Témoignage d'une israélienne : Reposez-vous et le monde continuera à avancer

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Prendre le temps pour soi et pour être

Reposez-vous et le monde continuera à avancer

Dés notre naissance, à peine commençons nous à ramper à quatre pattes, puis à parler, qu'il nous faut apprendre à marcher, courir, parler plus fort encore pour être écouté par nos professeurs, puis par notre famille, nos amis, une course perpétuelle qui ne vous laisse pas un temps de repos ni de silence, jusqu'à ce que la vie vous force au silence et à la pause.

Mes vacances d’été ont plutôt bien commencé... avec une opération sous anesthésie générale  pour enlever une grosseur au sein. Dieu merci, rien de grave, mais à cause de sa taille, par mesure de précaution il a été décidé d'approfondir les examens sur tout mon si beau corps.

Je suis donc revenue à l'hôpital à l'heure convenue, j'ai enfilé une robe bleu pâle qui allait très bien avec la couleur de mes yeux, une charlotte couleur verdâtre qui allait bien moins avec celle  de mes cheveux, mais pas trop le temps de m'en plaindre car j'ai été plongé immédiatement dans un sommeil  profond, comme si je n'avais pas dormi depuis des années !

Le lendemain, je suis rentré chez moi ,  ma fille m'a concocté des brownies au chocolat, mais après dix minutes de relâche, j'ai commencé à m'ennuyer.
Le réfrigérateur faisait des bourdonnements 'étranges, alors je suis allée le secouer.

Mais je me suis souvenue que je n'étais pas autorisée à porter les sacs des courses, et donc encore moins à déplacer les réfrigérateurs, alors je me suis arrêtée et je l'ai simplement regardé .
Ensuite, j'ai vu le  panier de linge qui débordait, mais il était lourd, je l'ai donc aussi regardé sans rien pouvoir faire.

Ensuite, j'ai voulu couper une pastèque, mais le médecin m'a dit que j'avais besoin de repos complet.

 

Moi, la procrastineuse par excellence  celle qui ne souhaite qu'une seule chose ,s'allonger sur le canapé et regarder la télévision, je dois à présent me reposer sur l'ordre du médecin !
Y a-t-il plus beau cadeau?

Eh bien, c'est exactement là que je me suis rendue compte que je ne pouvais pas rester sans rien faire. Soudain, j'ai eu envie de faire du sport, moi qui détestait en faire. 

Nous nous disons  à longueur de temps que nous voulons le calme ou partir en vacances. Eh bien, n'attendez pas, cela n'arrivera pas. La célèbre phrase  "Je me reposerai dans la tombe" vous enterrera bien avant de vous reposer.

Donnez-vous le temps que vous méritez. Faites une pause.

Prendre la décision de ne rien faire, rien du tout: ne pas laver, ne pas cuisiner, ne pas travailler, ne pas se battre, ne pas se fâcher, ne pas faire les magasins ( ou alors juste en ligne), ne pas changer les draps ne servir personne. Juste ne rien faire.

Soudainement les choses évidentes ne sont plus tenues pour acquises. Vous changez de paradigme. Vous êtes déplacée dans un autre monde celui de l'obligation de ne plus rien faire. Ne rien faire devient une vertue, plus de culpabilité.

Que vous reste-t-il alors si vous ne pouvez rien faire ?

Vous  allez commencer à apprécier les petites choses de la vie, les plus simples, celles que vous délaissiez par ce besoin d'action permanent.

Vous allez prendre le temps d'examiner les réactions de votre entourage, de vos amis, de votre famille.
Vous allez apprendre à faire attention à ce que vous faites pour vous, à ce que vous attendez de vous, sinon vous allez les décevoir et de surcroît vous décevoir.

En fait, on se rend compte que nous refusons de nous arrêter afin de ne pas avoir à nous occuper de choses dignes d'intérêt. 

Au fond, nous avons peur d'affronter la vérité verticale celle qui nous confronte à notre soi.
Il nous semble que  si nous ne sommes pas dans l'action le monde s'effondrera. Rien de plus faux.
Au lieu de nous occuper, nous fuyons, nous courons vite, très vite, c'est la fuite en avant. 

Prenez le temps de vous laisser envahir par ce silence jusqu'à ce que le bruit cesse autour de vous et dans votre tête.
Le monde continuera de bouger, sans vous ou au contraire avec vous, sans vous rendre compte vous avez modifié votre état de conscience.

Ainsi, pendant que vous vous reposez au frais avec votre climatiseur dans votre salon,  vous pouvez regarder les événements qui vous entourent, comme  dans un film et décider si c'est la vie que vous voulez ou si vous préférez changer de scénario. Car dans ces instants là, votre vie vous appartient pleinement.

Si vous sentez que vous êtes dans le bon film alors ne changez rien, gardez seulement les yeux ouverts sur votre monde et non sur vos actions répétitives, nos actions ne sont pas ce que nous sommes, elles ne sont qu'une forme de justification à notre vie. Quand la vie nous oblige à nous arrêter, la pause s'impose, elle nous oblige à regarder, à observer ce que nous avons voulu fuir.

Soudainement, les petites choses que vous aviez tendance à masquer afin de ne pas les voir ,prendront tout leur sens, soit vous allez les supprimer soit au contraire les comprendre et les accepter. Ainsi vous vivrez en pleine conscience.

Alors est -ce que cela veut dire que toutes nos actions masquent un mal de vivre ?

Non ! Vivre intensément est une bonne chose, mais avec une conscience élevée.
Si vous prenez conscience que tout ce que vous faites dans la journée :la course aux courses, aux achats, à la cuisine, au ménage, aux enfants, vous permettent en fait d'éviter à penser, à réfléchir à ce que vous voulez vraiment, et souvent vous aide à ne pas penser à ce qui vous fait mal, ou souffrir, c'est une ruse mais la vie n'est pas dupe,  elle vous obligera à faire une pause.

Alors décidez-vous de faire cette pause. C'est le conseil le plus sain que je puisse vous donner.
Prendre soin de soi c'est prendre conscience de soi et  de son bien-être intérieur c'est ainsi que nous resterons en bonne santé.

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi