Théâtre juif : quand le Kung Fu raconte le Talmud, deux traditions millénaires mise en scène

Actualités, Alyah Story, Artistes, Coup de théâtre, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Vous pouvez en apprendre beaucoup sur le Talmud grâce aux films de kung fu, selon une nouvelle pièce

Vous pouvez en apprendre beaucoup sur le Talmud grâce aux films de kung fu.

En essayant de comprendre les arguments souvent ésotériques du Talmud, les gens se tournent souvent vers des enseignants, des dictionnaires et toute une gamme d’outils d’aide à l’étude. Jesse Freedman a trouvé une autre source utile, mais inattendue: les films de kung-fu.

Il y a cinq ou six ans, le metteur en scène et dramaturge juif regardait le film d'arts martiaux «Canton Viper» lorsqu'il réalisa que cela lui rappelait quelque chose dans le Talmud, qu'il avait passé quelque temps à étudier à l'université.

"Ensuite, j'ai appris davantage de Talmud et regardé plus de films de kung fu, puis j'ai pensé: 'Le Talmud me rappelle les films de kung fu et les films de kung fu me rappellent le Talmud", a-t-il dit

Parmi les nombreuses similitudes que Freedman a trouvées entre les deux figurent les relations entre étudiants et enseignants, qui discutent et se querellent souvent au sujet de la petite complexité de leurs traditions respectives.

La structure des œuvres est également similaire: dans les films de kung-fu, les scènes narratives sont entrecoupées de scènes de combat chorégraphiées qui propulsent et commentent l'intrigue. Dans le vaste corpus de lois et de traditions juives , les discussions juridiques sont entrecoupées d’anecdotes et de paraboles qui peuvent illustrer un principe.

"La relation entre le matériel narratif et chorégraphique dans les films de kung-fu fournit une occasion intéressante d'interpréter le Talmud pour la scène", a déclaré Freedman.

Alors Jesse Freedman, 37 ans, a décidé de faire ce qu’il faisait le mieux: écrire une pièce de théâtre à ce sujet. Le résultat est «The Talmud», qui se déroulera du 12 au 28 septembre au Target Margin Théâtre à Brooklyn.
La pièce de 75 minutes a été créée par Meta-Phys Ed, une compagnie créée par Jesse Freedman avec le rabbin Bronwen Mullin et dont il est le directeur artistique.

«C’est essentiellement ce que je sais faire», a déclaré Freedman, un Brooklynien qui a grandi à Stamford (Connecticut). "Il y a quelques choses qui m'intéressent et je les décode puis les assemblent ensemble."

L'intrigue de la pièce vient du traité de Talmud Gittin, qui traite principalement des lois relatives au divorce.
Jesse Freedman se concentre sur une digression dans le texte concernant les terres confisquées par des Romains à des Juifs pendant la première guerre juive-romaine, qui ont finalement conduit à la destruction du deuxième temple.

Dans une académie talmudique réinventée, des rabbins parlent de la loi - dans un dialogue tiré de la traduction anglaise du texte - avec des séquences chorégraphiées inspirées du kung-fu.

Il est composé d'un groupe de quatre musiciens et d'un musicien jouant du pipa, un luth traditionnel chinois. Il y a aussi des projections vidéo et de la danse, allant du postmoderne au hip hop.

Bien que la pièce ne contienne aucune séquence de combat, Jess Freedman s’inspire de la structure des duels et des séquences de combat. Pendant qu'il travaillait sur la pièce, il a regardé un certain nombre de films de kung-fu chinois des années 1970 à nos jours.

Dans le Talmud, «les gens se lancent un défi afin de parfaire leurs compétences, de défendre leurs techniques, leurs traditions ou leur compréhension de la tradition, et de maintenir la tradition en vie, de l'élargir et de la faire avancer.» Dit Jesse Freedman.

Pour mieux comprendre cette dynamique, il a ajouté: «Je peux regarder des films de kung-fu parce que c'est souvent le message dans les films de kung-fu."

Ce n'est pas la première fois que Jess Freedman combine des sujets improbables dans une pièce de théâtre. Son travail de performance «Wake… Sing…» en 2018 s'est inspiré d'un drame de la période de la Dépression de l'écrivain américain juif Clifford Odets, des livres bibliques sur la résurrection des morts et des films zombies.

"La plupart de mes projets suivent souvent le fil du judaïsme de l'histoire des juifs et de la Bible , a-t-il déclaré.

Le directeur a déclaré qu'il avait apprécié l'éducation sur la richesse de ces deux cultures uniques.

«Ce fut un plaisir d'apprendre en même temps des milliers d'années de tradition juive et chinoise», a-t-il déclaré.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi