Un chanteur marocain déclare: tout homme qui ne frappe pas sa femme n'est pas un homme

Actualités, Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Maroc : quand un chanteur appelle à frapper sa femme (vidéo)

Alors qu’il était l’invité d’une émission télévisée, Adil Miloudi a appelé ouvertement à la violence conjugale. La vidéo déclenche à nouveau les commentaires les plus sulfureux.

Ces propos jugés misogynes et sexistes d’Adil El Omari, un journaliste de Radio Mars qui suggérait à une auditrice de "s’occuper" de sa cuisine, "de regarder les émissions de Choumicha et de s’éloigner du foot et de l’équipe nationale", avaient été condamnés sans ménagement. Cependant, Adil Miloudi, pour sa part, a attaqué de façon frontale la femme marocaine.

En effet, sur le plateau de l’émission, "Kotbi tonight" sur Chada TV, en compagnie de l’acteur français Sami Naciri, il a appelé ouvertement à la violence conjugale. La vidéo, qui vient de refaire surface sur les réseaux sociaux, est fortement blâmée.

"Un jour j’ai tabassé ma femme en Espagne, ils m’ont mis en garde à vue avant de me relâcher. Au Maroc ces choses-là sont tout à fait normales ... Tout homme doit prendre soin de sa femme : la frapper, la tuer, ... Ce sont ses affaires ", a-t-il affirmé au cours de l’émission. Et, il a ajouté, en conclusion : "Un homme qui ne frappe pas sa femme n’est pas un homme".

Ces propos choquent dans un contexte où le Maroc s’acharne à faire de grands progrès dans la création d’un cadre juridique pour la protection des droits des femmes, quand bien même entre les chiffres et la réalité qu’elles vivent au quotidien, les écarts semblent bien grands pour le moment.

En effet, selon les récentes données publiées par Bassima Hakkaoui, Ministre de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, la violence à l’égard des femmes est toujours répandue et s’établit à 54,4 % à l’échelle nationale, tandis que 93,4% des victimes de violences sexuelles ne signalent pas leur détresse aux autorités.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi