Rockefeller, le musée des racines d'Israël

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La maquette du musée Rockefeller.

Rockefeller un lieu bien à part. Construit sous l’Empire britannique, il abrite toutes les œuvres du Moyen-Orient. Le musée nous ouvre ses portes et nous partons à la découverte de ce lieu atypique.

Remarquable, frappant, les superlatifs manquent pour décrire le lieu. Le musée Rockefeller abrite d’innombrables secrets. De la structure du plafond, en passant par les murs, jusqu’au sol, tout a été fait, pensé, au moindre détail.

Pas un bruit, la visite se passe dans le plus grand des silences. Accueilli par le guide, il nous présente les lieux : Rockefeller a été inauguré en 1938 et devient alors le musée officiel du mandat britannique. Sa particularité est de préserver toute la section mandataire aux antiquités, c’est-à-dire, que toutes les trouvailles archéologiques du Moyen-Orient sont préservées là-bas.

Mais sa fonction ne s’arrêtait pas là. Le musée servait également de château fort. Construit en hauteur, il permettait aux anglais d’être avertis en cas d’attaques notamment grâce à des meurtrières qui percent l’ensemble des haut-murs de la forteresse.

La touche anglaise se profile dans les moindres détails, comme ce sol recouvert de liège, permettant d’amortir les chaussures le bruit des pas dans la salle. Le musée est construit dans un style particulier, un savant mélange où l’Occidental et l’Orient se rejoignent sans se corrompre. Dans certaines salles, nous retrouvons l’architecture gothique et dans d’autres, l’architecture islamique.

Trois langues sont inscrites sur les murs, l’anglais, l’hébreu et l’arabe. Après le mandat britannique, le musée est resté aux mains des jordaniens. Lorsqu’ils ont pris possession des lieux, ils ont recouvert les textes hébreux. Ce n’est qu’en 1967, à la suite de la guerre des Six Jours, lorsque Rockefeller, situé à Jérusalem-Est, est devenu une branche du musée d'Israël que les caches ont été retirés. Des traces sont encore visibles sur les écrits.

Un Pharaon a été retrouvé en Israël. Les étudiants égyptiens en visite s'en servent comme propagande.

Une statue de Pharaon a été retrouvé en Israël. Les étudiants égyptiens en visite s'en servent comme propagande.

A notre grand étonnement, nous découvrons une statue égyptienne érigée dans une alcôve. Celle-ci a été trouvée en Israël, d’ailleurs les étudiants égyptiens en visite s’en servent pour un discours de propagande, mettant en avant le pouvoir de leur pays.

Si Rockefeller est un musée à part, c’est notamment grâce à son authenticité depuis sa création. Rien n’a été changé. Ni sièges, ni rideaux, ni portes, absolument rien.

Nos yeux sont grands ouverts, subjugués par les différents objets de la pièce, des sarcophages, des ustensiles, des bijoux en or et une découverte pour le moins surprenante celle des portes origines de la mosquée Al Aqsa. En effet, à la suite d’un séisme dans la région, ces portes ont été remplacées et celles-ci sont en bonne place dans ce musée (voir photo ci-dessous).

A la suite d’un séisme dans la région, les portes de la mosquée Al Aqsa ont été remplacées et celles-ci sont en bonne place dans le musée.

A la suite d’un séisme dans la région, les portes de la mosquée Al Aqsa ont été remplacées et celles-ci sont en bonne place dans le musée.

Nous ne sommes pas à la fin de nos surprises lorsque nous découvrons l’art islamique. Une salle de statues de femmes. Des femmes musulmanes de l’époque. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces statues ne portent pas le Hijab – l’habit qui cache intégralement la femme – ou la Burqa qui cache les cheveux. Au contraire, le corps de la femme est découvert et ses formes bien apparentes (voir photo ci-dessous).

Le corps de la femme est découvert et ses formes bien apparentes.

Le corps de la femme est découvert et ses formes bien apparentes.

Les vestiges ont été trouvés dans différentes régions, dont la Cisjordanie, Beït-Shéan, Lakhish, Tel Bet-Mirsim, Ashkelon, Gaza. Le musée abrite entre autres des vestiges de l'époque préhistorique, une collection de sceaux datant de l'époque du Premier Temple, des bijoux en or pur découverts à Tel el-Ajjul (l'antique Gaza) et à Beït-Shemesh, des ustensiles d'ivoire de Megiddo et des manuscrits de Lakhish.

Rockefeller n’est pas une exposition comme une autre. Le musée possède également une bibliothèque remarquable. Grâce à un travail d’archives, elle contient de nombreux documents relatifs aux découvertes archéologiques en Israël de l'époque du mandat britannique à nos jours. Elle est considérée comme la plus riche en histoire d’art puisque toutes les recherches et découvertes archéologiques du Moyen-Orient sont recensées dans cette bibliothèque.

Des livres notamment, de Napoléon Bonaparte, des croisades sont archivés au sous-sol de la bibliothèque.

Des livres notamment, de Napoléon Bonaparte, des croisades sont archivés au sous-sol de la bibliothèque.

Bien qu’elle compte des milliers de livres, une partie est à l’abri des regards du public au sous-sol. Notre guide a la gentillesse de nous faire découvrir cet autre univers. Découverte stupéfiante, un livre, dont l’auteur n’est que Napoléon Bonaparte, ouvrage d’environ 80 cm, une couverture bordeaux et la tranche recouvert d’or fin. Ce n’est pas le seul ouvrage d’une telle rareté. Nous pouvons également retrouver des livres des croisades.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi