Qui va aider New York à devenir une cyber-capitale? Israël, bien sûr

Actualités, Contre la désinformation, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Qui va aider New York à devenir une cyber-capitale? Israël, bien sûr

Les menaces de piratage informatique et de cyberguerre sont à la hausse, de nombreux acteurs pernicieux ciblant spécifiquement l'infrastructure des sociétés démocratiques. La coopération entre les entreprises et les gouvernements s'intensifie à l'échelle mondiale afin de lutter contre ces menaces.

S'appuyant sur les relations solides comme le roc entre les États-Unis et Israël en matière de partage et de transfert de technologie au niveau national, quelques grandes villes américaines se tournent maintenant vers Israël pour son expertise de pointe en matière de cybersécurité. L'une d'elles est New York.

La région de la Baie, Washington DC, et Tel Aviv sont les centres internationaux du cyber. Cependant, avec le nombre d'organisations de services financiers et de bureaux Fortune 500 basés à New York, ainsi qu'un solide écosystème et un réservoir de talents, il est logique que la ville et son Economic Development Corporation (NYCEDC) visent à faire de New York un centre mondial d'excellence en cybersécurité.

La technologie israélienne joue un rôle majeur dans la nouvelle initiative Cyber NYC - un projet de 100 millions de dollars comprenant un accélérateur, un espace de travail, une portée virtuelle et une coopération avec des institutions universitaires de la région de New York.

L'initiative comporte trois composantes technologiques israéliennes principales, ainsi que de nombreux professionnels nés en Israël qui participent à certains aspects de ce projet aux multiples facettes. Décrivons les trois principaux programmes israéliens de Cyber NYC, axés sur les technologies.

Global Cyber Center

SOSA, le programme d'innovation pour les entreprises du sud de Tel-Aviv, a assumé de multiples responsabilités, parmi elles l’espace de coworking du Global Cyber Center à Soho.

Ils mettent également leur expertise au service de la construction d’une communauté  en organisant environ 150 événements annuels axés sur la cybersécurité.

Les start-ups, israéliennes ou non, ont besoin d'aide pour établir des liens avec des investisseurs et des entreprises. Pour résoudre ce problème, SOSA NYC est en train de construire un réseau de capital-risque et de connecter les startups aux entreprises. Elle s'associe également à la Full Stack Academy pour exploiter une gamme cybernétique unique, une simulation pour tester de nouvelles technologies.

Comme le dit Uzi Scheffer, PDG de SOSA : " SOSA construira et exploitera le Global Cyber Center de New York. Les objectifs du centre incluent la construction de la communauté et de l'écosystème de cybersécurité de NYC en rassemblant les différentes parties prenantes autour d'événements, d'ateliers et de journées de démonstration."

Plus précisément, ajoute-t-il : "Le centre travaillera directement avec les sociétés Fortune 500 de New York, les aidera à définir leur stratégie en matière de cybersécurité et d'innovation, et apportera en ville les technologies de pointe qui travailleront avec les acteurs de l’industrie.

Beersheva, une autre ville dont l'objectif est de devenir un cyber centre

Beersheva, une autre ville dont l'objectif est de devenir un cyber centre

HUB.NYC

Jerusalem Venture Partners est le principal fonds de capital-risque qui aide à diriger l'initiative Cyber NYC. Il sera exploité à partir du HUB.NYC de 4180 m2 sur Grand et Broadway.

Avec 20 ans d'expérience dans l'investissement dans les start-ups israéliennes de cybersécurité et son rôle dans la construction du Cyberspark à Beersheva (une autre ville dont l'objectif est de devenir un cyber centre), JVP a de l'expérience dans le développement régional et les partenariats public-privé.

Alors que SOSA se concentre sur les aspects marketing, événementiels et communautaires du centre, JVP a pour rôle de gérer l’accélérateur et d'amener les entreprises qui y sont prêtes à franchir cette nouvelle étape.

JVP et d'autres fonds basés en Israël ont traditionnellement investi dans des start-ups israéliennes locales. Dans ce cas, JVP prévoit d'investir dans des entreprises du monde entier. Des entrepreneurs de plus de 60 pays ont déjà soumis leur candidature au programme.

En plus d'investir dans des start-ups qui ont réussi à réunir des capitaux après leur série A, JVP contribuera également au développement des affaires, au marketing et à la collecte de fonds supplémentaires.

La cybersécurité devenant de plus en plus verticale, la ville de New York, avec ses nombreuses industries, est le lieu idéal pour commencer à investir dans des startups mondiales qui cherchent à atteindre ce marché.

"Les meilleurs et les plus brillants viennent à New York et nous investissons pour alimenter leur croissance ", déclare Yoav Tzruya, partenaire de JVP, qui joue un rôle central dans cette initiative.

Selon Yoav Tzruya, le talent des Israéliens pour "créer des communautés holistiques afin de s'entraider et aider leur environnement" ainsi que son "flux constant de valeurs et de personnes" peuvent être appliqués pour aider à faire du cyber centre un succès.

Il pense que davantage de fonds de capital-risque extérieurs continueront d'ouvrir des bureaux à New York. "Dans les années à venir, nous verrons davantage de sociétés de capital-risque de la côte ouest s'ouvrir à New York et des sociétés de capital-risque développer des relations plus étroites et travailler ensemble."

 Le concours Moonshot

Ce qu'Israël a démontré dans sa tentative d'atterrir sur la lune, c'est qu'il s'agit de prendre des "moonshots", ces objectifs fous qui semblent hors de portée mais qui ont le plus grand impact.

Le bureau du directeur de la technologie (MOCTO), le NYC Cyber Command (C3) et le NYCEDC ont lancé le NYCx CyberSecurity Challenge afin de relever le défi de savoir comment les petites et moyennes entreprises peuvent se prémunir contre cyberattaques.

Bien qu'à New York, l'accent soit mis sur les entreprises et les services financiers du Fortune 500, près de 250 000 PME de la région de New York n’ont pas les moyens de se protéger autant que les grandes entreprises. Pourtant, ils sont tout aussi vulnérables aux cyber-attaques.

Alors que d'autres pays et villes partenaires, comme le Japon, la Corée du Sud et Berlin, participent à ce défi, ce sont Israël et JVP qui examinent les candidatures et décernent le prix d'un million de dollars. Jusqu'à huit finalistes recevront 20 000 $ pour mettre à l'essai leurs propositions afin d'avoir la chance de gagner le prix et d'aider à protéger les entreprises locales de la ville de New York.

Bien qu'Amazon n'ait finalement pas ouvert son QG2 à New York, la ville se développe rapidement pour devenir un centre technologique majeur. Il y a quelques années à peine, New York n'aurait pas été considérée comme un endroit pour accueillir Amazon ; aujourd'hui, c'est devenu le lieu de prédilection pour les startups internationales à la recherche d'une entrée sur le marché américain.

La technologie israélienne va jouer un rôle majeur dans cette croissance, sous l'impulsion de l'initiative Cyber NYC visant à consolider New York en tant que centre mondial de cybersécurité.

Source : ISRAEL21c

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi