Rencontre avec un auteur Michèle Fitoussi : Helena Rubinstein la femme qui inventa la beauté

Actualités, Coup de coeur, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Michele Fitoussi rencontre avec l'auteur à Tel-Aviv

RENCONTRE AVEC UN AUTEUR Michèle Fitoussi

"Helena Rubinstein, la femme qui inventa la beauté" Editions Grasset, 2010

Une rencontre animée par Barbara Wolffer Conseillère culturelle et directrice de l’Institut français d’Israël

Lundi 29 avril à 19h30

Auditorium de l’Institut français de Tel Aviv

Partagez l’événement sur Facebook

L’Institut français d’Israël poursuit son programme « Rencontre avec un auteur » - une heure d’entretien avec des écrivains, romanciers ou essayistes, de langue française ou publiés de l’hébreu en français, pour découvrir leurs publications.

 Le lundi 29 avril à 19h30, à l’auditorium de l’Institut français de Tel Aviv, Barbara Wolffer, conseillère culturelle et directrice de l’Institut français d’Israël, recevra Michèle Fitoussi pour une rencontre autour de son livre, Helena Rubinstein, la femme qui inventa la beauté, l’occasion de redécouvrir cet ouvrage de référence paru chez Grasset en 2010 et qui connaît une nouvelle actualité avec l’exposition que le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris consacre actuellement à Helena Rubinstein.

Helena Rubinstein la femme qui inventa la beauté

Helena Rubinstein la femme qui inventa la beauté

 « Tout ce que j’ai connu dans ma vie, les grands et les petits événements, le stress et les tensions, suffirait largement à remplir une demi-douzaine d’existences. » Helena Rubinstein

Avant d’être une marque de cosmétiques, Helena Rubinstein eut un destin. Et quel destin, quelle incroyable aventure ! On connaissait la milliardaire couverte de bijoux peinte par Dali ou Marie Laurencin, l’impératrice de la beauté qui transforma l’image de la femme en lui tendant le miroir de la jeunesse éternelle, la travailleuse acharnée qui parcourait la planète au pas de charge, s’arrêtant à peine dans l’une de ses sublimes demeures, mais savait-on que cette “Hearst à l’échelle féminine” fut d’abord une petite polonaise ?

Née en 1872 dans le quartier juif de Cracovie, aînée d’une famille de huit filles, Helena sut dire non aux conventions. Elle resta libre et sut imposer sa vision.

De l’Australie où elle s’exila à l’âge de 24 ans, pionnière des soins de beauté, à New York où elle mourut princesse cosmopolite à 93 ans, la vie d’Helena Rubinstein fut un roman. Un roman où se croisent tous les talents de l’époque, de Poiret à Chanel en passant par Louise de Vilmorin, une saga éblouissante, faite de krachs boursiers et de chagrins d’amour, de drames conjugaux et de diamants croqués.

Sous la plume vive de Michèle Fitoussi, Helena Rubinstein est l’illustration en actes d’un siècle de conquêtes pour les femmes, par les femmes : “Si je ne l’avais pas fait, d’autres que moi l’auraient fait”.

« A l’instar d’autres célébrités qui veulent elles-mêmes bâtir leur légende », écrit Michèle Fitoussi, « elle n’a cessé de réécrire sa vie, de la transformer à sa guise, cachant, masquant, travestissant, embellissant, exagérant, réservant à la postérité sa part de rêve ».

Anciennement journaliste et éditorialiste au magazine Elle, Michèle Fitoussi est l’auteure de nombreux ouvrages, romans, essais et documents, parmi lesquels Un bonheur effroyable (1995), Des gens qui s’aiment (1997), La Prisonnière (1999) avec Malika Oufkir, Le dernier qui part ferme la maison (2004), Victor (2007, adapté au cinéma) ou tout récemment Janet (2018).

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi