Le roman d'un rabbin orthodoxe noir s'attaque au racisme dans la communauté juive

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le roman d'un rabbin orthodoxe noir s'attaque au racisme dans la communauté juive

Quand Shais Rishon pense à la littérature juive américaine, pratiquement aucun Juif de couleur ne lui vient à l'esprit - en tant que personnage ou auteur.

"Nous sommes pratiquement invisibles", a-t-il déclaré à JTA.

En tant que rabbin afro-américain orthodoxe, Shais Rishon espère changer cela.

Il a récemment publié un roman semi-autobiographique intitulé «Ariel Samson: rabbin indépendant» sous son nom de plume, MaNishtana. Le personnage principal, Ariel, est un rabbin noir âgé d’une vingtaine d’années qui vit et travaille dans la communauté juive de New York tout en tentant de réconcilier ses identités.

Shais Rishon, 36 ans, a déclaré que de nombreuses expériences racistes auxquelles fait face Ariel au sein de la communauté juive sont soit basées sur sa propre vie, soit par des histoires que lui racontent d'autres Juifs de couleur. Un épisode dans lequel Ariel se confronte à  un fidèle orthodoxe de New York portant un costume avec un masque noir à Pourim est un souvenir «textuel» d'une conversation entre Mr Rishon et un véritable homme politique local qui l'a fait.

(Rishon n'a pas révélé la véritable identité du politicien lors de son entretien avec JTA, mais d'après la description, le livre fait presque certainement référence à Dov Hikind, qui a été largement critiqué pour avoir porté un tel masque en 2013 et à qui il s'est adressé dans une lettre ouverte.)

Shais Rishon a grandi à Brooklyn au sein d'une famille juive noire affiliée au mouvement Chabad-Loubavitch, bien qu'aujourd'hui il s'identifie simplement au courant orthodoxe. Les ancêtres de sa mère pratiquent le judaïsme depuis les années 1780, dit-il.

Cet auteur et éducateur, qui écrit depuis des années sur le racisme dans la communauté juive pour des publications comme Forward et Tablet, espère que son livre, qu’il a lui-même publié en septembre, pourra remettre en question les idées répandues sur l’expérience juive traditionnelle américaine.

Souvent, dit-il, les œuvres d'auteurs et d'artistes juifs noirs sont considérées comme reflétant uniquement l'expérience afro-américaine et non l'expérience juive.

"Il existe une étrange dichotomie, dans laquelle vous pouvez avoir des auteurs juifs noirs, mais ils ne sont jamais considérés comme faisant partie de la littérature juive américaine", a déclaré Rishon. «James McBride est considéré comme un auteur afro-américain et non comme un auteur juif. En ce qui concerne Daveed Diggs, quand il parle de ses expériences, les gens disent : «Oh, c’est une expérience afro-américaine».

Ma Nishtana chantée lors de la Pâque, qui demande en quoi le dîner du seder est différent d’un repas ordinaire.

Ma Nishtana chantée lors de la Pâque, qui demande en quoi le dîner du seder est différent d’un repas ordinaire.

Le livre montre également les interrogations auxquelles de nombreux Juifs de couleur sont continuellement confrontés à propos de leurs origines. Dans le roman, un homme lors d'un dîner de shabbat pose à Ariel des questions intrusives, notamment pour savoir s'il est converti et éthiopien.

Mr Rishon espère montrer pourquoi de telles interrogations sont blessantes.

"Quand vous voyez quelqu'un avec un seul bras, lui demandez-vous : "Hé, qu'est-ce qui se passe avec ton bras? ", interroge-t-il. "C’est juste la courtoisie de base lorsque l’on fait connaissance avec quelqu'un."

Rishon dit avoir reçu des messages menaçants et fâchés en réponse à ses écrits sur le racisme dans la communauté juive. Il utilise un pseudonyme afin de protéger sa famille et ses amis du choc en retour. Le nom fait référence à la lecture de Ma Nishtana chantée lors de la Pâque, qui demande en quoi le dîner du seder est différent d’un repas ordinaire.

"Au lieu de" Qu'est-ce qui rend cette nuit si différente des autres? ", c'est "Qu'est-ce qui rend ce Juif si différent des autres Juifs? ", explique-t-il.

En dehors de ses écrits, Shais Rishon travaille à plein temps en tant que gestionnaire de contenu pour Bend the Arc, une organisation progressiste de justice sociale juive. Rishon officie également comme rabbin pour un groupe de prière orthodoxe à New City, une ville située à une heure de Manhattan, où il vit avec son épouse et sa fille de 5 ans. Il poursuit une deuxième ordination rabbinique; il avait déjà été ordonné en privé.

Ces dernières années, les organisations juives se sont de plus en plus concentrées sur l'intégration et la mise en valeur de la diversité au sein de leurs propres communautés, mais Shais a déclaré qu'il restait beaucoup à faire.

"Je dirais que nous commençons tout juste à faire des pas de fourmi", dit-il.

Rishon voit son roman comme un pas dans la direction du "symbolique".

"Je suis tellement excité d'écrire ceci, donc il n'y a pas de confusion", dit-il. «Je suis un auteur afro-américain, oui, et un auteur américano-juif, oui, les deux. Pour faire entrer le Juif de couleur dans la fiction juive américaine. ”

Source : jta.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi