Un orphelin s'immole par le feu pour protester contre le Hamas et l'Autorité Palestinienne

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Yahya Karajeh s'immole par le feu pour protester contre le Hamas

L'AUTO-IMMOLATION D'UN ORPHELIN À GAZA SUSCITE UN TOLLÉ SUR LES MÉDIAS SOCIAUX

Après la mort de Karajeh, l'Union des entrepreneurs de construction palestiniens dans la bande de Gaza a annoncé qu'elle "adopterait" son frère Aboud resté sans abri.

La mort d'un Palestinien de la bande de Gaza âgé de 28 ans par auto-immolation par le feu a déclenché une vague de manifestations parmi les Palestiniens, qui accusent le Hamas et l'Autorité palestinienne de ne pas avoir empêché la tragédie.

Yahya Karajeh est décédé jeudi dernier à l'hôpital des suites de ses blessures après s'être immolé par le feu pour protester contre les difficultés économiques de la bande de Gaza. Dans une vidéo qu'il a publiée sur les médias sociaux quelques jours avant de s'immoler par le feu, Karajeh s'est plaint de ce que personne dans la bande de Gaza ne voulait l'aider

Il a déclaré qu'il s'était rendu au domicile du chef du Hamas, Ismail Haniyeh, mais avait été mis à la porte par les gardes. "Les gardes m'ont dit que Haniyeh n'était plus le Premier ministre", a déclaré Karajeh. «Je suis allé aux bureaux de l'Autorité palestinienne, où on m'a dit de partir. À qui devrais-je aller? Mon père est décédé et ma mère s'est remariée et vit en Jordanie. "

Karajeh a déclaré que lui et son jeune frère, Aboud, dormaient dans les rues de la bande de Gaza ces derniers mois, car ils n'avaient pas de parents dans l'enclave dirigé par le Hamas.

Des Palestiniens qui ont visité Karajeh à l'hôpital quelques jours avant sa mort l'ont cité: «Je n'ai pas essayé de me suicider. J'ai juste implosé. »

L'auto-immolation de Karajeh met en lumière la crise économique et humanitaire dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas depuis 2007.

Les responsables du Hamas craignent que cette mort ne rallume les manifestations de rue contre les difficultés économiques dans la bande de Gaza, similaires à celles qui ont éclaté en mars 2019.
Les forces de sécurité du Hamas ont eu recours à une force excessive pour réprimer les manifestations sous prétexte qu'elles faisaient partie d'un "complot"pour saper le régime du Hamas dans la bande de Gaza.

Le mois dernier, le Hamas a arrêté des dizaines de militants dans la bande de Gaza qui auraient tenté de lancer de nouvelles manifestations contre les difficultés économiques, en particulier l'augmentation des impôts, le coût de la vie élevé et le chômage en forte hausse.

Des Palestiniens de la bande de Gaza ont déclaré que Karajeh avait tenté en 2009 de fuir la bande de Gaza par des tunnels de contrebande le long de la frontière égyptienne, mais avait été victime de vendeurs d'organes humains, qui l'avaient saisi pendant 18 mois avant de découvrir qu'il ne leur était d'aucune utilité. à cause d'un déséquilibre hormonal.
 Il est ensuite retourné dans la bande de Gaza où, avec son frère, ont été forcés de dormir sur la plage et dans d'autres lieux publics.

Ces derniers jours, de nombreux Palestiniens ont eu recours aux médias sociaux pour exprimer leur indignation devant l'incapacité du Hamas et de l'Autorité palestinienne à fournir une solution adéquate aux frères Karajeh.

«Nous avons un président, deux gouvernements, l'OLP, le Conseil national de la Palestine, le Comité central du Fatah, le Conseil législatif palestinien, 18 partis politiques, 22 ministères, 10 groupes militaires, des centaines d'organisations caritatives et des dizaines de chefs de clans et d'hommes d'affaires, ”A commenté l'utilisateur Facebook Diala Al-Buhaisi. "Aucun d'entre eux n'a été en mesure de fournir une petite pièce aux pauvres frères, Yahya et Aboud, afin de les protéger du froid et de la chaleur de l'été."

Le journaliste palestinien Mohammed al-Masri a déclaré dans un message publié sur Facebook que le décès de Karajeh était survenu au début du mois aurait pour effet « la chute d'un régime dans les élections. »

Un autre journaliste, Ayman Khaled, a fait remarquer d'un ton sarcastique: « Je suis sûr que les dirigeants du Hamas tiendra une importante réunion pour discuter si Yahya Karajeh ira au paradis ou en enfer . "

Le suicide est interdit par la loi islamique et un musulman qui se suicide subit un péché majeur.

D'autres Palestiniens ont écrit que la mort de Karajeh était une «honte» pour tous les dirigeants palestiniens qui avaient ignoré ses demandes d'aide. Une femme de la bande de Gaza a déclaré: «Aujourd'hui, Yahya Karajeh s'est immolé par le feu ou, pour employer ses propres mots, implosé. Demain, un million de personnes feront la même chose. Tout le monde a le cœur brisé par cette tragédie. Ils sont extrêmement en colère contre les dirigeants du Hamas et de l'Autorité palestinienne. "

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi