Israël: préserver la fertilité des adolescents après la chimiothérapie

Actualités, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Recherche israélienne: préserver la fertilité future de l’adolescent après la chimiothérapie

Les chercheurs de l'Université Ben Gourion du Néguev (BGU) et du Centre Médical Soroka développent un système de culture cellulaire qui pourrait transformer pour la première fois les cellules STEM testiculaires en cellules ressemblant à des spermatozoïdes, pour permettre une possibilité de fertilité future pour les garçons pré-pubères atteints de cancer qui doivent subir une chimiothérapie.

La chimiothérapie agressive dans l'enfance entraîne souvent des lésions testiculaires chez l'homme et met en péril sa fertilité future.

Selon les résultats publiés dans Stem Cells and Development, les chercheurs ont découvert que la présence de cellules spermatogonies (SPGC) dans les testicules des garçons atteints de cancer prépubertaire (PCPB) peut être utilisée pour développer de futures stratégies de préservation de la fertilité masculine.

Dans l'étude, sept biopsies testiculaires ont été obtenues à partir de PCPB traités par chimiothérapie. Les chercheurs ont pu cultiver et isoler les cellules testiculaires à différents stades de développement (cellules pré-méiotiques, méiotiques et post-méiotiques). En outre, ils ont identifié des cellules ressemblant à des spermatozoïdes qui s'étaient développées à partir des cellules testiculaires d'un garçon atteint de cancer prépubertaire.

Israël: préserver la fertilité future de l’adolescent après la chimiothérapie

Israël: préserver la fertilité future de l’adolescent après la chimiothérapie

"Nos résultats démontrent la présence de SPGC biologiquement actifs dans les biopsies testiculaires de PCPB traités par chimiothérapie pour la première fois, et leur capacité à se développer in vitro à différents stades de la spermatogenèse, y compris la génération de cellules spermatiques", selon le chercheur principal, Mahmoud Huleihel, codirecteur du Centre de recherche avancée et d'éducation en reproduction (CARER), et membre du Département Shraga Segal de microbiologie, d'immunologie et de génétique de la Faculté des sciences de la santé.

"Cette étude pourrait ouvrir la voie à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour la préservation de la fertilité des garçons atteints de cancer prépubertaire et pour les patients azoospermiques."

L'étude a été financée en partie par la Fondation Kahn et la Fondation binationale des sciences États-Unis-Israël (BSF).

Parmi les autres chercheurs ayant participé, le Prof. Eitan Lunenfeld, Fertility and IVF Unit, Dep. OB / GYN, Soroka et co-directeur de CARER. Parmi les autres participants du laboratoire du Prof. Huleihel, citons les docteurs Maram Abofoul-Azab et Ali Abu Madighem. Parmi les autres auteurs figurent le Professeur Joseph Kapelushnik du BGU et de Soroka, le Professeur Qing Hua Shi de l'Université des Sciences et Technologies de Chine, et le Professeur Haim Pinkas de l'Hôpital Beilinson, en Israël.

Source : Jewish Press

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi