent tous être citoyens israéliens.

Pour Abu Sarah, le gouvernement israélien ne veut surtout pas que cette loi soit abdiquée en raison de son appartenance ethnique. « L'État ne veut pas que les résidents palestiniens de Jérusalem-Est puissent voter lors des élections - comme en témoigne la poignée de bureaux de vote qui seront placés dans les zones arabes de la ville ». Selon les informations, il y aura six bureaux de votes.

Mais Abou Sarah y croit dur comme fer et peut compter sur l'activiste juif israélien de gauche, Gershon Baskin, membre de son parti.

Abu Sarah, qui dirige une entreprise de tourisme à Jérusalem se dit convaincu que sa candidature et celle de son parti inciteraient les Palestiniens de Jérusalem-Est à voter. « Je crois qu'au moins 30% voteront », a t-il déclaré.

La plupart des Palestiniens de Jérusalem-Est ont historiquement boycotté les élections municipales parce qu’ils y voient un vote de reconnaissance de la souveraineté israélienne. Lors de la dernière élection municipale à Jérusalem en 2013, moins de 1% des Palestiniens de Jérusalem-Est ont voté, selon l’ONG Terrestrial Jerusalem.

Gershon Baskin, activiste juif israélien, soutient Aziz Abu Sarah.

Gershon Baskin, activiste juif israélien, soutient Aziz Abu Sarah.

Un grand nombre des habitants de Jérusalem-Est, y compris Abou Sarah, sont des résidents permanents autorisés à participer aux élections locales, mais n’ont pas la citoyenneté et ne peuvent pas voter pour les élections nationales.
Depuis la guerre des Six Jours en 1967 et la victoire d’Israël, l’État hébreu a officiellement offert la citoyenneté israélienne aux résidents. Une offre qui a été aussitôt rejetée par la majorité des Palestiniens.

Les habitants arabes représentent 37% de la population totale de la ville, soit environ 327 700 personnes.

Si un tribunal venait à lui accorder ce privilège, la bataille serait rude pour Abu Sarah. Il devrait faire face au ministre des Affaires de Jérusalem, Zeev Elkin (Likoud), à l'adjoint au maire Moshe Lion (Kulanu), le député de l'Union sioniste Nachman Shai, le militant politique et conseiller Ofer Berkovich, le militant de droite et conseiller municipal de Jérusalem, Aryeh King, et le maire adjoint ultra-orthodoxe, Yossi Deitch.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi