Symbole de paix, le signe V pourrait bien devenir celui de la fraude biométrique

Actualités, High-Tech - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
empreintes digitales et identités volées

 

Symbole de paix, le signe « V » pourrait bien devenir celui de la fraude. C'est ce que vient de démontrer une équipe de scientifiques japonais qui explique que voler des empreintes digitales est possible grâce à une simple photo publiée sur les réseaux sociaux pour peu que le signe « V » soit visible et le cliché de bonne qualité, comme le rapporte Channel NewsAsia.

Très populaire, notamment au Japon, ce geste qui permet aisément de distinguer l'index et le majeur serait donc du pain bénit pour les pirates , les passeport biométrique, cible potentielle, et accès à votre smartphone

Les empreintes digitales du pain béni pour les hackers

Les empreintes digitales du pain béni pour les hackers

Réputées comme quasiment inviolables notamment pour déverrouiller les téléphones portables, les empreintes digitales sont devenues la cible des pirates sur le net.

Les personnes malveillantes peuvent ainsi avoir accès à des informations confidentielles contenues par exemple dans les applications bancaires.

Dans leur étude, ces chercheurs sont parvenus à reconstituer des empreintes digitales grâce à des photos qui ont pourtant été prises à trois mètres des sujets étudiés.

Autre inquiétude, la possibilité de berner les systèmes de reconnaissances biométriques qui ont également recours aux caractéristiques uniques de nos doigts.

Une empreinte complète contient en moyenne une centaine de points caractéristiques, mais les contrôles ne sont effectués qu'à partir de 12 points.

En France, cette nouvelle technologie est utilisée pour les passeports depuis 2009, avec huit empreintes exploitées sur dix. Au premier mai 2014, plus de quinze millions de passeports biométriques ont été délivrés en France. De quoi faire réfléchir les aficionados d'Instagram, Facebook et autres Pinterest..

Des scientifiques japonais alertent les adeptes de ce geste des possibilités qu'ont aujourd'hui les voleurs d'identité de capturer leurs empreintes digitales.

Ils estiment en effet qu'il est désormais possible, à partir de ce simple geste, d'usurper l'identité des amateurs de selfies, rapporte le site anglais spécialisé ibtimes. Les "voleurs d'identités", comme les appelle Isao Echizu, professeur au NII, peuvent désormais capturer les empreintes digitales des personnes à partir des images. Ils peuvent ensuite s'en servir pour déjouer les systèmes biométriques de protection auxquels nous avons de plus en plus recours pour nos smartphones notamment, certains ordinateurs portables ou encore des portes d'entrée d'immeubles (assez fréquent au Japon particulièrement) et certains services financier

Les chercheurs de l'institut japonais expliquent que, pour les usurpateurs, la technique est relativement simple. Il leur suffit de trouver sur les réseaux sociaux (où finissent très souvent ces photos), une image de vous en train de faire le signe "peace", analyser vos empreintes avec un logiciel dédié et les enregistrer avec la photo de votre visage. Ils peuvent ensuite facilement se faire passer pour vous sur Internet, ou même pirater le lecteur d'empreinte de votre propre téléphone.

Au-delà de leur simple étude, les chercheurs de l'équipe d'Isao Echizu ont mis au point un système censé prévenir le vol d'empreintes. Il est composé d'un film transparent permettant à la fois de cacher vos empreintes mais créant également une fausse empreinte pour confondre les criminels. Si cette technique peut paraître contraignante, il reste toutefois une solution relativement simple : ne faites pas ce signe sur vos photos.

Ou alors, ne les postez pas sur les réseaux sociaux.

Le souci, explique Isao Echizu, c'est qu'il n'est pas possible de modifier les informations biométriques d'une personne au cours de sa vie". Par conséquent, "une seule photo de vous avec vos empreintes visibles" et ces informations peuvent être usurpées pour toujours. Un problème qui est devenu particulièrement inquiétant avec les progrès technologiques. Désormais, les photographies prises avec les smartphones sont de si bonnes qualités que l'analyse des empreintes est tout à fait possible.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi