Israël: un médicament unique pourrait traiter les maladies inflammatoires incurables

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: un médicament unique pourrait traiter les maladies inflammatoires incurables

Un médicament pourrait-il traiter efficacement les maladies inflammatoires incurables telles que la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, l'arthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques, ainsi que les maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer?

"Oui", a répondu le professeur David Naor, du Centre Lautenberg d'immunologie générale et tumorale de l'Université hébraïque Hadassah Medical School de Jérusalem.

"Toutes ces maladies, explique-t-il, sont associées à des protéines amyloïdes pathologiques qui pourraient être neutralisées par le peptide 5-mer". Le professeur Naor a passé les 10 dernières années à le développer avec le soutien de la société Yissum, le gouvernement israélien et Spherium Biomed d'Espagne.

Il faudra plusieurs millions de dollars pour commencer les essais cliniques du médicament de David Naor, peptide protégé par IP - un extrait protéique synthétique qui inverse de manière significative les effets néfastes des maladies inflammatoires et de la maladie d'Alzheimer chez les souris et restaure la capacité d'apprentissage des rongeurs atteints d’Alzheimer.

"Je crois que d'ici deux ans, nous saurons avec certitude si notre produit académique peut se traduire en un médicament thérapeutique pour lutter contre les maladies inflammatoires et neurodégénératives", dit Naor.

"Une fois que vous contrôlez l'inflammation, vous pouvez contrôler la maladie. Notre objectif est de réduire autant que possible l'activité inflammatoire."

La polyarthrite rhumatoïde

Naor a commencé par étudier l'efficacité du 5-mer dans la polyarthrite rhumatoïde, qui touche environ 1% de la population mondiale. Actuellement, environ 30 milliards de dollars de médicaments biologiques sont vendus chaque année. Ils contrôlent efficacement, mais ne peuvent pas guérir, la polyarthrite rhumatoïde et d'autres maladies inflammatoires. De plus, ces médicaments ne fonctionnent pas chez un tiers des patients.

Les résultats des expériences de Naor étaient stupéfiants. Lorsque les souris atteintes d'arthrite induite par le collagène ont été traitées avec le peptide 5-mer, les tissus gravement enflammés dans leurs articulations sont revenus à un niveau presque normal. Aucun effet secondaire nocif n'a été observé.

Le professeur David Naor

Le professeur David Naor

La sclérose en plaques et les maladies intestinales inflammatoires

«Une fois l'expérience de l'arthrite rhumatoïde répétée avec succès plusieurs fois, nous avons examiné une maladie inflammatoire chronique différente - la sclérose en plaques, où l'inflammation n'est pas dans les articulations, mais dans le cerveau», explique Naor.

La sclérose en plaques (SEP) est l'affection neurologique invalidante la plus répandue chez les jeunes adultes dans le monde. Elle frappe généralement entre 20 et 50 ans. Il n'existe pas de remède, mais le médicament phare israélien Copaxone réduit la fréquence des rechutes.

Ici aussi, les résultats de Naor étaient remarquables. Cinq jours après l'induction de la maladie de type MS chez la souris, les injections de peptides 5-mer ont provoqué une diminution significative de l'accumulation de cellules inflammatoires dans le système nerveux central et une réduction significative de la paralysie des membres. Les effets étaient plus faibles lorsque la maladie était plus avancée, mais théoriquement le peptide pourrait être introduit pendant une phase de rémission de la SEP.

Récemment, en collaboration avec le Professeur Haim Ovadia du Centre Médical de l'Université Hadassah, le laboratoire de Naor a réalisé une autre percée en délivrant un peptide 5-mère par voie orale plutôt que par injections, avec le même effet thérapeutique.

Les tests Spherium Biomed du peptide 5-mer sur des souris atteintes de maladies intestinales inflammatoires (MII) ont montré qu'il pouvait réduire l'inflammation intestinale mieux que le médicament biologique actuellement prescrit, qui n'est efficace que chez la moitié des patients atteints de MII.

La maladie d'Alzheimer

Après un quart de siècle d'efforts ratés pour développer un remède contre la maladie d'Alzheimer, l'argent de l'investissement diminue. Pourtant, le nombre de cas augmente rapidement avec les coûts associés. Environ un Américain sur neuf de plus de 65 ans souffre de ce trouble neurologique dégénératif mortel touchant 44 millions de personnes dans le monde.

En collaboration avec le professeur Hanna Rosenmann de Hadassah, le laboratoire de Naor a étudié l'effet du peptide 5-mer chez des souris atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Les souris cognitivement normales placées à l'intérieur d'un labyrinthe inondé ont appris rapidement à nager vers une plate-forme sûre et ont été en mesure de trouver plus rapidement à chaque tentative ultérieure. Mais les souris atteinte d'Alzheimer ont pris plus de temps à trouver la plate-forme à chaque fois, en raison de difficultés de mémoire.

Après traitement avec le peptide 5-mer, les souris Alzheimer ont retrouvé leur capacité à apprendre l'emplacement de la plate-forme aussi rapidement que les souris en bonne santé.

"Nous pouvons restaurer la mémoire de l'animal. Cela ne veut pas dire que nous allons guérir la maladie d'Alzheimer, mais cela signifie que nous devons tout faire pour voir si notre peptide pourrait réussir là où tant d'autres médicaments anti-Alzheimer potentiels ont échoué », explique Naor.

Le peptide 5-mer semble empêcher l'accumulation de bêta-amyloïde dans le cerveau. On pense que les amas bêta-amyloïdes attirent les cellules inflammatoires nocives du système immunitaire, améliorant ainsi la maladie d'Alzheimer.

Le mécanisme d'action du peptide 5-mer a été prouvé sur diverses protéines amyloïdes nocives, en utilisant des outils d'imagerie sophistiqués dans le laboratoire du Prof. Mary Cowman à l'Université de New York.

«Nous pouvons injecter un peptide 5-mer même après le début de la maladie, et cela fonctionnera», explique Naor. "Nous ne savons pas encore s'il y a un point de non-retour."

Spherium Biomed recherche maintenant un financement pour la prochaine étape, les essais cliniques humains.

"Parce que le peptide a été dérivé de matériel humain, il est logique qu'il va fonctionner sur les humains au moins aussi bien que chez la souris", conclut Naor.

Source : Israel21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi