Ce tatoueur israélien redonne féminité aux femmes touchées par le cancer du sein

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ce tatoueur israélien redonne féminité aux femmes touchées par le cancer du sein

Moshe Eloul redessine - gratuitement - grâce au maquillage permanent les mamelons des femmes qui ont eu un cancer du sein et qui ont subi une mastectomie.

A. s'est levée de la table ou elle était allongée et s'est tenue devant le miroir. Un bref coup d'œil à l’image qui s’y reflétait a suffi à faire jaillir un torrent de larmes, balayant son mari qui l'accompagnait, ainsi que Moshe Eloul, autrefois simple tatoueur et aujourd'hui homme dont les affaires sont mondiales.

Cela fait des années qu’il le fait mais il est toujours ému des réactions. A. s'est abstenue de regarder le processus de travail, qui a duré environ une demi-heure, et maintenant elle semble avoir plongé dans ce qui semble être la fin du voyage. Le résultat, remarquablement identique à l’original, l'a laissée sans voix et très émue.

Eloul, 50 ans, est un pilier, bien connu dans les Krayot (dans la région de Haïfa), spécialiste recherché dans le monde des tatouages, qui a construit très jeune un empire de travail de ses propres mains. «Je suis né d'un père alcoolique et violent et d'une mère qui vivait principalement dans des institutions psychiatriques. "Quand j'avais huit ans, mon père nous a tous envoyé en internat. J’ai grandi avec des difficultés, même au pensionnat il y avait des frictions et une grande violence, et j'ai dû apprendre à survivre au niveau le plus élémentaire".

Moshe Eloul

Moshe Eloul

"J'étais un enfant perspicace et blessé. Tout ce que je voulais, c'était rentrer à la maison et étudier dans une école normale, mais il n'y avait nulle part où aller. Pendant l’adolescence, j’ai eu des problèmes avec la justice. Finalement, j’ai été acquitté et ils m’ont assigné un surveillant. Je me suis presque noyé, mais j'ai réussi à relever la tête et j'ai appris à nager. "

Le bureau de Moshe Eloul est rempli de lettres de gratitude de la part de femmes qui lui ont été envoyées à des fins de réhabilitation par des associations et des médecins. C'est ainsi que A. est venue à lui. «Je suis passée par un groupe Facebook appelé «Moi aussi, j'ai eu un cancer du sein» qui compte plus de 3 000 femmes qui partagent beaucoup de connaissances communes», dit-elle. "J'ai demandé à propos de la restauration des mamelons, et le nom de Moshe est revenu plusieurs fois. D'après ce que les femmes écrivent à son sujet, sa place au Paradis est garantie."

Elul promet à A. que la rougeur créée par l'aiguille disparaîtra dans deux jours, et quand elle se tiendra devant le miroir dans un mois, elle ne se souviendra pas être venue ici. "Cela fera partie de vous", dit-il.

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

  1. marty.pinpin79@netcourrier.com'Expression tatoo

    Très belle initiative, c’est très touchant. Je suis content qu’il y ai beaucoup de tatoueurs et tatoueuses comme lui qui aident les personnes atteintes de cancer à lutter psychologiquement contre leur maladie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi