Israël: les timbres de Rosh Hashana qui racontent l'histoire d'Israël

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: les timbres de Rosh Hashana qui racontent l'histoire d'Israël

Chaque année, à Rosh Hashana, la nouvelle année juive, la Poste israélienne (anciennement Autorité postale d'Israël) émet une série de timbres en rapport avec la fête et organise une manifestation philatélique nommée « premier jour d’émission » consistant à oblitérer le nouveau timbre avec un cachet spécial, le « cachet premier jour ».

La première série de timbres de fêtes a été publiée en 1948. Elle a été conçue par Otte Wallish, le graphiste responsable du design et de la calligraphie de la Déclaration d'indépendance d'Israël, ainsi que des premiers timbres-poste de l'État.

La création "flying scroll" de Wallish était basée sur des sceaux anciens trouvés sur des poignées de jarres remontant à 700-600 ans avant notre ère. Selon le site Web de la Poste israélienne, il est impossible de dire avec certitude ce que représente le motif, mais depuis 1940, la recherche archéologique a associé le "flying scroll" à la première guerre juivo-romaine et à la révolte Bar Kochba. Il est juste de supposer que Wallish a fait référence à cet événement historique en tant que parallèle avec l'Etat nouvellement établi d'Israël.

L'année suivante, la série des timbres de fêtes de Wallish conçue a honoré les Forces de défense israéliennes récemment créées sur l'ordre du Premier ministre Ben-Gurion suite à la dissolution de tous les groupes paramilitaires qui avaient combattu avant l'indépendance.

La série de timbres 1948 créée par Otte Wallish

La série de timbres 1948 créée par Otte Wallish

Au fil des ans, les timbres ont honoré des thèmes généraux tels que la série Miriam Karoly en 1955 illustrant des instruments de musique bibliques, célébré des victoires comme la série 1968 de Drom Ben Dov en honneur de la réunification de Jérusalem, et a rendu hommage aux communautés comme dans la série 1974 de Moshe Amar représentant les synagogues séfarades de Jérusalem.

Au cours des années 1980, peut-être influencée par l'ouverture du Musée de la Diaspora en 1978, la série des timbres de fêtes a profondément plongé dans le Judaica et, en effet, pendant deux ans, en 1987 et 1988, présenté des objets dans des séries également conçues par Dror Ben Dov.

Dans les années 1990, la Poste israélienne a développé une sorte de concept 3 en 1, avec le premier timbre de la série représentant Rosh Hashana, le second honorant Yom Kippour et le troisième célébrant Sukkot ou Simhat Torah, comme dans la série conçue par Ora et Eliyahu Schwarz en 1991.

La série de timbres de l'an 2000

La série de timbres de l'an 2000

Et comme tout le monde attendait avec impatience le nouveau millénaire, la Poste a opté pour une série empreinte de nostalgie. Au lieu de présenter des graphismes originaux, comme cela avait été fait pendant des décennies, la série de l'an 2000 s'inspire des anciennes cartes postales juives du Nouvel An fournies par le collectionneur éphémère israélien Hayim Shtayer.

Au cours de la dernière décennie, les thèmes de la série des fêtes ont davantage porté sur l'aspect religieux, comme dans la série 2013 : "Le Mois de Tishrei" d'Aharon Shevo.

Elle présentait trois des cérémonies spéciales associées à la période: Tashlich où l’on jette symboliquement tous les péchés dans l'eau, la prière de Kol Nidrei de Yom Kippur et celle du lulav (branche de palmier) à Sukkot.

La série de cette année crée par l'illustratrice de livres pour enfants Diana Shimon est encore plus ésotérique, présentant trois coutumes spéciales se déroulant dans l'obscurité: les Selichot - prières pour le pardon qui sont récitées dans la période précédant Yom Kippour; la construction de la Sukkah, qui a lieu traditionnellement la nuit immédiatement après la fin de Yom Kippur, et les hakafot - danse avec la Torah - à Simchat Torah.

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi