Ukraine: profanation de fosses communes à la recherche de l’or juif

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ukraine : profanation de fosses communes à la recherche de l’or juif

À la veille du jour du Souvenir de l'Holocauste, la police locale a arrêté des suspects qui avaient creusé dans les fosses communes des Juifs de la ville de Nemirov, assassinés pendant l'Holocauste, afin de voler les objets de valeur qu'ils espéraient trouver parmi les ossements.

Selon la police de Vinnitsa, la ville du district à laquelle appartient Nemirov, les suspects, âgés de 50 et 52 ans, ont emballé les ossements dans des sacs poubelles. Ce n'est pas la première fois que des tentatives de pillages de tombes des victimes juives sont perpétrées: les Ukrainiens croient qu'avant d’être assassinés dans l'Holocauste, les Juifs ont avalé leurs bijoux en or. Par conséquent, ils essaient parfois de creuser les fosses communes afin de trouver «l'or juif».

Lors d'incidents antérieurs, les excavateurs avaient séparé les os, les dents en or qui avaient été retirés des crânes et les bijoux. Mais cette fois, ils ont mis les os dans des sacs à ordures et ont laissé une fosse béante - une fosse commune avec un monument commémorant le terrible massacre commis par les nazis contre les Juifs de la ville et les Juifs de Bucovine et de Bessarabie entre 1941-1944.

Leonid Tarkitarshik, un résident de Rishon Letzion, a déclaré à Ynet que son père, Yankel Traktyrchic, avait perdu sa première femme et deux jeunes enfants à Benmirov. "Nous nous sommes rendus avec papa dans cet endroit, à Nemirov, avant d'immigrer en Israël", a-t-il dit.

Profanation des fosses communes à Nimrov. Les vandales ont emballé les os dans des sacs à ordures

Profanation des fosses communes à Nimrov. Les vandales ont emballé les os dans des sacs à ordures

"Il n'en parlait pas beaucoup, je savais seulement que sa fille s'appelait Lisa, et il nous a dit qu'ils les ont enterrés vivants, et que pendant trois jours la terre a respiré. Les gens qui sont venus creuser là sont des criminels qui n'ont pas de Dieu, a-t-il ajouté.

Lidia Tractatechik de Petah Tikva raconte que les Juifs de Nemirov avaient peu de chances d'être sauvés. "Je me souviens d'une fille juive qui avait été amenée à Dzurin, notre ville, qui était dominée par les Roumains, qui se tenait devant la fosse et a été sauvée par un officier allemand juste avant la mort."

Des milliers de Juifs dans les fosses communes

Selon le site Internet ukrainien "20 Minutes", les vandales devraient être condamnés à quatre à sept ans de prison. Dans les fosses communes reposent quelques milliers de Juifs - enfants et vieillards, hommes et femmes - qui ont été assassinés sur place pendant l'Holocauste.

Yad Vashem explique : "A la veille de l'invasion allemande de l'Union soviétique, il y avait environ 3 000 Juifs à Nemirov - plus d'un tiers de sa population de l'époque." En 1941, les Allemands occupèrent la région et les Juifs furent immédiatement emmenés aux travaux forcés.

"Environ un mois après l'occupation, trois ruelles étaient entourées de barbelés et transformées en ghetto, et les Juifs de Nemirov étaient concentrés dans une zone très peuplée, avec 10 à 12 personnes par pièce", explique le site internet de Yad Vashem. "Les Juifs ont reçu l'ordre de porter un brassard avec une étoile de David, et les adultes ont été envoyés tous les jours au travail forcé dans la ville", en payant aux Allemands une rançon d'argent et de bijoux.

"En novembre, la plupart des habitants du ghetto, 2 680 personnes, ont été concentrés dans la Grande Synagogue et amenés à la briqueterie où ils ont été abattus par les SS avant d’être enterrés dans des fosses. "Le nombre de personnes tuées était environ la moitié de celui prévu, grâce à Willi Aram, un haut fonctionnaire de l'organisation Todt qui travaillait à construire des ponts et à paver des routes dans la région." Aram sauva les Juifs sous prétexte qu'il avait besoin d'ouvriers en urgence.

La fin tragique de la communauté

Yad Vashem dit aussi que dans la deuxième Aktion en 1942, les Juifs ont été concentrés dans la Grande Synagogue. Ceux qui étaient inaptes au travail, principalement des femmes, des personnes âgées et des enfants, ont été emmenés en camion vers une fosse près de la ville et y ont été assassinés.

"La synagogue et ses environs ont été transformés en un camp de travail pour 250 jeunes hommes et femmes qui sont restés en vie. Y ont également été envoyés tous les Juifs qui ont été capturés dans la région, y compris les enfants et les personnes âgées." Plusieurs centaines de Juifs de Bessarabie et de Bucovine ont également été envoyés sur place. L'endroit est devenu un piège mortel de maladie et de famine et a été encerclé par des gardes locaux - des Ukrainiens.

"Le 3 septembre 1942, les 160 personnes âgées et les enfants du camp de travail furent assassinés. En décembre 1942, une autre Aktion fut menée dans le camp, et le 5 février 1943, les derniers prisonniers inaptes furent liquidés. Les derniers prisonniers juifs, environ 250 personnes, ont été assassinés le 8 mai 1943. "

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi