Un fake attribué à Bernard-Henry Levy déclenche une avalanche antisémite en ligne

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un fake attribué à Bernard Henry Levy déclenche une avalanche antisémite en ligne

Un article satirique suggérant que le philosophe juif français Bernard-Henri Levy envisagerait d'émigrer si un politicien d'extrême gauche était élu président a déclenché une foule de commentaires antisémites sur Twitter.

Dans la fausse interview publiée la semaine dernière sur le site internet satirique NordPresse, Levy, l'une des célébrités les plus connues du pays, aurait déclaré: «Si Melenchon est élu, je quitte la France».

Jean-Luc Melenchon, qui est le candidat à la présidence du Parti communiste français, a considérablement grimpé dans les sondages avant le premier tour des élections présidentielles du 23 avril.

« Pars pour Israël ou les États-Unis, fils de  p…", a écrit un utilisateur de Twitter dans une référence apparente au fait que Levy, qui n’est ni citoyen israélien, ni citoyen américain, est juif. Un autre a écrit: "Si Melenchon gagne, BHL sait où il peut retourner", ce en ajoutant une bannière publicitaire de Tel Aviv et de Jérusalem pour touristes.

Le quotidien L'Express a accusé le site internet satirique d'encourager le discours antisémite en inventant une citation de Levy.

"Je ne peux pas accepter une taxe de 90% sur mes revenus" dit-il, expliquant son opposition à Melenchon. "Les Juifs, comme nous le savons tous, sont riches", a déclaré L'Express sarcastiquement.

Jean-Luc Mélanchon

Jean-Luc Mélanchon

Levy a critiqué Melenchon, dont il a qualifié la politique de "dangereuse". Cette semaine, BHL a publié sur Twitter: "Un rappel sur les propos déplorables de Melenchon suite aux rassemblements de 2014 portant sur la mort des Juifs".

La publication comprenait un lien vers un article qui a été publié sur le site d'opinion "La Regle du Jeu" appartenant à Bernard-Henry Levy rappelant la déclaration de Melenchon du 24 août. Ce dernier avait affirmé que les manifestants contre Israël à Paris "sont restés dignes des valeurs fondatrices de la République française ". Plus de neuf synagogues avaient été attaquées en juillet de cette année dans la capitale française par des manifestants pro-palestiniens, certains utilisant des bombes incendiaires. Dans un incident perpétré en juillet 2014 dans une synagogue, une bande de 150 assaillants a assiégé des douzaines de fidèles.

L'auteur de l'article, François Heilbronn, a accusé Melenchon de relancer le conflit antisémite au sujet d'un prétendu sentiment de suprématisme juif relié à la désignation de Juifs en tant que «peuple élu» de la Torah.

Heilbronn faisait référence à une remarque de Melenchon lors du discours du 24 août dans lequel il a déclaré en parlant de plaidoyer pro-palestinien: "Nous disons non à la paix pour certains, la guerre pour les autres. Nous ne croyons pas qu’un individu soit supérieur à d’autres."

Le CRIF a adopté une politique de boycott du parti de Melenchon et de celui de la politicienne d'extrême droite Marine Le Pen.

"Ils trafiquent tous deux dans la haine", a déclaré le président du CRIF, Francis Kalifat, en février pour expliquer cette politique.

Source : jta.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi