René Choukroun: un chirurgien orthopédiste d'exception

Actualités, Bien-être & Santé, Israël, Magazine - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
René Choukroun un chirurgien orthopédiste d'exception

Se débarrasser d’un hallux valgus sans douleur, c’est possible !

Le docteur René Choukroun, né à Alger mais arrivé en France à l’âge de dix ans, avait un rêve quand il était jeune chirurgien orthopédiste (autrement dit, spécialisé dans les pathologies osseuses et articulaires) : réaliser des opérations du pied ni douloureuses, ni handicapantes pour les patients.
Car il est en principe impossible d’éviter de longues périodes de convalescence lorsqu’on touche à cet organe particulier, dont on connaît la complexité et l’extrême sensibilité.

Et pourtant, René Choukroun a bien concrétisé son rêve, après des années de pratique, et opère de façon non intrusive grâce à des techniques imaginatives qu’il ne cesse d’améliorer.

René Choukroun un chirurgien orthopédiste d'exception

René Choukroun un chirurgien orthopédiste d'exception

La première avancée significative date de 2005 : dès cette époque, ce chirurgien innovant a abandonné la méthode « à ciel ouvert » consistant à ouvrir le pied. Il se contente d’incisions percutanées.
Des fraises miniatures pénètrent dans la peau et quelques performations minuscules suffisent pour guérir du syndrome de Morton, d’un œil de perdrix ou encore d’orteils en griffe.

L’homme de l’art travaille alors à l’aide d’un amplificateur de brillance, appareil radiologique qui le guide et lui permet de voir… ce qui est invisible à l’œil nu.

Les opérations en question sont effectuées dans une clinique de l’ouest parisien en ambulatoire (le patient ne reste qu’une journée sur place) et sous simple anesthésie locale.

Aujourd’hui, le docteur Choukroun va plus loin : depuis mars 2017, il serait le seul praticien hexagonal capable d’ôter avec dextérité un hallux valgus sans toucher à l’os.

Après des années de recherche et de tâtonnements, il a mis au point une méthode révolutionnaire : il redresse l’orteil déformé par la fameuse excroissance qui concerne surtout les femmes (3 à 4 % d’entre elles). Il n’introduit pour ce faire aucun matériau étranger dans le corps et ne coupe rien.

L’ostéotomie, la rupture de l’os tant redoutée parce qu’elle occasionne des douleurs et difficultés post-chirurgicales de plusieurs semaines - jusqu’à six ou sept -, s’avère inutile. Le pied n’est pas compressé et ne souffre d’aucun oedème. Le patient peut le poser à terre et s’appuyer sur lui immédiatement après sa sortie de la clinique !

Le travail est plus complexe mais sa réalisation plus courte qu’avec la technique traditionnelle : une heure au lieu d’une heure trente environ. Et son coût est quasi-identique. Si vous optez pour cette méthode que soixante patients de René Choukroun ont déjà expérimentée depuis six mois, vous serez tout aussi bien remboursé par votre mutuelle que si vous choisissez l’opération classique provisoirement invalidante.

Ce chirurgien d’exception forme des confrères israéliens qui se déplacent spécialement à Paris pour le rencontrer et apprendre à ses côtés.

L’hôpital Rambam de Haïfa lui a même offert un poste éminent, qu’il a refusé pour raisons personnelles et familiales. Cela ne l’empêche pas d’étudier l’hébreu depuis deux ans dans le cadre de l’Ecole normale israélite orientale (ENIO) du 16ème arrondissement, qu’il fréquente aussi le shabbat pour l’office. Sans oublier les cours du grand penseur et théologien juif Armand Abécassis dispensés là-bas, qu’il suit avec assiduité.

Renseignements : 01 45 04 65 81

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi