Théâtre juif : Gloire aux justes de Moshe Hayym Luzzatto

Actualités, Coup de théâtre, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Gloire aux Justes de Daniel Mesguich

Théâtre Gymnase Marie Bell
Mercredi 18 mai 2016
Réservation : 01 42 46 79 79
38, Boulevard Bonne Nouvelle 75010 Paris

Gloire aux justes écrite en 1743 par Moshe Hayym Luzzatto dit Le RAMHAL
Lecture dirigée par Daniel Mesguich avec 12 comédiens

Gloire aux Justes de Daniel Mesguich

Gloire aux Justes de Daniel Mesguich

"Les grandes pièces de théâtre au fond, disent quelque chose qui nous structure, qui nous constitue, à notre insu souvent. C’est pour ça que nous allons au théâtre pour voir cette chose cachée, cette chose que nous ne savons pas de nous-même."Daniel Mesguich

Toutes les pièces de théâtre sont des histoires d’amour. Des histoires d’embuches déjouées et d’obstacles brisés. Gloire aux Justes est une histoire d’amour.

Tous les personnages du théâtre ont « de » l’intelligence, de la sottise, de la justice, de la vanité, de la fourberie, ou de la droiture... Ici, nous sommes à la source, et Intelligence, Vanité, Fourberie ou Droiture sont leurs noms.

 

Tout le théâtre ne sert qu’à reconnaître, qu’à décrypter, qu’à dévoiler, déceler, qu’à voir enfin, c’est à dire entendre. Quoi ? Nous, le monde. Nous en nous, et nous au monde.

Gloire aux Justes est l’histoire d’une reconnaissance.
Daniel Mesguish

L’auteur Rabbi Moché Haim LUZZATTO, surnommé le Ramhal (1707-1746) est certainement l’un des maîtres les plus prolifiques et les plus novateurs que le judaïsme ait connu.
Kabbaliste et logicien, talmudiste et poète, moraliste et grammairien, théologien et dramaturge, telles sont les différentes facettes de la personnalité exceptionnellement riche de cet auteur.

Né en 1707 dans le ghetto de Padoue en Italie, il le quittera en 1734. C’est la virulence des calomnies et les violentes attaques contre ses écrits qui l’obligeront en effet à laisser sa ville natale pour Amsterdam.

Dès leur diffusion, les écrits de Ramhal avaient en effet soulevé de grandes polémiques en Italie et ont été attaqués par les rabbins de Venise puis ceux de Francfort lors de son passage en 1735. En réalité, la raison de cette controverse ne réside pas dans la diffusion de la kabbale par ce jeune auteur mais plutôt dans le fait qu’il développe l’idée d’un messie dans son œuvre.

Forcé de signer un premier aveu en Italie, stipulant l’interdiction d’écrire les secrets ou les révélations du Zohar - un ouvrage majeur de la kabbale - , il devra en signer un deuxième lors de son passage à Frankfort, stipulant cette fois-ci l’interdiction d’écrire des ouvrages sur la kabbale, de l’enseigner et même de l’étudier avant l’âge de ses quarante ans.

A Amsterdam, il retrouve une vie plus sereine et compose librement des œuvres liées à l’éthique et à la foi. En 1743, il y publie Gloire aux justes que toutes les communautés de la diaspora vont rapidement adopter, devenant ainsi le traité fondamental de la morale juive. Il continuera de publier d’autres ouvrages dont l’ouvrage majeur la Voie de Dieu (Derekh Hachem) au service de la foi juive. (source : Institut Ramhal – Jerusalem)

-« Le théâtre du RAHMAL est remarquable à deux niveaux : celui de l’expression (renouvellement de langue hébraïque) et celui du contenu philosophique. »
-« Le rabbin Moïse Haym Luzzatto permet à Dieu de réapparaître sur scène et de parler pour apporter la justice aux hommes. Dieu est devenu Unité accessible à laquelle il est possible de se re-connecter par différents moyens : par la prière, par la célébration de fêtes traditionnelles, par l’art dramatique... Il ne s’agit plus de faire du théâtre dans la tradition du silence de Dieu (...). »

-« Du rabbin dramaturge comme Rabbin Moïse Haym Luzzatto au rabbin metteur en scène ou comédien, tous ont permis au fil des siècles de réaliser combien le théâtre pouvait être un formidable outil non seulement dans la transmission du sacré mais dans sa compréhension même. » Source : Théâtre et sacré dans la tradition juive Guila clara Kessous.

Extrait du texte :

Et je ne comprends pas...

Comment ose-t-on aujourd’hui
Déclarer ce monde construit
Alors qu’il n’est qu’un champ de ruines ? Tourne-toi vers ta droite,
Tourne-toi vers ta gauche :
Sur les fondements même
Du droit, de la justice,
Plus l’on ne trouve que mensonge,
Et l’Iniquité plane
Au-dessus de la ville,
Comme ferait un épervier,
Pour y pouvoir jouir à sa guise
Des fruits de sa domination.

Vice et débile bouffonnerie
Tirent, dans l’euphorie,

Une écrasante masse
De nos concitoyens

Aux vides sommets du mensonge,
Quand les quelques-uns qui restent fidèles
Seuls restent à terre, humiliés.

On ne reconnaît plus Celui qui, dans la rue,
Persiste à marcher droit.
Les Justes ne sont plus Qu’objets de raillerie,

Et l’homme aux mains sans taches
Et dont le cœur est pur,

On le traite d’idiot !

Et pour presque tous aujourd’hui,
C’est la sagesse, la licencieuse !
C’est la raison qui est le mal !

Et c’est la perversion
Qui tient lieu de conscience !...
 Extrait (Intelligence – Scène IV)

Fabrice Samuel Teboul a initié la traduction de l’œuvre du Rahmal, Gloire aux Justes, afin de permettre sa découverte et sa diffusion en langue française et a réuni autour de ce projet artistique des talents pour sa représentation sous forme de pièce de théâtre de façon inédite.

De la traduction initiée à Jérusalem, en passant par des résidences artistiques aux premières lectures ou aux représentations expérimentant ce texte atypique, un travail s’est mis en place grâce à un ensemble de collaborations et d’associations afin de trouver la forme la plus pertinente pour mettre en lumière ces écrits.

L’adaptation et la mise en scène proposée par Daniel Mesguich sous forme d’une lecture donne une autre dimension à ce projet artistique et ouvre une nouvelle page blanche pour en réaliser par la suite une mise en scène ambitieuse.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi