Radio juive Breslev : La patience est un cadeau par Francky Perez

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Culture, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Il existe une mitsva qui est de prêter de l’argent sans intérêt.

LA PATIENCE, UN CADEAU
Il existe une mitsva qui est de prêter de l’argent sans intérêt. Cette mitsva est plus grande que celle de donner la Tsedaka. Pour quelle raison?
Lorsque je demande un prêt à la banque, cela a un coût! Celui du temps qui passe et qui fera que la somme à rembourser sera plus élevée que celle empruntée à l’origine. La valeur de l’argent dépend du temps. Essayez de payer en Sesterce (monnaie dans la Rome Antique) et vous verrez...

Prêter de l’argent sans intérêt conformément à la Mitsva, c’est retrancher au temps son pouvoir enrichissant. Le temps qui passe ne change rien à la valeur de l’argent, à la somme à rembourser. Je n’exploite pas le temps qui passe. J’anéantis la dépendance entre le temps et l’argent, je place l’argent au-dessus du temps, au-dessus du Yetser Hara.

De nos jours, il existe des organismes de prêt sans intérêt. L’argent mis de côté par X est emprunté par Y. Si X souhaite le récupérer, il peut le faire à tout moment grâce à des garants.

De la sorte, l’argent mis de côté ne dort jamais, il est sans arrêt utilisé pour réaliser des mitsvot.
Il y a un autre aspect merveilleux dans la Mitsva de prêter : savoir rendre son argent indisponible pour un temps donné.

Développer la patience. Il y a urgence d’attendre. La patience est la plus grande réparation, le plus grand Tikoun. Certains individus attendent leur conjoint des années, certains attendent d’avoir des enfants... Les épreuves sont une immense salle d’attente dans laquelle chacun doit se rappeler qu’il en sortira. Seulement, on ignore quand.
C’est cela la patience, c’est cela la Emouna, savoir uniquement que nous en sortirons un jour, quand Hachem le décidera.

Essav sait pertinemment que la patience est une arme redoutable, elle neutralise le Yetser Hara qui vit grâce au temps.
Essav, pour contrecarrer la patience, ne nous laisse pas respirer. Il faut tout avoir tout de suite! «Vite, un fast food, je n’ai pas le temps de cuisiner, vite, une application pour payer, vite, vite, vite»! En apparence, ces outils nous font gagner du temps mais ils nous ancrent indéfectiblement dans le temps.
C’est le revers de la patience qu’Essav essaie de nous ôter. Nous avons développé des quantités invraisemblables d’outils de rapidité et pourtant aucune génération n’a jamais été aussi pressée que la nôtre. Tout fonctionne en appuyant sur un bouton! Time is money… La course contre la montre.
En hébreu, «Péti» signifie «bête», et a la même racine que «Pitom», qui signifie «soudain». Être impulsif, précipité, revient à perdre toute forme d’intelligence.

Francky Perez
Première radio juive Breslev en français.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi