Les rabbins israéliens s'affrontent sur le port du pantalon pour les femmes

Actualités, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les rabbins israéliens s'affrontent sur le sujet du pantalon pour les femmes

Le grand rabbin de Tsfat, le rabbin Shmuel Eliyahu, a déclaré lundi à Srugim que "permettre aux filles de porter un pantalon revient à se laisser envahir par une myopie effrayante".

"Les rabbins sont appelés les yeux de la congrégation parce qu'ils ont besoin de voir où toutes leurs décisions halakhiques finiront par mener. Dans les endroits où j'habite, une fille qui décide de porter des pantalons se dégagera de son obligation sociale d'observer les commandements. "

Le rabbin Eliyahu a souligné que «cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de femmes qui observent des mitsvot en portant des pantalons, mais quiconque voit la situation dans son ensemble sait que donner à une fille la permission de porter le pantalon revient à lui donner la permission de profaner Chabbat dans un an ou deux. "

Le rabbin Eliyahu a fait référence à des articles publiés sur le site internet Srugim qui autorisaient les femmes à porter des pantalons larges. Le docteur Ido Pachter, rabbin de la congrégation des Jeunes Israéliens à Ramat Poleg, Netanya, a publié vendredi dernier une décision halakhique sur l'interdiction de porter un pantalon pour les femmes.

Il a noté l'interdiction du rabbin Ovadia Yossef, et a écrit qu'aujourd'hui il trouve difficile d'interdire aux femmes de porter des pantalons qui ne sont pas moulants.

Représentant un point de vue beaucoup plus libéral sur ce domaine de la halakha, le rabbin Pachter a déclaré: «Il y a quelque chose d'injuste dans le fait que ce soient des hommes qui émettent des halakhot (lois) pour les femmes. Avec tout le respect que j'ai pour moi-même et pour tous les hommes, nous n'avons jamais porté de jupe ni de robe et nous ne comprenons donc pas ce que cela signifie pour une femme. ”

Il a ajouté que si l'un de ses lecteurs pouvait faire la lumière sur la question, "il serait heureux de répondre."

Se référant à l’interdiction du port du pantalon par une femme, le rabbin Pachter a écrit: «Le port du pantalon par les femmes pose deux problèmes: l’interdiction faite aux femmes de revêtir des vêtements masculins et le manque de pudeur.

Jupe culotte ou jupe moulante, that is the question

La jupe culotte, un vêtement pas vraiment masculin

«En ce qui concerne la première interdiction, nous avons déjà vu […] que si ce n’est pas fait pour ressembler à l'autre sexe, il n'y a pas d'interdiction. […] Cela signifie que tout dépend de la norme et que, selon les besoins, s’il est d'usage que les femmes portent des pantalons, il n'y a pas d'interdiction. ”

Le rabbin Pachter a poursuivi en suggérant que le rabbin Ovadia Yossef a statué qu'il n'y avait pas d'interdiction du point de vue des femmes portant des vêtements d'homme, mais l'a interdit pour une autre raison : les femmes qui portent un pantalon pour attirer l'attention sur leurs jambes et donner lieu à de "mauvaises pensées".

Le rabbin Pachter a fait valoir qu'il existe des jupes étroites et moulantes, et apparemment celles-ci ne sont pas spécifiquement interdites. De plus, puisque les femmes portent des pantalons dans la société en général, pourquoi les hommes seraient-ils désensibilisés et réagiraient-ils par de "mauvaises pensées" ?

Il a également suggéré que ce problème puisse être facilement résolu en portant un pantalon ample plutôt que serré, qui est certainement plus pudique qu'une jupe moulante.

Enfin, le rabbin Pachter a souligné que, dans la société du rabbin Ovadia Yossef, les femmes portant des pantalons n’étaient pas acceptables et que, dès lors, elles étaient considérées comme rebelles. Mais la halakha juive est une chose en constante évolution, sensible aux changements de la société - et une femme vêtue d’un pantalon ample n’évoque pas la même réaction qu'autrefois, et certainement pas dans le quartier de Poleg à Netanya.

Le rabbin Eliyahu a finalement cité le fait que son adversaire orthodoxe moderne n'est pas aussi connu que les grandes autorités halakhiques du XXe siècle, qui interdisaient le port du pantalon, serré ou non, par les femmes.

Bien sûr, cette approche annule la Mishna Avot qui instruit : "Josué, fils de Perachia, dit : Fais-toi un maître, acquiers-toi un ami, et juge tout le peuple favorablement." (Avot 1:6). On pourrait soutenir que "se faire un maître" souligne que le rabbin que vous choisissez devrait bien vous connaître et connaître votre environnement, y compris votre culture et votre milieu social.

Source : Jewish Press

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi