Israël: l'Etat dénonce les méthodes de filous des caisses de santé

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: le ministère de la santé dénonce la radinerie des fonds de santé

Ce problème difficile est familier de dizaines de milliers d'Israéliens chaque année, qui souffrent de l’attitude des fonds de santé, qui refusent d'approuver des examens et des traitements vitaux et urgents dans le cadre du contrôle médical des koupot holim (fonds de santé), qui vise principalement à faire des économies.

Cependant, pour la toute première fois, le ministère de la Santé enquête sur le refus du chirurgien orthopédiste travaillant au centre de certification du Maccabi Health Fund et qui a déterminé que le refus d'approuver une IRM urgente pour une patiente a causé à cette dernière des dommages irréversibles.

Cette IRM a été recommandée par les neurologues qui l'ont soignée. Elle l’a attendue 7 mois durant lesquels une tumeur a envahi sa colonne vertébrale, la rendant inopérable. Elle s’est retrouvée dans un état très grave: paralysie irréversible des jambes, hospitalisation en gériatrie.

Le rapport de l'enquête du comité du ministère de la Santé qui a examiné cette affaire révèle pour la première fois une critique acerbe de la "Hotline des approbations" du Maccabi Health Fund et a déterminé que la conduite du centre et du médecin orthopédique travaillant au centre était "déraisonnable".

Le système de santé israélien n'est pas au point

Le système de santé israélien n'est pas au point

Le comité d'enquête du ministère de la Santé, dirigé par le professeur Felix Umansky, ancien directeur du département de neurochirurgie à l'hôpital Hadassah de Jérusalem, a été créé à la suite d'une plainte déposée en juillet 2015 par la famille.

C’est un phénomène qui n’est ni nouveau ni réservé à la Maccabi. Des examens, des médicaments coûteux sont régulièrement refusés, ce qui entraîne des patients atteints de maladies graves à s’en priver ou bien à s’endetter pour les obtenir en privé.

Comment se fait-il que la Loi sur les droits des patients, promulguée pour nous tous, ne soit pas appliquée? Selon Adina Merkas, présidente de l'Association pour les droits des patients, cela découle de l'attitude des fonds de santé vis-à-vis des assurés: «La terminologie a changé, nous sommes passés de "patients" à "clients", et c'est aussi la langue utilisée par les fonds de santé. Un client peut prendre soin de lui-même, alors qu’il faut prendre soin d’un patient et se soucier de ses besoins. Les koupot holim veulent réduire les coûts en réduisant les droits de base des patients".

Source Israel HaYom - Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

  1. jacquesgal@free.fr'Jg

    Je pense qu il faut eliminer le trop plein de directeurs , incompetents .
    Il faut encourager l arrivee de medecins de france entre autres , ce qui est loin d etre le cas , ne pas oublier les infirmieres et autres contre lesquelles on dresse des barrieres etc…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi