Sans-abri à 14 ans, une israélienne sauve les jeunes de la rue

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Mariuma Ben Yosef avec deux jeunes de Shanti House

A l’âge de 14 ans, Mariuma Ben Yosef s'enfuit de la maison.

Elle a vécu pendant près de deux ans dans les rues de Boston. Elle a dormi sur des bancs et a survécu grâce la nourriture qu'elle trouvait dans les poubelles.

«Quand vous êtes une adolescente sans abri, vous comprenez que personne ne peut vous protéger», a-t-elle déclaré. "Vous devez vous protéger."

Finalement, Mariuma Ben Yosef s'est remise sur la bonne voie. Elle est retournée en Israël, où elle a fréquenté l'internat et a ensuite servi dans l'armée. Quand elle est tombée enceinte à 20 ans, la perspective de la maternité l’a ramenée en arrière.

«Je n'avais pas de maison ou de famille, et c'était dans mon âme», a-t-elle déclaré. "Je voulais aider d'autres enfants comme moi".

Elle a commencé par servir des dîners hebdomadaires aux jeunes sans-abri. "Je ne pouvais pas dire non à ceux qui n'avaient pas où aller après le dîner", a-t-elle dit. "Alors, je leur ai ouvert ma maison."

Aujourd'hui, son organisation, la Shanti House, s'est transformée en une vaste installation avec deux emplacements - à Tel Aviv et dans la région du Negev - et a aidé plus de 46 000 jeunes.

Nommé selon le mot sanskrit signifiant la paix et la tranquillité, le groupe offre un logement temporaire et un soutien à long terme aux jeunes sans-abri et à risque âgés de 14 à 21 ans.

"Mon objectif est que tous les enfants qui passent cette porte se sentent chez eux ... dans un endroit où ils peuvent finalement lâcher un soupir de soulagement, se sentir en sécurité et, surtout, être heureux", a déclaré Mariuma .

CNN a interviewé  Mariuma Ben Yosef sur son travail.

Mariuma Ben Yosef

Mariuma Ben Yosef

CNN: Les jeunes avec lesquels vous travaillez – Qui sont-ils ?

Ils n'ont pas de maison. Ce sont des enfants venant du tribunal pour mineurs, certains sont affiliés à des travailleurs sociaux et d'autres viennent des rues d'Israël. Beaucoup ont été victimes d'abus sexuels, de violence et de négligence. Beaucoup d'enfants avec qui j'ai travaillé ont été victimes de leurs parents ou d'autres membres de leur famille. Les personnes qui sont censées leur donner du confort les font souffrir.

Lorsque vous habitez dans les rues, vous êtes toujours sur vos gardes, en mode survie, tout le temps, et c'est très dur. Vous n'avez pas de toit sur votre tête, pas de nourriture, pas de lit, vous n'avez vraiment rien. Vous sentez que vous n'avez aucune racine et nulle part où aller. Ces circonstances vous font vous détester vous-même et le monde. Vous devez développer vos propres racines pour survivre.

Comment vos expériences personnelles ont-elles façonné votre approche du travail?

Quand j'ai commencé ce travail, une fille venue vivre à la Maison Shanti m'a parlé d'un viol brutal qu'elle avait subi. J’ai également été violée mais je n'en avais jamais parlé avec personne. Mais dans cette situation, je savais que je pouvais réconforter cette fille en partageant mon histoire avec elle, alors je l'ai fait.

C'était la première fois que j'exprimais ma souffrance à quelqu'un d'autre. C'est alors que j'ai compris que j'avais survécu à toutes ces situations difficiles pour que je puisse aider les autres et je me suis rendu compte que c'est ce que je allais faire pour le restant de ma vie.

Les gens disent que je sauve ces enfants, mais vraiment, ce sont eux qui me sauvent. Ils ont sauvé mon âme et m'aident à me sentir vivante.

CNN: Comment travaille-t-on avec un éventail aussi diversifié de jeunes?

Nous recevons des enfants venant de tout Israël. Nous accueillons tout le monde, indépendamment de la religion, de la race ou de l'orientation sexuelle. Nous vous acceptons comme vous êtes - en tant qu'être humain.

Ce qui rend la Maison Shanti si unique, c'est que, peu importe leur provenance, tous les enfants se réunissent pour s'entraider. Vous avez des Ethiopiens, des Juifs, des Russes, des Arabes, qui vivent tous ensemble paisiblement. Il n'y a pas de politique ici. Nous sommes une famille.

Nous fournissons à ces enfants un lit, de la nourriture, des thérapies, des soins médicaux et une éducation, mais aussi de l'amour, et de la sécurité. Nous leur fournissons tout ce dont ils ont besoin pour survivre et réussir.

Je suis tellement fière de chacun de mes enfants parce qu'ils ont choisi la vie. Je pense qu'ils sont les vrais héros.

Source : edition.cnn.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi