Des diplomates israéliens en mission à l'étranger vivent dans des conditions misérables

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un contrôleur israélien découvre que des diplomates israéliens vivent dans des conditions misérables

Selon le dernier rapport du Contrôleur d'Etat israélien Yosef Shapira, il s'avère que certains ambassadeurs israéliens et leur personnel vivent dans des conditions intolérables.

Le ministère des Affaires étrangères est l'organisme responsable de l'entretien de la plupart des biens à l'étranger pour les diplomates israéliens. Il est l'organe chargé de l'entretien de la plupart des biens à l'étranger des diplomates israéliens. Le Ministère est responsable de 103 représentations à l'étranger et de 147 autres biens immobiliers, dont 100 résidences pour les chefs d'ambassades et de consulats, 21 résidences diplomatiques et de fonctionnaires et 26 autres résidences appartenant à Israël ou louées par le pays.

Toutes ces ambassades, consulats, bureaux de représentation et résidences constituent une part importante du travail des diplomates, y compris l'organisation de fêtes et d'événements. Le Département des biens immobiliers du Ministère des affaires étrangères est responsable de la rénovation, de l'entretien et de la gestion de ces biens immobiliers. Lors de ses enquêtes en 2018, le contrôleur de l'État a constaté que bon nombre de ces propriétés étaient dans un état de délabrement avancé. Malgré les plaintes des employés, les travaux ne sont souvent pas entrepris immédiatement pour remédier aux problèmes, dont certains posent des soucis de sécurité.

Selon le Contrôleur, " la situation en matière d'entretien dans les bureaux de représentation diplomatique est difficile et la question se pose de savoir si les logements sont habitables et, dans certains cas, les défauts d'entretien nuisent à la capacité du corps diplomatique de s'acquitter correctement de ses tâches ".

Le rapport indique qu'entre 2008 et 2013, 31 propriétés ont atteint le "point de rupture de la maintenance" nécessitant une réparation immédiate des dégradations. Dans des 10 cas, une rénovation complète a été achevée, dans 10 autres, une rénovation partielle a été entreprise, et dans les 11 autres, aucune rénovation n'a été faite. Il a également été constaté que dans certaines des propriétés diplomatiques, des employés s'étaient plaints au siège du ministère des Affaires étrangères et avaient signalé la situation.

L'ambassade d'Israël à Abuja, la capitale nigériane, s'est plainte, entre autres, de l'humidité dans la résidence de l'ambassadeur, de problèmes d’isolation du toit, de la négligence des maisons des gardes. Un représentant du ministère des Affaires étrangères qui s'est rendu sur place a écrit : "La situation actuelle est intolérable, déraisonnable, indigne voire embarrassante pour les diplomates et pire que cela, dangereuse".

L'ambassadeur d'Israël au Nigéria a lui-même écrit au ministère des Affaires étrangères : «L’attention insuffisante accordée aux infrastructures de l’ambassade et la résidence de l’ambassadeur ont une influence considérable sur le travail de l’ambassadeur et sur sa vie personnelle. Ma partenaire de vie est venu me rendre visite et est repartie choquée. Elle ne reviendra plus jamais ici, sans parler des rats qui courent au-dessus de nos têtes et de la semaine qu'il m'a fallu pour me débarrasser des poux. "

c.1.ambassade-du-israel-en-nigeria.consulby.2.p

Le Contrôleur financier a souligné qu'en dépit de la situation et même après la visite à l'ambassade, aucune rénovation n'a été effectuée au domicile de l'ambassadeur au Nigeria .

En réponse, le ministère des Affaires étrangères a admis que la situation à l'ambassade d'Abuja est " en effet très mauvaise ", mais qu'il s'agit d'une maison ancienne. La solution serait de construire une nouvelle maison et le sujet est inscrit dans le plan de travail du ministère.

En Côte d'Ivoire également, Israël possède une ambassade dans un état de délabrement avancé. En juin 2016, il a été décidé de quitter le bâtiment afin que l'ambassadeur puisse vivre dans un autre logement locatif. Toutes les tentatives de location de l’immeuble libéré ont échoué, notamment à cause de l'effondrement du plafond.

L'ambassadeur à Brasilia, Brésil, a demandé en 2015 au ministère des Affaires étrangères de rénover la résidence où il vivait avec sa famille.

L'ambassadeur a écrit que la maison était délabrée, que son infrastructure électrique était problématique et qu'elle manquait de mobilier. Depuis six mois, il dormait sur un "matelas" et ses vêtements étaient suspendus sur un rail. Il a ajouté que si les rénovations n'étaient pas effectuées rapidement, la maison deviendrait rapidement inhabitable. Le ministère des Affaires étrangères a rejeté la demande de l'ambassadeur et a répondu : "A ce stade, nous ne pouvons rien approuver. Il n'y a pas d'argent et nous ne nous occupons que de l'entretien de ce qui est cassé."

Dans la résidence de l'ambassadeur à Budapest, des fissures découvertes en 2005 ont provoqué l'effondrement du bâtiment. L'affaire n'a été traitée qu'en 2018, 13 ans après la plainte initiale.

Le Contrôleur d'État recommande au Ministère des affaires étrangères de calculer les coûts d'entretien courant et d’adopter avec le Ministère des finances un plan de travail pour ses propriétés à l'étranger de manière à offrir des conditions appropriées aux diplomates du pays.

Source : globes.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi